Skip to main content

Full text of "Patrologia Orientalis (Volume 4)"

See other formats


This  binding  with  the  6  fascicules  of  the  fourth  volume  of  the  Patrologia  Orientalis 
has  been  realized  by  and  for  the  Patrologia's  Group  in  Y  ahoo. 

Specially  i  like  to  thanks  Pilipos  for  share  with  us  the  informatìon  about  the 
place  where  the  fascicules  has  been  published  in  the  GoogleBooks  project. 


Please,  note  the  books  has  not  vigent  copyright, 

but  Googlebooks  has  the  whole  credit  for  this  digitazion. 

Grog,  Pilipos  &  the  Patrologia  Group. 

http://groups.yahoo.com/group/patrologia 

Dee.  18-2008. 

DO  NOT  REMOVE  THIS  NOTE. 


file:///C|/Respaldos/PO%204%20VOL.txt[17/03/2009  11:27:45  p.m.] 


This  is  a  digitai  copy  of  a  book  that  was  preserved  for  generations  on  library  shelves  before  it  was  carefully  scanned  by  Google  as  part  of  a  project 
to  make  the  world's  books  discoverable  online. 

It  has  survived  long  enough  for  the  copyright  to  expire  and  the  book  to  enter  the  public  domain.  A  public  domain  book  is  one  that  was  never  subject 
to  copyright  or  whose  legai  copyright  term  has  expired.  Whether  a  book  is  in  the  public  domain  may  vary  country  to  country.  Public  domain  books 
are  our  gateways  to  the  past,  representing  a  wealth  of  history,  culture  and  knowledge  that's  often  difficult  to  discover. 

Marks,  notations  and  other  marginalia  present  in  the  originai  volume  will  appear  in  this  file  -  a  reminder  of  this  book's  long  journey  from  the 
publisher  to  a  library  and  finally  to  you. 

Usage  guidelines 

Google  is  proud  to  partner  with  libraries  to  digitize  public  domain  materials  and  make  them  widely  accessible.  Public  domain  books  belong  to  the 
public  and  we  are  merely  their  custodians.  Nevertheless,  this  work  is  expensive,  so  in  order  to  keep  providing  this  resource,  we  bave  taken  steps  to 
prevent  abuse  by  commercial  parties,  including  placing  technical  restrictions  on  automated  querying. 

We  also  ask  that  you: 

+  Make  non-commercial  use  of  the  file s  We  designed  Google  Book  Search  for  use  by  individuals,  and  we  request  that  you  use  these  files  for 
personal,  non-commercial  purposes. 

+  Refrain  from  automated  querying  Do  not  send  automated  queries  of  any  sort  to  Google's  system:  If  you  are  conducting  research  on  machine 
translation,  optical  character  recognition  or  other  areas  where  access  to  a  large  amount  of  text  is  helpful,  please  contact  us.  We  encourage  the 
use  of  public  domain  materials  for  these  purposes  and  may  be  able  to  help. 

+  Maintain  attribution  The  Google  "watermark"  you  see  on  each  file  is  essential  for  informing  people  about  this  project  and  helping  them  find 
additional  materials  through  Google  Book  Search.  Please  do  not  remove  it. 

+  Keep  it  legai  Whatever  your  use,  remember  that  you  are  responsible  for  ensuring  that  what  you  are  doing  is  legai.  Do  not  assume  that  just 
because  we  believe  a  book  is  in  the  public  domain  for  users  in  the  United  States,  that  the  work  is  also  in  the  public  domain  for  users  in  other 
countries.  Whether  a  book  is  stili  in  copyright  varies  from  country  to  country,  and  we  can't  offer  guidance  on  whether  any  specific  use  of 
any  specific  book  is  allowed.  Please  do  not  assume  that  a  book's  appearance  in  Google  Book  Search  means  it  can  be  used  in  any  manner 
any  where  in  the  world.  Copyright  infringement  liability  can  be  quite  severe. 

About  Google  Book  Search 

Google's  mission  is  to  organize  the  world's  Information  and  to  make  it  universally  accessible  and  useful.  Google  Book  Search  helps  readers 
discover  the  world's  books  while  helping  authors  and  publishers  reach  new  audiences.  You  can  search  through  the  full  text  of  this  book  on  the  web 


at|http  :  //books  .  google  .  com/ 


Digitized  by 


Google 


Digitized  by 


Google 


ONT    DÉJA    PARU: 

Tome  I.  —  Gr.  in-8*  (format  de  Migne),  xii  et  706  pages.  Prix  net  :  43  fr. 

I.  Le  Livre  des  mystòres  du  ciel  et  de  la  terre  (éthiopien  et  franoais),  par 
J.  Perruchon  et  I.  Guidi,  6  fr.  50.  —  Il  et  IV.  History  of  the  Patriarchs  of  the 
coptio  Churoh  of  Alexandria  (arabe  et  anglais),  par  6.  Evbttb,  7  fr.,  et 
8  fr.  35. —  HI.  Le  Synaxaire  arabe  Jacobite  (arabe  et  irancais)^  par  René  Bassbt, 
10  fr.  —  y.  Le  Sjmaxaire  éthiopien  (éthiopien  et  fran^is],  par  1.  Guidi,  il  fr.  20. 

Ce  volume  a  coùté  seulement  26  fr.  95  (port  en  sus]  aux  aouscripteurs. 

Tome  II,  690  pages.  Prix  net  :  41  fr. 

I.  Vie  de  Sóvòre  par  Zacharie  le  Scholaatique  (syriaqne  et  frangaìs), 
par  M.-A.  Kugbxeu.  7  fr.  —  li.  Lea  Évangiles  dea  douze  ap6tres  et  de 
Saint  Barthélemy  (copte  et  frangia),  par  le  D'  E.  Rbvillout,  5  fr.  — 
Ili.  Vie  de  Sóvòre  par  Jean,  supérieur  du  monastòre  de  Beith  Aph- 
thonia,  suivie  d'un  recueil  de  fragments  historiques  syriaqnes,  greca,  Ialina  et 
arabes  relatiffl  à  Sevère,  par  M.-A.  Kugbnbr,.11  fr.  90.  —  IV.  1^8  versions 
grecq[ues  des  Actes  des  martyrs  persans  sous  Sapor  II  (grec  et  latin], 
par  11.  Delehavb,  S.  J.,  BoUandiste,  9  fr.  50.  —  Y.  Le  Livre  de  Job  (éthio- 
pien et  fran^ais),  par  E.  Pereira,  7  fr.  70. 

Ce  volume  a  coùté  seulement  25  fr.  90  (port  en  sus;  aux  souscripteurs. 

Tome  IV,  728  pages.  Prix  net  :  45  fr. 

I.  Les  Homélies  de  Sévòre  d'Antioche  (syriaque  et  fran^ais),  fase,  i,  par  Ru- 
bens DuvAL,  5  fr.  70.  —  li.  Les  pli^  anciens  monumenta  du  (Siristia- 
nlsme  écrits  sur  papyrus  (textes  grecs  avec  traduction  et  commentairfs, 
planches),  parie  D' C.  VVessely,  7  fr.  90.  —  III.  Histoire  nestorienne  inèdite 
(chronique  de  Séert)  (arabe  et  frangisi,  par  M^  AddaY  Scher,  avec  le  concours  de 
J.  Pbrier,  fase.  1,  6  fr.  20.  —  IV.  La  cause  de  la  fondation  des  óooles, 
par  Mar  BARHAOBSABBA*ARBAYA,évéque  de  Halwan  (syriaque  et  fran^ais),  par  Mc'' Adda? 
ScHER,  5  fr.'  50.  —  V.  Histoire  de  saint  PacAme  et  de  S.  Jean-Baptiste  et 
Miracle  de  S.  Michel  è  Golosses,  texte  grec  avec  une  traduction  fran^ise  cu 
latine,  traduction  fran^aise  de  la  Vie  syriaque  de  S.  Pacòme,  analyse  des  trois  ma- 
nuscrits  palimpsestes,  dcux  planches,  par  t .  Nau,  avec  le  concours  de  J  Bousqubt, 
10  fr.  25.  —  VI.  The  Life  of  Sevexnis,  patriarch  of  Antioch,  by  Athana- 
sius  (éthiopien  et  anglais),  par  E.-J.  Gooospebo,  i^ilh  the  remains  of  the  copile 
version  by  W.  E.  Crum,  9  fr.  50. 

Ce  volume  a  coùté  28  fr.  30  (port  en  sus)  aux  souscripteurs. 

Tome  III.  —  Fase.  1.  —  Recueil  de  tnonographies.  —  I.  Les  histoires  d'A|^ou- 
demmeh  et  de  Marouta,  primats  jacobites  de  Tagrìt  et  de  TOrient  (vi^-vii* 
siècles),  suivies  du  traité  d'Ahoudemmeh  sur  Thomme,  texte  syriaque  inédit,  traduc- 
tion frangaise  par  K.  Nau.  Prix  :  7  fr.  15  ;  franco^  7  fr.  65  (pour  les  eouscripteurs  : 
4  fr.  50  ;  franco,  5  fr.). 

Fase.  2.  —  Réfutation  de  Sa'td  Ibn  Batriq  (Eutychius),  par  Sevère 
Ibn-al-Moqaffa*,  évèque  d'AschmounaIn,  texte  arabe,  traouction  fran^aise 
par  P.  CnÉRLi,  prétre  maronite.  Prix  :  7  fr.  40  ;  franco,  7  fr.  95  (pour  les  souscrip- 
teurs :  4  fr.  65  ;  franco,  5  fr.  20). 

Fase.  3.  —  Le  Synaxaire  arabe  Jacobite.  —  II.  Les  mois  de  Hatour 
et  de  Kihaki  par  Hené  Bassbt.  Prix  :  18  fr.  05  ;  /ranco,  Ì9  fr.  (pour  les  souscrip- 
teurs :  11  fr.  40  ;  franco,  12  fr.  35). 

Tome  IV.  —  Fase.  6.  —  The  Life  of  Sevems;  patriarch  of  Antioch,  by 
Athanasius,  texte  élhiopicn  inédit,  traduction  anglaise  par  B.-J.  Goodspbrd. 
Prix  :  9  fr.  50.  franco,  10  fr.  20  (pour  les  souscripteurs  :  0  fr.  ;  franco,  6  fr.  70). 

VONT  PARAITRE: 

Tome  III.  —  Fase.  4.  —  Sergis  d'Aberga,  texte  élhiopien  inédit,  traduction  fran- 
^aise  par  S.  Grbdaut. 

(  Voir  la  suite  à  la  pnge  3  de  fa  coui^erlure^  j 

Digitized  by  VjiOOQlC 


PATROLOGIA  ORIENTALIS 


TOMUS    QUARTUS 


Digitized  by 


Google 


Digitized  by 


Google 


R.  GRAFFIN  —  F.  NAU 


PATROLOGIA  OfflENTALIS 


TOMUS  QUARTUS 


I.  —  RUBENS  DUVAL. 

LeS    «    HOMILIAE    CATHEDRALES   y>    DE    SEVÈRE    d'An- 

TIOCHE   [Homélies  LIl  à  LVII). 

II.  _  e.  WESSELY. 

Les  Plus  anciens   Monuments   du   Ghristianisme 
écrits  sur  papyrus. 

III.  —  M^^  ADDAI  SGHER  et  J.  PÉRIER. 

HlSTOIRE       NESTORIENNE      (ChRONIQUE       DE       SÉERT) 

[1''^  partiey  fase.  i). 

IV.  —  M»^  ADDAI  SCHER. 

La  Cause  de   la  Fondation  des  Ecoles  [écrit  de 
Mar  Hadbsabba  *Arbaia^  évéque  de  HaIwan). 

V.  —  F.  NAU  et'j.  BOUSQUET. 

HlSTOIRE   DE    S.    PaCOME    ET    DE    S.    JeAN-BaPTISTE. 

MiRACLE  DE  S.  Michel  a  Colosses. 

VI.  —  E.-J.  GOODSPEED  et  W.  E.  GRUM. 

The  Life  of  Severus  patriarch  of  Antioch,  by 
Athanasius  (of  Antioch). 


LIBRAIRIE    DE    PARIS 

FIRMIN-DIDOT  ET  C'^  IMPRIMEURS-ÉDITEURS 

56,  RUE  JACOB,  PARIS 
1908 


Digitized  by 


Google 


Digitized  by 


Google 


LES  HOMILIAE  GATHEDRALES 


DE 


_^.         ^ 


SEVERE  D'ANTIOCHE 

TRADUCTION  SYRIAQUE  DE  JACQUES  D'ÉDESSE 


(HOMÉLIES  LIILYII) 


PATR.   OR.   —  T.    IV. 

Digitized  by 


Google 


Digitized  by 


Google 


LES  HOmiAE  GATHEDRALES 


DE 


_L A 


SEVERE  D'ANTIOCHE 

TRADUCTION  SYRIAQUE  DE  JACQUES  D'ÉDESSE 

PUBLIÉE  ET  TRADUITE 


PAR 


R.  DUVAL 

Professeur  aii  Collège  de  France 


HOMELIES    Ln-LVII 


Digitized  by 


Google 


"3^1 


PERMIS  D'IMPRIMER 
Paris,  le  20  juillet  1906. 


G.  LEFEBVRE, 

vie.  gén. 


Tous  droits  réservés. 

Digitized  by  VjOOQIC 


AVERTISSEMENT 


Les  Honiiliae  cathedrales  que  Sevère  composa  pendant  qu'il  était 
patriarche  d'Antioche  (512-518),  ne  se  sont  pas  conservées  en  grec, 
mais  elles  nous  sont  parvenues  dans  deux  traductions  syriaques.  La 
plus  ancienne  de  ces  traductions  est  due  probablement  à  Paul,  évéque 
de  Gallinice,  qui  vivait  dans  la  première  moitié  du  vi®  siede;  la  seconde 
apour  auteur  le  célèbre  évéque  d'Edesse,  Jacques,  qui  l'acheva  en  701. 
Ces  traductions  témoignent  de  l'autorité  dont  jouissaient  chez  les  Sy- 
riens  jacobites  les  Homiliae  cathedrales^  qui  sortent  complètement  du 
genre  de  l'homélie  syriaque  et  rappellent  d'une  manière  frappante  l'élo- 
quence  sacrée  des  Pères  grecs. 

Le  présent  fascicule  de  la  Patrologia  orientalis  renferme  six  de  ces 
homélies  (homélies  lii-lvii)  d'après  la  traduction  de  Jacques  d'Edesse 
conservée  dans  le  manuscrit  141  du  Vatican  et  le  manuscrit  12159  du 
British  Museum.  L'homélie  lii,  qui  traite  des  Macchabées,  a  déjà  été 
éditée  d'après  le  manuscrit  du  British  Museum  par  MM.  Bensly  et  Barnes 
dans  The  fourth  Book  of  Maccabees,  Cambridge,  1895;  les  six  autres 
sont  inédites.  Le  manuscrit  de  Londres,  date  de  868,  est  très  exact;  il  est 
décrit  dans  le  catalogne  des  manuscrits  syriaques  du  British  Museum 
par  Wright,  p.  534  et  suiv.  Le  manuscrit  du  Vatican,  plus  ancien, 
est  également  excellent  et  ne  présente  pas,  dans  ses  parties  lisibles,  de 
variantes  notables;  malheureusement,  il  était  du  nombre  des  manus- 
crits qui,  par  un  déplorable  accident,  furent  précipités  au  fond  du  Nil 
pendant  leur  transport  du  couvent  de  Scété  au  Vatican;  la  majeure 
partie  des  pages  est  effacée  et  illisible. 

Digitized  by  VjOOQIC 


6  AVERTISSEMENT.  [6J 

Jacques  d^Edesse  a  divise  d'une  manière  méthodique  les  phrases 
de  sa  traduction  au  moyen  des  points  d'interponction.  On  sait  par  ses 
travaux  sur  la  massore  et  la  grammaire  syriaque  tout  Tintérét  qu'il 
attachait  à  ces  matières.  Mais  les  deux  manuscrits  que  nous  avons 
consultés,  ne  sont  pas  toujours  d'accord  en  pareil  cas;  de  notre  coté, 
nous  ne  sommes  pas  sur  d'avoir  reproduit  ces  points  avec  tonte  l'exac- 
titude  désirable. 

Nous  remercions  particulièrement  M.  Hrooks  d'avoir  bien  voulu 
collationner  sur  le  manuscrit  les  mots  peu  lisibles  sur  les  reproductions 
que  M»'*  Graffin  nous  avait  remises. 

Rubens  Duval. 


Digitized  by 


Google 


^yU  ^kAÌQ^9   |*«ào|àO 


U^LoM  "^ 


\  >K  nnv>  yoòi.JLAoK^l;  Jlo-^^u  "^^^^^  jg^nV)  |-jL^.^}  yomm  \oo 
:\^o^  Jjft^^  h^*-^!  ^>)^o  «^  ^/  U-^^  ^^  1^3^^  jl;   Iv^^^!  «V^*^^^^^* 

1.  Valicai!  n*»  l'il  (=  V)  1^^^.  —  2.  Brttish  Museum  Add.  12159  (=  L)  !>-»». 


HOMELIE  LII 


SUB    LES    MACCHABÉES'. 


Le  panégyrique  des  jeunes  Macchabées  fournira,  semble-t-il,  à  cause  de 
la  splendeur  de  leurs  combats,  d'abondaates  matières  de  dissertalìons  à  ceux 
qui  en  traiteront.  Mais,  comme  il  surpasse  toutc  imagination  de  l'esprit,  il 
montrera  la  faiblesse  et  la  pauvreté  de  ceux  qui  feront  Téloge,  et  combien, 
avec  de  grands  moyens,  ils  demeureront  au-dessous  de  la  véri  té. 

Un  peintre  qui  verrait  un  objet  étrange  et  en  dehors  des  conditions  ordi- 
naires,  possédant  par  sa  nature  une  beante  infìnie,  et  qui  chercherait  à  rendre 

1.  Comp.  The  foarth  Book  of  Maccabees  and  Kindred  Documenis,  Bensly  et  Barnes»  Cambridge, 
1895;  texte,  p.j;  tradactìon,  p.  xxvii. 

Digitized  by  VjOOQIC 


SKVERE  D'ANTIOCHR. 
jLuooi;  Ja-x^I  lo^f  'io%u  Ì-«l-3o  ^aoì^^  ^^w^  ^:^  |»  .i^  <^.i  ^:^  |L^a-^» 

*;4-*-^*'^  ^ói  )i3a*f  )..^oo£sj  (sic)  JioKJlK^  Lg^  |1qjl^oo^ 

*  rol.  IH)   JloV^A^  .gkS.^t   )Iju»i|o  )K.iOa.iXx  |ÌqJm*) \ìia\Q  :)K.i>i*#Of      flo^J^  lo^  »^i\ 

I*  a* 

:a^^  |i^-i',.^i   )KNeo.n  ^  jUoi;   jLi^^-^  )iv^if  :fft»\">  ^^s^a^;  ^^^  %«ài 

<*ii^^  yoopol  ci^K^/f  «.^Oi^  oi^  %df  :oiiU^; 


cet  objet  par  d<*s  ruiileiirs,  peindrait  sans  doute  iiin*  ìiiiage  parl'aitemenl  bilie 
ci  {'onveiiahle  qui  res^rniblf^mlt  aii  nHidòle  si  splriidide  et  sédiiisatit,  mais 
qui  serait  iiifèTÌ<*iire  à  soiì  sujet  puree  qiui  Fari  ne  peul  rcproduire  cxactemcnt 
la  beante  nalurellr, 

Nons  aiissi»  lorsqiie  par  les  artifìees  dv  la  parrdi\  poiir  aiiisi  dire»  iious 
*  t.tl.  '.ni  vnudroiis  peitidre  la  beante  UÙTrpeTrsta)  *  spìrif nelle  et  Tardenr  juvéuile  et  fou* 
rageiise  pour  la  religioii  (ej-rtStia)  dej^  sept  jeunes  gens,  non?^  dìrons  ansuré- 
mcnt  de  belles  choses,  de  très  belles  choses,  mais  c/est  le  pmprc  ibi  snjet 
que  ces  clioses  soieni  fort  éloìgnées  de  la  grandeur  des  ex|>loils,  qu'clles 
s'écartent  anssi  et  soierit  an-des80us  d**  la  iialiire  mènie. 

Nons  apprenoiis  seulement  que  les  sept  jennes  gens,  aii  sortir  de  Ten- 
fance,  s'avati^*ant  par  la  porte  de  la  jennesse,  étaicnt  conunc  les  dcgrés  d*unc 
éehelle,  à  jien  de  dilFérence  (FAge  Ics  uiis  des  autrcs.  Mais  ces  jeunes  gens 
sonlTrirent  tous  la  meme  mort  pour  la  rcligion  cn  subìssant  des  supplices  da 
diflérenlcs  cspèces.  Avanl  eux,  ce  fui  Eléazar,  un  vieillard  et  un  prélre,  qui 
etiseignait  les  soiilFrances  pour  la  verki  pbitol  qiie  la  Loi*.  Apres  eux,  vr  fui 
leuririere,  truu  Age  avance,  qui  elle  aussi,  paree  qu'elle  supportait  héroique 
meni  les,  siipplices  de  ses  enfants,  resista  à  ses  sentìments  de  nière. 


1.  Comp.  Il  Mate,  ctiap.  i\,  18  el  suiv. 

Digitized  by  VjOOQIC 


I 


[9]  HOMÉLIE  Lll.  9 

jK.^^i  '^^  .jtoiK^  Jl  JLjl9j  ^*  l^ìl  ..Ioì^Km  JI  IK^oojlM  l^/i 

Olio  \  ^;  ^ibi^ya  typoC^  ^iiV>/flì  ^i-^  K  mK  \  ^,oK  *ìv>  \  )L;oKjl^ 
:yiinN)V>  jLi^^ui  ^a^  ;|K  \  .»;  ioVAfiiA;  i^^"-^/}  Qi.boa^ii>  |oiJ^9  otio  \o 
V.>ifc].v  :JLttb90  ^.«ou^  V-^-«!  }^f^  jLooA  :l;oixl/  jif^^;  ^;  ^^^^^^ 

Jiol/  io^t-^jo  jLio^lii  yOJói  jLidiS^  ;|rt>avxi  ^  K,2LSb^  J^jil/  AoO|^  %d/; 
i^^  JiV^Là^!  «Ipó/  jK.^^.^  U^  òiK2b^^^^9  ^  :|KJ^^^9  XoVaAa;  |K^»^t^ 


Qui,  en  Tapprenant,  ne  serail  pas  frappé  d'admiration?  Quelle  àme  ne  serait 
pas  stupéfaite  ?  Quelle  accumulation  d'expressions  appropriées  à  ces  exploits 
pourrait  les  élever  à  leur  hauteur?  Certes  par  des  éloges  procédant  de  Tima- 
ginatìon  et  de  cet  art  qui  promet  un  style  solennel,  ils  restent  à  terre,  lls 
5  volent  vers  le  ciel  ;  ils  s'élèvent  par  leurs  propres  ailes  et  non  pas  par  des 
ailes  artifìcielles  et  étrangères.  Vers  Dieu,  qui  a  institué  le  combat  pour  la 
religion,  ils  s'écrient  avec  le  prophète  :  «  Auprès  de  toi  est  notre  louange  dans 
la  grande  Église  '.  » 

En  mentionnant  FEglisc,  j'ài  tire  de  l'athlétisme  de  ces  vaillants  con- 
io fesseurs  un  sens  plus  divin  et  mystérieux.  Il  me  semble  que  ce  sont  des 
modèles  :  le  vieillard  Eléazar  est  te  type  de  la  Loi  qui  a  vieilli  dans  TEcri- 
ture;  les  jeunes  gens  qui  ont  re^u  les  instructions  du  vieillard  et  de  leur 
mère  sont  Timage  de  TEglise  qui  a  rassemblé  les  peuples  ;  qui  autrefois  était 
sans  enfants,  mais  eut  ensuite  une  nombreuse  postérité;  qui,  elle  aussi,  s'ins- 
15  truisit  d'abord  et  apprit  de  la  Loi  ces  enseignements  élémentaires  qui  sont 
pour  ainsi  dire  le  premier  alphabet  de  la  religion;  elle,  au  sujet  de  laquelle 
la  prophétesse  Anne  dit  :  e  La  sterile  a  enfanté  sept^  »,  lorsque  celte  Église 
qui  autrefois  avait  beaucoup  de  fils  fut  affaiblie. 

K  Ps.   XXI,  26.  —  2.  I  Sani.,  n,  5;  dans  les  Septante  ;  ori  <iTe(^  iiexcv  éicx», 

Digitized  by  VjOOQIC 


SÉV^:RE  D'AXTinCITE, 
fol,'.io   ooi^  :)ioiK^ikj^f  còl  yO^^I^Am^  :J.JU^  y^^-^  k9^  wOta#Kl»|  Uo^l  Jl/ 

:auA.j   ^t^   ^><x^  ^Q»*^x-^   il;    oòi   ^)fO   fU'^   jKs.  vj  i.  >cì  a   :|..^;po 
Ji   "ìS;  :ÌJ00i  Ì0|  *  m  i to  |ia.^ì  owK^»!   ^^t-^   ^"'^^  ^^  7^^!  :|K^i  )Of^ 

xCi3f|JjO    yO^^^fià-J     ìli    ^"^^f    yO^fjjf    JLl^^I     :|-3t>^;    VQJÒI    yOi^    ^O&aId    vOOOM 

OQOi  ^^g  »»lo   :^^>.Lwj   ^cyòi^  JJ^Cb^.^;   »A*\ii   looi  [q^/^^   :|^JJU  »o\  IH  fti»o 


1^  V.  »**i»  "^^O' 


I 


^  rciL  liti 


Mnis  comnioiit  a-t-oii  representt*  à  vos  veiix  ce  stadede  In  vcrtu,  qiie  n'a 
pns  assynihri  niéiiie  ce  temps  ijiii  s'i^fforcn  do  détruìrc  ìv^  aiuucns  priii- 
cipes?Sj  ce  n'osi  quo,  c'Iiantó  par  toiis,  il  fait  rrsouuor  aox  nreilles  dcs  iiou- 
Vi/aiités  qiron  iraurail  pas  eucon*  guiUées.  Les  mcis  cxqiiis  du  repas,  TAii- 
cieii  Teslamvfit  Ics  ijjfrc  dans  le  cyclc  dcs  aniiées,  et  le  Nouveau  Ics  thnne 
avec  amour  sans  qu'ou  s'en  rassasio. 

Kn  lète,  Aiitiochus  le  tyrati,  le  cruci  par  exeelicnce,  était  assis  sur  uà 
lieu  élevé.  C'est  le  propre  eii  t'irai  dr  la  vanite  et  dv  la  paiivreté  d'esprit  de 
taire  croire  a  ccux  qui  eu  soufTreut  quii  est  dur  poiir  eux  de  se  tenir  sur  la 
terre  ellc-memt*  avct:  Ics  autres  liommes.  II?,  out  à  cunir  de  s'élever  cu  Fair, 
de  iiiontcr  et  de  niandier  sur  la  poiutc  de  Icurs  pieds*,  de  Icver  le  frout  et 
de  s'exhausscr  le  plus  possible,  semblables  aux  eòdrt*s  du  Liban  doni  parie 
le  l.ivrc  diviu"  en  flétrissaiit  Icur  sterilite  et  Icur  orgueiL 

Autour  de  lui  étaicnt  raugies  de  nombrcuses  Iroupes  de  soldats  et  de 
poi'ieurs  de  lanees,  ceiiits  de  leurs  arnins,  qui  pouvaieut  inspirer  de  la 
craiute  aux  spectaieurs.  Eu  avaiit  élaìent  placés  divers  instruments  de  toule 


1.  Mut  à  mot  :  sur  J'exLrt^iiùté  de  lours  onglois.  —  2*  Ps,  xxxvi,  35, 


Digitized  by 


Google 


v*  a. 


[11]  HOMÉLIE  LII.  11 

'««oLKj^oo  toiK.,i>,ò»jK,a  ^;  jooi  uib^.ji^  \  :oML-«$9  Jf  \  m  '^  jooi  %«oioK^/ 
j;oud  io-fiua^o  •Jv-«>.^;  lì  m  ^  ^^eo  1  ;?  9i  l  ii  jLSL^  ^e  "^odjj;  jooi 
:jbjj  |Lfoi2^  vj;  jLio^^  V^ih^  oì^  |ooi  ì-aI^  .l-^DOlbaj;  |K.«»ìD;  ^  |K\»^  ^ 
^n  \ot}  jLvIft  >J  ^  m»  oitoi»^})  Vi  No  JIn  ioti  \  oi2^  %d/  jLdj  IavivìiN 
J^IV^  «vooila^^  CL^o  l-d^A  ojS^  |ooi  %«oioK^/  y^i^^^^oi  1^  Jooi  ì^mv> 
jooi  ì^^;^  l^nViNlo  JL£^  Jifi\v>\  0001  ^ftni  *  jLuv^  JIm  %d/  %^^^^bdoi  ''  foi.  09 

JKi  >  '>  ''^ObM^  }o^^l  :Jliii^v>o  ln^.fl»  Iv^ft  ->  9|-b^^i2^  001  V^b^  ^ 
^^ooiV-^fiL^  ^#JU^aao  0001  ^>^ji  f^  %d/o  |.<b?S;.^iX  yoj/  ^^mJ^  :|K  >  ino 

t.  Sic  L;  Add.  14590,  «^^ft-»  I^am.  ,9  corrige  en  «ta«.*a*3  lo*  par  Bensly,  The  fourlh  Book  of 
Maccabees,  p.  «é^,  note;  V.  illisible. 


espèce  de  supplices  qui  représentaient  les  difTérents  genres  de  chàtiments. 
Certains  d'entre  eux,  extraordinaires,  ne  servaient  qu'à  titre  d'épreuve.  Mais 
tous  également  menagaient  d'une  mort  amère  et  violente.  Par  des  lacérations 
les  plus  subtiles,  si  Ton  peut  dire  ainsi,  ils  décbìraient  en  méme  temps  la 

»     chair  et  Tàme.  Peu  à  peu  ils  détachaient  celie-ci  du  lien  de  leur  union  intime. 

Au  premier  rang  s'avangait  le  prétre  Eléazar  dont  la  vieillesse  se  tra- 

hissait  à  ses  cheveux  blancs,  mais  qui  était  jeune  d'esprit.  On  lui  demandait 

de  manger  de  la  chair  des  sacrifices  paiens  et  de  la  chair  de  pò  re,  et  de  re- 

noncer  au  cui  te  pur  de  la  Loi.  Le  tyran  croyait  en  effet  que,  s'il  triomphait 

0    de  lui,  il  vaincrait  aussi  la  Loi  et  le  sacerdoce,  dont  la  mine  serait  la  con- 
séquence  de  la  défaite  du  vieillard.  C'étaient  ces  institutions  qu'il  attaquait, 
et  non  pas  en  réalité  les  personnes.  *  Il  pensait  aussi  que  les  jeunes  gens  et  *  fot.  99 
les  disciples  suivraient  sans  résistance  leur  maitre.  Mais  il  fut  dé^u  dans  son 
cspoir  et  dans  ses  illusions. 

15  Eléazar  se  rajeunit  dans  son  corps  vieilli  et  affaibli  contre  les  dures 
calamités.  Il  fortifìa  les  jeunes  gens,  eux  qui  étaient  d'un  corps  ardent  et 
vigoureux.  Il  prouva  que  la  Loi  était  spirituelle,  que  le  sacerdoce  était  su- 

Digitized  by  VjUUQIC 


12  SEVÈRE  D'ANTIOCHE.  ^VT 

l\xù^l  lU^QH  ^n^ffl}  ^  jA^^adJjio  ""^^J^  «Jooi  %a)L*  )La«/;  JLu/  ^^^^f    y^l 
:ojS^  Jooi  y/S  |ia.iULit;o  J>o^  jooi  jvlo  )jud;  JLlma  ^  «Jooi  |m^v>   |v^>^; 

^.^ift  *>l^v>  :|ooi  pò/  %i«oiaS^  ^mj^l^o  ^euipe;  ^  %d/;  :)Lji-«/  ^9  K^/   :joof 

I ii\ ;> ft i  vOiói  JiiV>iV>  %d/o  :oooi  ^t-^^^/  |K»^i\  ^o^  ^  ^;  yotS 
t|*ì\ >ni\  Ijoid  %d/  0001  ^•\>flnVìo  0001  ^Ajujpo  l^^>^l  f^  i^MifiUf^i  ^k^ 
.h<^h  •ì^  l^ftìN  ojS^  0001  ^9|^  |J.o$KaM;  JJ|,^w\;  y^l  JLflDìod  ""^lAd  ^jyo 
:|ii%*>Kv>  JJo  06^  ""^J)  jiVtfcsmiV)  jlo  :|jLdi;£oe  JJ  yooC^  jooi  %«oioK^/  jf / 
4^pQ^^i  %«oioK^/  K^lv^A  >J-3a^^/  0/  ^^^-«!  |.£Da:baj;  *|  n  ^  Jooi  v-^/ 
:|»ii>i">  ^o  1^}  JLd/  ^;  jLi2L^cu  Joj!^;  ^«oioK^  jJLaoiabeo  v^^^  |Ki>Oi 


blime  et  élevé,  en  montrant  qu'ils  possèdent  une  espérance  mystique  pour  la- 
quelle  on  doit  souffrir,  et  qu'ils  n'existent  pas  seulement  en  apparence  et  par 
écrit. 

Antiochus  était  très  occupé  {m'k\}(;  h)  à  rire  d'Eléazar  comme  de  quelqu'un 
qui  soufTrait  inutilement  et  dédaignait  le  mets  très  délicieux  de  chair  de  porc.  Il  ^ 
appelait  ce  mets  un  bienfait  de  la  nature,  et  il  considérait  comme  une  sottise 
de  préférer  la  mort  à  un  mets.  Mais  il  temperai t  ses  menaces  en  riant  de  cet 
bomme  et  cn  méme  temps  en  cherchant  à  TelTrayer.  Parfois  il  montrait  à 
son  égard  de  la  pitie  et  de  la  compassion  ;  il  disait  :  cet  homme  est  courbé  et 
affaissé  par  la  faiblesse  et  le  faix  de  la  vieillesse.  i' 

Les  mémes  sentiments  étaient  parta gós  par  les  serviteurs,  les  porteurs  de 
lances  qui  entouraient  en  armes  Èlèazar  et  protégeaient  ainsi  le  roi.  De  tous 
cótés  ils  entouraient  en  bon  ordre  le  vieillard  comme  une  tour  de  verta.  Mais 
celui-ci  était  pour  eux  inaccessible,  complètemenl  inexpugnable  et  invincible. 
Il  disait  :  «  Notre  Loi,  ò  Antiochus,  est  la  vraie  loi;  elle  est  Toeuvre  et  le  don  u 
de  Dieu,  et  non  pas  la  doctrine  d'un  homme.  Est-ce  que  tu  n'as  pas  entendu 

Digitized  by  X^UU^IC 


[13]  IlOMÉUE  Lll.  13 

:JLiJL^  ''^N^^àoo  s^ju^ùi  JfO^;  ot  •  i»  ""^«^^Jboo  :)b-Joi  ^o;  J^oojo  m  n  io 
^Aoi  I  >.o  \  ''^.^^àoo  :Ji  >  N;  ^  oiJ^  Jooi  ooili  ^1  ^;  oói  ''^.^^àoo 
o.^^  ^bo  :^«ooi  >  ^  ìK^  K^Jft  >ft  \»  ^loNot  joC^;  i^^^>-d  ^«ooi  y9i  *  N  ^} 

ouLM  o/  ""^^^ooi  t-^Mbdi/  Jlo  I  I  rftVtÉ»>ft\  jìKj  Ijoudo  •«^JLa^oi;  ^h  Noi 
^bo  |J,adb,rfS  «jLflDOMJ;  j^>Oii9  ouM  o/  •«^«oioK^/  |oi^9  :|  noci  Vìi  ^il^; 
I  i  >  '>9  oudoji;  |l<ì<ilìiVi^9  h^li  y^l  ^jOjN  vx^Sl^  *JK^^^^  JJ  V^b^ 
^9  f  •n  ^\  Jly^ftV)  JJ  jloJLjLjoi}  |K-^  ^éoò^  ts^l  |oou;o  ««^«JLJkj 

:oj^  ^mftv>  ^9  ^\ot  •  jLb  v^^^  ^^  y.#\ot  ^o  :|rt>avxi  oiS^  ^»  ìùÌXI 
yQOi\>\  :|  i^  ^y  ^\  vooi^  ^ju#  ^^Id  JjIq  ft^  %d/  •Jjoi;  K^o  oiK^b^^^^ 
fiTNìVt  i\  o.^  I  I   >  n  \  ^  :^J^)L:^  j   I  i  K^kiJl  ^éOì  \n\9  yo-iói 


^  fol.  99 
V»  b. 


i:. 


parler  de  Molse,  de  son  jeùne  de  quarante  jours,  de  la  splendeur  et  ìie  la 
purìfication  qu'il  en  a  tirées,  dii  somme t  du  moni  Sinai',  du  nuage,  de  Celui 
qui  lui  faisait  là  dea  révélations,  des  Tables  gravées  par  le  doigt  de  Dieu, 
lesquelies  étaient  doublement  écrites,  à  l'intérieur  et  à  rextérieur?  A  ceux  qui 
étaient  très  grossiers,  ces  Tables  montraient  la  face  extérieure  de  réeriture, 
mais  à  ceux  qui  les  contemplaient  avec  sagacité,  elles  indiquaient  les  profon- 
deurs  mystiques  de  l'esprit.  De  là  nous  est  venue  la  répulsion  pour  les  mets 
de  cbair  de  porc,  laquelle  nous  instruit  et  nous  enseigne  à  contenir  la  passion 
de  la  gourmandise,  à  ne  pas  rechercher  les  choses  délicieuses  *  et  à  observer  *  fói.  99 
ainsi  la  continence.  Je  respecte  donc,  ou  le  fondateur  de  la  Loi  qui  est  Dieu, 
ou  l'esprit  de  la  Loi.  Aux  animaux  privés  de  raison,  il  est  permis  de  se  servir, 
comme  tu  le  dis,  de  l'abondance  du  don  de  la  nature  et  de  jouir  des  voluptés 
sans  frein.  Mais  à  Thomme  doué  de  raison,  il  n'est  pas  permis  de  faire  ni  de 
manger  tout  ce  qui  est  possible  ;  il  a  regu  une  loi  qui  lui  interdit  certaines 
choses  et  qui  lui  en  permei  d'autres.  C'est  pourquoi  nous  appelons  des  brutes 
Ics  barbares,  eux  qui  se  mettent  tout  sous  la  dent  en  obéissant  à  la  nature 

Digitized  by  X^UUQlC 


14 


SEVKRP.  n  ANTIOCIIK. 


:)i..<b^j  I  <^\  ;:  i  v>o  JbKa^o  ÌjcL^;  J£^^^  Ì'*^^^  I-^i^!  ^  i-^Jlo^  ^^ 
loop  )lVK.O0;  jbJSsB.^  f  r  f^ft*^  at\  n\;  :U^  ^jl^^J^  01^  «.Dfff  |L^;a..i.^do 
K.A^  ^^^  *I^i^^  Iloi^fOi.^  ^^^^  f-^!!  ^  f^  -y^  ^^o  Ul  ioil>  *  '  -^^ 
^^Vo^  ^Oi.^^  p  yOjf    i^^^^   aJoi2L^a^j   s^oi  ^oò^   ^.ù*  \^  jU^^  ^^>^! 

^'^ìO^i   001  l^Oifì   U^'l  x^  f^i   ^y^  * ^-^^^^^^""^^  M^  "^^  oq\;   i-Jb^i;   y^l 


et  non  pas  àia  Loi,  Tel  est  l'esprit  de  la  Loi,  pour  m'abstenir  Jc  parler  des 
sens  t^uhlimes  el  surtout  inexprimablos. 

a  Mais  je  dois  oncon?  m'adresser  à  rimpiét**  et  à  robf5issance  qui  n^est  pas 
coidbi iin*  aiix  mvsiòres.  Que  diraì-je  au  siijet  de  Textriioiir  ou  de  la  dignitó 
du  Grand  Pn^tre?  J'ai  penr  de  la  tuiiique  qui  descenJ  jnsqu^aux  pieds  et  qui 
est  tissne  avec  di*s  couleurs  variées  et  dilTérentcs.  Elle  niontre  «[ue  le  Grand 
Prétre  doit  étre  revi^tu  de  tout  renscmblo  varie  des  vcrtus,  J'ai  honte  devant  le 
pectoral  des  jugenients,  le  symbole  de  la  veri  té,  que  devaienl  porter  sur  la 
poilrine  ccux  qui  ool  regn  le  sacerdoee,  en  entraot  dans  le  Saint  des  Saints. 
pour  acqurrir  la  raison  intellectucUe  qui  est  conduite  par  la  parole  plutót  qne 
par  la  colere  et  les  passiona  cnnemies,  pour  pouvoir  juger  coninie  il  faut»  pour 
recevoir  commo  dans  un  miroir  les  révélations  d'en  liaut  et  les  direclions  et 
les  transmeitre  aux  initiés  avec  exactitude  et  vérité,  Je  snis  confus  devant  la 
Cidaris,  c*est-à-dire  la  tiare  qui  couronue  la  tìHe  du  pretre  en  signe  qu'il  s'est 
forti fié  Lontre  les  passiona.  Je  treniblc  devant  la  bandelette  d'or  sur  le  front» 
eanciifiée  par  le  uom  de  Uieu  qu'clle  porte  seul  grave  un  letires  qu'on  ne  prò- 
nouee  pas.  Elle  illumiiie  le  visage  du   pretre  qu'elle  conduit  et  auquel  elle 

Digitized  by  V3OOQIC 


fol.  100 
a. 


[15]  HOMÉLIE  LII.  15 

OLflD  .wbiL^;  òi.i^ACLd  jbftdi,^/  5/  y^^^  ^^  ^l  •'^l^l    1^^  ^  *  ">  h^l^ 

^/  jLdoflDQb^^db^  ^«001  ^«ouK^/  ^o  ^  ffl»  t^o  Noi  J1.vS  ^  ^  ^2  ooi 

•oooi  ^iimKvì  JK-^  \o^^  «oooi  ^>mVì  JVo>d  :|Vd4;^  vo^ói  jLdpLj  ^«^^b^/ 

<^Jooi  |;*9  oiM;  K>^J\>9ii  ^  «.oooi  ^uffftiimSVì 
^^^^^9  ^di^oi  in  \9  jl^ort  No  iiOrii>\  ^«^^JId  |iiViì">  ^  j  ^  «>  ^9  ooi 
lAyoNo  :|ooi  j^^^J^<^  JK^o^  liou^^-d  •  Jooi  ^6i9  yo^  jlo^io^mv)  ^cl^ 
|;aJ9  JK^S^jo^  :^^i/  |J^<^  o/  JKNii^,mV>  jtCb^M  It-^^^^-^  1^^  JLd/  ^ 
.<^N  m9  J1a-^j  9^-d  ^  •/H^i/  cu  ^  s»{  Jl  n^i  ^i  ^o  Jooi  ^NKiV> 

^^^jf^  Jttyo  jloi^ljo 


enseìgne  que  lui  seuI  verrà  Dieu.  Lorsque  je  suis  plongé  dans  ces  pensées 

et  dans  beaucoup  d'autres,  pourquoi  trahirais-jela  loi  de  mes  pères?  Pourquoi 

*  scrais-je  vaincu  par  un  meta  prive  de  raison?  Pourquoi  souillerais-je  ma*  foi.  loo 

bouche  qui  jusqu'à  une  telle  vieillesse  est  restée  pure?  Tu  connais  parla,  ó 
^     Antiochus,  Tétat  de  mon  àme  ;  prenda  donc  maintenant  une  épreuve  de  mon 

corps.  » 

Frappé,  comme  par  des  aìguillons,  par  ces  paroles  qui  étaient  pleines  de 

philosophie,  Àntiochus  donna  l'ordre  de  lacérer  le  vieillard  par  des  tortures. 

Aussitót  les  serviteurs  porteurs  de  lances,  ces  crucis,  se  mirent  à  Trapper  du 
10    poiug,  à  multiplier  les  blessures.  Par  des  coups  de  fouet  ils  le  lacéraient, 

attaquant  ses  flancs  et  décbirant  sa  chair  au  point  que  son  sang  coulait  abon- 

damment. 

Le  vieillard,  fixant  ses  yeux  sur  le  ciel  et  courant  avec  empressement  vers 

la  voie  celeste,  soufflait  et  suait  violemment.  A  la  fin,  sans  avoir  été  contraint 
15    àexprimer  une  parole  de  faiblesse  et  de  l&cbeté,  il  fut  livré  à  l'ardeur  du  feu. 

Alors,  lorsque  le  reste  de  son  corps  fut  consumè,  et  après  la  prière  pour  le 

peuple  et  les  dernières  paroles  de  Tagonisant  adressées  à  Dieu,  il  s'envola  vers 

les  bienbeureuses  demeures  des  anges  et  des  saints  Pères. 


Digitized  by 


Google 


fol.  100 
r»  b. 


16  SEVÈRE  D'ANTIOCHE.  [16] 

Q^_|^o  ^^  ^-/  kML^^  «i^oi^;  J   Mnt>}  otia  II  filivi  <»  Vi  \  ilK^ifiDa^Qj  llMpo 

Ili  \  |.dbd  a2k  Kft  \«U}  ^^oO^  :a:k^  o/  0^711  m  \  *>  ""^.-d  ^o^-m  jl  i^  ^ 

jKJJ^oo  jAsÀOeuS^  oiAoooA;  |mn^  y^l  :|.sV^;  y^ogiM  v-*^^^  ""^^d 
ifiXittVì  J,ib.vs.o  001  ""^à;  |j.4>  ^am^  t^^b^d;  jLio^^  oiS^  jooi  *|.Altt  ^  .Jooi 
Jooi  %t  ^1  I  JJ  v^b^QJLòo  JIq,iK  Nei.  ■!}  Jg  \  Uf^l  \OJÌi2ik  yooi  \  |ooi 
0001  ^ib^tsm  Vi  K^lvipe;  jooi  J)JL«  liori  ■>#/;  |y  m/i  \  ^.^  t|K  \  »i|  ^ 
|loi\>i|V»}  ^  jK.i'ìiN  JJ/  :iooi  jLofiù  jjLMi  CL^  ^}  J»oi^yiim^m>Kvìo 
JjNtVjo  jLiK  \  >  Éi  yo^  I  it)V>  ;ot<>"i\  jLdf  V-»^}  jloìM  .^}  | in  1  fO mJ^\> 
jKjMu*  JL*^;  :|ooi  i^;toe  )L&/;  J^^ìi^oh^  V^^^  ^e  oói  JKJS^}  ^I^o^^-^^la; 
:oii9!\v>;  ^  jiofK^bM  "  ^o^  «^i^!  ^!  ^  >oiitt\v>;  |)ai»v>tV>f  ^«oioAs^/ 
K^/  ÌJ^^/  :|K!SÌ9  ^9  ooCb^  .|^ii\i  %«oioK^/;  Jooi  1^  >\i  i#oki»/;  wài;  ^/ 


Les  jeunes  gens,  conforméme'nt  aux  ìnstructions  des  prétres,  accueillirent 
les  combats  du  maitre  et  les  méditèrent  avee  beaucoup  de  diligence  et  d'em- 
pressement.  Ils  connurent  mieux  que  les  enseignements  de  la  Loi  Tendu- 
rance  du  vieillard  dans  les  souffrances,  et  ils  la  préchèrent  avec  ardeur. 
Ils  la  conservèrent  dans  leut*  mémoìre  avec  une  exactitude  remarquablement 
vive,  sans  aucune  fante  ni  oubli.  La  science  qn'ils  regurent,  ce  n'est  pas  prin- 
cipalement  par  la  langue  qu'ils  Tenseignèrent  et  la  transmirent,  mais  par  uu 
courage  à  la  hauteur  des  supplices. 

Chacun  de  ces  jeunes  gens  fut  amene  en  public  suivant  le  rang  de  sa  taille. 
Le  tyran  croyait,  par  un  chàtiment  impose  à  Tatné,  cbanger  les  autres  en  les 
elTrayant.  Lequel  ne  faillirait  pas  en  effet  par  peur,  en  voyant  les  chairs  de  ses 
frères  cruellement  déchirées  et  mises  en  pièces  ?  Mais  tei  ne  fut  pas  le  résultat. 
Au  eontraire,  cettc  idée  de  frapper  par  la  peur  excita  ces  vaillants  guerriers 
arhiés  de  la  piété  (eùdsSux)  à  montrer  un  courage  encore  plus  grand.  L'atné  des 
frères  songeait  que  c'était  un  devoìr  pour  lui  d'imiter  son  maitre.  Le  second 
fol.  100  pensait  que,  outre  *  le  vertueux  exeraple  de  son  maitre,  celui  de  son  frère  lui 
^  *  imposait  aussi  une  oblìgation.  Le  troisième  s'eiTorgait  de  surpasser  ceux  qui 
Tavaient  précède  dans  le  combat  et  d'étre  un  exemple  d'héroìsme  pour  ceux 


Digitized  by 


Google 


[17  HOMÉLIE  Lll.  17 

I  t<S  ^   i  ^}  |K.>a,J,  Joou;o  i\  ^\  f  oaKoI/  o^oi^  yOJoO^  ^d/;  :oi^  Jooi 

w^^  ^b09  jln^n  "ìiN»  lii^  ^)9f-^  jlvii>'mo  «.oiiK^  jl*/;  oojS^  jooi  %«oioK^/ 
yooiA^/9  jto   rtìAIJI  0001  ^i^  ^artìV»  «Ofr^^  yo^}!  ^  ft>  Jg  \  ^  ^^h<^i 

s^  lo^  ^9  0001  ^9Kl^K^  ««OOOI  >  iit\i9  VQ»JÓ|9  yp0^^9  y^^ULM  fJ^ 
^bO   Jl/    tvOijLj    v^Ó|9     |K  S  ft\  ^9    ^   ^O   Q-S^    :OO0|   ^ii\a\m9    f^  •Ji^Kà; 

|lo  t  im  vìmV>9  IK^iàU  Io  iO^to  jlo^/  voa,>/i  yonTf  ^^   >  01^  ^^!  ^ 

:j99a^9  otLo-JLdpK..^  ^cl^  Jt-^^^Z  ^!  1^^  1  ^'  o  9-^9  :oiK.4ji9  JV-^/  ^0 
.|ooi  y^L  ^l  li-^Mbd/  oid  f^  ó»^  :KJJ^  ^e  ^«001  ^n  m  Jioj}  jy^oa,^  ^ 
•opJL^  ^0  Jooi  iÉ»\KiV>  :)LdV^9  |m\  i  J.aae|,a  ^iijV^!  It^^^^  ^!  Ur-^l 
;|ftm*tf\  Cirillo/  %A^/  JJoi!S^  K^JLi.ibdj  tt-A^l/  oujl^  ^AttudKj}  9^9  )Ljv^/ 


qui  restaient.  Tous  s'étaìent  associés  les  uns  avec  les  autres  dans  les  luttes  et 
les  combats.  Cbacua  d'eux  ne  combattait  pas  seulement  pour  son  propre 
martyre,  mais  aussi  pour  le  martyre  d'un  autre.  Celui  qui  s'était  avance 
le  premier  était  une  colonne  animée  pour  celui  qui  suivait,  et  un  symbole  non- 
veau  de  courage  qui  subitement  avait  été  écrit  et  place  devant  lui,  suflìsant 
pour  Tentrafner  vers  un  zèle  égal.  Les  derniers,  en  entrant  dans  le  stade, 
éprouvaient  Tathlétisme  de  leurs"  frères  encore  plus  que  ceux  qui  souiTraient. 
Ils  se  préparaient  à  l'épreuve  imminente,  craignant  non  pas  de  suivre  les 
traces  de  leurs  devanciers,  mais  de  ne  pas  montrer  dans  leur  corps  leur  qualité 
de  frères  et  la  méme  energie  d'endurance  dans  les  tortures  variées  produites 
par  les  instruments  du  supplice. 

L'un  était  allongé  sur  une  roue  qui  disloquait  ses  articulations  en  l'en- 
tralnant  dans  la  rotation  de  son  cercle,  pendant  que  des  charbons  ardents, 
placés  au-dessous,  le  brùlaient  en  méme  temps.  Un  autre  était  dépouillé  de  sa 
peau  par  des  crampons  de  fer,  comme  on  dépouillé  un  mouton.  Un  autre,  à 
l'ordre  qu'on  donnait  de  lui  couper  la  langue,  tirait  de  lui-méme  la  langue  et 
la  tendait  pour  qu'elle  fùt  coupée,  montrant  par  là  que  si  quelque  cbose  de 

PATR.  OR.    —  T.  IV.  2  T 

Digitized  by  ^^jUUQIC 


4 


fol.  100 
V  a. 


18  SEVÈRE  D'ANTIOCHE,  [18 

V^^^d/  Jooi  ^M|mv>  ogu^j-d  :iooi  j^i-^  vj  Uo^  %d/  «.^^Xj  J^£ì^;  jooi 

oooi  ^aJuS  «or^.^ft  ^0  ^H:^  QiiLflJ}  ^0^^  :^o  \rcti  Jia;bfluX^9  J|;;  ^« 

Jjjg^fl»  "^  JifiL/;  *.|Li)Ld}  òuK^/  K^J*|^J^  Jioj^9>d  ^^^^jIiKm;  ^9  v^tróiS 

^yoope;  %djpo  Joop  Jt^^^d/  JLK,^^^  """^.J^  j-n^^iNv^  ""^.M 

iooi  òuK^/  I901  y.^/)  :|.-A.JoK...d  \m^K   %l  :Jj/  pò/  |^  ^^wdt  ^  ^  jl; 

*     y     *  •  •  •       * 

•jljLojpo  jl  v^ài  J;oi^9  :U5Kd1  lo^j  JK  -n > ^v  V-J^;  ^  JlojftoJk^ 
jKJ^oftJMo  jL^bOf  Ifurti  yJSioi  lL£)Ld  l-dQi}!  Jli.\n^9  yj^^!  V^'h^I^p/ 
^dk#9  JlaJl^jL:^  :|  '^KSvxì  |  91  \  mìv>  JJ/  ;^dbò»/:>  |ja^|^  cl^  :^*x.xb 
JiJLji9  JKSN  uivxì  JK  ■Ymn/  JKjiaji  ^^«ò^  :^^oi  |j>d  ou  p  oid  tlt^oA  ^ 


cache  à  l'intérieur  était  reclamò  pour  le  supplice,  il  le  doanerait  aussi,  s'il  dé- 
pendait  de  sa  volonté  de  le  produire.  Eq  effet,  chacun  d'eux  avait  grand 
souci  de  mettre  en  évidence,  en  face  des  nouveaux  genres  de  peines,  un  em- 
pressement  encore  plus  nouveau  à  étre  éprouvé  dans  tous  ses  membres  à  la 
fois  et  à  supporter  vaillamment  de  nombreuses  épreuves  avant  que  son  àme 
ne  se  separai  de  son  corps.  Ils  estimaient  que  c'est  souvent  le  propre  des 
animaux  d'étre  abattus  dans  un  seul  massacre,  tandis  qu'à  ceux  qui  se  dis- 
tinguent  par  leur  energie  il  convieni  surtout  de  porter  sur  leur  corps  de 
*  fol.  100  nombreuses  marques  *  de  courage,  de  marcher  ensemble  vers  le  glaive  des 
^  ^'  adversaires,  et  de  répandre  leur  sang  aussi  bien  pour  leur  ennemi  que  pour 
leur  parent. 

Telle  était  la  puissance  des  jeunes  gens,  ces  vaillants  héros,  que  je  ne 
m'attarderai  pas  à  faire  le  récìt  des  actes  de  chacun  d'eux.  Telle  était 
Tardeur,  la  mieux  préparée  pour  combattre,  de  ces  confesseurs  invincibles. 
De  méme  que  les  ouvriers  qui  enchàssent  dans  une  couronne  d'or  des  pierres 
précieuses  et  extraordinaires,  ne  prennent  pas  des  pierres  d'une  seule  couleur, 
mais  de  couleurs  diverses  et  variées,  pour  en  faire  jaillir  un  seul  éclat; 
ainsi  ces  jeunes  gens  s'élangaieut  avec  joie  vers  ces  inventions  de  supplice 


Digitized  by 


Google 


[IO]  npMÉLIE  Lll.  19 

tjilA;/  ^Jbs^£D  Ijo^jLd  |io}0|^;  JL\i\   ^  :oooi  ^^^jdKibeo  oooi  ^iol^ 

<»K^idKsL^  oooi  ^JLa»p&  jlyfinV)  |"9^|ni^;  y^l 

li  >^^^  I  iSKnl,  jKjLd  ^  Jooi  t-'J^/  j<i\ii^iA  U^l  ooi  ;ci\i  v>o  a^oi9 
ooi  :|KJ^WMi9  ioV^ibfiLJk;  JLàoK^lo  Jjo^/  ""^^  io^  |.ft  »t"^  K^IV-J^  jooio  :|ooi 
^o  twOift^^VJ  |L»VoQjLdo  jLiL^JL^  |ooi  J  nn*  iv>  :JJov^  ooi  ouM  ^^"T^!  t^ 
Ql^\\i  sfiDO.*^}  iiA^/  :|ooi  t-old  oiio^  ^oclaI  quo/;  :^^)Llik  ^^oiS>  %d/;  |)JL« 
I  fi  ftiP}  :Jooi  v^  »\>  V^^^/  :)LId  Jl;  ouK^/o  K^jLi»;  ^^l  ^^^;  ^/ 
l^bbd  lo  No  ^«oto^bdiif  ;Jt\v>v>  ^.^  %d/  K^^o  loo  ^i  :)L>j,J>oo  ^  %d/  iooi 
oiA^/  %i«oi9  :)Ljooi  vA.<bfiLCD  ooC^  ^;  ojS^  iooi  jLjkl^  .jl^^^XiJI  ouLdilo  %daDl 
^/  tyoj/  1$^  jL^oA  lo  \o  Kot  v>  |ja^/  ia^  |j|h^/  v^òi^  %d/;  riooi 
I  ■■\9»f  JjK!^.ib^>ÉO  )j0^  )Lb^  ^Ai«9  J,a:^<v^  :l.ooi  óuK^/  jL^a^  ^o  ^  v^i^^ 
looi  bf^Kjbo  ""^.oi^  Jb^  f^  tvpoi^  iooi  Ijoi:^^  Ji^^!^^^!  Ìov^^aj^)  JjKj^ 

|:aL^  oi:mù^  iooi  J^cu  ov>  j^^^^h  :l.ooi  ||..ab:b^  ImuNI,/  \0^ul^  |.J>ko   vi^b^ 

•  •  •  ^  •  ^ 


étranges  et  variées  en  ornant  de  dìverses  manières  la  eouronne  du  martyre 
par  des  combats  au9si  variés  que  les  pierres  précieuse^. 

Lorsque  six  de  ces  frères  eurent  achevé  leur  course  et,  par  leur  course, 
furent  arrivés  à  la  eouronne  de  Tappel  celeste  *,  le  septième  restait  le  dernier. 

^  Il  était  surexcité  par  les  six  martyres  précédents  et  plein  d'ardeur  pour  com- 
battre  et  Intter  pour  la  religion.  Le  tyran  qui  en  avait  peur  cherebait  à  Taffai- 
blìr  par  des  caresses  et  des  promesses.  Voyant  que  le  jeune  homme  méprisait 
scs  offres,  il  ordonna  qu'on  amenàt  près  de  lui  sa  mère,  dont  il  aurait  pitie  à 
cause  de  son  àge  et  parce  qu'elle  avait  perdu  ses  fils.  Il  pensait  aussi  que  celle- 

10  ci  pourrait  par  sa  présence,  et  à  plus  forte  raison  par  sa  parole,  attendrir,  flé- 
cbir  et  ramener  à  la  nature  Tatblète.  Il  échappait  à  cet  insensé  que  c'était  elle 
qui  avait  aussi  oint  les  autres  frères  pour  le  martyre  et  les  avait  envoyés  au 
ciel.  Et  méme,  près  d'eux,  à  l'instar  d'un  general  ferme  et  vaillant  des  guer- 
riers  de  la  religion,  elle  les  exhortait,  allant  de  Tuu  à  Tautre,  regardant  et 

15  craignant  qu'un  de  ses  fils  ne  faiblit  et  ne  chancelàt.  De  cbacun  d'eux  elle 
faisait  un  héros  et  en  méme  temps  elle  établissait  avec  eux  un  pacte  pour  le 
supplice,  dans  l'espérance  qu'elle  périrait  par  le  feu  ou  qu'elle  serait  coupée 

1.  Gf.  PhiUp.,  Ili,  14. 

Digitized  by  VjOOQIC 


fol.  100 


20  SEVÈRE  D'ANTIOCHE.  [20 

^^ot  J.viff)  yO  :)Lò^/  la^o^  )LrLfladJL.^;o  :l.ooi  |t>flrtV>  Jt-A^^o  :||JLjLd 

^^  •  •  *  •       *         • 

AooD  K^I^^Sb^^  oULLd;  Iìq:^)  ooi  ^9  lo^  .iooi  Ippico  %d/o  looi   Mpò 

s^ói  JJL^j  I  No  jLàOt^  ì^h.  U^^l  ì^l  :K*\N  V  I  #01  ^/  001  JLa-d 
otK  ft;N}/  :^^oia^^U  J..iaA  JLuu^  lo  \o  |  ^ ■  nn  ^  io  ^^Jl  ^«oia^;oixl  |  nA\ 
COI  JJo  v>\  :Jooi  Iv^j  061  ^^/  9-90  «JLi^;  m  ^\\  J^JvJ^  oiK^i/o  > 
io^  Jiott/  ^  wUJoJpLjo  ^>\  ^vi\  Jooi  ootiKm.^  jL^^y^k;  y^l  •JV'po 
yO-iói  ^o  KtJ^n^v»  ^ih<^l  fdo  Jooi  ,%o\j  v>  oiLolS^  0001  ^a^olaIa;  v^oi 


comme  un  arbre,  lorsque  ces  branches  sorties  de  sa  souche  seraient  tranchées. 

fol.  100  Bref,  elle  proférait  ces  paroles  *  de  saint  Paul  :  «  Mes  fils,  que  j'enfanterai  de 

^*  **•      nouveau  jusqu'à  ce  que  le  Christ  soit  forme  en  vous  '.  » 

C'est  en  secret  et  non  pas  visiblement  qu'elle  pensait,  exhortait  et  agissait 
ainsi.  Lorsqu'elle  se  fut  approchée  publiquement  du  plus  jeune  de  ses  fils  con-  ^ 
formément  à  Tordre  du  tyran,  elle  jeta  en  hébreu  une  eourte  parole  non  seule- 
ment  dans  les  oreilles  de  son  fils,  mais  aussi  dans  son  esprit.  Ce  n^était  pas 
pour  se  cacher  des  serviteurs  qu'elle  parla  dans  sa  langue  paternelle,  mais 
pour  rappeler  à  Tathlète  les  premiers  Pères  et  leurs  anciennes  victoires,  et  le 
pousser  à  un  zèle  égal.  Elle  enflamma  et  fit  bouillir  extrémement  le  coeur  du  1 
jeune  bomme  qui,  dans  son  ravissement,  s'empressait  d  absorber  cette  mori 
amère  comme  du  vin  doux.  a  Détachez-moi  des  liens,  j>  criait-il  à  ceux  qui 
se  tenaient  auprès  de  lui.  Promptement  dèlie  par  eux,  qui  croyaient  par 
erreur  qu'il  était  revenu  de  ses  sentiments  belliqueux,  il  s'élanga  et  plongea 
dans  un  des  chaudrons  placés  devant  lui  sur  un  feu  flambant.  Plus  tòt  qu*il  ' 
ne  le  pensait,  il  réalisa  son  désir  et  rejoignit  la  troupe  celeste  de  ses  frères. 

1.  Gal.,  IV,  19. 


Digitized  by 


Google 


121]  HOMÉLIE  LIl.  21 

;K  >  retili  \^  ^?  j^t»  ^  ^  t-9o  :looi  L  Wm  oi-òo/  :oqI  )uJoi  iK-dO 

JK-S^g»  ^«i^d  wbldU/o  "^b^  JVii^  U^/  ^;  :JLft^ouQD;  yooò^;  yOOlJ^t^JLd 
JLooi  jiouL^  :Jl.ooi  jijoiK^o  ^^t^  1\^>^;  ^  IM-^^  U^oi  oS^  JKjuK^^wb^ 
>-ni  y   I  >}  Jl  V  \v>  j;.iOU  |\^t^  );oi;  )Im  ^^/  :)lo;OMSD;  )i  HiVi  \  oiS. 

jlo  :)Lio^  1 1.91, No i}  ) lo  191  \v>  lol^  yoj/  ^V^9ii,i»o  :)it^^  v^^iJ^!  v^/ 

COI  *J><<ii  ,Vì  %n  \)  Vi  :^\  v\»  ^>i>iK,v>  Jl;  ^9  ^«1^01  i^o^h^l  Jjl^j 
•  .JLjui  JV^^^!  I^^^^^V^!  |i^iN  0/  •JK^uoiA  j^^oj!  0/  .^^^^^^mm  vfooJSxkfiLd; 

llfiiim  Vì.»v  )|.^  :)lo9K^i-^  )i^  :)K^ij^U  jf-^f  «f-^^^^!  [lo  v^N  t\  0/ 

•  •  •     * 

^2   ouoi  yoV^JLD;  cu  VKi  n  ^}  U^t^l  *>^f^  jKxiLd  oi^Jd  ^^  01^  ^^"^^^  ^^ 


*  fol.  101 

r«  a. 


Après  celui-ci^  sa  mère  fit  preuve  de  courage.  Elle  qui  avait  été  éprouvée 
par  de  pareilles  douleurs,  qui  avait  été  couronnée  par  les  sept  martyres  de  se» 
fils,  elle  aussi  se  ceìgnit  de  la  couronne  de  ses  fils,  en  montrant  par  les  faits 
eux-méraes  de  quelle  racine  avaient  germe  et  crù  ces  vaillantes  pousses.  Le 

5  chandelier  orné  de  sept  lampes  n'éclairait  pas  le  Tabernacle  autant  qu'elle,  par 
les  sept  lampadaires  doués  de  raison  de  ses  fìls,  faisait  étinceler  TÉglise  du 
Christ. 

Ecoutez  cela,  ó  Mères,  et  élevez  vos  fds  de  la  méme  manière.  Laissez-les 
aller  à  Téglise  et  encouragez-les  à  recevoir  les  enseignements  des  prétres.  Ne 

10  les  faites  pas  étouffer  par  les  préoccupations  mondaines.  «  Ce  qui  est  visible 
n'a  qu'un  temps,  mais  ce  qui  est  invisible  est  éternel,  »  s'écrie  le  Christ  en  par- 
lant  par  la  bouche  de  saint  Paul*.  Oh!  la  mère  sainte.  Oh!  Tàme  virile  dans 
un  corps  de  femme.  Oh!  Taccord  des  frères  qui  nous  ont  montré  une  méme 
éducatìon,  une  méme  vertu,  une  méme  endurance  pour  la  méme  espéra nce,  la 

15    méme  mort  honorable.  A  ce  sujet  que  nous  diront  *  donc  ceux  qui  tirent  Tho-  *  fol.  101 
roscope  d'après  le  mouvementdes  planètes?  Ce  n'est  pas  sans  doute  à  la  méme 
heure  comme  dans  la  méme  station  du  zodiaque,  c'est-à-dire  dans  la  mesure 

1.  II  Cor..  IV,  18. 

Digitized  by  VjOOQIC 


SÉVÈHK  D  ANTHKJIE.  ^^W        ^; 

ooi   ^  ^oio   ^M  :yOO|^  |ooi   ^^o^l^l  ^M  t-^   :|KX^j   \  i^^ito  qì^  ooi   ^^t^^l 

x^ot  Ito^^  ^Of^o  %|3|^  g'^.fì  1  ffes,i»^pQ^i  ^  liofile  ^^  ^  ^«^oi 

OOI  JfOJf   |jpI/  ^  :)lfK^io  JK^^i^S   OOI   ji^j^  ^^i-)-u;  a/   :)j^^  jkò.! 
t.«<k^  IfJUo  gjj^^ll   ]  ^\  '^y  ^  V  ^  -.Q^wldll   fiorili   Ì,da^  ^^oo  » .^  ^^"^l 


:ooi  Jo£^    cifO.^^0  o|j.>do|;  ^;  :  ) K-^a^jjooiK^  ^  ya^^iolo  .■)K.^i<v*ntf)o 


^^  :looi  ou«K«»|  l-^tl  ''^Oi.  Of.^  ^o  |of  :|^oo^J9    11^1  N  »;   )lojo^-M 

|lc^/  ^.Jl    ^#tJl/o  .^   ^;fio.,p^  ^^o|   lo^o   «.^   ^*<ì\,^  ^M   ^*V>t'ft 

xOJÒi  UVooft^  ooo«   ^v^n/   ]1   f  '  ^  *.Kl£&j^l/o  Infilo  Ik^ò^  |«JUdoi   JfOi} 


d'un  Seul  point,  que  leur  mère  les  mit  aii  monde.  Ce  n'osi  pas  non  plus,  comme 
diselli  les  soLs  Maniehéens,  parce  que  tous  avaient  cu  soi  une  grande  parlie 
d'un  seul  pouvoir.  Mais  la  pensée  dominante  était  une  pensée  pieuse  (euceéTjc)! 
qui  ('^lait  une  en  eux;  e/étaii  la  m*>me  eouroone  du  martyre  qui  ìo::^'  invilait. 

Ces  mdrtyrs^  en  lirant  leur  zòlc  do  la  doctrine  de  la  Loi,  précédèreul  dana 
leur  course  les  confesseurs  de  Hivangile,  de  méme  que  sainl  Juan-Bfi///A^fc 
preceda  le  Christ,  AuparavQHt  aussì  les  trois  jeunes  gens  et  Daniel,  Thomme 
aux  nobles  aspiralions,  furent  sauvés  du  four  ardeut  à  Babylone  et  de  la 
fosse  aux  lions,  et  ils  apparurent  aux  Harbares  comuie  des  étres  vénérables 
à  cause  des  mirarles  et  destinés  à  ramener  Ics  Israélites  à  cette  Jéru^aleni 
qui  est  située  sur  terre*  Les  jcuues  Marettabées,  précédant  la  venne  da 
Christ,  la  résurreclion,  la  Jérusalem  spirituelle,  dont  l'arlisan  et  le  créa* 
teur  est  Dieu*,  Tanuonce  du  Royaunie  des  cìeux  qui  était  déjà  proche," 
partirent  du  stade  des  condiats  vers  le  cicl,  en  instituant  les  premiers  et  ea 
nous  enseignant  Fespoir  de  la  vie  fulure  à  laquelle  ils  nous  préparaient 
Si  ce  fait  n'avait  pas  précède,  eonduit  et  dirige  par  la  Prorideiirr,  que  n'au- 
raieut  pas  dit  ces  Juifs  aveugles  en  voyaut  nmurir  dans  les   supplices  des 

1.  Uébr. ,  XI.,  lo, 


Digitized  by 


Google 


^[23] 


HOMLILIK  LUI. 


23 


fc  ;^Vì\  ^1  a  \  vooi^  Km*|  Jl   )KvwxrO»  |i,«^«j  Jt  %^m  lo^o  :oooi  ^K.,00 

^^^«.^/   y^^vìNv  ^o^C^  |K.^^^ml   o^,  .^  1^ 


Iès^L 


»  l*.i«l^ 


»|Ul!}Jx&a3h,   ^^  |ei:k  ^   K«^,.LLf«   K^oiAMjt   ^óf   |ia«.ào   b,„>^   o/    JLoipe   ""^ 


^Oi-^  yo^-^o)^  *fK^  v^naX  t^-,  ^  V  i  ^9  ^Km| 


•^ 


*^i.^Q-Ìf 


JOlk^    ^rf^Ot 


k 


hommes  f|ui  confessaienl  le  Chrìal?  Ces  Jutfs  qui  n'oiit  pas  d'ycux  pour 
contempler  le  viclorieux  osjioìr  ile  la  résurrectloii^  par  les  rayons  diiqoel 
nous  avons  été  éclairés  grAce  a  la  boiih5  et  h  la  charité  (yilavOp«i>7rLx)  Je  Celui 
{\m  nous  y  convio.  A  lui  la  gioire  éternelle,  aint?n! 


HOMELIK  LUI 

SUB    L\    CORRKCTION,     CKST-A-DIHE    LA    CALAMITE     QUI,     HAPPORTE-T-ON, 
FUT    ENVOIÉE     PAH    DIEU    A    ALEXANDRIE. 


fui.  lOf 


r  b. 


Qu'on  ne  penso  pas  que  les  prétres  ou  ceiix  auxqueU  a  été  confiée  la 
direction  du  peuple  penvent  sans  danger  se  taire.  Ou'on  ne  s'imagine  pas 
non  plus  qu'ila  font  une  faveur  quelconque  *  aux  audìteurs  lorsqu'ils  paraissent  •  to\,  101 
en  public  pour  pmrler  et  eoseigoer.  C'est  un  devoir  qu'ils  remplissenl  en 
agissant  aìnsi.  uu  devoir  qui^  non  remplì,  cause  une  angoisse  extréme  à  ceux 

Digitized  by  VjOOQlt 


V,  ^^^^^^        SÉYERR  D\\MIOt:HE, 

^^~^\  )oi2^  i^^  poi  ioqaN  i»  oiK^iiN  Q^omùò    :cìVM-à   |jotid  :V^f  Ì^^^i 

•  •  •  * 

pò/  ^*^c^>J\  ^.^ofol-rfb^  woto^^  *-^^  r  "^ ^  |l.a-.v^f-^  òu^  ^t   I.aV»/  .^^^ 
*.)jop^  oò^  u>f|  >  jy^f  JS^^  ^J-^^l  ,yp^^%Ql%  oi"N  ^  c^>^^  It'^  Jo3^ 

j,^>^o/  r^fis^r^i.^  |oi^    ^o%  V^Of   )jo>^^^   '^''"^^    fewJl^fcS  xvf  Ih^Kì; 

:w»«i3Ì  )K\;xu>.^ft>s    ;a^>JS.s  o^o  :|IS^^^^o  %daju^  ^^^On^ojl;  ^ow^y  jLkX»/ 
4^]LxLfip  ^^f  ooi  Jjila^   \^i  |*g*'  lo^   ..^o^io  p^l  c^^^  "^I    |l/ 


fjui  sV  soiistraìent*  Le  propliòto  Amos  dil  :  n  Prétres,  ócoutez  et  rendez 
témoignage  ù  la  maison  de  Jacob,  dit  le  Seigiieur,  Dieu  le  Tout-Puissaiit  V  n 
Isaìe  iioiis  donno  le  mt^me  commandomtMit.  :  a  Consolez,  consolez  niou  peuple, 
dit  Dieu;  prétrfes,  parlez  au  ea:^ur  de  Jénisalem^.  n  II  faut  dotic,  en  premier 
lieu,  que  1p  pnMre  possedè  par  la  purificalion  une  ouie  trùs  line  pour  pouvoir 
saisir  promptement  les  révélations  envoyéos  par  Dieu»  snit  les  menaees,  soil 
les  commandemeuts.  Il  doit,  en  second  lieu^  rcndre  témoignage  au  peuple 
et  parler,  non  pas  en  tremblaiit,  mais  avec  une  eertaine  liberté  légitime  et 
sago;  non  pas  d'une  manière  Bimple,  mais  «  au  cosnr  de  Jérusalem  »,  afin 
que  la  parol*^  touche  len  auditeurs,  qu'oUo  ne  réjouisse  pas  sculemeut  rouìe, 
mais  qn'aussi  elle  passe  et  enlre  à  rintérieur,  et  qu^elle  cnvoie  vera  Fame  le 
bénéfice  des  explications. 

Cesi  pour  une  partde  de  ce  genre  que  saint  Paul  écrivait  aux  Corin- 
ihiens'*  :  (t  Mais  dans  Tliglise  je  veux  prononcer  cinq  paroles  par  man  es- 
prit, afm  d'enseignor  anssi  les  autres,  plutót  que  dix  mille  paroles  par  la 
langue.  » 

Les  paroles  dites  par  Dieu  au  propliète  EzècbieP  ìnspirent  une  grande 

1,  Amos,  111,11  [Sopranle),  —  2.  Isale,  xr>,  1-2  (Soptanlc).  —  3, 1  Cor.,  xn%  tu,  —  4.  Voìr  ci-apròs.  p.  27. 

Digitized  by  CjOOQIC 


[25]  HOMÉLIE  LUI.  25 

0|2b^  h^l  sflDQJO|liiO   Jju/    y^l}9    K^JV^OM    y>OM,V>0  «.y^^lLdub^    JL-^90  :^ik-^CUA.£D 

Qiao.i>>  jl^o}  >>  Vi  •oj  Vi  JKaJoia  ssou  jloJLiLAfj  ooi^9  ^be  K^)vJ^<^  >|l^Kì\ 
^/  J-JL-dj  Jlto  )jLd>d  ^f^  ^-d  :)Ì^  iiti»»riVv>  )K  niiifi>Kv>  %«oioK^/  jjuib^ 

yooi^;  jicà^  o£bo  :^<b^K,v>  JKjld  p  v^oi;  JLip/;  )La2u/  Jo»:mKJIil:m  jLoo; 

jloioXtt  ouS^  •*)£CbLbeo  O0I9  JV^o;   ln\o  .^jLk^  K.*d  o/  jl^o;  loJ^;  ^/ 
jlo  jK  ni  ii^mv>  Jl  ^  t^mriNa  ^  ^/  ^"^^^  ^"^"^^  .^«iK^o  yooou  yooil^; 

^j   ^iNot  ,^  :)uj/  l,^  ^fKm^fj  ^0  ^^\qì\  ^  •  Jooi  v^/  looi  )Va1«« 


*  fol.  101 
v«  a. 


crainte  à  ceux  qui  soni  à  la  téte  du  peuple,  méme  à  ceux  qui  montrent  de 
rinsensibilité.  Elles  terrifìent  et  prouvent  clairement  quel  est  le  danger  du 
silence,  surtout  pour  celui  à  qui  a  été  confiée  la  fonction  de  Grand-Prétre. 
Celui-ci  est  appelé  sentinelle  (<j)toTro(;),  ou  parce  qu'il  agit  et  veille  pour  le 
peuple  qu'il  recherche  avec  sollicitude,  et  tout  oeil  le  scrute  et  l'examine  lors- 
qu'il  dirige  à  temps  et  à  contre-temps,  suivant  la  loi  apostolique*,  le  troupeau 
soumis  à  son  autorité  ;  ou  parce  qu'il  est  place  devant  nous  comme  un  modèle 
et  un  emblème  de  la  rectitude  de  la  vie  ;  on  peut  dire  aussi  un  oYi|xetov,  c'est- 
à-dire  une  cible  vers  laquelle  les  archers  tirent  une  dèche.  Le  but  (ó  (txoitck) 
est  ainsi  appelé  parce  que  ceux  qui  tendent  Tare  fixent  leurs  regards  vers  le 
signe  ou  le  but,  *  lorsque,  au  jugé  et  en  visant  bien,  ils  veulent  y  envoyer  une  *  foi.  loi 
flèche.  De  la  méme  manière  aussi,  le  peuple  doit  regarder  vers  le  prétre 
comme  vers  le  but  ou  le  signe,  et  diriger  toutes  ses  actions  sur  sa  conduite 
et  sa  parole.  Ainsi  saint  Paul,  dont  l'oeil  de  sa  pensée  ne  se  détournait  pas  ni 
ne  s'égarait,  mais  regardait  seulement  vers  les  choses  célestes,  dit  ^  -.  ce  J'ou- 
blie  ce  qui  est  derrière  moi  et  je  tends  vers  ce  qui  est  devant  moi.  Je  regarde 

1.  Cf.  II  Tino.,  IV,  2.  —  2.  Philip.,  iii,  13-14. 

Digitized  by  VjOOQIC 


V"  a. 


2(j 


SICVKHE  IVAXTIOCIIH 


|lV-^/   ^1^^  jì^^^of   ^%J^  o|   ffo^  ^"^^1   <^^  -i^^!  oo<  NO  » Jao.  \   K^/   Jf^^! 
i^^JL^b^;  :)i&?CS.^;  I^^K.^.^  Q^.^>.it.vi\  K^l  jfoò^o  .^^^^p  iK-d  ^*liff 

^9ofo   i-d09    Ji|o  J^o^t    t   \.^  ^^   ^Q-^)ia^9    ^oi   |.^9o|.^   fJlfj    ))  ^-^flP 
jlt-^^  ^"^s^  )ooi  yollo  I-D090  :ooi  |1^^/  ^-^;   )K-30f.^  a/o  J  /ìX.vì' 


JU^ 


^i. 


<^Ul   \h^  U^^^  pofo  )l/  ^  ooMf   i^oXf   Jl  ..A   li.^^  :^^.«Oi.f>M*|.,^ 


vers  le  but  (c'est-à-dire  le  signe);  je  cours  vers  la  couroiine  do  Tappcd  supé- 
rieur  de  Dieiu  » 

Il  appelle  sentinello  (ticottó^)  surtout  le  prétro,  suivnnt  cetto  pensée  qii'il 
est  d'usage  de  nommer  soiitinelle  («xoTfci;)  celui  qui  se  lient  sur  un  miir  cu 
sur  un  aulre  lieu  élevé,  qui  fixe  ses  yeux  attoiitivement  et  regurde  au  loiri, 
et  qui  fait  connaitre  le  premier  rirruption  et  l*approche  de  Teonemi  ou  de 
quelque  autre  ehose  inconnue  qui  doit  arriver  bientòl.  On  pcut  tronver  eette 
expresBÌon  (axoTud;)  dans  le  Livre  des  Rois  où  elle  est  dt^^rite  d'une  maniere 
evidente  :  a  L'enfant  sentinelle  (tò  iraiSapio^^  u  cncoT^ò;)  monta  el  Inva  les  yeux; 
il  vlt  qu'une  nombreuse  troupe  à'avanfait  sur  la  route  de  Suraìm,  du  eoté  de 
la  montagne.  La  sentiuelle  vint  en  informer  le  roi  et  elle  lui  dit  :  a  J'ai  vu 
«  des  hoinmes  sur  la  route  de  SuraVm,  du  còte  de  la  montagne  V  «  Et  dans  un 
autre  cndroit'  :  «  La  sentinelle  (q  gtcottò^)  alia  sur  le  toii  des  portcs  vers  le 
mur;  elle  leva  les  yeux  et  elle  vit  un  hommc  qui  courait  seni  en  face  d'elle* 
La  sentinelle  cria  et  le  lìt  savoir  au  roi.  »  Et  encore  dans  un  autre  endroit^  : 
a  Va  la  sentinelle  (o  ^xo^tòì;)  se  tenait  sur  la  tour  de  lezra'el;  elle  vit  la  poussière 
de  la  troupe  d'Iéliu  qui  s'avamjait,  et  elle  dit  :  «^  .le  vois  une  troupe*  » 

1.  Il  Sam.,  xiiK  3k  (Seplanle,  Il  Bois,  xin.  3'i),  —  iì.  ihid..  wuu  2'i.—  3.  Il  Bob,  ix,  17  ^Seplanle, 
IV  Rois.  i\,  17). 


Digitized  by 


Google 


\%li 


WimÈLUi  LllL 


27 


,|;ìfiD^9   OMt  >.vi\   mbI 


ijLdci 


|&Oof    ^f-^   fKdOt    ^^O^;    Mbd»/    f^f   %)-^^«D^;    OMt  >.V1>>    m3(    1.^1/    ^9 

IfOi  ^'^i.^^^o  -,|^fo)k.^o    )JLof0..^^^a^   i.fc^,x^>OQ  :|lVK.^^^f    ^^-«^^  "^^    y^ì^ 

oj^  K^l  .^^A\>v»  |J  ^^01  ^It^!  vojoi  ijbois^  f^^t^o  ^*-flD  Jt^.-'i^fla^ 


•  fui.  H>1 


De  méme,  le  direeteur  dii  peuplc  qui,  eii  se  tenant  sur  la  tour  des  vertus 
comrae  sur  un  Heu  élevé,  est  exhaussé  eii  fait  et  en  théorie  et,  pour  eette 
raison,  est  place  sur  uq  siè^e  iiu-dessus  de  tous  les  autres,  doit  posseder  un 
m\  iiìtt^llectueK  pur  et  permani,  éelairé  d'en  haut  et  qui  le  premier  aptTgoive 
s  de  loin  les  calamités  inimìnentes,  ou  l'irruption  dos  démons  comuìe  des  en- 
U  nemis,  ou  les  embiìehes  cachres,  ou  Ics  lilets  dissi mulés  du  Malin,  afin  d'en 
I  avertir  le  premier,  de  préparer,  de  conduire  et  de  diriger  les  événemcuts 
I  *qai  doivent  en  aurpjir,  en  dehors  dej^  iimlhenrs  qui  frapperont  le  peuple. 
I  Cest  pourquoi  rÉcriture  salute  le  nomme  surtout  sentinelle  (^txot^q;),  eomnie 
lo  je  l'ai  dit. 

Ensuile  l'ÉfTiture  demando  au  prtHre  que,  après  avoir  vn  le  premier,  il 
en  témoifjne  au  peiiple  librenient,  publiquement,  plus  clairemeiit  encore  que 
la  trompette  aux  sons  joyeux  et  à  la  grande  voix,  aiin  qu'it  touche  Fouie  dure 
et  fermée  par  la  méchanceUi  du  monde.  Il  est  ben  qu'il  entende  aussi  la  pa- 
role d*Ezéeliiel  et  qu'il  sarhe  quelle  doit  étre  sa  crainte,  et  quel  est  le  ohàti- 
ment  fixé  et  réser\'é  aux  prétres  qui  ne  préchent  pas  ainsi.  Cette  parole  est 
celle-ci'  :  <r  La  parole  du  Seigueur  vini  à  mei  en  tlisant  :  «  O  homme,  parie 
il  aux  fils  de  ton  penple,  et  tu  leur  diras  :  Terre  sur  laquelle  je  porterai  le 
«  glaivet  Qnt^  le  peuple  de  la  terre  prentie  un  homme  d'eux  nt  qu'ils  Tétablis- 

,  1*  Efi^fb,,   WMtT      l-T. 


Digitized  by 


Google 


foi.  un 


28 


SEVÈRE  n  ANTIOCIIE. 


po|Xo  .y.aa^  wJl^  ^'^S^oo  fjy^  'Jì^lv  s^lo^  1-4^0^  oitC^oo  locio.Udoi  ^; 
:^^ooM^o  ^^  li^^L^l^fl;  jb&x  ^^jfifl'f  *.)L^v^  of^^.  fJ^V;  ^  I^W  ivooila^ 


.^%^  of.  >,  ^.  I   90i;|/f  ^^^-^w^  )mJO|o  vJoci-i    i^^m \ >^   ou^f  -rotali   |J   rs 

|J    |.^d^i^  *,^^a^\   >^9Q.iJ   )lo   (ji^ik-^  1^  *'*j   |lo  :)L'l/f   jL^y^.^   )>.«^   s/   l^^oia 

I  *  ^  %^^Ol9  i^H  s.*0|oK^^  {«^.iJm  'JfJ^I  l<X.J\j>  ^3^  ff^u  9^  Sv^NrNÓ  ji^l 
J  ^  >-  UL^^  ^^  ^00.0^99  -.Jn.1^9  *M^^J  Jt  jLl^d  ^^9  yC^^Ji.^  *^JU#  |  ^>  P 
^1     )l/     -'^-JUm    w«^9QubO    ^  nVyD    |J     )tJ^9    ^«OJ^    9à*X>    ^9    O^    :^lfltt'>^*l/ 


«  seiit  pour  eux  en  sentinelle  (et;  g^xoicóv).  Si  la  sentinelle  voit  le  glaive  venir 
«  sur  la  terre,  qii'elle  sonne  de  la  come  et  informe  le  peuple.  Si  celui  qui 
a  entcnd,  entend  le  som  dt*  la  come  et  ne  prend  pas  garde,  le  glaivc  vien- 
ii  dra  ratteindre;  son  sang  sera  sur  sa  tdte  ;  parce  que,  en  èntendant  le  son 
a  de  la  come,  il  n'a  pas  pris  garde,  son  sang  sera  sur  lui.  Celui  qui  aura  pris 
«  garde  sauvera  son  Ame.  Quant  à  la  sentinelle  (o  ^tìcottó;),  en  voyant  venir  le 
«  glaive,  si  elle  ne  sonne  pas  de  la  come  et  ne  prcvient  pas  le  peuple»  et  si 
(c  le  peuple  ne  prend  pas  garde,  lorsque  le  glaive  viendra  |>rcndrc  leur  ftme, 
«  celle-ci  aura  éié  prise  à  cause  de  son  injustice  (ivopLiot),  et  le  sang,  jo  le 
flt  réclauierai  de  la  main  de  la  sentinelle,   j» 

En  vue  de  ces  menaees  —  si  une  sentinelle  qui  se  tait  sans  provenir  ni 
avertir,  ne  pt^rìrait-ìl  qn'iine  seule  Anie,  est  coupable  du  sang  do  celle-ci  — 
qne  ferons-nous?  Ou  plutòt  quelle  crucile  douleur  ne  su!>irons-nous  pas, 
nous  qui  avons  été  établis  à  la  ti'^lo  du  peuple?  Non  seulenient  nous  ne  pré- 
venons  pas  de  ce  qui  arriverà,  mais  aussi  nous  avons  une  langue  insensiblc  ir» 
ponr  les  donlcurs  posées  devant  nos  pieds  et  visibles  à  nos  yeux,  pour 
dcB  douleurs  étranges  et  extraordinaires,  qui  n'exìstaient  pas  méme  dans  le 
tenips  jKissé  et  doni    aucune  meniion  ne  nous  a  été  traiisniise  par  riiisloire 

Digitized  by  VjOOQIC 


r»a. 


[29J  HOMÉLIE  LUI.  29 

JKaXjJL;  ^0^-^  jLi^oi  JLd/  .'oooi  v-^  ^i4^!  ^  i-J^-d>^  JL-^/;  ^Nnr» 

,CLac^K.j>/  |H>|\\^;  \ il  -n'iN»  0/  JJla:^;  |tii>Y^  ^n^fìo  Jl ^yì »  v>  >*aVftj 

4>a^b^i^i/  )LL2.flD)K^o  Jl  |T>iOt*>o  jLAjd^aiid;  o) 
J^Mù^  ouS^  '%:>^  K^JLiuOD  I  i  vn  vOJUjp;  ciiì/iKa/  :juVdift^  ^9  );)la; 
10  ^  ^/  Jl/  :^ivvii  Jl  )b^j  jjd  IL^:^  ho^  O^  ^^'^J?  ®^  /*^J^? 
jj;^^»  "%:^  ^>^  n*\»  ^^Jl  "^^^  ^^ot  :l*o*v  jLào:^!  ^Aoi  jK^o^  ^^^ 
.KttVi/  ^doi  ^Z;  ^)dt^  Jlo  .K^Id  1^0190^  j  iì\  Mjv»  jLsLijo  •.JjBDa:tfLi9 
J-^V-^  ^  »  »  Vij  .'jLjLdoi  01^  Iv-^m/;  ^  «'oj/  V^Jj  ^  |vì\»  y/  Jl/ 
o\o  •,ó^Jk^/  jKli:»  ^;  jfoi  JK^^kU;  J  n  1  ^ot»  jioioi.^.do  jia^JLiLd 

15      I   i    „  >  o»^  \     n    ^^^   001  K^/   ♦^sJJ^JLl/  JLlLOI;    jfd   jio^yb^   nt  \  *>  JJLAOa 


ancienne.  Nous  avons  connu  en  effet,  à  une  epoque  peu  lointaine  et  aussi 
dans  les  temps  ancìens,  *  des  villes,  des  régions,  des  communautés,  des  na-  *  foi.  102 
tions,  qui  ont  payé  la  fante  des  pécheurs  et  ont  souffert  cruellement  d'épidé- 
mies,  de  pluies  continuelles,  du  fléau  de  la  gréle,  de  la  dévastation  des  san- 

5  terelles,  de  ladiseite  qui  a  entrainé  le  manque  des  vivres  nécessaires.  Elles 
ont  éprouvé  une  maladie  pernicieuse  et  la  perle  de  beaucoup  d'hommes  qui 
en  sont  morts ,  ou  elles  ont  été  livrées  en  captivité  aux  ennemis,  ou  elles 
ont  été  frappées  d'ulcères  et  d'abcès  incurables. 

Qu'il  ait  été  permis  aux  démons  barbares  de  s'armer  ainsi  en  masse 

10  contre  lout  le  peuple  d'une  ville  ou  d'une  région,  c'est  une  terrible  nouvelle 
dont  nous  n'avions  pas  encore  entendu  parler.  Lorsque*  je  parcourais  ces 
malédictions  prononcées  par  Moise  contre  ceux  qui  transgressent  les  com- 
mandements  de  la  Loi  et  que  je  lisais  les  dilTérentes  espèces  de  fléaux,  je 
n'ai  rien  trouvé  de  pareil.  Mais  peut-étre  citera-t-on  cette  parole  de  Moìse*  : 

15  «  Le  Seigneur  te  frapperà  de  démence,  de  cécité  et  de  dérangement  d'es- 
prit. 9  Mais  ceci  n'est  qu'une  partie  et  non  pas  Timage  complète  du  fléau 
qui  est  arrivé  maintenant.  Il  y  a  en  effet  dans  la  calamite  méme  de  la  de- 


r«  a. 


l?Deut.,  XXVIII,  28. 

Digitized  by  VjOOQIC 


*  fol.  102 


30  SEVÈRE  D'ANTIOCHE.  ;30 

Jlo  yooj^;  jym^^N  yciftm'ftio  yOjiKjIjo  v^^xlx^Kjo  jiiSi-^  v?-^'-'^'?  t^ 

001  jt.iN  >.tiotniiVi>^mi  ^)dpo  jKIScbo  K^^jo  JK  ■  1  >  0  [loft » n  1  ^ 
)JL^  ILioiVodo  tjiop^io  ihsj^oi  [lo  M  v>  :^^^9  Wj?  J'^^v^No  ^^! 

jloHMIÌ  V   ^   t-^^!    ^    «JK-A^i^;    v«0|   jfOI   ^J    |Ì0U*-^Ì9    4>)bJL.àflLoi^00 

^2S^  y^ll  |IS»vi\  v^b^  I901  '^«i^^ào  :^ooM9  ^0^  ii«0Qi  ^vitntKv>  ^9  | 
)LjLdoi9  |,ao>l^  ^.i  Noi  ih^  ^9  jK^W  •^-<^/  Ih^  jK  ivi»ot:»o  jioi^  1 


mence  et  du  dérangement  d'esprit.  Mais  il  s^y  ajoute  encore  de  ces  choses 
que  la  parole  ne  peut  exprimer  et  que  Touìe  ne  peut  croire.  Que  des  hom- 
mes  délirent,  se  jettent  à  terre,  arrachent  et  déchirent  leur  chair  sans  le  sen- 
tir et  deviennent  enragés  par  Topération  de  ces  démons  qui  les  oppriment, 
cela  mérite  que  nous  Técrivions.  Mais  qu'ils  s'imaginent  qu'ils  brùlent  et  ' 
quUls  rcndent  éteints  des  charbons  ardents,  des  xap6(óvix,  c'est  un  fait  en  de- 
hors  de  la  rage  démoniaque  et  en  dehors  de  Tordre  naturel,  et  nous  ne  pou- 
Yons  soumettre  à  la  parole  cotte  douleur  qui  est  au-dessus  de  la  parole.  A 
cela  nous  devons  rattacher,  parmi  les  malédictions  de  Mo!se,  cotte  prédic- 
tion  qui  dit  *  :  «  Le  Seigneur  rendra  étranges  (TrxpaSo^dcagi)  tes  fléaux  et  les  ^ 
fléaux  de  ta  posterità,  des  fléaux  grands  et  prodigieux,  et  des  maladies 
malignes  et  certaines.  »  C*est  le  propre  en  efl^et  des  prodiges  d'arrivar  en 
dehors  de  l'attente  et  de  la  pensée  universelle  et  commune,  d'échapper  à  la 
portée  de  l'esprit,  d'étonner  parco  qu'ils  se  produisent  et  de  n'étre  crus 
foi.  102  qu'après  qu'ils  sont  arrivés.  On  n'y  croirait  pas  *  avant  qu'ils  n'aient  eu  lieu.  ^ 
^  '  C'est  pourquoi  Moìse  appello  prodigieux  et  certains  de  pareils  fléaux.  Après 
ces  menaces  si  terribles,  il  en  introduit  une  autre  qui  est  encore  de  beau* 

1.  Deul.  XXVIII,  59. 

Digitized  by  VjOOQIC 


iiomi:lik  lui. 


31 


OOd    ^,,^K^f    K^)j.flni^    K^^ol^  1^.00/    loci    |.^0U^J    ''^Ik.^nDOI    ^^    ^ 

W  ^y^  U^ea  1  ^;  ^i^^oi  ^>^f  :i-jp^  m  ^  soo^^  l^^oi  ^1  ).  JL-V>  ^^^^...^Oo 
jj/  .-^4-/  >V^  ^^^^  fio  'M  ^jlt  Qi^K^/j  |.àM  '.^r;\^  Al  Jl  ^t^ 
1  ^  yo^oio  :^.>  A.*!^  V^^!  v^oi  .p0|U;   jf^K^;   ;a^,i^S>  |iot  ^"^^^.^  vj 

t    f  ^  -  '  »  <  ;   )K^.,^|^  :oooi  ,     N^  -  ^  K^I^C^^^cuft.^0  JJo  :)^J|:a\o  ooo«  yOOuK^I 

(fOJo  jjoi-.^  :|flc>o  >flL^  oi»doUf  COI  ^;  ^^aN.\|>:»  J aogy^ t  Jtoi  ""^^..^i.»,^ 

^^ooiK-.;^«j  |\n\>o  fi--^^  :oooi  ^-*^!^   ^   jJ/  .yooi^  ^f-^  |J   ^)eiX^^» 

^  f^  -y^  ^yuAV»  "^^^f  ^  :ouJ^/   li"^!^  V^"-^  ft-3^!  -vpc^w  Jooi  ^tM%>ò 


b 


coup  plutì  terrìble  :  •  Et  touto  maladie,  dit-iP,  et  tout  fléaii  qui  ne  soni  pas 
écrilKS  dans  le  Livre  de  la  Loi,  le  Seìgneur  les  amènera  sur  tei  jusqu'à  ce  qu'il 
Vbìì  déiruit.  rt 

»  La  calamite  qui  a  éié  predile  tl'uiie  iitaiiirre  eommune  el  generale,  a  sa- 
voir  quii  arriverà  des  espèces  de  llraux  prodigi<iUx,  Fuìt  cerUiinemeot  pari  io, 
il  faut  le  reconnaitre,  des  calamités  qui  out  été  dltes  pour  nous.  Pourquoi 
donc  maiutenant  a*t-on  vii  eii  réalité  de  ces  fléaux  qui  daus  les  épreuves  ante- 
rieiires  ne  furent  pas  coniuis,  aiilaut  que  je  saeliePCe  n'est  pour  rien  autre 
qu'à  cause  de  la  prédiction  qui  avait  été  fatte.  Les  Anciens  des  teinps  loiii- 
tains  et  ceux  qui,  après  eux,  observaient  la  Loi  de  Mo'ise,  alors  quc  les  liom- 
mes  étaient  eu  quelque  sorte  des  enfuuts  et  des  r'tres  servlles  et  r»\Haierit  pas 
préparés  à  la  crainte  du  supplice  futur  et  uternel,  ceux-là  ne  pouvaient  éviter 
de  pécher,  C'est  pour  cette  raison  que  la  Loi  et  surtout  le  Législaleur  ne  les 
raenacerent  pas  de  la  Gélienne  et  du  feu  éterneL  Mais,  dés  qu'ils  avaieul 
I.  péché,  aussitòt  après  leur  péehé  le  LégisUiteur  les  piiuissait.  C'est  en  effet  le 
propre  des  enfauls  et  des  esclaves  de  rire  des  clicVliiiients  eloignés.  lis  crai- 
giient,  au  contraire,  les  coups  suspendus  au-dessus  de  leur  téle  et  se  corri- 


U  t»f»ii(^  xwin,  i.l. 


Digitized  by 


Google 


32  •P*-^"'  '  SI^VKRR  jrANTIOCIIK,  ^^^  |32ì 

||J;^ClSJSÒ^    JfO|^^.»^s.^    .yq^MN»fJO    yCLflElSuDKj     )^/f     .^o<o»<\.,\.>    ^0>I^^    <id7f 

ouJk^l  m.Os»-^  f-^jJ^  ^^^^  *|  -V^^*   y^h  U^^Slm^^o^^   ^l  lyo^i^iol; 
:ji.#^  ^m  >:>;  wi^S^ot  «.«ooi  ^V|   J>**^  :oooi  >  *\n  aav»  ^  ^Q^t^  ^^!   ^! 

:a.Aj/   yoo».iv>  >  :;,ii/;   )j  i#|  |Lf>j  |l  Joot  oK.^  i»K,Ld»VQ^  la^9   yNni  *> 
^^iiift   JLju^u/   ^v^   JLa|  ;ooof  ^««tpl^f   JlocL*  ^^o  :a^.mi    ^^aJu/;   |j^^/ 


geiit.  G'est  encore  le  propre  des  enfaats  qii'à  la  meDace  seule  de  leiir  pére  ììs 
se  conticiinent  et  preiinent  peur.  C'est  puur  cela  ipie,  pour  les  disciples  de 
l'Invaligile,  conime  pour  des  gens  parfaits  et  des  fils,  la  corretrliou  se  fait  seu- 
leniciil  par  la  menace.  Aussi  tsaint  Paul,  écrivaul  aux  Roniains,  disait  *  :  «  Car 
voui5  ri'avez  pas  re^^u  l'esprit  de  la  serviiud»*  de  nouveaii  pour  craiiidre,  mais 
V0U8  avez  ref;a  Tesprit  de  radoplion.  »  Ceux  qui  autrefoifl  commetiaient  des 
pécliés  étaienl  aussitòt  frappós  de  chàtiments,  On  trouve  le  fait  constale  his- 
lorìquement  dans  tout  le  Livre  inspirò  par  Dieu.  Lorsqu'ils  oubliaient  le 
Voi.  102  scrvicc  tic  Dieu  et  Tubservance  des  préeeptes  de  la  *  Lei  pour  se  Lourucr  vers 
le  culle  des  démuns,  sur  Fheure  ils  devenaient  les  esclaves  des  autres  mom- 
bres  de  la  tribù  qui  claient  leurs  proclics  voisius,  ou  de  qiielqu'un  des  bar- 
bares  qui  étaìent  en  deliors  des  front ières;  ou  ils  étaient  corrigés  par  d'autres 
peines.  Cesi  ce  qu^enseigne  ausai  saint  Paul  eu  meutionnanl  quelques  An- 
ciens  de  la  uianièro  suivante  dans  TEpitre  aux  Corintbieus"  ;  «  Ne  nous  prus- 
tituous  pas  comtne  se  soni  prostitués  quelques-uus  d'entre  cux,  et  il  en  tomba 
dans  un  seul  jour  vingt-quatre  [aie]'^  mille.  Ne  tentoiis  pas  non  plus  le  ChrisL 
cornine  quebjues-uns  roiit  teuté,  et  ils  périrent  par  les  serpeuts.  Ne  murmu- 

J,  Hook,  vili,  L'i.  —  2.  1  Cor»,  X,  «-IL  —  iJ.  GL  Nuiub.,  xxv,  ih 


Digitized  by 


Google 


[33]  HOMÉLIE  LUI.  33 

tV^ji/;  ^Aoi  jK^SCbi^  ""^^^^^  Udoi  :|t\^MV>  ^be  o^^d/o  :aJL^9  y^ou:» 
"^   ^   V>;  061  J  tiì^  ^QXOL.^;o  :)oì-,^cm;    )K^j..Jba-:>  jooi  K^l  ^o^  Jlo 

yoo^^9  ^^ot  JKJkJLd  Jbo:»  ^o^^oA.  Jl;o  fJ^f  001  JLajoa.  ^"^^^bi^  ^^ot 
<ìrv>  ijf-al»  jfoij  yOA^^fOJ  oi.v>  :\^li  U^^^^l  ^«oioK^/  );omd  »oooi  yaVM^ 
Ifojo  :ia:MÌ  Jl  yooiJ^;  v^^^JI^^^moL  :ooio  ♦^N  nN;  001  )U/  yo  m  x^ou 

CUOI  1^.101.^;  Ivìj^^o  :^«ooi  y^i|\*iì>  jLsjLd  io vxì  >  rft\  ^«Xoi  ^^ooi  >  »ni» 
^«61  jKMi>-aQ^ji  Jy^^K^  jjoi  "^-^i^  V^b^  |joi^:|Lji^9  Jl;  ^  Jioj;  ^; 
Jlo  òiS^  K^l  )^J»o\  if-  oói  ^-«/;  ^  ""^N^Jbo  :)L*>.Jk^  w^i^;  J.^.^  y^l 
^Oi-^  ''^^^  J  ni>irt>  Jlo  :Jjk^:LiK^oo  jae^A^Oo  ^j  ^"^^a^o  ;K  J  fjjafeoo 
J   ^J>*;\  :)Ki>i  éJmKvìo  JK  >  I  \ont  jjoi  Jia-i  ^^/  «Iv^^!  I^^^^'i  loJ^ 

:J— idOI   y^ll    ^Pf-^   Jlo   ^«OOI   y>^   ^91  V>    |y   unto    J-^Vo$    ^Aoi   JK,.ib^^,M» 


rons  pas  non  plus  comme  quelques-^uns  d'entre  eux  murmurèrent,  et  ils  pé* 

rirent  par  Texlerminateur.  9  Ainsi,  pour  les  raìsons  qui  ont  été  énoncées,  il 

n^y  avait  pas  d'intervalle  entre  les  péchés  et  les  chàtiments  dus  aux  péchés. 

Mais,  peu  à  peu*  au  fur  et  à  mesure  que  le  temps  s'allongeait,  les  Pro- 

5  phètes  indiquaient  par  leurs  propres  paroles  les  peines  du  supplice  futur  et 
éternel.^Isaìe  en  témoigne,  lui  qui  dit*  :  «  Qui  vous  annoncera  le  feu  qui 
brulé?  Qui  vous  annoncera  le  lieu  éternel?  »  Et  aussi^  :  a  Car  leur  ver  ne 
mourra  pas,  et  leur  feu  ne  s'éteindra  pas.  »  Lorsque  nous,  qui  avons  cru  à 
rÉvangile,  nous  faisions  ce  qui  nous  valait  l'adoption,  par  la  menace  de  la 

IO  Géhenne,  c'est-à-dire  du  feu  qui  ne  s'éteint  pas  —  (on  appelle  Géhenne 
cette  fiamme,  à  ce  qu'il  me  semble,  parce  qu'elle  existe  par  droit  de  nais- 
sance'  et  sans  diminution;  en  tout  temps  elle  est  rajeunie  et  elle  flambé; 
elle  n'a  pas  besoin  pour  nourrir  son  ardeur  de  ce  qui  est  nécessaire  au  feu 
matèrie!  et  visible)  —  nous  refrénions  les  grands  et  affreux  instincts  du   . 

15  péché,  et  rien  de  semblable  ne  nous  arrivait  tout  d'un  coup  et  subitement. 
Parfois  aussi  lorsque  nous  péchions,  il  se  passait  ce  qui  se  passa  pour  les 

1.  Is.,  xxxiii,  14.  —  2.  Ibid.,  Lxvi,  24.  —  3.  Gomme  il  est  remarqué  dans  une  noie,  l'auteur  ex- 
plique  T^cwa  par  yvttà. 

PATR.  OR.  -  T.  IV.  f^r\n,n]i> 

Digitized  by  VnOOy  Ic 


V  b 


34  SEVÈRE  D  ANTIOCHE.  [34 

""  foi.  102  ^>,^*^  *  ^fKinNi^  ^JLo  ^»^rt>;  ^i^Notf  woi  f^b^i  :^ii^v>  ^9  ^J^oo/ 

y^l  :JLn\ofln\  01^0  :JLioi.^9  ot  vi.i  001  ^/  %«oioK^/;  ^*^ml  lioJo^jo 
Jj/  :^iào  |-JS>f>  ^#001  ^v^o/  p  :%«oi^bjJ^/  ^^J^  Jm<i*»  ojS^  K^N»  jx«/ 

:ii^iati^  w^  w»9j  y •)  »»K v>j  jK  i>i.?| v>  ^&  yij^Qi^  :|$aJLd  t^/*   \c^^o 

:)bl^;  Jlfo  ^!^  jLiàfluoiK^o  JI9  woi  jK  n  ^kh  Na;  J^VdJi  ^^^  joLy^^  ^Xj^i^ 

JUlSOI;   v^^   U^^V.   *^U^l   U    ^^  ^   K^jouàoi  Mi    9iV»  jioj;   jy  VìO    ^ 
)K,ì^^m/    ÒlJ^l    :jJ.V^y^f    ^    i^^!    ?K.<|"^-^  "^t^^?    )^^^^^/    «^O^   ir  r'^^^ 


Anciens  :  le  déluge  aux  jours  de  Noè;  les  éclairs  enflammants  et  les  fou- 
dres  qui  fondirent  sur  Sodome;  aux  jours  de  Molse,  les  serpents  dont  les 
morsures  étaìent  mortelles. 
foi.  102         Mais  quand  il  arriva  que,  commettant  chaque  jour  *  de  très  graves  péchés 
et  surpassant  les  Anciens  par  une  perversile  contraire  à  la  Loi,  nous  rtmes  1 
de  la  menace  des  peines  futures,  nous  n'en  ttnmes  aucun  compte,  nous  consi- 
déràmes  comme  une  sottise  le  nom  méme  de  la  Géhenne,  et  que  nous  tonr- 
nàmes  en  dérision  la  chose  elle-méme  comme  ne  méritant  aucune  créance, 
pendant  que  chacun  de  nous  disait  :  a  Moi,  je  jouirai  de  ce  monde  qui  est 
proche  et  de  courte  durée,  j'en  viendrai  par  toutes  les  voluptés  et  les  perver-  1 
sités  à  brùler  éternellement  dans  le  feu  ;  il  me  plalt  de  saisir  les  plaisirs  qui 
sont  visibles;  quant  aux  fables  de  Tavenir  invisible,  je  n'y  songe  pas  ]>,  — 
alors,  c'est  alors  que  le  Seigneur  nous  montre  les  commencements   de  la 
fiamme  à  laquelle  nous  ne  croyons  pas  et  qui  ne  s'éteint  pas.  Il  fait  sorlir 
d'une  manière  prodigieuse  des  charbons  ardents  des  corps  humains  des  de-  ^^ 
moniaques  qui  sont  torturés  de  cette  manière,  afin  de  faire  savoir  manifeste- 
meni  qu'avec  le  feu  final  est  apparente  et  de  méme  genre  le  feu  qui  tortora 
ceux-ci  et  auquel  ces  ignorants  ne  croient  également  pas.  «  Alloz  loin  de 


V  b. 


Digitized  by  \^UiJ^It: 


[35]  HOMÉLIK  LUI.  35 

^^À  op  ^  )oi;  V^^'^^^^^^  «oi^^  ì^ì-^l  K^eu^f  ^n^fìo  ^;  )}OiS.  ^/ 
:^,\^  Vih'OM  fJ^!  jio;po  ^  :)L4^/  ooi  jl^oom;  )KJI)Im  ouK^/  jL^U 
jl/  :Jbo  ti^bd  «^  ty^fSK:^;   ^,#>\cn  ^  ;oU^  :yH|iv>   vA^;  ^i^Not  t-^b^^ 

♦^iCnN  K^  jL^o^^onfo  ,*^iC>iiv>  aS^jKjL^c^  K^;  ^\oi  jKJLb^  ^0  ^ 

)    |„i  rn*)/  l^d  jLiuybdj  v^^!  :i^>>^^^;  ^  ^;  ^  ^/o  •|..^>.^;  |tnmi 

:^«1^9  Jv^^-^..\o  I  I  >fts\o  •yoouàoad  ^^b^  ^Jb^jL^  jK,iPb^,^  )K.aj;^ 
JI9  ouK^/  (sic)  jJUbsJU^  )jfiimiiv>  «^^oeuy^  jK-^j;;^/  JJaV^A;  jL^Vo^^ 

&    JL^  0/  jia.uL:D90  :ÓC^  ub^9l/o  Uooi  JI9  Jv^^:^  ^)cuJdi/   ji/  :^^..dìCa)/ 


r«  a. 


moi,  dit-il  *,  ó  Maudits,  vers  le  feu  éternel  qui  est  préparé  pour  le  diable  et 
ses  anges.  » 

Il  agit  ainsi  par  un  grand  amour  pour  rhumanìté.  En  efTet,  comme  le  der- 
nier  jour  arrive  déjà  près  de  la  porte,  par  des  corrections  très  claires  et  ma- 
nifestes  et  par  des  calamités  très  douloureuses,  il  nous  rappelle  ce  qui  arri- 
verà, non  pas  par  des  paroles,  mais  par  des  faits,  afin  que  nous  ne  tombions 
pas  dans  des  maux  inévitables  et  sans  fin.  Tout  cela,  il  le  fait  et  l'acquiert,  et 
il  est  méme  contraint  d'infliger  des  supplices,  preoccupò  qu'il  est  de  nous  ar- 
racher  à  des  maux  auxquels  on  ne  peut  se  soustraire  et  pour  lesquels  il  n  y  a 
pas  de  fin.  Car,  dès  le  commencement,  il  a  employé  la  menace  dans  ce  but,  pour 
effrayer  plutót  que  pour  éprouver  la  menace.  Et  ceci  qu'on  a  entendu  dire  : 
que  ceux  qui  souffrent  de  cette  maladie  étrange  bélent  comme  des  brebis  et 
des  chèvres,  aboient  comme  des  chiens,  produisent  par  leur  bouche  d'autres 
cris  d'animaux,  se  repaissent  de  paille,  d'herbe  et  de  nourritures  propres  à 
d'autres  animaux,  ceci  est  une  juste  correction  de  notre  sottise.  En  effet  comme 
*  il  est  écrit''  :  «  L'homme,  étant  dans  les  honneurs,  n'a  pas  compris;  il  a  été  *  foi.  103 
compare  aux  bétes  privées  de  raison  et  leur  a  été  assimilé.  d  Et,  comme  nous 

1.  MaUh.,  XXV,  41.  —  2.  Ps.  xlviii,  13  et  21  (Seplante). 

Digitized  by  VjOOQIC 


30 


severi:  DANTlÓCIIf: 


Jl.^>afi>N;  ^  jj|   .au]j   Ilo   ^^  .^^m*v»  rpftJLy»  jKV.^,^o  jt   |la.<w»!  ji^ 
,^^^Os^al49   ycuo^  v^oi^   )K^|^   |Ui  V  ^|h.NAXrx  ji^*^      V^   p  :9ÌA^  «df 


l'f^^x^ì  l^fo  :)tC^^^^  ]Jo  ^  Jk^l  ^Po    JbwOA  to^Mi  l^mBJf  o<a«  ^1  Kj/ 

y^l    y^^ls^l     >0f..^    JlcL^Ot     ^''^'«^f^    '^^     ^  -  ^"'^    J>^>^/     y^i^ftij»    JIJLl^D 


.^  ^o  -^Jit— '/;  ^  *  -   "* 


•j^e° 


?   -oi 


'Ti 


I   .  iK  ^  s^  :)K^iU. 


«^^ 


'j 


J^f/  ^/  ')Kj;i,^^cLa  Kjf  ^old  *.f.«oj  jL.^  pof;  ^/;  ^K.^f  :wi^  '^Z 


t.  L  Sic,  lire  |&**ttì**-  _  i>.  jò^o^i^^sas;  v  illisible 


n'avoTis  pas  inémc  une  sensation  de  la  propriété  ou  de  la  qualité  animale  qui 
est  dans  ootre  esprit,  il  nous  reprend  par  des  paroics  iiiiutelligibles,  en 
s^ccriant  cornino  s'i!  citait  uno  parole  de  l'Ecriture*  :  «  Ta  bouchc  te  repren- 
dra  et  non  pas  nioi.  » 

Ne  iious  posons  dono  pas  Irès  méchamment  comme  des  gens  qui  restent 
en  dehors  de  cette  nialadie,  alors  que,  plus  qu^eux,  nous  soulFrons  du  manque 
de  raison.  Celui  qui  émel  le  cri  d'un  animai  piivé  de  raison  ne  nuit  à  per- 
sonne;  au  contrairc,  il  est  utile  en  óveilJanl  la  pitie  et  la  IrislcsHC  eliez  ccux 
qui  Teutendent.  Mais  toi,  qui  possòdes  une  jlnie  d'animai  inscnsée  et  privée  de 
raison,  qui  as  revtHu  en  niéme  temps  en  toi-mème  les  passiona  de  nonibreu- 
ses  bétes  et  qui  es  aussi  varie  (7coW|jLop«poc)  que  les  phénomònes  appelés  aignes, 
à  cause  de  tes  défauts  et  de  ton  iniquité  envers  tes  proches  tu  es  seulenient 
haV  et  tu  n'es  jamais  pris  en  pitie.  Et  c^est  très  juste.  En  elTet  on  prcnd  pitie 
de  ce  qui  est  involontaire,  mais  on  haìt  ce  qui  est  fait  avec  intention.  Cela 
indiijue  Iccbàtimeni,  ceci  la  méebancete.  En  quoi  difTòres-tu  du  lion,  dis-moi, 
lorsque,  comme  dit  le  propliète  David  ^  :  uTu  es  embusqué  en  cachette  comme 


1.  Cf*  Lue*  XIX,  22.  —  2.  P»,  IX,  :iO,  t?eplanteUii?br»  x^  9}. 


Digitized  by 


Google 


•  fol.  103 
IO  b. 


[37]  .       HOMÉLIE  LUI.  37 

Kj/  wJboò  |K^o.a^9  :|iol  ^l  ^9  M  V^!  4-^il  v^'  '^'^  *^' 
|jU9>Mo  ^J^l  ^9  JLj9J  :)Lju1  ^/  K»#JUJLA  ^9  Kj/  ^oln;  tlv^^^  y^l 
Q^V^fcoo^  ool  Ié.iìV)  :)Ljusj  j^^^  jotf^ts^O  ^#ot^o  ^^oi  ^  .jbJL  y^l 
Q^  ^9  JjLJM  «.jL^oV-A^o  lui  o  ouK^/  ^)0t-^  hl^  ^^  «^!  v^^^J^  :)LlLfiJ 
o^^  JLi^Xo  ^^^1  looM  Iv^aJ^o^;  o^  K«/  Uooi;  0019  iooi  ouK^/  IK^uK^Ml^ 
^o  %jLj/  pe/  «d/9  )L^  ^/  •  JK^^odJòo  ou^  q  m  ouxul^  oll^  JLjuujl^; 
Q-fiDOd  >  ^Nì/  \OJ«^  soooi  >  nvin  fl>  K^JIa^^9  >  i>ifjl  ^in\iV>  ^-d  *.)L*ìSj 

^yOO^    acuito/    ^A^IVol   .jLuLAJLd 

K^lv>iat;y»  ^/  ^jìj  JLq^  )L:;/o  \^olJì  0/  ^oaKio  •.'"'^^Adoi  ^^  ^aaùKj 

JlojpeO    |J.09€kXXD  ^^  ^9    yCI^^JL^  •ì^f-^lj    l^f^    i^^"^^  )^    y^V>0  .io^yj 

^iSot  |j>9  ."IbjkJ  ^JiJ  ^^À  ^^liO  :on\*i  ^J^9  ^^9  jLiuBftd  jLioiiIad  •  JK.«oi^ 


un  lion  dans  sa  lanière;  tu  es  embusqué  pour  ravir  le  pauvre,  pour  ravir  le 
pauvre  en  Tentrainant  »  ?  Comment  doit-an  surtout  t'appeler,  lorsque  tu  es 
ravisseur  comme  le  lion,  cruel  comme  le  loup,  irascible  comme  le  chameau, 
vorace  comme  l'ours,  ardent  pour  les  fcmelles  comme  le  cheval  —  a  Ils  devin- 

5  reni  des  chevaux  ardents  pour  les  femelles  »,  dit  Jérémie  en  parlant  d'indivì- 
dus  * ,  —  frappant  des  cornes  comme  le  taureau,  t'allongeant  pour  ruer  comme 
Tane,  sautant  sottement  comme  le  bouc,  rusé  et  fourbe  comme  le  renard? 
Quand  une  séule  àme  souffre  de  tout  cela,  peut-elle  encore  étre  appelée  une 
àme?N'est-elle  pas  plutót  un  démon  dur  et  cruel?  Eh  quoi!  N'était-elle  pas 

10   bienheureuse  Tàme  de  celui  qui  devait  manger  de  Therbe  "  et  de  la  palile  et  ne  *  foi.  103 
pas  se  nourrir  comme  les  hommes  ses  semblables^  ?De  méme  aussi  un  certain 
prophète  a  dit  '  en  flétrissant  des  individus  qui  s'exposaient  au*  meurtre  :  <r  Ils 
disent  :  «  Immolez  des  hommes,  car  les  veaux  ont  manqué.  j> 

Ayons  donc  honte  et  corrigeons*nous,  ò  mes  amis  et  mes  frères,  et  regar- 

^5  dons  vers  notre  àme,  bien  que  tardivement.  Recherchons  par  la  douleur  ma- 
nifeste et  certaine  des  autres  et  surtout  par  l'opération  et  la  correction  divines 
les  maladies  secrètes  de  nous-mémes.  Et  nous,  pleurons  sur  nous-m(>mes,  car, 

1.  Jér.,  V,  8.  —  2.  Cf.  Daniel,  iv,  29,  Septante.  —  3.  Osée,  xiii,  2,  Seplantc. 

Digitized  by  VjOOQIC 


38  SEVÈRE  D^ANTIOCHE.  [38 

Kyi|KjLM  o/  :Kyi)L2boeLàào  V^^o/  •o^^;  v^Joi^  jbi  ooi  )Lì;ìou»  •JtìKi  oiS 

.oi^^9  loi^^J^  jbJLdù.  1^4^  1^/  ^^  K^^.^A9  ^^^^  :6iK.i^^  A^iKaI 
^^^^k^  ijK^^^^^l  Jiftviio  f^  ^a^  :òi^  «flLtto;^  JjLiad  «d/  Jfoi  ""^^ 
l^tj;  ^*oi  ^^  v^J^  |i>\ii^  |3  :oi^iOi,^  wJ^d/  ""^à;  pu^  K\^n  l^a»^^^! 

^Kj/  I09K00  ^9  Kj/  •  JjLdKjto  fdioi  ^;  JIaoi  •  JKJLbd  Jla:^0|i^  òw»  ip^ 


pour  avoir  commis  de  très  graves  fautes,  nous  serons  destinés  aux  supplices 
futurs  et  éternels  dus  aux  grands  péchés.  Que  nous  soyons  corrigés  dans  ce 
monde  qui  est  proche  et  qui  a  une  fin,  c'est  un  grand  avantage  pour  ceuxqni 
ont  péché.  Car,  soit  en  totalité,  soiten  partie,  ils  seront  déliés  de  leurs  péchés 
selon  lajuste  mesure  de  Dieu,  lui  qui  par  justice  autant  que  par  amour  pour  1 
rhumanité  pése  à  chacun  ce  qui  est  dù.  Ecoute-le  lorsqu'il  dit  par  Tintermé- 
diaire  du  prophète  Isaie  au  sujet  de  Jérusalem  *  :  «  Consolez-la  parce  que  son 
humiliation  a  été  complète.  Sa  fante  lui  a  été  remise  parco  qu'elle  a  re?u  de  la 
main  du  Seignèur  le  doublé  de  ses  péchés.  »  C'est  pour  cette  raison  qu'il 
ajoute  la  consolation  à  la  rémission  et  au  pardon  de  la  fante,  parce  qu'elle  a  1 
rcQu  le  doublé  des  peines  dues  à  ses  péchés,  lorsque  les  Babyloniens  l'earent 
torlurée  misérablement  plus  que  de  raison.  Notre-Seigneur  aussi,  dans  TE- 
vangile,  introduit  Abraham  qui  répond  dans  le  Schéol  au  riche  qui  brùlait  et 
solUcitait  qu'on  calmàt  sa  langue  par  une  seule  goutte  ^  :  «  Souviens-toi  que, 
toi,  tu  as  refu  tes  biens  pendant  ta  vie,  et  Lazare  de  méme  ses  maux.  Mainte-  i 
nant  ici  il  est  console,  mais  toi,  tu  es  affligé.  » 

Qu'on  ne  s'imagine  pas  non  plus  que  ceux  qui  ont  été  frappés  d'une  dou- 
leur  ont  été  corrigés  parce  qu*ils  avaient  péché  plus  que  nous.  Dans  des  cas 
tels  que  ceux-ci,  Dieu  commence  d'abord  par  ceux  qui  notoirement  sont  près 

1.  Is.,  XL,  1.  —  2.  Lup,  XVI,  25. 


Digitized  by 


Google 


•3» 


HOMKr.lK  LUI. 


39 


I 


I 


^.sOnoK^l  Judit  Po)-^  ^!    t-^t  ^i  :)oiSs.f   yO^n^^QJ!   ^i>i,w*ot.^o  11;  v^oi; 


^«few/   boo}^  l*-^-^!/!   ^/  ^   ^^^  1^^^^   ]l^  :^q«QMu^sdJ   |r|o  «^t^&oKjL^ 
.qjum  o^  ^:^  |otf  yo-iòi  yoL^  :«JUMhj  ^^^ot  p  ^^^^!  1  *  -  >  in*!  Jlo  %  '  - 

^oe  lui  [iliitòt  qu**  par  !(*s  fiutrc^s.  On  prait  enteiulre  l>ien  qui  tilt  rlans  Ezécliiel 
aux  <inges  des  supplice^  qui  ciai'^at  sur  le  poiiit  ile  ravager  Jérusalem  *  :  <c  Kii- 
Irez  dans  la  ville,  détruisez  el  n'ayez  pas  de  pitie;  *  conimeneez  par  mon  sane- 
tuaire.  »  Et  lorsqiie  Ics  (ìls  d'Aaron  oirriront  un  fcu  et  ranger  ci  qiiMl^  fureiit 
*  consuméa  pour  celle  raison,  il  dit  ^  :  a  Daiis  mes  proches  jc  scrai  sanetiQó  el 
deTant  tonte  Tassemblée  je  serai  loué.  »  Saint  Pierre,  le  premier  chef  des 
Apóires,  a  écrit  aussi  d'accord  avec  cela^  :  «  11  est  t*nnps  de  cnmniencer  le 
jngemont  par  la  maison  de  Dieu.  n  Si  c*est  par  noiis  d'abord,  quelle  sera  la  fin 

^    de   ccux  qui    ne  croient  pas  à   TE  vangile  de   E)ieu?    David  ehante  aus8Ì  ^  : 

■  «  Grand  est  iJieu  et  lerrible  pour  toiis  ceux  qui  soni  aulour  de  lui.  » 

■  Sachant  cela,  prévenona  la  colere  par  la  pénitence;  arriHons-la  lorsqu'elle 

■  d'élendra  sur  le  chemin  et  approchera.  N'oublions  pas  que  nous  sommes 
comme  des  jusles  et  que  nous  ne  mérìttms  pas  de  soutfrir  comme  cenx  qui 
ont  déjà  soufTert.  Dien  qui  ai  me  rhumanité,  qui  est   sago  et  qui   attenti  le 

^-  retour  de  nous  tons  k  la  vertu,  ne  dirige  pas  sur  nous  lous  en  niéme  temps  la 
verge  qui  frappe;  mais  il  s'approclie  dìfféremment  et  d'une  manière  varice  de 
cenx  qui  pèchent.  Ceux-ci,  il  les  frappe  et  leur  rend  serviee  en  leur  remet- 

1.  Èeéch.,  IX,  5-6.  —  2.  l^v*.  x»  3.  —  3*  1*  Ép.  de  sainl  Pierre,  iv,  17.  —  4.  l*s.  Lxxxvm,  B,  »Seplnnie. 


fui.  li»:t 


r.ii.  \m 
v  a, 


Digitized  by 


Google 


j 


fot.  103 

vb. 


40  SEVÈRE  D'ANTIOCHE.  40 

oii^  0'\  o/  ou^  ""^.D  Iva  o/  ;^\ai  JI;o  y^oiil^  t-«i^!  oói  jni>iiK\ 
o/  M?i\  mìvki  i^'ìi^vxì  yon*v>  jLilh^/;  Jia^wJM  ^2^  ^9  yaioi^  ; Jl, aN  n  v^ 
x^o^  ^c&^jL^  :a«oU/  yooiLaJUkj»  ''^^  JLd/  ;o\.iiif  |K.a«J.  ^o  jjL^l  ^ 
^^Mb-doi  Jl  :tJ^<-^9  001  [,^^Jkj^  0/  jUoi  0/  :Jlft  fi  n  >»  1^^^/   J  n^iiNV 

|n»*|  <t>  ,'|ii  S  I  ^M  «JLj/  sdK^  y^r^  U^^l  V-^o  t^'^Jfij  jLxflD  Imo.. 
^•t^oi  .oi2b^;  |lVa^  ^V-^!  I^iiou»  jU:^  :|oi^JI  m  ^\  ^«\^9>f  001  oci 
im\*9»»  001  KjUìDo  :|lal^  KjUìDo  |La^9j  Ki^i^  ;K4^i^ l>^^  1  -|  -^  v^ 
iUul  y^\  ^9  117  ILàoo^  |oi;  "^^^  .0^:^  ^.M.^^  11}  061  AsO^^M  |oii| 

rjLuLO   Jla^    >    tf  ^*\»    yOOJS^O    |mi  ^.     \éi,é^^\    yOoiSjd   x^OQMO   yOl/    ^jO^ 

xMCb^;  It-a:^  ^>^tii  Jlo  r"^^^  ^^^m/  InìV:^  pò/  :|r/9  ^  i^oo*  ^5^/  i^oio 
|Ia^L#9j9  IjLàOA  Jb^j  |>fti\  ^■■Xli^»»  v^JoO^  *  :ya2^  i.É>f|,Jo  tlno'^i  jb/ 

JxL^;  %fi^|j9  Uau/  ;J1  >ì\  Kvit^  ^  v^ìK^  i>ì  v»  t^/1/  |Làoi  ^9  ^«\ot 
cuJO|j  »o  ■■»N'>  ^^iV  m  y<b,\ot  ^;^  cLS^  :f0^yj  ^J^;  |v>\\f  ^\o>  1 


tant  totalement  le  supplice  futur  et  éternel,  ou  en  faisant  ce  supplice  très 
léger.  Ceux-là,  il  les  corrige,  les  fait  rougir  de  honte  et  les  convertit  par  les 
chàtiments  des  autres;  ou,  si  par  cet  exemple  ils  ne  sont  pas  temfiés  et  ne 
se  repentent  pas  de  leur  malice,  il  les  livre  aux  derniers  supplices  de  la  jus- 
tice,  soit  maintenant,  soit  dans  le  monde  à  venir.  Ne  regardons  dono  pas  \ 
seulement  vers  les  temps  anciens.  Si  nous  ne  pensons  pas  à  Tavenir,  nous 
tomberons  dans  de  sottes  pensées  et  nous  dirons  comme  un  prophète  Fa 
écrit  dans  un  endroit'  :  «  Vain  est  celui  qui  sert  Dieu.  Quel  profit  avons- 
nous  à  observer  ses  observances?  »  Alors,  mais  alors  nous  verrons  dai- 
rement^  «  entre  le  juste  et  entre  le  pervers;  entre  celui  qui  sert  Dieu  et  ce-  ii 
lui  qui  ne  le  sert  pas.  C'est  pourquoi  voici  que  le  jour  vient  qui  brulé  comme 
un  four;  et  il  les  flamberà;  et  tous  les  étrangers  et  tous  ceux  qui  prati- 
quent  rinjustice  deviendront  un  roseau  ;  et  le  jour  qui  vient  les  brùlera,  Jit 
foi.  103  le  Seigneur  Omnipotent.  Et  il  ne  resterà  d'eux  ni  racine  ni  rameau.  *  Etpour 
vous  qui  craignez  mon  nom  se  leverà  le  soleil  de  la  justice,  et  la  guérison  est  /j 
dans  ses  ailes  ».' 

Maintenant,  j'ai  rapporté  ces  paroles  avec  un  grand  soin  {9iXo7rovix),afin 
que  nous  sachions  regarder  vers  les  choses  du  monde  futur  et  que  nous  uc 

1.  Malachie,  iii,  14.  —  2*Ibid,,  iii,  18;  iv»  1-2. 


Digitized  by 


Google 


I 


141! 


HOMKLII-   LllL 


^é1 


f^  ^ni\  ^^A^f  y^lo  )LmiI#o  |>^gkV>f  ^òn  odoiÀ^iod^o  :|oC^;  otlaj|j^ 
fObk^;   :op  ^^   Uoi   ^^9    Od    |,i  ->j    J    *ci  t   J^m  ■!  ,^^,a   ^>,^*^^y  xOi^  ^'^ 

.^^^  %d/  )l)jo  :|j^^Jl  «d/  i^V'o  :)^foÌ^  v^otav>|  iìN  o^Iì^Kj  JJ  lUf^l  ''^'^ 
s£LiXLa^Q\o  Jl*iVi\  Upo  yoout^i^;  soyoi  :JLoa^aA  ooi  K«|  v^i^  001  K^| 
ajL^i^  Jicb.^  i^^k^f  v»oto  Jlo^t  fftsjNAfO  JoC^  ^^  JK^lK^f  001  |>^^^ 

y  Aitivi    K^JLCDO^QJ   j^t^^       .NA  ^*rtft^    [^«i^/     liOid    ^QÀ    :)oC^jl    --^y  -    -  ^^'^ 

llk^H^  <inmv»\  ^j/>  .pò/  i^KJD  )^v%\\  f^  V'.k^  ^;^  s^Dc^oa  .|K.^y^^9 
JLao^  .oivifc  \  ^>o^ej    )la3.^f    )ijb  ^9   qjoi  :|oò^|Ì   ^^jX*^^  )£wMa.aji.l9 

:|fc^>VÌVì\     ftwJLNjP   ^^do/o    f^^^-*    oU^^    |.^f/o    l^^i^tJy»    w^    )fQj    ..tOifl^O^ 


L 


jngioTis  pas  seiilemen!  par  ce  qui  est  proche  la  justico  de  Dicu  et  sa  rétri- 
buiion  qui  rcpàrtit  et  donne  ve  quii  faut  à  elmeuii  des  pécheurs  daus  un 
ordre  coiivonable.  Il  est  liicii  temps  mainteuaut  que  uous  voyions  à  rious  oc- 
cuper  commenta  en  donnaot  satisfi\clÌoii  ù  Dieu  pour  nus  péchés,  nous  ne 
i   reucoQlreroas  pas  en  chemin  cette  douleur  arrivée  à  autrui,  laquellc,  si  nous 

fclierchions  à  piai  re  à  autrui,  viendrait  aussi  sur  nous*  Il  est,  il  est  en  elTet 
des  remèdes,  au  moyen  desquels  on  peut  arréter  et  interrompre  la  colóre  qui 
vient  de  Dieu.  Poiir  riiislaat,  e'est  la  prière>  c'est  qii'à  Faide  des  supplica- 
lìons  nous  implorions  et  noiis  celébrions  Dieu  de  concert  avec  les  prétres 
qui  font  furaer  Tenccns  suivant  la  loi  et  elèvent  Thostie.  Sainl  Paul,  en  éeri- 
vant  aux  Mébreux,  dit  *  :  «  On  doit  e'*lever  en  tout  temps  le  sacrifice  de  louange 
à  Dieu,  c*est-a-dire  le  fruit  des  lèvros  qui  eonfesscnt  son  nom.  »  Lorsque  les 
Israélites,  parlant  à  Moì'se  et  niurmurant  des  blaspliemes,  tombaient  toni 
«run  coup  en  masse  et  mouraiont,  Moine  dit  à  Aaron'*:  a  Prends  l'enccnsoir, 
-  et  mels-y  du  feu  de  Fautel;  jetle  dessus  de  rencens,  porte-le  promplement 
dans  le  camp  et  expie  pour  eux,  car  la  colere  est  sortie  du  Seigncur  et  elle 
commence  A  détruire  le  peuple,  Aaron  le  prit,  commc  avait  dit  Moise,  et  II 
counit  vera  la   communaulé.  Déjà  la  destruetion   avait  commence  daiis  le 


!   lUhr.,  %iìh  15.   -  2.  Noinbr..  xvi,  V>-'i8, 


Digitized  by 


Google 


/i2 


SKVKRR  D  ANTIOCHE 


r  a. 


^CLoo  >i-beOi  '^'^lÀ  smcfì\^  )vim^  s^i^^ilo  .|.>aX3  JjÌq^q^  oiJS^  |ooi    s^J^T 
<*)jÌa^  M^^lfo  :oooi  *  *  <n  >.f  yóJÒio  oooi  ^K^^.NOf  ^ajói  Kj^^^ 
^a^  fK^òo^  ^eu0  ^^o.  f^  iiop  Jb  :|ooi  ^.*^9  ooi  )>^^|^i  \oKj7   ^h^ 
fVid  ^1    H^r  o  ">t  CI  \ft\  ^i;   ^^j  ^^«.^^90  :%pfj  o^otìK-oi^a^^o  :)  aojn> 

)Ll7    loi^    .vffì    JN^It    %<^    i    'ìt^Q    «iX-ZU     ).-^f|   ^^^    ^J^    ^.SLb    )*>fft    -^X     ^|f    ^ 

^ju*  ^jJS.poo  ^JL^  ^*^i  l^kil   ^^N^  l-iCH^  ^u.*  ^;   ^f    ^la^Jbooo    V^'^ 
lo^  yOOUf^l   oooi  yo^K^oj  ^"ìi^^X^tO  :oooi  ^cw^aAi   ^;   |joid  :)ooi  «^tj 

1,  /,  in  mttrginf  ;jptti-^»a« 

peiiple.  Il  jeta  de  Feiicciis  et  expia  pour  le  peiiple;  et  il  se  titit  nutre  c«nix 
f|iu  ("taìeiii  morts  et  ceux  qui  vivaienl,  et  la  destruction  sVrr^ta.  » 

La  colnrc  qui  avait  commencé,  vous  voyez  quc  le  prétre  l'arréla  cu  entrali! 
et  en  so  tenanl  au  milieu  avec  de  l'eucens,  et  qu*on  doit  s'eiiipresser  d'olFrir 
en  tout  temps  In  prìere  couinie  le  fruit  des  lèvres.  (in  sait  d'abord  que  Ten- 
ceus  est  le  type  de  la  prióre  pure  et  de  la  bonue  odeur  [iw^ix),  a  Ma  prière 
est  pure,  dit-il,  comme  Tencens  devant  lei*  »  Usons  donc  maintenant  de  la 
*  roi.  in^i  prière  avec  ardeur  et  eonstammei^t.  *  Ne  soyons  pas  satisfaits  lorsqu'il  nous 
sera  arrivé  de  prier  une  ou  deux  fois,  et  ne  rcjef  ons  pas  la  cho^e  loin  de  nous 
comme  superllue.  Mais  prions  avec  des  larmes  eu  tléeliissant  le  genou  à  terre. 
Supplious;  implorous.  ie  suis  lioirleux  et  je  me  voile  la  face  lorsquc  nous, 
prOtres,  uouh  sommes  prosi ernós  A  terre  et  nous  prions»  et  lorsque  jc  vous 
vois  deliout  au  milieu  du  peuple  et  la  boucbe  ouverte.  Le  diacre  cric  pour 
tous  égalemenl  de  plier  Ir  geuou.  Meme  dans  le  eas  contraire  :  si,  pour  ainsi 
dire,  il  ne  criait  pas  pour  tous,  vous  devriez  cependaut  vous  incliner  pen- 
dant que  les  prtHres  se  lèvcut  et  tendent  pour  vous  les  mains  vers  le  ciel. 
Mais  prions  tous  ensemble;  agenouillons-nous  ensemble;  frappons  avec  soin 
(«paoTToviz),  afin  que  Dieu  ouvre  à  tous  la  porte  du  pardon. 


r'"  n. 


Digitized  by 


Google 


I 


u    y;  ^^^^^^       ifOMKLiK  un.  ^^H^^^  /,:ì 

^   001  ^^^l-i^i»  id/   Jjoi^  *|ot^|l   y#|-Ali>    j.^:;^^;  ì.^^  ^^«^^  y^li  *.va.x^  ]l 
pò^o  ;)jQi  I*  "  -*  y^'^  -^  "^t  ^^òi  ""^iN^^^d  >  «  f  >iV^'ti   U^oì^  |,ia»f   :s2uS^Kj 

)lcìlV>  »|V>rì     yJoU^^.^-^    :yJS\     }  *=!  ■•  J    s^i^J    )lìSy>    :|l\v>    |t01  "^^s^i^O    {oOC 

:i«M.^iJOp;   )bo90  )v-«^!  :i^!  jl;  )K*.^t^  lo^o.  jli  «bJLoK.aj9   |j/   po|   v>oi 


I 


Il  y  a  encore  un  autre  romttle  qui  guérit  et  coutieut  la  colere,  et  qu*il  faul 
en  méme  tenips  niéler  avec  la  prióre  ;  je  veux  dire  la  pitie  pour  les  néceBsiteux, 
par  laquelle  nous  faisous  participer  les  paiivrcs  h  nos  biens,  Saint  Paul  la  fait 

Isuivre  aussi  lorsqu'il  ajouto  ccs  parolei^  à  collos  qui  ont  eie  rapportées  plus 
haut  '  :  «  N'ouliliez  pas  la  liitinfaisance  et  la  miso  en  commun;  des  satirific^os 
de  ce  genre  plaisent  à  Dieu.  ì>  Cclte  vcrtu,  le  prophete  Daniel  la  conseillaìt 
aussi  au  rei  Nebucadnczar  Iorsqu*il  cut  prévu  par  une  sage  interpretation  des 
songes  quo  la  vie  de  celui-ci  serait  transformée  suivaut  les  habitudos  des 
camassiers  et  la  manière  de  vivre  des  bestiaux,  comrne  nous  apprenous 
lo  maìntenant  que  c'est  le  fait  de  ceux  qui  j^ont  frappés  de  cette  maladie-et.  Il 
dii'  ;  «  C'est  pourquoi,  ó  roi,  quo  man  conseil  te  plaise;  rachète  tes  péchés 
par  des  aumòncs  et  tes  injustices  par  la  pitie  pour  les  pauvres;  pcut-étre  y 
aura-t-il  de  hi  longauimité  pour  tes  foutes.  m  II  faut  donc  y  joindre  ce  grand 
remèdc,  très  puìssant  et  utile  pour  toutes  les  maladies  et  les  maux, 

»Jc  dis  ceeì  :  Nous  devons  participer  sans  cesse  au  sacrifice  sans  sang  du 
corps  et  du  sang  du  Christ,  lequel  eniove  le  péché  du  monde,  h  la  seule  eon- 
dition  que  nous  uc  détournious  pas  la  grAce.  Ce  t^ang  fut  mentre  autrefois 
uussi  par  une   ligure  et  une  imagc»  quand  l'agneau  était  immolé  pour  la 

1.  FIAIir     \Mf    1«.  —2.  Daniel,  iv,  2'i,  Scptiinlc. 


Digitized  by 


Google 


44  SEVÈRE  D'ANTIOCHE.  44] 

* foi.  104  '^^J^     :|  io  v>  ^-^  |ooi  ^>fi  Ih  o6i  J  *i  rci9i  y^l  |ooi  ^^dfJboo  |pe/  ^ 
r"b.  V.»  .  *  y  • 

|;;;3QLd9  %A^/  :|ooi  %iitàv»fcsA>  jL^U  ^^  i^  '''^iJd;  jvis.n  K^ijd  o/  JKflLjkA{ 
'^^^Àdo  :''^^|vfla.»/;  l^h^A  ^^  |ooi  jV^  |ì\^\»vì\  :oooi  ^ì>viKv>  J^^po; 
juoCS».  f  v>t^  ^«iifktvii  t'^^^A.aoi  ^u*  «d/  .Jooi  %aju^  :|ooi  mn hvh  lAubd 
),  t\^^^»  ^^  jLtDoio  *y^iivWift\  ^9  ojoi  :^^{  |J^^-^^  jLuSoiBoo  l>Sh\ 
^\oÌ^  |j^}<^  y^V>o  :^»NS/  \ml^l$  ooi  IJb^^N^^oo  JojS^;  |v^  9^>o  :«m^ 
•^uo  I^JLio  %jDaf>j  JLìIa^i i#o  Jlii  \v>  Jl  I  i  M  ^"^^  '^'^  y^n  N  >>  ^^^! 
•)U^9  «d/  Jl/  :|7  i  ^'»Kv>  |l  {oJSbd  o^  :J  i^ì^n  v>  v^ljoi  |fj  i\  Joqmo 
^-n  no\  ^KuiJM^  ^.iiJr^M  in^ff>9  oói  p^j  :%fiLJMU  1-^  ^  y/  K«JvA« 
•tJ^90  y^f^l  ooi  ^^VH>  :oé*|'d9  jLioi  h<^j>  j^^i  ^^  UaKjo  :JKjLkd  U^ 
|itin  JLo^^  jLdJI  oi;ba;^9  «ypo  ^tiaju  l.tniVì^  •Ìa.^oji}  Jlni\>fl>\  JoKjjo 
♦^oo/  ♦y^viNv  ^\,v\  )J|.^mo/o  I^a^/o  |K>in^>l  )4d 

*  foi.  104  Pàque  que  Moìse  avait  prescrite,  *  et  quand  on  en  enduisait  les  seuils  ou  les 
montanis  de  chaque  porte  ;  alors  que  les  premiers-nés  des  Egyptiens  étaient 
frappés,  il  écartait  des  enfants  d'Israel  Fexterminateur  qui  ne  touchait  à 
aucune  maison  enduite.  Nous  aussi,  enduisons  du  sang  divin  les  portes  spi* 
rituelles  de  notre  maison»  c'est-à-dire  nos  bouches.  Ainsi  nous  échapperons  ^ 
à  l'exterminateur  et,  en  mangeant  le  corps  de  Dieu  et  du  Verbe  qui  s'est  fait 
chair  et  en  emplissant  de  sainteté  notre  intérieur,  nous  rcjetterons  et  chas- 
serons  de  nous  tonte  passion  déraisonnable  et  bestiale;  nous  serons  poor 
les  démons  belliqueux  non  seulement  indomptables,  mais  aussi  redoutables, 
surtout  si  nous  ajoutons  le  jeùne,  cette  arme  très  utile  et  excellente  coutre  ' 
les  esprits  malins  ;  nous  nous  sauverons  de  la  colere  aussi  bien  présente  que 
future  ;  et  nous  mériterons  le  royaume  des  cieux  par  Jésus-Christ  Notre-Sei- 
gneur,  auquel  reviennent  avec  le  Pére  et  le  Saint-Esprit  la  gioire,  l'houneur 
et  la  puissance  éternelle  * .  Amen  ! 

1.  Cr.  Ép.  de  Saint  Jude,  25. 


Digitized  by 


Google 


1^^/. 


l'alio 


Ir*^ 


^ts^i    ]r£OQjAj  ^-^   ^jk^  I^^mJi   ^Aor  ^ft^*  ^oi;o  -Q^ff    P^k'   ^--^"^  Ito^hj   {Ik3  ^,:kot  I^OJÒI  U^ 


o/  p^j^^fl^  :wi\  tS^l  1^^  Ilo  ^I^  JUft  -o^yw  ^  'ly-^V   |to>>pa^  ool  ' 


^^1  \^  Vi  |.S_>Qi0  ]lo  |,^ìf«ii/   )y>gOu^^j>   lv»*l^-d   )i^Ì-^  ^-^Ju|    p  :];i^^too 
:ì  \\  ^^  jjuo^  '^-^  ^"^?  v^oi  JIj^^  vOoÒ^  yo^fn^.!  JJ;  Jj.^^/  .o^ 

mU^i^I  ^ào  Q^o    :Jjf    jU#fK^  );ot   l^  ilàl  ooC^Jb^^^  IfOJ  ^^;   ooi  ^|«» 


I 


HOMELIE  LIV 

A  CKUX  Qll,  APRÈS  LA  PIUKllE,  VONT  AU  TIIKATHB.  IL  EST  CONTIIAIUK  A  LA  LUI  IìE 
VOm  CES  SPKCTACLES.  KOUS  0KVONS  PREVENIR  PAR  LES  ORUVRES  BE  LA  PKNITENCE 
LA  NÉCESSITÉ  DU  COURHOUX  QUI  A  ÉTK  ÉTARLI,  ET  PARTJCirER  SUUVKNT  AUX 
MTSTÈRKS  SAINTS   KT  ADOnÉS, 

De  nouveau  je  me  suis  avance,  alors  que  je  manque  de  Inule  capaciié 
pour  parler  cu  enseigner  qyoi  quc  ce  soit  crutile;  alors  que  je  suis  obscurci 
par  le  nuage  des  soucis  malériels,  dans  lesqiiels  est  liée  catte  Eglisc  saintc 
et  immatériellc  d'une  manière  incoiivenablc  ;  alors  que  des  personnes  la 
chargcut  succcssivenicnt  do  fardoaux  ctrangers  et  non  saeerdotaux.  Com- 
menl  les  Iroubles  extérieurs  ne  porteraient-ils  pas  préjudice  aux  religieux 
de  rintérieur?  C'est  contraini  et  conduit  de  force  par  cette  iiecessité  pr*5- 
86018,  et  cornine  quelqu*un  qui  brùlerait  dans  le  feu,  que  je  suis  poussó  à 
cola,  et  non  volnutairemeuL  Qu'y  a-t-il  d'étonuant  si  nioi  qui  fais  suri  ir 
de  moi-mémc  des  uleères  nombreux  et  incaleulables,  j'ai  subi  cette  douleur 
saus  pouvoir  me  taire?  Lorsque  le  prophète  Jórémie,  qui  dès  le  sein  de  sa 

Digitized  by 


Google 


v'a. 


46  SEVÈRE  D'ANTIOCHE.  £46] 

01.^0/9  JLa^o  ^0;  oói  :)Lòo$/  «d/9  sjh<^l  t^pKt  v>\  )j/  iÉ»niV»  Jlo  jfoi 
*  foi.  104  ^^À  yOÙsJ^JL^  |ooi  y^*Ax  ;  oò^;  jbo:^  |ooi  |>L«  |J>  :%MfXk^  *  |ooi  ^^oioK#/ 

VMA^OO}    CL^   |oO|   1^^0090   :0^    |oQ|   o|d9    CL^   yOOii^    |oO|   P&/9    >    aNlH 

x^9  93  :|ooi  ^>^K:^9  001  |>^9  ^  |ooi  ""^1^9  ool  jLd/90  :^Vd|Jboo9  0/ 
:|ooi  CS^Km  o^>^^^ftao\o  ;rn  ^\^  t-nlto  Jooi  ooj^J^AM  ooio  ;%dKi  vt\ 
ui^  ÌOOI9  "^^^^-^  «It-^/  Ilo^ioP^  |lni\A\vi\  Jooi  pe/  «d/  IjojS^^ooo 
•)L4à09  oiMA  oima/  II;  lt:^/e  .[^00^  ou^  |o;j^  ||m^..\  U^:^  oiK^i^p 

I   X^\KiV>9    Jt-A^!    I^^J     >^/    ^|J^9    j   ^\>   |oO|0  ♦dVì  i  """^À  "^^S^J^/    jlo 

♦oti^iiiiftVìX  jLi/  ^Éll^iV)  Jlo  ^^•v^i^^  )^9>àoo 
:  9a^.N  ^  JLi>iy.v»  Jb^;  )Lul^9  Iv^/  loop;  «it^/f  ^/  ""^wbdoi  ^  ^as^I^d 
yOJoi;  I  "nN  ^7^  MI  I  > i><^^>   ^/  :J  ni  vi\\  jLip^oflD;  001  Jlo  i  >■  V»   o^oi 

oói  ^/  Jj/  ^l  pe/  vcDo^d  ^^^  ^M  Jo9J^  ||m»»\  J^ipo;  oiA^S^:^  iooi 
U^iU  Jlj/o  .oi>k.9  jbfluii  "^^  '^^b^/  Jlo  .U;^,  ou^^  oi-^MiIa/  Jl;  U^l 
ci^  ^.A^  0/  J>\v^iV>  juoKji  larvilo  «w^b^;  Ilo  9im\  ^fluuoDlKj   |Ì9Gl^9 


foi.  104  mère  avait  été  *  consacré,  voyait  que  son  peuple  riait  surtout  de  ce  qu'il  lui 
avait  dit,  loin  d'en  étre  attristé,  et  s'en  moquait  sans  en  éprouver  du  cha- 
grin  ni  de  raflliction,  qu'il  ne  tremblait  pas  non  plus  devant  le  courroux 
dont  il  était  menacé,  alors  le  prophète  songeait  à  ^e  taire;  mais  il  s'en- 
flamma  et  brùla  dans  son  C03ur,  et  fut  force  de  parler.  C'est  pourqnoi  il 
disait*  :  a  l'appellerai  Timpiété  et  la  misere  parce  que  la  parole  du  Sei- 
gneur  a  été  pour  moi  un  outrage  et  une  dérision  tonte  la  joumée.  Et  j'ai 
dit  :  Je  ne  nommerai  pas  le  nom  du  Seigneur  et  je  ne  parlerai  pas  de  son 
nom.  Et  il  fut  dans  mon  coeur  comme  un  feu  brùlant  qui  flambait  et  se 
pressait  dans  mes  os,  et  je  ne  puis  le  supporter.  »  t 

Il  suffit  donc,  ainsi  que  je  l'ai  dit,  que  le  lien  de  ma  langue  soit  faible, 
que  cette  tempéte  des  événements  mondains  arrive  seulement,  ainsi  que  le 
trouble  extérieur  de  ceux  qui  combattent  la  parole  orthodoxe.  Si  alors  jc 
pense,  comme  Jérémie,  que  pour  moi  aussi  la  parole  du  Seigneur  a  été  un 
outrage  et  une  dérision,  je  dirai  nécessairement,  moi  aussi  comme  lui  :  a  J'ai  ^^ 
dit  :  Je  ne  nommerai  pas  le  nom  du  Seigneur  et  je  ne  parlerd  pas  de  son 
nom.  »  Je  prierai  pour  qu'une  porte  de  prison  soit  mise  sur  mes  lèvres  et  que 

1.  Jór.,  XX,  8  et  9. 

Digitized  by  VjOOQIC 


[47]  HOMELIE  LIV.  47 

>jni»iCi^»  oói  Jl  *ìtOi  iab^  .yo^j/l  jLàdV;  |-^oi9  K..ib^j  |1>^  Jxl^  «V^V^Jl^/ 

•Kjud  Jl   |li-bbd9  vOJoi  (..ibJicLxo  ^^00  lioJ^^  ^  «d/9  :V-^|1  Jl/  Jlo^M^yi 
>    %rf»a\o9ÌS  Kj/  "^^^cLii  Jl  U^l  «K^ioK^/  |ia:bO|^  ou^  yaiói  jLio).^  «d|o 

:|;)[j^9    JLaM  .yoKjJl    yt^9    0UXLd9    yoKj/    yn  »*ìtV>    Jl}    .oKlS      /■•KjUfOnN}    Mol.  104 

V»  b. 
^<^/    Jlo   «IVILa;    lioKfiAo   yO^XoKjJl   y^V-^    0|9oKfiL^9    yO^j/    y^n  m^  tv»   Jl 

^^/    Jl/    .9X0/    V-JL^   J-i-^   •9Klm9    i-^mO    J-JLld9    1^   «t-^/    K^|9K.Oe9    J.  aA^.t!l,M 

>ciK  Mffì^  ilo/  J  I  v>  :oid  1^  t*^  ooio  |KdbM  ^^  J>/mo  t^*^?  sjl  »^ 


je  sois  contraint  à  un  silence  compiei,  sinon  le  rire  et  la  dérision  manifeste 
pour  les  paroles  du  Seigneur  ne  feront  pas  que  je  ne  préche  avant  peu  des 
prières  universelles  dans  TEglise,  des  larmes,  la  confession  des  péchés,  le 
jeùne,  et,  pour  parler  simplement,  la  correction  effecluée  par  la  pénitence, 
à  cause  de  ce  iléau  déjà  mena^ant  qui»  pour  ainsi  dire,  est  proche  et  sus- 
pendu  au-dessus  de  notre  téte  ;  il  est  terrible  à  entendre. 

Vous  donc,  ou  plulót  beaucoup  d'entre  vous,  car  je  ne  dois  pas  vous 
accuser  tous,  vous  irez  au  spectacle  de  Thippodrome  et  à  ce  tempie  du 
rire  ou,  pour  le  nommer  d'un  nom  peut-étre  plus  propre,  de  Tardeur  de 
la  prostitutìon,  à  ce  théàtre  de  tonte  luxure.  Mais  tu  diras  que  tu  n'as 
pas  manqué  aux  prières  ni  aux  assemblées  dans  Téglise,  et  que  tu  as  pris 
part  de  la  méme  manière  aux  spectacles.  Cependant  n'as-tu  pas  entendu 
S.  Paul  qui  écrit  aux  Corinthiens*  :  *  a  Vou3  ne  pouvez  pas  boire  la  coupé  ♦foi.  io4 
de  Notre-Seigneur  et  la  coupé  des  démons.  Vous  ne  pouvez  pas  prendre  ^"  ^' 
place  à  la  table  de  Notre-Seigneur  et  à  la  table  des  démons.  »  Un  sage  ne 
dit-il  pas  très  bien^  :  «  Un  qui  construit  et  un  qui  démolit,  à  quoi  cela 
servira-t-il  de  plus  qu'à  prendre  de  la  peine?  Celui  qui  prend  un  bain  et 
se  lave  à  cause  d'un  mort  et   qui  touche   ensuite   à  celui-ci,  quel  profit 

1.  I  Cor.,  X,  21.  —  2.  KcclésiasUque,  xxxi  (xxxiv),  27-31,  Seplanle. 

Digitized  by  VjOOQIC 


fiH  SEYKRK  irANTTOC 

yOJot}  '^^^  V?-'?  >^  \^9l^  ^i*/    ^dcJlo  .«..«oiooi.^^^  ^^^o.  ^IfJ   l^-^V-^  Ij^S^ 

Ijsa^OJ  ^^  V-^^9  ooi^  ^;   J VM,>  >  :iXAOff  JK^:^J^e  ^-«^^l  V-^^^  ^^ot 

IjjJL^t  ^i>\rn  :)oi^il  ypuu  l-i^^lo  .yOì^/lf  ooi  jt*^*^  ^t  -itkì  ntM  p^  t|\ 
^^oi  lo^  :ool  4^tJ  ^i^ot  1^^  ^9  J  I  lil  .>  ì»  *  i^wo  K^^  ^«..a..^ 
:^ooi  ^^^Kstoo  j>^i^Aj>^Q9  «i*oi  fio^^j^^  1^9  uloo/  :^*oi^  ^^S^  K^l^éM^eu; 


tircra-i-i!  de  son  baili?  De  méme  un  homme  qui  jeùue  pour  scs  pécliés 
et  qui  va  ensuite  coramettre  ies  mémcs  fautes.  >;  C'est  lo  fait  de  ceux  qui 
agissent  ainsi  cootraireniriil  à  la  lui  et  sont  pleiiis  de  perversile.  Ils  s'ima- 
gineiit  prendre  part  à  la  Table  et  à  la  Coupé,  manger  et  boire  et  faire  ce  qui 
Irur  piaìt.  Le  Livre  sacerdolal  ténioigne  au  sujet  de  lels  gens  en  disant  *  : 
a  Ila  laangeut  une  uourriture  d'ìnipiété  et  sV*iiivrciit  d'un  viu  illicite,  d 

Et  quelle  perversité  y  a-t-ih  dira-t-on,  ù  regarder  une  coursc  de  che- 
vaux?  Une  grande  et  non  pas  une  quolconque.  Je  te  répondraì  librenient, 
ò  un  teli  Premièrement  :  tout  speetaele  est  néeessairement  consacré  à  un 
des  dieux  qui  porlent  un  faux  noni  (ij/suitivujAOs),  et  donne  en  son  lionncur  : 
à  Neptune,  le  spectacle  des  elievaux;  à  Mercure,  le  spectacle  des  luttcurs 
qui  combaUent  seuls;  à  Artémis,  celuì  des  lutteurs  qui  combaltent  avee  Ies 
aoiinaux;  à  Bacchus,  Ies  représentations  (<ntY)vii)  tlicàtrales.  Comraent  plairait 
à  Dièu  ee  qui  fait  la  juie  et  le  plaisir  des  déinons?  Commeni  courrions- 
nous  vers  ces  spectacles  auxquels  nous  avons  légalement  reuoncé  lorsque 
nous  étions  inserits  pour  le  scrvice  du  Christ,  quo  nous  souscrivions  à  des 
actes    d'obéissance    envers   lui,    et  que   nous    étions    préparés  a  mériter  le 

1.  Prov.,  IV,  17. 

Digitized  by  VjOOQIC 


[401 


IIOMKLIK  LIV, 


V.ì 


li.Aa^Kì   |%Ì  n\^^i 


od 


»CkXA&^9 


pò  .^^^«ouK^i    ^'^'^^  ^«^^  -i^^o^do  |.«o£Ss 


oot 


Ìcl!^  g^9   :%ju/  'pojj  jLi^oi  ^^9  ^;    ^i*Vl;   «^«oi^  ^t-^^!  ^Aot  :^«oio;|^9 
V^b^  ^^MJ3D  >a^^^^  JI90   |ì^^.^   ^^pqiN   ùAo   :f|i.  -^\   jlL^i       Jj^ft^^; 

'lyQ^jLJ    yOOuNN    ^ij     fjy    |fcyfQ>0    "^^  £»C1lX90    tl^fo/j     fts^fpd    yTìNvi^il 
%«Ot      J  "^^Vv^    "^^^0^9    OÓI    I  "^ì  ^  ^    .'^00^    ^.^OfoK^I     I  is.  .  ^\j^    )ji|,500    1^ 

Ift^iOf   ^^  :Joi|   foif  :ì^|  |.^9aA^o  ^9   jj*^  p  ^JljV^  ^-:^  ^^otoB^   y^BGU 
o  ^^feoo  j  j»  mam  :)ÌQt>c»»^'>  owd  Jlts^boL^  «d|  ^9  s^^K^  :|.dV^)^  ^^^^.y»  ^9 


*  fui.   10.1 
r^  a. 


baptéme  diviii  et  salutaire.  Ces  spectacles  sont  cn  elTet  les  pompes  de  Satan 

»H  le  eulte   de  ses  féius  auxquelles  nous  avons   renoncé.  Deuxièmement  : 
alors  méme  qu'on  dìrait  :  ce  Les  représeulalions   ne  sont  pas  doiinées   en 
riiunoeur  des  démons,  mais  poar  notre  fdaiì^ir.   *>  Mais   nous   irriterons  le 
Créaleur  si  nous  usons  des  animaux  prìvés   de  raison  d'une   manière   eon- 
traire  à   ses   commandements.  Cliacun  d'eux    a   été  créé  pour   remplir   un 
be^oin  quelcouque  de  la  vie  du  monde,  *  vi  non  pour  un  agrénient  exce^sif 
Ket  inutile.  Le  cheval  a  cté  donne  aux   liomnies  pour  quo,  montés   sur  eet 
animai 9  ils  accomplissent   rapidement  leurs    courses  et   surtent   contro   les 
tn  guerriers  qui  viennent  a  eux.   Il   est  pour  cux  nn  secours  et  un  auxiliaire 
daus  le  combat  contre  les  ennemis.  C'est  aussi  cv  que  dit  Celui  <c  qui  parlait 
j      il  Job  du  milieu  de  la  tempéte  et  des  nuages'  d  :  «  O  toi,   as-tu  pose  la 
■  puissance  dans>  le  fheval  et  as-tu  revetu  son  eou  de  crainte?....  Marciumi 
àia  rencoutre  de  la  lleclie,  il  rit  et  ne  se  détourne  pas  du  fer,....   Lorsque 
H  la  trompettc  donne  le  signal,  il  dit  :  Bravo,  bravo!  De  loin  il  sent  le  com- 
^  bat^.   »  Il  est  écrii  de  niéme  dans  les  Proverbes*  :  a  Le  cheval  est  prét 
pour  le  jour  da  combat,  c'est  le  secours  de  la  part  de  Dieu.  )> 

C*est  pourquoi  eet  animai  a  été  iutroduit  pour  servir  à  la  vie  de  Thomme, 


♦  foL  105 
r  a. 


I.  et  Job,  ixxvnt,  l.  —  2.  Jab,  xxxix,  lu-25.  —  3.  Prov.,  xai 


31. 


Digitized  by  V3OOQ IC 


50 


SEVÈRE  D  ANTlOCllE. 


[50J 


fK^Of  )KN<\  Ni;&  f^o  lyont  >  \  ^'  ^m^l  JL^wL^;  la^i^.^^  :^^3l  )K-:oy^ 

JL^Ko    ^^    .o|N.vA^    ||*|    |.L^ot    1^.1^^  3^    :|3^    slkOJdl    Kj/     Ii^    Jk  ^  Il  -A  v%% 

■ 

loci  "^bs^oM  1-^1-^  :)f— ^  Uf^l    JLsoi»   la^  ;|o6.)l   oò.  ^'^^^^^  |Vol 

.oòw;  ^^;    jKJLajL^    )ooKm  ^*^\^  v>;  ^À^to%   :|oot   pof   vO^jLi  yO^-^of 

)  ^*^  ^'  ^1  ol  zJjI  ^^>ì*^»  ^mi^oi  tjJi^  ^1  1^0^;  *^^>^i   jl    jK.^^^^^ 
:^9|j>0f  jfoi  ^ooXi^JL  Jl  tv^Jks  l-fto^j  ooi  f^^  | movila  -pef  ^^oi  ^^ 

^i^oi  ^M  ì^)^^  U^  *o^  1^^  ^^'-^^^^-^  1^^^  ^^^-^^^^     JiPQyii  iot^ftjLA  ""^N^t 

1.  L  in  margine  :  ^^ìÌ^^^^^* 


I 


et  non  pas  pour  que  tu  rabimes  en  luì  faieant  faire  sept  tours  du  cirque, 
en  faìsiint  sortir  chars  coutre  cliars,  en  écrasant  ses  pieds  par  la  vitesse 
des  roues,  ni  que  tu  te  réjouisses  et  applaudisscs  à  une  chute  iiìisérahle 
et  déplorable.  Ce  n'est  pas  là  ce  quo  te  prescrit  et  t'en^eigne  le  Livre 
divin,  mais  le  contraire*  Lorsquc  tu  agis  ainsi,  il  écrit  pour  toì  les  uiots  de 
cruauté  et  d'iuiquité  en  disant'  :  a  Le  jnste  a  pitie  de  la  vie  de  ses  bes- 
iiaux,  mais  les  entrailles  des  irapies  sont  sans  miséricorde.  i)  Ce  qoe  dit  le 
sage  sainl  PauP  :  a  Est-cc  que  Dieu  a  souci  des  boeufs?  n  vise  un  autre 
scns.  En  edet,  en  jjarlant  aux  Corinthiens,  il  disait  qu'ìl  faut  a  que  ceux 
qui  preclient  TEvangile  vivent  de  llwaugile^  ».  «  Qui  fait  jamais  la  guerre 
à  ses  propres  frais?  Qui  piante  une  vigne  et  ne  mange  pas  de  ses  fruita? 
Qui  pait  un  troupeau  et  ne  niangc  pas  du  lait  du  troupeau.'  Est-ce  que  je 
dis  cela  comme  un  liomme  ?  Ou  la  lei  ne  le  dit-elle  pas  aussì?  Dans  la  lui 
deMoise  il  est  écrit  ;  a  Ne  mets  pas  un  frein  au  boeuf  qui  fonie  le  grain.  Est- 
te  ce  que  Dieu  a  souci  des  bceufs  *  ?  »  Voilà  donc  ce  qu'a  dit  ce  commando- 
ment  legai  qui  ordonae  de  ne  pas  mettre  un  frein  au  bceuf  qui  fonie  le 
grain  :  Dieu  a  fait  la  loi  non  pas  parc*^  quii  avait  souci  de  rcquité  (eivojjLu) 


1.  Vrm.,  xti,  Uh  —  2.  I  Cor.,  ix,  U.  —  J.  Ibid,,  ix,  li.  —  4.  lùiU.,  ix,  7-U. 


Digitized  by 


Google 


[51J  HOMÉLIE  LIV.  51 


>;  ^\oi  ^M  t^^M^»»  \5^oi;  óuK^/  l-^^!i!  «^^^^-^  |j|.Aad  ^bo  ^ 

:  popò;  ooi  )L^  oiioL^  pe/  :|  in^j  lo^^bfiLji  ^  jia^ib^  ""^.lò^  Kj/   jbeo 

Jlàou#9  >ot^>*/n  ""^À  KjV^!  l^fl^H  :JLiV^/   %d/   ^;  oK^  «^  ìf^^  scdouJI 

:^S^  p  %d/  |;oi  ^'^^i^bM  JK^iOdIL^o^o  JKmii\  Iti  Si  ^\  ^lOtt  Jy^b^^» 
K^l  |oou  lima»  ^^  jLd/o  t^j^^ou»  ci<#ìi*ì^vìS  ^  vd;j  K^J  i  vim|Vì  Jl 
:JK.aJ;Ja  |ÌQ^yb^%d{o  jLnÀ^;  JK  n^m>iVìo  JK^k^b^*^  jUa^/lo  ,^^d^.\  ^ 


*due  aux  bceufs.  Qu'y  a-t-il  douc  d'odieux  à  ce  que  ceux-ci  soient  entravés  *  foi.  105 
et  retenus  sur  Taire  afin  qu'ils  fassent  leur  service  avec  soin  et  ne  s'occu- 
pent  pas  de  leur  ventre  en  temps  inopportun?  Mais,  par  ce  commande- 
ment,  il  nous  enseigne  qu'il  est  juste  que  ceux  qui  travaillent  soient  nourris 
du  produit  de  leur  peine.  C*est  pourquoi  il  ajoute  ensuite  '  :  oc  Ou  parle-t-il 
absolument  pour  nous?  Gar  c'est  pour  nous  que  cela  a  été  écrit,  puisque 
celui  qui  laboure  doit  labourer  avec  espoir,  et  celui  qui  fonie  doit  fouler 
avec  Tespoir  de  prendre  sa  part  de  nourriture.  » 

Que  Dieu  a  soin  de  toni,  s'occupe  de  tout  et  aime  tout  en  tant  que  Dieu, 
c'est  chose  connue  et  bien  evidente,  oc  Tu  ouvres  ta  main  et  tu  remplis  tout 
animai  de  bonne  volonté  (eùWia)  »,  lui  dit  le  prophète  des  Psaumes^.  Mais 
un  sage  dit  aussi  '  :  «  Gomme  tu  peux  tout,  tu  es  miséricordieux  pour  tous.  » 
Un  autre  écrit  aussi  ^  :  «  La  pitie  de  Thomme  est  sur  son  prochain  ;  la  pitie 
de  Dieu  est  sur  tonte  chair.  »  Gè  n'est  pas  une  raison,  parce  que  quel- 
ques  espèces  d^animaux  ont  été  données  aux  hommes  pour  étre  tuées  et 
mangées,  pour  que,  durant  leur  vie,  nous  ne  devions  pas  nous  servir  d'elles 
avec  miséricorde,  nous  n'ayons  pas  pitie  d'elles,  et  que,  pour  un  amuse- 

1.  I  Cor.,  IX,  10.  —  2.  Ps.  cxLiv,  16.  —  3.  La  Sagesse,  xi,  24.-4.  Ecciésiastiqne,  xviii,  13. 

Digitized  by  VjOOQIC 


fol.   105 

V*  a. 


SEVERr-  D  ANTiocnrL 
yo^oi  ^Lm  *^^#^o  oj^o  ^Xqio  :)LjudV9   llo^c^o  jbo^o  jl°ii\    -  -^t*  -|  ^^  « 
yo^a^lf  Ij^^I  V^/   |i,ìa.^yM  ^^"-^  ^^^  *^^  ^^^ibóo  JoC^;    J^irV^i  v*; 

jbUi^o  Uiù'ff^  ^^1^^  jL-^Jio  .|j^;;^i«^  l-^"^^!?  '^^  Jicìir^V  VìIvk>  :^^Ì9  v^^^ 

JLofL^o  J.b^.a3  io-^f^  ì  -^*'^  «Joi^lJ  xÉOLU).^pf  """"^^  ^..^fc\«*ft  JK  j^  ^>^ 
^^o  .jla^.^^»3  s^^Qi  looi  ol^^.^|  ^-*^ot  ^^  )»v»'v»;  ^|o  ^9  ql^  .Jj^^Bo^ 
|oi!^  )     '  *  ^;  :)  ùs^l  >^f^K.^  ^^''^-^  «^oioVl^     ^^f  *oC^  wooi  i-  ^*"^  òuV^B 

y^l    foi^Wyi     ^^01     ^d     ^.^.^^    .Jj^-Q^iO    jL^JlDO    )K.^^»^    OLJ^f    U^i^O    l^y>n 


ment  et  un  plaisir  diabolique,  noiis  fassions  im  commerce  vain  et  Diiisible 
de  répuisemont,  de  la  fatigue  et.  de  la  mort  de3  chevaiix.  Et  de  qui 
s'agit-il?  De  nous  qui  devons  imitcr  Dieu  :  «  Soyez  miséricordieux/dit-ìP, 
conime  votre  Pére  est  miséricordieux.  » 

Diaholique  est  le  spectaclo  des  clteviiux,  c'est  ce  doni  témoignent  les 
ruses  et  les  moyens  astucieux  qui  y  soni  pratiquós,  cotte  emiilation  qui  res- 
semble  à  de  reuehantement,  ces  meurtres  affreux,  crucis  et  illégaux  des 
fourhes  qui  se  montrent  audacicux  contro  un  àge  jeune  et  faible  (?).  Ces 
spectacles  (?)  peuvent  grandement  courroucer  Dieu:  ils  mériteut  de  nom- 
breux  óclats  de  tonuerre  et  des  éclairs  Qainbaots.  Alors  mi^nie  que  le  diver- 
tissement  serait  exempjt  de  pareilles  choses,  nous  cu  jugerions  par  ses  fruits. 
foL  tm  ti  C'est  à  ses  fruits  *  qu*on  cannaìt  l'arbrc '.  )j  Tel  est  le  décret  du  Chrisl, 
Dieu  et  8uuvcur,  qui  ne  ment  pas'.  Or  quels  sont  les  fruits  de  ces  combats 
de  cbevaux?  Des  querelles^  des  blasplièmes,  des  luttes»  la  confusiou  des 
gens,  des  clameurs,  des  attaques  à  coups  de  pierres,  des  guerres  entre  con- 
citoyens,  des  meurtres,  des  incendies,  Combien  de  fois  tombe  souvenl  dans 
un  de  ces  péchés  le  plus  pur  des  spcctateurs?  Ou  il  cric,  ou  il  se  querelle. 
cu  il  blasphòmc,  ou  il  se  laisse  emporter  a  la  colere  et  a  ruutrago.  Et  quel 


L  Lue,  M.  3(j.  —  2.  Matllh,  xn,  33.  —  3.  Cf.  TiL,  i,  2. 


Digitized  by 


Google 


|[M?  '^^^^mmm.         itome  li  e  \av.  ^^— ^^^         53 

H  <>òy.^  \j^  f^K^;   )ooM  |^L^9  ^*Ql; 

jl^^^  i^'^'^-*!  ^i^K_i/9   li^^Km^Of   ^01  %|KxD  "^^^.^k^  ^«K,^aA  :)&0^90 

*1L^V^qjo  óiJ^I  jfo^Q^to  ^Oi^iot;  K^^0|^  JK^o)  òm£s^/  ^^.^  jLuf  7^^!! 
JKi^b^  «i-olLdi  ^-^;  t.^^^  oi^0p  .)oC^  f^l  jL^  ooi  ^9  I^Osjf  ^^^^  ^/o 
K  > 'fc'm  sj^^  ^né  J^|l|M^  o^wi   l^^p  Jt^^^^!  It^=^^   .'^.^oh^l  ^"^^j^^fÉu/f 

^rfta.^%#>^  :oÌSpO  ^^.^  ]lo  i^^okots^l   ^flft.\tf>Aoo9  wi^oi  ^^  ;^9  J^M^ 
^9    )Ka^   =9^/   9^^   |oi^   oi^  y^K^  U>io*i   ) .»\V>>^  ''^^f.^i^^^  l^d^d   )JL^»^ 
"^.^^-^   :wax^aiL^a^  .  r/'^j  JJ9    ^'^n^Oo  w^  >/^^sa\    yo^^j   Jl   ""^.^J^p^l^/; 


^^!Ka 


chfttiment  en  résulte-t-il?  On  dótourne  et  on  sballone  IVieu.  Y  a-t-il  une  pcino 
plus  dure? 

PMaintcnant  écoute  au  sujet  de  la  clanieur  qu'on  eslime  èìre  raoindre  quc 
les  autres  choses  :  a  Le  Seigiieor  a  dlt  *  :  La  elamuur  de  Sodome  et  de  Gr>- 
'   morre  s'est  accrue  vera  moi  et  leurs  péchés  sont  très  grands.  »  Cela  sullìt 
pour  montrer  ce  qu'est  la  clamcur.  C'est  d'abord  i'accusation  de  Sodome  et 

Pde  Gomorre.  Le  Seigneur  dit  cncore  par  rintermédiaire  du  prophòte  Isaie  ^  : 
«  Car  la  vigne  du  Seigoeur  Sabaoth  est  la  maison  dlsraéd,  et  los  hommes 
•  de  Juda  sont  la  vigne  plantée  rtVcemment,  la  chérìe*  J'ai  attendu  qu'ello  fit 
ce  qui  est  juste;  olle  a  fait  rillégalité,  non  pas  la  justice,  mais  la  olameur.  » 
Eh  quoi!  La  clameur  est  sujette  à  raecusation. 
■  La  querelle  est-elle  chose  louable?  Nullement.  Vois  commeut  Dieu,  par 
riutermédiaire  du  prophète  Ezéchiel,  la  plaee  parmi  les  grands  sujets  de 
blùme^  lorsqu'il  dit*  :  a  Les  Israélifes  ne  voudront  pas  t'écouter,  car  ils  ne 
^  veulent  pas  m^écouter,  parco  que  tonte  la  maison  dlsrar^I  se  compose  de 
querelleurs  et  de  durs  de  co^ur.  »  Tu  te  demanderas  pourquoì  la  querelle 
051  raiigée  avec  la  désobéissance  et  la  dureté  de  coeur.  Saint  Paul  place  en- 


l.  Oea..  wjii,  20- 


2.  Is. 


'S.  ÈréclK,  III,  7. 


Digitized  by 


GOOQÌ^^^È 


•  fol.  105 

V"  b. 


54  SEVÈRE  D'ANTIOCHE.  [34] 

;J  i^D  i,.iiQv2sK  y>^;|;^o  ^nii\  V>»  ^^^/  y^^l  )0*ì'^  K>|i  >  i*>  ^iOiiSa 
ypK.^K«Jl/  Old;  oòi  :)cCSK9  I  ttfO  )L#o^  yfiftwvl  Jlo  :|-idoi  V^^^olo 
yO^euilKj  l^o^  |K.^u9o  *  :|>^$o  |Jboeu«o  jlo^^po  oj^  iJIldìo^  Uù^ 

^ju/j  ^/  c^  ;)Ljy,aaaeo  ypoiJb^/  )Ljyin»v>  oS^  yj  Ji-^^^^io  *JfiSKi  )IìS>m 
o^  JLi/  f^So  JiiyMV>o  yooijb^/  ^)^^  U^f^i^  ♦^■ìV>/o  K.*d  ^/^  ^mv 

^M  :|K.A^Aoflu*9  K^d  o/  JKrfb^DoV/  :^ibioi  ji^H^^jo  >  ifts  "^  n  itoo  ^Jp; 
jì\  n^i  |K^  ò6^  m  nftSo  :|jLflJ;  otloj  »  >.>\  ó^  ^^ao  iJIa^M  ^Nvw 
po|j  fjLM  JiojL^Joi;  |;;ojdo  JviKUi,^  ó^  v^^^^^^^  VT^^  *^  ^^^o  ^jT^ 


semble  tous  ces  vices  cornine  étant  de  nature  à  affliger  et  irriter  le  Saint- 
Esprit.  En  efifet  il  écrit  ainsi  '  :  «  N'affligez  pas  TEsprit-Saint  de  Dieu,  dans 
lequel  vous  avez  été  signés  pour  le  jour  du  salut.  Tonte  amertume  et  cour- 
foi.  105  roux  et  colere  *  et  clamenr  et  blasphème  soient  enlevés  de  vous  avec  toute 
^°'^*      méchanceté.  »  * 

Pourquoi  donc  allons-nous  au  spèctacle  de  Thippodrome  ?  C'est  pour  que 
tous  ces  vices  bouillonnent  à  l'instar  d'un  mauvais  courant  dans  un  lac,  et 
non  pour  que,  restant  plutòt  en  repos,  nous  priions  Dieu  de  nous  pardonner 
lorsque,  occupés  des  affaires  du  monde,  nous  sommes  entrainés  contre 
notre  volonté  à  une  clameur,  à  une  parole  de  blasphème  ou  à  la  colere.  Mais,  ^ 
s'il  vous  plalt,  examinons  les  théàtres,  ces  lieux  de  spectacles,  et  voyons 
s'ils  ne  sont  pas  nuisibles  et  pernicieux,  et  non,  comme  on  le  pense  et  le 
dit,  amusants  et  réjouissants.  Je  laisse  de  coté  l'orchestre  (ópx^<rTp«),  c'est- 
à-dire  la  danse  en  groupes  et  exubérante  qui  effémine  les  corps  virils,  et  ces 
chants  érotiques  ou  amoureux  qui  enseignent  la  moUesse,  dissolvent  la  vi-  •' 
gueur  de  l'&me,  dans  laquelle  ils  insèrent  et  déposent  la  rage  de  toutes  les 
vilaines  passions,  Tcnla^ant  et  l'ensevelissant  sous  le  fardeau  et  Tivresse 
des  voluptés.  Que  dirons-nous  des  spectateurs   des   mimes,  ces   gens  da 

1.  Éphés.,  IV,  30-31. 

Digitized  by  VjOOQIC 


•  fol.  106 
r  a. 


[55]  HOMÉLIE  LIV.  55 

%d/  :jb^990  òiJ^l  lAsJttM  Kj/  ojlL#  JI  u^^^^aJ  K^jigii>9fc\f  ^9  ^q^S^Ij^ 

•wC^  pò/  jL^/  .^.^y^^^ooo  l^i»^.,»  K^Ip^j.^;  ^'^..^9  JI,o\i>m\  v^oiJ^ 

♦i^ljo  ^^  |ooi  so{i  ì^^i  ^^oa  ^^À  :Kj/  ^^^y^l^  ^.i^Vot  ^^^ 

.^jodvaAoo;  Iv^!  J>^^?o^o  :)L#>.S^  fò^^bdAoo  K«|v^^9  *  jh^AAs  JIa^IaìNo 

0|J^^d0^9    jliO^    yOOiS|^|j^9    vCUOI    :Jy   1^    1.090-3^5^   OlJL*/    yOOlJ^.4^9    v^ioi 

K#|t  n '^  io  |ioi:^d9  ^^!  U^  JKni  Wv>Kiao  JI  Jtfi t  »\o  .^^9  i^tt^Jkx! 


ridicale  ?  Est-ce  que  nous  n'excitons  pas  le  courroux  et  la  colere  de  Dieu 
lorsque  nous  rions  en  voyant  frapper  le  visage  d'un  homme  que  Dieu  a 
créé,  dans  la  face  duquel  Dieu  a  insufflé  le  soufflé  de  la  vie  pour  qu*il  fùt 
respecté  méme  des  anges,  et  qu'a  honoró  aussi  le  Verbe  de  Dieu  qui  s'est 

5  fait  homme  pour  nous,  lorsqu'il  est  ressuscité  d'entre  les  morts  et  a  soufflé 
sur  les  Apótres  en  disant*  :  «  Recevez  TEsprit-Saint.  »  Un  visage  qui  a 
été  honoré  à  ce  point,  bien  plus  qui  a  été  doublement  célèbre,  ne  penses-tu 
pas  que  c'est  un  sujet  de  terreur  et  d'effroi  méme  pour  les  troupes  célestes, 
lorsqu'il  est  outrageusement  frappé  et  toumé  en  ridicule?  Ensuite,  dis-moi, 

10   ris-tu  de  ctìoses  sur  lesquelles  tu  dois  pleurer  et  te  lamenter? 

Où  placerai-je  cette  conche  pure,  cette  union  honorable  qui  devient  un  su- 
jet de  plaisanterie  ?  Et  la  chaste  communauté  qui,  *  comme  une  adultere,  est  «  foi.  106 
triturée  par  la  dérision?  Et  les  membres  du  corps  qui  sont  mis  à  nu,  eux  par 
qui  se  procréent  les  enfants,  par  qui  se  conserve  la  transmission  de  notre 

15  race?  Et  la  partie  naturelle  dont  on  ne  doit  pas  parler,  qui  est  ridiculisée 
d'une  manière  honteuse  et  odieuse?  Et  surtout  ce  mystère  plein  de  pudeur 
et  de  chasteté? 

Respecté,  ó  homme,  —  ne  respecterais-tu  pas  autre  chose,  —  ta  forme  qui 

1.  Jean,  xx,  22. 

Digitized  by  VjOOQIC 


r  a. 


56  SEVÈRE  D'ANTIOCHE.  [56] 

•^J^  «dlcKijk/  I^^Kd  ^^;  \ttì  \  >f  JL^ooid  |oi2Sk9  oiK2^^  otK^^^ao; 
lym^N  K  J  t i  ^v^  Jlj  :y|,iiii»  vcuoi;  JLip/  .Kj/  ^..yJl^^^^  Kj/  |ivi\ 

KJ^o  ^^.>^  ^0^  ^^^ao  :Kj/  |>1i#  Jajmuh  ^  %d/  ^  oJldo  .^oci^Jb^f 
tJV'i^ooi  ^^J^  K^l  oKls  yOufb-fiDo^cu;  J  i^n  >»v>  J  ">Kno  :|ooi;  Kj/   V^lxd 

òiJ^  Kj/  IvIa  jL^odo  Jlao»j9N>  :)bu#a^  Kj/  ^-aJK^oo  Kj/  K.oK.xiAoe 
cn.\aU  Uà./  .yU^JI  jt^  |l/i  y^^.^:^  ^  )LL^  ^|j:>  .JU/;  w.oi  Jio^^ 
Hn  I  ^  Jlo  Jy  >1  i  v5^6i  |j5|^;  Ij^y^  )L>1i#  ^.Jb^/;  ooi  Kj/  :o^n  iKvì\ 
^K,^,.\;K^  jKJLb^;  Jjo  M|\o  :Kjuld  |K.^b^  o^;  jt  l  >  ooi  :JLjUjo 

♦li-ooMo  IjUi^o  J^x»^»  |;aj  Ia:^0|J»  :Kj/  JLfldtAoe 

•  *  • 

1.  L  in  margine  :  f^^» 


a  été  créée  par  Dieu.  Respecte  la  seconde  création  divine,  pour  laquelle  le 
Verbe  de  Dieu,  en  prenant  un  corps  de  la  Vierge ,  s'est  associé  à  toi.  Pour- 
quoi  rire  de  toi-méme,  comme  ceux  qui,  dans  la  folie  et  sans  aucun  sentimenti 
déchirentou  mangent  leur  propre  chair?Pourquoi  dono,  lorsqu'un  adultere 
est  commis  contre  toi  d'une  manière  outrageante,  pleures-tu  et  gémis-tu,  ei 
penses-tu  que  ta  vie  n'est  plus  une  vie?T'affliges-tu  en  voyant  le  soleil,  et 
crois-tu  que  tout  est  sens  dessus  dessous?  Ecris-tu  contre  l'adultere  une 
sentence  de  condamnation  à  la  prison?  Déclares-tu  que  la  mort  est  une  faible 
peine  pour  lui?  Combien  de  fois  voudrais-tu  faire  perir  le  pécheur  ? 

Lorsque  tu  vois  des  représentations  perverses  de  ce  genre  dans  ce  théà- 
tre  odieux  du  jeu,  tu  éclates  de  rire,  tu  te  répands  en  effusions  et  tu  appelles 
joie  et  divertissement  ce  spectacle  déplorable.  De  quels  yeux  regarderas-tu 
ta  femme  lorsque  tu  rentreras  à  la  maison?  Comment  exigeras-tu  d'elle  la  chas- 
teté,  toi  le  spectateur  de  Timpudicité  de  ces  spectacles  affreux,  inconvenants 
et  immoraux,  toi  qui  as  amasse  une  quantité  de  milliers  de  passions  et  qui 
nourris  dans  ton  esprit  les  images  des  vices  comme  un  feu  qui  couve  et  brulé 
dans  les  bois? 


Digitized  by 


Google 


*  fol.  106 
r-b. 


[57]  HOMÉLIE  LIV.  57 

. jL^  y,ii\oi  ^^J^  J  iniom  |ooi  K^/   )Lau/  :|ooi  ^.a^/  V^^^  o^/  «Ui-^ 

iJjOj^    Ka^    ^  i    DK,aOO    ^#{K\*  V>f    ^OIO    l^y^JJ^^^O^    yCUO^    l-'^'OVid    ^AfiL^O 

^A..^^kA/   J>-d0l9O  Jtci  n\   |ooi  |>li«;  ^^à;    V-^|j  Jio^  \  j^^^mA»  ^^oioK«/; 

»s^A,M.V»  Jl;  |>^J^  K^ltJ^  £ooJa  |;o|.do  J^^^ 
yvi  II  m  nt  I  ^\n  i  >f  ^ISot  ^bo;  ooi;  JK.iÀ^.^t-^  Jl   òuJL^/  Jl  Jl/ 

liodjj    U^I^Ofl^  JL\l\  IÌ9K.OO;    |;aXCD  y^l  JjOI  t^O^iAoo  K^JlimVÌMV> 
^^   ♦^IS>Ot   J-l5|^   ^^    ^  \    a  li    Pi  \  n   >  ^"^^.A^OI   vDO^-^    :|oK.iLj;    |Jkjb^ 

:|ULd«-^  Jloi  i>\  ^v>  ^bo  :Jj^ft\*>/»  |j.àoa^^^  :|KjLsj9  JK  iinoi»v> 

1.  L  ^Ulo  sic. 


ce  Que  faire,  dit-il,  voici  que  le  théàtre  des  jeux  est  ouvert  et  m'appelle  au 
spectacle  !  y>  Mais,  s'il  était  ferme,  y  aurait-il  besoin  de  cesparoles,  ó  mon  bon? 
Comment  verrais-tu  ce  qui  n'est  pas  exécuté?  Ce  serait  une  gràce  de  la  néces- 
sité  et  non  de  ta  volente.  Gomme  il  est  ouvert,  passe  devant  en  courant,  avee 
fermeté  et  philosophie.  Laisse  sans  les  visiter  les  acteurs  qui  sont  là  tout 
préts.  Fais  voirque  tout  cela  est  futile  et  sans  utilité.  Car  ti  ne  suffit  pas  pour  *  foi.  loe 
Texcuse  de  ceux  qui  sont  captés,  que  Ton  prépare  et  dispose  le  théàtre,  que  ^  ' 
Fon  attire  et  trompe  ceux  qui  y  prennent  place  avidement.  Celui  qui  dérobe 
des  habits  pourrait  dire  aussi  que,  ayant  vu  des  habits  et  de  Tor,  il  a  été 
tenté  dans  son  esprit  et  a  été  trompé.  Celui  qui  regarde  avec  un  esprit  de  for- 
nìcatìon  sans  se  tenir  sur  ses  gardes,  s'excusera  sur  la  beante  des  femmes. 
Par  là  peut-il  surtout  étre  considerò  comme  non  coupable  ? 

Mais  on  n'ignore  pas  que  celui  qui  s'éloigne  avec  fermeté  des  tentations 
qui  sont  à  sa  portée,  meriterà,  parce  qu'il  pratique  la  vertu,  la  couronne  et 
les  récompenses  de  la  victoire.  Fuis  donc  de  toutes  tes  forcesles  spectacles,  la 
suffocation  des  àmes,  Tabime  de  Satan,  la  ruse  parée,  la  ruse  plaisante  (eù- 
wpóawTco;),  le  dommage  qu'on  subit  insensiblement,  la  mine  facile,  evidente  et 

Digitized  by  VjOOQIC 


SKViaìK  D'ANTIOCFFR. 


[68] 


^3Qil  |1^  io^  .^^  t^li  |«o(  io^  sftj|  yfo  .^^.^^.éO  jL^  I  m  rtì  »i)>3  oi^  i^/; 
^ào  ^^— ì  |L^ì  ^30i|  :oÌ^  Kjf  v^f  )K.«^K3  ^  JÉ^*..^  ^  .'Kj/  '-^W-^ 
^1  I^N^^vN^  :|oi3^^  ^^  |.Ui>^cu  ^^f  ^^oi  V'h^  JK^VoJl   ;)KirfL2»  l^iol 

i^^oto^^^I  ^ofioK^  ^J^  JL^J^i^^  t^K^;  ^f^l  *)f-»^  ^'^^JL  jl  «^^^!  )xDia0 
v^  -*^^    f-^!^l    :)juh^  ^^  ^op^  lOA  t^O|.A  f'^i  ^- V   K^o  of   )Ki  A"> 


v  a. 


certaine.  Si  quelqu^uii  tV  entralne»  entra!iie-Ie  en  sens  contraire  à  Téglise  en 
lui  disant  cette  parole  de  l'Kcritiire  '  :  «  Détoiirne  ton  pied  de  la  maiivaise 
voie.  Les  voies  de  la  droite,  Diou  les  coniiait,  mais  les  voies  tortueuses 
soni,  celles  de  la  gauche.  )»  Monlre-Iui  très  au  long  par  la  parole  la  différence 
deces  deux  voies.  Montre  la  fin  de  chacune  d'elles.  Tourne  eu  risée  et  blàmc 
devant  lui  Tétat  passager  et  le  peu  de  durée  de  ce  divertissement  fogitif, 
Effraie-Ie,  dépeins-Kii  le  futur  tribunal  du  Christ.  Araène4e  à  Fespérance  de  la 
bienheureiise  vie  ìn&nie  qui  est  préparée  pour  les  justes,  Enferme-le  de  tous 
cótés.  Ne  manque  pas  son  salut.  Ne  perds  pas  la  proie.  Si  tu  voÌb  qu'il  resiste 
trop  fortemcnt  dans  la  lutto,  qu'il  s'efTorce  de  trìompher  dans  le  mal  et  que, 
soit  par  la  rose,  soit  par  la  violence,  il  cUerche  a  t'entraìner  vera  le  vice,  alors 
aie  recours  à  une  juste  colere,  rejette  une  amitié  ou  une  compagnie  mauvaise, 
cmpresse-toi  de  fuir  le  méehant.  Sou\iens-toi  du  Législateur  spirituel  qui  t'or- 
donne  et  te  commande  de  te  fftcher  et  non  de  pécher.  Ainsi  Phinées  se  mit  en 
colere  et,  lorsqu'il  eut  frappé  et  percé  de  sa  lance  ceux  qui  commettaieut  la 
fot.  106  fornication,  '  le  fléau  cessa  (?)  *.  Ainsi  Moise,  le  plus  doux  et  le  plus  humble  des 
hommes,  s'irrita  contre  ceux  qui  transgressaient  les  lois  de  Dieu,  alors  quii 


1 


1,  Prov.,  IV,  27,  —  2.  Cr  Nomb..  xx\,  7-8. 


Digitized  by 


Google 


[591  HOMÉLIE  LIV.  59 


K   •!  Vi  m\i  wi«$a-D  K.^.^  w*oi  |Kaqjl3o  ^/of^^^^lo  yl;  Ka^;  vQljoi  V^^  P 

t  jLipijjM^  vfoi^  ^auLdK^eo  |ooi  vra^JàM  voou.^Of^  lò.il  "%^  '^aj  %«oiQd/ 
o  iO*n  I  T  m  II  WK-^  Jl  t-^;  ILi^/  ooi  :vCLb^AJ  ^^.>^  ^;  ooi  |>^V^  Jlj 

K  »J  "^  >  *>  v>o  :y\>in\f  >  aNot  JIniNo  \v>o  ^iibo  lt^>^;  V^^^;*j 
^^  "ìiìoNf  ^;  ^\qi^  .^^  yy  ^nm^oo  ^L^  ^vin^rt>  |oou  K^j ftp m\  ■  fto 
j^,#|ii  io  )JL#  |K.àa^  ^QJS^  «^Ai^^iK^  cu» vii  ^^nn\o  :>  mKvì  |oj!^ 
jooM  JL^'^}  :V^/  i--^  ^  ^l  ^l  V-^l?«i  ^^^-^oo  ,v*-^J^-J?  ^{l 

^L«*  y  ■>t\iKv)o  .^  %^9ii\J,o  sflarfbdl  m^i^  loIS^;   JjU9u/  ^^;   |ifti> 
jLODobaj  itfVni  Old  ^^  ^AjJboK^Mo  :JKy  ^m  |la*^  ^^^^loo^  |;oid  óid 


supportait  doucement  et  humblement  ses  injures  personnelles.  Lorsque  la 
famille  de  Dathan  et  d'Abiram  et  la  réunion  de  la  famille  de  Core  '  se  soulevè- 
rent  contre  lui  par  jalousie  et  d'une  manière  outrageante,  le  législateur  et  chef 
du  peuple  tomba  à  terre  sur  sa  face  devant  eux,  et  il  exhortait  et  suppliait 
les  insulteurs  de  ne  pas  s'exposer  à  la  colere  d'en  haut.  Gomme  ils  demeu- 
raient  désobéissatnts  et  orgueilleux,  à  la  fin  il  les  envoya  en  enfer. 

Nous  devons  subir  et  supporter  humblement  et  philosophiquement  les  in- 
jures et  les  injustices  qui  nous  sont  faites,  mais  celles  qui  sont  dirigées  contre 
Dieu  et  fomentées  contre  sa  gioire,  nous  devons  nous  tenir  en  éveil  contre 
elles  avec  colere  et  le  plus  durement  possible.  C'est  pourquoi  un  prophète  a 
dit  :  d  Que  Thomme  doux  devienne  belliqueux.  d  L'humilité  et  la  douceur  qui 
sont  inintelligentes  et  n'ont  pas  de  raison  d'étre,  sont  le  propre  des  moutons 
et  non  des  hommes  raisonnables.  C'est  pourquoi  Tirascibilité  se  trouve  dans 
notre  &me,  afin  qu'elle  nous  exhorte  et  nous  excite  au  courage,  que  nous  nous 
en  servions  contre  la  moUesse  des  passions,  et  que  nous  combattions  avec  elle 
pour  les  lois  de  Dieu  et  aussi  pour  la  vérité. 

1.  Cf.  Nomb.,  xvi,  24  et  suiv. 

Digitized  by  VjOOQIC 


60 


SEVERE  DANTIOCIIE. 


fl,^^^  yoL.^  ^^f  ^  |Ui  -ly  \«  ;K^  ^o  ),,JLa^f  :ijf 


-«.^ 


'-^ 


HI 


V»  l). 


I 


V-  b. 


Mais  je  ne  saia  pas  pourquoi,  apròs  le  sermon  que  je  vous  ai  pn^ché  aiipa- 
ravant  dans  l'église,  alors  que  je  m'attendais  à  vous  voir  faire  de  bonnes  obu- 
vres,  je  vous  parie  encore  des  moyens  d*éviter  lo  mal.  Je  reviens  à  parler  du 
vice  et  de  la  vertu,  parce  que  nous  avous  besoin  de  pratiquer  beaueoup  Ics 
bonnes  oeuvres  pour  échapper  h  cette  colere  qui  est  suspendue  au-dessus  de 
♦  foL  100  nous,  qui  est  en  route  maiutenaut  vers  d'autres  villes.  *  Elle  ne  s'est  pas  encore 
r'ioignùe  de  la  ville  d'Alexandrie,  dont  elle  continue  de  dévorer  les  gens  saìns, 
croissant  et  se  propageant,  au  point  qtie  les  habitants  fernient  non  seulement 
les  théàtres,  mais  aussi  les  cabarets,  les  maisons  des  marchanJs  de  vins,  les 
boutiques  de  viandes  crues  et  cuites  et  de  comestibles  de  tonte  sorte  olTrant  i! 
quelque  agrément,  et  dans  leur  denil  ne  se  nourrissenl  que  de  pain  et  de  lé- 
gunies  secs;  ils  ne  font  rien  autre  que  de  supplier  Dieu  tous  les  jours  par 
d^ardentes  prières, 

Saisissons  douc  cette  nécessité  pour  montrer  volontairement  de  la  pèni- 
tence  et  obtenir,  outre  le  benèfico  d'èviter  la  colere,  la  recompense  due  en 
paroilcas*  Ce  n'est  pas,  en  effet»  sans  en  iMre  récompensé  qu'on  songe  de  son 
propre  mouvemenl  :  Si  de  tolles  calamités  nous  survenaient,  que  ne  vou- 
drions-nous  pas  l'aire  pour  y  écliapper?  Avaut  qu'elles  ne  surviennent,  vivous 


Digitized  by 


Google        I 


1611 


HOMKLIK  LIV. 


Bl 


JlaaN   K^cu«^  ^j^\  ^L)^t  y^^-oo  i^^QH  ^^;   )Jbs..tOi^  Jlo^  '|  ^^;';  ^ooi 
vìSKjiu  |,^^.^^xjLy>  |l  -^  X«^  JoC^f  ^1^/  )ooy   jUpojo  |ia,'«;g>A>f  ^^.^i^^o 

U^s^    Ui^^   loio*,^  Ìmm^^*^^  JK^^  ^*^<3^^^J   JLius;    ^    i^^?    f^J    :|j/ 
IfOA^  ,^M   1  '"^^^  y^,N»    |V|jkf    |K^l|.boo  f^i^^yi^  -"^^W^  |j.CLtag>  ^   1^1 


I 


r  a. 


V  aree  vigi lance  («piXoicovtVj  et  philosophiqiiemcat.  Si,  par  cette  correction  et  par 

"  la  craìnte,  nous  ne  noiis  convertissons  pns,  manquerons-nous  dVHre  des  sots 
ci  des  éirangors  pòur  IHeu,  d^étrc  livrés  à  une  mine  complète,  et  de  tombor 

^  dans  la  fosse  profonde  ? 

0  On  peut  troHver  ainsi  evidente  la  parole  écrite  par  Jérémie*  :  «  Par  la 
douleur  et  la  verge  sois  instrnitr,  ó  Jérusalem,  afìn  qua  mon  àme  ne  sMloigne 
pas  de  tei,  et  que  je  ne  tasse  pas  de  toi  une  terre  incolte  qoi  ne  soit  pas 

Ihahitée.  n  Aussi  est-ce  Icrrifié  et  tremblant  que  je  me  suis  arrété  à  ces 
paroles,  et  ]*ai  prononcé  à  pleine  voix  ec  verset  de  TApótre  saint  Paul^  : 
«  Pendant  qu'il  eo  est  tenips  encore,  faìsons  le  bien.  »  Nous  avons  grand 
besoin  de  beaucoup  de  prévoyanee.  Nous  atteiidons  le  choc  impétueux  des 
dómons  eontre  nous.  Fortifions-nous  par  le  mur  du  secours  divin.  Quel  est 
ce  mur?  La  crainle  de  Dieu.  <e  L'auge  du  Seigneur  camperà  autour  de  ceux 
qui  le  craignent,  et  il  les  sauvera'.  »  Considère  que  la  garde  d'un  seni  auge 
i^  autour  de  toi  preud  la  place  et  la  force  de  tout  un  camp  dVrmée  et  de  Fen- 

semble  des  soldats.  Et  aussi  à  chacun  *  de  ceux  qui  craignent  le  Seigneur  est  *  foi.  io7 
attaché  un  auge  pour  sa  garde.  C*est  pourquoi,  en  parlant  d'hommes  cbastes, 


|.  Jt^réra..  VI,  S,  —  2,  Galal.,  v(,  Io.  —  3.  I*s.  x\xm  (xxxiv),  b. 


Digitized  by 


Google 


62  SEVÈRE  D'ANTIOCHE.  [62 

r^yUÌ  ^^o^rè^  f^  ;!■»■■  y\i»  ^;  vm^mo^^i^  %d/o  :^^  \^^l  y^^i  I^JL^ 

io^ik  ',^1^;  vOJci  oooi  ^iV!ìtCHV>  Jlo  0001  y  ^»Kv»  f^  ^Juojo  yo^^  y^^ 
JoiA^l  \x»o  .ssoipl^l  o£b^;  jLsJbo  .oooi  ^4^/  v^^/  ^!o/;  ^  JK^JS^ 
JKojLm  ^opo  |i$o-^  Jfo^j  J  r\  ^  ^  ^  ^^..a:^  %d/  Jboo/  .J9Q1 
^^  ^  ^  "^^  v?^Qual  Jl  o|-*  f^X^jLd  vpo  v-^  p6/  *U4^  i>a— Eoo 
oUtoj^  ^)L^  ^A^^^Ld  U^OJL»  yoo^;  i^jbo}  ..v-^  v^  Ul  V^/  J?aaj 
V-A^  I  I  'ìi/  Jo|2^9  ^i^  ^'^^  ^^{  ^^  T'^  ^^  J  uVìi^  ooi  <ybd); 
Jjuau/  0/  Jv^  Jlfo  ^«QioK^/  J  >ft  ^fl>/  Jl;{  oo^^  o^^  h^l  Joop  i-^op 
IV-o-^CL^  ^""^j^  )-«oC^  I  ^^  ^\  001  1^  Jl/  J  i>j>>^v>  Jl  oói  |>^J^ 
^i^oj^  7^^  il  .jjpepo^  ìf^^U  wiOi  ^/  *\^c^!  ^  |oi^;  jio;^^^^^ 
f%*^K.x^  ^j  ojoi  f3jbo  "^^^aMi  ^>1i#  >^f.\\  ""^^  ^^!  I^V^  i^/o  .wo^ 
ypowi^  ^4^Iio  I^IL^ji  ^^Jk;  ^  oO^;  [fftXiib^ao  lioioxcD  ^«01  |^/   y^lv. 

^^1:^,^1^  ìf^^^^r^  ìlio^  y^ 
yooi^  ^«Kj/  yjimii^VH  001  JjVflìa.M  001  )LàaO{  .j^u  ^Jbu/  ^l^«lm  /$/ 


nous  disons  :  ton  ange.  Dans  les  Actes  des  Apòtres\  lorsque  Pierre,  arrété 
et  mis  en  prison  par  Hérode,  eut,  contre  Fattente  de  tous,  frappé  à  la  porte 
d'une  maison,  les  gens  qui  étaient  à  Tintérieur,  perpleles  et  incrédules, 
dirent  à  la  jeune  fille  qui  Tannonyait  :  Cesi  son  ange.  Et  qu'y  a-t-il  là  d'é- 
tonnant,  quand  chaque  petit  enfant  a  son  ange  gardien  determinò  et  dis-  ' 
tinet?  Le  Seigneur  dit  dans  TEvangile'  :  «  Voyez,  ne  méprisez  pas  un  de 
ces  petits,  car  je  vous  dis  que  leurs  anges  dans  les  cieux  voient  en  tout  temps 
la  face  de  mon  Pére  qui  est  dans  les  cieux.  »  Non  pas  comme  si  Fon  voyait  la 
face  de  Dieu.  Comment  donc  aurait  une  face  celui  qui  n'a  ni  forme  ni  corps? 
Ou  comment  verrait-on  Tètre  invisible?  Mais  c'est  Thabitude  de  la  Sainte  j 
Écriture  d'appeler  face  Taction  que  Dieu  fait  pour  nous.  Ainsi  le  Psalmiste 
a  dit'  :  c(  Ne  détourne  pas  ta  face  de  moi  9;  et^  :  «e  Éclaire  ta  face  sur  ton 
serviteur.  9  Les  anges  voient  donc,  c'est-à-dire  considèrent  quelles  sont  Tac- 
tion  et  la  soUicitude  de  Dieu  pour  les  petits  enfants,  et  ils  les  gardent  eo 
veillant  avec  soin  et  vigilance.  ^^ 

Gomprenez-vous,  ò  femmes,  quel  tort  vous  causez  à  ces  petits  enfants, 
quand  vous  les  envoyez  au  théàtre  ?  Vous  dépouillez  ces  étres  que  vous  aimei 

!•  Actes  des  Apòtres,  cbap.  xii.  —  2.  Matib.,  xviii,  10.  —  3.  Ps.  xxvi,  9.  —  4.  Ps.  xxx^  17. 


Digitized  by 


Google 


631 


lUìMI^LIK  IJV. 


63 


^„N;fc'N>  :);;-^/L  1<^  %oo6.  xf^'i  vji-*^!  ^**^^/  if*i^^j  sojói  JU^i^^ 
"^^DQt  lio^  .jLiv^po^  la^  |fc*./i\  voo^  xf^i  V»"^^  I^S-^-^ooo  JK.*iJbo 
:JK->yvf>o  )  fìfì  I  ^  '^^  :\Ju  ^oJk  It-^^  MLm  ^)ei^  j,..^/  |  wN^  ^orM 

|Ìo  y-y»  ^  Iq^  ^*^!  '^""^^  JKjLsj  lo^  ^-aJ.^)K^oo  ^-*  ''  "^  :pal^f  j'^'^ 
rnjt^j^  |,a^.>a^^  :JKl«.o  ""^t^^  fo^  JÌ  p;  ^'^^^  ^  '^^  ^  s£Dq^c^  *^-^''^  ^^ 
^  *po/;  ^.«oi^  :Kjf  yji-fla^  jK^iXls  w^  pò/  Ijoi^o  Jiov^»oij  ^qà  Ji*r^! 


foL  lo: 


dti  secoiirs  et  de  la  gardc  angéliques,  et  vous  Ics  préparcz  à  subir  le 
dommage  du  Malìii.  Oii  défiiiirait  cela  le  fait  d'onncinies,  pliitòt  que  de 
m»*res!  Courons  donc  tous  à  Feglise,  jcimes  et  vieillards,  lionimes  et  fem- 
mes,  gens  de  toute  espèce  et  de  touto  taille.  Beiidoiis  ainsi  non  troublée  la 
garde  des  anges  autour  de  nous,  surtout  en  participaot  aux  saints  myslères, 
par  la  puissance  desquels  nous  serons  oiuts  et  nous  serons  fortifiés.  Alors 
près  de  nous  demeuroront  los  augcs  non  sculement  i\  cause  *  de  notre  propre 
garde,  mais  aussi  par  hooneur  pour  leur  Maitre;  et  ils  ì^cront  leruies  et  per- 
sévérants  pour  nos  Ames  et  nos  corps  qui  seront  comnie  des  habitations 
angéliques  dans  lesquelles  denieure  le  Roì.  Que  personne  ne  me  dise  :  Je 
crains  la  commuaion  des  mystères  et  je  m'en  écarte.  Saint  Paul  en  effet 
m'arréte  lorsqu*il  dit  '  :  <t  Celui  qui  mange  et  boit  d'une  manière  indigne, 
mange  et  boit  la  condamnation  pour  lui-méme.  3>  C'est  pour  cette  raison  que, 
_  nne  foìs  ou  deux  par  an,  je  ni'appioche  de  la  tablc  redoutable  avec  circons- 
■  peetion.  Et  c'est  cela,  dìs-raoi,  que  tu  regardes  corame  un  empéchement» 
parce  que  rApòlre  te  dit  :  Tu  te  purifieras  chaque  jour  et  tu  jouiras  de  cette 

Eure  immortelle  dout  tu  ne  dois  nianger  ni  boire  d'une  juanière  indigne. 


*  fi)L  !07 
r  b. 


t,  I  Cor.p  xi|  %'s. 


Digitized  by 


Google 


64  SEVÈRE  D  ANTIOCHE.  64 

K^oi  |J^  i  ^W>  loIS^  yjy  oj/  a2^  v^i^  jLd/o  :|Kjio  ""^Ad/l  K^jLoi 
:yb^^.^jfeo  ^.d^  jKa^^oio  I^OLULd  IJLiuoftAL  ^oLbio  >K  i|vi»*\f  ^mi:^  '^^^ 

jf^  fjy  V^^  jLd/o  Jv-o^i:^  ^mSM  Kj/  ^jllx  J|d;  ^/  ^  ^  ""^.axL  «di; 
|Kj^  oCs^j  t^b^  ^  Kj/  Kj/  )ld|Jl^  Kj/  ^e^Io  K^/  ovId  jKiJjLd  ^ 
|ooi  h^l  .Jl  ^;  yjo  ;aWoKiiyi\  Kj/  |j^j  oì^  |ju/  :oói  j^w^-N  K^J^aì 

OOI   .Kj/    OVIpKi^O   yC^^lA»   K^JUOA   Jl    |J^   .KjlLId  |0i^^i««9    ln^»    JLkAOAO 

jLaci^Jà  "^JjLJo  >o^l0Kj  liNV»  lo^;  lf^>«^  i^»^!  "^  *^^^  K#JiiiV>/f  *hs^ 

jLiOioi  lo  No  Jjoi  ^M  K.3^J^a/o  Komy^  ^j  j^^  ^  ^j  Kj/  :%a1i«9K^ 

^«2^01  ^#01,^^,3  Kj/  v^Iìb»  Jlo^afo  Jlo  Jlo^Nt*  v>  )aò^  Kj/  ;|^  |v*^ 

K«/  |oou  jK^^JkM  1^  jLd/  Oid;  |ju/  oci  «JL^oo^  ooi  |l|j;  jb^op^  Kj/  Ibi; 

^y^}  Ipo^i^o  Ki>>\  .»on  >  ttìtij  *!  >^ff>f  Jl/  :J*ì\Vi\  oò^ 

1.  ^^ax|t  (sic.) 


Si  Fon  te  rappelait  lorsque  tu  dois  te  rendre  auprès  d'un  roi,  que  tu  dois 
faire  ton  entrée  d'une  manière  convenable,  avee  une  tenue  et  une  démarche 
modestes,  nous  ne  dirions  pas  qu'on  t'a  écarté  ainsi  de  la  demeure  des  rois, 
mais  qu'on  t'a  plutót  encouragé  à  y  entrer  et  à  y  jouir  de  l'honneur  en  te 
présentant  d'une  manière  convenable.  Et  encore,  lorsque  tu  t'approches  une  < 
fois  par  an,  tu  ne  te  purifies  pas  à  l'avance  pour  tonte  l'année  d'une  manière 
digne  par  ce  jour,  dans  lequel  tu  veux  t'approcher.  S'il  n'en  est  pas  ainsi,  ta 
subtilité  a-t-elle  quelque  raison  d'étre?  C'est  tout  le  contraire.  Lorsque  tuas 
entassé  l'impureté  de  plusieurs  mois  et  un  grand  amas  de  péchés,  c'est  plutót 
d'une  manière  très  indigne  que  tu  t'approches.  Celui  qui  s'approche  conti-  ' 
nuellement,  sait  qu'il  est  tout  préparé  pour  se  présenter  devant  le  Rei,  le 
saluer  et  le  recevoir  à  l'intérieur;  de  toutes  ses  forces  et  de  tout  son  pouvoir, 
il  évite  de  nombreux  péchés.  Mais  toi,  après  avoir  fixé  une  fois  pour  t'abste- 
nir  ensuite,  tu  envisages  un  long  délai  et,  avec  assurance  et  sans  crainte, 
tu  fais  tout  ce  qui  te  plait  jusqu'à  ce  que  vienne  ce  jour  dans  lequel  il  ny  i» 
aurait  pas  méme  une  entrée  pour  le  Roi  qui  trouverait  fermée  ton  habi- 
tation. 

Nous  devons  donc  nous  purifier  le  plus  possible  et  nous  approcher  cons- 


Digitized  by 


Google 


(«51 


HOMKLIK  LIV 


G5 


I 


il  ol 

* 

oiJ^  ^or  t^  ^.o«o  ^f.M  )K..u^9  J^^;  .-)K^^|M»  jooiL;  Ua^/  «.ioot  jL^^p^fioo 

j^    :loOI    jL^V^boo    fo|J^9    l^^^t^t    |^Ìa,ao    ft3wd;    y^\     ^Ó    J    «^x^i    ^f; 

«.Jk^o  K^I-j^ootK.^0  :|^jy>;^o  |,a<aJS^;  JK.^oq^9  fi;^^^  **^!  y^^^^of 

OC!   f^  ^*  N^  I  !..  '^«^^  JJ     *  ''^'^  M^i^    ^1   oì^K.^  t'^  .X  ^    1*^  1  *  ^  ^j 
.U^P^^  '^■^■^>>  -JK^ii^ti    |lcii*rV>f    ^01  '^*r'av>  01^  I  ft  ^  ftKN/%  *.|^«'^! 

^  fK^^.^^.^  aloKjui  ^i.i3jl*  f^J^  li^^^t   l^i^f  ^^^  H^  ^^iM^p^oi  t^ 


I 


I 


tamnieni  du  Pur.  Le  soleil  est  *  visiblc  atix  yeux  saiiis,  mais  ce  n'est  pas  one  *  f*>'  i"* 
raison  pour  que  ceux  qui  ont  une  vue  faible  dédaignent  de  se  soigner  pour 
étre  privés  coniplètement  de  Téclat  des  rayoiis.  Ne  sais-tu  pas  que  ce 
sacrifice  spirituel  et  non  sanglant  se  retrouve  daiis  le  service  legai  qui  était 
accompli  autrefois  au  moyen  du  sang,  lorsiiue»  chaque  jour  malin  et  soir, 
il  était  offerì  en  cxpiation?  Par  là  on  doit  savoir  qu'il  ny  a  qu'un  seul  et 
mérae  sacrifice  qui,  suivant  la  Loi,  était  oifert  lo  malin  et  au  comraencement 
de  la  connaissance  de  Dieu,  et  qui,  suivant  l'Evangile,  était  inimolé  pour  la 
fin  des  jours  du  monde  et  le  soir,  d'une  manière  spirituelle  et  plus  complète. 
Ce  sacriKce  était  appelé  aussi  sacrifice  perpétuel,  parce  qu'il  était  ofTert  per- 
pétuellemtmt  et  sans  interruption.  Si  donc  tous  te  ressemblaient,  à  toÌ  qui  ne 
te  pféseates  qu  uue  seule  fois  dans  l'année,  le  sacrifice  demeurerait  un  sa- 
crifice non  sacrifiable,  la  perpétuité  de  Timmolation  serait  interrurapue, 
rexpiation  cesserait,  Tautel  serait  sans  service.  Quel  serait  celui  qui  pren- 
drait  le  péché  du  monde  qui  a  besoin  en  tout  temps  de  purificationP  Tu  vois 
eii  combien  d'insauités  uous  tomberions,  si  uous  obéissions  à  nos  décisions 
intimes,  et  non  pas  a  la  Lei. 

En  nous  occupant  de  faire  de  bonnes  oeuvres  par  tous  les  moyens,  parti 


PATIU   OR.   —  T.   IV. 


Digitized  by 


Google^^l 


66  SEVÈRE  D'ANTIOCHE.  [66 

•.*J/  «ooAJ;  wói  ^  V^^A  JU/;  Ijau/  •Jv^  vOJÓi  JLs^  M^!  ^j!  muI 
»^^^/  ^ii^mìSn  ^cl^^:^  |K  ■ift-nit  00^2  ^JL»)o  ^ 


UòO^O     ^•^V^ti»     )i^|^ 


♦|KA^]pA  m«{^  ««a«fa&»o  ^yo^^|^  IKa^^a  |ip^  ^Aoajt  |oof  ^A^  p  .U«Xft  h^^*  fiuk»  o|    flnnni|  n<^ii 


*  fol.  107 
V«  b. 


Ilp^  JLo^  *.JL-^9  ^ii.*fluw#  ylo^  K^  jloid/  ^^  o^  J  ma  mi  ^ 


cipons  donc  au  sacrifice  vivifiant.  Car  il  n'est  pas  possible  que  qnelqa'ofi 
croie  et  n'y  participe  pas,  s'il  veut  vivre  de  la  vraie  vie,  comme  il  ne  pe«t 
vivre  sans  respirer  d'air.  C'est  pour  cela  aussi  que  nous,  qui  avons  cni  dam 
le  Christ,  nous  vivons,  nous  nous  agitons  et  nous  existons  par  lui  *.  A  lui  1& 
gioire  éternelle.  Amen! 


HOMELIE  LV 


Aoyo;  (juvTajtTwcó;  ou  parolbs  d'adieu,  lorsqu'il  se  préparait   a  partir  poh 

VISITER   LES    SAINTES    ÉGLISES    DES    GAMPAGI9ES    ET    DES    VILLES     ET    LES  SAI5T> 
MONASTÈRES. 

Soucieux  de  suivre  la  loi  qui  nous  vient  des  Pères,  nous  partirons  demaw 
pour  visiter  les  églises  saintes  des  campagnes  et  des  villes  et  les  monastère? 
sacerdotaux  des  ascètes  qui  se  consacrent  à  la  vie  monastique.  Dieu  dirig^^ 
notre  marche  suivant  sa  parole  que  David  a  rapportée  dans  les  Psaumes* 

1.  Cf.  Rom.,  VI,  8;  xiv,  8.-2.  Ps.  xxxix  (:<l),  3. 


Digitized  by 


Google 


^B7J  ■^^^^^■"  IIOMELII 

,  .^^^  ^  j   l^frOf    Jba^  sBI   ììf  :|ÌQU>/;    )v>a,^K>^   fO^..^^^  c^t   >|^  r%  ^  so^  Iimm^/ 
fK^i^  ^^  o^  |ooi  k^l  ^^^lojìoj.  f.^i.jaJ9   ^..^o^K^   ^j3a*^i^  |oC^  ^^ 

jKdi^afVDo  ^f  |oo«  ^i^Km  :iàa^.  .^lS,^»  ^^01  )La^;  )oof  ...iJjdf  f^  :)K^op 

.*oia^w.Éf   IKjkod^  vooj^  :^^^j^.^^jl  ""^Io^cla  yio  :).a^oi  l^uoid  jL^Jk^  ^f 

ot,«uag»  :|K^^ii^  |Kj;do;   ^^ot  ,   -^V^*^  "^^Iv^e^JI    |ooi  y)fO  v^l^i-^pcudo 

001  jUKo^  f.^^  ss^K3  J001  JbJ^  )i^*i^\j^t»  JìbI  :UIb  Uo^  ^a^»i^  ^qv^N 


V  '  b. 


li 


Carla  loi  veut  *  qiie  celui  qui,  à  t}uelque  epoque  que  ce  soitj  ucctipe  ce  siège  ♦  roi.  m 
apostolique,  visite,  en  quittant  la  ville»  le  troupeau  du  diocèse,  J 'estime  que 
celle  loi  est  ctm%^enabti\  Cnmmcnt  en  ofTct  ne  serait-elle  pas  convenablc,  elle 
qui  est  ancienue  ut  en  nieme  tenij*s  liunorée,  qui  s'appuie  non  senlemenl  ì^ur 
Ics  décisions  des  Pcrcs  mais  aussi  sur  les  paroles  du  Livre  iuspiré  par  Dieu? 
Il  est  écrit  que  le  propliète  Samuel  mcnait  k  Ramatila  la  vìe  ascétique,  y  avait 
sa  deuieure  habitoelle,  faisait  le  serviee  di«  Tautel  et  y  exer^jait  le  ministère 
^acerdiilal.  Lorstju'il  faisait  des  sacrifices  pour  le  peuple,  il  cìrculait  et  se  ren- 
dali dans  Ics  lieux  eélòbres  et  saiuts,  visitant  et  jugoant  Israel,  Le  Livre  sa- 
ecrdotal  a  ces  paroles  *  :  u  Samuel  jugea  Israel  tous  les  jours  de  sa  vie.  Kt  il 
voyageaìt  constammeut  chaquc  aonée,  il  circulait  à  Bétliel,  à  Gàlgala  et  a 
)lÌ3pa,  et  il  jugeait  Israel  dans  tous  ces  lieux  saints.  Son  retour  avait  lieu  à 
Kamatha;  là  étail  sa  demcure,  et  il  jugeait  là  Israel,  et  il  consiruisit  là  un 
aotel  au  Seigneur*  » 

Celle  coutume  de  visiter  et  de  circuler  qui  sied  à  ceux  auxquels  a  été  con- 
fiée  la  direction  du  peuple,  ne  manquaii  pas  nun  plus  aux  Apùlres,  Il  est  éerit 
dans  les  Actes  des  Apntres  -  :  «  Apres  quelques  jours,  Paul  dit  à  Barnabé  : 


1   r  S.I 


1547  iScplajiLe,  1  Hois,  vn,  1547).  —  *i.  Actes  de!^  Apùli-es»  \\\  óH. 


Digitized  by 


Google 


68  SEVÈRE  D  ANTIOCHE.  ^ 

I^^C^   ^«OUd    ^V-2utt9    ^^01^   jl^^^^h^   ^^^2L>    JLXiJI    ^OÒi^aJO    ""^uOQI  |jll 

|Ll,2l^/  ^;  \oK-i/  «.o^  ^:»  Kéti  ,J7  |oi  jLi^Jbo  |f-J^  ^^  *.)>«j^ 

jK^oi^  vfi  ^\if  |i>^  ^^oo  :p/  ktì  à  iif  t-d  v^  V-«K^  .^^^-^  "^^ 
wDDc^^od  |ooi  oKId  ^  I  a  fi  >  fo\  no/i  lo^;  ^^/  ^\ou>  Q^  |f  /  «Ij/  i^^tj 

*  fol.  108    p^    Jbod    tyfl^ìlV»    jL^K^    ^UOOI    *    ^   ^;2L«#/    ^9    ^U«    JoOl    p&/   )LIM  ^ 

^  V^bi^  K^ji^od  :yVoi  JbSt  yot\  n,Ma  V^^  1^!  ^l  ^^^^  •ÌU^ 
^A^t/;  ooiS^  ;|>i>iV>f  ooi  |^a^  ^^o^a  ^p^  J-j/  |)I««  r^  |j/  ouàoi  pDJ; 
Jn  A»  0|3  ^:»  |oi  oSk  K.^01  |bjO  «.jb^f/  ""^^  J^l;  Ì^^l  l^oj;  poj;  oì 

|io9ouo  Jvi»\  o^\|^\  \opeKj  Jl  Jly^m  )Ls^  |pò/  |  nnft^'v»  In 

V^H^  Jl  :|Ì9a:^j   òi-J^/    |J^;   ^01  [lo  i^^ft^vN   «v^^^  ^    K4-^ 

1.  Uoa^lr^;!  (sic.) 

Retournons-nou8-en  et  visitons  les  Frères  dans  toute  ville  où  nous  avons  an- 
noncé  la  parole  du  Seigneur,  (pour  voir)  commeat  ils  se  trouvent.  d  Onadéj^ 
inontré  que  ce  voyage  est  legai  et  nécessaire,  et  non  pas  superflu  et  oisem 
Mais  vous,  dans  quel  état  pensez-vous  que  je  me  trouverai  lorsque  je  cesserai 
pour  un  peu  de  temps  de  me  méler  avec  vous  les  .amis  de  Dieu?  Oa  de  quelle? 
paroles  me  servirai-je  si  je  prolonge  un  peu  trop  mon  absence  et  me  prive  Jc 
votre  vue  sacerdotale?  N'est-ce  pas  de  ces  paroles  que  saint  Paul  écrivait 

*  fol.  108  aux  Thcssaloniciens  en  disant^  :  «  Nous,  ó  nos  Frères,  *qui  avons  été  fail  or- 

phelin  de  vous  pour  un  moment,  de  vue  et  non  de  coeur,  nous  étions  surtoot 
sollicité  par  un  vif  désir  de  voir  votro  visage.  j>  Qui  admìrerait  comme  il  con- 
vient  la  puissance  de  ces  paroles?  Au  milieu  d'elles  je  suis  salsi  d'étonnemeni 
lorsque  jy  vois  mélée  cette  charité  que  le  Christ  a  enflammée,  lui  quidit'' 
«  Je  suis  venu  jeter  le  feu  sur  la  terre  et  je  voudrais  qu'il  brùlàt  déjà.  b  C^ 
au  sujet  de  cette  charité  que  la  fiancée  du  Cantique  des  Cantiques  qni  sp' 
bolisait  à  l'avance  TÉglise,  dif^  :  «  Beaucoup  d'eau  ne  pourra  éteindre'^ 
charité  et  les  fleuves  ne  Temporteront  pas.  » 

1.  I  Thessal.,  il,  17.  —  2.  Lue,  xil,  49.  •  -  3.  Gant.,  vili,  7 

Digitized  by  VjOOQIC 


:e9]  HOMÉLIE  LV.  69 

I  I  n  i/  ,ycini  v>  jL^K^  ^^^^9^  f^  ìl^l  \<}'^^^  ytfi\ifi/  ^  o/  yiiV9»l/  |d9 
s  ój^  hs^l  JJUJ>;  JLaIm;  •  JAoeL^9  looi  «òiJL»/  JLdjo  jJULd  ""^À  y^l^  •  Jolj; 

IVt^  jL^K^  .wDDc^^ad  |ooi  ^.^^^l  JL^/t  idoj^d  V^b^^t^  **7-7^  |fln*^^^^  jbioio 
*.ci-d  oiJ^  |ooi  K^/  It-^^'^-d/  |K.^>#V  ^.jOI,  J.yK^f  ^9019  Jb»j  ^  oi^  ooi 
^-»;  o^  |ooi  o)Id  •.U^l  ^l  ^^  v^  mV>o  »|g  t  *>»  ^«oiJ^o  joud/;  %i#oii^ 
^  ^/rtìf  %d/  V^b^^  ^  |Ld/  ♦o^^/mVliS  |oo  Jl  |1amK^9  IfJd  y^l  *,K>|t"Xì,M 

^^1/  |.AjjJLd9  y^lo  vooa:^  hiJLiI/o  ^KjI/  ^  ♦yo^tv)  ^mKJL/  ^^^^^^  ^ 
V-^/f  ^  ^mn  m  *ì\»  |ixi.M,jK  v>o  )K.  ^^ooi  ^.a^  |ooi  |om*  v>  :K^||..a^^ 


♦ 


N? 


^uoKJL/ 


l/;   ^tOJL^  ^  j^\">  Q^o  »Qrti\  r>  ««^A^di/  jLdOMjBLd;  «a^oo/;  ^t  ^Vl; 


En  premier  lieu,  cet  abandon  qui  est  très  court  —  je  ne  dis  pas  :  ce  voyage 

—  il  l'appelle  un  orphelinage  qui  a  eu  lieu  pour  un  moment.  Car  il  n'a  pas 

dit  :  Lorsque  nous  nous  fùmes  séparé,  ou  lorsque  nous  nous  fùmes  éloigné 

de  vous,  mais  :  Lorsque  nous  avons  été  fait  orphelin  de  vous,  montrant  par 

là  que  la  charité  était  comme  l'amour  filial  et  patemel,  et  qu'elle  possedè  la 

puissance  de  la  nature  ;  bien  plus,  que  chez  beaucoup  elle  est  encore  plus  at- 

tachante  que  celle-ci.  Mais  ici  encore  il  revient  à  Tordre  naturel;  prenant  en 

efTet  la  figure  d'un  pére,  saint  Paul  s'appelait  un  orphelin  et  donnait  à  enten- 

dre  qu'il  possédait  en  lui  les  deux  amours  en  méme  temps  :  l'amour  paternel 

et  l'amour  filiale  aimant  comme  un  pére  qui  souffrait  dans  son  amour,  et 

comme  un  enfant  qui  ne  peut  supporter  l'orphelinage.  Un  pére  en  efTet  pourrait 

peut-étre  supporter  la  séparation  des  enfants,  mais  un  fils  n'a  ni  la  philoso- 

phie  ni  la  force  d'agir  ainsi  ;  aussitdt  il  se  laisse  aller  aux  larmes  et  aux  san- 

glots.  Il  ne  dit  pas  seulement  :  Lorsque  nous  avons  été  fait  orphelin;  mais  : 

Lorsque  nous  avons  été  fait  beaucoup  orphelin  de  vous.  Alors  qu'il  avait 

été  enlevé  et  arraché  à  eux  et  que,  comme  par  la  nécessité,  il  avait  été  en- 

tralné  viole mment,  il  montrait  cela  par  une  addition  et  une  extension  de  la 

locution  dont  il  se  servait  :  Nous  avons  été  fait  beaucoup  orphelin  de  vous. 

En  second  lieu,  il  a  ajouté  qu'il  a  été  séparé  de  vue  seulement  et  non  de 
coeur,  indiquant  qu'il  circulait  encore  parmi  eux  en  pensée,  et  se  consolait 

Digitized  by  X^UUQlC 


SKVKHK  ITA.NriOCIIK. 


l'"] 


fili.    lOH 

r  b. 


^  J^)ls  :)1Ju^  f^-^f-=»  "v?^^^!  ho^   )>-J»    ^^1  ^  °^''-M    M^*^! 


^N^«    ^|o  oi^  òfS^  |oo(  K^/  ^.^i^a^clN  ;  oóc  ^joa-^gg»  :^*'^^AdQi  ^ó  >  »  \ot 
wf  p  *^jVaJo  1^)1^  JI*>aflPo  :  jL^9  l^tf   |ooi  sw<\tv>  :J..ìOì^  i^o^i  |i*v^ 

f  '  '  ^  )^oa^*i  ^^f  i^  Jt^to  -.yO^ì^N  ^*i9i>i  ">  |j/  ^^>Mi^^-a  .|mìUU#oì  yOl!\j; 
<*^A^^  |.MUh^f   ];ot  I^ìqI  jhàjo  vlpe;  ^tOiQjycKfcC^N  %a^;  ^£D0|3  ^"^^ 


ioi,  108  ainsi.  11  brùlail  et  ólait  enflammé  par  la  porte  de  Icur  vue  corporelle,  *  c'est 
pourqiioi  i[  disàit  :  Nous  étions  surtout  sollicité  par  un  vif  désir  de  voir  votre 
visage,  Hans  lequel  de  eea  mots  dois-je  olasser  le  seiis?  Daiis  €  siirtout  »? 
DauB  (f  Nous  étions  aollicité  »?  Dans  «  par  un  vif  désir  »?  Tous  ces  mots 
me  montrent  que  l'ami  était  cnllammé  comme  quclqu'un  qui  serail  anxieux, 
empressé  et  avide  de  voir  sana  mesure  et  sans  resirictiou  celui  qu'il  aime. 
Tel  était  Paul  qui  possédait  en  lui  le  Clirist  et  qui,  conime  d'une  source 
d'amour  divin,  répaudìiit  des  flots  de  paroles  et  de  sens  divìns  et  enflammés. 
Lorsque,  moi  le  petit,  je  vois  Tirnage  de  sa  grand**  ver  tu  et  l'ahondance  de 
votre  beauté  spiriluellet  je  suis  frappé  dans  mon  Ame  à  eause  de  vous»  alors 
que  je  j^uis  un  ami  honteux  el  inutile  et  que  je  suis  entrainé  loin  de  vous  de 
force  et  non  volontairemcnt.  Mais,  comme  nous  avons  été  rachetés  pour  un 
prix,  et  pour  un  prix  très  grand,  par  le  sang  du  Christ  ',  il  faut  absolument 
que  nous  suivions  les  commandementa  du  Maitre  et  que  nous  eruplissioiis  la 
voìe  tracée  devant  nous, 

Je  veux  vous  adresser  une  courte  exhortation  en  me  servant  de  nouveau 
des  paroles  que  saint  Paul  écrivit  aux  l^hilippiens*  :  a  Douc,  ines  amis, 


1.  l.f.  I  Cor,  VI,  2*).  —  i.  Philipp.,  Il,  12^ 


Digitized  by 


rvaui  uè  nouveau    ■ 
aies  amis,  comme  I 

Google        I 


V»  a. 


CTIJ  HOMÉLIE  LV.  71 

>^oK«ooi  jKJLio  |K\  M»  yoo^  :J^^  [lo fin  oy^ia  K^JvJ^  ^^^^>^  1^  ^/  jl/ 
f  v>ofi\  :|ifo^po;  ^  JkiLVìiKX  w^  ofoiJbJl/  ,yo^\  •»  jLi^iod  ^,>  »i\*9» 

s|K^i^  xjt^l  ^ilU  ««ILt^  Jjoi  o|\*ì^;  ^^ot  *,^?^»KiL^  Jjoi  ^^^^^ 
^  >n»iii\  \JXLÈ  o^o  jijoi^  i^^Of^!  ^^^  V^  ^^^  ^^  .^sJ^^^oKiUf  ^  ^>-««L/ 
^^01  ^i^l  *JK\  >,,M»  |90i  JLaju/  ^^  ^fVi^yJbo;  ^sl^^Jj;  Jj^Of^  ^JLx^  1^^ 
^oninNv  J^/  Jl  VìV>o  JK  unni  mV>  |^o2^;  :^;  K\ \m;  Jì  m^  ou>  ^^^^iiM^; 
>')Lii  nnft  \  oiJ^  \oK»i/  ^A  vii*v>  jl  ^.-d  J^^o.^  yfiiA\  ^Oa-aì^jo 
o^«#  JjVIo^  jl  I^i^qlA^  It^J^  f^  .ool^  yO^N  i»  1^^^-^!  ^^^aMi  ^^ot 

Il^o^m  .voaL^ji  jl  ycinvamio  yo^tou  l^  Ìy^^  '^^  ^^t  ««aaiLAL/  Joò^jl 
jci^;  Uii^^  ^^  n^Kj/  y>Oii?irt>  r^  jl/  •«vfKj/  ^nim^V)  jl  ^  jl  JVU 


vous  avez  obéi  en  tout  temps,  non  seulement  en  ma  présence,  mais  mainte- 
nant  beaucoup  plus  en  mon  absence,  travaillez  à  votre  salut  avec  crainte  et 
effroi.  »  Souvenez-vous  de  moi  pour  les  offìces  des  psaumes  aux  séances  noc- 
turnes,  pour  les  prièresdu  soir,  à  cause  de  cette  colere  qui  élait  descendue  sur 
nous,  pour  ces  supplications  accomplies  à  cet  égard,  que  nous  crùmes  devoir 
faire  pendant  tout  ce  mois,  deux  fois  par  semaine.  Il  nous  a  fallu  pendant  tout 
ce  temps-là  supporter  cette  fatigue,  jusqu'à  ce  que  nous  eussions  appris  que 
nos  frères,  qui  étaient  travaillés  par  ce  mal,  étaient  délivrés  de  ce  terrible 
fléau.  J'avaìs  craint  de  vous  causer  de  Tangoisse  et  des  charges,  et  de  vous 
imposer  un  fardeau  sans  que  vous  satisfassiez  au  commandement,  vous  qui 
aviez  montré  votre  volonté  en  appelant  de  la  joie  les  théàtres  et  les  divertisse- 
ments  inutiles. 

*  Allez  à  Téglise  d'une  manière  constante  et  suivie.  Là,  étendant  vos  mains,  *  foi.  ics 
suppliez  Dieu  de  vous  diriger  vers  tonte  bonne  oeuvre  et  de  vous  aider.  Ne 
dormez  pas  de  peur  que,  pendant  que  vous  ne  seriez  pas  sur  vos  gardes,  les 
démons,  à  Tinstar  de  certains  barbares,  ne  s'élancent  sur  vous.  Qu'ils  ne 
voient  pas  que  vous  n'étes  pas  fortifiés  et  que  vous  étes  privós  du  secours  de 
Dieu.  lls  ont  une  vue  perspicace,  vigilante,  attentive,  meurtrière,  «  car  ils  ne 
s'endormiront  pas  sans  faire  du  mal;  le  sommeil  est  écarté  de  leurs  yeux  et  ils 

Digitized  by  X^UUQlC 


72  SEVÈRE  D  ANTIOCfìE.  HOMÉLIE  LV,       ^^^^^[7^ 

',vfl'^vVJ  f-^'K^  Jl  *K«JJa^^A  .K^J^i^^i^  ,K^]ia^  >^v^b^  fcwj^u^^  .^o^jo)..*.^    I 


ne  dormenl  pas  n,  dit  ce  Livre  sacerdolar.  De  tous  còlés  fortifiez-vous  donc 
par  la  foi  et  tfi  piirrté  de  la  ehair,  en  faisant  le  signe  de  la  croix  sur  volre 
front  et  en  revtHissant  la  puissance  des  saints  mystt'^res  comme  une  cuirasse 
spiritnelle.  Par  une  abondante  misèrie* »rde  poiir  les  nécessiteux  voiis  vou3 
attirerez  la  misérlcordc  d*en  haut.  Et  nous  aussi,  éloignés  de  vous,  nous  vous 
aiderons,  en  sollicitant  ces  liommes  qui  ont  quitte  le  monde  et  qui  sont  près 
de  Dieu,  pour  qu'ils  étendent  leurs  prières  pour  vous,  dea  prières  purea  et 
rapìdes  que  ne  retardent  ni  la  materialità  ni  la  distraction  et  qui  volent  vers 
le  ciel. 

Nous  croyons  qu*il  y  a  un  seni  Dieu  dans  la  Trinile  :  le  Pére,  le  Fils  et  le 
Saint-Esprit.  Qu'il  soit  comme  un  mur  triple  et  inexpugnable  pour  la  ville, 
terrible  et  invincible  pour  Satan  et  les  démons.  Faisons  inonler  par-dessus 
lout  la  louange  au  sauveur  de  nos  Ames,  auquel  appartìennent  la  gioire, 
rhonneur  et  le  pouvoir  pour  rétemitó^*  Amen! 

1.  Prov..  TV,  16,  —2.  Cr  l']p.  de  sainl  Jude,  25. 


Digitized  by 


Googl 


\tsj^o   ^É^v^iif   );^o|^ 


.po|L|  |L;«A  It^i^aoe  Ipo^  oof  ^nmM|  |&os^o  l^^i»^  M;Aa£Dt 


i$/o  ^'^J^  jLiJL^  ^  ci^^  wUUbdflD;  jfo^^  %ft\m  JLd9  ooi  JLmlM;  J^s^o/ 

*  *  V  b. 

|.^^j»wd;  |K.^K3a^  ^^cn  jLsiC^C^  ^^otSii^^JL^  JiM^  r^  J^^^  ^f^oi  •JLado^qj; 

V-^ioilS^  f-d&o  "^9  ^l  Ijoi  ^^^^JM  :oKdboo  )i^i«0|-d  :|oi^  oKJd;  v^b^^  )bo 

:yOOilo^  V^/o  JbM^Kd  wold;  «pò/  ^;  Jk^o  Jo*;  |ooi  %Aa^  wi*>j\\^>$ 

JifS^v>;  yooiia^;  pò/  |ooi  oKb  jjoi  ^  p  ^9  JLdqlS>  :|oi^9  llos^^^ào 
òò^  ACaVrD  ^jpo  J;/  Jo^j  Jj/  %Aa^  |oi^9  jlx^j^  Jj/j  ^j  y/i  -v^  V^/ 

HOMÉLIE    LVI 

SUR  SON  ARRIVÉE  A  KINNESRIN  ET  SA  RECEPTION  PAR  LES  FIDÈLES  DE  LA  VILLE. 
LE  COMMENCEMENT  SEUL  DE  GETTE  HOMÉLIE  AVAIT  ÉTÉ  PRONONGÉ,  LORSQu'eLLE 
FUT  INTERROMPUE  A  CAUSE  d'uNE  QUESTION  d'aFFAIRE  MUNICIPALE  ET  d'uN  TU- 
MULTE,    ET    ELLE    FUT    REPRISE    SUBITEMENT   A   LA    FIN. 

Quand  Moìse  le  Grand  fui  monte  à  la  montagne  du  Sinai,  alors  qu'il  fut  entré 
au  milieu  du  nuage,  qu'il  fut  reste  quarante  jours  *  sans  prendre  de  nourriture  ^  fot.  109 

V*  b 

et  qu'il  fut  avee  le  Législateur,  il  devint  initié  aux  mystères  de  la  loi.  Alors 
il  descendit,  portant  dans  ses  mains  ces  bienheureuses  tables  qui  avaient  été 
écrites  par  le  doigt  de  Dieu'.  Le  doigt  de  Dieu  incorporei,  c'est  le  Saint- 
Esprit.  Tout  ce  que  Dieu  écrit,  est  écrit  par  TEsprit.  C'est  pourquoi  tout  livre 
divin  est  dit  inspiré  par  Dieu.  Lorsque  les  Pharisiens  disaient  de  notre 
Saaveur  le  Christ  qu'il  chassait  les  démons  par  Beelzeboub,  Matthieu  dit 
qu'il  leur  répondit  et  leur  dit'  :  n  Si  je  chasse  les  démons  par  l'Esprit  de  Dieu, 

I.Cf.  Ex.,  XXXI,  18;  Deul.,  ix,  10.  —  2.  Mallh.,  xii,  28. 

Digitized  by  VjOOQIC 


74  SEVÈRE  D'ANTIOCHE.  [74 

:a.o;j/o  oji^l  s^ca  ^^^^Kjl^o  |  to  v>  ^.a^j  ^i*\oi  lif^i  iojO"^  \\  ^ 
ilblJ^K^  ^tOi^  oi|o  ^  '^vV»»  001  :oooi  oioil  )LmO$;  |  i^oKv»  ji  Ji. ■■»>(> 
;||miiIV>o  I^à^  ^l  ^^  i*'^^  1^<aD  «^01^  ♦nn  \j/  |;oi  òiJL*/  joiS^;  jbiJM 
:|Vid  ^/  ^9  |»iiiV>  Jl5l/  ^^oi^  ^«oio^JLd  It^^L^^;  oò^  |ooi  K^/  |lo"ii^^ 
"^^^^JM  :)Lj»oJb>  jolfto  ou>  ^«oioK*/  Jjua^o  :oò^  ^«oioK^/  01^9  J  w  iN  if  ^ 

V^^^  0,01   «jLiLi^D    Ì.M09     01    >    rt>    pò/    ^    0|2k    |00|    ^dyJdJ    j^JL^CL^JL»    «»/    IfOi 

•  «JJLM  ^^  ""^.^  i9i,mVVk>  |ooi  JKJUL^  ^Z;  001  l-^^t  t-ibdo  :JLd/  ^/  i-a^ 
oid  V^bi^^LM  %d/  «^^^2^  )ooi  oou  ou>  0,01  Ii^oIaOjdo  :|ooi  I  »*v>  td 


c'est  que  le  royaume  de  Dieu  est  proche  de  vous  »  ;  Lue,  écrivant  la  méme 
ehose,  dit  que  Notre-Seigneur  dit  aux  blasphémateurs  *  :  «  Si  je  chasse  les 
démons  par  le  doigt  de  Dieu,  c'est  que  le  royaume  de  Dieu  est  proche  de 
vous.  »  Lorsque  aussi  les  magiciens  et  les  sorciers  de  Pharaon  cherchaient, 
comme  il  est  écrit^,  à  faire  les  prodiges  qui  avaient  été  accomplis  par  la  main 
de  Moì'se  et  qu'ils  furent  vaincus,  stupéfaits  de  la  puissance  invincible  de 
l'Esprit  qui  opérait  ces  prodiges  :  oc  C'est  l'oeuvre  du  doigt  de  Dieu  »,  s'écriè- 
rent-ils*.  Ce  que  Moìse  fit  comme  serviteur  et  ministre,  c'était  l'oeuvre  de  la 
gràce  qui  opérait  par  ses  mains  ces  miracles.  Mais  le  Christ,  l'Esprit  Ini 
appartenait  en  propre  en  tant  que  Fils,  il  était  dans  sa  nature  et  de  méme 
essence.  C'est  pourquoi  il  souffla  sur  ses  disciples  en  disant^  :  a  Recevez  le 
Saint-Esprit.  »  C'est  lui  qui  au  commencement  forma  l'homme  de  la  poussière 
de  la  terre  et  souffla  sur  sa  face  le  soufflé  de  vie.  Tout  ce  qui  fut,  c'est  le  Pére 
qui  le  fit  par  le  Verbe  et  le  Fils  et  par  l'Esprit  qui  y  prit  part  et  couvait  an- 
dessus  des  eaux  qu'il  frappait,  et  par  lui  il  donnait  l'étre  à  tous.  Par  lui  nous 
aussi  nous  vivons,  nous  nous  agitons  et  nous  existons^.  Il  est  celui  qui  maio- 
tient  l'état  de  ce  qui  existe. 
fot.  108         "  Lorsqu'il  portait  les  tables  qui  avaient  été  écrites  par  cet  Esprit,  Molse^ 

r*  a. 

1.  Lue,  XI,  20.  —  2.  Ex.,  vin,  18.  —  3.  ìbid.,  vin,  19.  —  4.  Jean,  xx,  22.  —  6.  Gf.  la  fin  de  THo- 
mélle  LIV. 


Digitized  by 


Google 


[75]  HOMÉLIE  LVL  75 

:|cj!^9  |K  aift^it  .fl!\iM  voojS^  ^.^i^  .qi\\iO  :f'^^7«^  Vt^jo  jLi^;  i^o^  v^ou>^9 
|),a,#,\^,\  l^fto  w>ld  ^.ibl^oi  i-A^  V^H^  VibSJk  J^flìV  ^^^'Z;  jiol;  JLooo; 
yoióò^  .^01/  Vr^l  joi:^  ^0  K  ^éKs>  ^^ot  jLSiC^C^  ^lu/  )^  ^  tyooj!^; 

•|ooi  o'to  IrtviVìiN  oò^  ^  o^  •JK.iUtLk*/  |>>ci\^  ool  «o^^i^f  ^2b^oi  ""^^ 
|L.cL^  ^  ^^/o  :)9a^  Jio^  vaj»  .JImlM  )ooi  ^^.^oji  ^  K^J^  jl/ 

:|Li»)b9  JLo^  ^U  y^  ^^^AttA  jl/  .|jLOoi  o^  :|K.db^  ^9  ih^  ^^ 
Jl^  ij.iCiN  ""^^-^  oofto/o  |9a.^!S^  ^éIoN  %a..^do  JK^l^o^ì»  ^Aoi  Ia.^|jd 
|i^2b^M  looi  )b^9a^  I901  ^  •itr^L;  ^2^  |KjlMi^  JLo^  ^'^à  |ooi  K^»/;  ^2b^oi 
|Ì^\i«>  9.^^  ^ìKj»  >  vkì  *Jir|i\   |oC^  oi\  "ì  ^  Mqjld  |d9  •«j.AAa^  i.a^ 

^«001  ^OlJ^/9  Oi^;  jiiClN  ^"^À  «0|N"^^  ^bdOI  %A^9f  ool  %A^99  ^f^  )9^! 
01^9  iliKubd  JflVlVìiN  %A^99  ^^  ^/  l^  ^dOIO  KaD  IVid;  ^.*^0t  JKJL39 
•  J.^tf0990   jLCbs^o/    OOi^    ^^9    II19  É».\    •.)LjUb99    OOi^    ^i^    Vi    i|  O   ^^   «oKd 


voyant  que  le  peuple  était  devenu  inseasé,  injurieux  et  coupable,  qu'il  s'était 
fait,  au  lieu  de  la  gioire  de  Dieu,  une  image  d'un  boeuf  mangeant  de  T herbe 
—  c'est  ainsi  que  le  Livre  raille  d'une  belle  manière  leur  fante  ^  —  il  jeta  ces 
tables  écrites  par  Dieu  et  les  brisa.  Dieu  en  eifet  établit  la  loi  pour  ceux  qui 
sont  éveillés  et  non  pour  ceux  qui  sont  ivres.  Mais,  lorsqu'ils  se  furent  re- 
pentis  de  leur  péché,  il  écrivit  de  nouveau  dans  d'autres  tables  la  méme  loi. 
D'abord  cependant  Moìse  entendit  ces  paroles  ^  :  «  Monte  vers  moi  à  la  mon- 
tagne et  je  te  donnerai  ces  tables  de  pierre,  la  loi  et  les  commandements  que 
j'ai  écrits,  tu  en  feras  leur  loi.  » 

Après  le  péché,  il  ne  parla  pas  ainsi,  mais  '  :  «  Taille-toi  deux  tables  de 
pierre  semblables  aux  premières;  monte  vers  moi  à  la  montagne  et  j'écrirai 
sur  les  tables  les  paroles  qui  étaient  sur  les  premières  tables  que  tu  as  bri- 
sées.  »  Cette  parole  montre  par  un  symbole  que  lorsque  Dieu  eut  créé  Thomme 
au  commencement  et  qu'ensuite  il  Teut  recréé  de  nouveau  par  le  nouveau 
baptéme  de  l'enfant,  il  écrivit  sur  les  tables  de  son  coelir  qui  étaient  pures, 
qu'il  avait  créées  et  renouvelées  ensuite,  ses  propres  lois  :  d'abord  la  loi  na- 
ture Ile,  et  à  la  fin  la  loi  évangélique  et  spirituelle.  Si  quelqu'un  brise  par  le 

1.  Voir  Ex.,  xxxn.  —  2.  Jbid.,  xxiv,  12.  —  3.  Ibid.,  xxxit,  1. 

Digitized  by  VjOOQIC 


SEVÈRE  D'AXTlOCnE. 

logxìyiaN;  ..*aA|  |J|  zJXi&l  o|  ^|Ka/  ]I  Jpoo  ''^^;  Jjisoò  ooi  ''^k-^^oi  y/ 
|ooM  U^éO^  vr\^v>  ILlì^  -^K^i/;  l-^g^  ^A^9  ^-^  ^IVl;  jKj^j  "^Kj  04^; 

>    i>\ot>    ^^     ^«^     vDoi    %A9*J    %wk.90|    C\  41  >ft  \  .^Ì:t  l|;     ^^O^    )o01    ai^CL39 

^fo  :^i>  i..g|,i;    jloo^ilf   fjmb^i  loy^^Aj    fQ,i^*^^  )a^|o  **).^i^^  I^C^!   I^U^ 


I  "  b 


péché  ces  tables  du  cceur,  il  iCesì  plus  digne  du  méme  livre  écrit  par  le  doigt 
de  Dieu,  si  ce  n'est  lorsque  lui-méme  se  taille  pour  lui  ces  tables  au  moyeii 
du  repentir,  en  elìa^j^ant  en  lui  Thorreur  du  péché  par  des  oeuvres  pures. 

Si  donc  lo  lloi  et  Maitre  universel  ii'a  pas  refusò  et  repoussé,  mais  a 
daigiié  donner  de  nouveau  et  iiue  seeoude  fois  sa  loi  au  peuple  qui  ravait 
irrite,  quelle  excuse  aurioos-nous,  uous  qui  somraes  [foussiòre  et  eciidre, 
commo  il  est  écrit*,  sì,  a  vous  les  brebis?  aimées  du  Ghrist  qui  respirez  le 
zela  divin,  nous  u'adressions  pas  le  méme  discours  qui  mit  Dn  au  Irouble  de 
quelques-uns?  Je  dois  donc  répéter  les  paroles  qui  ont  été  déjà  dites.  Pour 
vous,  c'est  le  méme  discours  que  vous  entendrez.  Je  sais  parfaìtemeut  bien 
tal.  mi  que  ce  *  u'est  pas  tlans  des  tables  non  taillées,  mais  dans  les  tables  imrifiées 
de  votrc  coeur  quo  je  le  déposerai* 

Beaucoup  de  raisons  mVngagent  à  no  pas  traverser  en  silence  votre  ville, 
mais  à  faire  enteudre  ma  voix  dans  cette  assemblée  fidòle  et  aimant  Dieu, 
qui  est  TEglise  du  Dieu  vivant,  et  à  montrer  seulement  la  lionne  volente  de 
ma  propre  pensée,  quoique  je  naie  à  dire  rieu  de  puissant  ni  qui  soit  parti- 
euliùrement  utile,  Une  raison  beaucoup  plus  que  tonte  autre  ni'eneourage, 

L  Gerì.,  xvin,  27. 

Digitized  by  VjOOQIC 


* 

>gt  I 


I 

I 


liOMKLlE  LVK  "^^^^^^^^        77 

^f  )i.i^  .Jlool  U>^  ^^  :4?f^  ^0O|^1  yOLL^foI   f  iji.N  ^o  V^.^  ^ft 
Aiii^CS,.^  s^^f   ^flDQjOfJu^  JI.  ^'ia>v>  «al  l'I  :|-<;^^  fii^U  |lcnvi»o<  K^|j^/| 

O^^Of     (jQ-iXf     IvaOAO    |Ì90%^9    y^l^    *\^7     Of-^}    V^^!   M^^t^'^d!    ^-^"^-^I^  ' 


'"  moi  |K  in  „  i>\  i  )i|^f  JK^iX^f  ouK^I  ^"^«.001  l-Lbo  *^^ooì:.*oi^/i  ffto^w;  aj.4>o 


nf  enfiammo  et  iirévcille.  .Mais  la  pensée  se  refuserait  à  avancer  et  a  accourir 
sans  l'ergane  de  la  laogue,  si  c'était  possible*  La  langue  précède  la  pensée. 
Ouelle  est  donc  cette  raison?  Cesi  que  cette  église  non  seulement  confesse 
sans  fansseié  la  foi  ortliodoxe,  mais  accepte  aussi  le  danger  de  sonlTrir  pour 
9  elle  si  Toccasion  se  présente,  et  que,  commc  une  vraie  (ille,  elle  sauve  riraage 
maternelle  de  TEglise  apostolìque  qui  a  élé  construite  à  Antioche.  Comment 
dono  ne  la  saluerais-je  pas  de  loute  ma  voix  et  ne  reml>rasserais-je  pas  paler- 

Inellement?  Elle  est  elière  ausai  aux  pères  qui  perfectionnent  dans  la  vertu  et 
aiment  ardemment  ceiix  de  leurs  fds  qui  conservent  particulièrement  Fimage 
de  ceux  qui  Ics  ont  engendrés,  qui  leur  ressemblent  par  la  forme  et  la  beaulé 
de  leur  physionomic  et  qui  possèdent  le  caractère  de  leurs  pères.  Quel  est 
donc  le  caractère  de  TEglisc  apostolìque  établic  à  Antioclie?  Elle  crir*  ù 
Emmanuel  avec  saint  Pierre*  :  a  Tu  es  le  Christ,  le  fils  du  Uieu  vivant  »  ;  elle 
confesse  un  seni  et  méme  Christ  et  fils  du  Dieu  vivant,  le  raénie  Dieu  et  le 
r^  roéme  homme  vérìtable,  et  non  pas  un  et  un  autre,  eommc  les  Clialcédoniens 
Tont  divise  d'une  manière  perverse  en  une  doublé  nature  après  Tunion  inex- 
priraable.  Saint  Pierre  en  effet  n'a  pas  dit  :  Tu  es  le  Christ  dans  Icquel  se 


L  Miiltli.,  rvi,  16. 


Digitized  by 


Google 


J 


fol.  109 
v'a. 


78  SEVÈRE  D'ANTIOCHE.  [78 

^«oioK«/  loouf  «^oi^  ouu^  v£u#9/  Jl  ^  :)LjLfV-d  |ooi  J9\>#<ìì  ^;^  f^<^  ^h 

^^M^h^l  Jftuiflo  jl  lido  :|qi^ 
:)Lu9Ì  ^;/o  JLaìl^;  JK  >  t  •?  y^l  Jjo);  oói  I^éìVìis  |ooi  wy^iLboKM  ^^ 

9-Aid;  ^^\oto  :)Lm09  9>a^9  ^  |l<ì^>X\o  jbUuri  lnV)riii*m\  ylo^  ti-n^o  ^ 

^  ^^^^^^   «.wl^^   )U^    0U«O9    ^iOM-d>d    pò/    %A^jU/o   ^0|^   jyibJkJ    ji^Ckll 

♦iiOn\\  oi\no  yK^b^:^  J>ii>tv>  |jp^ojpDo  |vi  i\  KaD  oi^o  •.JLo^am 
^,01  ^  ^9  ^  ^^^^^M  :w^  ^«oioK^/  K>|  I  n^  KaD  ooi  V-^/  '^"^^^  ^^^ 
^99a«9  nori\fi  >.D  ^[^  ^^9  OOI  ^/o  «Ji,/  vC^^  JjOI  Jl00|2^9O  JLuoDo/; 
^  ''^^^c:^  Jl/  :%.i^  |ooi  ^«oioK^/  Jl;  ^  y^l  oA  Jv-rH  jl^/  U^^  Ja^oi^ 


trouve  le  Fils  du  Dieu  vivant,  de  sorte  que  Ton  comprenne  un  autre  dans  un 

autre,  comme  le  veulent  ceux  qui  le  divisent.  Mais  il  a  confesse  :  Tu  es  le 

*  fol.  109  Christ  et  le  Fils  du  Dieu  vivant,  *  en  se  servant  du  mot  «  tu  es  »  dans  son 

v"  a. 

sens  general  et  ordinaire.  Quant  au  nom  du  Christ,  c'est  celui  qui  convient  à 
l'abnégation  faite  pour  nous  et  il  est  humain.  Il  fut  appelé  Christ  lorsqu'il  fut  ò 
devenu  homme  sans  avoir  éprouvó  de  changement,  sans  avoir  éloigné  de  lui 
sa  nature  divine  et  sans  qu'il  eùt  besoin  de  le  faire. 

Il  a  été  oint  pour  nous  par  Fhuile  mystique  (?)  comme  le  principe  de  notre 
race  et  le  second  Adam,  et  pour  nous  envoyer  Tadoption  de  fils  et  la  gràce  qui 
s'opère  par  l'Esprit.  Ces  choses  avaient  été  prédites  par  le  prophète  Isaìe  qui  »' 
dit  pour  leur  temps  *  :  <c  L'Esprit  du  Seigneur  est  sur  moi,  à  cause  duquel  il 
m'a  oint.  »  Il  montre  évidemment  par  ces  paroles  que  le  Christ  a  pris  sur  lui 
pour  nous  Thumilité  et  Tabaissement  de  l'abnégation,  et  le  nom  et  Toeuvre. 
Il  dit  en  effet  «  l'Esprit  »,  lequel  est  en  moi  par  nature,  parce  qu'il  est  de 
méme  essence  et  divinité.  Il  est  venu  sur  moi,  comme  s'il  était  venu  de  l'exté-  i 
rieur  et  s'était  pose.,  par  les  flots  du  Jourdain  comme  une  colombe,  non  pas 
comme  s'il  n'était  pas  en  moi,  mais  parce  que  ce  il  m'a  oint  ».  Pourquoi  donc 

1.  Isaìe,  LXi,  1. 

Digitized  by  VjOOQIC 


V-  b. 


t79J  HOMÉLIE  LVl.  79 

^^Jbs^/  Kj/  «v^/  v^h^  ^  o^  .JLd/  ^2»  K«|oi^  lvi\\  ^f^  r^^U  ooi 
vJ^;o  oi^f  I  n  i\  •»  c^  J  y\%  ooi  |ooi  ijaKrrìV  v^o  lnio*^  Joi^i  l\j^ 

IV-^  l^otoj  ^o  .jb/  JLx^  ^  JbLi«  otii'ìi/  .^^.^^  ^:»;  oói  Jl/  .)b09O 

llcLu/  ^^^oo  KaD  IXooi^  ^  ^,K  >JI,A  ^  Jl  ^Vi  ^  t^;  OOI  .^^.^;  oài 
%«oioK«/  V-i^-^  t-<^  ,^|-iK-^  ^/  ^«oioK^/  ^/  :^^  |  vkì  i  no  j  ^jj  ^  i..»«^ 


a-t-il  voulu  et  accepté  d'étre  oint?  Si  ce  n'est  pour  nous  qui  étions  privés  de 
l'Esprit,  à  cause  de  ce  décret  ancien  de  Dieu  qui  avait  dit  *  :  «  Mon  Esprit 
n'habitera  pas  dans  ces  hommes  parce  qu'ils  sont  chair.  d 

L'appellation  de  «  fils  du  Dieu  vivant  »  convient  à  Dieu,  et  au  Verbe. 
convient  celle  de  a  qui  a  été  engendré  avant  les  mondes  divinement  du 
Pére  ».  Car  s'il  avait  dit  :  Tu  es  le  fils  de  Dieu,  on  comprendrait  peut- 
étre  cette  appellation  d'une  manière  generale  et  non  comme  propre  à  lui  et 
lui  appartenant  particulièrement.  Elle  est  dite  en  effet  d'Israel  comme  repré- 
sentant  la  personne  de  Dieu  :  «  Mon  fils  premier-né,  IsraéP.  »  Mais  il  ajouta 
e  vivant  »  pour  montrer  qu'elle  est  propre  et  speciale,  et  non  pas  par- 
tagée.  Lorsque  saint  Pierre  l'eut  considerò  en  pleine  clarté,  qu'il  fut  illuminé 
dans  la  vue  de  son  esprit  par  la  beante  si  splendide  de  la  divinité  et  qu'il 
eut  re^u  une  vision  non  pas  de  la  chair  et  du  sang,  mais  une  vision  d'en 
haut',  il  trouva  qu'il  était  la  vie  de  la  Vie,  du  Pére,  et  la  vraie  lumière  de 
la  vraie  Lumière.  Émerveillé  et  plein  de  l'Esprit,  il  s'écria*  :  e  Tu  es  le 
Christ,  *  le  fils  du  Dieu  vivant  »,  qui  s'est  fait  humbie  pour  moi  et  qui  est  *  foi.  io9 
élevé  à  cause  de  la  sublimité  de  la  nature  d'en  haut;  qui  est  un  de  deux 
sans  confusion,  à  savoir  de  la  divinité  et  de  l'humanité,  dans  une  seule  per- 
sonne et  une  seule   hypostase;  tei  il  est  et  il   est  connu.  Une   doit  étre 


v«  b. 


1   Gen.,  VI,  3.  —  2.  Ex.,  iv,  22.  —  3.  Cf.  Mallli.,  xvi,  17.  —  4.  MaUb.,  xvr,  16;  voir  ci-dessus,  p.  77. 

Digitized  by  VjOOQIC 


80  SEVÈRE  D'ANTIOCHE.  80] 

^^.  \fn  Jlp»;  ^/»  |:do^.aud;  .|i*^$i  |K«;el.*  JJa-4-»  "Vi^oi  j«oi-^ 
|.A).&M  Ilv^A  lltA??  y-/  ÌU^  |?oij  |o>«^  «/  ♦•K>Ji«'>  |..«'^t  i ..Il vii; 

ouK^/;  Jl/  .^01  ^99  ^Aot  ^:»  ^ope  o/  «Ib^LbeLD  o/  |.MLa9  ou>  K^t  .\^\ 

pò/  :|K^;oou  mnivxì  jlodU^  ^9  yCiNv)  :)Li#9a^yflQLJ  JLjliv^  y^>,iNftJN 
Jaei,»/^9  IJ.09a.XAD  |.aj>9  ^01  |Ì09Ka^  ^  I901  ^^^^JM  «i^^eoia^  Ini  ii9i>  ^ 


confessée  la  nature  du  Verbe  et  de  celai  qui  s'est  incamé  dans  une  chair 
de  méme  essence  que  la  nótre,  qui  possedè  une  àme  douée  de  raison. 

Cette  belle  confession  orthodoxe  qui  se  trouve  naturellement  dans  la 
personne  de  la  mère  des  églises  orientales,  je  vois  qu'elle  brille  aussi  dans 
la  physionomie  de  cette  église  comme  dans  une  véritable  fiUe.  Et  lorsque 
j'examine  avec  soin,  je  la  trouve  telle  que  dit  TApótre  *  :  «  Il  n  y  a  en  elle 
ni  souillure,  ni  ride,  ni  quoi  que  ce  soit  de  sembiable;  mais  elle  est  saìnte  et 
sans  tache  .  »  Elle  n'est  pas  d'une  beante  empruntée  au  fard  dont  on  s'en- 
duit  la  figure  comme  font  les  prostituées,  c'est-à-dire  de  Timagination 
instable,  athée  et'réveuse  d'Eutychès.  Elle  n'altère  pas  non  plus  sa  beante 
(eÙ77pi7reia)  matemelle  par  Tobscurité  du  eulte  de  Thomme  nestorien,  encore 
moins  par  la  turpitude  et  Thorreur  judaìque,  je  veux  dire  par  la  dualité 
des  natures.  C'est  pourquoi  elle  est  accourue  avec  joie  vers  moi  comme  vers 
un  pére  ;  elle  est  venne  à  ma  rencontre,  se  portant  en  fonie  hors  des  portes 
de  la  ville,  ayant  confiance  que  je  n'avais  rien  changé  à  la  beante  familiale. 
Aussi,  montrant  par  ses  cBuvres  une  vertu  digne  de  la  foi,  alors  que  je  ne 
suis  pas  un  prophète,  mais  un  pécheur  et  un  homme  faible,  m'a-t-elle 
accueilli  comme  un  prophète,  s'attendant  à  recevoir  le  salaire  du  prophète, 

1.  Éphés.,  V,  27. 

Digitized  by  VjOOQIC 


[81]  HOMÉLIE  LVI.  81 

^Qjoi;  JUau/o  «oprali  |L^J;  lv^/  •U-^t  jL^flULd  |L^J  ^^.^^.-a^  ooi;  :po/o 
^  «d/  .v^ou:»  |ooi  ^^^^nKv)  ^  oooi  ^«.n^po ^"^^Jo^oa  io^  )iolb^  ^m; 

•Jboi  jKn^N  i:>cÒKJi  ,^iVV>/  ^o^d;  ou^^od  y^l  .oH^  ^tnV^?»  JK^^s^o/ 
>^jOtQ^bJ^  ^^9   laci^ii  K*|*^J^   Jl|j  :JK.rfb:^  ^«oioK*/    1^?!  ^^^^^  ^^«^^^oo 

j,,iitvi\  0^9  y^l  ^9  yo^^ji^  :K^oj»  joiSs;  l^jbo  Ja:^cv^  :  J^^/  ^o^ 
|yySi^  ^  ^oì^^a^  JUau/  i^  JLd/  K^  jlo  :|ooi  oKL  jLJk  ''^.^  ^ 

<>p6/  |ooi  oKb 

•  •  • 


Ilo 


à  cause  de  Celui  qui  a  promis  sans  mensonge  et  a  dit  *  :  «  Celui  qui  accueille 
un  prophète  au  nom  de  prophète  recevra  le  salaire  du  prophète.  3>  Gomme 
ceux  qui  autrefois  saluaient  Samuel  en  raccueillant,  elle  aussi  s^est  écriée  : 
Paix  est  ta  venue,  ó  voyant!  C'est  pourquoi  nous  aussi,  en  lui  payant  des 

*     paroles    évangéliques    selon    le    commandement    de    notre    Sauveur,   nous 
disons  :  Paix  à  cette  demeurel  Et  comme  elle  est  la  demeure  de  celui  qui 
en  est  digne,  que  notre  paix  vienne  sur  elle  particulièrement,  et  qu'elle  reste 
stable,  sans  changer.  Elle  s'est  manifestée  en  vérité  *  parce  qu'elle  m'a  regu,  *  ^oi.  no 
moi  qui  ne  suis  rien,  comme  un  auge  de  Dieu,  bien  plus  comme  le  Christ 

io  méme  lorsqu'il  était  assis  sur  un  ànon,  et  elle  n'a  pas  méprisé  ni  repoussé, 
comme  dit  saint  Paul  en  écrivant  aux  Galates^. 

Le  Christ  aussi  qui  se  tient  à  la  porte,  elle  le  nourrit  alors  qu'il  est 
dans  le  besoin;  elle  le  fait  entrer  sous  le  toit  alors  qu'il  est  étranger;  lors- 
qu'il  est  nu,  elle  Thabille;  lorsqu'il  est  opprime  par  la  maladie  ou  dans  une 

15  prison,  elle  le  visite.  C'est  pourquoi  nous  disons  encore  :  Que  notre  paix 
vieune  sur  elle  par  la  gràce  de  Celui  qui  a  dit'  :  ((  Je  vous  donne  ma  paix, 
je  vous  laisse  ma  paix.  »  En  Tentourant  de  cette  paix  comme  d'un  mur 


1.  Malth..  X,  41.  —  2.  Gal.,  iv,  U.  —  3.  Jean,  xiv,  27. 

PATR.  OR.  —  T.    IV. 

Digitized  by 


Google 


SÉVÈRR  0  ANTIOCHE,  HOMÉIJK  !;\  L 

.|jL>oa^9  l^oorf^^  Uk^&A  Joi  .po^  )^k.aj  ^^i|  Ì^  ^>-^!  ^^^  *oil^  pò| 
^ii^^l  i^a^  OiS^  pojjo  :).i^yji  U*m.Éji  Iiola  ^|o  )Kim  i.v>  IK^upo  ^f 
01^9  UcL^f  «l'O)-^  )-ioi  ^^ox  ^^JS^  ^oaoij  ^^Qi  %qt\^  ^^  w^^o  .^^^oi 
jK    ■/%  ^*>    f^l^  o^j  Qoi  JKJL^  ^■o^o»    )>aoQM^i   l^é^^OM   ^f  ^^.fiOJ  :|K^jo<j 


puissant,  qu'il  la  garde  de  tout  doramage;  qu'il  la  sauve  de  la  baine  du 
Calomniateur;  et  qn'il  nionlre  qu^elle  a  été  appnlée  par  Ics  faìts  mémes 
Chalcis,  c'est-à-dire  d'airain;  que  cette  appellatinn  ii*est  pas  meiisongòre 
parce  qu'cUe  brille  et  respleiidit.  Qu'elle  soit  foiiifiée  et  puissante  par  la 
pureté  de  la  foi  orthodoxe.  Qu^elle  rejetle  et  repousse  la  ruuille  de  la  per- 
versi té  hérétique.  Lorsque  je  lui  dirai  ce  que  Dieu  a  dil  autrefois  au  prophèle 
Jérémie*  :  a  Voici  que  je  t'ai  éiablie  aujourd'hui  corame  une  ville  forte  et 
comme  un  mur  puissant  d'airain  »,  que  tout  le  peuple  réponde  :  Amen,  ameni 
Et  qu'en  échangc  ce  peuple  me  donne  à  son  tour,  comme  vìati([ue,  sos  prières 
sueordotalcs,  Qu'il  fasBe  monier  la  gioire  au  dispensateur  de  tous  les  biens,  it 
auquel  appartienneut  la  gioire  et  le  poovoir  pour  toujours^.  Ameni 

L  Jérémie.  k  i8>  —  2.  Cf.  Ép.  de  S.  Jiide.  25,  el  la  lìn  de  l'hométit*  LW 


Digitized  by 


Google 


)^.^^o    >>Aì(i^»    )po|ào 


»)lcfc^^\Ua  «««jJi/  opa>  lr>^t!  ^  ^.flpfta^a 


^.J^}  ^o^i^  ''^«^  1^  tjbuLOkdjl  ^>\  ^*fivì  K4vi*,Mfo  K,#|  i  VI  li}  v^ói 

l^x^f  li^^'^M  J^JL^  jLAQ^-a^  1^  loi^jl  *  o^  ^!  vo2^)L^  :^^^:auD  jLlbjbo  «foi.tio 

^>^;  ^6  pò/   1^  :JLiJO|d  JL^Kd  jo^y^M  l}0^  :|v>aiD  J^^JL^  JioojlSs^ 

y^l^   :|lb^Jl   io^;    ^/   ^6   «^01990  «ou^  "^^^^  ^vi^/o  yy>^  JKM  |oi 
yooiLo^  1^019  :p6/  yoj/  J>^  V^^i^  *l^^  ''^Sb^iàa.M  ^oouft^K2ìk  ^9  9-^! 

HOMÉLIE  LVII 

AU  SUJET  DE  CE  Qu'iL  FUT  RETENU  PAR  LEB  FIDÈLES  DB  KINNESRIN  POUR  LA  COM- 
MÉMORATION  DU  SAINT  MARTYR  SERGIUS;  ET  AU  SUJET  DE  CE  MARTYR  ET  DE 
BAGGHUS    QUI    EN    MEME    TEMPS    QUE    LUI    TRIOMPHA    DANS    LE    GOMBAT. 

Ceux  qui  font  aux  étrangers  un  accueil  affectueux  et  amicai,  réunissant 
tout  ce  qu'ii  y  a  de  plus  beau  et  de  meilleur  en  aliments  et  en  mets,  prcnnent 
occasion  d'un  repas  et  d'un  festin  pour  recevoir  ceux  qui  sont  venus  chez 
eux.  Ainsi  agit  Abraham  lorsqu'il  accueillit  les  trois  anges,  ou  plutdt  *  Dieu  *  foi-  110 
lui-méme  qui  apparut  sous  la  forme  d'anges  et  sous  l'apparence  d'hommes, 
et  qui  en  figure  et  en  symbole  faisait  connaitre  une  seule  essence  et  divinité 
en  trois  personnes.  C'est  ce  que  montre  le  Livre  sacerdotal  en  disant*  : 
<c  Dieu  lui  apparut  près  du  chéne  de  Mamré  »,  et  il  ajoute  ensuite^  :  «  Ayant 
levò  les  yeux,  il  vit  et  voici  que  trois  hommes  se  tenaient  devant  lui.  »  Il 
courut  vers  eux  trois  en  parlant  aux  trois  comme  à  un  seul  :  «  Les  voyant, 
dit  le  Livre,  il  courut  à  leur  rencontre  en  sortant  par  la  porte  de  sa  tente; 

1.  Gen.,  xviii,  1.  —  2.  Ibid.,  xviii.  2. 

Digitized  by  VjOOQIC 


SEVÈRE  D^ANI 

yC^^^K^AJ  :pò|  f^  Its^-^cv^  o^  |ooi  ^Jk^  ji^i  io^f  f^l  s^oi  JK^^^o; 
.^i^i  qX    )o|.^   ^^Of    ^|o   :  Jl.  vi  ?ìi>    tw)^^,.i^  xr^^    ^^^  ^"^"^^  ^^^'    Up^<> 

1^  : i^o|j^q^  jK^^^o  ]bJL«   wi^  ^^*^^^  K^^  ^  jil  .  )ooi  "^  ^  ^ *  ^  ).^cL,J^ 

.Oi^dOJyD    ^}    OOI  .)oO|    |^IL*3    ).VI^a\    f^^f    ^    lii^^  4*1130*»^  ^OmuiÌ    COI    ^0|*f 

K^f  K.a3  jfoio  "i  ^*^  iit-^JJ  c^o  :ootiK,m|  1^.^^  lo^  o^  )coi  K^|j  ^/ 
;J  <^  m:»  s)iA*^j  Ut**h  =1'^^'-^^-^  ^^t-^i^^  ìf^^  VfiQ\Kjoolo  )|->oK^l  o^S.  |oo« 
)joD^  ^^ota.>a^^J|  ',^X^^  otdOM  t^o  :^*fiwf   }-^o  )a^.^;   JL^  f-^r^  ^^ 

.Jbs^ujff  |lo^;  Jlctg>lai^  :J1,^  Lc^;  )K.\i.^.o  )ÌQa>^t^  :|IqJS^^  :|Va^opOf 


il  s'inclina  k  terre  et  dit  :  Seigneur,  si  cerles  j'ai  trouvé  grftce  devant  toi, 
ne  passe  pas  devant  ton  servitcur*  »  Aussi(ót,  après  avoir  changt^  la  forme 
du  discours,  il  adressait  de  nooveau  la  parole  aux  trois  en  disaot  :  a  (>u*oe 
preniie  de  l'eaii  et  qri'on  lave  vos  pieds.  »  En  allant  à  la  rencontre,  il  adressait 
évideninient  ces  paioles  h  Dieu,  le  Seigoeur  do  tous,  et  il  lecevait  de  Dieu 
les  réponses.  Mais  ce  qui  m'a  engagé  à  prendi  e  la  parole,  c'cst  qne  cet  ami 
des  ótrangers  ordonnait  avec  emprcsscment  i\  Sara  de  préparer  le  pain, 
landirt  quo  Ini-nième,  comme  c'était  son  souci,  se  bAtait  vers  le  betail  sans 
donncr  d'ordres  à  un  aiitrc,  alors  qiril  avait  Irois  cent  dix-huit  csclavos  nés 
à  la  maison'  et  d'autres  aelietés  pour  de  l'argenta  Ayant  choisi  un  vcau 
tendre  et  exeellent,  il  le  reniit  à  un  serviteur  et  lui  ordonna  de  le  préparer 
vivenient  ponr  le  repas. 

Vous  aussi,  vous  avez  agi  eoninie  Abraham»  en  accueillant  la  venne  de 
ma  vile  personnè  et  cn  róunissant  de  tonte  part  des  mets  spirituels  qui  puis- 
sent  nourrir  Tàme  d*nno  maniere  intelligente.  Vous  avez  préparé  la  table 
a  bendante  par  des  services  de  psaonies,  par  des  prières,  par  une  nssiduite 
constante  à  l*église,  par  une  communion  à  la   table  mystique.  Enfin,  nous 


1,  Cf.  Uenèse,  xiv,  14, 


Digitized  by 


Google 


[851  HOMÉLIE  LVII.  85 

x5fc*^v^V  It-^^/  f^P^o  yO'iv^V  ^a£Ou^o  JfKliLi  |Ì0|^;  ^lo^  J;o^  «d/  v/  jl/ 

Vi  /  Vi^i^cn  |ooi/  ^^^Adoi  Uxi/  «IfOM»      vflQ^HxV^f  |loflh>\l/f   ^«oiJV-dO|!!k  ^  foi.  no 

*  •  v«  a. 

^..3  J)/  ^i  ou^  jboi;  |;)L^;o  JK^y^jj  ói.J^/  [  i  ^f  l^o^ji!  1^  m  '^ "> 

jYiiV>j  ^^;  fJb^  xOJoi  ^/  CL^  )jlx»/o  JJ,0|,m\  òuS^  ^\,viìv>  jK^yy^jJo 
^A*l  ^jo  ^9  jl  J\^flD  ^M  \J^<^  jbo^  ^4i^K:»  ; o,m\ ^  J-cdv-sl^; 
^  jLd/  ^9  i-^kO  JJLodKaLj^oo  j^\  éiO>  )Lioi  ot\ni'>  ^i>vim*\o  ^h  ioì.  \f  vojoi 
|>li*;  jj/  ^^flftV>  llofoua»;  jJLdj^  jjjoiQò^  oilS^  lf\»V>  o^i;   ^O}}  oo^ 
^jLltfD  |i^^^;  loì>fti  ''^cauM^;  JnW»  ^^^  V-'b^  ^^  l^-'^  «Jj^oKaK^  |ajio 


retenant,  vous  n'avez  nullement  permìs  que  nous  retournions  à  notre  demeure 
avant  de  prendre  part  à  ce  festin  joyeux,  de  nous  réjouir  avec  vous  et  de 
célébrer  en  méme  temps  que  vous  la  commémoration  des  combats  de  Sergius 
*  le  martyr.  Comment  dono  répondrai-je  à  cette  invitation  au  festin  si  solennel  *  ^^  ^^^ 

5  et  à  la  féte  de  ce  saint  si  admirable?  Est-ce  en  restant  silencieux,  sans  que 
j'apporte  à  ceux  qui  m'ont  invite  quelques  paroles  qui  complètent  la  féte 
et  y  ajoutent  de  Téclat  et  de  la  solennité,  afin  de  ne  pas  ressembler  aux 
convives  gourmands,  bien  plus  à  ces  parasites  ignobles  qui  s'attachent  aux 
tables  et  n'ont  d'autre  préoccupation  que  de  remplir  leur  ventre  au  delà  de  la 

10    satiété?  Jamais  ceux-là  n'élèvent  leur  regard  vers  les  cieux  ni  ne  louent  Celui 

qui  a  donne  pour  le  maintien  de  notre  existence  ces  aliments  utiles  et  conve- 

nables  avec  une  si  grande  variété  et  diversité.  Peut-étre  aussi,  si  je  voulais 

me  taire,  cette  splendeur  des  combats  du  martyr  ne  me  le  permettrait  pas. 

Celui  qui  est  rappelé  de  nouveau  par  le  souvenir  à  Tépoque  de  son  mar- 

15  tyre,  il  me  semble  le  voir  se  tenir  devant  le  tyran  Maximien  avec  Bacchus  qui 
avait  le  méme  service  et  l'égala  dans  le  combat.  Le  tyran  erige  en  loi  tout  des- 
sein  contre  la  relìgion  (tóa^éeia),  quoique  la  loi  doive  étre  établie  légalement  (?). 
J'ai  dit  :  a  avec  Bacchus  »,  parce  que  nous  ne  devons  pas  dans  le  discours  sé- 


Digitized  by 


Google 


r.^i   11(1 


p 


86 


SKVÈRR  D  ANTIOCHE. 


[88] 


Jlo 


fOUAf 


JL^^j;   v^òi^   *ìiì~^   x:^   ^^   wV'^i   Ife^'S^Q.^;  %^{f    |);    K^^ 


h 


,|fco© 


ctn,"»  oooi   ^cuJ 


.K-/ 


'-^ ^ 


J^^-à   .J|...^^7   \Q^I  i^^ 


Jbou^^K^fO  :^^  oooi  »  .it^.i^<=iv>;  .jt^^o^fK^  )JUcuiX^  VJk«  •  Jv^^u>  |jUq^ì^^ 


^K.^  )j^>^  ^Vt 


li-po 


)f^    qN.   -t    jLio^   OOI  ^  ocio  ^.^  :oooi  ^oomI^^o  i   -|  ^^-^   )  *  -  ^  ^  -y**^ 

oooi  i^AdMb,^|.>p  jJf  ^.«oiSwo  -J  *N.nA   Ic^  ^oM^>sJ^  Odfeo  ^  V^^  ^^jI 

otlaacu*?  ^^!  vOpì^^^^  ooot  ^pó/  f^  ,fooi  t^M#/;  oói;  otK».^..\  oto^jo^ 
Ic^  ^9     ^9&o^  ;>  vi#oi   |1    l^toj^   ^^0  pò  .^Atia  oj^   h^i^  ol/  ««oói; 

J  H^iiffQ   V)    M^-^t    ^^^    ^V^/    s*K^|     l^-^ÒA   ^^^!<^    K^*  ^     |oi^     s£DO;9    jllifU 

JK-^A^fiù^o  s^oi  jj^odj^j^  Jto^  >^3.^f   sj^^ù^o  :^*^^f   01^;   f  jLivuìV»  ^/o^J^ 
|l  y00iJUf|..3o  :^,>^»^k^eoc>  jlo  ^oo^  K^|  ^^oo^f  yOJoi  :|JL^  Ifl-t^;  IvìX^no 


4 


'    fili-   11 D 


parer  Tun  de  Faulre  crux  quo  la  couronne  du  martyre  a  réunis  ensemble 

étaient  semblables  par  la  taille,  par  la  physiouomie,  par  la  grandcur.  Ils 
étaient  jeunes  de  eorps,  enrorc  plus  jeuiies  d'esprit,  ih  servaient  et  étaient 
comptés  au  raiig  des  guerriers  qui  eiitouraient  le  roi.  Ils  occupaìcnt  la  pre- 
miere place  el  avaieiit  le  grade  de  cummandaiit,  Sergius  eri  tòte  et  Bacebus 
en  second;  tousdeux  étaient  d'accord  dans  un  méme  esprit  de  piété  (cÙTé^uot), 
Ils  étaient  dits  chrétiens,  et  ils  rótaient.  Ils  soiitinrent  le  méme  combat  pour 
la  véri  té. 

Certains  iiidividus  écrivirent  contro  eux  au  rei  en  les  accusaut  et  en  Ics  in- 
culpant,  comme  de  fautes  afTreuses,  de  ne  faire  ni  sacrifices  ni  libations  aux 
démons.  Ils  cunammerent  la  colere  de  celui-ei  qui  y  était  enclin^  en  disant 
d'eux  :  (Vest  grAce  à  son  amitié  qu'ils  en  sont  venus  à  une  pareille  lieence,  Au 
commencement  le  roi  u'eu  croyait  rien;  ensuito  *  il  les  conduisit  au  tempie  de 
Zeus,  le  dieu  impur  et  au  nom  mensonger.  Il  mangea  avec  ses  ministres  des 
sacrifices  souillés  et  il  essaya  dVxciler  aussi  ces  vaillanls  h  ectte  nourriture 
souiilée.  Il  les  entendait  dire  qn'on  ne  doit  pas  sacrilier  à  des  idoles  iuani- 
mées  et  aux  ìmages  des  demons  mecbants  ce  qui  ont  une  bouche  et  ne  parie- 


Digitized  by 


Google 


[87]  HOMÉLIE  LVIL  87 

^^otioJJL^po  jL^  popò;  oài  U-^  ^o^!  ^Ncn  :jh<^;(^l  ^óio  ^ji\Wì 

^9  ^euilKj;  tyooiS^;  ^ttjSj  ^6  ^DdOGLdKi;  ^.ù^  :oiJLfij;  jbioiidJto  jbijo^ 
ji>j>n\  jlK^eJS^  vOOilS^  K*/  li-^^!  ooi  :|-dOi;;  ooi  l^^dj  yooi^;  |90«  ^>o 
ypKJLKj  ♦>  Il  i  'it^N  jJu;  K.O  |K  n  t  ilft^  tiOo  >y  ^Jt'p  I  S\v»  Ja^;  v^oi 
^oiid  1^  ♦ot\^o  o\  oooi  ^uVì  *iii^v>  ^iJilS^ot  lo  ft\  jl/  «jLocui  J^OOd 
h<sj\  USI  ito  JLibj^po  jl  ^;  ^"^^  ^^9  vo^  l;oi-^  oooi  ^t-^/  )by  \o ffì  ^ 
Ijijs  ^^Jb/;  |K.ì;ajlS^;o  ^^9  p6/;  ^  ♦cNK*ft?>o\  |vìi>nv  ^cLk  oooi  ^9i^W 

^9  |K-^9K^  a:^  jl/  .h.  %  <^  Ir^^N  K-^lt.^  lUo/;  |in  -i  \ 

:JLiLf  |ioi\  |v,aL^  ^t  ^\  i  jl;  tpò/;  JAo^  ^«^9  ooi  |oi^9  |Li|.oado  jL^ad 
|LbiVd9  jjooi^  jl/  :)bbbD9  mio  >  n n i  |pa^  iooi  jl  jJu  ^^  |ij>^m\  v-'b^  v^ 
^'^^Z  ^  ^  no\9  |la^j9  JU\  m^o  >,^>o9ìì  |i^^^;  JLov^iJàA;  jjo^/  JLoi^ 


ront  pas,  qui  n'entendront  pas  de  leurs  oreilles  »,  et  autres  choses  semblables 
par  lesquelles  le  Prophète  des  Psaumes  *  se  moqua  de  leur  insensibilité  et  de 
leur  immobilité.  Enflammé  et  bouillonnant  d'un  mouvement  de  colere  et  d'or- 
gaeil,  il  ordonna  de  couper  leur  ceinture  et  d'enlever  de  leur  cou  rornement 
d'or  qu'il  est  d'usage  d'attacher  aux  guerriers  qui  approchent  les  rois.  Ils  de- 
vaient  étre  conduits  dans  le  marche  habillés  de  tuniques  de  femmes.  Mais  à  cet 
égard  ils  savaient  s'opposer  à  lui  en  disant  par  leurs  actes  mémes,  ces  con- 
fesseurs  invinciblos  de  toute  part,  qui  avaient  appris  à  ruser  avec  le  fourbe, 
comme  dit  David  ^,  et  à  faire  tourner  au  mieux  les  stratagèmes  du  Galomnia- 
teur  et  de  ses  instruments  :  «  O  toi  qui  luttes  avec  Dieu,  peuses-tu  par  une 
forme  féminine  énerver  nos  vaillantes  àmes?  Tu  peux  faire  revétir  de  force 
aux  corps  un  vétement  de  femme,  mais  tu  n'habilleras  pas  de  làcheté  notre 
esprit  sain  et  ferme.  Nous  te  montrerons  par  les  faits  que  nous  tenons  pour 
véridique  le  précepte  et  le  commandement  que  Dieu  a  prononcé  par  Tintermé- 
diairede  Moise'  :  a  Qu'un  homme  ne  revétissepas  un  vétement  de  femme.  x) 
Si  en  effet  le  sexe  féminin  n'est  pas  un  empéchement  pour  la  plupart  des 
femmes  de  sortir  avec  un  esprit  male  vers  les  combats  pour  la  religion  {tifsiStiof) 
et  de   ceindre  la  couronnc  de  la  victoire  remportée  sur  le  Calomniateur, 

1.  Ps.  cxxxiv,  16-17.  —  2.  Gf.  Ps.  xvri.  27,  Septante.  —  3.  DeuL  xxii,  6. 

Digitized  by  VjOOQIC 


88 


Sf^VÈRK  DANTÌOCIIR. 


fui.  Ili 
f  0^ 


m 


oo(o  :^s^l;  l-'^^f  JJo  |^t^  JK^IK^  K^l^cu^^f  ^^9  1^^  ^:^  ^^!   ^t 

^  ff^^^^^oo  «^jum  ^^Nr^K^o  |lfK.rfOo  JK^^fl  Iq^  i3/f  )^90i  ^^  3^^^Kj&i; 
:oo(t  V^^^ft^  l^-ipl  J  »  >iV>  ^oj^  ^>oVdo  ^^!  |p^  l^!*J^  K^Jì^K^     oiKxa 


l^o^s^f  )K->^-*i!^  ^^^o^)^9  OÓI9   :^A^ooo  In^vw  Ij)^  ^90^  |ooi  ^1^ 
|V;i;o  J^Mdf  «.«oi^  ou^-\;  K*| *\  v>  .1  >oo  iomuìÌ  ""^^  ""^.u&a  Jv^f    '^  v^i  ^ 

»^3o    -,t^U^l|   sQ^oi   0001   ^pàfo  0001   ^i^ìK.^  ^^01  ^|lO  ^n^OI  |3  I 

^4A    :^0|4     ^01     Ollo^     SdoJl     |f..«.^M    yQjf     I^A    ^    I^J^iJUL^    JKjypfi^f    OlK^pO    " 


I 


rpL  IH 

1"  a. 


comment  cettc  tunique  nous  ctumgerait-olle,  6  tHre  riilìciile?  Ne  vois-lu  pas 
qu'elle  se  détache  de  notre  corps  qui  s'avancc  vigoureusement  et  qu'clle  ne 
veut  pas  y  adhércr?  Et  lui,  il  la  repousse  complntement  conime  ne  lui  etant 
pas  familière.  Mais  nous  sommes  tout  à  fait  loìn  d'en  élrc  endonimagés,  nous 
qui  nous  ólevoiis  vers  une  pensée  sublime,  et  qui  tout  à  coup  en  un  insiant 
'  imitous  Iròs   bicn  notre  Seigneur  et  Sauveur  Jésus-Clirist.  De  mùme  que, 
lorsqu'ilfut  couronné  d'épines  par  Ics  Juifs  athécs  qui  se  raoquaieut  de  lui, 
eelui-ci  annon^a  au  préalable,  tomnic  par  un  synil)o!c,  le  mystère  profond  et 
cache,  par  lequel  il  prit  sur  sa  tètc,  à  l'instar  d'un  agneau,  le  pèché  du  monde, 
et  effaga  compiei ement  ce  péehé  qui  avait  fait  pousscr  pour  nous  des  épines   ì! 
et  des  ronces,  aiusi  nous  aussi,  par  un  patieut  courage  dans  le  combat  du    ■ 
martyre,  nous  émousserons  et  nous  mcpriserons  la  mollesse  et  la  peur  dans  ces   1 
tuniques  de  femmos.  Cur  le  Ghrist  exercera  maintenant  encore  la  puissance 
de  Dicu  le  Pere  par  de  semblables  phénomènes  partieuliers.  »  ■ 

Pendant  quo  ces  athlètes  méditaient  et  disaient  ces  paroles  et  d*autres  du  11 
méme  genre,  et  qu'ils  étaient  conduits  au  milieu  do  la  ville,  le  tyran  Ics  appe-  I 
lant  subitcmont  près  de  luì,  se  mit  à  les  ramener  de  lenr  errcur,  corame  s'ils  ■ 
s'étaient  trompés,  à  rire  et  à  se  moquer  du  grand  mystère  de  la  religion.  Il 


Digitized  by 


Google    ^J 


I 

I 


I 
I 


ooi^  t^rftViN  la^fiD  0/  y^^  |^^£o0  liviSf  rp^^o  ftC^wi^f  io^^aA9  ^i 
fioKjOo  ^9f^^  ^0   K^l^^b^  NJ^^-^^^ll;   jK^oK^  ^0;  oòi^  *Jf-^    t— ^ 

|k.ÉOt^  ""^S^ocQo  s^oi^wf    I  '  "^"^  p  :),^J;t^  vQJoi  ool  ^#^01  JLo^o 

Jia^^Mo  ^MuEm^^i  JJ  II^^Om  ^-^?  :|pl3o  |^9  0001  ^oomÌ^^  ]i.i  UM^t 
1;^.^  wOioK^/    )ì^-^!  vJ^(^^   s^oioK.«/f    ^^   ^Qt  j>  JJ|  4  '"  *  >V>   ^^^/   :ooot 

t.«««of  ^:>0  *It^y  ^^^  fc  >f  *  ^|f  v^oi  yi^^^k^^oo  Joout  Kj|ju.j»<o  ts^JÌ|gk\i.*fts,i-^ 
:|.rf^^  JJ^ots^  i^^l  ^.^00  :|K,i^.^^^  ^-^  i.-^wfi^  ^  -f  ^^  jl  ool  J_JL#f i> 
•.oiK^i^^^M  o^f  "^«of    ,1  «^  -^-^      ^A.fle»  oy^i^ii^  |.^^\t  f^^n^v  Jio^dS.  pò  MqLii 


dit  :  a  Quel  besoiii  avez-vous,  ò  insensés,  cradorer  ce  fils  du  charpentier  qui 
naquit  d'uae  vierge  souillée  par  la  fornicalion  avant  le  festin  legai  (iiuptial)? 
Lui  que  les  Juifs,  parce  qu*il  transgressait  la  loi  et  excitait  des  troubles  dans 
leur  peuple,  condamnèrent  au  supplice  de  la  croix.  » 

A  ces  mols,  les  saiuts,  aiguisant  par  les  prières  leur  langue  qui  parlait 
d'une  manière  divine,  direni  :  «  Ce  n'est.  pas  couimc  vos  dieux  ridìcules  qui 
ctaicni  des  hommes  raisórables  et  débauchés,  sortìs  d'unions  illégales  et  de 
raduUèro,  qne  naquit  le  Clirist-  Mais,  parce  qu'il  est  Dieu,  il  est  véritablement 
le  Bis  du  charpentier;  il  est  de  Dicu  le  Pére  par  son  Verbe  et  sa  Sagessc,  il 
est  la  vie  en  personne,  et  il  a  été  engendrc  de  lui  avant  les  mondes  sans  corps 
et  sans  passibilité*  Il  nous  a  fabriqués*  pour  le  eiel  et  la  terre.  Tonte  créa- 
ture Bupérieure  dn  cìel  sous  forme  d'anges,  alors  qu'elle  n'existait  pas,  il  lui  a 
donne  Fétre.  Il  a  voulu  devenir  honime  saiis  changcr  (de  nature)  et  volontaire- 
ment  à  cause  de  nona  qui  étions  perdus  (par  le  péché).  II  a  été  cngendré  par  le 
Saint-Esprit  sana  passibilité  et  sans  peccabilité  d'une  mère  vierge,  En  subis» 
sani  *  dans  la  chair  et  volontairement  la  mort  sur  la  croix,  il  a  fait  connaitre 
qu'il  avait  subì  cette  mori  non  pour  lui  mais  pour  nous-mémes,  alors  qu'ilest 

cliurpenlier  »  et  TfXTotivw  u  fabriquer,  créer», 


fol.  in 


1.  IJ  stillile  \  wvoìr  ici  un  jeu  de  nuAs  unire  T^xTtav 
qQ«  le  iraditcteur  syriatiue  a  cberché  à  reiidre. 


Digitized  by 


Google 


4 


DO 


SEVÈRE  D  ANTIOCflR. 


[901 


JKjl^  ^-^0  yxQ  i^o^  <^K^l  ^  :)joi^  Qf.N  Afl>  ^^!  vK,^^,^->o  jt/ 


^  l^^.^&^oJK.M  :M<^  ^^  9^^  Ji^-^  ]''!<>  U^^  y^l   ^^!  ^-«^ot  J*o^ 

rjooi  1^'^  ^#^oi  yfi\  'y^lKjf  ^lOM  K^od^;  oói  )fl/  lo^  :yooiLofK«oo 
COI  -np^  '^  -  ^  '1^  y^  VI  NILu^o  .oot  )fl7  tiriJi^  rn  \  ^v!i>  )U^à^fì3o|f  oot 
oooi  Qtox^j  v^^!  ^^  .')Ì^^X^^»  V^ói  ^i;   ),Aa^;  fjo^a^  )ooi  ^..ofoK^I; 

i3  J,^iy>  |J)4i^  yooMpt^^flD  Jooi  >■■■  '^yto  y^ooCbi.  joot  ^«^^1  s^kl^^^i^»^/  oot 

^^N^  f^^^  /Voli  Ijl^H^;  's£OQà-d  w;  JjKj^o^ò^  Jooi  ^^a^  f -**^  -^  -  ^-  -  >N 
)iK;;^flp  f^f  >  >\ot  -%  :oiì^  ^^>^;  ^i^oi   )l4..0d  ìK^  ^-^  :»n  .^^  ot  fl&ya 


rossiiscité  d'entre  les  morts  Io  troisièmc  jour.  Il  ix  déliù  les  liens  de  renfer,  et 
la  preuve  résulte  de  ce  fait  quo  bcaucoiip  de  corps  de  sainls  qui  étaient  eiitcr- 
rés  se  levèrent  et  s'empressòrent  de  se  rendrc  à  la  ville  sainte.  b 

A  CCS  paroics,  le  tyran  demeura  corame  muel  et  sans  voix,  et  par  cotte 
théologie  il  fut  en  quelqiie  sortu  pris  de  verlige  et  frappé  de  paralysie.  11 
ne  savait  que  faire,  mais  il  était  vaincu  par  leur  courage,  11  ordoiiiia  que 
ceux-ci  fussenl  coiidiiits  vers  une  contrce  de  la  Méi^opotamie  quo  les  habi- 
tants  de  Fendroit  appellont  Enphratésie,  et  qu'ils  fusseiii  livrés  à  Antiochus 
qui  était  le  chef  dcs  troupes  servant  dans  ce  pays  et  qui  avait  été  appelé  par 
elles  à  prendre  le  commandeniont.  Ce  roi  impie  pcnsait  que  cet  ordre  tour-  to 
nerait  à  leur  lioiiti^  et  à  leur  mépris,  Antiochus,  se  confonnant  à  Tordre  re^u  J 
autant  que  possiblo  et  conime  il  le  falhiit,  les  interrogeait  et  examinait  leur  ■ 
conduite  au  moyen  de  queslions  et  d'épreuvcs.  Lorsqu'il  vit  qu'ils  étaient 
innexiblos,  il  donna  Tordre  de  mettre  anssitòt  en  prison  le  divin  Sergius- 
Quani  au  bienheureux  Bacchus,  il  ordonna  de  le  Trapper  sur  le  ventre  avec 
des  nerfs  de  boeuf  et  de  lui  appliquer  ensuite  les  mémes  coups  sur  le  dos, 
Après  avoir  supporlo  ccs  eoups  nombreux,  et  pour  aiuì^i  dire  innombrables, 
sans  faiblir  dans  son  esprit  et  sans  que  sa  languc  laissàt  cchapper  uno  parole 
faible  et  làche,  le  martyr  conlìa  son  àme  couronnée  au  Christ»  Tauteur  du 


Digitized  by 


Google 


m 


HOMRLli:  LVIL 


91 


Ut  *.^^iM     '•'N^Do  :)i*,t.o  oo«  t^>^^  U^!  -01^  )<^^  ^^>^  JIo^-mO  JlXv^ls,^  11; 


s^o^jfo  :|ooi 


«rfOt^ 


N^'   ^^^^oVKj  ^^o<_s$   :^' 


n 


|K3^|U 


^/   )oot  i\*flr>   K^JUmìO^  Jfoi^o  :J^.  jI  JI,  k xi  Joot  ^n  *  »m  lom  t^^  oi^ 


Tùl.   ut 
v"  n. 


I 

lo 

I 


combat,  tandis  quo  soq  corps  était  jtìté  dans  le  désort.  Ce  corps  fiit  gardé 
miraculensement  par  les  biHes  féroces  sans  subir  de  dommajTre  jusqii'i\  ce  que 
quelques-uns  do  ccux  qui  ont  l'habitude  de  praliquer  la  miséricordc  divine  et 
quelques  Fròres  chastes  Teussent  cnveloppé  dans  un  linceui  et  Teussont  livré 
à  la  tombe. 

Mais  Sergfius  fut  amene  à  dei^  luttes  plus  subtimcs,  lorsque  Bacchus  lui 
apparut  pendant  la  nuit,  Tappelant  aux  demeures  dea  bienheureux  et  lui 
inspirant  un  eouragc  inexprimable  et  de  la  joie.  Ce  juge  dur  et  très  *  cruci  *  ^''\  *'^ 
iinagina  pour  luì  un  genre  de  supplice  amer  et  dilTicile  à  supporter.  Il  fit  pre- 
parer  des  souliers  cloues  avee  des  clons  pointus  dans  lesquels  il  ordonna 
de  mettre  ses  pieds  et  de  le  faire  (lourir  devarit  non  char,  pendant  qu'i!  te 
eiiassait  d*un  fori  vcrs  un  autre  fort  voisin  qui  était  éloigné  de  neuf  milles. 
Sergìus  faisait  cela  avec  allégressc  en  disant  euivant  les  ini^tructions  de  TA- 
pólre  :  «  Jc  chausserai  et  jc  lierai  mcs  pieds  dans  la  préparation  de  i*Evan- 
gile  de  paix*.  C'est  bcaucoup  pour  moi  de  ressembler  aux  pieds  du  Christ 
notre  Sauvour  qui  furent  transpercés  à  cause  de  moi.  Jc  gémis  encore  à  cause 
du  manqne  do  ressemblance  des  clous,  parce  que  mes  mains  aussi  n*ont  pas 
élé  ctouées  commo  le  furent  les  sicnnes.  »  Après  s'étre  fortiiié  par  ces  paroles 


1.  CJ  Éphés.,  VI,  là. 


Digitized  by 


Googl 


^ 


c,2  ^^^^P         SEVÈRE  D  ANTIOCHE.  ^^^^  (92J 

oiJS^I  l-tDoi;  l^fojl  ;^^^Ka|  K^lff.&i^oo  K^|x^fluopó  jt^o^  ^"^^f  y^h  *oi^ 

yoou^fo  «3^iadof   oifo^XA   '"'^^  Jlio^iJL^  ^a^^«i^fc^.Uf  oi^  )ooi  ^tj   ^  :|jia 
^fo|;   JK^iQA   )K^.Éa  ji^v»  ^  p  ii^oi  :|j>^   01^   p  01^  |  1  m  vì^  sf^t-^  P 

rj^^MN^i^x^;   Ip^I^  ^1^!   U^l    -*^^^  i-^^  "^Z  "^^W  *ì^l  t^  "^^o^  lii^  M^iU/   I 
^  l^iojLd  €^  :  fis^pQOi  ^kOi.^;  J^N.«ooi  ì^iK»  |:^ì  /  ""^i^  K^^  gl^  ^'''^^  i^^^-ooi 


de  piété  sur  lesquelles  il  s*appiiyait  avec  confiance  et  fortemeiil  comme  sur 
un  bàton,  ce  mariyr  s'avau^a  et  accompHt  sa  course  dans  la  voic  qui  lui  avail 
été  tracée  de  cette  raaui(*re.  Dans  la  nuit,  la  piante  de  ses  pieds  qui  avait 
été  lésée  à  co  point  par  les  piqùres  des  clous,  nombrnuses  et  d'tiutaiit  plus 
douloureuses  qu'elles  élaient  étroitcs  et  aigues,  fut  guérie  par  la  gràce  de 
Dieu. 

Ccpendaut  ce  chef  qui  avait  moins  de  pitie  et  de  compassion  qu'unc  bète 
feroce,  alors  qu'il  aurait  dù  ótre  converti  par  ce  miracle,  augmenta  sa  sottise. 
11  ordonna  que  le  voyageur  vertueux  et  diligent  courùt  avec  les  mùraes 
chaussures,  de  la  mènic  manière,  la  mème  ótendue  de  chemin,  Celui-li\  avait 
parie.  Celui-ci  n'hésita  nullement;  il  s'empressa  d'ohcir  en  disant  :  «  Je 
courrai  maiutcnant  eiicore  comrae  devant  Tautel  du  Christ.  Non  pas  oc  Fillé- 
galité'  3>,  suivant  la  parole  du  Psalmlste,  mais  la  justice  de  mon  talon  m'en- 
tonrera.  J'aurais  été  làche,  si  j'avais  pensé  que  jc  niarchais  sur  la  terre  et 
non  pas  dans  la  voie  qui  conduit  au  cieL  u 

Après  avoir  termine  sa  eourse,  comnie  saint  Paul,  et  gardé  sa  foi,  il  eut 
la  tòte  traricliée.  Tclle  fut  la  fln  de  ses  corabats.  Dans  un  endroit  appelé  dans 

1.  P*.  XLVUi,  ti,  Seplanle. 

Digitized  by  VjOOQIC 

L 


I 


1 


[93]  ^^^^^  HOMELIE  LVIL  ^^^^^^  93 

^  xjZoXflpfo  fipoft  o^M  ffOXA  ooi  >^^o^|  or^^f  fì,fii>v>  ^.^.^^^  'hUl 

jlo^Oi  Kxu«,f  ^^1^  i.i-3019  ixa^l  JioVax^  o/  ì  "^^   ^^;   ^^#.Xoi  JUo  ^^^i^ 

Jl  |3o  :)KX^9  jlto  K^JL^N^ji.»  1  -  '^■/^^  ooi;  p^|  ^ ;^  ^^  t^  -^^^!  v^òi 
còl  o«^9  |1«^«  K.1^39  JK^i^  lo^  :).^^a^9  jiio^  ^^  ,  <*  ^K  ^n^  y^f^ 
^  lo£^9   j^-^^f^i   It^^  yoci,*!^^      -\^  ^*A\^  ^  .^^j7  lv^i*>:>o  Ir^s^D 

'fi  )^M>rfj^à^9 
xoK,a-ì\  ou>9  «^  :|Ì0|Jif  óiiS^^j.^  ^omK^/  V*^/    T^/l!  \pKi|  ^>1m 
w^  ftOrào  rooltf  Ijoò^  fBwX^aJL^  \ff^  **\oBsjf  ^^«^^Jk^  i^o**^  9^  :^ 


fili,  nt 

V.  b. 


k 


la  langiie  du  payn  Re^àpha  il  Jéposa  la  poussière  venèree  de  son  corps  qui 
opere  des  milliers  de  prodiges  et  de  cures;  il  sanctìfla  toute  la  route  qui  y 

Pconduit  par  le  saiig  qui  ooiihi  *  de  sea  taluns,  et  il  aveugla  par  les  gouttes  de  ce  * 
sang  roeil  impudique  du  serpeut  qui  ópic  notre  talon  et  doiit  la  téte  est  épiéc^ 
Nous  douc,  lùTsque  le  démon  sènio  daus  nos  coeurs  des  peusées  perverses, 

Inous  devons  épier  les  commeiieenieuta  a  Tinstar  de  la  tète.  Lui,  de  sou  Gòié^ 
il   L'pie  les  talons,  c'cst-ù-dire  la  marche  do  nos  ponsées  qui   lui  sout  iu- 
conaues,  au  moyen  des  paroles  ou   des  amvres  externes^  aliu  quo  de  cette 
manière  il  nous  pousse  par  Tamour  du  plaisir  daiis  la  fosse  du  péché  et  nous 
^   tasse  perir  afuèrenient.  Cesi  puurquoi  les  habitauts'*  du  pays,  fuyant  avec 
■    energie  et  vaillance  la  servitude  du  démon,  sans  étre  nullement  lésés  par  colui 
I    qui  épie  le  talou,  so   rcudent  vers   le  monument  du  martyrium  vènere  et 
honoré  de  Sergius  et  prenuent  sur  eux  le  joug  de  la  conuaissance  de  Dieu 
qui  se  trouvo  dans  le  Christ. 

■15  Vous  voyez  quels  sont  los  mels  du  festin  pour  lequol  vous  m'avez  retenu, 
vous  d'une  amilié  si  riclie,  Monircz  dono  ce  festin  d'une  manière  complète. 
Accordez-moi  vos  prières,  en  demandant  au  Christ  le  Dieu  toul-puissant  qu'il 


fuL   111 
v-*  li. 


1,  Cf.  Geaèse,  m,  lo.  ìSeplanle*  —  2.  U  ftiut  sans  duule  lire  1**-^^  au  lieu  de  j*»^;»* 


Digitized  by 


Googl 


94  SEVÈRE  D'ANTIOCHE.  HOMÉLIE  LVII.  [94] 

me  favorise  d'un  retour  bon  et  qui  lui  plaise  vers  la  ville  d'Antioche.  A  lui 
appartiennent  la  gioire  et  le  pouvoir  avec  le  Pére  et  le  Saint-Esprit  mainte- 
nant  et  en  tout  temps  pour  Téternité  * .  Amen  I 

1.  Gf.  Ép.  de  8.  Jude,  25. 


Digitized  by 


Google 


Digitized  by 


Google 


Digitized  by 


Google 


LES  PLUS  ANCIENS 


MONUMENTS  DU  CHRISTIANISME 


PATR.   OR.  —  T.   rV. 


Digitized  by 


Google 


Digitized  by 


Google 


LES  PLUS  ANCIENS 


MONUMENTS  DU  CHRISTIANISME 


PATR.  OR.  —  T.   IV. 


7 


Digitized  by 


Google 


Digitized  by 


Google 


LES  PLUS  ANCIENS 

MONIMENTS  DU  CHRISTIANISME 

ÉCRITS  SUR  PAPYRUS 

TEXTES  GREGS  ÉDITÉS,  TRADUITS  ET  ANNOTÉS 

PAR 

le  Dr  CHARLES  WESSELY 

Gonservateur  de  la  Bibliothèque  imperiale  de  Vienne. 


■a'^aaajQ(y^aaB" 


Digitized  by 


Google 


PERMIS  D'IMPRIMER 
Paris,  le  9  novembre  1906. 


G.  LEFEBVRE, 
vie.  gén. 


Tous  droits  réservés. 

Digitized  by 


Google 


AVERTISSEMENT 


Quels  sont  les  plus  anciens  monuments  écrits  du  christianisme  ?  de 
quelle  epoque  datent-ils,  d'où  proviennent-ils  et  quel  est  leur  caractère  ? 
quels  sont  les  renseignements  historiques  qu'ils  nous  donnent? 

Voilà  les  questions  auxquelles  nous  nous  sbmmes  propose  de  ré- 
pondre  dans  ces  pages.  C'est  maintenant,  seulement  depuis  quelques 
années,  qu'il  vaut  la  peine  d'entreprendre  un  travail  tei  que  le  nótre; 
car  la  réponse  aurait  été  tout  autre  si  nous  avions  eu  la  méme  tàche 
avant  les  grandes  découvertes  des.  dernières  années.  Jusqu'à  nos  jours 
cn  effet,  les  plus  anciens  monuments  écrits  du  christianisme  étaient 
les  vieux  manuscrits  de  la  Sainte  Écriture,  volumes  de  parchemin 
datant,  probablement,  du  iv®  ou  du  v®  au  vi^  siècle,  dont  la  date 
précise  est  discutée,  et  qui  ont  été  écrits  à  une  epoque  où  la  liberté 
et  la  victoire  du  christianisme  étaient  acquises.  Mais  la  littérature 
chrétienne  avant  l'empereur  Gonstantin,  à  l'epoque  des  persécutions , 
datant  des  premiers  siècles,  n'avait  pas  laissé  la  moindre  trace  : 
aucun  fragment  des  exemplaires  de  la  Sainte  Écriture  ou  d'autres 
ouvrages  littéraires,  aucun  fragment  d'un  acte  relatif  aux  chrétiens, 
aucun  originai  d'une  lettre  chrétienne  n'avait  survécu;  tonte  notice 
écrite  du  nom  de  Jésus-Christ  avait  disparu. 

Ce  fait  fut  cause,  en  première  ligne,  par  la  fragilité  du  papyrus, 
c'est-à-dire  de  la  feuille  sur  laquelle  on  a  écrit  le  plus  ordinairement 
dans  l'antiquité  gréco-romaine  :  le  papyrus  servait  en  effet  à  la  tradi- 
tion  et  conservation  des  pensées  humaines  et  de  leur  forme  visible,  qui 
sont  les  mots  écrits,  comme  aujourd'hui  le  papier,  et  au  moyen  àge  le 
parchemin.  Des  milliers  de  livres,  des  myriades  d'actes  publics  et  privés 

Digitized  by  VjOOQIC 


ino  ^         AVRRTISSKMKNT.  -  ^ 

ont  ri(alenienl  (lis[iaru  parce  que  le  papyrus  a  i*rri.  Sa  qualilr*  frai^nle 
soiilTro  eii  rllVt  ile  l'ininìulitr  boaiicoup  plus  encorv  fjue  notro  papier, 
Cependant,  un  pays,  l'Kgypte,  iious  a  conserve,  tfritre  a  sou  cliiiuit  par- 
lieulier,  une  tpiaiitité  do  papyrus  cach«3S  sous  io  sable  du  désert  et  soiis 
la  lerro  des  ruliies,  ouldiés  depuis  des  sifecles  et  découverts  de  nos 
jours.  Nous  avoiìs  vu  de  cette  manière  une  résurrection  lìtt«iraire  de 
rantiquité,  en  de  vieux  oxemplaires  lels  qu  ils  ont  été  ucrìls  sur 
papyrus,  sans  rintermédiaire  d*une  tradition  séeulairc  qui  peiit  di'for- 
iner,  mutiler  et  intime  reniplaeer  les  originaux. 

(Testdans  ces  papyrus  que  se  trouvent  les  plus  aneiens  nioiiuiiieiils 
eerits  du  ehrìstianisine,  et  nous  réunirons  ici  tout  ee  qui  est  antérieur 
au  conimencement  du  iv''  sieele  ;  re  soni  les  moiuiments  tu  rits  a  Tcpoque 
du  paganismo  et  des  perséeutions,  des  ir\   [l'-in^,  ili'  et  in'-iv''  sièeles. 

Di  VISION.  —  Ces  aoeiens  monuments  éiTits  se  partagent  en  deux 
grandes  classes  :  les  actes  et  les  fragmnfìs  tiiféraires  ou  quasi  lit- 
léraires. 

Ghacune  de  ces  deux  classes  est  déjà  caraclérisée  par  la  forme  du 
papyrus  sur  lequel  an  a  écrit.  Il  Taut  d'ahord  observer  que  ehaque 
papyrus  a  deux  eotés  tres  dìITérents  :  Tua  a  des  fihres  horizonlales  ~) 
(Recto),  Tautre  verticales  (||t)  (Verso). 

Les  actes  sont  publies  ou  privés  (icì  il  s'agit  des  at*tes'publies  de 
la  persécuiìon  de  230  et  de  lettres  prÌ\Y*ess  \a'H  actes  publies  de  nioyenue 
grandeur  ont  <He  eerits  sur  le  recto  d'un  morceau  de  papyrus  deeoupé 
d'un  roub^au,  dans  le  sens  des  fibres,  dans  une  senio  colonne  dout  la 
hauteur  est  quelquefois  plus  grande  qne  la  birgrmr.  Les  lettres  ofTrent 
le  mSnie  aspect;  elles  sont  parfois  écrites  sur  phisieurs  colonues,  ee 
qui  fait  alors  agrandir  la  largeur  du  papyrus. 

Les  textes  des  ouvrages  littéraires  ont  été  copiés  coiimie  des  livres 
de  commerce  ou  btpu  sont  des  copii^s  privées.  Les  iivres  du  comrìwrce 
étaient  écrits  en  belb*  onciale,  sur  le  retto  de  longs  roulcaìtx  de  papif- 
rus,  en  beaucoup  de  colonnes  déc*riture  doni  la  largenr  variait  ile  ìli  a 
35  lettresà  la  Hgne  'ces  deux  limites  ont  été  j»arfois  dépassées).  Le  verso 
a  élé  laissé  ordinairement  e/i  /datic.  Si  dout*  nous  trouvons  un  fragment 
en  écritun*  onciale  écrit  sur  le  recto  et  dout  le  verso  est  laissé  eii  blanr, 
nous  pouvons  conclure  que  c'est  un  fragment  d'un  rouleau  (voyez  n°  1 4j, 


Digitized  by 


Google 


;7j  AVERTISSEMENT.  101 

Les  copies  privées  ont  été  exécutées  d'une  tout  autre  manière;  récriture 
n'est  pas  la  belle  onciale  exclusìvement,  elle  est  plus  ou  moins  entremèlec 
avec  la  cursive  et  on  se  servali  souvent  du  verso  d'un  papyrus  dont 
le  recto  avait  servi  pour  d'autres  textes  ou  pour  des  ócritures  diverses 
'a*"  i-3).  Souvent  aussi,  pour  économiser  le  papyrus,  on  le  pliait  et  le 
reliait  à  la  manière  de  nos  livres,  c'est  la  forme  du  codex  dont  chaque 
feuille  porte  la  méme  écriture  sur  les  deux  còtés. 

Dks  abréviatioxs.  —  L'écriture  cursive  grecque  des  actes  offre 
beaucoup  d'exemples  d'abréviations  indiquées  par  un  ;,  tandis  que  les 
textes  littéraires  et  l'onciale  grecque  et  copte  ne  connaissent  qu'un  cer- 
tain  nombre  de  mots  qu'on  pouvait  abréger.  On  y  trouve  une  doublé 
méthode  :  Fune  est  celle  des  anciens  textes  grecs  qui  coupent  les  mots 
au  commencement  sans  avoir  égard  à  leur  fin,  p.  ex.  ir.<7  pour  i>i<ro\»;;  ir€7 
pour  ^TfiTpo;,  cette  méthode  est  la  plus  ancienne.  L'autre,  que  l'on  rencon- 
tre  déjà  dans  les  plus  anciens  textes  chrétiens  et  qui  a  domine  ensuite 
pendant  le  moyen  àge,  unit  sous  un  trait  horizonlal  le  commencement  et 
la  fin  TTvx  pour  xv8'j;xa;  iDcp  pour  T^xr/fo  ;  Trpo;  pour  rxrpó;;  t;  pour  i7;<you;;  ^;  pour 
ypiTTCK;  ic  TTXC  TTOC  pour  mcovc  nxpicToc  ri:3cofnc.  A  l'époque  où  l'a- 
bréviation  IHC  du  nom  Jesus  fut  adoptée  par  les  Chrétiens  qui  par- 
laient  le  latin,  elle  regut  la  forme  latinisée  IHS.  En  ce  qui  concerne  le 
génitif  ItjìjoO,  l'abréviation  du  nom  grec  se  trouve  dans  un  papyrus  ma- 
gique  appartenant  à  l'auteur  (n*^  19)  IyÌu;  si  nous  latinisons  aussi  cetle 
forme,  nous  aurons  [hv,  et  c'est  peutétre  celle  qu'a  connue  Constantin; 
car  l'originai  latin  du  fameux  toutw  v(y.a  de  l'empereur  victorieux  : 
«  par  celui'ci,  tu  es  vainqueur  »,  au  dire  d'Eusèbe  qui  est  le  principal 
historien  de  l'epoque  constantinienne,  semble  è  tre  une  interprétation  de 
IHV,  c'est-à-dire  |(n)  h(oc)  v(ince)  lu  comme  abréviation  à  la  manière 
romaine  qui  adopta  la  première  lettre  des  mots  pour  représenter  le 
mot  entier,  par  ex.  HSE,  c'est-à-dire  H(ic)  s(itus)  E(st). 

Quoi  qu'il  en  soit,  les  monuments  offrant  l'abréviation  IHC  doivent 
ètra  très  anciens. 

Nous  donnons  entre  parenthèses  (     ),  dans  notre  texte,  l'interpréta- 
tion  des  abréviations,  par  ex.  'Iv}<y(ou;),  '^yi^toO)?. 

Les  lacunes   sont  indiquées  par  [     ];  le  nombre  approxìmatif  des 
lettres  par  des  points,  par  e?^.  [....]  lacune  de  quatre  lettres  enviroa. 


Digitized  by 


Google 


102  AYERTISSEMENT.  [K 

Mais ....  sans  parenthèses  remplace  quatre  lettres  qui  ne  sont  pas  de 
le^on  sùre.  Le  poìnt  mis  au-des8ous  d'une  lettre  ìndique  que  sa  lecture 
est  douteuse.  Enfin,  'o'  signifie  que  la  lettre  o  est  mise  au-dessus  de  la 
précédente. 

I^s  fautes  des  textes  sont  corrigées  par  1.  (lisez). 

Les  doubles  parenthèses  [[  ]]  indiquent  les  lettres  erronées  du 
manuscrit  qui  sont  à  supprimer,  [(     )]  une  abnWiation  dans  la  lacune. 

Lies  parenthèses  aiguès  <  >  caractérisent  les  mots  omis  dans  les 
textes  et  rétablis  par  nous. 

Gomme  conclusion  d'une  longue  étude  de  ces  fragments,  qui  sont 
les  plus  anciens  monuments  du  christianisme  et  les  plus  précieux  de 
tous  les  écrits  qui  existent,  et  qui,  par  un  hasard  merveilleux,  nous  ont 
été  conservés  pour  témoigner  de  Texistence  du  christianisme  et  de  la 
littérature  chrótienne,  ainsi  que  de  la  propagation  rapide  et  prodigieuse 
de  cotte  religion,  nous  pouvons  affirmer  qu'il  serait  absurde  de  dou- 
ter,  méme  un  moment  seulement,  de  Tauthenticité  de  ces  textes  sur 
papyrus, 

Ch.  Wessely. 


Digitized  by 


Google 


TABLE  DES  PAPYRUS 


CIIAPITRE  PREMIER 

LES    ACTES    nÉDIGÉS    A    l'oCCASIOX    DE    LA    PERSÉCUTION    DE    DECE. 

1  Papyrus  provenant  de  Théadelphia  dans  le  Faioum  ;  coUection  de 

Vauteur an.  250 

2  Papyrus  provenant  d'Alexandrou  Nésos  dans  le  Faioum;  Mnsée  de 

Berlin an.  250 

3  Papyrus  provenant  d'Oxyrhynchos;  £g-^/>^  ^a:/?/ora/io/i /'/i/irf.  .  .         an.  250 

4  Papyrus  provenant  de  Philadelphia  dans  le  Faioum  ;  collectinn  de 

S,  A.  L  l'archiduc  Rainer an.  250 

5  Papyrus  provenant  du  Faioum;  Musée  d'Alexandrie  [Égyptc),  .  .         an.  250 

CIIAPITRE  II 

LES  LETTRES  CURÉTIENNES  SUR  PAPYRUS. 

6  La  lettre  de  Psenosiris,  provenant  de  la   grande  Oasis;  British 

Museum iii^-iv*'  siede 

6'    Aete  de  déportation,  provenant  du  distriet  d'IIermopolis  Magna;  environ  entro 

collection  de  S.  A.  I,  l'archiduc  Rainer an.  285-304 

6**    Aete  de  déportation,  provenant  du  distriet  d'Hermopolis  Magna; 

collection  de  Florence .    an.  301 

7  Lettre  envoyée  de  Rome,  provenant  du  Faioum;  collection  de  Lord 

Amherst entro  265-281 

7"    Épitre  aux  Ilébreux  i,  1  (mème  papyrus) — 

7^    Genèse  i,  1-5,  d'après  les  Septante  et  Aquila  (mème  papyrus).  .  .  — 

8  Lettre  de  Justin  à  Papnouthios  ;  collection  de  Heidelberg^  fonds  de 

Reinhardt -. iv«  aiècle 

CHAPITRE  III 

FRAGMENTS    DE    LIVRBS    GANOMQUES. 

9  Saint  Matthieu,  chapitre  i,  provenant  d'Oxyrhynchos  ;  Egypt  Ex^ 

ploration  Fund iii'-iv«  siede 

10  Saint  Jean,  chapitres  i  et  xx,  provenant  d'Oxyrhynchos;  Egypt 

Exploration  Fund in*  siede 

11  Épitre  de  saint  Jean  aux  Romains  i,  1-7,  provenant  d'Oxyrhynchos  ;    iv®  siede,  com- 

Egypt  Exploration  Fund mcncement 


Digitized  by 


>^oogle 


m  TABLE  DES  PAPYRIS.  jo 

ClIAPITRE  IV 

FRÀGMENTS    DE    COLLEGTIONS    DE   PRÉTENDUES    SENTENCES    DE    JÉSrS. 

12  Les  soi-disanl  Logia  de  Jesus,  provenanl  d'Oxyrhynchos  ;  Egypt 

Exploration  Fund ii"  ou  iii^sièck 

13  Les  soi-disant  Nouveaax  Logia  de  Jesus,  ppovenant  d'Oxyrliynchos  ; 

Egypt  Exploration  Fund iii^  sièclc 

14  Le  fragment  relatif  au  reniement  de  saint  Pierre,  provenaot  d'Ile- 

T9iAéo^o\vs\  collection  de  S,  A.  L  Varchiduc  Rainer iii*  siede 

15  Le  fragment  d'un  soi-disanl  évangile  perdu,  proyenant  d^Oxyrhyn- 

chos;  Egypt  Exploration  Fund ii**  cu  iii'sièfle 

CHAPITRE  V 

EXTRAITS    DES    PAPYRUS    MAGIQLES. 

16  Premier  exlrait  du  papyrus  magique  de  Paris;  Bibliothèque  Na- 

tionale iiiM\^  siede 

17  Un  texte  de  la  litléralure  copte  chrétjenne;  collection  de  S,  A,  L 

Varchiduc  Hainer in"  siede 

16"    Deuxième  exlrait  du  papyrus  magique  de  Paris;  Bibliothèque 

Nationale iii*-iv«  siede 

18  Exlrait  du  papyrus  V  de  Leyde;  Musée  des  antiquitcs  de  Leyde.     iir-iv*  siede 

19  Extraìt  d'un  papyrus  magique  provenanl  du  Faioum;  collection  de 

Vauteur iii*-i\^  siede 

CHAPITRE  VI 

TEXTES    DIVERS   DE    LA    LITTÉRATURE    CHRÉTIENNE. 

20  Fragment  d'un  papyrus  provenanl  d'Akhmfm;  Paris,  BiblioUtèque 

Nationale .-  .  .  .  .     iir-iv*  siede 

21  Une  prióre  chrcticnne,  provenanl  d'Oxyrliynchos;  Egypt  Explora^ 

tion  Fund iii*-iv«  siede 

22  Fragment  du  Pasteur  d'Hermas,  provenanl  d'Oxyrhynehos;  Egypt 

Exploration  Fund in'  siede 

SS3    Fragment  Ihéologique  contenant  un  passage  du  Pasteur  d'Hermas. 

\ivo\QTidJiià'OTiYT\\yT\c\\os\  Egypt  Exploration  Fund iii*-iv' siede 

2At    Vieflx  fragment  Ihéologique,  provenanl  d'Oxyrhynehos,  n^  210; 

Egypt  Exploration  Fund ni*  siede 

25  Fragment  Ihéologique  provenanl  d'Oxyrhynehos,  n**  405  ;  Egypt 

Exploration  Fund ir-iii'  siede 

26  Fragment  d'Irénée,  provenanl  d'Oxyrhynehos,  n**  400;  Egypt  Ex- 

ploration Fund Ili*  siede 

27  Une  inlerprétation  de  mols  hébreux  (Onomasticon  sacrum]  ;  collec- 

tion de  Heidelberg,  fond  de  Reinhardt iV*  siede 

28  WtWYv^'xwniò  c\\vé\XQVi\  collection  de  Lord  Amherst iv**  sièd^ 


Digitized  by 


Google 


LES  PLUS  ANCIENS 

MONUMENTS  DU  CHHISTIANISME 


Entre  les  pays  voisins  du  berceau  du  christianisme,  TÉgypte  fut  un  dcs 
premiers  à  recevoir  TÉvangile  et  à  favoriser  sa  difTusion  rapide  dans  tous  Ics 
endroiis  et  dans  toutes  les  classes  de  la  population.  Beaucoiip  de  circon- 
stances,  et  non  pas  seulement  la  situatìon  géographìque,  y  contribuèrent,  car 
il  y  avait  entre  TEgypte  et  la  Judée  une  filiation  ìntime,  effet  des  analogies 
politiques,  administratives  et  économìques,  qui  facilita  la  propagation  de  la 
Donne  Nou velie. 

Les  deux  pays  ouverts  à  i'influence  de  rilellénisme  depuis  trois  siècles 
furent  unis  quelque  temps  sous  la  dynastie  des  Ptolómées*,  puis  sous  la 
domination  romaine.  En  ce  qui  concerne  l('s  institutions  administratives  et 
réconomie  publique,  plus  la  connaìssance  des  détails  augmente,  et  plus  sont 
nombreuses  ies  analogies  qui  s'offrent  à  Thistorieu.  Je  rappelie  seulement, 
comme  exemple,  Tinstitution  du  dénombrement  general  du  peuple  dont  saint 
Lue  ^  parie  au  commencement  de  son  évangile;  or,  la  papyrologie  qui  nous 
a  fait  connaftre  tant  de  détails  de  la  vie  privée  et  civile  de  FEgypte  à  cette 
époque-là  et  qui  nous  a  donne  Toccasion  d'étudier,  d'après  plusieurs  don- 
zaines  d'acles  authentiques  sur  papyrus  '  depuis  le  commencement  de  notre 
ère  jusqu'au  ni**  siècle,  tous  les  détails  du  dénombrement  general  en  Egypte, 

1.  A.  BoucHÉ-LECLEncQ,  llistoire  des  Lagifles,  Paris.  1903-5. 

2.  S.  Lue  II,  l-'i. 

3.  La  littérature  sur  Ics  Apographai,  c'est-à-dire  les  acles  de  dénonibriMueiil  générid,  est  assez 
grande  déjà.  Je  Cile  lo  n"  254  des  Oxyrhynchus  Papyri  de  l'an  80  environ,  les  papyrus  n"»  260,  261  du 
Dritish  Muscum  et  le  papyrus  de  Vienne  publié  dans  les  Sludien  zur  Palacographie  und  Papyrus- 
kunde,  IV,  1905  (Leipzig.  Avenarius  libraire-édileur),  pv  58-83  {ArsinoUischc  Verwaltungsurkunden  vom 
J.  7'?i3),  qui  soni  relalifs  au  cens  de  l'an  62.  Voir  aussi  Kenyox,  Classical  Review»  VII.  1893,  HO. 
ViERECK,  Philologns,  LII,  219  s.  Wilcken,  Oslraca,  I,  450  s.  Wessely,  Diejùngslen  Volkszahlangen 
und  die  ùUesten  Indiclionen  in  Aegyplen  dans  les  Sludien  zur  Palacographie  und  Popyrnskunde^  II, 
26-35;  Epikrisis,  p.  9  s.  {Académie  imperiale  de  Vienne,  Séances,  voi.  GXLII,  9,  1900).  Le  professeur 
Hamsay  dans  son  livre  fVas  Christ  born  al  Belhlehem  a  expliqu<^»  S,  Lue  ii,  1-4,  à  l'aide  des  nouveaux 
éclaircisscmcnts  papyrologiques. 


Digitized  by 


Google 


106  LES  PLUS  ANCIENS  MONUMENTS  DU  CHRISTIANISME.  n 

nous  a  révélé  des  analogies  assez  frappante»  dans  ce  détail  d^administratìcm 
entre  TÉgypte  et  la  Judée. 

Alors  dans  les  deux  pays  se  trouvait  une  race  indigène  opposée  à 
rilellénisme  et  luttant  contro  son  inlluence  politique  et  civilisatrice,  mais 
s'en  rapprochant  malgré  elle.  Le  Grec  fut,  en  Egypte  comme  en  Judée, 
la  langue  de  rintelligence,  et  cette  identité  de  la  langue  usuelle  dans  les 
classes  dkigeantes  et  intelligentes  favorisa  la  propagation  des  nouvelles  idées 
entre  les  deux  pays.  Il  est  aussi  à  considérer  que  les  Juifs  sortis  de  leur 
pays  et  arrivés  en  Egypte  y  étaient  chez  eux,  tant  Tólément  jaif  était  puis- 
sant  dans  la  population  égyptienne*.  On  sait  que  la  version  des  Sepiante 
naquit  en  Egypte,  où  Philon  le  juif  était  rivai  de  Platon^,  où  les  capitala 
avaient  leurs  quartiers  juifs,  et  nous  devons  au  hasard  de  posseder  maìntenant 
une  connaissance  détaillée  du  ghetto  de  la  rue  dite  Apolloniou  Parembolé  de 
la  capitale  du  Faioum,  c'est-à-dire  de  la  ville  d'Arsinoé  en  Tan  72,  gràce  aux 
éclaircissements  d'un  papyrus  grec'.  On  a  été  étonnó  de  voir  parmi  les  por- 
traìts  encaustiques  de  Tépoque  gréco-romaine  qu'on  a  découverts  en  Égjpte 
à  Roubayyat  du  Faioum,  il  y  a  quinze  ans  environ,  tant  de  physionomies 
juives  et  si  peu  d'indigènes.  C'est  une  marque  de  la  propagation  et  de 
l'extension  juive  méme  dans  les  provinces  du  pays*. 

L'Égypte  était  bien  préparée  pour  la  propagation  de  la  Bonne  Nouvelle'. 
Il  est  très  probable  que  les  premiers  chrétiens  en  Egypte  furent  des  Jui& 
hellénisants  et  que  saint  Marc  le  premier  christianisa  TÉgypte.  Le  chris- 
tianìsme  était  déjà  puìssant  dans  ce  pays  à  la  mort  de  saint  Marc  qui,  après 
avoir  préché  l'Évangile  en  Libye,  arriva  en  Egypte  et  dans  la  Thébaìde,  évan- 
gélisa  alors  les  environs  d'Alexandrie  et  la  capitale  méme;  puis,  entré  dans 
la  Pentapole,  il  y  établit  des  évéchés  et,  revenu  à  Alexandrie  après  d'autres 
voyages,  il  y  fut  martyrisé  en  62  ou  68*. 

Il  serait  trop  long  de  donner  méme  un  apergu  de  Thistoire  de  Téglise 
chrétienne  en  Egypte,  il  sullira  d'en  rappeler  deux  grands  chapitres  seole- 
ment;  Tun  est  Thistoire  des  persécutions,  Tautre  est  celui  des  hérésies. 

1.  Boucué-Leglercq,  op.  cit,,  I,  50.  E.  ScHÙRER,  GeschichU  des  Judischen  Volkes  im  ZeitalUr  lesa 
Christit  1. 1,  3,  Leipzig,  1901,  p.  66-70.  Th.  Reinach,  Textes  d'auteurs  grecs  et  j'omains,  reiadfs  qm 
Jadcùsme,  réunis,  tradulls  et  annotés,  Paris,  Lrroiix,  1896;  Juifs  et  Grees  dtvant  un  empereur  ro- 
main,  Revue  des  études  juives,  XXVII,  1893,  pp.  70-82;  L'emperear  Claude  et  les  antisémites  alexatt- 
drins  d'après  un  nouveau  papyrus,  Rev.  et.  juives,  XXX,  1895,  pp.  161-178;  Coraples  rend.  Ac.  laser.. 
1896,  XXIV.  G.  A.  Deissmànn,  Neuentdeckte  Papyrus fragmenle  zar  Geschichte  des  griechiscken  IwUuh 
lums,  Theolog.  Lilteraturzeilung,  XXIII,  1898,  pp.  602-606,  Oxyrhynchus  Papyri,  I,  n"  33,  papyna 
du  Louvre  68. 

2.  «  Ou  bien  Platon  a  èie  pbilonisant  ou  Philon  platonisant  »  d'après  Suidas. 

3.  Wbssbly,  Une  colonie  Juive  à  Arsinoé  au  Faioum  Van  72/3  de  notre  ère  :  Gongrès  des  orienU- 
listes,  Alger,  1905;  Studien  zar  Palaeographie  und  Papyruskunde,  I,  1901,  p.  8-10;  r\',  1905,  p.  60. 

4.  (Theodor  Graf),  Antike  Portràts  aus  hellenistischer  Zeit  (Vienne)  ;  W.  M.  Flinders-Petrie,  Kahan- 
Ourob  and  Hawara,  London,  1890,  pi.  I. 

6.  H.  Hyvernat,  Elude  sur  les  versions  coptes  de  la  Bible,  Revue  biblique,  1896-1897. 
6.  Tillemokt,  UisL  ecclés.  :  Saint  Marc;  Bolland.,  Ada  SS.  lun,  VII,  p.  12*-n*, 


Digitized  by 


Google 


[13]  LEUR  PROVENAXCE.  107 

L'Egypte  du  i**'  au  in*  siècle  de  notre  ère  offrali  au  point  de  vue  de  la  religion 
paienne  Taspect  d'un  panthéon  de  dieux  et  de  déesses,  ily  en  avait  d'égyp- 
tiens,  de  grecs  et  méme  de  romains'  ;  partout  il  y  avait  des  sanctuaires  et  des 
temples,  dans  les  villes  et  les  villages  du  pays,  avec  des  prétres  et  prélresses 
plus  ou  moins  dotés*,  soumis  au  règlement  administratif  qui  était  dans  la 
main  des  Romains  ;  ceux-ci  avaient  pris  et  réservé  pour  eux-mémcs  les  places 
les  plus  importantes  méme  dans  le  eulte.  Nous  connaìssons  bcaucoup  de 
détails  de  la  vie  religieuse  par  les  papyrus  trouvés  à  Socnopéonèse  *  dans  le 
Faioum  datant  du  ii*  siècle  avant  J.-C.  au  in"  siècle  de  notre  ère;  c'était  un 
vieux  sanctuaire  avec  une  hiérarchie  assez  compliquée  dont  le  mécanisme 
et  Torganisation  sacerdotale,  les  détails  de  la  vie  intime  des  prétres,  peu 
agréables  quelquefois^,  nous  sont  maintenant  révélés  par  les  papyrus.  Au 
point  de  vue  de  la  civilisation,  Tensemble  des  institutions  religieuses  et  do 
l^ordonnance  du  eulte  qui  persistaient  dans  des  idées  rétrogrades,  accom- 
modées  à  Fégoìsme  sacerdotal,  ne  fut  pas  capable  d'élever  les  coeurs,  de 
donner  de  la  force  à  la  foi,  de  consoler  les  malheureux,  de  faire  peur  aux 
méchants;  aussi  leur  résistance  contre  la  religion  chrétienne  fut  Irop  faible 
pour  entraver  les  progrès  de  la  nouvclle  foi,  progrès  qui  altiraient  enfin  Tat- 
tention  du  pouvoir  suprème  romain.  Elle  resista  avec  vigueur  aux  persécu- 
tions,  tant  étaient  puissantes  les  racines  qu'elle  avait  poussées  en  Égypte.  Les 
persécutions  les  plus  importantes  furent,  après  Sevère,  celles  de  Dèce  et  de 
Dioclétien,  connues  par  les  récits  d'Eusèbe;  nous  en  parlerons  plus  bas  encore. 
La  religion  chrétienne  en  Egypte  resista  aussi  à  un  autre  ennemi,  Thè- 
résie;  le  schisme  de  Novat,  Terreur  des  millénaires*,  l'hérésie  de   Sabel- 

1.  «  Jupiter  Capitolili  le  dieu  de  nos  ancélres  »,  dil  un  papyrus  de  Berlin  du  in*  siècle  provenant 
du  Faioum  :  Aegyptische  Urkanden  der  (Berliner)  KònigUchen  Museen,  362,  V,  5. 

2.  Les  temples  et  sanctuaires  de  la  ville  d'Arsinoe  dans  le  Faioum  sont  énumérés  dans  mon  étudc 
lopographique  :  Die  Stadt  Arsinoè,  Krokodilopolis»  in  griechischer  Zeit,  Académie  imperiate  de 
Vienne,  Séances,  voi.  GXLV,  4, 1902.  Il  y  avait  là,  dans  une  capitale  de  la  province,  un  Boubasteion,  un 
Demetrion,  un  Hermaion  (tempie  de  Mercure),  un  Kaisareion  (Gaesaris  templum),  un  Gléopatreion,  La- 
geion;  un  Nemeseion,  Nymphaion,  un  tempie  de  TOsiris  dlsis  et  d*IIarpocrate,  un  Soknopaiteion  (tem- 
pie du  dieu  Soknopaios),  Sekneptuneion  (chapelle  ou  tempie  de  Sekneptunis,  c'est-à-dire  du  dieu  Sebok 
de  Tebtunis),  un  tempie  du  très  grand  dieu  Suchos,  un  Paneion,  un  Sarapeion  (tempie  de  Sórapis),  un 
Tychaion  (tempie  de  la  Fortune),  et  un  très  grand  dieu  éternel  dit  Petesouchos  avec  ses  prétres. 

3.  A  ce  point  de  vue  on  peut  citer  Tintéressant  papynis  A  n'  247  de  Vienne  de  la  collection  archi- 
ducale,  date  du  24  Juillet  234;  les  préfcls  d*un  village  donnent  à  Temployé  des  finances  le  témoignage, 
corame  ce  fut  Tusage  tous  les  mois,  «  qu'il  n'y  a  rien  à  dénoncer  de  ce  qui  avait  élé  contre  le  regie- 
moni  pendant  le  mois  de  juillet  de  l'an  XIII  de  Sevère  Alexandre  (a.  234);  personne  entre  les  prèires 
ou  les  ordonnés  n'a  negligé  son  service  religieux  ». 

4.  Nous  avons  fait  une  étude  speciale  de  ces  papyrus  :  Karanis  nnd  Soknopaiu  Nesos,  Mémoires  de 
TAcadémie  imperiale  de  Vienne,  voi.  XLVII,  4, 1902,  p.  171. 

5.  Tal  publié  les  actes  d'un  grand  procès  relatif  à  la  dénonciation  de  deux  prétres  entre  eux  dans 
les  Papyroram  scripturae  Graecae  specimina  isagogica^  Leipzig,  Avenarius,  1901  ;  le  prétre  condamné 
dans  le  procès  contre  le  Asc  dut  payer  une  amende  assez  forte  parco  qu'il  avait  occupé  un  terrain  ap- 
parlenant  au  fise.  On  ne  respectait  pas  beaucoup  les  prétres;  c'est  encore  un  prétre,  nommé  Sto- 
toétis,  qui  se  plaintque  ses  débiteurs  au  lieu  de  rendre  Targent  le  menacèrent  de  mort,  lui  déchirè- 
rent  les  vétements  et  le  bàlonnèrent  (Berlin,  papyrus  36). 

6.  Les  chiliastes,  combattus  par  Denis,  évéque  d'Alexandrie,  étaient  répandus  surtout  dans  le  Faioum 
(Eusèbe,  Hist.  Eccl,  VII,  xxiv,  6). 


Digitized  by 


Google 


UìH  LF.S  PLUS  ANCIKNS  MOXrMKXTS  Dir  CHRIS TIANISMK.  [14] 

lius  y  ani  troiivé  des  seclateiirs.  L'Ègx  plr  avait  toujours  et»*  le  pavs  di*  la 
superstitioii  et  de  la  HorcellfTie,  qui  s'iMaieiiI  alliées  avec  un  mélange  d'idées 
rclij^ieuscs  de  diverses  époques  et  de  divorses  nations  :  des  idces  orphiqucs, 
senili itjues,  iraniennes,  ('^gyptiennes,  cl^rélieniies;  d'où  un  syncrétisine  qui 
flit  redìge  en  syslènie  par  les  Guostitjnes.  (domine  la  superstiiion  pénètre  par- 
toiit^  Ifift  idées  gnostiques  diirent  eire  Irrs  |>opnlaires;  ci  cui  eii  trouve,  en 
effet,  beaucoup  de  traces  et  beaueoup  ile  niunnmeiits  encore.  inette  i^uper- 
stilion  s'ótait  om|>ar<5e  aussi  des  ìdees  clirétiennes,  voilà  un  fait  jionr  laijpré- 
riation  de  riiilUicnee  et  iles  pnjgre^*  do  la  religioii  chrétieiine. 

Le  ehristiaiiisme  eii  P^gyptc  avait  au  coinnienceiiieiit  ses  raeines  dans  la 
soeiétr  juive  liellruisaiiLe;  il  «Hail  aUìrs  la  religiou  de  1  iiitelligeiice  du  p^iys 
doni  la  langue  étaii  le  grec.  I^e  grec  doniiiiait  à  eette  epoque  en  l*]gypte  :  il 
fui  la  langue  des  bureaux,  des  aclcìs  el  de  laduiinisfraiioii ',  du  commerce  et 
de  la  eorresponrlanee,  de  la  littérature  i*l  de  la  scicnce;  il  y  avail  des  aca- 
di^^uiies  greerjues,  dcux  au  moin^^;  la  langue  égypiieuue  indigène,  repoussée 
et  bannìe  dari«*  b's  hurf*anx  et  dans  la  bonne  soriété,  alla  perdro  sa  vieille 
«•eriture  dèniolique,  lille  des  liiéroglyplies  et  de  Lhiéralique  par  laquelle  elle 
avait  été  liée  au  paganisuir.  11  est  dtjue  Irès  probuble  que  la  B^niie  Nouvelle 
fut  expliqunc  dans  la  laugm-  de  rintidligeucc,  eVst-à-dire  en  langue  greeque 
qui  resta  la  langue  lìturgiquc  de  TEgvple  jusqu'apròs  la  couquéle  arabe; 
meine  à  Lépoque  é<jpte,  les  livres  liturgiques  élairut  trvs  snuvent  rédigés  dans 
les  driix  langues  :  en  grec  et  en  e<»ple, 

l^n  ronsequenee,  r'est  en  languì*  greeque  tjue,  l(*s  plus  anciens  niununients 
relatil's  au  eliristinuisrue  eu  Egypte  uous  soiit  parvenus. 

Enuniérons  maiuteuant  Ics  claases  de  i*es  uionnments  du  ehristianisme 
en  Egypte,  ant(5rieurs  a  réj^oque  de  ( louslantin  et  h  la  vifttjire  eomplète  de  la 
ndigioii  riirétirune  sur  le  |»aganismr. 

Ils  SMMl  peu  uombrenx  et  eucon*  uè  sunt-ils  eounus  ipie  depuis  peu  d  an- 
nées.  Cela  tieni  à  et*  ipu^  durant  les  Irois  preruiers  siècies  de  nolre  ère  cjui 
U(»us  oecup<"iit  seuls  Ì<^ì,  nu  éci'ivait  sur  papyrusT  suhstanee  Irès  fragile,  des 
livres  et  des  aet»*s  tpii  pcmvaient  a  peine  ù\vr  eu  usage  durant  quelques 
dizaint-*s  d'aunées.  Les  livres  de  la  ssiinte  Ecriture  qui  étaient  bis  le  pbis  sou- 
vent  (''taient  aussi  usés  le  plus  >iLc;  d'ailleurs»  pendant  les  perséeutions  on  les 
t^onlisr[ua  et  on  les  brùla;  si  Fon  tieut  compie  de  ccs  causes  et  dn  grand 


L  Vnìi'  H  ri-  |fiMFil  ilr  vur  mn  f^ì^^frffthfin  aiir  /rt  actcs  grcts  iliin?  i  iùtirtc  snr  fa  formv  ttes  rtctrx 
tìi'  tlroif  ftrirr  ftt  th'Off  mmnin  rf  thins  tv  hrs  tinrifu  th'ittf  frfffufti^,  \*ìv  tìvnvì  Sjilnnilanl,  iViris^  hii- 

2.  [,o  fiuiit'HV  iiiK-iór  d'AIrViinaric  il  !*•  iiiustu»  n  rciinin  ni  rHinm  il'UmnufHtiìs  Mngii:i  OuchiiitMi- 
tìMì,  V,  Ir  ilnrptis  papijmrunt  ffci Tn*ip*dÌtattoriim  «hnts  iin-i  Sitt^ìffft  zftr  Ihfiifeff^^Ttifihir  nntt  l*nptfrus- 
kuntlfi.  Vili,  V,  11N>5,  d"  Tifi,  2;  12^;  AiirV'Ii*  eiuiiNtHi,  <'\<'rl|i*in  t,  «^i*  i(Hrilirt<'  -  ilit  hhisìm»  «  rtminn'  on  ilil 
tfi.iintt'ruinl  «  a»-  t":ii*tMli'rm«'  »  :  n"  .VJ» 


Digitized  by 


Google 


[15]  LEUR  DECOUVERTE.  109 

iiombre  de  siècles  qui  se  sont  écoulés  depuis  lors,  on  sera  étonné  non  de 
ce  (ju'il  nous  reste  si  pcu  de  ces  documents  primitifs,  mais  bicn  de  ce  quc 
quelques-uns  aient  pu  arriver  jusqu'à  nous. 

Nous  ne  les  possédons  que  depuis  quelques  années  et  Thistoire  de  leur 
découverte  coincide  avec  le  développement  de  la  papyrologie  grecque.  Jus- 
qu'en  1881,  il  n'y  avait  pas  beaucoup  de  papyrus  grecs  en  Europe*,  150  en- 
viron,  assez  intéressants  pour  Thistoire  de  Téconomie  publique,  du  droit  et 
de  la  vie  privée  de  Tépoque  ptolcmaì'que,  mais  personne  ne  soupijonnait  les 
irésors  de  papyrus  cachés  cncore  sous  la  terre  égypticnne.  C'cst  en  1881 
qu'arrivèrenl  en  Europe  dcs  amas  de  fragments  de  papyrus  brisés,  trouvés 
par  les  Fellalìs,  avec  d'autres  antiquités,  en  crcusant  dans  Ics  décombres 
des  anciennes  villcs  du  Faioum  et  de  Ilóraclcopolis-Ahnas*'';  ces  fragments, 
acquis  par  rarchiduc  Rainer  d'Autrichc,  forment  une  collcction  dont  le  direc- 
leur  m'a  confié  la  scction  grecque.  De  longs  et  minutieux  travaux  devaient 
precèder  le  déchiffrement  des  textes  parcc  que  les  papyrus  ctaient  en  compiei 
dcsordre,  lels  qu'on  les  avait  trouvés;  souvent  ils  étaient  encore  coUés  les 
uns  aux  autres;  et  c'est  précisément  en  dócollant  un  amas  de  papyrus  datant 
du  111*  siècle  de  notre  ère  quc  je  rencontrai  en  1884  le  premier  monument 
du  christianisme  égyptien  écrit  sur  papyrus  à  une  epoque  antórieure  à 
Constantin'. 

En  1888,  je  publiai  le  grand  papyrus  magique  de  la  Bibliothèque  Natio- 
naie  de  Paris,  contenant  h  la  ligne  1227  un  exorcisme  au  noni  de  Jcsus- 
Christ  *.  Ce  papyrus  date  de  Tan  300  environ. 

Le  premier  acte  aulhentique  do  la  persécutioii  de  Dèce  (papyrus  du  mu- 
sée  de  Berlin)  fut  publié  par  Fritz  Krcbs  en  1893"*;  je  le  fis  suivre,  au  com- 
mencement  de  1894**,  par  un  autre  acte  de  la  meme  persecution  reconstitué 
par  moi  à  Taide  de  cinq  fragments  de  papyrus  brisé. 

Durant  ce  temps,  on  avait  fonde  on  Angle  terre  une  société  dont  la  branche 
Gréco-Romaine  s'occupe  avec  zòle  de  Texploration  scientifique  de  Tantiquité 
óg\^tienne.  Un  des  plus  remarquables  résultats  des  fouilles  exócutées  à  ses 
frais  par  MM.  Grenfell  et  llunt  fut  la  découverte  d'un  certain  nombre  de  très 


1.  Voir  rédidon  acadéinique  des  papyrus  du  Louvre  el  do  la  Uiblìollièque  Imperiale  dans  les  A'o- 
fires  et  Ejctrails,  XVIII,  2. 

2.  On  Irouvera  des  délails  sur  la  Irouvaille  du  Faiouui  dans  ma  Lettre  ù  M.  E.  Ilevittout  sur  //•.? 
rontrats  grecs  dn  Louvre  provenant  da  Faioum,  dans  la  Revue  égyplologiciue,  HI,  p.  161  s. 

3.  Un  premier  avis  a  élé  donne  dans  la  Oesterreichiscke  Monatssckrift  far  den  Orienl,  1884,  p.  172. 

4.  Wessely,  Griecfiische  Zauberpapìjrus  von  Paris  nnd  Lo/irfow;Mémoires  de  lAcadémie  de  Vienne 
(  Dcnkschriflen  der  philosophisch-hislorisclien  Klasse  der  Kaiscriichen  Akadcmie),  voi.  XXXVI,  1888. 
Wesselv,  On  the  spremi  ofjeirish-christian  reiigious  ideas  among  the  Egypiians  in  The  Kxposilor,  IV, 
p.  194  s. 

5.  Sitzungsàerirhle  der  Kónigtivh  preussisvhen  Akademie  der  Wissensrìtaften  za  Jìertin,  XLVII, 
1893,  ]i.  1007-101 'i  :  Ein  Libellas  eincs  Libellaiicas  rum  Jnhre  "2Ó0  nach  Chr.  aus  dem  Faijùm. 

6.  Wes8f.lv,  Ein  Libetlns  eines  Libellaticus  aus  dem  Faijàm  (Papyrus  Krzherzog  Rainer);  dans 
Anzeiger  der  pliilo<opliiscli-hislorisclieii  < '.lasse  vom  3  Janner  18y'i,  n"  1,  «le  l'Académie  de  Vienne. 


Digitized  by 


Google 


110  LES  PLUS  ANCIENS  MONUMENTS  DU  CHRISTIANISME.  [1$ 

anciens  monuments  du  chrìstianisme  ea  Égypie  dont  voici  la  liste  d'après 
Oxyrhynchus  Papyri  : 

I.  Logia  Jésou  2ad  or  3rd  century  A.  D 

IL  S.  Matthew  I  3rd  cent. 

IV.  Theological  fragment  3rd  or  4th  cent. 

V.  Early  Christian  fragment  3rd  or  4th  cent. 
CCVIIL  S.  John  I  and  XX  3rd  cent. 
CCX.  Early  Christian  fragment  3rd  cent. 
CCCCIV.  Shepherd  of  Herraas  Late  3rd  or  4th  cent, 
ecce V- VI.  Theological  Fragments  3rd  cent. 

ecce  VII.  Christian  Prayer  Late  3rd  or  4th  cent. 

DCLI V.  New  Sayings  of  Jesus  3rd  cent. 

DCLV.  Fragment  of  a  Lost  Gospel  3  cent. 

DCLVIIL  Certificate  of  Pagan  Sacrifice  a.  250. 

Voilà  donc  une  douzaine  de  précieux  fragments  ;  notons  que  onze  ne  sont 
datés  qu'au  point  de  vue  de  la  paléographie ,  et  que  leur  vàleur  est  diffe- 
rente. 

La  coUection  de  Lord  Amherst  of  Hackney  à  Didlington  Hall ,  Norfolk, 
formée  et  publiée  par  MM.  Grenfell  et  Hunt,  possedè  aussi  de  précieux  frag- 
ments de  Tantiquité  chrétienne  sur  papyrus,  à  savoir,  suivant  les  numéros 
de  Tédition  de  MM.  Grenfell  et  Hunt  : 

IL  Christian  hymn  first  half  of  the  fourth  century. 

III.  A  Lettor  from  Rome  probably  between  250  and  285  A.  D. 

Le  papyrus  n^  713  du  British  Museum,  publié  d'abord  par  MM.  Grenfell 
et  Hunt  dans  les  Greek  Papyri,  Series  II  :  New  classical  fragments  and  otkr 
Creek  and  Latin  Papyri,  Oxford,  Claréndon  Press,  1897,  fut  Tobjet  d'une  étode 
speciale  de  M.  Adolphe  Deissmann  :  Ein  OriginaUDocument  aus  der  diakleiia- 
nisclien  Christenverfolgung ;  PapyvMS  713  des  British  Museum.  Tflbingen  unJ 
Leipzig,  Mohr,  1902.  Epistle  of  Psenosiris  :  an  originai  document  from  the  Dii^- 
cletian  Persecution  (Papyrus  713  Brit.  Mus.)  edited  and  explained  by  A.  D-, 
London,  Black,  78  pp. 

Par  le  méme  savant  a  été  éditée  récemment  une  lettre  écrite  par  un  chré- 
ticn  au  commencement  du  iv"*  siècle,  conservée  dans  la  bibliothèque  de  Hei- 
delberg en  Allemagne  * . 

Enfin,  je  possedè  moi-méme  deux  monuments  de  Tantiquité  chrétienne  ' 

1.  VeròfTenllichungen  aus  dor  Heidclberger  Papyrus-Sammlung,  I  :  Die  Sepluaginia  Papffri  une  »*' 
dere  cUtchristUche  Texte  hcrausgegeben  von  D' theol.  Adolf  Deissuanm,  roit  GO  Tafeln  in  Lìcliid^K'^' 
Heidelberg,  ^Vinter,  1905. 


Digitized  by 


Google 


[17]  LEUR  DÉCOUVERTE.  Ili 

Tun  est  un  acte  de  la  persécution  de  Dèce  de  Fan  250,  Tautre  est  une  adjura- 
tion  au  nom  de  Jésus-Christ,  exorcisme  analogue  à  celui  du  grand  papyrus 
magique  de  la  Bibliothèque  Nationale  de  Paris.  Ces  deux  papyrus  sont  encore 
inédits. 

II  m'est  signalé  aussi  un  papyrus  du  musée  Gréco-Romain  d'Alexandrie 
en  Égypte,  contenant  un  cinquième  acte  de  la  persécution  de  Dèce. 

Tous  ces  papyrus  que  nous  venons  d'énumérer  et  qui  sont  du  plus  grand 
iatérét  pour  Thistoire  du  christianisme  dont  ils  représentent  les  plus  anciens 
monuments,  sont  dispersés  maintenant  dans  divers  musées  ou  publiés  dans 
diverses  collections  de  papyrus.  Cette  dispersion  m'a  suggéré  l'idée  de  for- 
mar un  ensemble  de  tous  les  textes  de  Tantiquité  chrétienne  sur  papyrus  qui 
me  sont  accessibles  et  de  les  offrir  au  public  dans  la  sèrie  de  la  Patrologie 
Orientale  de  IW  Graf&n  et  de  M.  Tabbé  Nau,  auxquels  j'adresse  mes  remer- 
ciements  pour  avoir  encouragé  mon  entreprise. 


PATR.  OR.  —  T.   IV. 

Digitized  by 


Google 


CHAPITHE  PRKMIKU 


LES  ACTES  RÉDIGÉS  A  I/OCCASfON  DE  LA  PEBSHCUTION 


Après  la  perséeution  de  Sevère,  rÉglise  chrtHicniie  jouit  de  la  paix  duranT 
einquaiitp  aus  i*iiviroii.  l/eniporcur  Sevère  Alexandre,  cpii  iiiourut  si  jeuiie 
eiieore,  avait  été  un  horame  des  plus  paisibles  et  des  plu8  loléraiits  e!  il  sem- 
ble  que  les  niemes  eircunstaiices  favombles  poMr  les  clirétiens  subsìstèreat 
90US  Philippe  TArabc.  Mais  tout  changea  à  l'avèiifmeiit  de  Fempeieur  Dèce. 
Celui-ci,  voyant  la  décadeiice  generale  de  reiiipire,  convnt  le  projel  d'un  re- 
nouvellenient  de  la  vìeille  constitiUioii  de  TElat,  y  eompris  aiissi  la  rrnovaiion 
de  raiicienne  l'eligion  roniaine  et  de  la  Ibi  paienne.  Son  caraelère  de  soldat 
le  poiissait  àconibattre  énergiquemeiit  le  grand  ennemi  de  son  ejitrepris*^  :  le 
ehristianisme.  Un  édit  special,  qui  devait  ótre  publìé  partout,  ordonna  de 
sacrificr  anx  dieux  en  présence  de  t<nite  la  populalion,  liomraeB,  femmes, 
esclaves,  enfants,  et  méme  enfants  à  la  mamelle.  Dans  toutes  les  villes  et  dans 
tous  les  villages  des  commissions  speciale»  survoillaient  Texécnlion  exaete  de 
rédil.  On  exigea  le  sacrifìce,  les  libations,  Tencensennmt  desanhds  et  Tusage 
de  la  viande  des  victimes, 

Les  e(Tets  de  cet  édit  fnrent  efTrayants.  «  Partont,  dit  Grégoire  de  Nysse, 
(III  liahiail  les  ehrétiens,  liommes,  femmes  et  enfants;  cm  les  irafnait  à  la 
ville,  les  prisons  ètaietit  pleìncs  de  ceux  doni  le  seni  crime  fnt  leur  |)iété,  on 
nìidtraila  les  croyanls  di'  \ouU*  maniere  à  dessein  et  de  propos  deliber/v   « 

11  s'en  trouva  de  lìubles.  I^ii  présenee  des  p*TS(*cntenrs,  ils  tAcliaient  de 
diverses  manières  d'écbapper  aux  hairmenls.  Onelrjues-uns  enceasaient  les 
autels,  ce  soni  ceux  que  les  lidèles  ìiommaient  ilntrifiv(f(t\  d'autres  sacriiìaient 
{mcrificati};  une  troisième  classe»  moins  eoupiible,  Fui  appeli^e  liltrllatiri,  c'est 
d'eux  qn1l  s'agit  dans  la  30*  (31*)  lettre  de  la  eorrespondance  de  saint  Cy- 
prien*  :  ...  scntenliam  ìiostmm  diiticiila  r.rpositione  proinlimns  aduersns  m.v  f/w» 
se  ipsos  hifiiUlea  ifilivita  nefariorunt  libelIftrHfìi  professintìe  protliilrraHl,  (fiuisi  hoc 
tniasuri  iìtreiivntes  illos  ilialmli  ttufuros  uiiirrentifr,  quo  non  fiiinus  qunm  si  ad 
Hfpfrias  aras  aceessissent  hoc  ipso  quod  ipsuni  con  (estati  fiteruììt  tenereniur,  sed 
viiam  adiirrstis    illos  qui  acvepln  frcissott,  litTt  prarsenirs  nim  fìerent  non  (tdfitis' 

L  Ci'  syiit  leu  mul^  il  li  ri  erge  Boni  ai  il. 


Digitized  by 


Google 


19]  I.  —  ACTKS  DE  LA  PERSÉCUTION  DE  DÈCE.  113 

sent,  cum  praesentiam  suam  ulique  ut  sic  scriberentur  mandando  fecissent,  non 
est  envn  immunis  a  scelere  qui  ut  fieret  impetrauit,  nec  est  alienus  a  crimine  cuius 
consensus  licet  non  admissum  crimen  iamen  publice  legitur  :  et  cum  totum  fldei 
sacramentum  in  confessione  Christi  nominis  intellegatur  esse  digeslum,  qui  fallaces 
in  excusationem  praestigias  quaerit  negauity  et  qui  uult  uideri  propositis  aduersus 
puangelium  uel  edictis  uel  legibus  satisfecisse^  hoc  ipso  iam  paruit  quo  uideri 
paruisse  se  uoluit  {Corpus  Scriptorum  Ecclesiasticorum  Latinorum,  Cypr.  iii,  1, 
p.  550-551.) 

Il  est  évident  que  le  nom  des  libellatici  doit  s'expliquer  par  son  étymologìe, 
par  sa  formation  dérivée  du  mot  libellus.  Le  meilleur  commentaire  dans  la 
question  des  libellatici^  ce  sont  les  libelli  qui  nous  sont  parvenus  de  la  persé- 
ciition  de  Tan  250  sur  papyrus  d'Égyple. 

Il  y  en  a  cinq  encore  :  Tun  dans  la  collection  archiducale  à  Vienne,  l'autre 
au  musée  de  Berlin,  le  troisième,  trouvé  à  Oxyrhynchos,  publié  par  MM.  Gren- 
fell  et  Hunt,  le  quatrième,  inédit  encore,  à  Alexandrie,  le  cinquième  dans  la 
collection  de  Tauteur.  Le  mauvais  état  des  papyrus  a  altère  sensiblement 
tous  ces  textes  et  je  commence  par  celui  qui  est  relativement  le  mieux  con- 
serve, parce  qu'il  contieni  à  présenl  encore  toutes  les  parties  essentielles  du 
Jocument. 

{ 
Provenant  du  Faioum.  A.  d50^  14  Juin.  (Voir  Planche  I,  4.) 

Papyrus  de  la  collection  de  Tauteur.  Hauteur  21^"2.  Largeur  G^'^S;  plié 
verticalement  dans  les  distances  1,  l.I,  2,  2*'"*4.  Marge  supérieure  1**°*,  infé- 
rieure  2*^6,  à  gauche  0^"5. 

Il  faut  distinguer  deux  écritures  :  l'une  en  caractères  fins,  évidemment 
celle  d'un  scribe  ou  homme  de  bureau,  qui  a  écrit  le  texte  avec  la  date  à  la 
(in;  Tautre  en  caractères  rudes  et  d'une  encre  differente,  c'est  la  signature 
des  représentants  de  la  commission  pour  surveiller  les  sacrifices. 

MANUS    I  MANUS    I 

t     [toi;  £m]  Tà)v  Ou<iicjv  a  A  la  commission  élue  pour  sur- 

Vi[pTrì[;Ll]voK  veiller  les  sacrifices. 

7:'(apà)  Aùp7j>.ix;  KajAi;  àxò  Mémoire   d'Aurélie    Kamis,   origi- 

xi&fxi)^  <I>i>.aYp(So^  xaTx  naire  du  village  de  Philagris,  demeu- 

5     [(Ji(]voo<ra  Iv  xcijivi  ©ex  rant  dans  le  village  Théadelphie. 
[Se)i]96ta(.)  at  (lisez  ad)  Ououffx  toi^      J'ai  étè  toujours  dévouée  au  service 

[Oeoi];  ii.t'xCktcoL  %%%  vuv  des  dieux;  et  maintenant  aussi,  en  vo- 

[ìtA,  ic]ap[ó]vTwv  Opiwv  tre  présence,  selon  Tédit,  j'ai  encensé 

xaxà  tì  xpo^a^O^vra  Tautel,  j'ai  fait  la  libation  et  j'ai  mangé 

10     [lOucx  xxl  f<T7rei(yx]  de  la  viande  sacrée.  En  conséquence 


Digitized  by 


Google 


ll/i  LRS  PLUS  ANCIENS 

MANUS    li 
MANttS    I 

(ÌTovc)  a  A^jToxpotTopo;  KxiVxpo; 

TpatxvoO  Aeictgij  Ivjfre6o0c 
20     [E'jTJuyo'j;  Se'Sa'TTO'j  TTxuvi 


W? 


rs  DU  CIIIlfSTIANISMR, 


IMA 


je  vous  p^-ie  de  me  donner  votre  si-| 
gnature. 

Portez-vous  bien! 

MANUS    II 

Noiis»  Aurélius  Séréiios  et  AtirélJus" 
Hermas,  iious  voiis  avoiis  vue  sacn- 
fier. 

MANUS    ! 

An  I  de  Tempereiir  Cesar  Caìus 
Messius  Ouintus  Trajan  Dèce,  Pieux, 
Heureux,  Auguste,  le  2(  du  mols  de 
payni.   » 


GOMMENTAIRK    SPECIAL 

Nous  doiinons  ici  les  texles  avec  des  accents,  des  esprìts,  des  signes 
ponctuatinn  qui  ne  sani  pas  dans  Toriginal^  pour  facililer  rintelligence 
du  texte  gree.  L^explicalion  des  abréviations  est  signalée  par  des  paren- 
thèses  (  ),  les  lacunes  du  papynis  sont  remplies  enlre  crochets  [  ],  —  L.  3. 
t;'  est  rabréviatiou  de  rapa  comme  cela  a  lieu  très  souvenf  dans  Ics  papyrus. 
—  L,  3.  Apròs  la  coitstitution  Antonìnieniie,  la  f<*nime  Kamis  potivait  porter 
le  noni  romain  d^Aurélie.  Elle  étail  originaire  de  Philagi  is  et  demeuraìt,  non 
loin  de  son  lieu  de  naissance,  h  Théadelphie;  ce  sont  là  deux  villages  du 
Faloum,  dont  Fun,  Théadelphie,  était  place  au  lieu  dit  maintenant  Harit,  au 
sud-Guest  du  Faioum,  dans  Tancien  district  de  la  Theinistou  Méris  de  FAr- 
sinoites  Nomus.  Dans  les  papyrus,  Philagns  est  très  souvent  elle  en  mòrae 
temps  qiie  Thèadelphic,  évidcmment  en  qualité  de  village  voisin  (cf.  Wessely, 
Topographìe  des  Faijùm  dans  les  Mémoires  de  l'Àcadémie  de  Vienne,  L,  I,  1904, 
p.  09,  156). 

Le  supplémenl  x«Tx[jjLé]vrju<;a  a  éié  donne  en  regard  d'expressions  ana- 
logucs  comme  celles  de^  papyrus  apud  Fa;/um  Tomns,  p.  132,  n**  2^i,  1,  13  -rrtpl 
Tcov  er:i;£v<.jv  xaTot|jLevdvTti>v  ev  tw  l-TToty/'t^j ;  (ireek  Papi/ri,  II,  71  \  17  (a.  244-8)  £v  txì; 
xwpiaic  /.arajjLsvou'Tt ;  75,5  a.  290-304  AùpTj^wo  ^I'evt^poVti  IliTEva^coTOJ  I^wtoiT^ityi 
Aio^7rd[l{£w;);80,  10,  a,  402  et  81,  10,  a.  403  Aupvi'Xtw  Sm'/e]>i  lìixropo;  ìttq  'Ep- 
(Afi'j7c6X«<i>5  stotTxatvovTt  £v  navo*j7róX(si) .  Notre  Aurélie  Karais  était  native  de  Phila- 
gris  et  demourait  à  Tliéadelpliie;  de  quelle  comraission  relevait-elle?  de  celle 
de  son  lieu  de  naissance  ou  bien  de  celle  de  sa  deineure?  à  ce  point  do  vue 
notre  actc  nVst  pas  explicile.  Le  libcllus  d'Oxyrliynchos  est  adressé  à  la 
commissieju  des  olTrandes  et  sacrifices  de  la  ville  par  un  homme  natif  de  la 
intime  ville  d^Oxyrhyntdios,  demcuraiit  sans  dente  aussi  dans  la  ville.  Le  pa- 


I 


Digitized  by 


Google 


[21]  I.  —  ACTES  DE  LA  PERSÉCUTION  DE  DÈCE.  115 

pyrus  de  Berlin  nous  offre  une  situation  analogue,  un  homme  natif  du 
village  d'Alexandrou  Nésos  devani  la  commi^sion  du  méme  village.  Le  libel- 
lus  de  la  collection  archiducale  est  douteux  à  ce  point  de  vue,  on  y  trouve 
la  commission  du  village  de  Philadelphie  et  une  famille  demeurant  dans  le 
faubourg;  est-ce  le  faubourg  de  Philadelphie  ou  de  la  capitale  d'Arsinoé?  Il 
est  donc  probable  qu'il  s'agit  de  la  commission  du  domicile  ;  en  cas  d'identité 
du  domicile  et  du  lieu  de  naissance  il  est  inutile  de  le  nommer,  on  a  constate 
seulement  la  différence. 

En  ce  qui  concerne  le  nom  Kamis,  nous  citons  Kajxyii;,  fils  de  Harphaésis, 
mentionné  dans  les  Tebtunts  Papyri,  I,  H8,  5,  Kx{JLe(o)  et  Ka(jLy)Ti<;  apud  Spie- 
OELBERG,  Noms  propfcs  grecs  et  égyptienSf  p.  47. 

Notre  Aurélie  Kamis  agit  ici  seule,  sans  tuteur,  comme  c'était  l'usage 
d'après  le  droit  romain  qui  dispensa  les  femmes  de  la  tutelle,  seulement  en 
vertu  du  privilège  dit  «  ius  liberorum  »,  p.  ex.  x^pU  Jtu^iou  ypTjjtaTi^oucxx  xarx  tì 
*P<i>[jiaift>v  I8r.  T^xvwv  Sixaito),  papyrus  apud  Corpus  Papyrorum  Raineri  176  (a.  255), 
9  (a.  271);  plus  tard  AùpTiXa  Mawou^  Guyar/ip  Iloudi  jjiafl^  x[upiou]  àv^pò^  'j(jfniLOLTÌÌ^Q\àG%f 
papyrus  apud  Grenfell,  Greek  Papyriy  sccond  series,  85;  Wessely  dans  les 
Wiener  Studien  zur  Klassischen  Philologie,  1902,  XXIV. 

Les  particularités  du  grec  dans  notre  actc  sont  aussi  celles  des  papyrus 
grecs,  le  lotacisme  ai  pour  àer,  er^a[X£v  au  lieu  de  eT^oftev,  cf.  papyrus  liturgique 
apud  Mitteilungen  aus  der  Sammlung  Papyrus  Erzherzog  Rainer,  II,  83  TjTajxe, 
c'est-à-dire  tt^opiev;  Ou^idb^ovTo^  pour  Ou^iib^ovra;. 

Les  deux  personnes  qui  signaient  au  nom  de  la  commission  se  nommaient 
Aurélius  Sérénos  et  Aurélius  Hermas;  le  nom  Aurélius  qu'ils  portaient  tous 
deux  fut  place  en  avant  et  mis  au  pluriel. 


Provenant  du  Faioum.  A.  260;  25  Juin.  (  Voir  Planche  I,  3.) 

Papyrus  du  Musée  de  Berlin,  don  de  Tempereur  Guillaume  II,  publié  par 
Fritz  Krebs  :  Aegypiische  Urkwìden  aus  den  Koeniglichen  Museen  zu  Berlin, 
n"287  et  Sitzungsberichte  der  Koeniglich  preussischen  Akademie  zu  Berlin,  1893, 
XLVIII,  1007-1014.  Papyrus  brun  clair,  hauteur  20^5,  largeur  8^9;  le  papy- 
rus avait  été  plié  verticalement;  les  parties  pliées  ont  une  largeur  de  1*^1, 
icmg^  l«n2,  1^°"2,  1«°*3.  La  marge  supérieure  est  de  1*^,  Tinférieure  2*^2,  à 
gauche  1  "^2.  Il  faut  distinguer  deux  écritures  comme  dans  le  numero  précédent. 

MANUS    I  MANUS    I 

1    Toi(;  fcl  [t]«v  Ouciwv  TjpTj  «    A    la    commission    du    village 

|i£vot;  )cwy(^<;)  *AX65'(3cv*pou)  Ni^trou     Alexandrou    Nésos,    élue    pour    sur- 
itapà  AùpYj'V((ou)  Aioy^vou  (l.-ou<;)  Sarx  veiller  les  sacrifices. 


Digitized  by 


Google 


!  m 


1J:S  PIAS  ANCIENS  MnXUMCNTS  DI    ( JÌHISTIAMSMK. 


[221 


Wmv  tok  0£oi;  ìuTi 
XsiOL  stxl  vuv  ÌtA  itx 
poOiiv  0;A€tv(l.-^u.lv)  xxtÌ 

va  itì«j<7x  [xx]i  c^LTcei'TXj 
[•a]xI  tòjv  l[e]p€tcdv  [iyi^] 

ir»  Xl£UTUyilTX4(')  (I.-TC) 

Aùp7Ì'X'(toc)  [Ai]oyivvi^  è7riSLfi(5(axx)J 

MANUS    11 

A'jp*^'['X'(t05)]  lupo;  At[oYmJ 

frJOVTa  XlAX  T^[jJLtV?j 

;totvwvò;  f7£g-(7][A£itu;JLXt) 
MAN US    I 

20     [(i7Ciu^)|  x'    A'jTO)tpxTopa[^]   Rxì[Txpo;] 
[rx]tou  Mec/vou  K[o]iv[tou] 
[Tpjxtxfvou  AeJKCou  Ivj'jj_£€oi>;J 
[Ejìt[uj(^oi(;]  ÌU[^x[^]toiì 


Mémoin'  d'Aurélius  Diogrne,  ì\ls 
de  Satabous,  originaire  flu  village 
Alexandrou  Nésos,  i\gv  de  72  aos  en- 
vinni,  cicatrice  au  sourcil  droit.  Non 
ì^eiileoient  jVii  éto  toujours  dévoiié  aii 
service  des  dieiix,  mais  aussi  malii- 
tenafìt,  en  votrc  présenco,  suivanl 
rtklil,  j'ai  cncensó  raiilel,  j'ai  faif  la 
lìbatioii  et  j'ai  maiigé  de  la  viaiide 
sacrée  et  je  vous  prie  de  me  doniier 
votre  signature. 

Portez-voiis  bien!  Moi  Aurélius  Dio- 
gene, j'ai  fait  la  reqnèle. 


MANLS    II 


Moi^  Aurélius  Syru5,j'ai  enregistré 
Diogòue  coni  me  saeririant  ave  e  nou; 
eusemble  cu  qualité  de  participaot. 


MA  MS     1 


An  1  de  Tempereur  Cesar  Cains 
Messius  (Jiiintus  Trajan  Dece,  Pieux, 
ileureux,  Auguste,  le  2  épiphL    » 


r 


La  différoiice  elitre  nolre  lextc  et  colui  des  Urkiintlni  de  Berlin  ruusiste 
prineìpalement  dans  la  rcslitution  des  lacimes,  et  surtout  daus  la  signature 
d' Aurélius  Syrus;  nous  y  avous  restitué  le  mot  xoivtuvoj  et  avoiis  reconnu 
l'identité  de  cette  signature  avec  eelle  du  n*"  1. 

Le  village  d'Alexandrou  Nésos  était  aussi  dans  le  Faioum  ;  il  étail  sìtué 
dans  le  district  dit  Theraistou  Mcris,  au  sud-ouest  de  l'Arsinoitès  Nomus;  il 
est  bien  conno  par  Ics  papyrus  de  Tópoque  ptolémaìque,  romaine  et  by^an- 
tìnc  (cf.  Wessely,  Topf^graphie  iles  Faijùm  dnns  ìes  Mémoires  de  tWeadémie  de 
Vienne,  L,  l,  1904,  p.  33).  Dans  les  raots  jtw'p/,  Mt^x^è'  ete.  ^l  et  S  sont  miaes 
au-dessus  do  la  lettre  précédente,  v.  p.  102  [8]. 

Lo  sìgnalement  personnel  de  Diogene  a  été  redige  iei  comme  dans  les 
actes  juridiques;  on  y  voit  figurer  le  nom  du  pere,  l'àge,  le  signalemenl  de 
la  cicatrice  comme  c'est  toujours  Tusage  dans  les  eontrats.  Le  nom  Satabous 
était  très  ordinaire  à  cette  epoque  dans  les  environs  de  notre  village,  jen  ai 
donne  une  centaine  d'exemples  dans  mon  étude  sur  Raranis  et  Soknopaiou 
Tsésos,  Mémoires  de  VAcaéémie  de  Vienne,  XLVII,  4,   1902,  p.   136-139.   Lia- 


I 


Digitized  by 


Google 


^231 


I.  —  ACTES  DE  LA  PERSÉCUTION  DE  DÈCE. 


117 


dication  de  la  cicatrice  était  ordinairement  comprise  dans  le  signalement. 
Letronno  cite  le  Dtgestes  lib.y  XI,  tit.  IV,  1,  8  :  notae  autem  verbo  etiam 
cicàtrices  continentur  :  Notices  et  ExtraitSy  XVIII,  2,  p.  185. 

A  la  fin  de  la  requéte,  nous  Irouvons  la  phrase  relative  à  la  présentation 
par  Diogene;  elle  se  trouve  aussi,  d'une  manière  analogue,  dans  les  actes 
de  dénombrement  general  et  dans  beaucoup  d'autres  actes  juridiques. 

Une  autre  phrase  des  plus  fréquentes  dans  les  actes  se  trouve  à  la  fin  de 
la  signature  d'Aurélios  Syros,  c'est  (j£<r/i[Aeico{JL«i,  elle  est  relative  à  Tinscription 
dans  les  listes.  Syros  a  donc  enregistré  Diogene  comme  xoivwvò;  tv;?  6u<jia<;  en 
certifiant  qu'il  Tavait  vu  participer  au  sacrifice. 


Provenant  d'Oxyrhynchos.  A.  250,  13  Juin. 

Papyrus  publiépar  MM.  Grenfell  et  Hunt,  Oxyrhynchus  Papyri,  part.  IV 
(Egypt  Exploration  Fund,  Graeco- Roman  branch),  London,  n*"  658,  p.  49, 
1904.  Hauteur  IS'^'^S,  largeur  T*'"*.  Je  copie  le  texte  des  édileurs. 


10 


15 


20 


MANUS    1 

Toi^  8TCI  Tcìiv  tepwv  [xat 
Tuap'  Aùpyj>.ioo  A[ 

Ol6>VO^  0eO^(iSpOU  (iL7l[TpÒ^ 
nxVTU)VU(JLtó05  XTZà  T?[^ 

x'jttÌ^  '7roXec«K(.)  àel  (Jièv 
6u<i)v  xoct  <nr6v5(ov  [roi]q 
9ioXq  [&]icTéX[c«7a  iJTl  hi 
xxl  vOv  Evcótcìov  upt^v 
xxtì  ri  xe>.eu<y6[^]v[Tx 
ÌGTCiì/ja  xal  lOu^x  xx[l 
Twv  fepòiv  eyiufidcpiY)-  (l.-vjv) 

OC(JLX  T&>  UtO)  [XOU  Aùpv) 

^ib>  Aio<7xop(^  xoel  tyì 
OuyaTpi  [xou  X\jft\kioL 
Axi^i(.)  x^tw  0(jwcg  Ott'o' 
aniLiéaoLaBixi  (1.-(A8i-)  (jioi  (.) 
(?TOu^)  X  AtÌTOxpÌTopo<;  Kxi(Tapo^ 

TxlfoU  Me^tCoU  KutVTOti 

TpaVxvoO  Aexioti 
EO^eéoO[;  EùJtujtoG^ 

[Sséx'jJTOìi  [wxujvt  x(.) 


MANUS    1 

a  A  la  commission  de  la  ville  pour 
surveiller  les  offrandes  et  les  sacri- 
fices. 

Mémoire  d'Aurélius  [  Jthion  fils 
de  Théodore  dont  la  mère  est  Panto- 
nymis,  originaire  de  la  méme  ville.  J'ai 
toujours  offerì  aux  dieux  des  sacrifices 
et  des  libations;  et  enfin,  aussi  main- 
tenant,  devant  vous,  suivant  les  or- 
dres,  j'ai  offert  la  libation,  j'ai  encensé 
Tautel  et  j'ai  mango  de  la  viande  sa- 
crée  avec  mon  fils  Aurélios  Diosko- 
ros  et  ma  fille  Aurélie  Lais.  Je  vous 
prie  de  me  donner  la  signature. 


An  I  de  Tempereur  Cesar  Caius 
Messius  Quintus  Dèce,  Pieux,  Heu- 
reux,  Auguste,  le  20  payni,  » 


Digitized  by 


Google 


liS 


LRS  pr>lJS  ANCIKNS  MONUMRNTS  DU  CHHISTJAMSME, 


t24] 


MANUS    II 


MANU9    11 


Incomplet  k  la  fin. 


(Suit.  le  commcnt^ement  (rune  signa- 
ture, la  lìii  est  peni  uè.) 


ìai  ville  dont  il  s'agit  icl  est  Oxyrliynchos;  elle  avait  une  population 
mìxie,  greeque  et  indigène;  la  famille  mentioanée  sur  nolre  papyrus  a  des 
noma  puremont  grecs. 

L.  6,  ili  [Ac'v  est  ócrit  sur  un  passagc  corrige.  Le  papyrus  est  mutile  à  la  fin: 
il  n'est  pas  possible  de  distinguer  Ics  leltres  de  la  signature,  on  ne  peut  savoir 
si  elle  était  celle  d*un  meuibre  de  la  commissiou  ou  celle  d'Aurélius  [  ] 
thion  qui  a  fait  la  requéte.  L.  16  Wo'  v,  p,  102  [8]. 


Provenaiit  dn  Faloum.  A.  250,  [Vutr  f*hitH'hf  11,  7  ) 


Papyrus  de  la  collection  de  rarchiduc   Rainer  à  Vienne.  Une  première 

notice  a  été  donuèe  par  Tauteur  tlaus  lAnzeiger  der  lìtìilosaphiseh'kisiorischen 
Classe  com  .?.  Jaenner  18*J4,  u**  I,  de  rAcadémie  de  Vienne.  Le  papyrus  est 
actuellement  très  mutile;  il  fut  reconstitué  par  Tauteur  à  Faide  de  einq  mor- 
eeaux;  la  parilo  reconstruite  a  9^^(5  de  largour»  10'^'^ 4  de  hauteur.  Lo  papy- 
rus avait  été  plié  dans  les  distances  do  2»  2.3,  2.5,  L8,  1.8  centimètres  èl 
partir  de  la  inarge  supérieure,  horizontalement.  A  gauche  il  y  a  un  espace 
blanc  de  2'"^,  au  commencement  aussi  un  espace  blanc  de  1""". 


1 


MAiVUS    I 


MAKUS    1 


t     ToXq  i  Tri  Tiòv  SuTity  v  fj  pm  [jl  ivo  iq  w   A  1  a  CO  m  m  i  s  s  i  o  n  d  u  villa  gè 

xtijjLti;  <^l5tXotJ£X<pta;  Philadelphie,  élue  pour  surveiller  les 

irapà  AuprA^cav  5/jpou  xolX  Ilai^eiou  toO  sacrilices,  méinoire    d'Aurélius  Syrus 

i5e>v<pou  xxl  ATijjLTiTpfai;  ?t«i  EotpamiJo;  et  Pasbés  son  frère  et  de  Démétria  et 

&     pvxtxGiv  [iflljxtjiv  £^(.)irj>£iTtov(.)  Sarapias  nos  femmes,  hors  de  la  bau- 

ifl  9iiov[Tec]  ToTi;  OiOK  St£T£Xfi  lieue.   Nous    arons  élé  dévoués  tou- 

<7X[ji£v  xxl  vDv  ItzX  Trap'iVTtdv  u[i.ùjv  jours  au  service  des  dieux,  et  mainte^ 

xxrà   TX   irpoaTajfSé'vTa    xxi  è'j7r{'7x;jì.£v  naut,  en  votre  présence,  suivant  Tédit, 

(L'/jTTif-)  nous  avons  ofTert  la  libation  et  man  gè 

xal  [™]v  l[ifn£wv]  i[ytmx\Li^x{')  xxi]  de  la  viande  sacrée;  en  conséquence, 

10     [a^wjjjLev  ^J[i,£;  'mofrn*LatS>]  nous  vous  prions  de  nous  donner  la 

cxT^at -fluCv  ^uuT[u/frTe]  signature.  Poriez-vons  bien  ! 


de   I 


MANUS    II 


MANUS    II 


Aip'A'X'(toc)Supoi;xxl  rixa^yj^eTTi^eicó*/         Nous,  Auréliua  Syrus  et  Pasbès, 

(ajAev)  nous  avons  fait  la  requéte.  Mei,  Isi- 


Digitized  by 


Google 


[25]  I.  —  ACTES  DE  LA  PERSÉCUTION  DE  DÈCE.  119 

'fci^wpoc    iypq{oi^oi)    i»(irèp)    au  t'(g>v)  dorè,  j'ai  écrit  pour  eux,  car  ils  ne  sa- 
àyp;(a|x.[;LXTc«)v)  vent  pa3  écrire.  » 
•  Incomplet  à  la  fin. 

Le  village  de  Philadelphie,  silué  dans  THérakleidou  Méris  de  TArsi- 
iioitès  Nomus,  est  bien  connu  par  les  papyrus  dès  l'epoque  ptolémaique  jus- 
qu'au  iv*  siècle  de  notre  ère;  il  était  au  nord-est  du  Faioum,  dans  les  environs 
du  village  moderne  Er-Roubayyat;  c'est  là  que  Ton  a  trouvé  les  fameuses 
peintures  encaustiques,  portraits  de  momies  (cf.  Wessely,  Topographie  des 
Faijum,  p.  153-155). 

Une  famille  tout  entìère  figure  ici  dans  cet  acte,  elle  se  compose  de  deux 
frères  et  de  leurs  femmes  ;  ici  comme  dans  les  actes  de  dénombrement  general 
de  la  population,  le  chef  de  la  famille  fait  sa  déclaration  pour  la  maison  en- 
tière.  La  famille  était  é?w7rAetTai,  elle  demeurait  «  devant  la  porte  »,  ituXt), 
de  la  ville.  On  trouve,  en  effet,  la  mention  de  la  twXyj  de  Philadelphie  dans  les 
quitlances  relatives  à  Timpót  et  à  l'exportation  de  la  ville  (voir  Wessely, 
Topographie,  p.  154).  La  méme  expression  existe  aussi  dans  un  papyrus  apud 
Grenfell,  Greek  Papyri,  second  series,  72,5,  a.  290-304,  kù^rfkitù  H^evT<po[u]Ti 
nevT<f  wTO'j  £^a)'7ni>.iT7)  Ato^xó[>.(eo)^). 

La  signature  des  deux  frères,  Syros  et  Pasbès,  n'était  pas  autographe, 
car  ils  ne  savaient  pas  écrire.  Des  cas  analogues  à  celui-ci  ne  sont  pas  rares 
dans  les  actes,  on  y  trouve  les  phrases  lypx^j/a  wèg  auToO  ypà(jt.(jLaTa  (jlt)  etóÓTo;,  ou 
iypa(jia%TO!i  ovto^,  OU  ^dcdxovro;  jjli?j  eJS^vai  ypàpLjAaTa.  Eyp;  etc.  est  écrit  en  abrégé 
v.  p.  101  [7]. 

La  signature  d'un  membre  de  la  commission  et  la  date  de  la  requéte  sont 
perdues  ;  elle  a  été  écrite  évidemment  en  250. 


Provenant  du  Faioum. 

Le  cinquième  acte  de  la  persécution  qui  nous  est  parvenu  est  inédit  en- 
core,  c'est  un  papyrus  du  musée  Gréco-Romain  d'Alexandrie,  dont  M.  Breccia 
prépare  l'édition.  Cependant  il  en  existe  une  notice  de  M.  Seymour  de  Ricci 
dans  le  BuUetin  papyrologique,  Reviie  des  études  grecques,  1901,  p.  203. 
«  M.  Botti  a  communiqué  au  IP  congrès  d'archeologie  chrétienne  à  Rome,  le 
18  avril  1900,  un  papyrus  du  Faioum  aujourd'hui  au  musée  d'Alexaudrie  et 
qui  n'est  autre  qu'un  libellus  libellatici  du  iii*  siècle  de  notre  ère  analogue  à 
celui  du  musée  de  Berlin  [M.  de  Ricci  ne  connait  pas  ici  le  papyrus  de  Vienne 
publié  en  1894]  :  une  prétresse  de  Petesuchos  demande  un  certificat  témoi^ 
gnant  qu'elleasacrifié  audieu  ».  Voir  aussi  Archiv.^  1,  174,  n.  1. 

Le  dieu  Petesouchos  était  une  divinité  locale  du  Faioum  ;  je  cite  ]Xaip£ou 
[|x.Yi(Tpò^)  0at]^ap{o'j  Th^  xai  Oeavòi  Upeu;  n6Te<ioii'/^ou  OeoO  jxeyiXou  (ji6yxXo[u]  aei^cóou  : 
Papyrus  de   Berlin,  Urkunden  124,  de  l'an   187-8.   Aegyptische  Zeitschrift, 


Digitized  by 


Google 


120  LES  PLUS  ANCIENS  MONUMENTS  DU  CHRISTIANISME.  -^b 

1883,  p.  164;  1884,  p.  136-139.  Le  ce  très  grand  dieu  eterne!  »  a  dono  en  son 
tempie  special  avec  ses  prétres  et  prétresses. 


C0NS1DERAT10NS    GBNERALES 

Maintenant,  après  avoir  présente  les  papyrus,  nous  pouvons  faire  quelques 
observations  relatives  à  Tensemble  des  textes. 

Nous  constatons  d'abord  un  fait  assez  frappant  :  c'est  runiformité  des  li- 
belli, qui  évidemment  devaient  étre  écrits  de  la  méme  manière  et  avec  le 
méme  formulaire  dans  tonte  TEgypte;  car  nous  trouvons  le  méme  dans  les 
divers  villages  d'une  seule  province,  et  aussi  dans  une  autre  province  comme 
le  district  d'Oxyrhynchos  et  le  Faioum. 

Il  faut  donc  admettre  un  motif  identiqué  qui  a  cause  cet  eflfet  partout.  Ce 
motif  est  cité  dans  les  textes,  il  devait  étre  exigé  par  suite  d'un  édit  (irpó?- 
Tay(i.a);  je  vois,  en  effet,  dans  Texpression  tlxtòl  tì  icpocTerxypicva  (2)  xxtì  ti 
wpcKrrayOivra  (1.  3),  une  allusion  à  l'existence  de  cet  édit  impéra tif  qui  est 
nommé  aussi  xarà  tì  xe^ieucrO^vra  (4).  C'est  une  rubrique  de  la  langue  des  bu- 
reaux  :  je  cite  à  cet  égard  les  papyrus  57-62  de  mon  Corpus  papyrorum  Hermo- 
politanorum,  1,  1905  (Studien  zur  Palaeographie  und  Papyruskunde»  V),  ce 
sont  des  relations  relatives  à  Tadministration  du  gymnase  Hermopolitain  rèdi- 
gées  xarà  ri  jteXetxitìivTa  Si*  u7co(jlvyijx!Xt<«)v  ùtcò  tou  xfiTMJTa  i^nffTpaTYiyYlcxvTO^  AilpTjliw/ 
Teip(i)vo;  «  suivant  les  ordres  de  son  excellence  Tépistratège  Aurélius  Tiron 
donnés  en  forme  d'acte  »  ;  alors,  le  dénombrement  general  de  Tan  XXIV  de 
Tempereur  Caracalla  a  été  exécuté  xari  xk  xe^su^OtvTa  Owò  OùxltfioM  Axtvì  -n-j 
T^ycpve'jcavTo;,  comme  le  dit  un  papyrus  provenant  du  nome  Heracléopolite  el 
publié  parTauteur  dans  ses  Studien  zur  Palaeographie,  etc,  li,  p.  28.  L'édit  de 
Dèce,  dont  parie  saint  Cyprien,  ép.  43,  3,  est  donc  identiqué  au  PxciXutw 
TTpodTxyjjia  des  Pères  grecs.  Seulement,  il  n'est  pas  dit  expressément  si  l'édil 
cité  dans  le  papyrus  est  celui  de  Tempereur  lui-méme  ou  Tédit  secondaire  des 
magistrats  impériaux,  qui  exécutaient  Tédit  suprème  en  le  communiqaant  aox 
employés  administratifs  du  second  et  du  troisième  ordre.  L'expression  xaT*  tì 
wpodTxyOevra  et  les  autres  analogues  sont  donc  incertaines  à  ce  point  de  vue. 

L'édit  n'excepta  ni  les  femmes  ni  les  enfants;  Aurélie  Kamis  (1),  Démétria 
et  Sarapias  (4)  et  les  enfants  Aurèle  Dioskoros  et  Aurélie  Laìs  (3)  figurent,  eu 
effet,  dans  les  libelli. 

Le  texte  des  libelli  devait  étre  redige  d'après  un  formulaire  qui  suivait  le 
texte  de  Tédit;  il  fut  certainement  difficile  pour  les  particulters  d'écrire  eux- 
mémes  un  actc  qui  était  aussi  compliqué;  nous  connaissons  méme  des  per- 
sonnes  qui  ne  savaient  pas  écrire  (4);  les  bureaux  égyptiens  était  pourvusdc 
scribes  habiles,  rien  n'était  plus  commode  que  de  s'adresser  à  ceux-ci  ;  el  si 
Ton  regarde  Técriture  de  nos  libelli  qui  est  bien  autre  que  les  caractères  irrè- 


Digitized  by 


Google 


27]  I.  —  ACTES  DE  LA  PERSÉCUTION  DE  DÈCE.  121 

^uliers  et  mal  formés  des  signatures,  on  reconnait  facilement  la  main  exercée 
d'un  scribe  de  profession  qui  a  compose  le  mémoire  à  la  manière  officielle  et 
Ta  écrit  sur  papyrus.  Cherchons  maintenant  des  actes  analogues  qui  soient 
sortis  des  bureaux  des  scribes  dans  des  circonstances  pareìlles. 

En  effetf  Thabileté  des  scribes  était  assez  grande  pour  résoudre  d^une  fa^on 
satisfaisante  les  problèmes  auxquels  avait  donne  lieu  Tédit  de  250;  car  il  y 
avait  des  actes  analogues  qui  pouvaient  servir  d'exemples.  Nous  citons  en 
premier  lieu  les  actes  de  dénombrement  general;  nous  en  possédons  encore 
une  quantité  suflisante  pour  en  reconstruire  le  formulaire.  Ils  sont  adressés  à 
une  commission  constituée  dans  chaque  commune;  la  requéte  tout  entière  a 
été  écrite  par  les  scribes  depuis  le  commencement  où  nous  trouvons  le  Trxpi 
de  nos  actes,  jusqu'à  la  fin  8iò  iici^i^copLi  et  jusqu'à  la  date;  seulement  la  signa- 
ture de  celui  qui  avait  fait  écrire  la  requéte  à  son  nom  est  autographe  :  ó  ^eivx 
£77t^i$(d)cx  a  un  tei  j'ai  fait  la  requéte  ».  Une  autre  analogie  nous  est  donnée 
par  les  actes  de  plainte,  dont  le  formulaire  est  celui-ci  :  1)  Tadresse  du  ma- 
^istrat  auquel  on  a  recours,  2)  la  plainte  qui  commence  par  le  nom  du  requé- 
rant  -icapà  toO  ^eiv(K,  3)  à  la  fin  XieuTu^^^j  «  porte^toi  bien  »,  adressé  au  magistrata 
4)  la  signature  autographe  du  requérant  6  ^eiva  sm^é^coxa  «  un  tei  j'ai  fait  la 
requéte  »,  5)  la  date;  les  paragraphes  1-3  et  5  sont  écrits  par  le  scribe. 

Nous  savons  aussi  ce  que  faisaient  les  magistrats  qui  avaient  requ  les  re- 
<{uétes;  par  exemple,  au-dessous  des  dénombrements  généraux  un  membre  de 
la  commission  notait  à7reypa(pTQ,  etc,  «  il  a  été  dénombré  »  ou  s<t/ov  icov  zi^ 
ilirxavi  a  j'ai  regu  le  doublé  pour  le  contróle  »  ou  <y€C7)(uicojjt.xt  «  moi  un  tei  j'ai 
enregistré  Tacte  »  (comparez  notre  n*"  2). 

Un  formulaire  analogue  est  celui  de  nos  libelli^  qui  ont  été  écrits  par  les 
scribes  du  bureau,  la  signature  du  requérant  exceptée.  La  substance  de  ce 
formulaire  est  la  suivante  :  1)  L'adresse  de  la  requéte  toT;  èwl  twv  Oudvwv  (Upaiv 
xxl  6u<jtà>v,  formulaire  d'Oxyrhynchus)  (n  à  la  commission  de  surveillance  sur  les 
sacrifices  ».  Dans  le  Faioum  on  ajoute  -ripT.ixivoi;  ^  à  la  commission  élue  »;  très 
souvent  on  complète  ce  titre  avec  le  nom  du  lieu,  de  la  ville  ou  du  village. 

2)  riapic  ToO  Jeivoc  «  mémoire  d'un  tei  »,  nom  du  requérant  indiqué  à  la  ma- 
nière officielle  des  actes,  avec  le  nom  du  pére  et  méme  celui  de  la  mère,  le  lieu 
d'origine  et  la  demeure  (voir  n**  1),  Tindication  de  Tàge  et  le  signalement  per- 
sonnel  (n**  2). 

3)Suit  alors  la  requéte  :  «  j*ai  été  toujours  dévom  au  service  des  dieux  ci 
maintenant  aussi,  en  votre  présence,  suivant  Védit,  fai  encensé  Vautel  (omis,  peut- 
étre  par  une  erreur,  au  n*  ^)^j'ai  offert  la  libation  (Fordre  est  renversé  au  n**  3) 
etj'ai  mangé  de  la  viande  sacrée  et  je  vous  prie  de  me  donner  la  signature,  Portez- 
vous  bien  ».  Jusqu'ici  tout  est  écrit  par  le  scribe. 

4)  La  signature  du  requérant  dans  les  n"  2  et  4  (main  differente  de  celle 
du  scribe). 


Digitized  by 


Google 


"122  LES  PLUS  ANCIENS  MONUMRNTS  DU  CMHISTIAXISMK.  128] 

5)  La  sigaature  d'un  ou  de  deux  inembrcs  de  la  cuminission  (main  diffe- 
rente de  celle  du  scriba) . 

(>)  La  date  écrite  par  le  scriho, 

En  ce  qui  concerne  la  coramission  qui  surveillait  rexécution  de  Tédit  de 
Dèce,  nous  possédons  encore  des  dotai Is  relaiifs  à  sa  consti! ut ioii  tirés  de 
Saint  Cyprìen.  Celui-ci  compare  daris  la  lettre  XLIIl,  3,  son  adversaire  Felicìs- 
aimus  et  sa  compagnie  avec  la  commission  de  Tan  250  :  «  sed  oro  vos»  fratres, 
vigilate  centra  insidias  diaboli  et  prò  vostra  salute  solliciti  centra  mortiferam 
fallaciam  diligentius  excubate,  Persrcutio  est  ha«'c  alia  et  alia  est  temptatio 
et  quinque  illi  presbyteri  nihil  aliud  sunt  quam  quinque  primores  illi,  qui 
edicto  nuper  fuerant  nìagistratibus  copulati,  ut  fidem  noslram  subrnerent,  ut 
gracilia  fratruui  corda  ad  letalcs  laqueos  piaevaricatione  veritatis  averterent, 
eadem  mine  ratio,  eadem  rursus  eversio  per  quinque  presbyteros  Felicissimo 
copulatos  ad  ruinam  saluiis  induci  tur*  ut  non  rogelur  Deus  nec  qui  uegavit 
Chrisium  euudeni  Cdiristura  qiiem  negavrrat  deprecetur,  post  culpam  cri- 
miiils  tollaturet  poenitentia,  nec  por  epìsco|JOs  et  sacerdotes  Domino  salis- 
liat,  sed  relictis  Domini  sacerdotibus  eontra  evaogelicani  disciplinani  nova 
tratlitio  sacrilegae  inslitutionis  exurgat,  cumquo  placuerit  tam  nobis  quam 
confessoribus  et  clericis  urbicis,  item  universis  episcopis  vel  iu  nostra  pro- 
vincia voi  trans  mare  constitutis  ut  ntliil  innovetur  circa  lapsorum  causam, 
nisi  omnes  in  unum  convenerimus  et  conlatis  consiliis  cum  disciplina  pariter 
et  misericordia  temperatam  sententiani  lixerimus,  eontra  hoc  consilium  no- 
strum rebclletur  et  omnis  sacerdotalis  auctoritas  et  potestas  factiosis  con- 
spirationibus  destruatur  »,  La  commission  eomprenait  donc  le  magistrat;  en 
Egypte,  à  la  campagne,  c'était  le  maire,  xwpiypxjAjiXTrj^,  et  cinq  pcrsonnes  des 
notabilités.  Par  analogie  nous  cunjecturons  c|ue  la  nutre  ne  se  consti tuait  pas 
autroment  que  toutes  les  autres;  te  maire  faisait,  pour  le  magistrat  supérieur 
du  nome,  une  liste  de  personnes  capablcs  d'iHre  membres  de  la  commission; 
conformoment  à  ce  programmo,  le  préfet  du  nome  installait  les  membres  élus 
et  leur  doiinait  son  ìnstructioiu  Une  commission  extraordinaire  ótaii  aussi 
celle  qui  exécutait  le  dénombrement  general  de  la  population  tous  les  qua- 
torze  ans. 

Notre  commission  avait  donc  à  surveiller  les  sacrifices  à  Toccasion  du 
décret  de  Dèce,  Ceux-ci  consistaient  généralement  en  trois  actes  :  manger  de 
la  viande  sacrée,  boire  du  via  sacre  et  encenser  TauteL  Mais  c'était  aux  Chré- 
tiens  i[u'on  en  voulait  dans  le  décret  de  Dèce,  11  y  en  avait  qui,  ne  voulant 
pas  étre  accusés  et  martyrisés,  succombaient  a  la  pcrsécutioa  en  oncensant 
Tautel,  ce  soni  les  tìufrificalt;  en  sacriilant,  ce  sont  les  mvrificati,  D'autres 
eonimettaient  une  faule  beaucoup  plus  légère;  en  évitant  la  fante  directe,  ils 
péchaient  en  gardant  les  apparences  d'obéissance  à  Fédit,  au  moyen  de  ce 
qu'on  appelle  les  libelli;  ce  sont  les  libellaiici,  dont  parie  saint  Cyprien  aussi 


I 


Digitized  by 


Google 


[29]  I.  -  ACTES  DE  LA  PERSÉCUTION  DE  DÈCE.  123 

dans  sa  lettre  LV,  14  :  «  Quae  inclementia  est  et  quam  acerba  duritia  libel- 
laticos  cum  bis,  qui  sacrificaverint,  iungere  quando  is,  cui  libellus  acceptus 
est,  dicat  :  «  Ego  prius  legeram  et  episcopo  tractante  cognoveram  non  sacri- 
oc  ficandum  idolis  nec  simulacra  servum  dei  adorare  debere  et  idcirco,  ne  hoc 
<K  facerem,  quod  non  licebat,  cum  occasio  libelli  fuisset  oblata,  quem  nec 
oc  ipsum  acciperem,  nisi  ostensa  fuisset  occasio,  ad  magistratum  vel  veni  vel 
a  alio  eunte  mandavi  :  Christianum  me  esse,  sacrificare  mihi  non  licere,  ad 
<K  aras  diaboli  me  venire  non  posse,  dare  me  ob  hoc  praemium,  ne,  quod  non 
«  licet,  faciam.  »  Nunc  tamen  etiam  iste,  qui  libello  maculatus  est,  postea- 
quam  nobis  admonentibus  didicit  ne  hoc  se  facere  debuisse,  etsi  manus  pura 
stt  et  08  eius  feralis  cibi  contagia  nulla  polluerint,  conscientiam  tamen  eius  esse 
poUutam,  flet  auditis  nobis  et  lamentatur  et,  quod  deliquerit,  nunc  admone- 
tur  et  non  tam  crimine  quam  errore  deceptus,  quod  iam  de  cetero  instructus 
et  paratus  sit  contestatur.  »  Il  y  avait  donc  des  personnes  qui,  malgré  Tédit, 
ne  sacrifìaient  pas,  et  qui  pourtant  se  gardaient  de  la  persécution  au  moyen 
des  libelli. 

Que  sont  les  libelli  et  les  libellatici?  Maintenant,  en  présence  de  nos 
textes,  la  question  est  facile  à  résoudre.  Les  libelli  sont  des  pétitions  adres- 
sées  à  la  commission  pour  la  prier  de  donner  la  signature,  le  témoignage  que 
le  pétitionnaire  a  saorifié;  la  signature  constatait  qu'un  ou  deux  membres 
de  la  commission  avaicnt  été  témoins  oculaires.  Les  libellatici  sont  des  chré- 
tiens  qui  se  procuraient  ce  témoignage,  peu  importe  par  quel  moyen,  bien 
qu'ils  n'eussent  pas  sacrifié. 

Toutefois,  une  tout  autre  question  n'est  pas  encore  résolue.  Les  person- 
nages  de  nos  textes  étaient-ils  chrétiens  ou  paìens?  En  ce  qui  concerne  le  n*  5 
où  figure  une  prétresse  paienne  du  dieu  Petesouchos,  il  serait  très  étrange  de 
penser  qu'il  s'agisse  d'une  personne  accusée  d'étre  chrétienne.  Ce  fait  nous 
mentre  une  nouvelle  analogie  avec  les  actes  .du  dénombrement  general  de  la 
population;  ceux-ci  étaient  un  témoignage  de  Vexistence  des  personnes,  pré- 
sente par  le  pére  de  famille  ordinairement,  tandis  que  les  libelli  en  étaient  un 
de  leur  croyance.  Cette  analogie  nous  fait  conjecturer  qu'en  Tannée  250  la  po- 
pulation tout  entière  se  munit  des  libelli  qui  rempla^aient  à  ce  moment  les 
actes  de  dénombrement,  lesquels,  eux  aussi,  ont  été  présentés  aux  magistrats 
par  tout  le  monde  en  méme  temps.  En  effet,  la  différence  des  dates  de  nos 
libelli  est  assez  petite,  l'intervalle  n'est  que  de  quelques  jours  seulement,  c'est 
le  20  et  21  payni  et  le  second  épiphi  (13,  14  et  25  juin),  c'est  à  cette  méme 
epoque  que  la  moisson  est  finie  en  Egypte  et  que  les  hommes  sont  libres  du 
travail  pour  la  récolte;  aussi  les  actes  de  dénombrement  sont  datés  par  la  fin 
du  mois  de  mésoré,  comme  la  fin  de  l'année  civile.  Une  autre  considération 
favorise  encore  notre  conjecture  :  cette  seule  persécution  de  Dèce  nous  a  légué 
cinq  actes  qui  nous  sont  parvenus;  il  en  faut  conclure  que  la  quantité  des 


Digitized  by 


Google 


124  LKS  PLUS  ANCIENS  MONUMENTS  DU  CHRISTIANISME.  > 

actes  avait  été  enorme,  car  il  est  à  remarquer  que  les  actes  les  plus  fréqneoL^ 
d*autrefois  ont  seuls  laissé  des  spécimens  qui  aient  subsisté  jusqu*à  do^ 
jours  ;  il  y  a  donc  proportionualité  entre  les  monuments  qui  nous  sont  coo- 
servés  encore,  et  rimportance  de  ces  monuments;  par  exemple  Tautearle 
plus  lu  dans  Tantiquité  était  Homère,  et,  en  efifet,  les  fragmeuts  d'Homère 
sur  papyrus  sont  proportionnellement  les  plus  nombreux.  Or,  je  conjectorf 
que  le  nombre  de  cinq  actes  identiques  de  cette  méme  persécution  de  Dèct^ 
nous  laisse  supposer  Texistence  d'une  quantité  enorme  de  documents  analo- 
gues,  et  par  conséquent,  la  présentation  generale  des  libetli  par  toute  la 
population.  A  cette  occasion  les  mauvais  chrétiens,  les  libellatici,  trouvaienl 
un  moyen  pour  échapper  à  la  persécution  méme  sans  avoir  sacrifié. 


Digitized  by 


Google 


CHAPITRE  II 

LES  LETTRES  CHRÉTIENNES  SUR  PAPYRUS 

LA  LETTRE  DE  PSENOSIRIS 


Provenant  de  Kysis,  dans  la  grande  Oasis.  Deuxlème  parile  da  IIP 
ou  commencement  da  IV  siede.  (Voir  Planche  III,  11.) 

Le  papyrus  a  été  trouvé,  quelques  années  après  1890,  dans  la  grande  oasis 
El-Khargeh,  ea  méme  temps  que  d'autres  papyrus,  dont  onze  sont  mainte- 
nant  au  British  Museum,  parmi  eux  le  nólre  qui  porte  le  n®  713;  les  textes  ont 
He  publiés  par  MM.  Grenfell  et  Hunt,  Greek  Papyrij  second  series,  Oxford, 
Clarendon  Press,  1897,  n**'  68-78,  p.  104-125;  d'autres  papyrus  furent  acquis 
par  M.  A.  H.  Sayce  à  Louqsor,  dont  six  sont  publiés  dans  la  Revue  des  Études 
grecques,  VII,  1894,  p.  300-304.  Notre  texte  porte  le  n'^Lxxiii,  p.  115-116  dans 
la  publication  de  MM.  Grenfell  et  Hunt,  etfutalors  Tobjet  d'une  étude  speciale 
de  M.  Adolf  Deissmann,  Ein  Originai- Dokument  aus  der  Diocletianischen  Chris- 
tenverfolgung  Papyrus  713  des  British  Museum  herausgegeben  und  erklaert,  Tti- 
bingen  und  Leipzig,  Verlag  von  J.  C.  B.  Mohr,  1902,  36  pp.  avec  une  repro- 
duction du  papyrus;  Epistlc  of  Psenosiris  :  an  originai  document  from  the 
Diocletian  persecution  (Papyrus  713  Brit.  Mus.)  ed.  and  explained  by  A.  I). 
with  piate,  London,  Black,  78  pp.  Des  analyses  critiques  du  travail  de 
M.  Deissmann  ont  été  données  dans  la  Theologische  bitter aturzeitung  1902,  n**  7, 
p.  205-7  (A.  Harnack);  Litterarisches  Centralblatt  1902,  n**  27,  p.  897  (G.  Kr.); 
Studierstube^  I,  400  (F.  Barth);  Bulletin  bibliographique  du  Musée  belge  1903,  II, 
67-9 (Nicolas  Hohlwein);  Revue  critique  1903,  nM,  p.  1042  (P.  LejSiy);  Deutsche 
Litteratur  Zeitung  1902,  n*"  48,  p.  3026  (O.  von  Gebhardt);  Theologisches  Litera- 
turblatt,  XXIV,  17  (Kropatschek) ;  Goettingische  gelehrte  Anzeigen  1903,  CLXV, 
p.  550  (A.  Dieterich);  Berliner  philologische  Wochenschrifl  1902,  n"*  42, 
p.  1286-88  (E.  Nestle).  —  P.  Franchi  de  Cavalieri,  Una  lettera  del  tempo 
della  persecuzione  Dioclezianea  :  Nuovo  Bolletino  di  archeologia  Christiana,  A. 
Vili,  1902,  p.  15-26.  Vn'  ultima  parola  sulla  lettera  di  Psenosiris,  p.  264.  — 
Le  papyrus  a  été  lu  par  MM.  Grenfell,  Hunt,  Deissmann,  Kenyon  et  Wilcken. 


Digitized  by 


Google 


^^^^^1^ 

>'              r.KS  Pr.US  ANOENS  MONaìMEW^l^ffRWIHlSM 

f 

Hauteur  ai^^'oQ,  largeur  8^"^255. 

Le  recto  est  écrit  sur  les  flbres  horìzon-l 

^^^^ 

es  du  papyrus,  Tadresse  est  sur 

le  verso;  cu  voit  la  coUésis  du  papyrus | 

^^H            (conglutination  des  pages)  de  2'™:> 

largeur  pròa  de  la  marge  à  gauche 

',  dis-  ■ 

^^H            tance  de  O"*"?  ;  Fespace  blanc  au  conimencement  du  papyrus  est  de  1*'°'^ 

3,  à  la 

^H 

6^^  de  hauteur,  à  gauche  7*^"  de  largeur.  L'écriture   est  benne  et 

assez 

^^H            claire.  mais  le  papyrus  est  très  bruQ.  11  semble  avoir  été  plié  sur  V 

épais'  1 

^^H            seur  d'un  centimètre;  c^est  donc  la  lettre  expédiée  et  iioa  pas  le  bruuilloa| 

^^H           de  la  lettre. 

J 

TIUNSCHirnON    LITTKHALK 

TKXTE 

H 

^^B 

^l'cVOlipct         XpET^i.      ,      ,  !pCO    XTTgVAtaVt 

M'^£VCi<7tp£L(l   -i;)  7rpl<76uT£pW(L-Ci;) 

AiróX-  ■ 

iXiavt 

■ 

xpea&uTipoux'j  a.'KyìTtùOLtìik^ixì 

1Tp£ff€uTÌpCj>   iyXTTTJT^   xèfkffht 

J 

éVittjj      y  jttpsiv 

iv  R(upi)<>>  ^atp£tv( .) 

■ 

irpÒ  TdiV  0).ODV   TTOXXa  ^£  à^TTTX 

■ 

^^^^H 

?^0;JLXlX.atTOU^XXpXf70t7CXVTX^ 

^opxt  5cxl  Toy;  irapà  ^t  xivrot; 

■ 

X'ìaXoou'i      ev     tìit)"     ytvtDdxeiv 

a^A^oìi;  £v  0(£)a>(*  )  ytvoxTxetv 

■ 

'J£tì£>.(jaX^SA^eOTlOlVC3CpO 

<7g  tìr/.ai(,)  fisX^ti,)  6ti  01  vsxpo 

'■ 

TatpOLEVVJVOyXTlVEvOxOf 

Tx^ofc  £vinvoj^x*?£v  iv6a je 

■ 

£l'7T0fi'JWT71V:ToXlTlX7)Vrf,V 

it?  TÒ  eati*  T-ziv  IloXtTiìtyiv  tt,v 

■ 

H             lu 

TUE  jA^Oe  wav€tcox<y  LvuTro-rrjT 

7r£[jLfpOel'7xv  sì;  "Ox<nv  utco  ttjj 

m 

r^  Y  £  fi.Ci V  1X^7   5t  X  l'^  .  l 'XliTn  VTTa 

'JjyEp^ovia^ .  )  xxl  [T]xuTnv  t^x 

m 

p  x^Je^itf/-XTot<7>t  xXo  L^xxiin 

pxd£4^(t>xa  Tot;  xxXot;  xxt  xt 

m 

"TTQ  tTfiJ^g  T-/S  'TTto  V  V  ex  p€)  TX 

(jTOt;  i^xur^;  twv  viscpoTx 

'^ 

^(rivsiTTìn  prf'jivecTxveX 

tpcav  £(€  Tijpviffiv  Ìtt'  Iv  IX 

1 

ir. 

OTirjt^XOTXUTTJTvefcXOfJXat 

tb]  ó  oio;  xìttj.;  NilXo^  3txl 

0TaveX8'n'7^v9eù)axpTup7] 

StXV  iXftfl    fTl^V  l)£(ì>   (XXpTUpvi 

^  t<70 1,  ITE  p  Lti>  V  XI*  TTJ  VTC€  7701 

Ct(L-<T€L)  (JOt  TTSpl  m    xOt/)V     TTSTTOt 

^^ 

'flStX<JtV<ÌTAw[.  |0V|  ./j|JtOl 

TSxxr*lv(.  )  <Ì7ÌXw[cj0V  [Jl]  jAOi 

,■ 

34- [.  ..]i\rEpt(«>vO£7v£tcevTxu 

X[xi  CiÙ]  ir£pl  cLv  0£X£t{  iVTXO 

■ 

-Hi 

Sxri^StO^T^Ol'lUVTl 

6x  X^Ettì^  TTOtOliVTl(  ,  ) 

m 

1 

£pp(a<7^x  t<7se^i/oaxt 

eppta-T^Xl  Gfi  £1i/0[JLXl 

1 

1 

£VX.(iil ftw 

£V    K{upÌ)tO  H(C)W(.) 

1 

AUHESSK    AU    VKUSU 

xTToXXwvt  X  7:xpx|£voGtpio['] 

Wmìltùwi  X  Tuapi  *^F£vo<iipio[; 

'H 

1 

77p£c6uTepcij  X  TTpecjSuTf  pou  ev  x<o 

7r3£«T6l»T£p<y  X    TTpeT^UTÉpOl*  €V  K{upt)^          1 

■ 

Anuolalioiis  critiques  :  Ligue  L 

D'après  M.  Ivenyoo,  il  est  certaiu  < 

que  lu  1 

yuiii  est  Atóaaùìvi  et  uou  ATTC»VAttivUjj.  - 

—  Ligi  ir   HL  II  y  a  un  petit  reste  de 

lettre  1 

Digitized  by  VjOOQIC 

_^ 

L 

d 

[33]       II.  —  LES  LETTRES  CHRÉTIENNES  SUR  PAPYRUS.       127 

a^près  Xy  on  pourraìt  y  voir  un  u  ou  un  a  mutile  (comparer  au  xai  de  la 
ligne  15).  En  conséquence  on  peut  suppléer  xu[pi6]  ou  x[ai  où];  mais  le  mot 
x.upto^,  etc.  dans  notre  papyrus  n'a  jamais  été  écrit  en  toutes  lettres,  on  s'at- 
tendrait  plutót  à  voir  xe  pour  xupie,  analogue  à  xa>  pour  xupta>  ;  aussi  la  phrase 
à.  la  fin  de  la  lettre  est  identique  à  celle  qui  se  trouve  dans  le  papyrus  113, 
1 .  30  des  Oxyrhynchos  Papyri  :  w£fl  ^i  xal  cu  àv  i£kti^  JyfXou  (xoi  rMi>>^  woiYf- 
«TovTi  (.)  fppoMjo.  V.  Deissmann,  21,  n.  51. 

TRADUCTION 

«  Psenosiris  le  prétre  offre  son  salut  au  prétre  Apollon  son  cher  frère 
dans  le  Seigneur. 

Avant  tout  je  te  salue  infiniment,  toi  et  tonte  ta  compagnie  des  frères  en 
Dieu. 

Je  youdrais  que  tu  saches,  mon  frère,  que  les  fossoyeurs  ont  apporté  ici 
dans  Tintérieur  la  Politiké  qui  a  été  déportée  dans  Toasis  par  Tordre  de  la 
préfecture  (de  TEgypte)  et  j'en  ai  fait  de  suite  remise  à  de  braves  fos- 
soyeurs à  qui  Fon  peut  se  fier  pour  la  garder  jusqu'à  ce  qu'arrive  son  fils 
Neilos;  celui-ci,  quand  il  sera  arrivé  avec  Taide  de  Dieu,  t'attesterà  tout  ce 
qu'ils  lui  ont  fait. 

Et  toi  aussi,  fais-moi  sa  voir  ce  que  tu  veux  (que  je  fasse  pour  toi)  ici;  car 
tu  sais  que  je  le  fais  avec  plaisir. 

C'est  mon  voeu  que  tu  te  portes  bien 
en  Dieu  le  Seigneur. 

Au  prétre  Apollon  —  par  Psenosiris  le  prétre  dans  le  Seigneur.  » 

GOMMENTAIRE 

D'après  les  indications  paléographiques,  la  lettre  doit  avoir  été  écrite  dans 
la  deuxième  partie  du  iii*  ou  au  commencement  du  iv*  siècle  de  notre  ère;  c'est 
à  cette  méme  epoque  que  furent  écrits  les  autres  papyrus  provenant  de  Kysis; 
à  savoir  les  fragments  III  et  IV  de  Sayce  en  242,  les  numéros  V  de  Sayce  et 
71  de  Grenfell-Hunt  entre  244  et  249;  n°  68  Grenfell-Hunt  en  247;  I  de  Sayce 
en  249;  un  fragment  mentionné  par  Sayce  après  son  n*"  VI  entre  254  et  259; 
n^  69  de  Grenfell-Hunt  en  265;  n**  70  de  Grenfell-Hunt  en  269;  n*  72  de 
Grenfell-Hunt  date  de  290  ou  293  ou  299  ou  303  ou  304;  n*^  74  de  Grenfell- 
Hunt  de  302;  n^  75  de  Grenfell-Hunt  de  305;  n'*  76  de  Grenfell-Hunt  de  305 
ou  306;  n"  II  de  Sayce  de  304  ou  305  ou  306;  n*>  78  de  Grenfell-Hunt  de  307 
de  notre  ère.  Mais  il  est  évident  que  notre  papyrus,  appartenant  aux  archi- 
ves  des  fossoyeurs  de  Kysis,  avait  été  écrit  par  un  chrétien  à  un  autre  à  une 
epoque  caractérisée  par  d'ardentes  persécutions  contre  les  chrétiens;  c'est- 

PATR.  OR.  —  T.  IV.  9 

Digitized  by  VjOOQIC 


128  LES  Pi;US  ANCIENS  MONUMENTS  DU  CIIRISTIANISME.  [34] 

à-dire  duraiit  les  perséciitions  de  Dèce,  de  Gallus,  de  Valérien  et  de  Dioclé- 
iivn.  M.  Deissmanii  hpsì  décide  pour  la  deriiiere  par  la  considrtratiuu  griiéralo 
que  le  clirÌ8lianisine  semble  étrc  déjà  déveluppé  daus  la  grande  Oasis»  indice 
d'ime  epoque  postórieure  pour  uolre  lettre. 

Kysis,  ideotique  à  Douche  el-Qal  a,  se  trouvait  tout  au  sud  de  la  grande 
Oasis.  C'est  là  que  vivait  le  prétre  Apolloii;  car  la  lettre  qui  lui  a  été  envoyée 
a  été  trouvée  daus  les  arcliives  des  fossoyeurs  à  Kysis»  Celili  qui  Tenvoie, 
rautre  prt'»tre,  étail  daus  rintérieur  do  puys  (L  9  avBx^t  tU  tó  Idia),  L'ensemble 
des  indices  que  Isi  lettre  a  été  éehangée  cut  re  des  chrétiens  esl  assez  clair 
pour  nous,  car  un  presbyteros  (prétre)  éerit  à  Tautre  qui  est  son  frater  in  Do- 
mino  et  qui  est  accompagné  par  des  autres  fratres  in  lieo;  son  salut  est  aussi 
in  Domiiìff  Dm*  le  noni  de  Jésus-Christ  est  omis»  mais  il  faut  observer  que  les 
phrases  de  la  leitre  soni  pesées  a  dessein;  la  lettre  est  écrite  avee  précaution 
évidemment  pour  le  cas  où  elle  serait  lue  par  un  paien;  eelui-ci  pouvait  alors 
ne  pas  compreudrc  le  mot  presbyteros  —  qui  signifiait  aussi  un  maire  ou  un 
bomme  plus  dgé  homonyme,  —  le  salut  au  nom  du  Seigneur  —  qui  pouvait 
étre  aussi  un  Seigneur  Dieu  des  paiens,  —  les  freres  chéris  —  expression  de 
politesse  assez  frequente,  —  les  braves  fossoyeurs  à  qui  Fon  peut  se  fier  — 
où  le  paien  pouvait  voir  la  plirase  des  bureaux,  où  uyiw;  jtxl  tti^tcòì;  était  dans 
le  vocabulaire  de  la  langue  des  édits  et  des  décrets,  car  méme  rcnseuìenco- 
raent  des  domainee  par  la  corvée  devait  étre  fait,  au  dire  les  bureaux  égyp- 
tiens,  uyiwc  xaì  tci^tw;  t  savamment  (Vune  manière  a  ktquelle  on  peut  se  fier  ». 

L'epoque  des  persécutions  est  celle  où  fon  pese  Ics  phrases,  et  eette 
epoque  est  aussi  indiquéc  par  la  nutice  sur  la  déportatìon  dans  TOasis,  TriyrEtv 
€i;  ty;v  5a<jiv,  comnie  c'est  l'expression  teclinique  dans  notre  papyrus  conforme 
àia  langue  du  codex  lustinianus  (IX,  47, 2B).  hu  pauvre  déportée  se  nom- 
mait  Politiké,  nom  restitué  par  Deissraann;  sì  iVL  Franchi  de'  Cavalieri  veut 
interpréter  le  mot  iroliTtxvf  par  a  la  dame  originairc  d*Alexandrie  »  ou  w  hi 
dame  cuncitoyenne  »  dans  le  sens  des  Chrétiens  qui  forment  un  grand  élat 
de  Dieu,  il  faut  observer  que  le  terme  technique  était  au  contraire  ia-n^,  car 
i(rre{;  signifiait  le  «  civis  Alexandrinus  »,  celni  qui  était  citoyen  d'Alexandrie 
ou  qui  possédait  les  droits  d'un  citoyen  d'Alexandrie,  par  exemph%  papyrus 
grec  apud  Corpus  papyrornm  Raineri  I,  p*  24,  vi,  G  AipnAttii  *A]X[x<ijvt«ij  -eo  kx\ 
XwoV/wvtiii  ««TTco  xai  ó>;  j^TjjAaT^Ì^Ei  ^Tfropt,  Le  papyrus  porte  ici  tvjv  noT^irix^fv,  avee 
Tarticle  t^v,  et  ce  n'est  pas  une  fante  contre  le  parler  grec  tei  qu'il  était  à 
cette  epoque  dans  TEgypto  :  voir  Dkissmann,  der  Artikel  mr  Personennamen 
in  der  spaeigriechiu^hen  UmffntH/upmrhr,  dans  la  Rerliner  philologisclie  \Vo~ 
vhenKchrift,  1902,  n.  47,  p.  1457*. 

1.  il  \  avait  en  Égypte  beaueoap  de  wóXetc,  vìUes,  mais  un  aeul  òtirj  qui  étaìt  la  espilale,  Alexan- 
drie  (ÉUenne  de  By^ance  s.  v.  dc^m;;  il  y  avaìL  par  conséqiient  des  icoXiukqE,  eiladlns,  et  des  iLotoi,  cilU' 
dins  d'Alexandi'ie.  Nalureiiement,  les  Alexandrins,  t^lanl  ayssì  ritadins,  pouvaìer»!  parfoi»  étre  appelé» 
woXiTixo(.  et.  Heiue  de  VOrirnf  vhrétien,  190f.,  p.  Wn, 


Digitized  by 


Google 


TB^^^I^^^S  LETTRES  CHRÉTIENNES  SUR  PAPYRUS.    ^T» 

K       La  déportatioii  dans  TOasis  équìvalait  à  la  déportation  dans  une  tle  :  es( 

MÈflfidilam  genus  quasi  iti  ùmulum  relrgaiionis  in  prorìtu'ia  Àegjfpto  in  Otuin  vele- 

"5«tre,  Digestea,  XLVIII,  22,7.  La  déportatioa  de  Politiké  a  été  oxuculée  par 

ordre  admìnistratif  de  la  préfecture,  TnyEjxovta,  c'est  la  memo,  expression  que 

iious  Irouvona   dans  un   papyrus  apud  Wessely,  Sludien   zur  Palaeoyraphie 

Iund  Papyruskunde,  li,  p,  15  AùpTiTvia^  AtS\>jA7];  Sxfa77i[w]vo;  OaL^spj^oiTou  {jletoc  xuptoj 
ToG  «yuy/wpTitìtvTo;  aùrfr  6tpo  [t]?^  Yjyft[Jiovtac  AùpTfìXtou  Auxxovo?  xoO  jtal  EapxTTtctìvo;, 
M.  Deissmaua  nous  a  guide  jusqu^ici;  il  nous  dépeint  le  roman  de  noire 
pauvre  déportée  d'uu  style  qui  u'est  pas  sans  couleur  (L  e,  p.  2H-31)  :  Poli- 
tiké, une  dame  iioble  chrétieune,  devatit   le  tribunal  de  son  exctdlence   le 
préfet  d'Egypte,  accusée  d'étre  chrétienne,  doil  clioisir  entre  le  sacrifico  offerì 
■  au  genie   de   Tempereur  et    le  bonheur  lerreaire,  entre   la  confisration   de 
loute  sa  fortune  et  la  deportatoli   en  cas  de  désobéissance.  Mais  Politiké 
resiste  à  la  tentation,  elle  n'a  pas  sacriiié,  elle  a  été  déportée  par  Tordre  de 
la  préfecture  dans  TOasis.  Elle  arrive  enlin  a  KysiB,  elle  y  trouve  un  protro 
chrétien    nommé   Apollon,  qui   la  protòge,  elle  y  trouve  aussi    une  petite 
communauté  de  chrétiena  et  parmi  eux  des  fosaoyeurs  eroyants  à  qui  on  se 
peut  fier;  elle  leur  a  été  recommandée  par  le  prétre  Psenosiris,  frèrc  en  Dieu 
d*Apollon,  car  dans  Tintérieur  de  TOasis  la  vie  d'une  chrétienne  déportée 
devait  étre  plus  paìsible  qu'à  Kysis;  conduite  par  des  fossoyeurs  de  Kysis  et 
euvoyée  par  ApoUon  a  Tintérieur  près   de  Psenosiris,  elle   fut  contiee  par 
celui-ci  à  la  garde  de  quelques  fossoyeurs  bons  et  discrets  jusqu'au  moment 
P    Oli  Neilos,  le  fils  de   la  déportée^  que  Fon  attendait,  fùt  arri  ve,  sans  doute 
pour  soulager  Texil  de  sa  mère.  Cette  affaire  si  compi iquée  étant  terminée, 
Psenosiris  en  fait  la  relation  a  son  frère  en  Dieu  Apollon,  k  Kysis  où  Fon 
a  Irouvé  sa  lettre,    1600  ans  après,  parmi  les  autres  doeuments  relatifs  aux 
alfaires  des  fossoyeurs. 

Cependant  il  existe  une  tout  autre  interprétation  de  la  lettre  de  Pseno- 
siris, On  a  trouve  aussi  dans  ces  areliives  des  fossoyeurs  de  Kysis  une 
autrc  lettre  qui  a  été  analysée  et  confrontée  avec  la  nòtre  par  M.  Dieterich, 
Il  nous  faut  d'abord  donner  le  texte,  suivant  Tédition  de  MM.  Grenfell  et 
HijiT,  itreek  Papyri,  second  series,  LXXVll,  p.  121-123  (British  Museum, 
papyrus  DCCXVII}  : 


[Mi7.x< ]  S&fairitt»vi  xal  StXSatvtji  et  Mélas  offre  son  salut  à  Sarapion 

[•..  •.,xJ^iptiv(.)         i%i(r70M{l.-fSTH-)  et  Silvanus;  je  vous  ai  envoyé  par  le 

vfAiv  fossoyeur  le  corps  mort  de  votre  frère 


[ili  TOù  v]£jtpOTa<po\i  tÒ  ryòiy-a  toO 


Phibion  et  je  luì  ai  payé  les  frais  du 
transport  du  mort,  cela  fait  trois  cent 
quarante  drachmes  en  vieil  argent. 
Mais   je    suis    très   étonné   que  vous 


Digitized  by 


Google 


130 


LES  PLUS  ANCIRNS  MONUMENTS  DU  CHRISTIANISME. 


(3e^ 


lo     [tÒ  «rjwpLot  ToG  ìSA^ou  TjjAtiv  àVAa 
«!j[u]v>l5avT£?  ocra  ely^cv  xx\  oxhtù^ 

ÌirtCTTkTl( .  )  Jtal  ix  TO'JTO'J  IfjLaOov 
ÈTt  où  X^'^  '^  vExpou  àvifXfktTé 

15     ^povri^JòtTÉ  o^jv  xà  avat>tt>0£vTa  éTOi 
(Aa<7ai(.  )  É5TI  Sk  ri  àvaA<d{JLXTa(') 


I 


ayez  laissé  Faffaire  sans  aucune  rai- 
son,  que  vous  n'avez  pas  eu  soin 
du  corps  nmrt  de  votre  frère;  que 
vous  vous  soyez,  au  eoiitraire,  omparés 
de  tout  ce  quHl  avait  possedè  et  que 
vous  Tayez  alors  abandonné.  J'en  tire 
la  conclusion  que  le  motif  de  votre 
empresseoveiit  n'a  pas  été  le  soin  de 
votre  frère  mais  Tavidìté  de  ses 
biens.  11  faut  donc,  eu  couséquence, 
que  vous  payiez  les  dépenses,  doni 
voilà  la  liste  : 


Tt[A{7j)   <pap[ia3tQ^  iroi>(xioti)  (Jpat^al)  S 

[t]w  V£XpOT3t^   ti^  TÒ  6pOC 

(As[T]à  TÒv  yiypxiLiji-vrj^t 
[i.irrt*>v(,)  yo(Gv)  ?va  (Spa3yjt.aU  K 

xpL^l^C  (ipT^ÉT))    a  («Jpatjj^pxl)  x 
TtfA(io)  itv^ovo;  (  ^potjf jial  )  x 
xal  ^icHm  cJ»?  TCpox(eiTai)  {Jpx^pLxvl  t[x 
{ybtiroLi)  siti  toO  X[oyo]\>  t^^ 

7U£VTaxdf7lXt  axoTi 

y{(viTaO  (Spxy^(xxl)  (px 
[irjav  o*^v  TcotTjVsTÉ  OinipiTn^TO^i  tòv 
àn  [/iVAovTa  fvtyxfetjv  to  awptx 

ev  tJ*(ja[i:tot<  Kxl  [oì]vapCtii  xxi  eXxtC|> 

xat  ^TX  Si>vxtÒv  'j[ix.T]v  €<rTtv  tvx  txxp 

Tupi^'^  ;jt.ot(.)  [it.Tfì[S]èv  Àà  SttìWra 

Vv, .  [ jpilvcov  £v    xpyup£[ù>]    ^tx  tq  ipii  [i.. [....]  ey.j 

^0  ]«^'[' ]1C,[.-]XXI  [..,]Ta.[ ].  ..    ItXjr^tiJV   XT, 

]irt ùjxx;  £[..,..*]   ippìii<j6[at  'jptiì;  E^/opiXL 

L'adresse  au  verso  : 


[£ap]xir£[(dvi]  xxl 


X  M£>.a;  ■/ 1(  } 


Digitized  by 


Goog 


r37]  11.  ~  LES  LETTRES  CHRÉTIENNES  SUR  PAPYRUS.  131 

Pour  les  épìces  de  l'embaumement.  60  drachmes  d'argent  vieux 

pour  le  vin,  le  premier  jour,  2  Choés...  32  drachmes  d'argent  vieux 
-pour  la  nourriture,  du  pain  et  des  lé- 

gumes 16  drachmes 

pour  le  fossoyeur  à  la  montagne,  outre 

son    salaire    comme   il   est   écrit, 

I  Choun 20  drachmes 

de  Thuile,  2  Choés. 12  drachmes 

une  artabe  (33  litres,  3),  d'orge ....  20  drachmes 

pour  le  sindon  (le  linceuil) 20  drachmes 

et  pour  le  salaire  susdit 340  drachmes 

cela  fait  pour  le  compte  de  toutes  les 

dépenses,  en  argent  vieux,  cinq  cent 

vingt  drachmes,  c'est-à-dire  ....     520  drachmes 

II  faut  absolument  que  vous  serviez  à  celui  qui' porterà  le  mort,  du  pain, 
du  vin  et  de  Thuile  et  tout  ce  qui  est  en  votre  pouvoir  pour  qu'il  m'en  donne 
Tassurance.  Il  ne  vous  faut  pas  tromper... 

28  du  mois  de  pachon...  Portez-vous  bien. 

Adresse  :  A  Sarapion  et  Silvanus,  frères  de  Phibion,  par  Mélas....  » 

L.  24  1.  yp{0^)  ^^-  —  ^7  odx  corr.  —  38  1.  ^y{k<ùxi  Grenfell-Hunt  ;  peut-étre  : 

JoX(ou)Te  [irepl  t]<5v  [ìiva^(i>](iivaiv  Iv  àpyupt[o)] 


Nous  relevons  ici  les  analogies  suivantes  avec  la  lettre  de  Psenosiris  : 
Psenosiris  1.  7  ol  vexpoTà^ot  Mélas  1.  3  [Jià  to5  vjexpori^ou 

8  lYn^jOLfTW  35  èveyx[er]v  tò  (s&^ia 

8-9  èv9a*e  tic;  tò  laiù  22  ef;  tò  «pò?  et  13  àv-7)X9aTe 

11-12  Tvopa^^^oxa  2  ÌK{ar%ka  u(aiv 

14  f(TT'  ov  IXOyj  13  (M{k9xrt 

16  (tapTUpYf^l  dot  37-38  (JLOpTUpYidY)  (tot 

Une  autre  analogie,  d'après  M.  Dieterich,  consiste  en  ce  que  les  deux 
lettres  concernaient  un  transport  de  corps  morts;  Politiké  était  donc,  d'après 
cette  opinion,  une  personne  morte,  l'expression  tìv  TIoXiTixYfv  correspond 
à  TÒ  dSpia  ToO  [àStX^oO]  4>tft<ovo^,  «  la  Politiké  »  devait  alors  signifier  «  le 
cadavre  de  la  Politiké  »  par  abréviation.  L'opinion  de  M.  Dieterich  semble 
supposer  qu'il  y  avaìt,  après  un  transport  de  morts,  une  espèce  d'audition 
de  témoins  pour  constater  que  le  mort  avait  été  soigné  décemment,  et  pour 
étre  sur  que  Targent  destine  à  Tembaumement  de  la  momie  n'avait  pas  été 
détoumé  de  son  but. 


Digitized  by 


Google 


132 


LES  PLUS  ANCIENS  MONUMENTS  DU  CHRISTIANISME. 


[3r 


Mais  rbypothèse  de  M.  Dieterich  semble  étre  basée  sur  un  malentenAi; 
d'après  Tanalyse  de  M.  Deissmann  {Studierstube,  I,  1903),  les  deux  lettre  ^ 
Mélas  et  de  Psenosiris  ont  un  caractère  tout  différent.  Il  aurait  été  inatilededire 
que  Politiké  avait  été  déportée  dans  TOasis  par  Tordre  du  gouvernefiieQt, 
s'il  s'agìssait  du  transport  de  sa  momie  et  non  de  la  Politiké  vìvante.  Alors, 
d'après  l'opinion  de  M.  Dieterich,  Neilos  devait  étre  témoin  envers  Apollon 
pour  garantir  la  réalité  des  dépenses  pour  la  momie  de  la  Politiké  ;  cependant. 
Neilos  n'était  pas  un  fossoyeur  comme  c'est  le  cas  du  témoin  garantissant  dans 
la  lettre  de  Mélas  ;  il  était,  au  contraire,  un  parent,  comme  Sarapion  et  Sii- 
vanus,  qui  eux-mémes  n'étaient  pas  les  fossoyeurs,  mais  les  frères  da  Phibion 
mort.  Donc,  l'analogie  superficielle  des  deux  lettres  ne  rend  pas  probable 
cette  bypothèse  de  M.  Dieterich. 

Nous  connaissons,  au  contraire,  un  papyrus  qui  semble  corroborer  l'opi- 
nion de  M.  Deissmann;  c'est  un  mémoire  relatif  à  un  transport  de  déportés 
condamnés  aux  carrières,  tnémoire  datant  de  la  méme  epoque  des  persécutions 
de  Dioclétien,  analogue  à  ce  que  raconte  Eusèbe  dans  son  livre  sur  les  mar- 
tyrs  Palestiniens,  quand  on  transportait  les  chrétiens  d'Égypte  aux  carrìères 
et  aux  mines.  Ce  n'est  évidemment  qu'une  vague  hypothèse  si  je  dis  (pie 
dans  le  nombre  des  jeunes  déportés  de  notre  papyrus  pouvait  s*étre  tronvè 
un  chrétien  ;  mais  je  donne  le  texte  comme  analoghe  à  la  lettre  de  Psenosim, 
je  le  donne  aussi  comme  specimen  d'un  Mte  relatif  à  une  départatian. 

C'est  un  papyrus,  inédit  encore,  de  la  riche  collection  arcbiducale  à  VieoBe, 
où  il  porte  le  numero  290  de  l'exposition.  Hauteur  7*^5,  largeur  13*"",  lepapyros 
est  mutile  à  la  fin. 


1     [•...]XV  '^^*  ^  Ba<TiavSi  icp[atico<TiTip 

'Ep(ji07ro>.ctT0u(.) 
[wapà  'AJiroXXcovo^  flExufnoc  ptviTpò; 
[rf,^   Seiva    >.ij]<yT()iriaaToO    àwò    K(ó[jt.T)( 

IlaxY) 
6      [toO?  'Ep(M)icoXi]Tou(.)     Ò\MÌkorfÌù    ÓpLVÙC 

[pudv  4(i&v  AùJTOxpaTtfpciDv  xftl  Kaiffàpttv 

TU 

\jri>f  irapaanAjwiv  t^  icpò  e-  xaXavJfiW 

Map[Tiwv] 
[toìk  &iroy]ftYpapt|A<vov<;  épyiTa^  e-  «[wò] 
[t?<  où-nic  x]«lptii;  àwoaTeX^o(AÌvou;  £[i?] 


«e  A  [  ]khos  qui  est  aussi  ap- 
pelé  Bassianos,  pr[éfet  d'un  tei 
district  du  nome  dj'Hermopolis. 
[Mémoire  d'A]pollon,  fils  de  Pekj- 
sis  dont  la  mère  [est  une  ielle, 
pre]neur  de  malfaiteurs,  originaire 
du  village  Paké  [du  nome  d'Her- 
mopolis?].  En  jurant  par  la  for- 
tune de  nos  sei[gneurs  emjpereors 
et  césars,  je  reconnais  la  garan- 
tie  de  l'arrivée  des  6  travaillears 
énumérés  plus  bas,  orìginaires  [àe 
notre  v]illage,  le  25  fóvrier,  à  de- 
porter  dans    les   mines   des  envi- 


Digitized  by 


Google 


II.  —  LES  r.E TTRES  CURKTIENNES  SUR  PAPYRUS. 


13H 


[tì  itepl  Ma$i][tiavÓ7;:o>.eiv  |I.-mv}  [lé-   mas   de   Maxiiniaiiopolis   H    do    leur 

Tx^koL  xotl  7r[apx    remise      aux     magistrats     des      mi- 

[Jou^ati  [lixpt]  a-  vcuvùv   MxpTiwv  toi^  nes    jiisqu'au    7    mara,    Voilà    leurs 

[iin  tei,  fila  de  Blelles,  àgé  de  3S  ans; 

[un  tf^I,  fds  de*..ììs,  Agé  de  ^tO  ans; 

[un  tei,  lils  d'un  te|l,  àgé  do  2-1  au!^; 

[un  tei,  fils  de...]x,  àgé  de  30  ans; 

[un  tei,  fils  de..,]on,  àgé  de  20  ans; 

[un  tei,  fils  d'un  te]l,  àgé  de  22  ans. 

Je  garantis  que  ces  perso nnes  travaii- 

leront  siìrement  comme  il  faui  et 
[to;  jjLT^  a7co]Xt7ro[i£vou^  ayjp^  a[jLat[^leùj^  qu'elles  resteront  [là...]  jusqu'à  leur 
[xtjTtov         ]....  échange.  b 


^  jciTo;  (Ìtwv)  \ 

li  ]o^  (£T<5v)  Jty 

]cK  (ÌtcSv)  )tS 
[tóc]  xal  irxpxTmVca  à(i.£[jL[irTcii?  i-m] 

30      [ltXupOÙVT]x;   TT^V  yOUX"*  K7A   ITXpfltfXEVOV 


Le  titre  du  fonctionnaire  do  police,  Xì()^To~ia<rnf4,  prenvnr  (k  malfaiieun,  est 
cowiu  par  d'autres  papyrus  de  Tépoque  romaine;  il  est  analogue  à  t^pTfìvzpyvK;, 

que  je  trouve  dans  un  papyrus  de  la  Bibliothèque  Nationale  de  Paris  prove- 
nant  d'Akbmim*  —  La  position  exacte  de  la  ville  de  Maximianopolis  n'est  pas 
coanue;  cedoitétre  une  déaomination  momentanee  en  Fhonneur  de  cet  em- 
pereur,  comme  le  fot,  par  cxemple,  Théodosioupolis  en  l'honiieur  de  Tempc- 
reur  Théodosius,  eie.  D'après  l'indication  de  ce  nom,  le  papyrus  doit  avoir 
iHé  écrit  entre  283  et  304  environ,  aous  l'empereur  Maximien  ou  peu  de  temps 
après. 

y  Un  autre  document  tout  à  fait  analogue  a  été  publié  par  M.  (iiaoLAMo 
Vitelli,  Papiri  Greco-Egizi,  volume  primo,  Papiri  Fiorentini  Fase.  1  (1905), 

I  n*  3,  p.  Ì6-i7,  Il  a  été  écrit  au  mois  de  juillet'-aoùt  301,  à  la  memo  epoque 
t|ae  le  document  précédent  :  ce  qui  nous  fait  penser  eneore  plus  aux  persé- 
ctitions  des  empereurs  Dioclétien  et  Maximien  et  à  la  coudamnatiou  des 
«hrétiens  au  travail  force  des  carrieres.  ìai  papyrus  mesure  12'""  de  largenr, 

P  24*"5  de  hauteur;  la  marge  supérieurc  a  l'^S,  rinférieure  ¥'''h,  à  gauche 
i^'ó;  il  a  été  plié  verticalement.  Je  reproduis  ici  le  texte  de  Tédition  de  Vitelli. 


xxpà  A'!>(pìj'X(iùv)  Oxin-jioc  Ete<pavou  {xìfiTpòi;  A.,,,  (peut-étre E[uto]c) 

3Mtl    StXéaVOU    nx)ft»|JH05    (ATIJTpÒ^    'EXIvìfS;  «{/.(fOTI 
plttV  %<d(Xap^€:»V  XC&^Y);   ££V0(JL&W(.)   ['Avjxitio 


Digitized  by 


Google 

l 


134 

5 


LES  PLUS  ANCIRNS  MONUMENTS  DU  CIIRISTIAXISME, 


[40] 


lo 


là 


20 


fteraWiV  Tcpà;  ajAgi^J^iv  tojv  sxetae  irpootTrl  oit]x>.£vtwv 

«S[tiv]w  TipwitJV   )t[xl]   TTXVTCaV  TWV   àlTO    T?^    JtfiijA7l[? 

i^  i^MXey'y^T]^  EtdSè  AùpiViliot) 

[1 T  T]affUTv(K 

05a[7r4]p  [ìyy'jjolfjLiBa  ital  7rap[oi]aTìff[a]o[(jt.6]v  à(AE(i 
irr[ctì5]  Ì7r[o7cX7]]pQUVTx;  ttiv  ly^j^etfi^at^rav 
a[ÙTo]'t^  tpyxTeiaqypfitav  xotl  fti^  aTCO>.ttjL[x]«vDfjivoti^ 

i^u<TTepfli[<T]w*Ji  xxt  p.:^  7rxpa'jT7Ì(HtìfjLi[v,  -nlfJt^ew 
aurfo]!  tÒv  [uwip]  a'jxóv  Xóyov  'j7ro[A[tv]oO;i.£v 
xal  8Kep(«i»T7)tì£VT«;)  iI>[p,oX]oy(Triia[ji£v.)  (*^Etouj)  lì^  xxi(ÌTou^)  i; 
t[wv  xupUDV  ì^(t]wv  AtQxXTfiTtxvoij  xal  [Ma^ltp.xvoìi 
StfixTTwv   xxi  (irou;)  ìjvdcttju  tSv   x[u]p[tfc>v  ii]jitiiv 
K[ei*v'yTxvTLC*ti  xxl  Mflt5tlp^i[^l>'[Q^J  '^^'^  iiTn|>xve<rTaTwv 
RxL«7xpctiv  uiraTCvag]   4i>.((xtitotj)  no(TTOiiji.M5u  TtTi[x>^iiu  tò  S-  xxi 
O[òtp''ou  NÉirwrltavoO  (JLe'70pT^[.](*) 

éTCtSeò\ó>t(a{jL«v}  AvpJTfiXioc)  'llp[riti>v  lypx(^a)  M^if)  «-(L-xÙTtiv)  *fX'Tx(eJvTtìiv) 

piYl  6ÌS(^VXt)  yp*{jJL(JLXTX.) 


TRADUCTION 

a  A  Aurélius  Orìgèoes,  préfet  du  nome  dllerraopolis.  Mémoire  offert  par 
Auréliiis  l'aesis,  fìls  de  Stéphane,  doni  la  mère  est  Eys(?)^  et  Aurélius  Silvanus, 
fila  de  Pachymia,  dont  la  mòre  est  Hélène,  tous  les  deux  maircs  du  village  de 
Senombo.  A  savoir,  nous  annongonn  l'arrivée  dcs  travailleurs  dont  les  iioms 
soni  ci-dessous,  anx  carrières  dans  los  environs  d^Alahastrinc;  ils  doivent 
relever  les  travailleurs  qui  y  ont  éié  envoyés  auparavant;  ils  sont  en  ben  état 
et  liabiles;  nous  on  sommes  responsables  en  garantissant  Tun  pour  l'autre, 
nous  deux  et  tonte  la  population  du  village.  Voici  leurs  noms  : 

Aurélius  Eutis»  fils  de  Silvanus; 
Aurélius  1...  t,  fils  de  Tasytis. 

Nous  répondons  pour  eux  et  nou^  fcrons  en  sorte  qu'ils  arcemplissenl 
sans  reproche  les  devoirs  dont  on  les  charge,  et  qu'ils  ne  s'en  aillenl  de  ce 
lieu  jusqu'à  ce  qu'on  leur  en  donne  l'ordre  ou  qu'on  les  relève.  Mais  s'ils  soni, 
en  retard  ou  si  nous  ne  faisons  pas  rarrangement,  nous  en  sommes  respon- | 
sables  nous-mémes.  Questionnés,  nous  donnoos  notre  assentiment  à  tout. 


Digitized  by 


Google 


IT.  —  LKS  r.ETTRRS  CIIRKTIKNNES  Sl'll  PAPYRUS. 


I 


Ah  XVIII,  qui  est  aussi  XVII,  de  nos  seigaeurs,  des  Augustes  Dioclétien  et 
Maximien,  et  an  IX  de  nos  seigueurs,  des  Céii^ars  illuslres  Constance  et  Maxi- 
mien.  Sous  le consulat  de  Flavius  Poslumius  Titianus  [II*  consuiat]  et  de  V[irriusl 
Nepotiaaus,  au  mois  de  mésoró,  Nousavons  fait  le  méinoire;  Aurélius  Orion 
a  écrit  pgur  eiix,  car  ils  prétendent  ne  pas  savoir  écrire*  » 

m  Polir  revenir  à  la  lettre  de  Psenosiris  en  la  comparant  avec  les  deux  actes 
de  déportation  que  nous  venons  de  publier,  nous  trouvons  dono  un  ceriain 
nombre  d'analogies.  Dans  la  lettro  de  Psenoairia  nous  lisons  les  phrases  es- 
sentielles  et  méme  Ics  mots  analogues  à  la  langue  olTiciclle  des  actes  de  dé- 
portation : 


Psenosiris  ot  VÉstpori^ot  IvnvrfyaTtv 


Actes     itapotfjnffféiv  aireXiuiTO[i.£voy; 

eie  Tà  ...  fLiTxWx 
dbro<yTe%>JO(i.£vo'jc  ^hr  6t  xpoairoo-Tx- 

XtVTaiv 
irxpoLixivovTa?   (iti     iiroXiTropitvou^ , 
et  fXjft  a7TOXtp.TCavo|jL£voii; 


Ces  analogies  sernblent  corroborer  l'opinion  de  M.  Deissmann,  qui  con- 
clutàla  déportation  de  la  chrétienne  Politiké,  et  il  est  frappant  aussi  que  les 
Jeax  actes  de  déportation  que  nous  connaissons  maintcnant,  datent  de  la 
méme  epoque,  epoque  célèbre  dans  Thistoire  des  persécutions.  Quoi  qu'il  en 
soit,  la  lettre  de  Psenosiris  se  range  panni  les  plus  ancicns  monuments  écrits 
Ju  christianisme. 


i 


LA  LETTRE  l>E  ROME 

Proyenant  du  Faìoum.  IIP  siede,  entre  265-281.  {Votr  Planche  111,  10.) 

Ce  papyrus,  appartenant  à  la  collection  de  Lord  Amherst  et  public  dans 
les  Amherst  Papi/ri,  heimj  an  account  of  the  Greek  Papyri  in  the  collection  of  the.., 
f^^rd  Amherst  of  Unckney,,,  b\j  Bernard  P.  Grepìfell  and  Arthur  S*  Hupit, 
Part.  I,  p.  28-30,  se  place  certaincment  parmi  les  plus  intcressants  documents 
fte  l'histoire  de  la  propagatìon  du  cliristianisme.  Il  mesure  20'''^'9  de  hau- 
teur  et  23 -"^5  de  largeur.  Un  còle,  doni  les  fibres  du  papyrus  marchcnf 
liorizontalement  (Recto),  contient  une  lettre  écrite  à  Rome  et  envoyee  dans  le 
iidoum,  où  elle  a  été  trouvée;  Tautre  coté  servait  alors  ponr  faire  une 
copie  de  quelques  passages  de  la  sainte  Écriture.  Le  papyrus,  suivant  les  in- 
dications  paléographiques,  doit  avoir  été  écrit  au  nf  siècle;  il  faut  observer 


Digitized  by 


Google 


^ 


I 


TI  tES  PT.US  ANCIENS  MONUMENTS  DU  CÌIRISTIANISME.  [421 

anssi  la  manière  de  dater  dans  la  lettre  du  Recto,  11*  col,,  ligne  25  :  [(stou;).]  » 
Tca'jvt  %;  c'est  avant  le  règiie  de  Dioclétien  seulement,  qu'uiic  date  rédìgée 
suivanl  l*ancienne  manière  de  dater  pendant  la  première  epoque  desempereurs 
romains,  est  admissible. 

Mais  il  est  à  déplorer  quo  Tétat  actuel  de  conservatioii  de  la  lettre  ne  soit 
pas  satisfaisant.  Nous  donnons  ici  à  gauche  la  transcription  de  MM,  Grenfell 
et  Ilunt,  et  à  droitc  un  essai  de  rcstitution  du  texto  qui  est  puroment  hypo- 
thétiquc. 

CoK  1,  restes  de  10  ligues  perdues. 

Col  II. 

3c[ ]  vauv  »joo  Tfìc  avv[.  3t[       9  lettres  Jvouv  ^oo  tJ^  Iv  v[, 

..[*,,.  i5o]^iacai  TT^v  )tpt6nv[  <.[Tt[AYÌ;  i$o]5ix<iaf  t/;v  KfiOriV  [tVjv] 

ex  Tou  [ ]  Xoyotj  [xoti]  [aìi  to  QttiT[o]   ìk  toO  [toìoiìtou]  >óyou  [x«l]  [x-Jj  tò  ailT[o] 

ypOVT[ JvOWV  Xai  £lpTlT<*l*    [..Jo  <ppOV.    [    5    L]v  OlOV  Xai  flÌpYJT<i>.[..]o 

5        ÉV  9y]X.[.  .].,    aT6XX0[Ì£W*>V   TCpO;  £vftYlX.[..],.'yTi>^Xrj(Jl€V(iiV   XpÒ; 

flt^jTOv  «[tto]  TTfi;  AXe^avSpiix^  xai  fltvròv  à[irò]  T^g  AXi^avApEtx;  xal 

TCpo^a«Ta[K]  xai  ot^xSo^ot;  xoli  ava  7rpc>^«ff€[^]  xxl  «vaSoXa^  xal  «va 

8o<ji?  iroi7][ffa][jL£vo^  oujf  ato|xat  oiut[o]-  Aoc(e)tc  tritìi [itJc][jl£vo^  ^■-♦W  ^^'''*!^*^  auT[o]v 

TfltuTa*...   aiTta^  oi>to<s  ^i^ppovi  raOta  Sij^a  '  amx;  out{ci>)^  7r«^pov(7|) 

lo      xEvat  et  Se  xai  atv  vuv   xurn  r^   TTEpuj  xevai  eL  Aà  xqtl  àv  vCfv  avrifì  vj  xsptri 

<roTTi;  fl  mijt^eSnxuta  ;x'fl  ?^otìQ<iat  totyj^  ti  -rtjjA&eéiixtiEa  piiÀ  TTOtfjaai 

>.oyf)v  te  TO  xxXtD^  ej^Eiv  T..eiv  eii  Wyov  (1)15  tò  xaXùi;  Ij^iiv  T.*eiv  ev 

aveyojAxi  et  Je  e.,..  ocpTOt^  ira  avE^ofiai  eì  Se   e  ....    spTOK  tcx 
Xi  ,VE7:p«^iyo  [["]]«a[.l«Si«fA[0»ipovYe  ^*  «^^P»"^"  °  "«'««[.>  &ià  ,t[i]xfòv  y* 

15     v£<;Oai  irpo;  tvjv  [..]i[..].v  NtXov  vcofiat  irpò^  r/iv  [*.]e[,.],v   N(i)ilov 

xai  Tov  TTaTfipx  Aico»Mvt<Co>v  6ic  xotl   Tov  iu«Tipa   A7toX'Xwvi(o)v   lic 

ot..T a  £%£<jTii>.av  T£  a,,T a   iirEV7£t>.av   tè 

7rflLp5t3^p[il(ji]a  TO  apyupwv  ePoSta^r  icapa)(^p[yj(i.]a  to  «pyjpiov  c^o^ta? 

Ovivat  G(X4v  0  xat  xaTOcyayeixai  frfivai  OpLlv  0  xai  xotTaty3jy(t)T(£) 

3<>     1;  T»iv  A^e^xv^^pwJtv  (iivTf](fa;jLfi  (f}t^  t^v    'Alt^x^ifiiX"*  wvTi^afie 

vov  aovac  Tcap  ujjhv  £v  tui  Apiivo  vo(i  ò8)óva^  TTotp'  v*(iTv  iv  tùì  Aprivo 

[ft]iTTj{*)  T&iiTo  yap  <nive6[ej{Aìf)v  OpEt  [£]tTYi(/)  toDtcì  yàp  ff'jvt6[6][jt.iìv  ripit 

pieiT£i¥(tt  ftì<7T£  TO  apyuptfiv  xuT[tp]  i;  ptT£W(|>  c3<jTi  TÒ  fltpy'ipiov  aÌT[^]    (s)i; 

t[t?jv]  A[>£];av(Jpfttav  e^u»^iX(;6Yìvai  t[iìiv]  A[)kt]^otv5p£tav  i^^JiaaOTivai 

ÌB      [(fiTou^)  *]  "Trauvi  Yi  atro  PtóijLìfic  [(?tou;),]"  irotuvt  73'  xkò  TiÌp; 

CoL  III. 
xaXti^C  o^v  iroiT,«rxvT[f5  jtaXcSg  oSv  i70iT)«ravT[t;  iv  Xpcrtvoirp] 

1,  reslUué  par  M*  Deissmann,  Beilage  zar  Mùnchener  AUgtm.  Zeiiung,  31  oclobre  1900, 

Digitized  by  V3OOQ1C 


L  —  LFS  T.ETTRES  CHRKTIENNES  SUR  PAPYRUS. 


Tov  avaYv[««>^]Tr(V  5tai[ 
^vxTnTE  TO  apyupiov[ 

ira»\o.[-..]yoy  ap[ 
wv  To    apyippiov  7Tapaxo[ 
Sou^  auTo  Oaovx  ivx  «rw^ 
li    Yevo(uv<K  K  Tifjc  AXi;[av8pt3tv 

WV  TO'JTO  TTOllKTat   IVa  (A7|[  llpItfAt] 

Titvo;  Sia  T71V  ipiTiv  7rpo[ 
2"    rt\  AXfi^flivSpitx  iiaTpiJnr,[ 

iT^t  TY3V  Pto(t»v  atXX  oh;  Y)(JLa«[     ira] 
pXTiv^t'v'  i^aTTOt  stai  TOK  xaTa[ 
TaroK  lcpo[.].[».],T£ier..,[ 
xflti  7cavTfl^*...vaTaSou[  A] 

]ancmkoL,[ 


cIivvj<Ta{jiivo[i]  xà  òflov|  la  ^ÓTtó^xv  ti] 
va^   15  Tf)[A[to>ìv    (L    'j(jLwv)    TÒ    va['j>ov    (e)Ì5 

AXt^avApei] 
XV  C'jv  atO-TOK  e^opjjL[a<TOxi  TTpo^l 
MaStji^ov  TQv  7caVa[v  xat?  IlptjxiTTvov] 
TOV  àvfltyv[c)W]TUV  xxl  [«v  AXiEov^pfitx] 
refj>>f^avT[£;]  tx  o6rJ[via  TaClTX  (aiò  i^o] 
JixfyriTe  to  apyiJpiov  [t^i  npt[i,tTt] 
V(ii  ri  Ma^tfAifi  Tw  xaiT[a  «t  ptiìì] 

Xa[i.€3cvovT[e]c   icop*    a>jT[o5  «7rf>)(^aypxji,[AaTa 

T7i;] 

£TCtfr/jSt[7J^  Xal   rjVTO^  TCXpx  TOu] 

7uti>X[yjaojAÉ  ivoti  ap[a5   t^v  òOovt] 
wv  TO  àpyupLov  i^aptìtxo[(i.t!^ÌTCi) 
Soì»^  aÙTO  0£(to>)vx  Ivx  «T'jv  [to'jtw  irapx] 
YÉvófjLfvo;  (e)^  t^^v   A)v£$[ivip(e)ixv  iyii] 
e5p{ci>)  x^jtÙ  (e)^;  xà  avocX<d{jLx[Ta        (it)] 
ovv  à[teXTiÌ<rriT6,  à^"X<po[l         Sia  TXj^e] 
cav  TouTo  rot^ioai  iva  uri  [ó        npiiai] 
téTvo^  Jtx  Ti?iv  epiifiv  7cpd[^a«itv  t^Xciov  ev] 
Tf,  AXj^avÀptia  5taTpii}ri  [xi^w  ìtcxviw] 
eiri  TViv  'Pwp,>ìv  xXXfej?  Tì[i.a4[  ira] 

paTew^tv  Traxx  xxt  toi;  xaTat[ 
TaTOig  itpo[.]*[p.]*TBtT...[  a<r7;dcCo[i.ai 
xal  TudfcvTO^  [*.à]và  TaSiv(?}  [xal  'A] 
ya0d6oii[Xov  ipp]Jwj6«i  »j[pia;  ev/^fipti 

ijv  7roXX[oi^  j^pdvots] 


La  lettre  est  assez  obscure.  Une  personne  chrótienne  de  Rome  voulant 
partir  pour  Alexandrìe  et  y  trouver  de  rargeiil pour  ses  dépenses  (0.111,1.1 5, ili) 
inerita  ses  amìs  dans  le  Faioum  pour  uno  affaire  d'argent.  Elle  semble  y  avoir 
Ì3a  dìsposition  une  certaine  Homme  d'argenl  qui  resulto  d'une  venta  d'orge 
peut-ètre  (C.  Il,  1.  2).  Mais  cet  argent  est  dans  le  Faioum,  comment  le  faire 
venir  à  Alexandrìe?  Voilà  ponrquoi  notre  lettre  est  adressée  aux  amis  dans  le 
Faioum;  ils  sont  priés  d'acheter  des  toiles  pour  cette  somme  chez  eux  au 
Patoum,  de  les  transporter  à  Alexandria  et  da  les  vendre,  sans  doute  à  un 
prix  plus  élevé,  de  donner  la  somme  re^ue  contro  une  quittance  à  Maxime  ou 
bien  à  Priraitinos,  qui  est  actuellement  à  Alexandrìe;  mais  ponr  qu'il  ne 
perde  pas  de  temps,  celui-ci  doit  verser  Targeot  à  un  nommé  Théonas,  qui 


Digitized  by 


Google 


m 


lede 


ÌRS  PLUS  AXCIENS  MONUMENTS 

i  qu'i 


Di:  CllRISTIANrSME. 

l  le  rencontrera;  ce  dernier,  lui 


lonneraà  celui  qui  vient  de  Rome 
Kussi,  (Hait  presse  de  reiitrer  ìì  Home, 

La  lettre  dont  Tauteiir  parie  avec  une  certaine  autorité  a  èté  Lobjet  de 
plusìeurs  remarques  de  M,  Hahnack,  Sitzunffsberkhtr^  Berlin,  Akademie,  1900, 
p,  984-995,  qui  a  ideiitifié  notre  Mfixime  avec  Tévéque  d'Alexandria  de  ce 
nom  (265-281)  et  Théonas  avec  le  succesBeur  de  Maxime.  Évidommeot  la  lettre 
doit  avoir  été  écrite  au  in*  siede. 


Au-dessus  de  la  seconde  colonne,  il  y  a  trois  lignes  d'écritiire  en  onciale 
du  hi''  cu  iv"  siede;  ce  soni  quelques  mots  de  Flilpitrc  aux  llébreux  i,  1 

[atv]   t4(jl[(jìJv  èv  ToT^  icpo[^]';r3Tx[t^J 

a  Dieu  ayant  anciennement  parie  à  nos  pères  par  les  prophètes  à  più- 
sieurs  fois  et  eu  plusieurs  maDières.  » 


iar_    ■ 


Le  verso  du  papyrus  contient  le  commencement  de  la  Genèae  dans  les  ver- 
sions  des  Septante  et  d'Aquila  (Genèso  i,  1-5),  corame  Ta  coustaté  M.  Ren- 
dei Harris.  L*écriture  ondale,  entremélée  avec  des  éléments  caractéristiques 
de  la  cursive,  date  du  commencement  du  iv**  siede. 

£V   apjf'/j   c7uoti]<T£v   0   8^  Tov  o^jpavQv  xai   Ttiv  yiov 
7]  Se  yn  nv  xopaxo;  >t(at)  3txaTtxax£ua<TT0? 

Eiref£p£TQ  mavia  Tou  uiìatTj^  x(aci)  ecitev 
5     0  6;  yi[yi\]fytiTm  ff^q  x(ai)  eleverò  9tii[^] 

x«i  £t8ev  0  He  To  <pM?  0*^^^  {!•  5*^0  '^^^''^^  5^*^  5i[e]);^tó 
pnj[£]   0  0;  ava  |i.ia[ojv  tou  ^cdto^  xai   avx 
|i.e[«JOv]   TOU   gxoTOii^   xai  e^^^''^^  etrTrspa 
ìcati  8[y£v]iTti  Tcpùit  '^[tEpa  piat  (K  (Jtia) 
lo     ev  xt^akua  (L-xito)  tKTtasv  0?  ^yv  tov  OTjpavov 
xai  T[in]v  yYiv  tu  Se  yn  ifiv  Xcv(Dp.a  xxi  [o]u 
tìfv  xai  [ilii«v  6^  [y]e[v]Y;'HTCi)  ^[^  X'Xe] 
iYCv[eTj,o  ^w;  [x(xt)  etSsJv  f);  to  ^ci>[^  ojrt  aya 
6ov*,Svaj(ia>piTev]  6;  (jleto^u  'ptii[Tog] 

15       x(at)     JAtTO^U    TOU    [«TXOTO]^?  XOtl    EyEVÉTO    ia[7Ì\tfCL 


Digitized  by 


Google 


IL  —  LES  LETTRES  CHRETIENNES  SUR  PAPYRUS. 

L'usage  de  ou6iv(l.  12)  correspondaiit  à  nuSev,  et  de  [ieto^J  (L  14.  15)  cor- 
respoadant  à  (teTXQ^J,  est  bien  connu  par  Ics  papyrus  (v,  Croenert,  Memoria 
Gratca  Hercutanensis^  p«  155).  Les  variautes  du  texto  des  Septantc  ne  soni  pa3 
importantes,  seulemeot  le  papyrus  a  oinis  après  ^/.otoin;  dans  les  Hgiies  8  et 
i5  les  mots  a  Dieu  fìmnma  la  lumiere,  jaur;  et  les  ténèlìres,  nuii  »,  Le  texte 
entier  de  la  version  d'Aquila  est  ici  donne  pour  la  premiere  foìs  jusqu'à  la  fin 
du  vera*  5. 

8 

P^H  LETTRE   DE  JUSTIN   A   PAPNOUTHIOS 

"  Provenant  de  FÉ^ypte.  IV  sìècle. 

Ce  papyrus,  qui  appartenait  antrefois  a  la  coUection  de  Rcinhardt,  est 
conserve  maintenant  à  la  bibliothèque  de  Heidelberg,  Hauteur  21'"'3,  largeur 
li*";  Técriture  de  la  lettre  marche  parallèleraent  sur  les  fibres  horizontales; 
la  marge  à  gauche  mesure  1t°^^  l^nférieure  4*^"".  Alors,  on  a  plié  le  papyrus 
verticalernent,  les  bandes  onl  la  largeur  de  0.8,  1.5,  i.6,  1.7,  1.7,  L5,  1.6, 
1"*6;  la  troisième  bande  porte  au  verso  Fadresse  qui  est  écrite  verticalemcnt- 
Le  commencement  du  papyrus  est  perdu. 

D'après  les  indications  palcograpbiques  et  orthographiques  et  d'après 
celles  du  style,  le  papyrus  dati*  de  la  preoiière  parfie  du  iv"  sièele.  Il  a  cté 
èdite  dans  les  Verorff'entlk'hìmgen  aus  tler  Heiilelherytr  PaptfrtiS'Sammhing  /. 
UieSepiuaginia  Papìjri  uml  amlere  allrhrintlivlte  Texle  heratisgeyeben  vfm  LV  Adolf 
Deissmajìn,  p,  9i'104,  el  nous  u'avons  qu'à  reproduire  Texcellente  édition  de 
M.  Deissmann, 


Texte  du  papyrus       liestitutiou  : 
[3  lignes  perduesj 
.[le  reste  perdu       ] 
x*l  7    lettres   perdues]  ^v[.]i7r[.,.]. 

(nf]vyp[  5  lettres     jnTavxupt£[i,€>tj 

«Y''96v6f  0  30U  |iev<I£  TO  V 

*U  <T7roTT^vx,a.i)t6vova[ .  ]pwtt[  •  ] 
wao\iv^ìrjito>.Xotyp  x<fK*)y-at 
fAuaapTfiffCtì  £v  Yfltp[,,]»Ti 

)jX^tX0'JX£X<pit»^QVT3t.[.  ] 

TiX[ixpTt7ì-xapaxx>.tu[ .  ]uv 


[  '  ] 

'TI^V    ^p[73ffTÓT]Y]Tav,    7VÌotÌ    [JLWl 

iyaTc(7))T£(,)  xtffTEtiOULEv  yip 

17] V  iroliT.iJtot[v  tJqu  fivv  (I,  iv)  o«ipav6i(,) 

Ì(jt£)ttì£V    0£(ti>)pOÌJjÌ,£v    Gì    TÒV 

Se<j7cÓT7jv  xxi  y-(ot)vòv  (77}x[Tlp(t)[va](.) 
tvx  oùv  p)j  TCoX'Xà  Ypxyoj  }txl 
<pXu(p)ap7|(jo>  - —  *£v  Yxp   [ttojXT.'^ 
'kakix  oxtx  ix(p£y$ovT[at] 
(rj-i^fv)  x(i^pT{(x)v,  —  TCxpxxaXw  [ojuv, 


Digitized  by 


Google 


140  LES  PLUS  ANCIENS  MONUMENTS  DU  CHRISTIANISME 

15     S«(T7coTatyapv7](tov[,]uin<r 

tjXfiiTOva(jtrapTovAov  irapaxa 
TO  pttKpo  V  fcX  eouS  ta  tou  «5  £>. 

ìtp  0  aa  Y  Ci>  p£U7Ca  VTI<IT0Ti<7  3t 
iScXf  QUini  {JICO  V  £  VXUf  p  pOA 

fltirpovo  la '<p'uXa5a[,] 
ETcìixeytTTovjnJo 
vov  £V  xùi  ytii 
xupit  ayan7]T[.] 


|i.Qt  £t?  T3t;  àyta^  (70U  £Ù)^«^(,)  r* 

va  Xtivn8<i;>.8v  (xlpoj  t(w)v  (àjz) 

apTtùv  xaflxpt'7ew5(.)  il;  ysfcp 

(£)ì[jLt  t(<Ì)v   i[jLfltfT(a>]>£jv  f,)  TTOtpxxa- 

)^ta(.)  xaTa5t<«><^v  S^eoSat 

rò  fjLtxpòv  fiX(ai)cn>  Jià  tou  i.^tX~ 

TTpociayopErj^w}  TCXvT(a)f  Tot*;  a 

^EXfOug    7][I.^V    fiV   K(tlpl)<s>(.)    Cppii>- 
(Jti^OV    <Xi  T^    6(«)t 

vov    V*   K(upi)(i}    X(piCT)w 

xupte  iya7ry)T[É](.) 


Verso  [7   lettres]  pLouxxiaya7niTtaaS£X<{Kii*T^aTrvou0iw^pr,<jTO9oa[*.] 

irOLp/tOUaTWOli 

[t(i»  xop(ùi]  fAOu  jwtl  àyaLtcnTcji  iiik^  Ilairvoutìto*  Xpin<rTO^p[ot>] 

7rap(à )    '  1  o'jCT t vou 


TBADUCTION 


«  Moi,  Justin,  j'offre  mon  salut  à  mon  seigneiir  et  cher  frère  Papnouthios, 

fila  de  Christophore,  [ ]  à  votre  borito,  cher  seigneur.  Votre  vie  est  celie 

don  citoyeii  du  ciel,  nous  en  sommes  eoiivaincu;  en  eonséquence,  nous  te  re- 
gardons  coinnie  notrc  seigneur  et  proteeteur  de  tous.  Mais  je  ne  veiix  pas 
écrire  et  parler  trop,  car  et  la  multitude  des  parolea  n'est  pas  exempte  de  pò- 
che »;  or  je  vous  prie,  seigoenr,  de  faire  niention  de  moi  dans  vos  saintas 
prières  pour  que  nous  pulssions  Otre  participants  de  la  purification  de  nos  pé- 
chèa;  car  moi  je  suis  un  des  pécheurs.  Je  vous  prie*  Veiiillez  agréer  ce  peu 
dliuile  par  notre  frère  Macaire.  Mille  saluls  à  tous  nos  frères  dans  le  Sei- 
gneur, Que  la  providence  de  Dieu  conserve  votre  sante,  cher  seigneur,  le 
plus  longtemps  au  nom  du  Seigneur  Christ.   »   ^ 

Adresse  :  A  mon  seigneur  et  cher  frère  Papnoutliios,  fils  de  Christophore, 
lettre  de  Justin. 

Lea  personnages  de  la  lettre  sont  ìnconnus,  mais  ils  sont  évidemment 
chrétiena.  Justin  cite  dans  la  lettre,  qui  est  du  reste  rédigée  avec  les  formules 
épistolaìres  de  cette  epoque,  un  passage  de  la  saìnte  Ecriture:  Proverbes  x,  19. 


Digitized  by 


Google 


1(47] 


IL 


LKS  LETTRKS  CHHKTrRNNES  SUR  PA1>YHUS. 


141 


CONSinfillATIONS    (IKNEIIALES 


Dès  la  première  epoque,  le-  coinraerce  épistolaire  a  été  de  la  plus  grande 
I  importance  pour  le  christianisme;  il  3^  avait  des  lettres  pour  rinstruction  dc3 
■  crovants,  pour  la  corroboralion  de  la  foi,  des  lettres  pour  consoler  et  d'autres 
pour  organiser.  Le  christianisme  atlait  vaincre  Tidolàtrie,  gMce  à  sa  supé- 
rioritt*  divine  et  gràce  aussi  a  sa  grandiose  organisation,  qui  utilssait  le 
monde  par  son  idée.  La  lettre  oiivoyée  de  Rome,  écrite  vers  Tan  250,  adresséc 
à  des  clu'étìens  du  Faìoum  en  Égypte,  iious  donne  la  preuve,  aujourdliui 
encore,  de  rallianee  intime  entro  des  mombres  très  éloigués  de  l'Église  dont 
ehacun  devait  tendre  vera  son  but  idéal. 

Une  autre  lettre  (n"  6)  nous  ré  vele  le  ton  intime  entre  les  chrétieus  au 
temps  dee  persécutions. 


Digitized  by 


Google 


CHAPITRE  ni 


FBAGMENTS  DE  LIVRES  CANONIQUES 


SAINT  MATTHIEU,  GH.  L  SUR  PAPYRUS 


Provenant  d'Oxyrliytiehos.  Frol^ablemtnt  du  HI'*  cu  da  commencemént 
du  IV'    BÌècle.  iVoir  iHunrhi'  L  L 

D^après  les  indications  paléographiques,  c'est  un  des  plus  anciens  frag- 
ments  d'un  manuscrit  des  évangiles  canoniques.  Il  a  été  publié  par  MM.  Gren- 
FELL  et  HuHT  daiis  Igs  Oxijrhynvhm  Papyri,  voi.  1,  n''  2,  p.  4-G.  C'est  une  feuiUe 
arrachée  d'uD  codex  en  papyrus  (non  pas  d'un  rouleau)  forme  de  doubles 
feuiiles  pliées;  la  moitié  de  gauche  est  perdue  rnaintenanl. 

Figurons-nous  une  feuille  de  papyrus;  un  còte  a  des  fibres  horizontales 
(=)i  l'autre  des  vertieales  (||||);  plions  cette  feuille  :  elle  formerà  quatre 
pages,  dont  la  première  aura  des  fibres  horizontales,  la  deuxième  des  verti- 
eales, la  troisième  des  vertieales,  la  quatrième  des  horizontales.  Le  toni  petit 
reste  de  la  première  page  ne  contient  quc  le  coramencement  de  trois  lignes  ; 

er€N[ 

nAP[ 
MHT[ 

L'écriture  de  la  deuxième  page  est  entièrement  perdue.  La  troisième  page 
est  la  première  du  texte  de  saint  Matthieu,  la  quatrième  est  la  seconde*  La 
ligne  du  manuscrit  contenait  26-30  lettres  environ,  la  troisième  page  avait 
29  lignes  d'écriture.  Si  nous  supposons  que  notre  feuille  n^a  pas  été  liée 
avec  une  autre  feuille  mise  entra  la  deuxième  et  la  troisième  page,  nous  ne 
trouvons  pas  vers  la  fin  d'un  autre  évangile  un  passage  qui  puisse  étre  com- 
pare avec  le  reste  des  3  lignes  si  ce  n'est  saint  Lue,  24,30  :  iyh[tTo  ;  eependant 
ce  reste  est  trop  mediocre  pour  qu'une  telle  identification  soit  vraisemblable. 
La  succession  des  évangiles  dans  l'antiquité  a  été  celle  que  nous  avons 
maintenant  cu  celle-là  :  Mattbieu,  Jean,  Lue,  Marc  (voir  aussi  TertuUion  Àdì\ 
Marc.  4,2  fidem  ex  apostolis  Joannes  et  Matthaeus  insinuant,  ex  apostolicis 
Lucas  et  Marcus  instaurant). 


Digitized  by 


Google 


'49Ì 


in.  -  FRAGMRXTS  lìK  I.IVRES  CAXOMQUES. 


143 


Le  papyrus  a  été  trouvé  un  nu  deux  jonrs  apròs  la  décou verte  des  Logia 
d'Oxyrlu'ncUos,  dans  les  environs  des  niiiics  qui  avaieiit  couvert  les  Logia.  On 
rencontre  dans  ce  mauuscrit  les  abréviationa  ordinaires  de  ^utou);  X{ptcTo)4 
vi(ift);  icv(eupi)a  x(upio){,  daus  ce  cas,  au  conimenccnient  des  niots  le  I  a  deux 
poiots.  Une  fois  on  a  écritune  ponctuation  :  page  A,  1.  17;  un  esprit  à  la  page 
B,  L  14.  Les  aoms  propres  étrangers  portent  à  la  fin  une  apostrophe,  nsagi' 
fort  bien  connu  par  Ii.'S  manuscrits  grecs  en  onciale  (voir  Wessei.v,  dans  l'é- 
ditiun  du  Dioscuridcs,  cude.r  Aniciar  luUanae,  Leyde,  1906,  p.  138  ss.).  Je 
donne  ici  le  texte  d'après  les  pretniers  édìleurs.  Le  manuscrit  uè  distingue 
pas  ics  mots  à  leur  fin. 

TEXTE    UE    LA.    PHEMIKltG    PACK    Itli    SAINT    MATTHIEU 


A 


BiBAOC  reNececoc  tv  xv  yy  aayia  [yioy 

ABPAAM  ABPAAM  ereNNHCeN  TON    ICAAK 
ICAAK  Atei  ereNNHCGN  TlONl  lAKQB  [lAKCOB 

AG  er:e]NNHceN  ton  ioyaan  kiaji  TiOyc 
5   A[AieA(i)OYC  aytoy  ioyaac  Ae  ereNNH 

CeN  TON  (t»APeC  KAI  TON  ZAPG  GK  THC  Qk 
MAP  4>APeC  AG  GTGNNHCGN  TON  CCPOOM 
GCPCO.M  AG  ereNNHCGN  TON  [AJPAM  APAM 
AG  [GITGNNHCGN  TON  AMMINAAAB  AM 
lo    M[|1NAA.A]B  AG  GTGNNHCGN  TON  NAACCCO 

NAA[CjCa)N  AG  ercNNHCGN  TON  caa[m:wn 

CAAMCON  AG  erGNN[H]CeN  TON  BOGC  GK 
THC  PAXAB  BOGC  AG  GrGNNHCGN  TON  I 
COBHA'GK  THC  PLOjYO  ÌGlÌBN  A  AG  GfGNNH 
li    CGN  TON  ieCCAI   IGCCAI  AlG  GfGNNHCGN 
TON  AAYIA  TON  BACIAG[A  AAYjlA  AG  efGN 
NHCGN  TON  COAOMCONA  GK  THC  OYPGIOYCO 
AOMOùN  AG  GrGNNH[C]€N  TON  POBOAM  POBO 

AM  Ae  ereNNHceN  t(0]n  ABLeiiA  abgia  ag 
so  ereNNHCGN  ton  aca[<|)]  aca*  ag  gfgn 

NHCGN  TON  ÌCOCA(t>AT'  ÌCOCA<t>AT*  AG  GrGN_ 

N[HiceN  TON  icoPAM  icoPAM  A€  ereNNlHCje 

[TONJ  OZeillAN  OZeiAC  AG  GreìN]NHC[eN 

MGTA  AG  TH]N  MG 
r.    TOIKGCIAN  BABYAWNOC  IGXONI>C  ere" 

J- 
ZOPOBABGA  Ale 


VATH.    fili     —     r.    TV 


Digitized  by 


GooqI^^^I 


Lh:s  PLUS  ANCIEXS  MONUMENTS  DU  CIIRISTIANISME. 


(50] 


TEXTE  DK  L\  DEUXIKME  PAGE  DE  SAINT  MATTHIKU 

B 

ITON]  CAAa>[K  ClAACOK  Ae  ereNNHCGN  TOM 

lAxeiM]  AxeiM  Ae  ere[NìNHC€N  ton  eAtOY:A 
[eAtOYjA  Ae  erL€]NNH[CieN  ton  cacazap  €Ae 
A[z]AP  Ae  [eireNNHceN  ton  maooan  ma00a  n 
5   Ae  ereNNHCeN  ton  iakcob  iakwb  Ae 
eTeNNHceN  ìcoch*}»  ton_anapa  mia  _ 

piAC  ez  Hc  ercNNHie  H  ic  o  AeromeNOC  xc] 
nACAi  OYN  reìN^ejAi  Ano  abpaam  ewc 

AAYIA  reNGAI  lA  KAI  AUO  lAlAlYlIA'  lejùOC  THC 
10    MeTOlKeCIAC  BABYACONOìC)  re[NeAI]  lA  KAil 
Ano  THC  MeTiOilKeCIAC  BAB[Y|AC0N[OX  GCOC 

TOY  XY  reNeAi  ia  toy  Ae  iy  xy  h  reNe 

eie  OYTCOC  HN  MNHCTeYGeiCHC  THC  MH 

TPOC  AYTOY  M^APIjAiCj  TG)  [IG01CH<|>  nPIN  H  CYN 

(s  eA0eiN_AYTOY[cj  eYPe©tHi  eN  tacipi  exoY 

CA  GK  InNC]  A[n0Y  ICOCH*  Ae  O    ANHP  AY 
THC  AlIlKAlLOC  CON  KAI  MH  GeAWN  AYTHN 
AeiTMAlTiedCAI  eBOYAH  0H    AA0PA 
AnOAYiCAI  AYjTHN  ITJAYTA[A€  AYTOY  EN 
2i>    [01YMH[©€NTOC  lìAOY  APireAOC  KY    KjAtT 

oiNAP  :e<t>ANH  AivTO)  [AercoN;  ia3ClHi4> 

(YIOCl  A[AYIA,  MI  Hi  <|)O[BH0HC]  nAPlAAABìei 
MJAPIAN  TiHN    rYNAI[l<A_COYi  TO  TAtP  eN  AY 
[TH  reNjNH0eN  €[KÌ  nNC  [eCTIN]  A[ri 


1 


1 


2h    M€[ 


En  ce  qui  eoncerue  les  variantes  des  plus  ancìens  manuscrils  du  Nouveau 
Testamenti  le  papyrus  offre  uà  texte  excelleut  eu  suivant  la  classe  qui  est 
représentée  par  le  codex  Vaticanus  et  par  le  Siuaìticiis.  Voici  les  variantes  : 
A.     1  AAYIA  (papypus)   :  variantos  à^u-i^     B.     u  MAOOAN  :  MaiOav 


el  AftSi5 

ii  GrCNNHCEN   :  ifi^^r^ai 

G  ICa}CH4>    :   ^òv  'IcjflT^i 

u  zAPe  .  /«p 

»  reNGAi  :  »i  rvi«( 

y  AMMINAAAB  :  'Aiiivaò<£6 

9  IA    :   Ò£xotTeV^apec 

li   BOGC    :    ^'^^ 

12  TOY  AG   IY  XY  :  'co'^  5i  Xptrrou,  tou  ci 

13  IQBHA  :  '«^r8 

rGNGCIC    :   ^h^r.fiK 

l«  Ae£r£NNHC€N:òl6pat(rail.< 

;  ^Y*vvTj^£ 

13  MNHCTGYeGICHC  :  |itvr,<ruiie£t(nj«  yip 

17  COAOMCùNA      i:oWwvia 

18  7raptt5siYfiiGitio8i 

OYPeiOY  :  Oip(ou 

23  MapidtuL 

ly  ABGIA  :  'ASti 
20  ACA<1>      '^^'^ 


Digitized  by 


Google 


[51]  III.  —  FRAGMENTS  DE  LIVRES  CANONIQUES.  145 


10 

SAINT  JEAN,  CHAPITRB8  I  ET  XX  (FRAGMENTS) 
Provenant  d'Oxyrhynchos.  fiorii  entro  800  et  300  environ. 

Gomme  le  précédent,  ce  papyru8  est  le  reste  d'un  livre  en  forme  de 
codex;  une  ligne  avait  23-27  lettres  environ,  une  page  28  lignes  an  moins.  La 
fenille  a  été  pliée;  la  première  page,  où  Téeritare  est  perpendiculaire  aux 
fibres  da  papyrus  (|||),  contient  le  texte  de  saint  Jean,  chap.  i,  23-31;  la 
denxième,  avec  Técriture  parallèle  aux  fìbres  (=),chap.  i,  33-41;  latroisième, 
comme  la  précédente  aux  fibres  horizontales  (=),  chap.  xx,  11-17;  la  qua- 
trième,  qui  est  aussi  mutiiée,  — écriture  perpendiculaire  aux  fibres  (|||),  — 
chap.  XX,  19-25.  D'après  les  indications  de  notre  feuillet  le  manuscrit  tout 
entier  devait  avoir  l'évangile  de  saint  Jean  sur  25  feuilles,  dont  22  contenaient 
les  18  chapitres  perdus  entre  la  première  et  la  seconde  partie  de  notre  papyrus. 

La  paléographie  de  ce  papyrus  ne  présente  pas  de  différences  avec  celle 
du  précédent.  L'écriture  offre  le  caractère  du  iii''  siècle  de  notre  ère.  Je  re- 
produis  ici  la  première  édition  de  MM.  Grenfell  et  Hunt,  Oxyrhynchus  Papyriy 
II,  208,  p.  1-8. 

PREMIÈRE    PAGE 

Saint  Jean  i,  23      i     [eylw  9««>v[>i]  Po[«vto;  ev  tti  epYi(xa> 

[eu]OuvaT[c  ttjv  oSov  xu  xaOo>{  ei 

24  [ir]ev  >i<ia[iac  o  irpo^tjnj;  xai  aire<y 
[T]a^8voi[  ijffocv  6x  T<i)v  f  optffai 

25  5     [a)]v  xflu  Topa)[T7iffav  auTov  ti  o'jv  Pa 

iTTiJ^ei^  ei[  ffu  oux  ci  o  yj;  ouJe  ijXia; 

26  oo^s  0  irpo[9ir}Tio;  aicExpiOv)  auroi;  o 
lLc«)avv[Yi<  Xeywv  eyo)  f^ait^tt^ta  «v  u 
Saxt  (i[eGOc  M[^iv  ffT7)xei  ov  u(t6i$ 

27  10     oux  OiSa[T(  0  oiriffd)  pimi  spxoP'S 

[v]o{  [o]u  o[ux  eipie  a^io;  iva  \\)C(a  au 
Toti  Tov  [  tpLocvra  tou  mro^iopiaTo; 

28  Tavra  ev  p[7)6avia  tyeveTO  ice 
pav  TOU  (©[p^ovou  07COU  yjv  o  ìtcoav 

29  15     [v]»;  Pa7:Ti[Ca>v  rti  eiraupiov  p>.e 

irei  TOV  4t)v[  ep^^opicvov  irpo;  auTOv 
xoct  Xifti  [ièt  0  apivo^  TOU  6u  o  aipa> 

30  TVìv  otpiap[Tiav  tou  xo^piou  ouTtK 
€<TTiv  u7rtp[  ou  sy»  eiicov  oirica>  piou 


Digitized  by 


Google 


146  LES  PLUS  ANCIENS  MONUMENTS  DU  CHRISTIANISME.  [52] 

20     tfiirai  a[v7)p  o^  efATcpo^ev  (aou 
I,  31  y6YOv[6V  ori  irpa>TOC  jiou  yiv  xayo) 

oux  Y)^[£iv  auTOv  olW  iva  f  avepa> 
6ri[Ta)  i<7pai)X  Jia  touto  tj^Oov  e 

t[«-  •     • 


DEUXIEME    PAGE 


33  1     [xcLyiù  oux  TQ^Eiv  auTov]  aXX'  o  ir[e(jL 

[^a?  (xc  paiTTt^etv  6v  u]JaT[i]  £[x6t 
[vo<  (tot  eiTcev  69  ov  av  i]^in;  to  [wva 
[xaTaSatvov  xai  [xev]ov  ew  au[Tov 
5     [ouTO^  e^Tiv  0  paimJTjwv  ev  ic[vi  a 

34  [yutf  xayci)  eoipaxa  xai  (tepi]apTup7ix«  0 

35  [ti  outo^  EdTiv  0  fix^exTo];  tou  6u     me 
[iraopiov  lOTTixet  0  iwavvjTj^     xai  £x 

36  [twv  (laOYiTcov  auTOii  S]uo  xat  «(«. 

10     [p^e<|;ag  tw  iyii»  wepi7caTo]uvTi  >.£Y£[i 

37  [i^e  0  a(Avo;  TOU  Ou  xai  7ixo]u<jav  U  Juo 
[(JiaOTiTai  Xa>.ouvTOC  x«i  7i]xoXou6yi 

38  [aav  rtù  iyìu  oTpocfei;  ^]£  0  ìy)c  xoct  6e 
[affa(i.£voc  auTOu;  otxJo^ouOouvTag 

39  L'i     [^£^£1  auToi?  TI  J^YiTeijTe  '01  8t    fiixav  au 

[tW  pa66ei   0  >.fiY6Tai   £p]|i,YlV£\>0(JL£ 
[VOV   è\SoL(JXOL'ki  7C0U    (it.£v]£i;       X€y£l 

40  [auTOic  £px^^^^  ^^^  o^£](y8€     yi>.6av 

[ouv  xai  £i^av   ttou   (jL£V£t  x]at  xap  auTW 
20     [£^£ivav  TYiv  yjfjiepav]  fix£ivY)v  [ti)] 

41  [pa  TQV  (o;  ^ExaTT)  yjv  avijpfix;  0  a 
[S£X9o;         15  lettres         ^]uo  tcov 
[axo'jaavTwv  wapa  iwavvolu  xai  a 
[xo>.ou67j(yavTo)V 


TROÌSIEME    PAGE 

XX,  11  [AV7i[x[£ta)  e^tó  x>.aiou(ya  w;  ouv  fix'Xaifiv 

12  xap£Xi»[^ev  ei?  to  (jLVYifjifitov  xai  Ofiw 

pei  Juo[  ayye^.ou;  ev  Xeuxoi;  xaO£^0(iLe 
v^ou;  £va  wpo;  tti   X£(paX7i   xai  èva  xpo; 
5     t[o'.^  Tcoaiv 


Digitized  by 


Google 


^Pl^                  HI.  —  FRAGMENTS  DE  LIVRES  CANONIQUES.                       147          ^| 

3  lignes  perdues.                                                             J 

^^^^B 

'j 

tj[.oii[  )cat  Qux  oiSot  770'>   £(h}xav  «turov                                           ^^| 

^^H 

IO 

TxijTa[  ciTCQU'7a  etTTpotfir)  et;  Ta  oiri  ^^1 
cri»  }cab[  0£(it>pst  Tov  tinv  e^rtitiTa  xai  ou  ^^È 
%  inSci[  on  171^  e<mv  XeyEt  xuttj  lti^                                       ^^| 

^^H 

15 

acyTta[  xe  ei  <rj  fi&tcrttt'ra^  xurov  e  tire  ^^| 
^   irl^OIJ   €&DXa;   OCUTOV    )tdcy«ii    XliXOV                                                        ^H 

^^H 

apw[  Xf^ei  auTT)  iti;  f^ocpiaji.  arpoc^et  ^^| 
[(Toi   8XEIV7J   X^yii  xtiTco  flSpaifJTi  pocS                                          ^^H 

^^B 

20 

QU4TH!£M1^    PAGE                                                                                               ^H 

^^H 

7i\6]ev  [o                                           ^H 

^^H 

& 

3 

ou  4  lignes  perdues.                                                     ^H 

^^^^H 

\ì 

la££T£  %]vx   oc                                                     ^^H 

^^H 

[afaavTSti  ourrotc   otv  T(vaiv]    xp€CT7)T£                                         ^^H 

^^H 

[xtxpaTTgvTotk  StDpLce^  ^b  et;  ex  tctijv  iu                                     ^^| 

^^H 

ih 

Digitized  by  C^OOQlCj^^H 

148 


LES  PLUS  ANCIENS  MONUMENTS  DU  CHRISTIANISME. 


t&41 


VARIANTES    DU   TEXTE . 

Pag.  1,  L  5  (S.  Jean  i,  25).  Tous  les  aiitres  manuscrils  ajouteni  xal  ekxv 
otirw  avant  ti  ouv;  le  papyrus  a  omìs  cette  phrase  qui  a  tin  sens  identique 
avec  la  précédente» 

L*  8  (i,  26).  iciiflEw[7]c  :  'ItuavT)?. 

L.  IO  (i»  27).  Il  est  évident  que  le  papyrus  avee  les  manuscrils  KBCL  a 
omis  auTo;  i^Ttv  après  oiJaTE. 

L,  11  (i,  27).  Le  mot  iyé  qui  se  trouve  dans  les  manuscrits  avant  ouic  ou 
après  Et(i.i  n'existait  pas  dans  le  papyrus. 

Pag.  2,  1.  7  (i,  34).  La  le^on  o  tx>.exTo];  est  à  préférer  à  ó  uifi];  suivant  les 
ìndications  que  nous  donne  la  grandeiir  de  la  lacune* 

L.  12  (i,  37j.  (XKTou  qui  est  piace  datis  les  mss,  de%^ant  oi  ^uo  [^afhìTxi  ou 
après  5uo  ou  après  [Axfhr^Txt  u'a  pas  existé  dans  le  papyrus, 

L.  15  (i,  39).  01  Sé  existe  aussi  dans  tous  les  autres  mss.  Les  points  sur 
aii[Tid  signifient  qu'il  faut  mettre  ce  mot. 

L.  16  (i,  39j,  jjtfSssjjtKivsuófiEvov  ABCL  etc. 

L,  22  (I,  41).  lei  le  texte  est  différent  de  eelui  dea  édìiìons  :  àSaX^ò;  Et[i.ti»K>4 
Oirpou  lU  Twv  Ji>> . 

Pag,  3, 1.  18  (xx,  161.  L'omission  de  sSpat^Ti  comme  dans  les  mss.  AEGR  etc- 
ne  peut  étre  conciliée  avec  la  grandeur  de  la  lacune. 

L.  19  (xx,  16).  La  le^on  ordinai  re  :  pa6€ouvt,  8  li-^trai  XiJ«<j3c«>.€.  "Xiyet  otir^ 
[6]  ^haouq  est  trop  longue, 

Pag.  4,  ].  3  (xx,  20).  toGto  MSS. 

L,  4  (xx,  20).  Les  variantes  amot^  t»;  yeipa^,..  irXtupav  auToy  ne  sont  pas 
admissibles  dans  le  texte  du  papyrus. 

L,  5  (xx,  20),  Le  papyrus  a  place,  conforménient  à  W»  oiv  avant  ^XOfiv  et 
omis  afXXoi  avant  jxo/h\Tai. 

Pour  résumer,  nous  pouvons  dire  que  le  texte  du  papyrus  est  bon  et  qu'il 
est  parent  du  ms.  K. 

H 


I 

r 


ÉPITHE  DE  SAINT  PAUL  AUX  ROMAlNfS,  CHAP.  I,  1-7 

Provenant  d'Oxyrbj&chos.  Écrit  aa  commeneeiDeiit  du  1V«  siècle.  {Voir  Planche  11,8.) 

Le  papyrus  a  été  trouvé  avec  un  contrai  de  Fan  316  et  cesi  aussi  d'après 
les  Ìndications  paléographiques  et  le  caractère  cursif  des  dernières  lignea, 
Tépoque  où  le  nòtre  fut  écrit.  Mais  ce  n'est  pas  le  fragment  d'un  livre  qui 
nous  est  parvenu,  c'est  plutót  une  copie  qui  n'affecte  pas  la  valeur  d'un 
manuscrit   régulier.  Le    papyrus    mesure  251    mìlliraètres   de    hauteur   et 


Digitized  by 


Google    ^À 


55]  III.        FRAGMENTS  DE  LIVRES  CANONIQUES.  149 

99  millimètres  de  largeur.  Dans  la  marge  supérieure  de  20  millimètres  en 
ia.ut  du  papyrus  est  le  numero  1,  première  page.  Le  papyrus  semble  avoir 
ite  plié  dans  les  distances  de  2^5,  S^'^S,  3^"5,  S'^o,  4^™2  dans  la  direction 
•rerticale  contre  celle  des  fibres  horizontales  du  papyrus.  Les  abréviations  et 
.es  autres  particularités  paléographiques  sont  celles  des  manuscrits  onciaux. 
Nous  reproduisons  le  texte  de  la  première  édition  de  MM.  Grenfell  et 
HxjNT,  Oxyrhynchus  Papyri,  II,  n**  209,  piate  II,  p.  8-9. 


I .        nAYAOC  •  AOYAOC  XPY  THYJCAHTOC  AnOCTOAOC  •  AcjXOPIC 

MGNOC  eie  GYArTeAiON  0Y  o  npoenHrreiAATO  aia  Tfco]  n  npco 

(|)HTa)N  AYTOY  GN  rP[A](|)AIC  AfeiAC  nGPI  TOY  YY  AYTOY  TOY 
reNOMGNOY  GK'  Cn[e]PMATOC  AAYA'  KATA  CAPKA  TOY  OPICeGN 
5       TOC  Ty  0Y  GN  AYNAMGI  KATA  TINA  AnCOCCYNHC  £1  ANAC 
TACeCOC  NeKPCON  ÌHY  XPY  TOY  KY  HMCON  Al  OY  e[AjA[B]0 
MGN  XAPIN  KAI  AMOCTOACON  GIC  YnAKCOONJlICTeOC  GN 

nACi  TOic  e0Nec[i]  Ynep  toy  onomatoc  ihy  xpy  nACiN 

TOYC  OYCIN  GN  [P]COMH  AfAnHTOIC  OY  KAHTOIC  [A]riOIC 
IO       XAPIC  HMIN  KAI  e[IP]HNH  AnO  0Y  nPOC  HMCON  KAI  KY  XPY 
IHY 

L.  1.  L'apposition  après  ITouXo^  est  mise  entre  deux  points;  on  trouvera  sur 
cet  usage  dans  les  anciens  manuscrits  en  onciales  de  nombreuses  observations 
dans  l'édition  de  Dioscurides  de  Leyde  (SijthofiF),  p.  167-197. 

L.  2.  3.  4.  Pour  distinguer  la  fin  des  mots  étrangers  (AauS'),  des  syllabes  et 
des  mots  où  ily  a  une  pluralité  de  consonues  ou  deux  consonnes  identiques,  on 
mettait  uneespèce  d'apostrophe  dans  l'onciale  :  ex  <y7rep(jLXTo;,  euay'y6>.iov,  wpoeir- 
■nYfiikxTo  et  méme,  par  erreur,  ay'eia<;  beaucoup  d'analogies  sont  énumérées 
dans  Tédition  de  Dioscurides,  mentionnée  plus  haut,  p.  137-150. 

L.  5,  lisez  àytoMTUviQCy  —  1.  6, 1.  m«T««^>  —  !•  9,  1.  toi^  oudiv. 

Une  variante  du  texte  rógulier  est  XPY  IHY  au  lieu  de  IHY  XPY  dans  la  der- 
nière  ligne. 

A  la  fin  du  feuillet,  il  y  a  quelques  lignes  d'écriture  à  piume  hàtive  qui 
semblent  ótre  un  exercice  d'écriturè  cursive  (seconde  main)  : 

AùpY)'Xio^  na0^o[{  ..]vuvKnou  Td>v  wapà  yevTfjjiaTo^ 
7C«pl  Tcjv  yiHTUkiTfù'*  [...]ou  ìitI   tou  "kùytid^  ..[.]t<ov 


Au  verso  :  w[...]«Tfi  aTO^To^o^ 

(l"main)  A 


Digitized  by 


Google 


150  LES  PLUS  ANCIENS  MONUMENTS  DU  CHRISTIANISME.  [56] 

J'ai  reproduit  ici  la  legon  des  MM.  Grenfell  et  Hunt.  On  pourrait  conjec- 
turer  dans  la  seconde  ligne  :  [xal  tJoG  67ciW(7rou)  Xoyeia;;  cependant  ce  travail  ne 
peut  avoir  poar  resultai  de  donner  des  phrases  entières;  les  mots  ainsi  rétablis 
présentent  un  sens  plus  ou  moins  insignifiant. 

CONSIDÉRATIONS    GÉNÉRALES 

Les  papyrus  que  nous  venons  de  reproduire  montrent  que  nous  possé- 
dons  encore  de  précieux  fragments  des  livres  canoniques  du  Nouveau  Tes- 
tament  qui  datent  de  l'epoque  entre  200  et  300  environ.  En  ce  qui  concerne 
la  qualité  du  texte,  nous  n  y  trouvons  que  de  petites  variantes  qui  ne  sont 
pas  plus  grandes  que  celles  des  manuscrits  en  onciales  déjà  connus.  L'his- 
toire  diplomatique  du  Nouveau  Testament  est  arrivée  maintenant,  gràce  aux 
papyrus,  jusqu'au  ii*  ou  au  commencement  du  in*  siècle. 


Digitized  by 


Google 


CHAPITRE  IV 

FRAGMENTS  DE  COLLECTIONS  DE  PRÉTENDUES  SENTENCES 

DE  JESUS 

12 

LES  S0I-DI8ANT  LOGIA  DE  JESUS 

Provenant  d^Oxyrhynchos.  ficriiare  de  l^èpoqae  entre  160  et  300. 

Feuillet  arraché  d'un  livre  écrit  en  forme  de  codex  (non  pas  rouleau)  de 
papyrus  (hauteur  IS*"",  largeur  9*")  trouvé  dans  les  ruines  d'Oxyrhynchos  par 
MM.  GRENFELLet  HuNT,  pubHé  sous  le  titre  :  B.-P.  Grenfell  and  A.  S.  Hunt, 
AOriA  ÌHCOY  sayings  of  our  Lord  from  an  early  greek  papyrus,  London,  Egypt 
Eaxploration  Fund,  1897;  repablié  en  1898  dans  les  Oxyrhynchus  Papyri,  pars  I, 
p.  1-3.  Cf.  Adolf  Harnack,  Ueberdie  jungst  entdeckten  Sprùcke  Jesu,  Freiburg 
i.  B.,  Mohr,  1897  et  Two  Lectures  on  the  Sayings  of  Jesus,  par  les  professeurs 
W.  LocK  et  W.  Sanday,  Oxford,  Clarendon  Press,  1897,  qui  ont  énuméré  la 
littérature  qui  s'en  est  occupée  comme  Holtzmann,  Theolog.  lahresbericht,  XVII, 

1897,  p.  115  ss.;  XVIII,  1898,  p.  148  ss.,  et  Ehrhard,  Die  altchristliche  Litte- 
ratur  und  ihre  Erforschung,  I,  124  ss.,  en  critiquant  ou  suppléant  la  première 
publication;  ony  trouve  les  noms  illustresde  MM.  Harnack,  Batiffol,  Zahn, 
Heimrigi,  Swete,  Rendel  Harris,  Conybeare,  James,  Turner,  Taylor, 
J.  B.  Mayor,  etc.  *. 

1.  Je  cite  les  dates  bibliographiqnes  confonnéroent  à  E.  Preuschen,  ÀrUilegomena,  Giessen,  1905, 
p.  119  8.  : 

Abbot,  e.  a.,  The  logia  of  Behnesa  or  the  New  Sayings  of  Jesus  :  American  Journal  of  Theology 

1898,  1-38. 

Baoham,  Athenaeum,  Augusta  7, 1897. 

Batiffol,  Revae  d'histoire  et  de  littiralare  relig.,  1897,  p.  434-438,  Revue  biblique,  1897,  p.  515. 

Blass,  EvangeUsche  Kirchenzeitangy  1897,  p.  498-500. 

Bruston,  Les  paroles  de  Jesus  récemment  découvertes  en  Égypte,  Paris,  1898. 

Gausse,  Les  nouveaux  Logia  de  Jesus,  Paris,  1898. 

Gbrsot,  Revue  bibUqne,  1898,  p.  415-430;  VUnivers  CathoUque,  1898,  p.  150-153. 

Ghiapelli,  Nuova  Antologia,  1897,  p.  534-534. 

Cross,  The  BxposUor,  1897,  II,  357-367. 

Datidson,  IntenuU.  Joum,  of  Bthies,  octob.  1897. 

fissBR,  Der  Katholik,  1898, 1,  36-43,  137-151. 

Harris,  The  Logia  and  the  Gospels  :  The  Contemporary  Review,  1897,  341-348. 


Digitized  by 


Google 


tES  PLUS  ANCIENS  MONUMENTS  m*  CfiniSTIANISME. 


[S 


Cette  méine  ville  d'Oxyrhynchos  a  ausai  été  t'origiae  d'un  de  nos  actes  de 
la  persécution  de  Dóce  en  250. 


TKXTE    SLH    LKS    FIBHKS    VKnTlCAI.KS    I»U    l'APYRUS    (vERSO) 


111 


KAlTOTGAIABAeH'eiC 
eKBAAGIN  TO  KAP(|>OC 
TO  €NTCOO(t>0AAMa>7 
T0YAAeA(|)0YCOYA€rei 
te  €AN  MH  NHCTeVCH 
TAITON  KOCMONOYMH 
eVPHTAITHNBACIAei 
ANTOY  0Y  KAIGANMH 
CABBATICHTe  TO  CAB7 

BATON  OYK  o^eceeTO- 
nPA  Aerei  le  e  cthn 


li 


3it 


eNMeCW  TOY  KOCMOY 

KAieNCAPK€IG><t)0HN 

AYTOICKAI€YPONnAN 

TACM€0YONTAC  KAI 

OYAGNAeYPONAeiyC*)- 

TA€NAYTOICKAin07 

NeiH^YXH  MOY  eni7 


TOIC  YIOIC  T(ON  ANWN 
OTI  TY<(>AOieiClNTHKAP 
AIA  AVTWiN  KAlOYBAe 
nOYClN 


TEXTE    SUH    LES    FIKRES    riOHI/.ONTALES    IH'    PAPYRUS    (RECTO) 


I 


m 


[..••l"L-TlHNnTCOXIA- 

[Aerjei  [te  onoY  gan  cocin 

[•'••ie['--jNA0eOtKAI 

[■moY  e[--iecTiNMONoc 
i-jru  erweiMi  MeiAV 
T'OYl  erei[-  ontonaioo- 
KAKeieYPHceicMe 

CXICONTOIYAONKArCO 

GKet  eiMiAerei  ic  oy 

KeCTINAeKTOCnPO 


20 


TlOiYOYAeiATPOCnOiei 

0€PAneiAceiCTOYC 

reiNGOCKONTAC  AVTO- 

Aerei  le  noMCOiKOAO 

MHMeNHenAKPON 
iOÌPOYCY4'HAOYe  KAI  eC 

THPirMGNHOYTene 

fC]eiNAYNATAIOYT€KPY 

iBiHNAi  Aerei  ic  akoygjc 

lellCTOeNCOTIONeOYTO 

iAeeT£PONeYNeKAeiCAC 


<t)HTHCeNTHnPIAIAY 


HEiNRict,  Thfoìogische  Liferalìirititang,  18»7,  [t.  'l'iUm. 
HOLTZMANN,  Prolestantische  Monnlshe/te,  18517,  p.  38S-S02. 
James,  M.  R.,  The  Conltmporary  lìeview,  1«»7,  p.  153-160. 

Jacquier,  L'Ùnivers  Calholigiif,  1897,  p.  5ii2-a72;  ts'jy.  p.  l()l-183;  Itélangts  de  lilUratam  et  dhif 
loire  retig.  pubi,  à  l'occasìon  rIujubUr  epiaropul  t\i>  M«'  di?  Cal>ri*re8,  I,  11109,  p.  49-7». 
JilLiCHEH.  GoUingnr  Gelebrle  Àmeigeii,  t81>7,  p.  921-fl29. 
Preusches,  Antilegomena  (1905),  n"  11. 
Redpatu,  The  ExposUor,  1897  Jurie,  324-3HO. 
RoniNSON,  The  Exposilor,  189"  Juli.  'd7-'t2!. 
SnoLZ,  Theologisehe  Qaarlalsehrift.  19w>,  1-22. 
SwETE,  ExposUo/y  Times,  1897,  p.  M4-55U. 

Taylor,  The  O^i/rhunehns  Logia  and  the  flospet,  Oxford.  1895»;  ijxyrhynchui.  Oxford,  I90,v. 
Weibs,  TàeologtMbe  Rundschat/ ,  1807,  p.  227-236. 
Wrioht,  Bibliotheea  sacra,  1897,  p.  759,  ]>.  759-770. 
Zahn,  ThtolQgischet  Litteratarblatt,  1897,  p.  'il7-4ao,  p.  425-Ml. 


Digitized  by 


Google 


IV.  _  PRÉTENDUES  SENTENGES  DE  JESUS. 


153 


Logion  /.  Veno,  L  l-4*..ìt*i  TÓre  ha&ké'^it;  (variante  5iaSX«tj^£tat^)  U^oCkti^t  rò 
jtip^  TÒiv  Tio  ò<pOacA[Aò  Toti  i^A<p5(i  erou.  C'est  mot  à  mot  Saint  Lue  vi,  42  :  OTrojtfiri 
£kSs>£  xptIiTQV  T7iv  ^ox-òv  ix  Tov  ó^ftxXuo'j  Toi»  ìtxl  T0T6  «JtafiXs^et^  lxSaX£iv  To  xdtp^o;  tÒ  £V 
T<^  ioOfliXu.^  Tou  iJtl^oO  cou;  cf.  Saint  Matlhieu  vii,  5...  xal  tote  JiaSXf^tK  tò  xdcpyo; 
ijtTTiO  6^otX[i/>u  ToO  à^iX^oì;  -Tou  M  [òte  premièreraent  la  poutre  de  ton  ceil],  et  après 
cela  tu  verras  comraeat  tu  òteraa  le  fé  tu  qui  est  dans  I'obìI  de  ton  frère  ». 

Logion  IL  Verso^  l.  4-H.  Ai-^u  'Ititov?*  eìcv  ^h  vYjrjTgw^Te  tÒv  xcÌ^tjjiov,  où  [jl^I  i3pT)Ti 
Tr#  ^««%Xetow  TO'j  &eoO*  xai  iiv  [ir^  «jx68«TtC7]T£  rò  aaSSaxQv,  o^jìt  ^6<j*Ì£  ròv  xxxi^pa,  11  est 
facile  de  faire  l'observation  paloographiqut^  que  Tusage  des  abrématiom  soi- 
disant  Hturgiques  est  déjà  trés  fréquent  dans  notre  papyrus,  à  savoir  :  ic(aTt)pa, 
?f(xT)piSi,  *I(i^<roi>)c,  0(£o)o,  iv(8pwir)tiiv;  alors  nous  y  trouvons  des  varianles  de  Vor- 
thogvaphe  vulgaire  :  wjaTeuT/iTxi,  EupTjxat,  dapstei;  dans  les  lìgnea  3,  9,  17,  18  dn 
Verso  il  y  a  a  la  fin  mi  supplémeni  caHigraphifiue  :  7  ;  à  la  fin  de*^  lignes  il  y  a 
aassi  le  trait  horizontal  au  lieu  de  N* 

Examiiions  d^abord  les  phrases  de  notre  logion  :  lOpilv  ttjv  ^otTi'XeCav  toO  fiioD 
est  analogue  è  ^y^zuTi  ttiv  pa<ri>,uav  saint  Lue  xti»  34  ;  Matth,  vi,  33  —  oùx  o^i^s^t 
zi^  icaWpa  à  mfayu  tòv  TcaTipa  Saint  Jean  xiv,  9,  «tirol  tòv  fteòv  o^ovTJtt  Matlh.  v,  8.  — - 
mirrtvtiv  TQv  xó<y(4ov  a  jeùner  en  ce  qui  concerne  le  monde  "  est  une  expression 
allégorique ,  on  s'attendrait  plutót  à  ÌT:o'i<s(infsHxì,  riti  xoa;xt,>,  cL  Lue  xiv,  33 
2ir!yTa<?^tTxv  r:x<n  rotq  'ji^x^yrnm  ;  Texpression  veut  dire  «  se  départir  du  monde  »  ; 
cf.  Y7j<jT£u€tv  xfltxQTTjTo;,  Empódocles  cHez  Plutarque,  De  mhibenda  ira  (iln).  Une 
aatre  expression  mélaphorìque  est  *Ta66xTC^eiv  tò  <j3t€€«Tov  «  vivre  une  vie  sainte 
et  pure  dans  le  service  de  Dieu,  conformément  à  sa  loi  j>  ;  on  pent  eomparer , 
avec  liarnack,  Justin  dans  le  Dialogue  avec  Tryphon,  12  :  cricxééxTtxe  ri  Tpij^epà 
xai  fltXr.Otvà  caS^axa  toG  SeoO.  Eàv  p-/:<rTeu^T6  est  une  conjeeture  de  MM»  Kipp, 
Gebhardt  et  Weiss,  elle  est  contre  le  parallélisrae  de  la  construction.  Au 
lieu  de  tòv  xdcrpiov,  Preuscben  a  conjeeture  toO  xÓTp'i  eomme  chez  Clément 
d' Alexandria,  HI,  15,  99  :  axxipLotol  tqO  xoffti/iu  vT'rretJovTt^. 

Traduetion  da  second  logion  :  a  Jesus  dit  :  Si  vous  ne  vous  défaites  pas  du 
monde,  vous  ne  trouverez  pas  le  royaume  de  Dieu;  et  si  vous  ne  fétez  pas  la 
fòle  de  Dieu,  vous  ne  verrez  pas  le  Pére,  i» 


Logion  HI,  Verso^  L  11-21  :  Myti  IiatoO;*  l[<i]Tir^  iv  lAStyw  to5  xó^xpou  xaì  iv  ^apxV 
wjOnv  fltÙTOK  xal  eilpov  irxvrflE^  [ie6iiovTX^  xx»  ou^Jtvx  eipov  Jn|/ùivTa  iv  xuroT^  xai  irovil  ^  ^^^X^ 
[lou  hA  TDK  i^'.<iK  '*^v  àv6pw77(i>v  Jti  Tì)9>.ot  et^sv  tK  xxpìia  aÌToj[v]  xxl  oi  pXI[iTO\jaiv,.. 

Traduetion  :  a  Jesus  dit  :  J'entraìs  dans  le  milieu  du  monde  et  je  fus  re- 
gardé  en  chair  par  eux;  et  je  trouvais  que  tous  sont  ivres,  et  je  ne  troavais 
personne  parmi  eux  qui  eùt  soif  ;  et  mon  amo  est  attristée  des  file  des  liommes 
parce  qu'ils  sont  aveugles  dans  leur  coBur  et  qu'ils  ne  voient  pas  ».  Le  reste 
manque. 


Digitized  by 


Google 


TK  LES  PLUS  ANCIENS  MONUMENTS  DU  CHRISTIANISME.  PI 

Seule  la  plainte  de  Jésus-Chrìst  que  les  hommes  soni  aveuglés  est  connue 
dans  les  évangiles.  L'expressioii  r\  ipyj^  pwj  inifvu  est  analogue  à  Jean  xii, 
27  Ti  ^fj^  (fcoti  TtTsep tìtxTai ;  Math,  xxvi,  38,  Marc  xiv,  34  7ript>.uTC0^  Igtiv  iÌ  ^^ti  jtot>; 
cf,  ccTTo  ToO  Tcóvou  TYì«  4">/3?  auToG  Isaìe  lui,  10.  Oi  utol  TÓav  ivtìpt(>7ie»>v  existe  ehez 
Saint  Marc  ih,  28.  Mais  le  logion  est  d'aillenrs  incounu  et  apocryphe  dansj 
sa  totalità.  Reitzbnstein  {Poimmtdres,  Leipzig,  Teubuer,  190'i,  p.  240)  y 
découvert  rintluence  des  idées  égyptieiiiies  à  Tépoque  du  syucrétisme  ; 
comparo  la  p  li  rase  tipov  izx^TOLq  |ji£9iiovT3t;  avec  celle  du  Poimandres  §  27  w  "Xatot, 

-jraiiaxctìe  'Jè  xpaiTraXàvTe^,  f)iXyo|A£vot  (ÌTcvtp  a>.oy(|i  «  ò  nations,  ò  horanieì^  p rodili ts 
de  la  terre,  vous  vous  òtes  perdus  dans  Tivresse  et  le  sommeil  et  Figaorarice 
de  Dieu;  jeùnez,  cessez  d'étre  ivres,  enchantés  par  un  sommeil  qui  vous  a  en- 
leve  la  raison  ».  §  29  >tal  ÌTpà^ìi<jav  ex.  toO  à;jL&poito»j  uJaro;  a  ils  ont  bu  de  Feau 
de  l'immortalité  »;  vii  (viii),  $  1  tcoi  |>£pe«T6c,  w  avQpcoTroi,  v-efliiovre?,  tòv  tS^  àyvctxjta; 
axpotTOv  [VJyov|  gjtirtóvTE^  Sv  oùSè  <plpctv  ^livatrfs^  à>s>'  :n<5Y)  ocOt^v  itai  ijxetTE-  (7tyÌt€  vvfiJ/avTe;, 
àvaSXiij/atTe  Tot^  d^>tìaX[xoT^  tvì;  acapSiag  —  ^  2  Stto'j  oOSÌe  ei;  fiÉ^Jilei,  iXXi  7ravT«5  vifi^'j^iv 
i^ptivT^  TTj  xapJia  eie  'tÒv  óp3t&v;vat  tìAavra  —  S  3  iva  (A>fT£  dUo'j^;  irspi  4v  àx<>u£tv  ^if 
iti,  (jLì((Te  p).é7nj<;,  mpl  iv  (iWirav  gs  Jcì  :  «  hommes,  où  allez-vous  douc  dans  votre 
ivrognerie,  ayant  bu  le  viu  pur  de  Tignorance?  il  vous  est  trop  fort,  vous 
ne  le  supportez  pas,  Tenez^  jeùuez  en  regardant  par  les  yeux  de  la  nature 
intellectuelle.w  personne  ny  est  ivre,  mais  tous  jeùnent  en  regardant  par 
rintelleet  celui  qui  veut  otre  vu  —  afin  quo  tu  n'écoutes  pas  ce  qu*il  te  faut 
écoTiter  et  que  tu  ne  regardes  pas  ce  qu'il  te  faut  regarder  »>,  L*ivrogne  dans 
le  traité  de  Pseudo-Hermes  Trìamégiste  est  dono  Tivrogne  mental,  Tètre 
incapable  de  saisir  la  gnose,  Fintelligence  spirituelle,  conime  dans  notre 
logion. 

La  mauvaise  impression  causéc  par  notre  logion  provient  du  comm(?nce- 
ment  qui  nous  rappelle  les  évangiles  gnostiques;  car  il  est  évidcmmoiit 
absurdede  taire  dire  à  Jesus  en  méme  temps  quii  est  rincarnation  divine  entré 
dans  le  monde,  et,  d'autre  part,  tout  d'une  lialeine,  mvei  i^  ^^ì^i  [àou  (^  mon  amo 
est  attristée  d  ;  dans  ce  cas  Tidée  de  Dieu  entré  dans  le  monde  est  tirée  de 
la  théologie  hellène  (Reitzenstein,  L  c,  p.  240). 

La  fln  du  logion  manque;  nous  citons  la  conjtìcture  du  1)^  Taylor  fiXé/ircy^nf 
otÙTotv  TTiv  TaXai/:ruiptav  stati  t]i^v  irrcuj^efav;  mais  la  lacune  entre  le  verso  et  le  recto 
du  papyrus  semble  avoir  été  plus  grande,  5  ou  7  lignes. 

Logion  IV.  Redo,  L.*  ti^v  ^T^ysiav  i  la  pauvreté  ».  Le  reste  est  illisible. 

Logion  K.  Recto,  2-9.  Le  logion  n'est  pas  encore  reconstruit  définitivement 
Voilii  les  difTérentes  manières  dont  on  peut  lire  le  commencement  (les  variantes 
des  déehiffreurs  soni  écrites  au-dessus)  : 


Digitized  by 


Google 


m 


IV.  —  PRÉTENDIIES  SENTENCES  DE  JESUS. 


155 


n 

K.  2  (recto)  1-0YGANGl>CIN 

r 

HA 
IX 

L  i    --•Jef--]NAe£OIKAI 


0) 
L.  4  I--  nOY€|--jeCTINMONOC 

r 

n 

L.  5  h-lTCóerQGIMIMeTAY 

L.  e  TlOYlerei  C  ON  TONAieO-elc.  « 


L.  5.  [€]r03  n'est  pas  suffisant  pour  coiiibler  la  lacune.  L,  6,  AY1TIG)N]  était 
tmp  granii  pour  la  lacune;  une  trace  de  Y  est  eucore  visible.  —  On  lit  ici 
ordinairemeiit  lyfci[p]ov,  mais  la  ligature  de  o  avec  la  lettre  précédente  est 
eiicore  visible,  c^était  plutòt  ^  que  p;  on  pourrait  conjecturer,  si  on  lit  p,  que 
0  était  écrit  extraordinaireraent  gros. 

Le  dernier  essai  de  reconstruction  a  été  celui  de  MM.  Blass  et  Reitzenstein 
iPoimandres^  p*  239)  :  lAcy  e:  il(iim\^)^'  otcjo'ì  eàv  w^tv  [^\i*  Suo)  oùx^  i[ÌfTh]  afleot,  xal 
[l}«o[u]  e[tc]  l<mv  [itfvo^  [auTw,  iyé  il^x  jiit'  a^r[ou].  lYet[p]ov  TÒvltÒo^  tlÌxu  eijfwts  jjlì, 
'Tfim^  TÒ  liiXov  MTfiù  Utì  £Ì|Ai.  (X  Jesus  dit  :  là  où  il  y  en  a  deux,  ils  ne  sont  pas 
sana  dieu  (ou  iinpies),  et  où  il  y  a  un  homnie  tout  seul,  je  suis  avec  lui.  Otez 
la  pierre,  vous  mV  trouvercz  (au-dessous  de  la  pierre);  fendez  le  bois,  aussi 
moi  j'y  suis^,  » 

Je  commence  par  la  fm.  Là  les  deux  brauches  de  la  parabole  sont  trop 
inégales  dans  la  reconstruction  des  édlteurs;  si  Ton  fend  le  bois,  on  trouve 
cpielque  chose  dans  son  intérieur,  mais  ce  n'cst  pas  dans  Tinlérieur  d'une  pierre 
que  fon  trouve  qoelque  chose,  en  òtant  la  pierre;  évidemment  crciiClON  du 
papyrus  n'est  pas  rereilPlON  des  éditeurs  et  je  lis  plutót  €rzi[C!ON,  c'est* 
à'dire  lySudov  a  taillez  une  pierre  et  vous  m'y  trouverez;  fendez  le  bois,  aussi  moi 
jy  sais  ».  Un  passage  analogue  a  été  allégué  chez  Harnack  par  le  Docteur 
Lisco,  e' est  Ecrlésiaste  x,  9  È^atp6>v  Ittìcu;  StxnQyn^^iroLi  èv  auTol;  «i^C^v  C^jXa 
mijiivcugei  iy  orirot;  <t  celui  qui  rcmue  des  pierres  hors  de  leur  place  en  sera 
Wessé  et  celui  qui  fend  du  liois  en  sera  en  danger  »,  mais  c'est  une  analogie 
purement  superflcielle  ;  olle  nous  montre  seub^ment  qu'on  aimait  à  combiner 
les  deux  choses  les  plus  ordinaires  dans  les  parallèles,  Ics  pierres  et  le  bois. 

■        1,  Vuìlè  l«*s  essais  de  restUutiuii  de  notre  passage  : 

^P       «?:]ov  iàv  irt^iv  [P'(l,  Suo)  oukJ  £ibi]v  d6eoi,  xal  [Ó]icou  e[T;]  iirtiv  {idvoc,  tXc]-fci».  BlaS8. 

I  $xlau  hkv  J>«v  [p'  ^  Y    (I-  ^tÌo  ^  Tp£l;l  ixjtft  daiv  |i*[tà  8ioy,  xd  [tljitou  ilTi;]  itjxiy  ]iér4QZt  [l^  ^1y**-  J*^li**her. 

tm]&i  iwé  wrnVf  [où%]  •[l7t]v  dOeoi,  xai  [waj'RCp  i[ltj  ìotiv  ^vo(,  [omta  i^tù.  Hiunuck. 

■  ùù]  il  y  en  ;i  [deux,  ih  m*]  s[ijiil]  pa»  sans  Dieu,  et  [<j]iì  il  y  a  u[n]  seul,  moi,  [je  ie  d]ts,  Je  suis 
ii%«e  In]  9.  Dtaàs, 

•  où]  il  y  eii  u  [deu,\  un  Irois,  l]à  [ila  soni  av]ec  Dieu,  et  [ii]ù  il  y  a  u[u]  seui,  [me  voilà],  je  suis 
I     avec  lui  ».  Jiìlicber. 

H      ■  où)  ilfl  sont,  tifi  [ne}  s[0D]t  [paB]  sans  Dieu,  et  [aìii]si  [touime]  u[n]  est  seuJ,  raoì  je  suis*  avec  lui  ». 
KBamaek, 

ó«&v  iév  corres pilli d  à  oiroudcv  de  la  synJaxe  altique. 

È  2.  D'aprèf*  une  observation  eie  M,  R.  ncil3r.enstein,  Eirt  ZHai  aiis  den  AoTftot  ìr^tsm,  Zeitschrift  ftter 
euffstnmentliffte  H'issenschafl  unti  die  Kuutfe  r/rs  Urcìtrisientams  VI,  (liK^fi),  ]k  2o;i,  la  j^enlence  lyuao^ 
If  Xi^  x4x£i  eùfiQffSK  ut  se  ru trouve  dnns  une  glose  du  ['Etj/moitìgicrim  Oudianam  dans  un  étal  tle 
ibrmation.  On  pourra  conjecturcr  alors  quG  les  Lagia  de  Jesus  (ou  leur  souree)  out  été  lus  encore  aux 
V  oy  TI*  Bìèctes  |»arce  quo  les  texte.s  Ihéolcjgique??  ne  sont  pii?*  eutrés  avani  cetle  epoque  duiis  la  lil- 
léralure  grainiuaticule  et  lexicograplàque. 


Digitized  by 


GooqL 


I 


I 


I 


i56  LES  PLUS  ANCIENS  MONUMENTS  DU  CHRISTIANISME.  pB 

Une  toul  autre  question  est  celle-ci  :  on  peut  interpréter  les  mots  que 
nous  venons  de  restitucr  daiis  leur  sena  onlinaire,  et  ce  sens  est  éWdemmeiit 
«In  panth^isme,  qni  sobsfitue  la  persoimc  de  Jesus  h  Dieu.  Une  autrc  «*xplica- 
\km  est  celle  de  Harniick.  Si  quelqu'uii  est  seul  en  vérité,  s*il  a  renoneé  au 
monde,  Jesus  est  certaìnement  chez  lui  ainsi  que  dans  les  choses  les  plus 
ordinaires  antour  de  lui,  comrae  sont  une  pierre  ou  du  bois;  méme  pendant 
son  travail  quotidiea  il  le  trouvera  aussi  certainement  que  la  pierre  et  le  bois 
qui  sont  robjet  de  san  travail  :  /.ati  &(i[%{\f  6,15]  Ì'jtlv  [jlóvo;  [oOItw  iyó  cljii  jaét'^ 
ayT[oij\  sy^tpov  etc.  {suivant  la  le^on  de  M.  Harnack). 

Certainement»  ceux  qui  voudrunt  défendre  Timportance  attribuée  à  cette 
collection  de  sentences  prétendues  prononcées  par  Jesus,  auront  besoin  d'une^ 
explication  allégorique  de  ces  mots  doni  le  sens  panthéisant  etait  autrement 
évident.  Mais  une  fois  déjà,  nous  avons  eu  l'occasion  d*observer  que  ces 
prétendus  logia  ne  sont  qu'un  mauvais  mélange  de  reflets  du  vrai  et  do* 
deformai ions,  et  ici  nous  voyons  aussi  une  sentence  vraie  dans  un  état  dé-j 
ligure.  La  vraie  sentence  originaire  nous  est  connue,  la  voici  :  a  Gar 
là  où  il  y  en  a  dt^ux  ou  trois  assemblés  en  mon  nom,  je  suis  là  au  milieu 
d'eux  i>  (Matth.  xviii,  20).  On  en  a  d'abord  tire  la  conclusion  que  mème  où  il 
y  en  a  un  seul,  Jesus  est  présent  avec  lui  £[.]  e^iv  pvoc  [..Jtw  iyé  imi  (i«T'aÌT[tiv]. 
Alors,  on  a  motivé  ces  deux  sentences,  la  vraie  et  la  déformée,  par  une 
aigumentation  qui  plaisaìt  aux  Egyptiens  parce  qu'elle  rappelail  des  idées 
énoncées  mainles  fois  dans  les  vieux  hymnes  sacrés;  cette  argurnentalion 
usait  du  panthéisnic  comme  il  est  expriraé  dans  Fliymne  de  El-Khargué  et] 
aussi  dans  le  livre  gréco-égypiien  attribué  à  rUermès  Trismégiste,  Poi- 
mandres;  voilà  cette  idée  :  Dieu  et  méme  son  serviteur  s'il  est  uni  avec  Dieii 
et  devenu  (ih  de  Dieu,  est  partout,  il  est  dans  le  ciel,  dans  la  terre,  dans 
Teau,  dans  Fair,  dans  les  étres  vivants,  dans  les  plantes,  etc,  il  est  partout 
(vid.  Reitzenstein,  Poimandres,  p,  240).  Ces  aberraiions  de  rimagination 
égyptienne  ont  deforme  complètement  la  sentence  originale. 

Le  commencement  de  notre  paragraphe  n'est  pas  encore  restitué  ave 
évidence.  Nous  avons  rencontré,  un  pou  plus  baut,  ^^ziutmrcin  et  eupTjTxi  pour 
vr,«7Te'V/]T£,  EopTiTi,  ct  ìcì  je  pense  reconnaitre  EOIKAI  pour  totxe.  Si  c'est  ainsi, 
nous  aurions  vaincu  la  difliculté  qui  existe  dans  le  mot  A0COI  KAI-  car  Tidée 
de  la  méchanceté  —ce  que  signifie  ^eot  —  nVst  pas  conforme  à  ce  que  Ton 
attendait  avant  la  sentence  «  si  c'est  un  homme  seul,  je  suis  avec  lui  j>, 

Done  notre  paragraphe  nous  offre  beaucoup  de  ditTicultés,  tant  à  cause  de 
Tétat  de  mutilation  du  texte  que  du  sens  mystiquc  que  Ton  peut  reconnaitre 
dans  la  sentence.  m 

Logion  VI,  Redo,  9-14,  Aiyti  'h^joG;*  oy^  l<rrtM  S^tTÒg  irpo^T^-nfi;  cv  t^  ir«TpiJt  aÙT[o](3i 
oùSe  Jcexpoc  Tfoiit  Ospairetai;  e(;  toù^  yi^étsxtì'^^aii  auTdv.  Traduction  :  a  Jesus  dit  :  Ui 


I 


\ 

i 

I 


Digitized  by 


Google 


3]  IV.  —  PRÉTENDUES  SENTENCES  DE  JESUS.  157 

rophète  n'est  pas  biea  re^u  dans  sa  patrie,  aussi  un  médecin  ne  guérit  pas 
3UX  qui  le  connaissent  » .  La  première  sentence  est  connue  par  saint  Marc  vi,  4  ; 
lint  Matth.  xiii,  57;  saint  Lue  iv,  24;  la  seconde  est  facile  à  comprendre  si 
on  compare  l'ensemble  du  récit  de  saint  Marc  et  saint  Matthieu  :  <c  beaucoup 
e  ceux  qui  Tentendaient  (Jesus)  étaient  dans  Tétonnement  et  ils  disaient... 
elui-ci  n'est-il  pas  charpentier  fils  de  Marie,  etc.  Et  ils  étaient  scandalisés  à 
ause  de  lui.  Mais  Jesus  leur  dit  :  Un  prophète  n'est  sans  honneur  que  dans 
on  pays  et  parmi  ses  parents  et  ceux  de  sa  famille.  Et  il  ne  put  faire  là  aucun 
airacle,  sinon  qu'il  guérit  quelque  peu  de  malades  en  leur  imposant  les 
[lains  »  (S.  Marc).. .  et  il  ne  fit  là  guère  de  miracles  à  cause  de  leur  incrédulité 
S.  Matthieu).  Le  logion  nous  offre  un  superflu,  une  exagération  de  la  sent^ence 
originale,  qui  est  tirée  de  saint  Marc  et  de  saint  Matthieu. 

Logion  VII.  Recto,  15-20.  Aiyn  'Iyi^oO<;,  iroXi;  a>xoJo(Jt.Y)[JEÌvv)  eie'  £xpov  [o]pou;  u^\ou 
lal  É<7TY)piYjjL^vYi  ouTe  ';re[(T]e?v  ^óvarai  oure  Kpu[6j7ivai. 

Traduction  :  a  Jesus  dit  :  Une  ville  bàtie  et  fortifiée  sur  une  haute  mon- 
tagne ne  peut  ni  tomber  ni  étre  cachée  ».  Saint  Matthieu  v,  14  offre  la  méme 
3entence  mais  beaucoup  plus  logique,  simple  et  primitive  :  «  une  ville  située 
sur  une  montagne  ne  peut  point  étre  cachée  »  oi  ^uvarai  ttoXi;  xpoSvivai  iirdcvco 
Spou;  xei{jLév7).  Et  cette  sentence,  exagérée  par  un  superflu  de  phrases,  est 
déformée  ici  jusqu'à  étre  illogique;  car  il  est  illogique  de  dire  :  a  une  ville 
ne  peut  pas  tomber  ».  Il  semble  que  la  déformation  a  commencé  par  la  con- 
fusion  avec  une  autre  parabole,  celle  de  la  maison  construite  et  fondée  sur 
la  roche  et  qui  n'est  point  tombée  (Matth.  vii,  24-27).  Il  est  évident  que  notre 
passage  est  un  récit  altère. 

Le  dernier  Logion  Vili.  Recto  20-22  :  A.iyti  'ItiooO;*  àxo'Jet;  [e]!;  tò  ìv  àriov 
<you  TÒ  [Si  JeuTspov  <juv^)c>.et(xa;]  est  dù  à  la  reconstruction  de  M.  Swete  :  e  Jesus 
dit  :  Vous  entendez  d'une  oreille,  [V autre  étant  fermée]  ».  M.  Zahn  a  con- 
jecturé  :  5t  àxoueK  ti^  tò  Jv  b>Tiov  aou  tò  [^e^ióv. 

Si  on  considère  d'une  fa?on  generale  les  Logia  d'Oxyrhynchos  qui  ont 
excité  tant  de  bruit  à  Tépoque  de  leur  découverte,  on  constate  que  leur  valeur 
est  mediocre.  On  s'était  place,  pour  apprécier  cette  valeur,  à  quatre  points  de 
vue  en  ce  qui  concerne  leur  origine  et  histoire  :  1)  que  nous  avions  ici  une 
collection  originale  de  sentences  de  Jesus  et  non  pas  un  extrait  d'une  histoire 
de  la  vie  de  Jesus  analogue  à  celle  des  évangiles  ;  2)  que  notre  collection  n'est 
pas  hérétique  ;  3)  que  notre  collection  est  indépendante  des  quatre  évangiles 
dans  leur  état  actuel  ;  4)  que  notre  collection  pouvait  avoir  été  faite  méme 
durant  le  i^'  siècle  de  notre  ère.  D'autre  part,  la  qualité  de  notre  collection 
comme  extrait  d'un  évangile  apocryphe  perdu  a  été  constatée  par  Harnack, 
qui  lui  comparait  le  caractère  de  l'évangile  selon  les  Égyptiens  ;  par  Batiffol, 


Digitized  by 


Google 


158 


LES  PLUS  ANCIENS  MOMJMENTS  DI'  CIIRISTIANISME. 


[641 


I 


qui  pensait  à  Tévangile  selon  le^  II*'4»reux;  par  Zahn,  qui  voulait  reconnaitre 
les  traces  caracléristiques  de  révangile  Aos  Kbiruiito^.  Ou  a  voulu  aussi  dé- 
couvrir  uue  certaine  analogie  de  la  laugue  des  Logia  avec  celle  de  l'évaogile 
BeloQ  Saint  Jean,  Mais  M.  Reitzenstein  a  eo ristate ^  au  contruìre,  que  tout  ce  | 
qu'on  a  énuméré  à  ce  point  de  vue  n'est  pas  caractéristique  en  faveur  d'une 
analogie  prètendue  avec  saìnt  Jean,  mais  est  commun  dans  la  mystique 
grecque  à  l'epoque  de  rhellénisme  (Poiìttttntlì'i^s,  p,  2i2),  m 

J'ai  piiblié,  il  y  a  trois  années,  de  nouvelles  sentenees  de  Diogene  de  Si-  " 
nopc,  le  cynique  fameux.  On  possedè  aussi  une  coUection  de  sentenees  de 
THerniès  et  dn  Ben  Genie  (Agatliodémon}provenant  de  TEgypte;  ce  sont  ori- 
gìnairement  des  sentenees  doni  la  source  est  Héraclite,  mais  elles  sont  défor- 
mées  et  angmentées  d'une  manière  analogue  à  celle  que  nous  avons  retrouvée 
dans  les  déforniations  de  notre  colleclion  do  prétendues  sentenees  de  Jesus. 
Il  y  avait  donc  tonte  une  littérature  de  sentenees  en  Egypte,  des  sentenees 
déformées  et  apocryphes,  ayant  le  caractère  d'anecdotes  ou  de  gnomologies, 
seulement  il  y  avait  une  différence  dans  la  grandeur  des  déformations.  Natu- 
rellemont  le  meilleur  moyeu  pour  deformar  et  suppuser  les  sentenees  était  de 
proposer  des  noms  apocryphes  comme  auteurs;  mais  quand  il  s'agissait  d'une 
personne  historique  famcuse,  Taffaire  n'était  pas  aussi  simple;  il  fallait  dono 
respecter  un  certain  milieu  historique,  il  fallait  conserver  le  style  et  méme 
qneiques  mots  caractéristiques  du  récit  originai.  Plus  on  trouvera  d'exemples 
d'une  telle  rédaction  soignée,  plus  on  sera  antorisé  à  conclure  qu'elle  procède 
d'une  réalité  historique*  Ainsi  cette  coUection  de  sentenees  déformées  ou  apo- 
cryphes de  Jesus  provenant  d*Oxyrhynchos,  qui^  cependant,  contient  aussi  un 
certain  nombre  de  sentenees  véritables,  corrobore  Tauthenticité  de  Thistoire 
des  évangiles;  elle  nous  niontre  la  grandeur  du  mouvement  chrétien  et  Tin- 
tensité  de  la  propagation  de  la  Bonne  Nouvelle,  qui  devaient  étre  arrivés  déjà 
ménie  dans  une  ville  de  deuxième  ordre  en  Hgypte,  loin  des  centres  de  la  ei- 
vilisation  à  cette  époque4à. 


LES  S0I-DI8ANT  NOUVEAUX  LOGIA  DE  JÉBU8 
]  ProTeaaiit  d^OxyrhyncJios.  Écriture  du  III*^  siècle*  (  Voti'  Pftincht  lì,  9.) 

Notre  texte  a  été  écrit  sur  le  verso  d'un  acte  relatif  à  divers  terrains,  écrit 
à  la  fin  do  ii^  ou  au  commencement  du  in*  siede.  Ce  fut  souvent  Tusage  en 
Egypte^  pour  utilìser  Tautre  coté  du  papyrus,  laissé  blanc,  d'écrire  la  copie 
d'un  texte  intéressant  sur  le  verso  d'un  ancien  acte  écrit  au  recto.  Je  cite 
comme  exemple  le  plus  connu  la  copie  de  VAthénaion  Poliléia  écrite  sur  le 
verso  d'nn  livre  de  dépenses.  L*écriture  est  une  belle  onciale  qui  affecte  le 
caractère  calligraphiiiue  des  manuscnts  sur  papyrus;  dans  les  lignes  5,  9, 


Digitized  by 


Google 


[651 


IV,  —  PRÉTENDUES  SENTENCES  DE  JESUS. 


ir>9 


I 


25  et  37,  il  y  a  méme  des  arabesques  poiir  rcmplir  l'espace  blanc.  Le  textc 
doit  étre  copila  d'apròs  un  très  vici!  originai,  oar  il  y  a  des  fanles  corri- 
gées  et  des  fautes  à  corrìger  :  I.  18  u|j.ci;;  I.  25  oti  tnséré  sur  la  ligne;  I.  20 
YWtffOi,  tisez  Yv<ó'?t76e;  t.  8  ^x7i>eu(ni  pour  ^x<sikfiati;  1.  23  ticepuro^E  pour  JmpuTì^cai ; 
l.  3(  6£9a|<,(A«vov  pour  Ts9.  Une  seule  abréviation  se  trouve,  c'est  Ir?  pour  'I»|(roù;; 
cette  abréviation  est  plus  ancienne  quel;;  de  méme  on  ne  trouve  paa  eueore 
l'abréviatìdn  des  mots  ovpav^;  (1.  li,  12)  et  i:it7^(\.  19),  qui  a  été  plus  tard  ouvo? 
et  icfoi.  Le  paragraphe  de  ctiaque  Logion  est  indiqué  à  la  marge  à  gauche 
entre  les  lignes;  c'est  un  Irait  borizontal  (paragraphos). 
I  Le  papyrus  mesure  244  millirnètres  de  bauteur,  87  raillimètres  de  lar- 
Bjgflir.  Les  éditeurs,  MM.  Gbenfeix  el  Hiht,  0.rijrhynrhiis  Pnpffvi  III,  p.  1-22, 
n*  654  (piate  I),  ont  eu  le  coucours  de  MM.  Blass,  Harnack,  Bartlet  et  Badham. 
N'ous  avons  prollté  de  leur  savaiit  commentaire  et  aussi  des  uolices  de  M .  Dkiss- 
UKKtf  {Allgemeine  Zeiliing,  Beilage  162,  18  juillet  1904);  voir  aussi  W.  G.  Hoji- 
DKH,  Netcly  found  words  of  Jesux,  London,  S.  C.  lirown,  1904;  Taìlok  C, 
Oxiyrhynchus.  SayinffS  of  Jesus  found  in  1903,  Oxford,  Clarcndon  Press,  1905. 


TEXTE    (sur    les    FinUES    VEnTICALES    VERSO    —    DF    PAPYRUS) 


01  TOiq[_oi  Aoroi  oi[ 

AHC€N  IHC  O  ZOOM  K; 

KAi  OQMA  KAi  eineN[ 

AN  TCON  AOrCON  TOYT[  2S 

OY  MH  reVCHTAI  ♦»  ] 
MH  nAYCACeCi)  O  ZH[ 
eYPH  KAI  OTAN  eYPH[ 
BHeeiC  BACIAGYCH  KAI 

HceTAi  *N  Aerei  il  *> 

01  eAKONTeC  HMAC[ 
H  BACIAeiA  eN  OYPAi 

TA  neieiNA  toy  oyp: 

TI  YnO  THN  THN  eCT[ 

0!  iXOYeC  THC  0AAA[  35 

Tee  YMAC  KAI  H  BACI 

eNTOC  YMCON  [1  CTI[ 

TNCO  TAYTHN  CYPHL 

eAYTOYC  rNCOCeC0Al[ 

YM€IC  iM 

eCTe  TOY  HATPOC  TOY  T!" 
TNCOCee  eAYTOYC  eNL 
KAI  YMeiC  eCT6  HnTO[ 
"OYK  AnOKNHCei  AN©[ 


POJN  enepcoTHce  nA[ 
pcoN  nepi  TOY  TonoY  mi 

OTI 

ceT€  noAAOi  ecoNTAi  n[ 
oi  ecxATOi  npcoTOi  kai[ 
ciN  Aerei  me  *v.  [ 
©eN  THC  o+ecoc  coy  kai: 

Ano  COY  AnOKAAY<(>HCeT[ 
TIN  KPYnTON  O  OY  (frANei 
KAI  eeOAMMeNON  O  0[ 


[••JeTAZOYClN  AYTON  0[ 

[••iroYciN  ncoc  NHCieYi 
[ — iMeoA  KAI  na>c[ 

L ]AI  TI  nAPATHPHC[ 

["••JN  *^  Aerei  ìhc[ 
[ leiTAi  MH  noieiT[ 

L HC  AAHOeiAC  AN[ 

[ ]N  AHOKCKPt 

[ ]KAPI["]eCTIN[ 

L  li  Iplires  103  €CT[ 
[  14  lettres  11N[ 


1.  Lltlératitre  def  »  Nhiivcmmix  I.nk'iìi  "  : 

Batiffoi..  Rerue  liibUi^ue.   IHiC».  \>.  4»l-'»'JH. 

BRfSTuM,  Fragmtnts  d'un  unrien  rrcueil  lit  pai-oks  de  Jesus,  ruris.  Iin>4, 

VilR.   Oli.    —   T.    IV. 


Digitized  by 


Google    ^B 


160 


LES  PLUS  ANCIENS  MONUMKNTS  DLl  CHRISTIAMSMK. 


l<»] 


IKTHODUCTION,     Lir.NKS     Ì-5  ^^ 

Jot}  TolQi  ot   Aóyot  ot[  10  Icllres  ou;  tkà] 

xai  ©fajjta  >tal  eixev  [otirrot;*  lìàq  S^jj'.^ 
av  Tuiv   Xoywv  'rcrtiT[ti)v  àx.où-rp  fJavatToy 

Tmduction  :  a  Voilà  les  mots,  les  {lactme)]  que  Jesus  a  prononcés  qoand  il 

vivai!  à  [ "  et  à  Tliomas  et  il  leur  disait  :  Quiconquc  ciitend  mes  paroles  ne 

moiirra  pas.  » 

Nous  trouvons  dans  Ics  f*vangiles  caiioniquea  la  ménie  sentence  et  le» 
mémes  phrases,  mais  à  dìvers  passages  :  saìnt  Jean  viii,  52  exv  tiì  -hn  Xoyov 
jjLou  TTfipTjffip  o^j  pJ:  yc'jo'TjTati  Oxvìtou  et;  tov  atwvoc  «  si  quelqn'un  garde  tua  parole,  il 
jie  mourra  point  ».  Gf.  Matlh.  xvi,  28;  Marc  ix,  I  ;  Lue  iv,  27. 

Le  ct^mmeneomcnt  do  rintroduclionest  cvidemment  corrompu;  un  pourrait 
comparer  sainl  Lue  xxiv,  44  el-ruev  5è  rpò;  aùro^j;-  ovtoi  ol  \6yùi  o&;  ÈT^dcXT^Ga  icpoc 
jpit;  £Tt  àv  <rvv  òfitv  <i  il  leur  dit  :  Ce  sont  ici  les  discours  que  je  vous  tenais 
quand  jétais  encore  avec  vous  »*  Mais  pour  corriger  cuToiotot  en  oiirot  oi  il  faut 
deux  changements;  nous  piéférons  donc  toioi  ol  ^óyot  qui  n'en  exige  qu'uii 
seuL  Dans  la  lacune  de  la  l^*'  ligne,  on  pourra  donner  comme  supplémenl  un 
adjectif  qui  représente  le  mot  ce  admirables  »  ou  «t  divins  »,  etc,  (fiaujxxctot, 
Grcnfell,  Hunt;  «XìfiQtvoi,  Swete;  àXn&£i;,  Batiffol;  Ttì^euTaloi,  Wilamowitz-Moel- 
IpndorfT). 

2**  ligne.  Les  supplénients  propose»  pour  la  lacune  sont  x^iJpioc  ou  x[a\ 
aico9avttìv  (Swete),  x[tjptttj;  (BatifToI)  en  s'inspirant  des  mots  précédents  «  Jesus  [le 
Seigneur]  »,  w  Jesus  quand  il  vivait  [et  après  sa  mori]  «.  Mais  il  faut  atissi  consi- 
dérer  que  la  phrase  l^xal  ©capti]  «  et  à  Thomas  »  exige  unautre  datif  parallele  à 
Thomas  et  cela  présente  de  telles  difilcultés  que  la  grandeur  de  la  lacune  con- 
tredit  les  suppléments  proposés.  En  conséquence,  il  faut  chercher  une  phrase 
qui  corresponde  à  ce  qui  suit  xalQwpist,  Voici  les  trois  corrections  qu'on  a  pro- 
posées  à  ce  aujet  :  1)  On  a  cherché  un  nom  propre  analogue  à  Thomas,  par 

HEmHici,  Theohgische  Sladien  nnd  Krlfikfn.  li>05,  188-210. 

Hennecke,  Handfmch  der  ApQkryph.  1904,  XII  ss.,  p,  17-20. 

PREUSCHEN,  Andlegomena  (1905),  ii"  11.  Zar  V'orgtischiehU  des  Evcngelwnkanons  Programm, 
DarcDBt&dl,  1905. 

Swete.  Ej-posUory  Times,  1904,  p.  4«8*495, 

Zuati,  Neue  Fttndt  aus  der  uUen  Kirche.  1)  Allerlei  aua  Aegypton,  2)  Bnichslueck  eines  verìorenen 
Evangtìliuios.  3)  Neue  Aussprueche  von  Jesu  :  Neue  KircliL  Zcitschrift.  XVI,  1905,  p.  9^j-105,  16ci-i:8, 

HiLGENFELD,  Die  neuesten  Logia-Fiinde  von  Oxyrbynchus  :  Zeiischrift  faér  wlssensckapUche  Theo- 
logie,  XLVni  (N.  F.  xni),  1W5,  p.  343*353. 

Li  E  TZ  MANN,  K  teine  TejcU  fuer  iheologiiche  Vorlesungen  und  Vebttngen,  Bonn,  Mar*!us  und  Weber. 
Heft  a  :  Apocrypha  I,  Evangellen.  Hen  11  :  Apocrypha  Hi.  Agrrapba,  Neue  Oxyrliynchus  logia  von 
Erich  Kloslermann. 


Digitized  by 


Google 


I 

I 

I 


I 

I 


^^^  IV.  —  PRÉTENDUES  SENTENCES  DE  JESUS.  161 

exemple  Philippe  ou  Mattliieu;  ceux-ci  soni  connus  pur  les  apocryphes  commi^ 
compagnons  de  Tlicmias  (fl>i>,i7r7rw  y,al  Biouia;  Mxzbiy  tm  Marfiaict)  /.xl  ©<ii[je.x). 
2)  Ou  bien,  une  phrase  pour  distinguer  Tiiomas  entre  les  autrcs  disciples 
eomme  dans  le  passage  de  saini  Jean  xx,  26  ^oav  eio  ol  [xocOrjTotl  «vtou  xal 
Qtsiwi^  {UT'  aÙT(^v  «  ses  diseiples  etani  dans  la  maison  et  Thomas  avec  eux  ». 
MettoQS,  par  exemple,  toì;  ti  oXTwOk,  oh  to^  i  (Hh-x)  (ta&iflTat^  xal  0o>[ax  a  anx 
antres  diseiples  et  à  Thomas  ».  li)  Dans  les  actes  apocryphes  de  Thomas,  celui- 
ci  a  le  doublé  iiom  'lo^^a;  ò  xxl  tìcaaa^;  on  en  a  tire  pour  ici  le  supplément 
'Ioó5a  Ta>[  xai  0ùìp4  «r  à  Judas  qui  est  appelé  aussi  Thomas  n  et»  par  suite,  dans 
le  suivant  :  aOT[^  ó  xupio;  o<7Tt;\  Une  dernière  manière  de  résoudre  la  dillìculté 
élait  de  changer  Obipix^  par  exemple  xaì  Só^at  aÙToT;]  xal  6aù;/,a  a  voici  les 
paroles  de  Jesus;  qu'on  leur  offre  la  gioire  et  Tadmiration  ». 

Quoi  qu'il  en  soit,  on  peut  tirer  de  cette  ìnlroduction  la  conclusiou  que 
nous  possédons  ici  un  fragment  du  comniencement  du  texte  entier.  Et,  en 
effet,  une  marge  de  trois  centimètres  est  laissée  en  blanc  en  coté  du  texte 
dans  le  papyrus. 

LOGrON    I.    LIGNES    5-9 

(lY)  rcoLufjxfAta  ó  C7j[Td>v  8  letlres  perdues  Zw;  av] 
iSpTf   xal  Srav  £5pY][  ^<xyièrfii/]^£Tai  xal  6a(ji] 
SiqOiI;   ^x<7ikiijnn  xajl  ^arriXiii^ra;  ocvaita 

^a  restltution  du  texte  est  donnée  par  deux  passages  de  Clément  d'A- 
lexandrie,  Stromat.  11,9,  45  ■/)  xàv  tu  xxS'  E&paiotj;  e-ja^ytltcìj  o  Saupiajja^  Paii'XeóiTei 
Y^i'pxxTai  xal  ó  PaciXnica?  ava77a-/ic£T <t  et  Stromat»  V,  14,  96  t-jov  yip  toutoh;  (c*est- 
à-dire  Platon,  Ttm.f  p.  90)  Ixeìva  SuvaToti'  Oli  ira^^erai  d  ^^tÒ>v  «c»);  9cv  sSpvij  e-jpwv  Se 
feiji^TiWTeTat,  QajjLS-flOxlc  Sa  pamXe'jfrei,  fiaat>.eii<ia;  Si  àvatrarldÈTau  C'était  donc  là  aussi 
un  fragment  de  l'évangile  selon  les  Hébreux. 

Gomme  supplément  de  la  lacune  dans  la  6*  ligne,  on  a  propose  :  ò  ^Tikwv 
nv  ^iùii>t  (Grenfell,  Hunt),  tòv  T^aripx  (Swetej,  toG  C^tcìv  (Preuschen).  Au  lieu  de 
4flL{i.6x&if,a€Tat  Swete  a  eonjecturé  fla^.^a'jSw, 

Traducimi  :  et  [Jesus  dit  :  |  Que  eelui  qui  cherche  ne  cesse  pas  [de  cher* 
cber  (pu  :  Celui  qui  cherche  la  vie,  ou  :  Qui  cherche  le  pére),  jusqu'à  ce  qu^ìl 
ait]  trouvé,  et  quand  il  trouve,  [il  s'étonnera,  alors  quand  il  s'é]tonne,  il  aura 
le  royaume,  et  quand  il  [aura  le  royaume],  il  continuerà  d*étre  roi.  » 

Notre  passage,  qui  est  connu  depuìs  longtemps  comme  fragment  de  l'é- 
vangile selon  les  Hébreux,  a  été  Tobjet  de  nombreuses  dissertations  savantes 
dont  la  dernière  est  celle  de  Harnack  (dans  les  SUzungsberiehte  der  Berliner 
\kademie,  1904,  p.  175-179),  Le  sens  n^est  pas  encore  clair. 


Digitized  by 


Google 


n 


162 


LES  PLUS  ANCIKNS  MONUMENTS  r>ll  CHRISTIAXISME. 


m] 


LOGION    II*    LIGWES   9-21 

Je  cite  Irs  suppléments  qui  oiit  étù  Jonoés  hypothétiquement.  Les  premiere 
édiieurs,  MM.  Ghenfkll  et  Hint,  domioiit  : 


10 


)in 


ri  7t€T£tvà  TOu  oùp[àvo'j  xal  Tciv  ^piwv  0 

TI    UXÒ   TTJV    yiìV    I<TT[IV    YJ   tltl    TTlC   Y^C  ^«1 

TI?  'jpia;,   %al   ifi  Pa(j[iX£(at  twv  oùpotvwv 
ÉvTo?  uaòiv  [éjGTt  [)cai  5<7Ti;  iv  iauTÒv 

yvti  Tai^TTjV  £0p7Ì[cei    • 

eauToù^  yv<rt(Te<j9e  ,  xal  iràTj^riTfi  ori  uJoi 

^axfi  OjjLiì;  ToG  iraTpò^  xou  t[ 

yvw<T<;e<y>tìs   Ixutou;  év[.    .    .  * 


xal    Xì^lq    iati  TflTTTO^^ 


Traduction  :  <x  Jesus  dit  :  (Vous  me  demaudez  :  Qui  soni  ceux)  qui  tious 
attirent  au  royaume,  si  le  royaiime  est  dans  le  ciel?...  Les  oiseaux  du  cìel  et 
les  auimaux  qui  sont  sous  la  terre  et  ceux  qui  sont  sur  la  terre  et  les  poissons 
dans  la  mer  (ce  sont  ceux  qui  vous)  attirent  et  le  royaume  des  cieux  est  en 
V0U8  et  cliacun  qui  se  connait  soi-méme  h^  trouvera..,  vous  vous  connaitrez 
et  vous  saurez  quo  vous  éles  les  lils  du  pére..,  et  vous  vous  eonnaitrez...  » 

£>)C£tv  (L  IO)  serait  dune  dans  le  méme  sen.s  que  éXxu^tv  chez  saiut  Jean  vi,  44 
èàv  [XT,  fj  7tc£T7]p*..  ilxùfnn  flt^jTov  et  XVII,  32  TcavTa;  IXxOiift)  TCpo;  IfiotuTÓv*  En  ce  qui 
concerne  le  passage  sur  la  connaissance  de  soi-méme,  M .  Badliam  cite  Clément, 
Pédafjntj.^  HI,  l  ^v  dtpat  w;  loixt  TràvTcnv  [jL6yi<yT0v  p,3t07]|JtpaTa)V  tÒ  yvdivat  auTOV  catUTOv  yxp 
TK  im  yvtf>Tn  Qeov  el-jETai  a  !a  plus  grande  science  est  évidemmenl  la  counais- 
sance  do  soi-méme;  car  celui  qui  se  connaìtra  soi-niérae,  eonnaitra  Dieu  ». 

La  didìculté  au  commeucement  est  de  cumpreudre  le  vrai  sens  de  i^xetv; 
le  eommeiieement  a  été  reslitué  d'une  tout  autre  manière  par  M*  Bartlet  : 
>.£yÉt  'I[TQff(ou;)*  }f:h  <poS€tTo<ravl  oi  JXxovtec  u|xa^  [JttI  tjì^  yii;,  ùpoiv  yàp]  i\  padiXitot  tv 
oùp%[vco  xotl  'jf^'  ó[iL?v  1<7T^\\  TX  iTiTiivà  tq'j  o*jp|^avo'j  ;cal  itxv  J^tiov  ó'JTt  ulto  ttIv  yflv  £<it[iv 
tÌ  T£  étti  y?,;  7mX\  ol  cj^Sue;  ty,c  6x'Xà[<i^;. 

Traductioìì  :  t^  Jesus  dit  :  N'ayez  pas  peurj  si  Fon  vous  poursuil  sur  la 
terre;  car]  le  royaume  dans  le  ciel  [est  le  vòtre  et  vous  deviendrez  les  maitrcsl 
des  oiseaux  dans  le  ciel  et  de  tout  animai  qui  est  au-dessous  et  au-dessus  de 
la  terre  et  des  poissons  de  la  mer  u.  La  fin  raauque  dans  cet  essai   de  res- 


Digitized  by 


Google 


^IV.  -  PRÉTENDUES  SFATENGES  DE  JESUS, 


163 


titntlon,  où  il  est  diflicile  de  comprendre  commeiil  la  maitrisc  de  tout  genre 
d'oiiimaux  doit  iHre  une  récomponse  pour  le^  persécutions. 

Un  autre  essai,  fonde  sur  Tusage  de  la  laiigue  des  évangiles,  est  celui  de 
M.  Deissmaan  : 


20 


Wyei  *I[(nff(oGOitùj^  liyou^iv  {mini  Marc  xiì,  25;  Lue  xx,  41) 
01  ZXxovTe?  "Jitta;  (ou  vjjwtc)  [et?  rk  xpi-nipia  (Saint  Jacques  ir,  G;  Mattli,  x, 
17;  Marc  xiii,  9),  oTt 

Ti  pxfsCktioL  £V  otjpa[vtT>   ioTiv;  [tr^ri  i'Juvavrat  (saiiil  Lue   vi,  39) 

t{  rmh  TY|v  piv  i<rT[iv  ;  M\  ri  h  x^ì  O'jpav^] 

0»  ì^Ouft^  Tvic  Otx^afdoTi;  ;  oSrca;  oE  (saint  Lue  xti,  21)  sX^tovl 

T£c  6;i.a<;,  jwcl  r;  pa<y[i>^e£a  Jiacd;  (jt^fivrot  (saint  Jean  xii,  42;  cL  Lue  x,  11)] 

yvG,  TOJjnnv  eupT^[<yet  (cf,  Matth.  x,  40).    ...... 

iwjTf^j<;  yvciiai'TOE  [Ivtdirtov  to5  fiioO  (Lun  XVT,  15)  xal  uioi] 
i^Tf  ujjLfil^  toì;  irotTpò<;  ToO  Tri>.f(oy  Ì¥  oipxvw  (Mattti*   v,   48)] 
yvóa<Cs*j>Oft  laijTou^  ev[(Ì7nov  toìv  aìi6pc6ittijv  (Lue  xvi,  15)] 
xat  meT;  idTf  -/)  vrro[u<r6e  {saint  Lue  xxi,  9) 


I 


I 


Suivant  l'opinion  di»  AL  Deissniiinn,  ces  paroles  soiit  adressco»  aux  apòtrcs 
Jans  le  mème  sens  que  eelles  qui  ont  été  prononcées  k  roccasion  de  leur  niissiou 
évangélique;  comme  les  apiUres  disaient  :  «  Le  royautne  est  arrivò  »,  lea 
adversaires  leur  répondirent  :  «  Votrc  royaume  est  dans  le  ciel,  mais  ce  ruyaume 
du  ciel  est  une  connaissance  des  oiseaux  »,  en  raanifestaiit  leur  ironie  et 
eependant,  en  meme  temps,  la  l'aiblessc  de  leur  intelligence^  qui  n'est  capablo 
de  saisir  que  le  suns  liitéral  des  mots. 

Traihiciioìi  :  «  Jesus  dìt  :  Que  disent  ceux  qui  vous  tratnenl  aux  tribù- 
Eaux  (les  persécuteurs)  sur  le  royaume  dans  le  ciel  i  «  Les  oiseaux  du  ciel 
«  ne  sont  pas  capables  de  connaitre  ce  qu'il  y  a  sur  la  terre»  et  les  poissons 
(f  de  la  mer  ce  qu  il  y  a  dans  le  ciel  io  ;  c*est  ainsi  que  parleni  vos  persécuteurs. 
Mais  pourtant,  le  royaume  existc,  il  oxisto  eu  vous-mèmee»  ol  celui  qui  ron- 
nait  ce  qui  existe  eo  vous,  le  trouvora;  connaissez-vous  vous-nii^mes  devant 
Dieu  et  vous  serez  les  fds  du  pére  parfait  cjui  est  aux  cieux;  connaissez-vous 
voQs-mémes  devant  les  hommes,  et  vous  serez  là  où  il  vous  faut  avoir  peur.  f) 
Pour  la  fin  comparcz  saint  Lue  xvi^  15  :  «  Vous  vous  jusHfiez  vous-mèmes 
devant  les  hommes  :  mais  Dieu  connait  vos  coeurs  :  c'est  puurquoi  ce  qui 
est  grand  devant  les  hommes  est  cn  abomination  devant  Dieu,  » 

La  restìtution  du  savant  professeur  Deissmann  est  très  artificielle  et  il  est 
k  craindre  que  les  paroles  prétendues  de  Jesus  au  commeucement  ne  soient 
trop  entrelacées  avec  eelles  des  interlocuteurs  supposés,  qui  tournent  en  ironie 


Digitized  by 


Googl 


164  T^^ES  PLUS  ANCIENS  MONUMENTS  DU  CHRISTIANISME.  [70^ 

les  paroles  de  Jesus;  ce  serait  alors  un  style  anormal  pour  la  simplicité  des 
Logia. 

Une  Iroisième  reslltutìon  est  due  k  M.  Swete,  qui  a  compare  saint  Lue 
xvii»  21  ;  XX,  36  et  Matlliieu  v,  48. 

f;  ^anikti^  ev  oOpflti  ¥cjj'  ot  Se  è%\  yvi?  JWti] 
Tic  TTETEwi  ToG  oiip[avou  )tal  Trav   xTt<T(xa   ó'ì 
TI  uxò  Tiìiv  pìv   £Ct[iv  3cal  tv  t£»  'AiJifi  xal' 

yvw,  Ta'jTY)v  tOpTTilaftf    èàv  yacp  à>.Yj9<ì*i] 

ia'jTO'j^  yvÉScTEa^f,   ^uiol  xotl   Oiryaripe;! 

hri  ujJLfiK  ToO  77aTpò;  toO   7r[avT0>tpA:T0fo?  x«lj 

xttl  ùfieK  ^^'^fi  li   7rT[ó>.K 

Traduction  :  a  Jesus  dit  :  Qui  soni  ceux  qui  vous  attirent  au  royaume?le 
royaurae  dans  le  cieL  Tout  ce  qui  est  sur  la  terre  et  les  niseaux  du  ciel  et  tout 
étre  qui  est  au-dessousde  la  terre  et  dans  Tenfer,  et  les  poissons  de  la  mer,  ce 
soni  ceux  qui  vous  attirent.  Et  le  royaumo  des  cieux  est  au  milieu  de  vous 
(S.  Lue  XVII,  21)  et  chactm  qui  se  conuallra  lui-méme,  le  trouvera.  En  vérìté, 
si  vous  vous  connaissez  vous-mt^mes  vous  serez  fils  et  lìlh*s  du  Pére  tout- 
puissant  et  vous  vous  reconnattrez  comme  citoyens  au  milieu  de  (sa)  cité  et 
c'est  vous  qui  étes  la  cité.   » 

Le  seus  des  phrases  restituées  par  ronjecturc  et  aussi  colui  (h:  l'ensemble 
n'est  pas  satisfaisant;  à  la  fin  de  sa  restitution  M.  Svvete  mèle  le  grec  de 
Tépoque  de  rUellénisme  avec  le  grec  d'Homère  (irrolig). 

En  profitant  des  restitutions  de  M.  Bartlet,  nous  sommes  conduit  pour 
le  commencement,  aux  conjectures  suivantes  :  M^fu  'I[ifig(oi>;'  ^i.-h  ^oÈÉiTwaa^]  ol 
i'^xovTt^  iti.a;  ijif  )tptT7Ìp'.x*   *jijMv  yipl  il   pa^iXdx  Iv  oipac[v<Jj. 

Traduction  :  «  Jesus  dit  :  N'ayez  pas  peur  de  ceux  qui  vous  trainent  aux 
tribunaux;  car  vòtre  est  le  royaume  dans  le  ciel.  »  D'une  part,  ot  IXxovts; 
doit  avoir  un  supplémenl  logique  pour  en  definir  le  sens,  voilà  pourquoi 
M.  Ueissmaim  a  propose  ck  tì  Kpirrfpwt  ou  ^rjvs^pta,  ceux  qui  vous  traìnent  aux 
tribunaux  des  juges,  des  prétres  etc;  d'autre  part  cetie  ph rase  est  en  méme 
lemps  ridée  opjjosée  an  régne  du  cieL 

Dans  ce  qui  suit,  il  y  a  évidemment  plusieurs  contrastes  :  les  oiseaux  du 
eie!  et  les  poissons  de  la  mer;  le  ciel  et  ce  qui  est  au-dessous  de  la 


Digitized  by 


3US  de  la  terre;    I 

Google    ^M 


71]  IV.  —  PRÉTENDUES  SENTENCES  DE  JESUS.  165 

xiaìs   ces  deux  contrastes  exigent  qu'un  troisième  suive ,  analogue  aux  deux 
précédents  ;  voici  un  nouvel  essai  de  reconstitution  : 

TX  ireTSivi  ToD  oùp[avoO  oò  yiYvciaJCOiKyi 

TI  ùwò  Tinv  yiiv  iaT[iv  otóè  TI  sin  tyì;  yijc 

01  Ix^K  'ni;  OaXà[9(ry);  oùSè  ol  OXiSov 

Te;  ufjux;  xal  (1.  in)  rj  paa[i>>eta  twv  oupav<ov 

èvTÒc  0(A(òv  [i]<rrv 

Traduciion  :  e  Les  oiseaux  du  ciel  n'ont  pas  la  connaissance  de  ce  qui  est 
sous  la  terre,  ni  les  poissons  de  la  mer  de  ce  qui  est  sur  la  terre,  ni  vos 
persécuteurs  de  ce  que  le  règne  des  cieux  est  au  milieu  de  vous.  j>  Le  reste 
est  encore  moins  sur. 

LOGION    III.    LIGNES    21-27 

oùx   àicoxvT^erei  aEvO[p«inK (9  lettres  perdues) 

pwv  Ì7r6pa>T7Ìaai  7ra[ (13  1.) 

p(i>V    Xepì    TOU    TÓTTOU    Tli[; (12  1.) 

25     fftTe  érTc  iroWol  SoovTai  ^[p^Tot  lajjxxot,  xal 

oi  loj^aTOi  7cpci>T0i  xal[ (13  1.) 

oiv 

MM.  Grenfell  et  Hunt  ont  compare  comme  parallèle  saint  Marc  x,  31 
(Matth.  XIX,  30)  icoXkoX  Se  Icovrai  irpcoToi  Icjiaxtn  xal  ol  Ir^^aToi  irpwToi  «  mais  più- 
sieurs  qui  sont  les  premiers  seront  les  derniers,  et  les  derniers  seront  les  pre- 
miers  d  ;  saint  Lue  aussi  xiii,  30  a  la  méme  phrase. 

Une  restitution  entière  a  été  donne  par  M.  Swete,  qui  compare  les  Actes 
des  apótres  i,  7;  Marc  x,  31;  Matth.  vii,  14  : 

\\eyti   lT|(r(ou<)*] 
oùx  àipoxvniaei  avO[p(i)ico;   Tcepl  tóSv  xat] 
p«&v   iTcepcoT^erai  ira[ppy)9ia^ó(Jievo;   \y)] 

pwV    irepl   TOO    TÓTCOO   TY)[c    SÓ^TQ;'    Ò(JL£K    Sé    atWTCYj] 

dCTe'  6tv  TToXXol  ÌG(xrcùLi  7r[p(ii>T0i  liTj^aToi  xal] 
01  Iff^aToi  xpt^TOi  xal  [óXiyot  6ÙpY)(rou1 

fflV 

ot  Jesus  dit  :  Quelqu'un  ne  tardant  pas  [à]  demander  [sa  fortune,  parlerà 
sana  gène  et  sans  cesse]  sur  sa  place  [d'honneur  ;  màis  vous,  taisez-vous]  ;  car 
beauconp  qui  sont  les  premiers  seront  les  derniers  et  les  derniers  seront  les 
premiers,  et  peu  [auront  la  chance  de  trouver].  d  Le  sens  de  ces  moìs  n'est 
pas  dair. 


Digitized  by 


Google 


^LUS  ANCIENS  MONUMENTS  DU  CHRISTIANISME.  [72] 

Le  vrai  procede  de  restitutioii  r  été  trouvé  ingónieusemeut  par  M.  Doiss- 
mann;  c'cst  le  passago  de  sairit  Lue  xiv,  7  qui  a  été  utilisé  par  lui  et  qui 
donne,  en  effet,  la  clef  pour  rinlerprétaiioii  ilu  passaf:^^ ;  voilà  soii  e^sai  «lij 
restilutioo  : 

oix.  à^03tVYÌ'7£v  avO^f  Clicco;   xV/iOetg  iséf\ 
25     ^£T(ai).  oTt  -mKhÀ  f<jovTai    irp^tot  i^jjf^xTot  jwtì] 

«TLV 


^ 


ft  Jesus  dit  :  Un  homme  sage  invitò  ne  tarderà  pas  h  demander  ?4a  place 
à  la  tahle  à  un  des  scrvants;  car  plusieurs  qui  sont  lo.^  prrmiers  serout  lea 
derniers  et  Ics  dernicrs  semnt  Ics  premiers  e!  ou  leur  fera  lionneur.  » 

La  marche  de  la  restitutìon  est  très  bien  commencée  par  M.  Deissmann, 
seulement  il  y  a  quelques  dìllìcultés  philologiques.  Car  il  est  évidont  quc 
la  séparation  du  uuìì  'ittjip-pùiv  n'est  pas  admissible  dans  rorthographe  de 
iiotre  papyrus.  Une  étude  attcntive  dii  passage  de  sainf  Lue  xiv,  7-1  i  et  Fob- 
servation  de  la  pliraséolngio  grecque  nous  fera  perfoctionncr  rexcellent  travail 
de  M,  Deissmann.  Rolisons  d'abord  saint  l^uc  : 

XIV,  '  "E^Eye  Si  Tfpò;  tou;  >t£xXt3;i.£vou;  Tcapot^rAìfv,  STrt^^wv  itca;  rie  xpcotox^t^ta; 
l^iWyovTO,  ^ey<i)V    ttoo;   aùto^;*  *5itxv   itXifi&-7j^  Otto   tivo^    ti;  yajxou^,   ^ii  JtaxaxTvtOij; 

ò  ci  xai  «ìtov  ita>£'7a^  Ìpel  *70t'  èÒQ  toOtù)  tottov  xxl  t«Jt€  ap^ip  (i.ct*  aìcryuvifjs  ròv 
É'jj^aTOV  TÓTTOv  xaxfijfetv.  '*  «>X'  oxav  nXifjOìJ;^  ?rope'i9ù^  àvjcTTiao.v  1Ì4  tov  £(7j(^aTQv 
TOTTOV  iva,  orav  sX&ij  d  x£x>.wtij;  <r£,  eitcvi  eroi'  ^Ckt^  Tz^oaoL^xSn^t  av&)T£pov'  tote  iTxai 
<TOt  io 5 a  lvti>7riov  rtiv  ^jvavaxiiriivdiv  ^701**'  oTi  irx?  6  u(|*d>y  lauTÒv  TXTrsivui&if^etoti"  x«i 

<(  '  Il  proposait  auBsi  aux  convìés  une  similitude,  prenant  garde  comment 
ils  choisissaient  Ics  premières  places  à  table;  et  il  leur  disait  : 

f(  ^Quand  tu  scras  convié  par  quelqu'un  à  des  noces,  ne  te  mets  point 
à  table  à  la  première  place,  tle  peur  qu'il  n'arrive  qu'un  plus  honurable  que 
toì  soit  aussi  convié,  "  et  que  celui  qui  aura  convié  et  tot  et  lui,  ne  vienne,  et 
no  te  dise  ;  Donne  ta  place  à  celui-ci»  et  qu'alors  tu  ne  commeuces  avec 
bonte  de  te  mcttre  à  la  deroière  placet*'  Mais  quand  tu  seras  convié,  va,  et 
te  mets  à  la  dernicrc  place^  afin  que  quand  celui  qui  t'a  convié  viendra,  il  te 
dise  t  Mou  ami,  monte  plus  haut.  Et  tdors  cela  te  tournera  à  honneur  devaut 
tous  ceux  qui  seront  à  table  avec  toi.  ''  Car  quiconque  s'élève  sera  abaissé, 
et  quiconque  s'abaisse  sera  élevé.  b 


Digitized  by 


Google 


31  IV.  —  PRÉTENDUES  SENTENCES  DE  JESUS.  167 

Nous  retrouvons  dans  ce  passage  la  sentence  de  Télévation  de  ceux  qui 
'abaissent  qui  est  dans  les  lignes  25-27  du  papyrus,  ainsì  que  le  mot  rwzo^  de 
i  ligne  24  du  papyrus;  suivant  cette  indicatìon  nous  aurons  à  suppléer  dans 
31  méme  ligne  t^[<;  yCkioiou;^  et  à  la  suite  x>.i67l]<i8T(ai).  La  préposition  Tuepl  tou 
oTcou  T'^[c  xXkjioc^  exige  un  verbe,  dont  le  reste  est  le  Jpwv  précédent,  qui  doit 
ormar  la  dernière  syllabe  d'un  participe;  et  il  est  très  probable  que  c'est 
'juo]pa>v  ;  en  profitant  de  ce  que  nous  venons  de  trouver,  nous  figurons  ainsi  la 
>hrase  qui  est  à  rétablir  :  «  Un  homme,  qui  est  de  distinction,  ne  tarderà  pas 
L  demander  quand  il  sera  convié  et  quand  il  ne  connaitra  pas  sa  place  à  table  ; 
;ar  plusieurs  qui  sont  les  premiers  seront  les  derniers,  et  ceux  qui  sont  les 
lerniers  seront  les  premiers  et  on  leur  fera  honneur  ». 

Voici  les  mots  grecs  : 

O'jjt  àiro)cvìQ<Tei  av9p<t>iro;   [(^^)  '^^^  6vti[aot£] 

pfciv  Ì7r«po>T^<xat  7ra[piX  roCf  ^«(tcvou   Ìtzo] 

pòiv  irepl  TOU  t6tzo\}  T7ì[;  xXìgIol^  ttoO  xXiO-^l 

25       <J6T(ai).    Jrt    TZOXkol    gdOVTai   7r[pà)T0l    iaj^OLTQi   ÌLxl] 

ol  itsyjxxoi  TppwTOi  x[al  ^avepol  àicoSaivou] 

L'élocution  de  saint  Lue  est  beaucoup  plus  claire  et  plus  simple  que  le 
papyrus  qui  a  condense  tout  dans  une  seule  phrase. 

LOGION    IV.    LIGNES    27-31 

La  restitution  evidente  a  été  donnée  par  MM.  Grenfell  et  Hunt  ; 

"kéysi   iTidfoO;)'  [tuócv  tò  (jl^i  Ijiicpoc 

9«V    T7Ì;    Olj/C(à^   (TOU    Xal    [tò    )C6XpU[JL(ilÌV0V 

ìtco  oou  à7roxa>.u^<^6>7(<i6T[ai  wi.  ou  yxp  ia 
30     Tiv  xpuTTTiv  0  où   ^otve[pòv  yevri<T6Tai 
xai  Te6a(jLpivov  o  o[ùx  eyepOtiaeTai 

Ligne  29.  Swete  a  omis<xoi  :  àiroxa\u9<0>T<<ieTai.  oÙYap.  Il  n'est  pas  nécessaire 
de  corriger  àicoxaXu<pTi(<x£Tai  comme  il  est  écrit  dans  le  papyrus  ;  car  on  trouve 
dans  le  grec  de  cette  epoque  une  formation  analogue  de  Taoriste,  aTuoxaXu- 
fei<nK  (Wessely,  Karanis  et  Soknopaiu  Nesos,  Mémoires  de  rAcadémie  de 
Vienne,  XLVII,  4,  p.  6). 

Traduction  :  «  Jesus  dit  :  [Tout  ce  qui  n'est  pas  en  fac]e  de  toi  et  [ce  qui 
est  cache]  devant  toi,  te  sera  découv[ert  ;  car  il  n'y  a  rien]  de  cache  qui  ne  [se 
découvrira]  pas  et  d'enseveli  qui  n[e  sera  pas  ressuscité].  » 

Les  parallèles  sont  saint  Matthieu  x,  26  où^ìv  yif  i<mv  x«xa\u(A(JL<vov  o  oOx 
àiwxxXu(p6yf(jtTxi  xal  xpii77TÌv  o  oi  yvwafttfdeTai  a  il  u  y  a  rien  de  cache  qui  ne  se 


Digitized  by 


Google 


168 


tlS  PLUS  ANCIENS  MONUMENTS  DU  CHRISTIANISME. 


[74] 


découvre,  ni  rien  de  secret  qui  ne  Vienne  à  étre  conno  »  ;  Lue  xii,  2  ùìtèi^  Ut 
^t*YXixa>u[i[AÌvov  WTiv  0  o\jx  iiroiMLhìoH'fiat'zxi  tuzì  xpuirràv  o  06  yvwaStffTarati  ;  Marc  iv,  22 
où  yxp  iffTt^  xpuTUTÒv  &irv  [It?)  iva  ^vepti>6"^  oò^è  ìyeveto  «Tcdx-po^ov  i>X*  Cvx  1X67  £i;fflevepóy. 
La  première  pariie  seulement  de  nolre  sentcnce  est  analogue  à  ce  que  nous 
offro  le  papyrus*  Le  sena  figure  de  Sotirretv  est  extraordinairef  les  phrases  dea 
évaogiles  canoniques  «onf  beaucoup  plus  claires. 


I 
I 


k 


LOGION    V*    LIGNSS    32-42 

Une  transcriplion  de  ce  passage  qui  est  trop  mutile  a  été  donnée  par 
MM,  Grenfell  et  Hunt  : 

[èSJETxJJoTjfftv  aÙTÒv  o[i  (jtxftriTai  ainùù  xall 

[^i]You<nv  TTwc  r/]<TT£'j[<jo[jt,£v  xfltl  TCw<  ,.,  (^3  lettres  perdues) 

[.    •    .    .  ][ite6a  xal  WW5  [   ... (14  1.) 

H     [*   ,   .    ,x]ql\  ti  TTapaT7jp'^<j[oaiv (8  1.) 

[ ]v;  >tyit  'U^{t£^y  [ (12  l) 

[ ]t\Tai  [i9i  irouiTle   (H  L) 

[ |r,;  akfi^dx^  iv[ ...    ,.   (13  1.) 

[ Jv  à[Tf]o)te)Cf [u (12  1.) 

40     [ (Jt,a]x3cpt[cl5]  é<JTtv  [ (13  L) 

[ V  ifrc[i (12  L) 

[ >[ (i3L) 

Ligne  34  :  itpo<j/eu5c!|jLfi&a  conjeeture  de  MM.  Grenfell  et  Hunt.  M.  Barnes  a 
essayé  une  resti  tu  ti  on  du  reste  : 

3fi  x]al  ri  TC«paT7jp*^[<iojxcv  iva   ì^onfiv 

[fj^tojwjv;  Xeyet  Ìt]<j(oìJ;)'  [à^  irotou<nv  ol 
[u7coxp]«iTaì  (Ai?i  icot£TT[«  ufjLftT;"   T^  yàp 

[jJLt^J&Òv     tÒ]v    a[x]0)C6X.p[lÌfJL[l£V(»V    oflETOti 

w     [<itv(.)  )tal  {wt])tdcpt[óc]   Ì0TIV  [i  ó  p.t^ò; 
[iv  Tw  oùpav]^  ÌffT[tV 

Traduriion  :  <(  [Ses  élèves]  l'interrogent  en  [dilsanl  :  Comment  jnous  faut- 
iljjeùner  et  comment[..,  pri]eret[...  qu'est-ce  qujl  nous  faut  obser[ver  pour 
obtenir  la  vie?]  Jesus  dit  :  [Il  ne  vous  faut  pas  le  faire  comme  les 
hvpocr]ites  ;  car  ìls  em[péchent  la  voie  de]  la  vérité,  [ils  faussent  le  salaire  qu]i 
est  cach[é.  Bienjheureux  celili  [à  qui]  est  [la  récompense  dans  le  cielj.  m  — 
*-  Il  va  sans  diro  que  le  texte  de  M.  Barnes  n'a  pour  base  qu'iine  hypo- 
thèse* 

Une  autre  restiiution  est  celle  de  Swete  : 


Digitized  by 


Google 


m]    W.  —  PRETENDUES  SENTENCES  DE  JESUS. 

[fkii  xk  t]^c  i^u8fiia<  (')  «V  [yap  icotviTe  Ta^Tot  yvó^i] 
40     [ym  vpiv*   |wt]xapi[(i<;]    I<jtiv'^   tq  àv  ... 


Traduction  :  «  [Ses  diseiples  lui  clemandent  et  [dìjsent  :  Commeiit  [nona 
hul-il]  jeùner  [et  comnient  pn|er  et  romment  |faire  i*auraóne?j  et  nbserver 
de  telles  chosejì*?  Jesus  dit  :  [Faites  atteution  que  vous  ne  perd|iez  ipa^^  la  ré- 
compease];  il  vous  faut  faire  [seulement  co  qui  est]  vrai;  car  [si  vous  f aites 
ainsi  vous  connaìtrez  le  raystèrje  cacliLé,  Je  vous  dis  :  Bien|lieureux  est  [celui 
qai..<  » 

Ce  ciuquième  logion  a  été  coiistruit  autremeut  que  les  précédenls  :  ceux-ci 
oavaleat  au  commeucement  que  les  deux  motuS  :  «  Jesus  dit  ìì  Xi'yfit  'Iti(to5<;; 
mais  ici  une  longue  iiitroduetiou  précède  qui  fait  conuaitre  à  quelle  occa- 
sion  les  paroles  ont  été  pronoucées.  A  la  fm  de  rintroduetion  suivent  les  mots 
soleEiiels  :  «  Jesus  dit  d.  Il  faut  remarquer  ce  fait  importanl. 


En  ce  qui  concerne  rensemble  de  notre  collection  des  prétendiies  paroles 
de  Jesus,  il  y  a  plusieurs  questions.  Evìdemment,  le  texte  est  celili  d'un 
OQvrage  de  la  littéralure  chrélienne,  e' est  xin  fragment  du  coinmencement  de 
cetouvrage;  récriture  Gne  est  ronciale  qui  nous  indique  la  qualit.é  du  frag- 
meot  cornine  littéraire;  Tanalogie  avec  le  fameux  papyrus  de  rAlhénaion  Poli- 
tela de  Loodres  nous  montre  aussi  que  notre  exemplaire  n'a  pas  été  destine 
au  commerce  des  livres,  qu'il  a  été  un  livre  copie  par  un  homrae  prive  et, 
comme  TAthénaion  Politéia  était  un  ouvrage  littéraire  qui  niéritait  d'étre 
copie,  ainsi  notre  collection  devait  ótre  un  ouvrage  précieux  de  la  littérature 
chrélienne. 

Cet  ouvrage  peut-il  étrc  identifié  avec  un  autre  dont  la  connaissance  nous 
soit  parvenue  d'ailleurs?  Corame  nous  Tavons  vu,  les  lignes  5-9contiennent  un 
passage  qui  a  existé  dans  Tévangile  selon  les  Hébreux.  Mais  le  coinmence- 
ment de  notre  ouvrage  n'est  pas  d'accord  avec  cette  obsf^rv^ation;  on  s'atten- 
drait  plutòt  à  rÉvangile  de  saint  Thomas,  puisque  ce  sont  les  paroles  pro- 

noacées  à  [ ]  Thomas.  En  tout  cas  on  ne  peut  dire  que  nous  possédons 

là  un  fragment  d'une  collection  de  paroles  de  Jesus. 


Digitized  by 


Googl 


^t%  LES    Pr.l  S  ANCIENS  MONUMENTS  DIT  CHRISTIANISME.  (76^ 

Co  fragrpeat  conteaant  le  commeiicement,  est-il  à  combiaer  avec  les  pre- 
niiors  soi-disant  Logia  provenaol  d'Oxyrhyiichos?  En  ce  qui  concerne  les 
mariuscrits,  ils  noni  èvklemnient  aucuii  rapport  entre  eux;  Vun^  c'estle  iiòtre, 
est  écrit  sur  le  verso  d'un  roulcau,  Fautre  est  UJie  feuille  d'un  codex  qui  por- 
tali le  texte  sur  Io  recto  et  le  verso,  Cepeudant  la  questiou  des  exemplaires 
n'est  pas  la  memo  que  celle  des  tcxtes,  qui  olTrent  le  mème  style  ayant  les 
niots  :  a  Jesus  dit  n  au  conimencement  des  paragraplics.  On  ne  peut  décider 
ccite  questiou  ni  par  oui  ni  par  non. 

Nolre  collection  de  puroles  de  Jesus  offre-t-elle  un  aspect  d'une  plus 
grande  autlienlieité  que  celle  d'autres  récits?  Certes  non.  Cette  questiou  est 
absolument  à  nier;  comme  uous  Tavons  vu  plus  liaut,  le  rócit  des  évaogiles 
canoniques  est  infiniment  plus  clair  que  les  passages  analogues  du  papyrus. 

Quel  est  le  caractère  de  nolre  ouvragc?  Pour  Tapprccier  justcmeut,  il 
nous  faut  constater  mainteuant  une  sìngnlartie  de  nolre  iexle  qui  napas  encore 
été  ohervée, 

Les  preraiers  éditeurs  avaient  déjà  atliré  Tattention  sur  un  fait  remar- 
quable  du  commencement  du  papyrus.  On  y  trouve  plu^ieurs  fois  la  raention 
du  a  règne  du  ciel  •  et  ils  en  liraient  riiypothèse  que  notro  collection  aurait  eu 
cette  idée  corame  principe  unissant  (p-  12).  Cette  observation  est  juste,  mais 
il  en  résulte  tout  autre  chose;  pour  entrer  dans  le  délail,  dans  le  V^  Lo- 
gioii,  L  8,  on  trouve  le  mot  potfTtXeu^ai;  dans  le  second,  L  1 1|  i  pxaiXiiaL  èv  o^jpa[vcji 
(1.  15  7]  ^%*j[ikiix).  Donc  ici  est  répéié  le  mème  mol  ou  la  méme  racine  du 
mot  et  la  méme  idée  du  règne;  or  vette  répétition  caractérìse  les  ouvrages 
sentencieucD  de  Fantìquité  :  les  sentenees  soni  enchatnées  par  la  répétition  des 
phrases  principales*.  Je  cite  comme  exemple  le  livre  des  Proverbes  où  méme 
la  traduction  fran^aise  fait  encore  paraitre  la  singularité  de  la  compositiou 
de  roriginal  : 

XVI II,  6.  Les  lèvres  du  fou  entrent  en  querelle  et  sa  bouche  appella  les 
combats. 

xvm,  7.  La  bouche  da  fou  lui  est  une  mine  et  ses  lèvres  sont  un  piègc  pour 
son  àme. 

xviijj  20,  Le  ventre  do  ehacun  sera  rassasié  du  fruit  do  sa  bouehe;  il  sera 
rassasié  du  revenu  de  ses  lèvres. 

xviii,  21.  La  mori  et  la  vie  sout  au  pouvoir  de  la  langue  et  celui  qui 
Faime  mangerà  de  ses  fruits* 

xxxi ,  19.  Elle  met  ses  mains  au  fuseau  et  ses  mainx  tiennent  la  que- 
nouille. 

XXXI,  20.  Elle  tend  sa  main  à  l'adligé  et  avance  ses  mains  au  néces* 
siteuw, 

l.  Vuìr  l'oiivTttj?e  imporlnnt  de  M.  D.  H.  MnELiKi^.  Die  Propheten.  Dh  Grundzuege  der  ursemiti' 
scften  Poesìe  in  (Un  Ch^eren  dtr  griechisc/itn  Tragoedie.  Vienne,  Ilofilder,  lBti6, 


I 


I 


Digitized  by 


Google 


IV.  —  PRÉTEXDIIES  SENTENCES  DE  JESUS. 


171 


XXXI,  21.  Elle  ne  rraint  pnint  la  neige  pour  t^a  famille;  car  toute  sa  fa- 
mille  est  ve  tu  e  de  réternerìts  doiibles. 

XXXI,  24.  Elle  se  fait  du  Unge,  et  le  vend,  etc. 
—    25.  La  force  et  la  magniilcence  est  son  vétemeni,  etc. 

La  Httérature  des  sentences  grecqiies  connait  aussi  ce  principe;  nous  le 
trouvons  déjà  dans  la  partie  seotencieuse  des  ceuvres  d^Hésiode  (voìf  rédition 
Koechly  et  Flach);  par  exemple  dans  les  dcux  phrases  v.  493-499  et  v*  500- 
51)3  correspondeiit  8<i>x.ov  jtxl  >ìt'^7iv  v*  493  et  rj[i.evov  iv  Xt^xj^*^  v.  500,  x£ver,v  è-rut 
iliriSa  V.  498  et  tk-rdii  nùxijMi  V.  500  (édition  Rzach).  Une  autre  grande  coUec- 
tian  de  sentences  de  plus  de  douze  cents  vers,  est  le  poèrae  de  Tliéognis  qui  est 
à  divisar  en  deux  grandes  parties  :  Tune  est  la  collection  des  sentences  au- 
ihentiques  de  Tancien  auleur,  Tautre  est  un  amas  de  vers  analogues  d'autres 
autears  ou  de  variations  du  thème  principal  de  Théognis  et  m^me  de  remar- 
ques  satiriques.  Mais  la  critique  philologtque  a  distingue  les  deux  parties 
par  Temploi  de  diverses  répétitions;  une  sentence  est  enchainée  à  Tautre  par 
Tanalogie  desmots  ou  des  idées  (v.  Welcker,  édition  de  Théognis,  p.  105  ss.  ; 
Schueidewin,  préface,  p.  52;  Nietzsche,  Hheinàches  Mitseum,  XXU,  p*  101  ss., 
Sitzler,  édition,  p.  6  ss.)-  Ainsi»  on  a  tronvé  dans  le  commenccnient  de  Tan- 
cien  poème  de  Théognis,  représenté  par  Ics  vers  19-22,  26-48,  51-56,  69-78, 
83-84,  91-94  de  la  eollection  actnelle  des  manuscrits^  des  répétitions  nom- 
breuses  que  nous  allons  énnmérer  : 

Kupve  V.  19,  V.  27,  V.  39,  v.  43,  v.  53,  v.  69,  v.  76,  v.  78,  v    92; 

xotxor<ii  v,  31^  v.  35  etc»  ; 

^oXi^  xvipa  V*  39,  iróXiv  avSpe^  v.  43; 

rj^uvTyjpx  XKXT^  ilépuK  7j(AiT^pyi;  v.  40,  'j^fi^n^  TOt'jt  xxxotGtv  v.  44  ; 

TTÓXii  V.  52,  TTÓTvt;  v.  53; 

M^flTTOTfi,   Kupvi,  KOtxcTi  irtTuvo;  ^^fjQ,i\ài  fjhy  ivìp'^  V.  69;  ita^po^  oiv  mouvo;  v,  75; 

Tfxwpoi  TticTov  V*  74,  TTtGTÒ;  avY]p  V.  76; 

ìi'j^ysxixavré  v.  78,  5iy'  lyetvoovv.  91; 

ykÙGfn]  V.  85,  V.  91. 

Cet  cnchainement,  qui  est  à  coustater  dans  ehacuiie  des  phrases  sans 
exception,  se  trouve  depuis  le  commenccnient  jusqu'à  la  fin  du  poème  de 
Théognis. 

La  marque  caractéristique  de  tous  les  ouvrages  seuteutieux,  comme  nous 
venons  de  le  constater,  se  trouve  aussi  dans  nolre  collection  de  sentences 
attribuées  à  Jesus;  dans  une  pairc  de  sentences  i!  y  a  chaque  fois  un  mot 
identique  ou  une  forniation  dérivée  de  la  méme  racine  ou  la  répélition  de  la 
I  méme  idée,  mais  variée  dans  la  successioa  des  seiitences.  Seulement,  Tétat 
de  mntilation  nous  cmp^^cln*  de  reconnaitre  la  totalitr'  de  rcncliaìnement, 
doni  voiei  les  indicai iuns  : 


Digitized  by 


Google 


172  LES  PLUS  ANCIENS  MONUMENTS  DU  CIIRISTIANISME.  [78] 

Logia  1  et  2  :  iei  ^x'nliu'jÉt,  ligne  8  du  l*'  Logion,  correspond  à  pa<JÙ£(a, 
ligue  H  do  seeoiid  Logioii, 

Las  trois  parties  du  seeoiid  Logion  :  paat^eix,  ligixe  li,  correspond  k  i 
Pa^ikiia,  Vigne  13;  tvoùpa^vw,  ligne  11»  à  toù  oùp[avou,  ligne  12;  yvòi,  ligne  17,  à 
yvtocsaSs,  ligne  18,  yvtadìe,  ligne  20.  Nona  pourrions  ajouter  aussi  IXxo'^te^, 
ligne  10,  et  [OXt€ov]T£;  ou  [DxovJTe?,  ligne  15*  Le  reste  dn  second  Logion  est 
trop  mutile  pour  nous  faire  rf^ronnaitre  renchalnement  avec  le  3** 

Logia  3  et  4  :  L'enchainement  semble  étre  produit  par  le  mot  ^avepó;  que 
Fon  peut  suppléer  dans  Ifi  ligne  26  :  lo^^aroi  xpoiTOt  xal  ^[avtpoi  à7:oSaivoiiJ<7tv  et  o 
oi  9xv£[pòv  YEV717ITXI,  1,  30- Aussi,  la  construction  des  phrases  par  leurs  anti- 
thèses  produit  une  espèce  d'analogie  :  Ttpwroi  Id^otTOi,  ttryxT^t,  TppcaTOt,  L  25,  26; 
xpuzTÒv  ^xvepfJvy  TtQotjjLj/ivov  ^yepfJìriTiTxi,  L  30,  31. 

Logia  4  et  5,  Malgré  l'état  de  mutilation  du  texte,  Tenchalnement  est 
eneore  facile  à  reconnaitre  :  xp-j^rróv,  ligne  30,  [tò  y.6>tfu[Jta€V>vl,  ligne  28,  corres* 
pondent  à  i[';r]ax£xp[u|X[ji,.,,  ligne  39  du  5**  Logion. 

Donc  Fexistence  de  renchalnement  est  evidente  *. 

Ouelle  conclusion  peut-on  tirer  de  notre  découverte?  L'uno  6«t  quo  le 
caractère  de  notre  coUection  de  senletices  comme  ouvrage  de  la  litterature 
grecque  chrétienne  est  constate  d'une  manière  definitive,  car  elle  est  formée 
d'après  les  règles  usuelles  des  ouvrages  sentcneieux;  ce  fait  est  indiqué  déjà 
par  les  circonstanees  extérieures  du  papyrus  et  par  rintroductiou  du  cam- 
me nccment  du  texte. 

La  deuxiòme  conclusion  est  importante  pour  Tappréciation  de  la  valeur 
de  cet  ouvrage.  Si  nous  lisons  des  passages  analogues  dans  les  évangiles 
canoniques  où  Jesus  prouonee  une  sèrie  de  sentences,  par  exemple  dans  la 
prédication  de  Jésus-Christ  sur  la  montague,  une  plirase  est  en  connexion 
avec  Tautre  par  Tordre  logique  des  pen.sées  et  par  une  rbétorique  qui  est  aussi 
simple  que  puissante.  lei,  à  dcfaut  de  connexion  logique,  une  suite  de  mots 
identiques  doit  étre  le  lien  extérìeur  des  sentences  qui  n*ont  pas  d'autres  rap- 
ports  entre  elles.  Ainsi  notre  collecliou  est  un  ffurrat/e  de  quaìité  inférieure  aux 
évangiles  canoniques. 


1,  En  ce  tjiii  conctìnitì  In  premièri?  coltecLìoii  des  Logia  d  OxyrhjTichos,  cette  espèce  d'encbainemenl 
e?l  beaucoiip  plus  diflkllc  a  consUder.  La  première  pi\ge  aeulemeril  porte  ceti©  CàfftClérisUqii*" 
òpftaX|A^  (ligne  3)  correspond  à  ò'jf-ej^e  (L  10)  etfi^Si^v  (L  13), 
TÒv  xóff^ov  (L  6)  a  toO  Kdo^{Jiou  (L  12). 


H 


Digitized  by 


Goo 


"TM^ 


IV.  _  PRKTENDUES  SENTKNCES  DE  JESUS. 


173 


14 


LE  FRAGMENT  RELATIF  AU  RENIEMEMT  DE  SAINT  PIERRE  APPARTENANT 
A  LA  COLLECTION  DE  I/ARCHinUC  RAINER 


I 


Provenant  probablemeiìt  du  district  d  Héracléopolis.  Ili*  siècle. 

Le  iexte  de  ce  petit  fragrnent  est  écrit  sur  les  fibres  horizoiitales  (^)  du 

papyrus,  le  verso  est  laissé  en  blane;  indicatìons  évidentes  qua  nous  possédons 

là  un  dèbris  dun  rouleau.  L*écriture  est  une  onciaU»  poséo,  dont  le  carattere 

paléographique  repré8f?nte  le  type  du  iii"  siede;  les  indications  paléogra- 

phiifues  ont  éìv  étudiées  par  moi  dans  la  rtnue  de  théologie  caHjoliquo  d'Inns- 

bruck  {Zeitschrifl  far  Kaiholische  Theohgie)^  XI,  1887,  p.  507-515.  J'ai  trouvé 

ce  fragrnent  dans  im  dossier  provenant  do  district  d' Héracléopolis,  les  papy- 

rus  s'étant  coUés  Tun  à  rautre  depuìs  longtemps;  lo  verso  de  notre  fragrnent 

adhérait  au  verso  d'un  contrat    de  bail  provenant  du   village  dit  Peenaraca 

du  district  d' Héracléopolis  date  de  Fan  5  de  rempereur  Severe  Alexandre  (a. 

221-235;  ce  contrat  est  publié  riiaintenant  dans  le  Corpus  Papyrorum  Raineri, 

I,  36).  Ainsi,  c'est  à  tort  qu'on  l'appelle  le  fragnient  du  Faioum  parce  que  Tin- 

dieation  de  la  trouvaille  esttout  autre. 

J'en  ai  donne  la  première  notice  dans  la  re\iie  mensuelle  antricliìenne  pour 
rOrient,  a.  1884,  p.  172  {Oexterreichische  Monatsschrifl  fUr  den  Oricnl).  Biekell  en 
a  fait  rédition  dans  la  revue  d'innsbruck  (Ze/^scArZ/lf /rìr  Kalholisiite  Theùlogiv, 
IX,  1885,  p.  498-504;  Mitlheiìunf/en  aiis  der  Sammtimg  der  Paptfrus  Erzhrrzog 
Rainer.  I.  1887.  p.  54-61;  II,  1888,  p.  41;  V,  1892,  p.  78).  Une  édition  defi- 
nitive est  celle  de  M*  Hainack,  dans  les  Texie  and  Vnlersuchungen,  V,  4, 
p.  483«497\ 

La  hauteur  du  fragrnent  est  de  35  millimètres,  la  largeur  de  ì3  milli- 
mèlret?  ;  ce  tout  petit  fragrnent  est  déchiré  des  quatre  cótés. 

lei  nous  donnons  le  texte  d'après  une  nouvelle  revision. 

1.  Littéraliire  [v.  CentralblaU  fur  BiòUothekswesen,  XIV,  1897,  pp.  fim  s  ). 
noRT,  Times  du  25  juin  1885. 

BicKELL.  Times  du  3  juUret  1885;  Zeiischrift  far  KatholUche.  Theologie,  wm,  p.  2U8-9;  1887,  p.  616  ; 
iroir  plus  hauL 

W\BFiELD,  Indrpendent,  3*i  jiiillct  1880,  *i;j  >cph!iibre  I88a 

WooDHtTFP,  Àntiover  Rtview,  1885,  fieplembiv, 

[lucMEfiiVE,  BuUeUn  rriUqae,  1885,  n^  13. 

niLGENFELD,   KeìR  neaentdecktes  Evangetiam,  Zeiischrift  far  wissenschapliche  Theologie^  1886, 

8cHA!*E,  Theologische  Qaarialschrifi,  Tilbìngen,  1885,  H,  4. 

VOLKMAR,  Theotogische Zmt$€hrift  aus  der  Schweiz,  IIL  l,  p,  ^(M2. 

Stokes,  Ejrpositor,  1885  AùgusC,  p.  132  ss. 

N6S0EN,  Zeiischrift  far  Kirehliche  Wìs&cnschaft  und  Kirchttches  Lthen,  188ri,  p.  h{Vl-M(\. 

UsENER,  Religion$geschichtlivhe  Untersiiehimgen,  l,  1889,  8.  99.  A.  3. 

Zahx;  Geschichie  des  neutestamentUchen  Kanons,  II,  /8l  ss. 

Chiju*elli.  Sladii  di  antica  letteratara  (1887),  p,  3  ss. 

pRiU&CBEN,  AniiiegQmena  (1 91151.  n'  i». 


Digitized  by 


Google 


174 


l.KS  PLUS  ANCIHNS  MONUMIiNTS  DU  CIIRISTIANISME. 


[80] 


IzAreiNcoc otia[ 

ITHNYKTICKANAAAICL 

]TOrPA<|)eNnATA£WTONi 

]nPOBATAAIACKOPniC0HCl 

]Y  nef  KAi  einANxecot 

jNAAeKTPYCONAICKOKl 


I 


L,  1.  Après  de  longues  études,  je  suis  convaincu  que  le  commencement 
est  I,  noa  ^  (ui  n*  A»  K}-  Le  reste  de  l'écriture  est  trop  épais  pour  X  ou  (jl. 
Les  conjectures  de  Bickell,  (fay&v*  ou  [i.£TaX]XaYetv,  ne  sont  pas  admissibles. 

Après  ci^  suit  le  reste  d'une  lettre  :  o,  a,  e  seraient  possibles;  puis  une 
lettre  est  totaleraent  perdue  sans  avoir  laissé   de  trace.  Suit  un  reste  d'une  _ 
ligature,  tt  ou  t  avec  e  ou  t«>;  enfili  une  lettre  cITacée.  Ce  passage  a  été  lu  par  1 
Bickell  aiusi  :  €lLHrj  ou  £I€0.  La  fin  OTIA  figure  chez  Bickell  comme  ONlTTA 
ou  OYCHA;  mais  les  raots  i^fiyov  tp4^t£;  ou  ìÌ  I&ou^  ipì:[vt£5  ne  sont  pas  d'acce rd 
avec  les  restes  de  l^écritnre, 

L.  5.  nCT  avec  les  deux  points  est  écrit  à  Tenere  rouge.  La  couleur  du  ir  est 
un  peu  noircle,  tx  et  les  deux  points  sont  d'un  rouge  sans  mélange. 

L.  7.  Bickell  lit  ici  ]nAPN[;  mais  les  restes  de  Fécrituron'admettenl  aucune 
lecture  evidente;  seni  le  tc  du  commencement  est  admissible. 

Pour  la  reconstruction  du  texte  il  faut  profiter  d'une  circonstance  très 
avantageuse  pour  nons;  car  le  passage  de  Zacharie  xiii,  7  qui  est  cité  ici 
nous  «lonne  la  me  su  re  de  la  parti  e  perdue  :  Trara^cij  tòv  [Tzot^i^x  jtal  xi]  TiptiÉotra 
^ia(7)copTCi^T6Ti4  cela  Ihit  Ireizt^  lettres  environ  qui  ont  disparu  dans  la  lacune. 
Comraont  faut-il  distribuer  ees  lettres  entre  les  deux  lignes  voisines?  Le 
commencement  de  la  sixième  ligne  nona  montre  que  la  lacune  y  mesure  trois 
lettres  au  moins  :  icftjv;  comparez  aussi  la  L  5  to]iì, 

Reproduisons  d'abord  les  passages  analogues  des  évangiles  :  saint  Mal- 
tliieu  XXVI ^  30-34  :  Kat  OavTff^iavTS;  l^f.'XOov  e{;  xò  opo^  xciv  IXaiwv.  tóX£  Xiyti  aOxolj  ó 
l7j(jo0^*  ^*  TUfltvxe^  ùpLc  «rKavJaXi<i67Ì(i£<j6£  ev  iftot  iv  x^  vuxxl  Taux*^'  yEypxirxai 
yxf"  «  Ttaxa^cu  xiv  itoi(jÌv<x,  ;cal  ^votcxopirnftìil<Tixai  (var.  5txcntop7rtT6Tf{covxz:)  xi 
irpofiaxx  xfi;  iro^jxv»;;  ».  **  (tiTa  ^è  tò  fiYtpfrSvai  p,  Tcpoa^w  'jfiit;  lì^  ttiv  Fa'Xi^afav. 
''  *A'reox.pi9à;  (Je  ò  Iléxpo^;  «Iitev  xvxtji*  Eixoù  izàvTtq  {var.  ti  trivre?)  (j)tav5a>A(y0Yf<5OVT3ti 
iv  cai,  iyià  ù\jihé%ttTi  (rxxvSaÀie&Tfi<K)(Aai.  ^*  iffn  aùrqj  d  lijaoùg,  AjjltÌv  Xeytu  dot,  OTt  h 
TxuTTQ  T^  vijxTt,  Tcplv  alXejtxQpx  (pwvìì<jat,  xpi;  aTrxpvTfiff*^,  (xi.  tu  ^'^  Et  quand  ils  eurent 
chanté  le  cautique,  ils  s'en  allèrent  à  la  montagne  des  Oliviers.  *'Alors 
Jesus  leur  dit  ;  Vous  serez  tous  cette  nuit  scandalisós  à  cause  de  moi;  car  il 
est  écrit  :  Je  frapperai  le  berger,  et  les  brebis  du  troupeau  seront  dispersées» 
^'Mais  après  que  je  serai  ressuscìté,  j*irai  devaut  vous  en  Galiiéc.  "Et  Pierre, 


Digitized  by 


Google 


^3^2  IV.  —  PRÉTENDUES  SENTENCES  DE  JESUS.  175 

■:*«nant  là  parole,  lui  dit  :  Quand  méme  tous  seraient  scandalisés  à  cause  de 
>i,  je  ne  le  serai  jamais.'*  Jesus  lui  dit  :  En  vérité,  je  te  dis  qu'en  cette 
u^me  nuit,  avant  que  le  coq  ait  chanté,  tu  me  renieras  trois  fois.  » 

Saint  Marc  xiv,  26-30  :  Kal  u(A.vifi(ravTe;  ì^yìXOov  ci;  tò  opo;  tòìv  «Xaiwv.  ^^  xal 

^Ypairrai*  IlaTà^ctì  riv  Troijuva-  xal  tx  TrpóSaTa  ^ia(jxop7ri(78vf<76Tat.  ^' àX)ià 
,«.Tà  TÒ  eyepft^lvai  (le,  icpodc^w  u(wt;  ei;  t^iV  Fx^iXaiav.  *•  *0  ^e  Iléxpo^  Iffn  aureo*  et  xal 
r  dcvTe;  cxotviaXicOìlcovTat,  àXX'  oux  eycS.  '*  xal  Xiyet  aurw  ó  'It,to'jc,  'ApLy^v  >.6yo>  <yoi, 
'^sa  ci  CYi'pupov  TouTTi  Tjì  vuxTi,  TTplv  71  ^l;  àXfiXTopa  9o>v^<7ai  Tpi?  piE  àTrapv/jcrr, . 
:  *•  Et  quand  ils  eurent  chanté  le  cantique,  ils  s'en  allèrent  à  la  montagne  des 
I>liviers.  "  Et  Jesus  leur  dit  :  Vous  serez  tous  cette  nuit  scandalisés  en 
xioi  ;  car  il  est  écrit  :  Je  frapperai  le  berger,  et  les  brebis  seront  dispersées, 
••  Mais  après  que  je  serai  ressuscité,  jHrai  devant  vous  en  Galilée.  '•  Et  Pierre 
^«i  dit  :  Quand  méme  tous  seraient  scandalisés,  je  ne  le  serai  pourtant 
point.  '•  Et  Jesus  lui  dit  :  En  vérité,  je  te  dis  qu'aujourd'hui,  en  cette  propre 
r^uit,  avant  que  le  coq  ait  chanté  deux  fois,  tu  me  renieras  trois  fois.  » 

Dans  rÉvangile  de  saint  Lue,  il  n  y  a  que  deux  versets  à  comparer  :  xxii,34 
S  ^e  elTrev  >iy<D  ooi,  IlcTpe,  où  ^wviócei  cTÌpiepov  i'kixxtùp  ew;  xpl^  dcirxpvTfTyj  pi^  eì^evat  pie  et 
XXII,  39  xal  6^e>.0ci)v  eiropeudT)  xxtx  to  eOo^  et?  rò  opoc  twv  iXaicov  TJxoXouOTiaxv  èi  olìxò  xal 
ot  {«c6xTai  xÙToO  :  xxii,  34.  «  Mais  Jesus  lui  dit  :  Pierre,  je  te  dis  que  le  coq  ne 
chantera  point  aujourd'huì,  que  premièrement  tu  ne  renìes  par  trois  fois  de 
m  avoir  connu.  xxii,  39.  Puis  il  partit,  et  s'en  alla,  selonsa  coutume,  au  mont 
des  Oliviers,  et  ses  disciples  le  suivirent  ».  — Saint  Jean  est  d'accord  avec 
saint  Lue  en  mettant  cette  scène  avant  le  départ  pour  la  montagne  des  Oli- 
viers ;  il  offre  le  passage  xiii,  38  xpiinv  xpiiv  "kéytù  coi,  où  piri  àXexxcop  (fiù^yi<m  ew;  ou 
apvrfcT)  pi£  rpi;  «  en  vérité,  en  vérité,  je  te  dis  que  le  coq  ne  chantera  point  que  tu 
ne  m'aies  renié  trois  fois  2». 

Les  variantes  des  manuscrits  dans  le  passage  de  saint  Matthieu  n'offrent 
rien  de  particulier. 

Saint  Marc,  xiv,  27  :  l'analogie  avec  le  passage  de  TÉvangile  de  saint 
Matthieu  a  produit  Tinsertion  de  iv  ipwi  ou  iv  tyì  vuxtI  txuty;  ou  h  Ipiol  gv  t?  vuxtI 
TXUT71.  Ily  a  ici  aussi,  comme  chez  saint  Matthieu,  la  variante  Six(xxopm<767f(yovTai. 
Dans  XIV,  29  ci  xat  est  représenté  par  d'aussi  bons  manuscrits  que  xal  et.  En 
XIV,  30,  il  y  a  de  bons  manuscrits  qui  omettent  gù. 

Pour  revenir  à  la  reconstruction  de  notre  texte  sur  papyrus,  nous  avons  vu 
que  le  commencement  est  aussi  mutile  que  la  fin;  la  grandeur  des  deux  lacunes 
étant  aimi  constatée,  12  lettres  environ  sont  à  suppléer.  Mais  à  l'epoque  où 
le  papyrus  fut  écrit,  on  ne  pouvait  diviser  les  lettres  d'un  mot  comme 
bon  il  semblait;  il  y  avait  au  contraire  des  règles  pour  la  séparation  des 
syllabes.  On  préférait  une  voyelle  à  la  fin  :  ttj  >vo^,  Xu[tcp^,  TP^L^-^'^i  ^[900;, 
rpxrxTÓ;,  e^x^pó;,  excepté  les  combinaisons  de  e  :  €V[T{y  (ou  ^aps^cnv)  et  les  doubles 

PATR.  OR.  —  T.  IV.  12 

Digitized  by  VjOOQIC 


176 


LKS  l'US  ANCIENS  MOMMKNTS  DI'  CIJaiSTLVMSME, 


[821 


coiisonnes  :  7ro>.l>.«,  TTp^rfreiv,  et  dans  les  mols  t'ompi»sès  avec  des  próposilions 
Et;,  TCpo;,  Tiv,  h  :  tfpo'jjrj^o;  (Choknkivt,  Memoria  Grnevn  Herculanensis,  p,  IO-l;i). 

Fai  prolitanl  de  ces  observalioiis,  il  est  facile  de  voÌr  que  le  nombredes  di- 
verses  manières  de  suppléer  les  hicmies  du  papyrus  doii  éirc  restreini  à  celles 
qui  satisferonl  à  la  règte.  Nous  commengons  ù  rcstituer  les  premières  lignes 
avec  l'aide  du  texte  des  évangélistes  : 


OTl    flt  TiaVTE^ 


£V    TWJ- 


'^] 


TT-    V!>%Tt    <TXXVi 


^^%ki^[h- 


ìTi^ia 


I 


va  ìUAi  tì  7r]po€aT0t  5ta(ntofri<T&Tn<T[eTXu. 

Le  textr  (lu  papyrus  a  plus  d'analogies  avec  celui  de  saiiil  Marc,  seulc- 
meut  la  j>hrase  h  txutti]  t^  vuatTt  est  au  compte  de  Fautre  auteiir. 

r>ans  la  5*  ligne  to]'j  -st  est  une  alrrévialioii  de  toj  FIsTpou,  doiit  les 
analogies  soni  celles-ci  :  auf  =  aOrc^v,  Pfìpifrns  matjìfpir  de  Lvijdr,  W.  1  a  31  ; 
pii-  ==  Mrju7£w;,  idem  2  a  Itì;  a*  =  h,  idem,  18  a  31  ;  fi'  =  5^,  idem,  4  a  32; 
lat  ^  TTOTtTrj^ov,  Pupt/rus  mat/ique  de  la  Bitdiothèque  natwnak\  1.  578.  La  propo- 
siiion  subordonuée 

eì  (ou  \i) 
(yovTo;  ou)irovTo;  Se  to}j  n!T(pou)  5txl  ti  uavxe;  OìÙìc  iyti 
exige  uue  propositiou  principale*  Et,  eii  elTot,  d'après  rindicatioa  de  la 
grandeur  de  la  lacune,  Ìl  maiique  cinq  lellres  environ  cntre  iy<h  et  'Jtptjv; 
c'est  pourquoi  Usener  a  conjecturé  ó  x(ijpio);,  mais  c'élait  trop  court;  TcpodSst; 
de  Bickell  ne  se  laisse  pa^  diviser  d'apròs  les  règles  de  la  séparatìon  des 
syllabes  (voir  plus  haut);  éIttiv  de  Hilgeorcld  et  eluev  ó  x('jpto);  de  Preuscben 
snllìsenl  pnur  le  sens;  ponr  nioi  je  conjecturé  par  analogie  avec  les  htfjia 
d'ikryrhtjnrhos  :  lélya  'Iir^doG)^,  Jesus  dit. 

La  restitution  exacte  de  la  fin  sera  dillicile  à  cause  de  la  mutilation  cunsi- 
dérable  du  papyrus;  voilà  ce  qu'on  a  propose  :  6  xkiKxpk^  ^i^  xox[xri5ci  xxl  <A] 
[xptliTov  Tpl^  à]irxpv[T^'<7V]  (A€*..  (Prkusciien) ;  mais  le  commencemcni  est  ccrtain 
d'après  les  indications  paléographiques  qui  offrent  7;pl]v  à).exTpu<iv;  Trplv]  r. 
à"X£XTptiè)v  Jl;  xo/.}t[\j'7Ci  <nfy.epav;  [oi  Tpt;  *xi  àjzapvTÌaìQ  (Usener);  ó  aXtxrpuwv  Si;  xoxxu^ei 
xxl  oi>  TrpwTQv  Tpl;  àTcapyr'<7rj  ;/.e  (Rickell). 

La  construclion  de  la  période  est  mainteuant  celle-ci  :  òì;  lacune!,  oti  eie., 
[«TCÓvTo;  To]5  riÉTpou  ctc*  ["Xsyu  ^ItitoO;]  etc.  Il  est  facile  de  voir  que  la  lacune 
aprés  <b;  doit  et  re  remplie  par  un  verbe,  mais  c'est  slinv  seulement  qui  pour- 
rait  safisfaire  aux  condilioiis  actuelles.  Le  passage  écrit  sur  notre  papyrus 
qui  a  étó  tant  étudié,  semble  etre  littéralement  celni-ci  : 

£v  Si  TtTj    ej^fltyeiv  w;  e[l|7Ci[vl  oTt  «[ttxvti^ 
èv  TauTYi]   T^  V'jXtÌ  (rxavfSaAt<7|  Ù'/,<y£'7 


Digitized  by 


Google 


[B3]         IV.  —  PRÉTENDUES  SENTENCES  DE  JESUS.  177 

Oe  xarà]  tò  ypa9^v(*)  icarà^w  tòv[  ttoijjl^ 
va  xal   ri]  wpóéaTa  Jia<yxop7ria07;a[6Tai  et 
TTovTO^  To]0    n€T(pou*)   xai  g(  TcavTC^  o['jx   éyó,  Xé 
yei    1^'  TTpljv  àXexTpuG>v  ^l;  xox[xu<7Si  Tpl^ 

cu  <n^(jL6pov  (i.e  a]'7r[apvYf(r/i 

Traduction  :  «  [Pendant  la  s]ortie,  comme  [il  disait]  :  Vous  serez  t[ous  cette] 
nuit  scandalis[és  selon]  ce  qui  est  écrit  :  Je  frapperai  le  [berger  et  les]  brebis 
seront  dispers[ées,  et  comme]  Pierre  [disait  :  ]  Quand  méme  tous,  m[oi  non; 
Jesus  dit  :  Avant]  que  le  coq  ait  chanté  deux  fois,  [tu  me  renieras  aujourd'hui 
trois  fois].  » 

D'après  cette  restitution  qui  est  fondée  sur  des  observations  philologiques 
et  paléographiques ,  notre  texte  offre  une  analogie  assez  grande  avec  le 
dernier  Logion  d'Oxyrhynchos;  comme  dans  celui-ci,  la  parole  de  Jesus 
"Xéyet  'Ir,<rou?  a  rcQu  un  préambule  qui  nous  raconte  les  circonstances  dans  les- 
quelles  elle  a  été  prononcée. 

D'après  cette  restitution,  le  texte  du  papyrus  de  Vienne,  qui  a  évidemment 
le  caractère  d'un  extrait  où  tout  est  abrégé  en  propositions  subordonnées  à 
une  principale,  qui  est  celle  d'une  sentence  prononcée  par  Jesus,  est  à  ranger 
dans  la  sèrie  des  soi-disant  Logia  qui  offrent  le  méme  caractère,  où  tout 
est  condense  dans  une  seule  parole  prétendue  de  Jesus. 

15 

I  BAGMENT  D'UN  SOI-DISANT  ÉVANGILE  PERDU 
Provenaot  d'Oxyrhyochos.  Écritnre  dn  IP  on  III«  siècle.  (Votr  Planche  lì,  6.) 

Plusieurs  petits'  fragments,  dont  deux  contigus,  sont  les  restes  d'un 
rouleau  de  papyrus  qui  a  été  écrit  en  colonnes;  seulement  nous  n'en 
avons  que  deux,  entre  lesquelles  est  un  espace  vide  de  6  millimètres 
environ.  Les  lignes,  un  peu  irrégulières,  comptent  de  quatorze  à  seize 
lettres;  une  colonne  avait  au  moins  vingt-trois  lignes.  L'écriture  est  une 
belle  onciale,  le  rouleau  semble  avoir  été  un  manuscrit  destine  au  commerce 
de  livres  littéraires;  en  considération  de  ces  circonstances,  j'assignerais  notre 
papyrus  plutót  au  ii*  qu'au  iii*  siècle.  Le  texte  suivant  est  celui  de 
MM.  Grenfell  et  Hunt,  Oxyrhynchus  Papyri,  IV,  22-28,  n*  655. 

Hauteur  des  fragments  a  +  b  ■+-  e  :  12*",  largeur  7*"5. 

I*  COLONNE 

Fragmenta.  [•••]nOnPCOie[ à]^i  ^p<«>i  ?[<»«  o^« 

[••••]eA4>ecn[ Iv-'f^'^]^  «?'  i<^[^ox<; 

[••••jPCOIMHTeL---  [Jf»?  ^]p<«>i  f^^'T«  [^^7 


Digitized  by 


Google 


LES  PLUS  ANCIENS  MONUMENTS  DU  CHRISTIANISME. 


[84] 


[ ]Ma)NTI<|>A[ 

[ JTHCTl- 

[ ]TieNAY[- 

Fragmenl  b.  [••]C0€ll[--]Aa)KPeiL- 
[...]eC-ll[--]TCON[" 
NCONATI  L jYIA[- 

eNCXONT   '   -INAI- 
MATIGNI  ■  'ÌKAI 
YMeiCTICANnPOCeH 
eniTHNeiAIKIAN 
YMCONAYTO^  IQCei 
YMeiNTO€NAYMAY 
MGONAerOYClNAY 
TGOOIMAeHTAlAYTOY 
nOTGHMeiN€M<J>A 
NHCeceiKAinOTG 

ceoyoMeeAAGrei 

OTANeKAYCHCeeKAl 
MHAICXYNeHTC 


[aOv]^C    [s<JTl]    Tù»V    [Xpi 

tv  lpvT[e;  l]v^[u 

v(A£k(;)  tic  av   Trpo^<CeC>T»i 

«TTt    TYIV    Y;XuCtXV 

0(jt.ùiv(  ;  )  aÙTÒ[;  Sjc^ffEi 
Ttf>  ot  [AatìTìTal   a'jTO'j(') 

TTOre    Yijxìv     €(A<p5t 

vnc  ?<;et  xotl  TTÓte 
<ie  ò'!^6iLiH%(  ;)  >iyei<*) 
OTav  fiKSudì^aOe  xatl 


15 


20 


L.  1-7.  Le  pasaage  aualogue  des  évangiles  caiioiiìques  est  saiiit  Mattliieu 

VI,    25  (XTi    jXtptpLVaTE   Tf^   '^Uyjj   l>(JL(5v  TI      Òt^Te   jJlTflJà    T$   tófJLaTl   'J(XWV    TI    EvSyaYl*50€;   aUSSl 

Saint  Lue  xii,  28.  lei  cette  sentence  esidéformée  par  une  paraphrase  de  rhélorùiue. 

L,  7-13.  Saint  Matthieu  ne  fait  pas  suivre  cette  sentence  immédìatemeot 
après  la  précédenic  :  e'est  trois  paragraphes  plus  bas  vi,  28  jcal  Trepl  £vS>J(jiaTo;  ti 
ji.fipt[jLvóÉTc  ;  /.xTotpLaQcTe  TX  stpiva.  toO  iypoO  ™;  st^j^avouffiv  qù  >tQirtwTiv  oièk  v4&w<7iv"'  i> 
et  pourquoì  étes-vous  en  souci  du  vétement?  Apprenez  comme  croissent  Ics 
lis  des  cbamps  :  ils  ne  travaillent  ni  ne  fdent  ».  —  A  la  L  IO  la  lettre  après 
oiIJé  peut  se  lire  tt  ou  v  ou  x;  les  premiers  tlditcurs  ani  conjecluré  v^iStt, 
mais  cela  ne  sufTit  pas  à  la  grandcur  de  la  lacune.  Le  reste  de  la  ligne  olTre 
deux  lettres,  doitt  la  première  est  r  ou  C  ou  T  d'apròì^  les  premiers  éditeurs; 
moi  j  y  vois  la  moitié  d'un  Y  et  dans  la  salvante  un  Tt  iion  |  suivant  Topi- 
nion  des  éditeurs.  —  L.  12.  lei  les  éditeurs  hésifent  entra  £v[A6rT£]  xal  ou 
£v  Ix^vt[£;  6]v5[u]piaTióv  [ioTi]  xal.  Mais  à  la  fin  de  la  ligne  on  pourra  aussi  lire 
©Al  et  la  grandeur  de  la  lacune  est  aussi  en  faveur  de  h\Soiij!,t^]^%%, 

L.  13' 15.  Comparez  saint  Malibieu  vi,  27  ti;  ^è  il  ij|jlwv  [Aipipwv  8uv«Tctt 
TOocflirvai  £1^1  t:^v  liXi^tiotv  aÙTO'j  TTfjpv  Eva  ;  saint  Lue  xii,  25  ri;  8i  ic,  'jpwv  aeptpLvùiv 
ifijyxT«v  km  rfiv  Ti^axiocv  aÌToO  TCfo^Qswa'.  rfr/uv.  Ce  passage  précède  dans  les  évan» 
giles  le  paragraphe  relatif  à  la  parabole  des  lis. 


Digitized  by 


Google 


IV.  ^  PHHTENDL'ES  SENTENCES  DE  JESUS. 


179 


L.  15-16.  La  conslruclioti  greeqiie  n'est  pas  assez  claire  ici  ;  on  8*allenJraiL 
plutòt  aii  lieu  de  a'jXQ;  h  un  suht^laiitif  o  war/fp  ou  o  &£o;  d'après  ropiniou  <les 
èditeurs.  Aussi  on  pourrait  joindre  les  denx  sentences  :  Celui  qui  (05)  petit 
njouter  une  eoudée  à  voire  tailfe,  celui-ci  vous  donnera  votre  véiement. 

Corame  passage  aiialogue  on  peut  citer  saint  Matthìeu  vi,  31-33  \m  ouh  pipi- 

aLÙTOj  Jtal  TauTa  T^avTa  7:po^Tc6vi<7£T3tt  u;mv;  aussi  Saint  Luc  Xll,  29-31.  Il  falli 
constater  que  les  élénients  du  vi"  chapitre  de  saint  Maltliieu  sont  eonfondus 
et  mal  disposés  dans  notre  papyrus. 

L,  17-23.  Ici  un  texte  parallèle  nous  manquc*  Les  éditeurs  ont  compare 
un  passage  altribué  à  Tévangile  selon  les  Egyptiens  conserve  chez  Clénnent 
dWlexandrie  et  reconstruit  par  Harnack  (CArono/<,  I,  p.  13)  :  t^  S«Xcìjjlti  ruvda- 

yòw  xaTa>.Gcai  tx  epyx  t?,c  tìTQ>£ta;.  xal  t^  Sa>td[XYì  ì^-n  ocutC»*  xalòi;  O'jv  EZQrr.Tot  jxii 
T£icou<xa;  f*  is  xiipio;  *4ftetixT0  ^iy^"^'  ''^'JtTav  «pxys  ^OTXvTfiv  T"/;v  Ji  TCupiotv  l*/oy<jav  pi) 
^ayì[ig.  7r.*vtìavojjt.£y7i;  Si  tt,;  SaAwjA-/;^  -kìti  yvù>frQ'/;<5£Tat  tx  xepl  iv  vipETo  e-jìn  ó  x^ipio;* 
^Txv  oùv  TÒ  Tfj;  aJ^tiv/ij  sv&upoi  T^a-nìijTjTfi  xxl  6txv  ysV/iTXi  tx  èùo  fv,  xal  t&  d^ppev  [jletÌ 
Ti;?  ftviXetx;  o5ti  xppev  oCti  9tì>.'j  ;  les  deux  phrases  otxv  i?t5uTy)rf*«  xxt  pvi  xbyu^/iTjTa 
et  OTav  TÒ  TTic  atTy'jv/i;  evS'jpux  itar/,«5T)T£  ont,  d*après  Fopìnìon  des  éditeurs,  un 
rapport  mystic|ue  avec  la  Genèse  ni,  7,  et  Fensemble  des  idées  serali  que 
le  regne  de  Jésus-Chrisl  resliiue  Velai  d'innocence  des  kommes  tei  qu'il  a  été 
avant  le  premier  péché. 

Fragmenl  d,  llauteur  S-"^  G;  largeur  32  millimètres* 
]TIN 


25 


]a)TÌNCO 
JOCMG) 

IH 
]CTIN 


DEUXIKMB    COLONNE 

Fragment  e,  llauteur  5''°'  7;  largeur  13  millimètres 


0[ 

TAf 

rY[ 

KA[ 

Fragmenl  b.  £Al 
THC[ 


KA[ 
HM[ 
Cl[ 

[ 

40       [ 

41     IX[ty8  Ti^v  tCKìI^cl 


Digitized  by 


Google 


180 


LES  PLUS  ANCIENS  MuM'MlùNTS  IH'  CllMISTIAMSMK. 


[86] 


KPYH'l 
eiCHA[ 

fib    eiC€P[ 

KANi 

Acreir 

MOIG)[ 

KepAi[ 

ri<»     PA[ 


Fragment  e.  Hauleur  3*^7;  largeur  1^"^  5.  li  seiiiblc  étre  de  la  fin  de  la 
colonne,  # 


K0[ 

Fragment  f. 


Fragment  g. 


Fragment  h. 


]KA[ 


]AI[ 


Je[ 


La  restitution  des  lignes  42-46  est  due  k  M.  Bartlet  qui  a  compare  saint 
Lue  XI,  52  oùal  ùjAiv  Toi5  vojxixolc  fin  7ÌpaT£  (variante  ìx^ì^olti)  ttìv  x>.£t^aL  (var.  ìCkiW) 
TY)^  yveJ^iw;*  aÙToi  {var.  xal  «ùtoi)  oùx  £j<T>i>6aT£  xal  toì;  e?^«pyojjivouc  fvar.  «l^nropauo- 

Voici  la  iraduction  du  papyrus  anta  ni  qn'elle  est  possible  à  cause  do  l'état 
de  mutilatian  : 

<c  Ne  soyez  pas  en  souci,  djepuìs  le  maiin  j  iisqu'au  soir  ni  di^puis  le  soir 
jjusqu'au]  matin,  ni  [de  v]otre[  nourriture]  de  ce  cjue  vous  nìan[gerez  ni]  de 
volre  vé[temenl  de  ce]  que  vous  [sejroz  vétus.  Vous  [étes]  [beau]conp  plus 
exee[llen]t9  que  le3[l]Ì8  qu[i  cjroissenl  et  ne  tiravaillent  pas  pour  e]ux,  :<cepen- 
danl)]  ih  on[t  un  vìét[e]ment.  Pourquoi  tiotiez -vous  en  jdoule]?  Qui  enlrr 
vous  peut  ajouler  une  coudée  à  sa  taille?  (Dieu  qui  le  pcut,)  cel[ui]-€Ì  vous 
[d]onnera  votre  vètement. 

et  Ses  disciples  lui  disent  :  Quand  nous  apparaitrez-vous?  et  quand  vous 
verrons-nous  ?  Il  rcpond  :  Si  vous  vous  déshabìllez  sans  avoir  de  confusion 
{c'est-ù-dire  si  vous  étes  innocents  eomme  dans  le  paradis) 

o:  (L*  42-45  :)  [Malheur  à  vous,  docteurs  de  la  loi!]  dis[ait-il;  avanti  cache 
[la  clef]  de  la  [science,  vous-méraes  n*éfes  point'  entrés  [et  vuus  n'avez  pals 
ou[vert  la  porte  à  ceux  qui]  enlrrenl].  » 


I 


Pour  apprécier    la  valeur  de  re   fragment    nous  recourons  à    Tanalyse 
logique  du  texte,  Dans  le  récit  que  saint  Maltliieu  donne  du  sermon  sur  la 


Digitized  by 


Google 


i7]  IV.  —  PRÉTENDUES  SENTEXCES  DE  JESUS.  181 

Qontagne,  le  passage  relatif  aux  oiseaux  du  ciel  et  aux  lis  des  champs  est 
nséré  pour  donner  un  exemple  :  Jesus  enseigne  de  ne  se  délier  jamaìs  de 
a  Providence  du  Tout-Puissanl.  lei  tout  est  bouleversé  :  ce  que  saint  Mat- 
hìeu  dit  dans  le  chapitre  vi,  f  31  pour  finir  sa  conclusion,  est  mis  en 
éte  ;  la  parabole  des  oiseaux  manque  ;  l'analogie  avec  les  lis  des  champs 
5st  mal  disposée;  à  peine  peut-on  trouver  une  continuité  à  la  fin  de  notre 
)assage,  c'est  par  une  conjecture  que  j'ai  suppléé  les  mots  a  Dieu  le  peut  » 
iprès  la  sentence  que  personne  ne  peut  ajouter  une  coudée  à  sa  taille,  pour 
•estituer  une  cohérence  logique  qu'il  faut  deviner  et  qui  réellement  n'existe 
pas  dans  le  papyrus. 

La  mauvaise  impression  est  augmentée  encore  par  le  passage  suivant  ; 
l'incohérence  du  récit  relatif  à  la  question  des  disciples  avec  le  précédent  est 
inexplicable,  si  Fon  adopte  l'opinion  des  éditeurs  que  le  texte  du  papyrus 
soit  un  reste  d'un  évangile  perdu  (fragment  of  a  lost  Gospel). 

Pour  moi,  jene  puis  adopter  cette  opinion;  le  caractère  de  ce  fragment 
est  tout  différent. 

A  mon  avis,  il  faut  constater  que  le  verbe  "kéyny  se  rencontre  plusieurs  fois; 
un  récit,  précède,  sans  doute,  par  Tindication  que  Jesus  a  dit  ces  mots,  — 
ce  qui  est  maintenant  perdu  dans  la  lacune,  —  est  à  la  téte  de  notre  texte  ; 
alors  ce  qui  suit  est  introduit  par  les  mots  X£you<iiv  —  Wyei;  une  troisième  fois 
eXsye  commence  le  récit.  J'y  reconnais  le  style  caractéristique  des  soi-disant  Logia, 
collections  de  sentences  prétendues  de  Jesus,  dont  voici  un  nouvel  exemple. 
Sous  ce  point  de  vue,  le  style  évidemment  décousu  de  notre  fragment  cadre 
avec  le  caractère  d'extraits  et  de  sommaires  destextes  complets  des  évangiles. 
Et,  heureusement,  nous  possédons  encore  la  meilleure  preuve  pour  Tévidence 
de  notre  bypothèse.  Gomme  nous  Tavons  exposé  plus  haut  et  plus  au  long, 
les  collections  antiques  de  proverbes  et  de  récits  sentencieux  sont  caractèrisées 
parl'emploi  et  renchainement  de  mots  identiques;  ces  mots  sont  le  seul  lien 
qui  unisse  d'une  fa?on  superficielle  les  sentences  voisines.  Cet  indice  existe 
aussi  ici;le  premier  récit  contient  les  mots  ev^i>(j7j<i96,  Iv^ufiia,  le  suivant 
gxiuffTjcfie;  ici  sont  réunies  des  sentences  où  il  s'agii  de  Vhabillement.  Vaine- 
ment  chercherait-on  un  lien  logique  entre  les  deux  passages. 

En  conséquence,  le  nouveau  texte  est  d'une  mediocre  valeur. 


CONSIDERATIONS    GENERALES 

Les  collections  de  prétendues  paroles  de  Jesus  contiennent  des  éléments 
de  valeur  bien  differente.  Les  passages  qui  sont  des  récits  conformes  à  ceux 
des  évangiles  ou  des  extraits  de  récits  analogues  aux  évangiles  sont  d'une 
certaine  importance   pour  constater  Tantiquité  de  la  tradition  des  évan- 


Digitized  by 


Google 


182  LES  PLUS  ANCIENS  MONUMENTS  DU  CHRISTIANISME.  [88^ 

giles.  Cependant  si  la  garantie  des  évangìles  leur  manque,  il  s'en  faut  défier, 
car  une  critique  prudente  nous  mentre  qu'il  y  a  là  des  sentences  que  le  style 
altère  ou  les  idées  déformées  rendent  suspectes  ;  elles  demandent  donc  une 
mure  réflexion.  Mais,  en  general,  ces  coUections  corroborent  Tancienneté  et 
Texistenee  d'une  littérature  chrétienne  et  constatent  la  propagation  considé- 
rable  du  christianisme  à  une  epoque  reculée. 


Digitized  by 


Google 


CHAPITRE  V 

EXTRAITS  DES  PAPYRUS  MAGIQUES 


Les  papyrus  magiques  prirent  origine  à  Tépoque  du  syncrétisme  des 
anciennes  religions;  les  idées  religieuses  des  divers  peuples  et  des  divers 
pays,  longtemps  déjà  en  rapport  enire  eux,  se  rencontraient  et  se  compéné- 
traient  ;  il  en  resulta  un  mélange  de  tout  genre  d'idées,  et,  comme  la  religion 
altérée  est  toujours  alliée  à  la  superstition,  qui  captive  la  raison  des  masses 
sous  son  joug,  les  idées  superstitieuses  de  tonte  race  et  de  toute  epoque  ré- 
gnaient  dans  les  esprits  pendant  les  derniers  sièeles  du  paganisme,  comme  une 
maladie  generale  elles  furent  répandues  dans  tous  les  rangs  de  la  population, 
chez  tous  les  peuples  du  vaste  empire,  dans  toute  région  du  monde'  antique. 
La  superstition  fut  pratiquée  très  souvent  sous  le  couvert  de  la  magie;  la 
magie  avait  son  rituel  et  ses  ritualistes,  et  maintenant  nous  possédons  encore 
une  bibliothèque  de  livres  magiques  écrits  sur  papyrus,  ainsi  que  des  amu- 
lettes  magiques  écrites  sur  papyrus. 

La  religion  chrétienne,  à  cette  epoque,  était  déjà  si  connue  et  si  répandue, 
que  les  auteurs  des  livres  magiques  ne  pouvaient  s'en  écarter;  Jésus-Christ 
était  déjà  respecté  mérae  par  ceux  qui  ne  connaissaient  pas  la  doctrine 
chrétienne  et  rien  ne  saurait  mieux  témoigner  que  le  christianisme  était 
à  coté  des  anciennes  religions  une  puissance  ideale  de  premier  rang  que 
les  adjurations  respectueuses  au  nom  de  Jésus-Christ  qui  se  trouvent  dans 
les  papyrus  magiques. 

Nous  transcrivons  ces  adjurations,  qui,  pour  nous,  sont  de  précieux  té- 
moignages  de  rinduence  du  christianisme  qui  devait  avoir  pénétré  déjà  dans 
les  masses. 

16 

PREMIER  EXTRAIT  DU  PAPYRUS  MAGIQUE  DE  PARIS 

Le  grand  papyrus  magique  de  la  Bibliothèque  Nationale  n*  DLXXIV  forme 
un  fort  Cahier  de  grandes  feuilles  de  papyrus  contenant  un  rituel  magique  et 
les  adjurations  pendant  les  actions  magiques.  L'écriture  montre  que  notre 


Digitized  by 


Google 


184  LES  PLUS  ANCIENS  MONUMENTS  DU  CHRISTIANISME.  [90 

livrea  été  écrit  vere  Tan  300;  mais  le  texte,  qui  est évidemment  mal  copie,  doit 
étre  beaucoup  plus  vieux.  Le  papyrus  est  intéressant  aussi  pour  les  égypio- 
logues  parce  quHl  contient  au  commencement  une  longue  adjuration  en  langne 
égyptìenne  à  transcription  grecque;  c'est  un  des  plus  anciens  textes  coptes. 
L'édition  intégrale  a  été  faite  par  moi  dans  les  Mémoires  de  VAcadémie  d> 
Vienne  en  1888,  voi.  XXXVI,  p.  27  ss.  Le  passage  suivantqui  nous  interesse 
maintenant  s  y  trouve  à  la  page  51  : 

Ligne   1227     Trpà^i;  ycwaia  èx6x>.>.oiMTx  Sai(i.ova;(.) 
du  papyrus      >.oyo^  T^yójuvoc  iwì  tyìc  x€9aX^c  aùroC 
p«Xe  IpLTrpoaOev  aùroO  x>.(5vac  Ì>mx^ 
1230     xal  SmoOsv  aÙToG  (rraOel^  Xéyii^i*) 

T6  V  Idax  y^aipe  irvouTe  v  laxcoS 
Iti^ouc  Iti  XpTjdTO^  m  ayio;  v  irveu^jia 
^tTiptvf i(oO  eOffapTii  V  l<sx(S(ft 
1235     eOda^ouv  v  Iaaafi*eva  laco  Sa 
6aw6  (xapeTeT€V(TO(i.  dCjSi  uà 
§oX  XTTÒ  ToO  5(£)i(va)  (iaT«T6vvou8  Trai 
-JT  axaOapToc  v  ^ai[X(i>v  iti  (ramava?  (sic) 
eOvìicoOf  è^opx{2^(i>  (i£  etc. 

Traduction  :  «  Voilà  une  bonne  méthode  pour  chasser  les  démons  :  Invoca- 
tfon  que  Ton  prononce  au-dessus  de  sa  téle  (du  possedè),  mais  mettez  devant 
lui  des  branches  d'olivier  et,  étant  derrière  lui,  vous  dites  : 

or  Saint  au  dieu  d'Abraham,  salut  au  dieu  d'Isaac,  salut  au  dieu  de  Jacob. 
Jésus-Christ,  le  saint,  l'esprit  fils  du  pére  au-dessus  des  sept,  au  dedans  des 
sept.  Apportez  lao  Sabaoth,  que  votre  force  se  moque  de  cela  (hors  d'autrest 
jusqu'à  ce  que  vous  ayez  chassé  ce  démon  impur  Satan  qui  est  sur  lui  (le  pos- 
sedè). Je  vous  adjure,  etc.  » 

Le  texte  prìncipal  est  grec,  cependant  l'adjuration  doit  étre  prononcée  en 
langue  égyptienne.  Nous  reproduisons  ce  passage  égyptien  en  lettres  coptes 
d'après  M.  Revillout  : 

iHConrc  T^l;)^pHC^oc  tti  ^^rioc  ri  TWtnruA 


Digitized  by 


Google 


£>11  V.  —  EXTRAITS  DES  PAPYRUS  MAGIQUES.  185 

CiO?\  ATTO  ^onr  !ì^(^t)i(WA)  JyA^t^twwonr!2S  ttaì 

La  langue  égyptienne  offre  beaucoup  de  difficultés  ici  au  commencement, 
qui  a  été  aijalysé  par  M.  Revillout  {Mélanges  d'archeologie  égypt.  etassyr.^  Ili), 
par  A.  Erman  {Zeitschriftfùr  aegyptische  Sprache  und  Alter thumskunde,  XXI,  1883, 
3),  et  Fr.  L.  Griffith  {Zeitschrifl  fur  aegypt.  Sprache,  etc,  XXXVIII,  1900, 
l  :  The  Old  Coptic  magical  texts  of  Paris).  Notre  passage  a  été  objet  d'une 
autre  étude  de  M.  F.  Legge  :  A  coptic  speli  of  the  second  century  (Proceedings 
of  the  Society  of  biblica!  archeology,  May  1897,  p.  183-187;  novembre  1897, 
p.  302)  et  de  W.  E.  Crum  {ibidem,  Febr.  1898,  p.  102);  celui-ci  a  corrige  la 
1.  1234  :  e^cA^fMi  tt[tt]ivi|AU|t{,  et  1235  e^cA^oTit  tt[tt]fvi|AU|t{f  titA;  alors  j«om 
CA&07\  Ano  noT  2^ifttA  jyAieieitftoTjiin  (?  read  ito*rj9n)  mais  il  remarque  : 
a  but  the  exact  force  of  ca&otv  bere  escapes  me  »  ;  mais  il  existe  la 
phrase  fto*rj9n  e&07\  ou  fto*rj9n  ca&otv  (ìica&otv)  abigere ,  avertere ,  excutere 
(Peyron).  Peut-étre  faut-il  changer  Tordre  des  mots. 

Dans  ce  passage,  les  dialectes  coptes  différents  (Memphitique  et  Sahi- 
dique)  sont  mélés  ensemble;  ^^ttoT-j^,  dialecte  Memphitique,  est  tout  près  de 
nnonne,  dialecte  Sahidique,  ce  qui  est  bien  remarquable.  On  en  peut  conclure 
que  le  texte  originai  avait  une  longue  histoire  ;  peut-étre  a-t-il  été  transcrit 
du  démotique,  où  le  méme  trait  de  Técriture  a  été  prononcé  différemment  dans 
les  diverses  régions  du  pays.  Cette  adjuration  semble  donc  étre  un  des  plus 
anciens  vcstiges  de  la  propagation  du  christianisme  en  Égypte. 

Nous  ajoutons  à  ce  texte  en  langue  égyptienne  un  très  ancien  fragmenl 
copte. 

17 

UN  TEXTE  DE  LA  LITTÉRATURE  COPTE.  GHRÉTIENNE 
Provenant  de  la  moyenne  Égypte.  IIP  siécle. 

C'est  un  fragment  d'un  codex  copte  couvert  sur  les  deux  cótés  d'une  écriture 
onciale  très  fine  qui  a  le  caractère  paléographique  du  in"  siécle.  J'ai  trouvé  ce 
fragment,  qui  appartient  à  la  collection  archiducale  de  Vienne  où  il  porte  le 
n*  1865  (copte),  en  1884,  dans  une  fonie  de  papyrus  grecs  qui  provenaient  de 
la  moyenne  Égypte,  Héracléopolis  et  Antinooupolis.  Le  dialecte  copte  a  une 
certaine  analogie  avec  celui  d'Akhmim  (Panopolis).  Malheureusement,  le  sens 


Digitized  by 


Google 


186  LES  PLUS  ANCIENS  MONUMENTS  DU  CHRISTIANISME.  ytì 

de  ce  texte  nou3  échappe  à  cause  de  la  matilation  complète  du  papjms,  doot 
la  hauteur  est  de  55  millimètres,  la  largeur  de  44  millimètres  ;  marge  sopé- 
rieure  1*^.  Une  première  notice  du  texte  a  été  donnée  par  M.  Rraix,  JfiUn- 
lungen  aus  der  Sammlung  Papyrus  Erzherzog  Rainer,  II,  p.  54. 

Ecritore  sur  les  fibres  borizontales  du  papyrus  (=j.  Recto  : 


JTTC^^O  A^fMi  ^.ty\[ 

Ecrìture  sur  les  fibres  perpendiculaires  (Hill).  Verso  : 

]^MTT.  uwm..[ 

w]^AK  TTeT^t^uJA[ 
]wei!ìi.t  tnwACO'r[ 
JwntcuMt.  TT^t«^[ 

Le  dialecte  de  notre  fragment  et  celui  des  papyrus  d'Akhmim  a  plusienrs 
mots  communs  :  ^-cav,  oTAittE,  nMfOT,  a&a)v,  A^fwi.  Quand  celui-ci  sera 
mieux  connu,  on  fera  un  essai  d'interprétation  du  nòtre  avec  plus  de  cbances. 


Digitized  by 


Google 


V.  —  EXTRAITS  DKS  l'APYRrS  M AGIQUES. 
16* 

DEUXIKME  EXTRAIT  DI    PAI^VRUS  MAlilQUE  HK  l'AHIS 
p.  9LÌ  [120]  de  mon  édilion. 


Ligne   3007      7730;  Sai|j.rjvi5t^ojiivou;  n^fj-rr/m:^  4ó)ti[i.ov. 

[xttdTiyia^  3wti  XwTOjATiTpa^  i<j/£i  (tara  "yxp-^i/otij^o'j 
3010     a/pWTiTTOti  Xiyinv   Vwvyi>.*  wTaapOicof^i. 

iwTj.  itó^xfHpQx.  e^slOt  airi  toj  5(£flva)  xoiv(ov). 
TÒ  Si  'pw»a)tT7Ìptov  ÉTTI  7.aavttj>  xaT^jixeptvc^ 

Tiviaw.   ^ew/.  tar^fe).   yapcox.   ita*  7rip{ot'J7T£ 
TÒv  Tci^ovra  irxvto;  ^atjAfivo;  ^ptxTÒv  0  ^0 
SsiTai  «rrYlTX;  avTixpi»;  ópxt^e  .  eiTiv  Si  ó  òpxi<j[Aii^ 
oOto<;.   óp)ttC<»*  <ie  xatx  rr^xi  6(eo)ù   twv  'E6p otttjjv 

3020       Ivi -70  0.   laÉa,  i«7i    xépaoiB*  aix  :  Ocutì,   eXe. 
£>,(!).  xTDto.  eou.  luSxey*  otÉappLat;,  totfia 
paotj,  oÉù.SiX,  >cDvx*  a€px.  piapoia»  ppxxi 
(ft>y.   7:up(iDav7i.  ò  iv  pt.j'rfi  apoupti^  xat  ^i<Svrj( 
xal  òji-ty>7ì^.    Txvvr^Ti^  xxTaSxTCì)  ^rou  ó  ay 

3025      yeXo;.    ó  QtirxpxtTTiTQ;,    ìtxl  tìaxpivtTCì»   tòv 

0  l7cXa<j£v  ó  (i(eo)i;  tv  tw  o-^'tto  éx^TOu  irxp«5e£ 
<ri^  on  ii7£U)^opiatt  xyiov  Wfò)v  ìttÌ  a[A|jttav 
n|/ivTavytó  Xd(YO<;')  òf%i^m  ni  "XaSpia.   taxou?. 
3030     a€>xvxflava>fx.   x/,px(Aa  Xofyo?' )   awtì*    txtìx 
fix9pa.  j^^xyOxSpxQa.  X^(*^^  ^/     ^'''*    x6pto 

1X7)^.   ÓpXt^O)    '7£    TÒV    òiria'^SsvTx    T^l 
0<XpaY>.    £V    ^Ttj).U    ifiÙTVéCì    Xxl    VEf£XlJ    7}fA6 

3035     pivfi   Kxl  p*j<*a[ji8vov  airov  tÒy  Xdyov  fpyou 
^apaòi  xal  £7rEV£yxavTx  IttI  ^xpaw  -rìjv 
o£Xxi7Ar^yov  fJtx  tò  TrapxxouEiv  aì>Tdv(,)   ópxt 
?^(a  Qt  %xs  TTviOpux  SxtjAÓvtov  Xx^Tiaat  im\ 
ov  xal   àv^;  oTi   ópxi^tii    cs  xxtÌ   lii^  c'ppayl 


Digitized  by 


Google 


^^^^^^l^^^^LR^ 

^^^m:iENS  MONUMENT^^^rmfSTlAMSME^^^^l 

^^^1 

8%  T?;  ìtìsTO  Solo;jLÈ)v   cirl   ttjv  '^'k€ifs^%'f                                               1 

ToG   l7)pe|x£o'j'   Kxl  iXifeXrjafiv  xal   (pj  'k£kyifjo^                                       1 

ÓTToTov  exv  [\,  av)  -/ì;*   Ì7c(i)oup3cviov  ti  aÉpiov 

^^H 

tiTc  éT^iyeiov    £tT£  uTroyiiov  ri  xatTayOovvov 

vi  céou^atov  7i  ^Epaottov  -^   ^apiiaiov  >.a>.ìn(rov 

^^H 

óicorov  ix*  (I.  av)   *3;^  on  ip^t^w  ag   fttèv  ^«j^o 

pov  iSiixxfjroy  rk  ^v  $capdioc  xac^;  ^t^ri^ 

lm^T(X[;.£vov  tÒv  youo7;>.x<yTYìV  toO  Y£vov; 

T<I*v  ivtìpctiTCcov   tÒv  f^ayayovTot  «5  iSvfXctìv 

3t«i   TCtiAvoOvTflt  tÌ  v£<pY]  xxl  òiTt^ovta  T'Av  yYjV 

^^H 

mi  tùVjYùùvTa  TO'j;  xxpitoìi^  fleur?ìs  ^v  6Ù>,a 

yfii  TOdx  ETTOupdtvio^  Jùv3tpLi(o);  orffìktù^                                            ^^È 

àpyayytXciav  opxts^  <7e  (tEyotv  8(eò)v  £xSoc                                        ^^H 

ii*9.   5t'   Qv   d    *Iop<Javìf55  TroTajAà;  «ve^có                                             ^^H 

pTifiEV  €f;  TX  07rt<T(t>  xal  Epudpic  Sx>vO(?<;oc                                            ^^H 

^^H 

r,v   wSeu^ev  Ei7pay[A*   xal  ìgtilì  àvóXeuTo;                                        ^^H 

OTi  dpxi^co  ffE   TÒV   xaTa^Ei^av-'a'    tx;  Ixaròv                                ^^M 

T£(j7Epxxf>vTa  Y>.ù>f;'?oe;  xal  JiauepiVavra                                           ^^^ 

Tw  t&ita  Trpo^TflcyjjixTt  ópxiCw  ae  tov  tcuv   av                                     ^^^ 

yEvi<ov  ytyavTWv   -rat;  xp*/;Tn;p<xw   xxTa                                            ^^H 

^^H 

(pXi^avTa  ov  i»jjLv{e)r  o;  (ilei.)  oùpxvoc  T<àv  ovpavùv                        ^^| 

ov  ijjxvoO<Jt  TX  7TT£pvytó|/.aTa  TO'j  XepouSlv                                          ^^H 

ópstfZ^oi  ^£  TÒV  TTtptSevTX  opY)  T^  0aXa<j<TYi                                         ^^1 

Tti'y'ov  (l,-o;)  i$  xjjijjLou  xal  ÉTrtri^avra  aÙT^  [Ji"n  O^tp                ^^H 

^Tjvxi  xxt  linfxoiii^EV  TI  aSt>97o;  xal  «tu   ìttci                                    ^^H 

^H                       3U(}:) 

XOJGOV    TTXV    TTVSUpWt    Sxi;i.0V'.OV    OTI    Ópxt^eu  fii                                                ^^M 

TQv  ^Tuv<j(  £  )iovTa   ToO;  Tifj^Txpa;  7yvmj^  i.nh                                    ^^M 

Tcov  Up^Tjv  au^vùiv  oOpavofcìi^TJ  dx>a<7G0                                            ^^| 

tiUfi  vEfE^oei^f,   'pcD^fopov   x^aj/.X'fTOV                                                ^^^ 

ripxf^ct)  TÒV  ev   T7i   xxOapx  'lep0^rAujJlb>  co    TO                                       ^^H 

^H 

x<7€£<;tov  luup  Sta  xxvTÒg  au^jvo;  xpoo^apa                                         ^^H 

XKTXt  TOi   ovrjji,aTi   xùto'j  Tto  àyita   Ixeio                                           ^^H 

pa^pevs|jioi»v  W(yo^)   ov  Tp£[i.et  yewx  (L  y££Vva)  7:upò;                     ^^H 

xai  <pXdyi;  77£pi^Xoy(^oiigt  xxt  <7£(5y|po;                                              ^^| 

>.xxa  xxt  TTxv  opo^  Ix  0E|j.£Xtou  ^o^erTxi                                         ^^1 

^H 

ópxii^u)  (l'e  77àv  irve>ijxa  $xì[jlov(<'>v  tqv  ìfo                                          ^^H 

pGvTX  èiTt  y?3^  xxl  TTOioiiVTa  exrpojxa    tx                                       ^^H 

Oe^(£}àix  auT^^  xal   i7oi7^(TavTx   tÀ   tcxvtx                                         ^^H 

£^  ojv  ovx  ovui>v  £i;  T^  elyai(.)   ópxi^&i   Si  <T£   tov                          ^^M 

TTapx^^apiÉ^avovTx  tÒv  òpxtij^òv  toÙtov  yaipiov                                    ^^H 

^H                             3080 

;/.7i  ^yetv  xal  0:roTxy7Ìc£Txi  a[o]i  T^àv  T^vei/pta                             ^^H 

w   

Digitized  by  dOOQlC         ^H 

—  EXTRAITS  DES  PAPYRUS  MAGIQUES. 

XXt    Sat(Jl6vtOV    ÓTTOtOV    £ÌV    (L   iv)  T,(V)    ÓpKt^OJV    Ac 

3085     Oo^ioi;  ivSpdc^jiv  : 


I8i> 


I 


TrmlncHon  :  a  Metliode  de  Pibcchìs  pour  les  poss*>dé9. 

tr  Prenoz  de  Thuile  qui  seni  Taif^re  avec  la  plaate  Mastigla  et  Lotoraetra, 
cuisez^le  avcc  la  piante  Sampioukhos  (Orij^anum  Maioraua  L.)  qui  est  sans 
couleur  en  disant  :  a  loel  Ossartliiomi  Emori  Theokhipsoith  Silhemeokh 
*  Sotlie  Joe  Mirnipsotliioopli  Phersolfn  AeéÌov(>  J^>e  Eokhariphtlia.  Sortez  de 
«  celui-ci  (N.  N*)  0  et  d'autrcs  raots  comme  vous  voulez.  A  ceite  action  ma- 
gìque  il  faul  porter  uno  amulette,  e*est  une  lame  d'étain  et  vous  y  écrivez  : 
laeo  Abraothiokb,  t^litha,  Meseiitiniao,  Pheokli,  laeo,  KImrsok;  il  la  fautlier 
autour  du  possedè,  ceite  amulette,  qui  est  épouvaatablc  pour  chaque  démon. 
Alors  prononcez  l'iiicantatiou  devant  lui.  Voilà  riueantatioii  :  Je  vous  adjure 
au  nom  de  Jesus,  du  dieu  dea  Héhreux  iaba  iae  abraoth  aia  tboth  eie  elo  eou 
iiibaekli  abarraas  iabaraou  abelbel  Iona  abra  marcia  brakìon;  vous  apparais- 
sez  dans  b?  feu;  vous  étes  au  milieu  de  la  terre,  de  la  neige  et  des  nuages. 
Tannetis.  Oue  descende  votre  auge  inexoralib^;  qu'il  emportc  In  démon  qui 
vele  autour  de  eette  créature  que  Dieu  a  créée  dans  son  Saint  Paradis,  car 
j'adore  le  saint  Dieu  sur  Amnionipseotanklio.  Formule  :  Je  vous  adjure 
labria  iakoulb  ablanatlia  nalba.  akramm.  Formule  :  Aótli  iallia  bai  lira 
khakhlliabratlia  kbaniyn  zel  {on  :  khel)  abrooth,  vous  éiei  abrasilotli  allelou 
ìelosai  laeK  Je  vous  adjure  par  celui  dont  (l)srael  a  vu  Findice  dans  une  colonne 
de  feu,  et  pendant  le  joiir,  dans  un  nuagc,  celui  qui  l'a  sauvé  du  Pharann 
et  qui  a  envoyé  sur  le  pliaraon  Ics  dix  plaies  parco  rpi'il  ne  Fa  pas  entendu. 
Je  vous  adjure,  tout  démon,  de  parler  langue  queloontjue  que  ce  soit.  Je 
TOQS  adjure  par  le  sceau  que  Salomon  a  mis  sur  la  langue  de  Jérémie,  et  il 
a  parie;  aiusi  parlez  aussi,  vous  dénion  quieonque  que  vous  soycz,  celeste  ou 
aérien  ou  sor  la  terre  ou  au-dessous  de  la  terre  oa  dans  Fenfer,  Ebouséen  ou 
terrestre  ou  Phariséen;  parlez,  qui  qne  vous  soyez;  car  je  vous  adjure  par 
Dieu  qui  porte  la  lumière,  indomptable,  ([ui  sait  toni  ce  qui  est  dans  le  coeur 
de  tout  étre  vivant,  qui  a  fait  le  genre  buniain  de  la  terre,  celui  qui  forme  les 
nuées  et  lesépaissit,  qui  cnvoie  la  pluie  à  la  terre,  qui  bénit  les  fruits;  touto 
force  des  angès  et  arclianges  dans  le  ciel  fait  son  éloge,  Je  vous  adjure  par  le 
grand  Dieu  Sabaotb  qui  a  fait  se  reculer  lo  Ileuve  Jonrdain,  qui  a  fait  passer 
Israel  par  la  mer  Rouge,  qui  est  infranchissable  pour  loujours.  Je  vous  ad- 
jure par  celui  tjui  a  fait  paraitre  les  cent  quarante  langucs  et  les  a  distribuées 
à  son  ordre  ;  je  vous  adjure  par  celui  qui  a  brulé  de  ses  foudres  le  (chef?)  des 
géasits  rìlblés;  le  ciel  des  cieux  vous  fait  des  éloges,  le  cbreur  des  Cbérubins 


Digitized  by 


Google 


too 


LES  PIj;s  ANCIENS  MONUMENTS  DI'  CHRISTIAXISME. 


[96] 


vous  fait  des  rioges;  je  vous  adjure  par  celai  qui  a  mìs  des  muiUagnes  aulour 
de  la  mer  en  forme  de  niur  sablonneiix  et  qui  lui  a  donne  Tordre  de  ne  pas  les 
passcr;  l'enfer  Fa  entendu,  **nUMidez  aussi,  vous  démon  quelconque,  car 
jè  vous  adjure  au  noni  d»?  celni  qni  tait  ébranler  les  quatre  vents  par  les 
saints  éons  aériens,  ou  donnant  l'aspect  de  la  nier  ou  eelni  de  nuées;  lui 
qui  porte  la  lumière,  riiidomptable.  Je  vous  adjure  par  Dieu  de  Jérusalem  pur, 
le  leu  éternel  qui  uè  s'éleint  jainais  lui  est  allume,  à  son  saint  noni,  laeo 
baphreuomonn.  (Formule:)  La  géheuue' du  feu  tressaille  devant  vous,  les 
llammes  llambent,  le  U*t  fremii,  cliaque  montagne  tremble  sur  sa  base;je 
vous  adjure  ♦  démou  quelconqnc,  par  celui  qui  regarde  d'en  haut  la  terre 
et  qui  fait  trembler  sa  base,  qui  a  créé  tout  d'un  rien  à  rexistence.  Je  vous 
adjurr  par  celui  qui  a  aceepté  la  promesse  solennelle  de  ne  pas  manger  de  la 
viaude  de  poro,  et  tout  mauvais  esprit  et  démou  quel  qu'il  soit  sera  soumis. 

a  Pendant  radjuratiou  il  laut  soudler  de  toule  sa  force  depuis  les  pieds 
jusqu'à  la  iHv  et  le  demolì  s'en  ira*  Mais  il  fau(  garder  cette  incantalioa, 
olle  est  en  liébren,  et  les  hommes  purs  la  gardeut.  n 

Ce  passage  du  papyrus  magique  de  Paris  contient  des  atlusions  à  TExode 
xHi,  21  (colonne  de  feu);  Jos.  ni.  15  (le  Jourdain),  Exode  xìv,  22  (mer  Rouge) 
et  a  conuaissauce  des  coutnnips  juives;  il  esl  iuléressant  aussi  pour  appré- 
cier  la  Forme  sous  laquelle  le  nora  de  Jesus  circulait  parmi  les  paieas. 
Ou  compreud  alors  comment  il  fnt  possible  que  des  aecusatious  de  magie 
fusseut  dirigées  coutre  les  premiers  clirétiens  (ef,  Le  Bl\>'t,  Recherrhn  sur 
l'accusalion  de  3fa(/ie  etc,  Nogent-le-Rotrou,  1869).  La  doctrine  astrologique  et 
magique  était  déjà  cliez  les  Sauiaritains  et  les  Esséniens  (ce  sont  donc  les 
hommes  purs  de  notre  papyrus  magique),  oiì  se  formait  alors  unr*  liérésie 
dont  parie  Eusèbc  dans  VHÌKhHre  vvany,^  IV,  7(11);  111,  26  (27)  :  «  Le  dìable  se 
servit  de  ees  hommes  bérétiques  ciuiime  instrument  pour  oiTrir  aux  incroyants 
Foccasion  de  maudire  les  vérités  diviues,  ear  ce  bruii  (de  magie)  qui  en 
sortali  se  répandit  comme  nn  ontrage  de  tout  nom  chrétien;  voìlà  ce  qui 
causait  priucipalemcnt  chez  les  paTons  de  eette  epoque  Toplnion  absurde  et 
méchante  eu  ce  qui  nous  coneernait.  * 


IH 

EXTRAIT  OU  PAPVRtJS  V  DE  LEYDK 

Écrtt  vera  Tan  300. 

Un  autre  papyrus  qui  appartieni  à  la  bibliothèque  magique  dont  nous 
avons  parie  plus  haut  et  qui  iitFre  beaucoup  iraualogies  avee  celui  de  Paris  est 
le  papyrus  V  de  Leyde,  dont  la  premiere  edition  a  éW'  faite  par  M-  Cotvuai* 
Leem.\ns,  Ihipyri  Gracci  musei  anlHjuarii puhlici  Lityflufìi  Batavi,  tomus  11,  Lug- 


Digitized  by 


Google 


^  EXTRAÌTS  DES  PAPYHUS  MAGIQUKS. 

duni  Balavorum,  apud  E.  J,  Brill,  1885.  Il  contieiit  dix-sept  eolonnes  d'écri- 
lure;  le   passage  doiit    il    s'agii   ici,  sy  Iroiive    dans  la   sixième   colonne, 

—  p.  23  de  Fedition,  Un  nouveau  chapitn*  qui  t-omnipncc  à  la  tigno  quinze  con- 

■tient  les  niots  : 

K 


1.    iò)   'ÙvetpifiTTjv  (L-pattT-)  XtyofjLEvov  wpòc  «p aQotpou. 

(1.   16)  'Eitl  TTis  ipKTTifas  yti^^  èXatov  >.a€wv  i'KCktyt  tÌ  óv[ó(j.aTx]  ..*.  j3pe5«i  ^^^^  Kotpt-w 
(!•  17 J  wpó;  ivotTO>à;  lj^ù>v  ryjv  )t£(paX7)v( ,  )  'Iy]*70j^  Avou[if)J 


Le  dernier  mot  semble  étre  "Avouéi^.  —  Traduction  :  «  Métliode  pour  faire 
un  réve;  il  faul  réciter  a...  Prenez  de  l'huile  dans  la  main  gauche  cn  disant 
avec  cela  la  formule  :  ...  bri*xe;    alors  allez  coucher  la   lete  tournée   vers 

.rOrient.  Jesus  AnouLljis|.  » 

'  Si  la  legon  Aaoubis*  qu'on  a  proposéc  est  bonne,  nous  pourrons  constater 
un   uouvel  exemple  du  mélange  des  ndiginns  à  Tépoque  du  syncrétisme; 

^c'était  alors  un  passage  aiialogue  à  rinvoeation  Z«0  "H/ae  MtOpa  Sxpam  (Voir 
Wkssklv,  dans  les  Ìlémoire&  di*  l'Arftd^'mie  de  Vienne^  XXVI ^  1888,  p.  174  (150)  ou 
tU  Zc'jc  Sip5tm;des  papyriis  niagiques  et  des  ainulettes,  où^  d*une  seule  lialeine, 
soiit  identiGés  les  dieux  dt^sGiecs,  des  Kgyptiens,  des  Perses  et  des  Syriens. 

19 

EXTRAIT  D'UN  PAPYHUS  MAniQUE  APPARTENANT  A  UAUTEUR 

Provenant  du  Faioum.  Écrlt  vere  l'an  300. 

est  un  grand  papyrus  très  bmn  écrit  eo  deux  eolonnes  évidemment  par 
une  personne  qui  ne  savait  pas  trop  de  grec;  à  la  fin  il  y  a  un  passage  en 
laiigue  et  écriture  coptes  qui  est  iutéressant  au  point  de  vue  de  la  paléo- 
graphie;  ainsi  le  papyrus  oilre  beaucoup  d^analogiea  avec  le  grand  texte 
magique  de  la  Bibliothèque  Nationale.  Dans  le  grec  la  fin  des  mots  est  indi- 
quée  par  des  traits  obliques.  Le  passage  qui  contieni  la  mention  de  Jesus- 
Christ  est  au  commencement, 

1      [faixjaXoCjjLai'  ae'  fise'  icàvTtó[¥]' 
[  ]•  •  •   f**^^'  uitlp  T£  iri<Tti; 

[a]p)^viv;'   (l.->5?)  xati  i^mfsioLq,'    vtal  xtipwi' 

s     òvo[Aa?^w[jLevca*  ^L-ve)  ìca(bì|ievou   (L-vc) 
eTTivo)'   XatpcmStv  (l.-Xt-)   Ijiirpo^^fiv' 

.     .     .    TOU    5là    TOfj'    XUplCij'    (I.-OU)    -lifiLÒiv' 

hu  Xpow  (1.  'Itti^oO  Xpi^TOTi)  ÌYa7C7)(t£vou  (1.  iy.)  irotiToc'  {1*-S<J«}  etc.  etc, 
1.  A.  DtBT8RtCB,  Papjfras  Magiea,  p.  805, 

PATH.  OR.  —  T.   rV.  II 


Digitized  by 


Google 


192  LES  PLUS  ANCIENS  MONUMENTS  DU  CHRISTIANISME.  [98' 

Traduction  :  a  Je  vpus  invoque,  ó  Dieu  de  tous...  dont  le  nom  est  au-dessiis 
de  toute  puissance  et  autorité  et  domination  et  tout  nom,  qui  étes  assis  au- 
dessus  dea  Chémbins...  fje  vous  invoque)  par  notrc  Seigneur  Jésus-Christ, 
votre  Fils  chéri,  etc.  » 

En  ce  qui  concerne  le  passage  iyxTrniU^w}  ^aiJoc,  il  y  a  une  analogie  assez  fre- 
quente dans  les  évangiles  :  uiò?  àyamnTÓ;  saint  Matthieu  ni,  17  ;  xii,  18;  xvii,  5  ; 
IX,  7;  Lue  III,  21  ;  ix,  32;  xx,  13;  II  Pierre  i,  17.  Je  cite  aussi  saint  Lue  xii,  11 
ffuvaywya^  xal  Tac  *PX*^  ^  '^^^  ì^ougìoli;;  Tit.  in,  1  ifjjxX^  xal  è^oudiai;  uTroTàaciaSai  ; 
Papyrus  magique  de  Paris,  1.  1193  Swt^uXa^rfv  (iL[e]  irrfvie  àirò  wx^jti;  teepoj^r;  è^oii-ria;  ; 
le  méme  papyrus,  1.  3061,  connatt  les  Chérubins  :  6v  u(jivoC<ii  tì  :rrepuya>|jixTa  toO 

Le  mot  Oe<  est  écrit  sans  abréviation;  ceci  a  lieu  une  fois  seulement  à  la 
1.  1048,  dans  le  papyrus  magique  de  Paris  à  la  1.  1445,  les  autres  six  pas- 
sages  (999,  1164,  1195,  1200,  3106)  offrent  la  forme  6e. 


Digitized  by 


Google 


CHAPITRE  VI 


TEXTES  DIVERS  DE  U  LITTÉRATURE  CHRÉTIENNE 


20 


FRAGMENT   DUN  PAPYRUS    D*AKHMIM 

Akhmfm  en  Haute-Égypte.  Ili"  slèele. 

Ce  fragment,  qui  est  actuellement  à  la  Bibliothèqoe  National  e  de  Paris,  a 

été  trouvé  par  M.  Maspero  dans  les  fouilles  exécutées  à  Akhmim  (Panopo- 

lis)  avec  un  lot  de  vieux  papyrus  grecs  dont  le  verso  est  couvert  de  textes 

coptes  qui  ont  été  publiés  par  M.  Urbain  Bouriant  dans  les  Mémoires  putdiés 

par  les  membres  de  la  mission  archéologique  frangaise  au  Caire,  tome  I,  1889, 

p.  243-304.  a  II  y  a  là  entre  autres  des  fragments  de  TExode,  en  bachmou- 

Tique  (3  feuillets),  et  un  fragment  de  la  Sagesse  de  Jesus  fila  de  Sirach,  en 

bachmourique  (i  feuillet),  qui  n'ont  pas  été  écrits  sur  des  feuilles  de  papyrus 

vierges;  à  cette  epoque,...  probablement  les  moines  coptes^  chargés  de  la 

copie  de  ces  livres,  les  transcrivirent  sur  des  papyrus  ayant  déjà  servi  à  des 

scrlbes  grecs...   le   procède  était  très  simple;  le  copiste   copte   prenait  un 

beau  manuscrit  grec,  le  découpait  en  feuilles  de  la  grandeur  qu'il  désirait, 

puÌ9  réunissait  et  collait  ces  feuilles  deux  à  deux  »  (Bouriant,  p.  244-245). 

L'antiquité  des  textes  coptes  est  constatée  surtout  par  des  indices  philolo- 

giques,   c'est  un  des  plus  anciens  moouments  qui   existent  du  copte.  A  la 

méme  epoque,  probablement  vers  la  fin  du  ni"  siècle^  doit  avoir  été  écrit  aussi 

un  fragment  grec  de  la  littérature  clirétienno  qui  est  redige  d^une  manière  tout 

à  fait  analogue  à  celle  des  fragments  coptes.  Il  est  écrit  sur  le  verso  du  pa- 

pynis,  Técriture  est  sur  les  fibres  verticales  (hauteur  25'^'",  largeur  11^°').  L'on- 

t'iale  est  entreraélée  de  beaucoiip  d'éléments  cursifs.  Les  accents  et  les  esprits 

soat  remarquables- 


YXOMAIAeMHGICn-CO[--]AreCeArTONA€rOM€NONAHAeiC 
CCA)THP(AN€IA€MHA€XHeìCCC0THPIANAKOYCAlTG}NA€ 
rOMeNa)N€ICKPfMA-A[  ÌTOC  0  me  eAlAAZeNOTiHnAFOY 
CIAAYTOYeiCKPÌMAHNI[N]AOIMHBA€nONTeCBAGnG0 
CINKAIOI'BAEnONTGCTY^AOireNCONTAhAYTOCOAOrOC 


Digitized  by 


Google 


194 


LES  PLUS  ANCIENS  MONUMRiNTS  DU  CHRISTIANFSME 


^ioal 


TOYeYArreAlOYeAlAAIGNOTI  IHC  OYMONONGICANÀC 
TACIN  €AHAY8eN'AAAAKAI€ÌCnT05ciN€AHAY8€NÌAOY 
rAPOYTOCKeiTAICICnTCOCINKAIANACTACINnOAAGONeN 
TGOeiCPAftAKAieiCCHM  'NANTIAGrÓMCNONÓPAMHnO 
li}     T€OtAOrOIO^TOIA€rONT-i  -  ACOieiCniWCIN 

L.  3.  A  'JTOC;  e  est  corrige,  il  y  avait  d'aborti  a. 
9,  La  troisièaie  lettre  €  semble  étre  barrée. 


TEXTE 


in 


1      [«jìi^tifjtai  ii  ^ji  «t;  ■7c[T]ca[<n^|  aycT&at  tòv  Xiyójjtivoy  x\\]V  li^ 
ciaTTipiav  £1  Sì   fi-iii*   ì-jir^  ai?  aoi-nripCav   ixoOdai   twv  >e- 

T^    *l<ypaT>iX  )tai  €t;  (7rj[A[(É)ro]v  ivTiXiycJ|4.£vov*  opa  (AtÓtto- 
Te  ot  Xóyot  O'iroi  A£y(tì*)vT[a]i  ,a  aot   8Ì<;  tttiÌ^tiv, 


lini  •    ■ 


I 


«E  Je  prie  tjue  le  tuiniiiié  ne  soit  aiìica<5  à  soit  huiiiiliatMm  mais  à  son  salut  ; 
mais  quand  il  ne  sait  pas  enteodre  ce  qui  est  dit  pour  soii  sai  ut,  quc  ce  soit 
pour  8011  jugemeiit.  Jesus  mème  a  enseigné  que  sa  présence  est  pour  exercer 
le  jugemeat  afin  que  eeux  qui  ne  voieut  pas  voient  et  que  ceux  qui  voient 
devieauent  aveugles.  Les  mots  mémes  de  révangile  m^mtroat  que  Jesus  u'estj 
pas  arrivò  seulemeut  pour  le  relèvement  mais  aussi  pour  la  chute  :  »  voici,  ce- 
tt  lui-ei  est  mis  pour  iHre  une  occasìon  de  chute  et  de  relèvemeut  de  plusieurs 
(c  en  Israel  et  pour  ótre  un  signe  auquel  on  contredira  ».  Faites  attentiou  que 
ces  mots  ne  soieut  pas  dits  pour  votre  chute,  » 

Le  fragmeiit  est  relalif  à  deux  passages  des  óvangiles;  Tun  est  cité  mot  à 
mot  :  Saint  Lue  ii,  34  xai  fiiXQyr.fjcv  «ìtoò^  Stipewv  xal  tlicfi  -pò;  MapiscpL  tJìv  (lY^Ttpot 
aÙToC'  tàoij,  oyio;  icelTOti  li;  iCT<ia0iv  /.al  ivx?7Ta<3iv  iroXXwv  iv  tcj  lapotTjX  ìt«l  ii;  ^rr^uLfìav 
ivTiXeydjAevov  et  et  Sìméon  les  bénit  et  dit  à  Marie,  sa  mère  :  Voici,  celui-ci  est 
mispour  élre  une  oceasion  de  chute  el  de  relèvement  de  plusieurs  en  Israel, 
et  pour  étre  un  signe  auquel  on  contredira  ».  L'autre  est  sainl  Jean  ix,  IÌ9  xal 
iiTCEv  d  'iijaoO;,  ii;  xpÌ[iA  lyw  eJ^  tòv  xdff(jwy  toutov  tj/.ftov  iva  oi  [jliò  pXtirovTc;  fiXtTCojai  staci 
oi  fiXtTCovTe;  Tu^Xoi  yivwvTxi  (cf.  XII,  47  où  yàprAtìov  iva  xpivca  tÒv  jtó^jAOv  aXX*  iva  gó^cii 
TÒV  xocjAov)  «  et  Jesus  dit  :  Je  suis  venu  en  ce  monde  pour  exercer  le  juge- 
ment  alin  que  ceux  qui  ne  voient  point  voient  et  que  eeux  qui  voient  de- 
viennent  aveugles  n;  a  car  je  ne  suis  point  venu  pour  juger  le  monde,  mais 


I 


Digitized  by 


Google 


'1011        VI.  —  TEXTKS  DIVKRS  DE  LA  LITTÉRATURE  CHRRTIENNE. 


Ifló 


I 


pour  sauver  le  monde  ».  Seulemenl  le  commericement  est  un  peu  chance  à 
cause  du  slyle  dans  te  passage  de  saint  Jean. 

A  la  fin,  ligne  10,  a<jot  semble  ètre  une  déformation  de  xoà  <roÉ. 

21 

UNE  PBIÈRE  CHRÉTIENNE 

Provenant  d'OxyrMyiichos.  Écriture  du  III'^  ou  du  commencement  du  IV"  siede. 

Ce  papyru-s  menurc  45  millimètroB  de  hauteur  et  157  millimètres  de 
largeur;  i'écritiire  est  une  onciale  rustique.  Nous  reproduisons  le  texte 
d'après  l'édition  des  Oxyrhynchus  Papf/ri,  voi.  Ili,  p*  I2-1H,  n"  407  de 
MM,  Grenfell  et  Huwt.  La  phraséologio  de  la  prióre  est  eelle  de  la  sainte 
Écriture;  on  peut  comparer  Psaume  cxlvi,  6,  9;  Apoc,  xjv,  7;  Matth,  vi,  13. 

Texte  snr  les  fìbres  horizontales  (Recto). 

jtai  tJ^v   yTiv  xai  ttjv  OaXaTTOy  stai  wxvTa  ri  Ìv  xuxQÌq 

à[jLapT(a^  ^w^ov  (Jti  fcv  tw   vuv  xotl  6V   t^   (iO^lovri 
atòjvi  Sii   ToC  xupt'ou  xap]   «Jfta^po^   rifi^v    iuffoO 

<K  O  Dieutout-puissant  qui  i\^  créé  le  elei  et  la  terre  et  la  nier  et  tout  cequ'il 
y  a,  aidez-moi,  ayez  pitie  de  mei,  pardonnez^moi  mes  péchés,  sauvez-moi  dann 
le  préseat  et  dans  le  futur  par  Notre-Scignour  et  Sauveur  Jésus-Ghrist,  par 
leqiielest  la  gioire  et  la  puissance  à  jamais.  Amen!    » 

Écriture  sur  les  fibres  verticales  (Verso). 

irpofituxTO  Priére.  Suivent  qnelqnes  nolices  relatives  à  un  compte  : 
{è^xy^Mi )  pp).^  d  rac  f imes  2 1 H6 . 

3^ii>p  (  )  li(Tpxi)  (irévTB  ^^uimà)  , , .  livres       5  f . 

Voir  sur  les  grands  chiffres  en  drachmes  notre  étude  dans  les  Séances  de 
lÀcadémie  de  Vienne,  CXLIX,  5  (Mtersindizium  im  Philogelos). 

22 

FRAGMENTDU    PASTEtJB    D'HRBMAS  (SIMILIT.  X) 

Provenant  d'O^yriiynchaB.  Écriture  du  III«  sièole. 

Ce  sont  trois  petits  fragments  d'un  feuillet  de  papyrus,  endommagé  et 
mutile.    L'écriture  est  une   belle  onciale   dans    le  caractère  du  in**  siede. 


Digitized  by 


Google 


196 


LES  PLUS  ANCIENS  MONUMENTS  DU  CÌIRISTIANÌSME. 


[102] 


L*identification  ingénieuse  de  ce  fragment  est  due  au  savant  M,  V.  Bartlet; 
la  première  édilion  a  éié  faite  par  MM.  Grenfell  et  Hunt  dans  les  OoDtfrhyn* 
chiis  Popìjri,  n**  404,  III,  p.  7^9.  C'est  le  plus  ancien  papyrus  qui  offre  dea 
fragments  du  livre  d'Hermas,  les  autres  dateet  d'une  epoque  postérieure*  Ce 
BOnt  un  papyrus  de  la  coUeclion  de  Lord  Amherst,  ed.  Grenfell-Hunt,  pars  II, 
p.  193-200  (iv*  siècle),  contonant  Visions  I,  2-3;  111,  12-13;  Mand.  XII,  i; 
Simitit,  XII,  2,  12^  17,  30;  Un  papijrus  de  Berlin,  ed.  Diels  et  Harnack, 
Acad,  Berlin.  Siizungsberkhte.  189!,  I,  pp,  427-431,  contenant  Similit.  II,  7-10; 
IV,  2-5;  enfio  le  numero  suivant  ' , 

Le  texte  grec  du  livre  d'IIermas  n'est  pas  connu  onlièrement;  par  le 
codex  Sinaiticus  de  Tischendorf,  uous  posse Jons  le  texte  de  la  Vision  I,  1 
jusqu'au  Mandai.  Ili,  2  et  dea  fragments  de  Mandat.  Ili  et  IV;  ajoutez  neuf 
feuilles  d'un  manuscrit  du  mont  Athos  qui  ontété  découvertes  par  M.  Lambros. 
Elles  contiennent,  avec  irois  autres  feuilles  qui  avaient  été  enlevées  de  ce 
méme  manuscrit  et  vendues  à  Leipzig  par  Ir*  fameux  Simonides,  le  texte  grec 
jusqu'à  Similit.  IX,  30,  §  2.  Mais  Simonides  possédail  deux  prétendues  co- 
pies  du  texte  eniier,  qui  sont  des  falsifìcations;  le  texte  grec  qui  existe  dans 
le  nouveau  papyrus  de  Lord  Amherst  est  tout  différent  du  texte  falsiflé  par 
Simonides.  Pour  le  texte  nous  ne  possédons  que  des  versions,  une  Vulgate 
latine,  une  autre  version  latine  du  codex  Palatinus,  et  une  éthiopìenne  ".  — 
Voici  le  texte  du  papyrus  d'après   l'édition  de  MM,  Grenfell  et  Hunt* 


I 


Texte  sur  les  fibres  horizontales  (Recto). 


Fragm.  a  et  b 


I 


Fragm. 


[ fv   ìl](ù  liv  [jièv  o5v 

[(jLÉxà  ffoO  icapa](A«voÙTt[v  càv  Sì 
[ lotp.&ac«*vT[ 

5     [ a7Ct>yJctìp7{eroyfitv.[. , 

[.  .  .  .al  yìp  xa]p6^>/[oil  a5T[at 
[14  lettres  perdues  alya-rzmi^  r[ 
[       10  lettres  >lyiu  aixw']  il7r[f]Cw  [m 

9    [       19  lettres  ]Ta  .[•• 

une  ligne  perdue 

11     [14  lettres       ]xxq  £i;  t[.. 
[  14  lettres      j^ai  5^iti[p  Sì 


1.  Haiiieur7^"8  largeur  5**  3,  roarge  inférleure  l'"2. 

2.  Des  fragmenU  d'une  version  copie  sahidique  soni  publié»  par  M.  Delaporltì  dans  (a  Hevue  i 
VOrient  chrétien  1^5  et  l'J06. 


Digitized  by 


Google 


L03]        VI.  —  TEXTES  DIVERS  DE  LA  LITTÉRATURE  CHRÉTIENNE.         197 

15     [Ta(  (&e  yifii  t]$  iroi(xivi  oW[a. 

[xai  mpTO<ici  Ttt]?  ivToXà^  T[a}i[Ta(; 
[)calTac  irapO<]vou(  h  xa6apoT7) 
[ti  )caTa<rn(ffet  TjotOra  e{[ici>v  tcJ) 
20     [iroifAivi  iroXiJv  irapj^[o>]xév  (jls 
[xal  tÒ^  irap6<]voiK  xxkitsa^ 
[       10  lettres     Xj^yei  aÙTai? 

Texte  sur  les  fibres  verticales  (Verso). 


Kragm.  a  et  b    [5  lettpes]v[..]i*[  [•]••[•>•[ 

[.  .  .].[.>.[.>[    ■  ['l"^< 

25       [.    .     .]k[.] [  35       [.].TIV [ 

[.]w*[.!]..al^[  [.].TÌl'.W..[ 

[.]v.  e(y[..]a..[  [..]w.  auy8iv[ 

[.]iùp.[  ..[.]<xeva  .  <i|jt[ 

[..]..[  y^il'.'.'.'.  ou[ 

Fragm.  e     3o     [..].[  ko     ix^  ^l[ìì]  ^wvaji[evoi 

[.]... [.]u[  ?vo)^oi  yc{v[ovTai  toiìtou  tou 

[.].-ic.tó[  ai[[i,]aTOC  iroi[erT6  ouv 

C'est  un  fragment  de  la  X*  Similitude  ;  le  Recto  correspond  au  para- 
graphe  3,2-5,  dont  voici  le  texte  latin  (versio  vulgata)  :  le  messager  du 
Pasteur  présente  à  Hermas  les  vierges  en  disant  :  e  omnes  habentes  gra- 
tiam  apud  dominum.  igitur  si  habuerint  domum  tuam  puram,  tecum  perma- 
nebunt;  sin  autem  pusillum  aliquid  inquinationìs  acciderit,  protinus  a  domo 
tua  recedent.  hae  enim  virgines  nuUam  omnino  diiigunt  inquinationem.  dico 
ei  :  spero  me,  domine,  placiturum  eis,  ita  ut  in  domo  mea  libenter  habitent 
semper.  et  sicut  bic,  cui  me  tradidisti,  nihil  de  me  queritur,  ita  neque  illae 
querentur.  ait  ad  pastorem  illum  :  video,  inquit,  servum  dei  velie  vivere  et 
custoditurum  haec  mandata,  et  virgines  has  habitatione  munda  conlocatu- 
rum.  baec  cum  dixisset  iterum  pastori  illi  tradidit,  et  vocavit  eas  virgines  et 
dixit  ad  eas...  »  (p.  114  de  Tédition  de  Hilgemfeld). 

(Verso,  SimiliL  X,  4,3)  :  n  qui  novit  igitur  calamitatem  huiusmodi  hominis 
et  non  eripiteum,  magnum  peccatum  admittit  et  reus  fit  sanguinis  eius.  facite 
igitur,  etc.  »  (p.  114,  1.  27  de  Hilgenfeld). 

Les  variantes  du  texte  grec  sont  considérables  :  1.  15  ol^a  =  scio  comme 
dans  le  codex  Palat.  et  l'éthiopien,  video  versio  vulg.;  18  èv  xaOapoTirri  =  in 


Digitized  by 


Google 


198 


LES  PLUS  ANCIEXS  MOXUMENTS  DU  CHRISTIANISME. 


[1041 


purilate  de  la  version  élhiopienne,  la  version  latino  offre  habikiiione  mttnda 
(in  habiiationem  mtiììdam);  22  les  versions  n'oiìrent  rìen  devant  Tiyci;  41 
evcr^oi  est  le  pluriel,  cependaiii  les  versions  ollrent  reus. 


23 


FBAGMENT  THÉOLOGIQUE  CONTENANT  UN  PA6SAGE  DTT  PASTFUB  D  HEBMAS 

(MANl)AT.  XI,  ino) 

ProTenant  d'Dxyrhnychos.  Écriture  du  Ill'^-nr'^  aiècia, 


Co  fragment  aété  publié  par  MM.  Grenfkll  et  Hunt,  Oxyrbtfnclnis  Papt/n 
I,  p*  8-9,  n^  V,  Cesi  un  feuillet,  fragment  d*un  codex,  ccrit  sor  les  deux 
cótés  en  onciale  nistique  de  la  fln  du  ni*  ou  du  commencement  du  iv^  sie- 
de. Les  abréviations  -oa  xc  t;  /j;  pour  7rvs'j|jLot,  x^ipio^,  linaoi;^,  Xpt<TT(J;  s'y  trouvent 
aìnsi  que  Tapostrophe  pour  distinguer  le  mot  JotmJ*  (verso,  1.  Ì4)  comme  un 
uom  d'origine  ètrangère.  Hauteur  du  papyrus  !2  centimètros,  largeur 
114  millimètres.  Le  passage  du  Pasteur  d'Hermas  a  été  constate  par 
F.  C,  CoNYBEARE  (ÀthpHaPum,  9  juillet  1898),  A.  Harnack  {Aeadem,  Berlirì. 
Sitztmgsberivhie,  14  juillet  1898)  et  V.  Bmxtlei  (Atheìmeum,  6  octobre  1898).  Jc 
reproduis  le  texte  de  MM,  Ghkwfell  et  Hunt»  L  c.  et  II,  p,  317  s. 


ÉCaiTUBE 

sur  les  fibres  horizontales  (Recto).        sur  les  fibres  verticale»  (Verso) 

TIV  ,  .[  TÓTI  ó  «YY*!  [.••  .,.  ...]  x[ 

\^i  TC»y  7rì*(£'j|JWtTo);  toG  7cpofìrr[t  [.]v  TCv(eii(A)[,.,.].  v[ 

XQ1J  ó  xifpLsvog  Ìtz^   CILUrt*ì  eit€[ 

ir[Xr}]p[ol  Tov  dtvftp«irtc]ov  xal  eov  [ ]w( 

5     7c>Tfi<i6el<;  ó  avflpwTTo;  ixit  x«[ ]  Tt[ 

XeTxaSw;  o  3c(tjpio);  ptóXere  (L-t«i)  •{**t.[,  *  .  .]  [xe[ 

ouTw;   ^avipòv  tare  (L-xai)  tÌ  pt'T[.  .  .   .  *]  «.[ 

7cv(eì;|jL)ot  T7Ì5  6eMm»T0c{.)  tò  yàp  tmi6,[.,»,,]o>[ 

lo     iirpo(pmTi3tàv  irv(fiiifiL)a  t4  <toì>  outi,..[»]ow{ 

^TflTDCTjg  Taieoj;  0   effTiv  [TJau  otvfl[pto]?co|  li 

TÒ  'Ttoji.ot  TT^;  <japxò^   'I(7)ao)S  X(pieTO)'j  if  atjpaviOK  |a[ 

TÒ  (Jtiyàv  T^  ivOpdiiriTTfi  fi  ^aiit^'  ev  irv(iu[ji«T)i[.,*».i[ 

16     Tt  Ì(i  Maptot^fO  5ti  Se  x(ypio)v  oarrov  €i^.[ 

Digitizedby  VjOOQI 


VL  —  TEXTES  DIVHRS  DE  LA  IJTTKRATURE  CHRETIKNXE. 


ìm) 


Le  texte  de  Hilgefifeld  (edition  de  1887,  p.  TiS)  offre  des  variaiites;  au 
commencement  :  ttitt^v  ^iìo*j  irveuf^aTo;  xaI  Svtsu^k  y^'^'^'^*^  ^f^?  '^^^^  ^^^^^  "^'^  «ju^a- 
yotr^'f,;  T<iv  xv^pùjv  £xe£v<«)v  tqte  q  iyytjXo;,  seiiible  étre  perdu  le  passage  xat  Ivt. 
jusqu'à  TÓTfi;  — ^1.  3  ó  xetjievo;  xpò;  a^TÓv;  —  L  .V  x^Tifo^tìà;  ó  avOpcoiro;;  —  L  6-7 
XaXiì  €K  To  if*À7i(fo^;  —  L  8  o'jtw^  oil^.  Le  passage  cité  du  Pasteur  (MandaL  XI, 
9-iO)  ne  contieni  que  quelques  lignes. 

L'oTivrage  semble  avoir  en  pour  siijet  un  Iraité  sur  Fesprit  prophétique  ; 
il  est  perdu  comnie  beaucoup  d'aulres  de  l'antifinité  chrélienne. 

Tmduvtion  .- «  *.,  >à  ce  moment,  Tange  de  l'esprit  prophélique  qui  est  sur 
lui  remplit  l'honime  et  celui-ci,  eonime  il  esl  plein  du  Saint-Esprit,  parie 
comme  le  veut  le  Seigncur;  aiiisi  paraitra  Fesprit  de  la  divinile.  >  Car  l'es- 
prit prophctìqne  et  Tessontiel  de  Tordre  prophétique,  e'tjst  le  corps  cliarnei 
de  Jésus-Chrisl  qui  par  sainte  Marie  est  devenu  honime..,  d 


24 

VIEITX  FRAGMENT  TUÉOLOGIQnr:  D'OXYRUYNCHOB,  N"  210 
Provenant  d'Oxyrbynchos.  Ècrlttire  du  III"  Biècle. 

Fragment  d'un  feuillet  de  papyrus  arraché  d'un  eodex.  Hauteur  173  mil- 
limètres,  largeur  87  millimètres* 

L'écriture  est  une  onciale  irrégulière;  on  y  trouve  les  ahréviations  Trp? 
t^dTpó^,  vn[.  'Itkiouc,  ^'j  8f«*  &fi<itj  tìe(T>,  «vOpitoJ^  £v0ptii7ro[  et  ][i9w  qui  n'est  pas  claire, 
Nous  reproduisons  le  texte  de  MM.  Grenfell  et  Hunt,  Oooyrhynchus  Papìjri, 
n*  2t0,  voL  II,  p.  9-10, 

KCKJTURE 

sur  Ics  fibres  horizontales  (Recto).       sur  Ics  libres  vertiealcs  (Verso)» 


rt 


[..lapTii[,..]al[ 

[fct]f i  otyyeXou  Xvf^ 

vdtrat  mi[ 

OUTO«  Ta[ 
CTI  t^ei  «[ 

TV  aip[ 


10 


to 


K 

]aya6o'[ 
Jtliyc  «[ 

>  ayfit[9 

]to[ 
>po*[ 
tìtyajtìov  To[ 
Jcvey'xo] 


Digitized  by 


Google 


200  LRS  PLUS  ANCIEXS  MONUMENTS  DU  CHRISTIANISMK 

OTtt[ 

deux  Hgnes  perdues 

te     aiivT[ 


[H 


15 


90 


U 


]a  tifj[.  KJai  «pa  t[ 

E]vey[x.  a]YaOo;[ 
jtapJTto^  S[fiv]Jpoo  ayotSou 

]to  e([it  ttxwv  me 

]o^  CV    [lOpf  1)    du 
]V   TOO    ilVflll 

JetTflti  opàtTa 
Jvrat  roti  flti[. 

]«tv0p7Cfk[. 


I 


I 


Dans  les  lignes  14- i 7  du  verso,  il  semble  étre  fait  allosiou  à  saint  Mat- 
thieu  VII,  I7-t9  et  saint  Lue  vi,  43-44,  passages  relatifs  à  Farbre  connu  par 
ses  fruii s.  L.  19  du  verso  est  peut-étre  en  relation  avec  PliiL  i,  6  o<;  e'v  pp<p7 
tìeoO  uTOpj^cav,  Cet  ouvrage  thcologique  perdu  semble  avoir  été  uu  récit  cu  une 
homélie. 

25 

IfìAGMENT  THtOLOGlQUE  D  0XYRHYNGH08.  N'  405 
(IRKNAEUS,  GONTBA  HAERESES,  HI,  9) 

ProTenant  d'Oxyrhynchos.  Écriture  du  II»  ot  Iir^  siècle,  (Voir  Pianchc  I,  Ti.) 

Ces  sept  fragmente  d'un  rouleau  écrit  dans  une  belle  onciale,  sont  évi- 
demment  les  restes  d'un  exemplaire  du  commerce  littéraire.  La  marge  su- 
périeure  de  Técriture  comptait  16  millimètres,  Tespace  vide  entre  deux 
colonnes  d'écriture  1  centimètre.  Les  abréviations  h  x^  ^^^  ^V  trouveiit 
également  c^omme  les  traits  angulaires  caractériaant  les  passages  cités  de 
Tóvangile,  connug  par  les  plus  ancìens  manuscrits.  Les  fragments  sont  tout 
pelits;  le  plus  grand  mesure  5**"  de  largeur,  S^'^S  de  hautcìir.  M*  J.  Armi- 
tage Robinson  (Aihefuwum^  24  octobre  et  7  novembre  19U3)  a  identifié  le 
texte  avec  colui  d'irénée  doni  noiis  ne  possédons  que  la  traductiou  latine; 
voir  aussi  Rendkl  Harris,  Afhenaeum^  14  novembre  1903,  Nous  reprodui- 
sons  le  texte  de  MM,  Grenfell  et  Hunt,  The  Oxyrhynehus  Papyri,  voL  IV, 
p.  264,  Appendix  ii. 


Digitized  by 


Google 


[107]       VI.  —  TEXTES  DIVERS  DE  LA  LITTÉRATURE  CHRÉTIENNE.         201 


l"   COLONNE 

[4  lettres  perdues].[..]..[iO  lettres 

Xpq 

[(TToO]  <Jou  [(&(jio<rev  x(t>pio)^  t]ù)  A[au] 
[ni  à]Xi60[eia]v  xa[l  o]u  jjitj  ìOe 
[T]7)[(Tc]t  [a]ÙTÒv  U  x[ap]icoO  r?; 

5      xoiXio^  <jou  Ov(a[o(Ajai  em  Opo 
[voo  aou  xa]l  ic[3cXiv]*  yvoxrrò^ 
[iv  T^  louSaia  ó  6(«ò);  x]ai  èycwi 
[Ohi  èv  eìpi^vi^  ó  tóJtco^  aùroO 
[xal  To  xaTOvxTìTìipjiOv  auToO 

10     [iv  £ib>v  ó  iwò  T«v]  irpo^[T]w(v) 
[x7)pu<xffó(xsvo](  xal  inrò  toO 
[€ÙayyeX{ou.  ]Tayy£X[X]({[i6 
[vo^  xal  6  o(iò)c  ix]  7rap6iv[ou] 
[       iO  lettres       ]ou  xal  tò  [ia] 

15     [Tpov  'Hdxioc  ptèv  o5]tcik  [i 
[irpo^T^Tiufftv   àvaTe]X[«r 


II*    COLONNE 


[ Xte]av[ov  8i  ori  e(eò);  ó 

[xal  yvjoxjTÒ;  [év  t^  'louSaijp] 
20     [Y6v]<((avo€  x[al  èjA^avr)^  tov;] 
jjLY)  ?^7jToO<nv  [aÙTOv  xal  tei] 
ToO  ^7rT[t<i[&oO  9U(Ti  MarOar] 

>  oc'  «ve<à[3^6Yi<xfltv  01  oùpavol] 

>  xal  el^ev  t[ò  •7cv(«ujiL)a  tou  6(co)0  xara] 
25  >  Satvov  òq  ir[6pt^T6pàv  xal] 

>  6p^ó(uvov  e[(;  auràv  xal] 

>  I^où  ^v[tì  ix  Tòiv  oùpavóiv] 

>  'kiyo(j(j%{')  <xù  e[i  d  u(id)c  piou  ó  aya] 

>  XTfjTÒ^  [é]v  o)  [t\j86ia^(i{')  où] 

30     yàp  TOTe  ó  X(pi<rTÒ);  [xaTÌ€ìi   e{;) 

TÒv  'l(ti<joD)v  oui'  a[XXo<  jxàv  ó  X(pi<rro)c] 
aXXo?  il    'I[(TQaoO)<   àXXà  6  Xóyo;  toO] 
6(eo)u  ó  (TCi)T[iip  wxvTwv  xal  xu] 
pieu<i>[v  oOpavou  xal  y^c] 


Col.  I,  1.  12.  Le  texte  latin  porte  ici  annuntiatlLS;  mais  è]7wtyyeX[X]o[(xevoc  ne 
va  pas,  parce  que  la  première  lettre  est  t  ou  y. 

L.  13-14.  Le  texte  latin  est  beaucoup  plus  long  :  et  huius  filius  qui  ex  fruciu 
ventris  David,  id  est  eco  David  virgine  et  Emmanfielj  cuius  et  stellam,  etc. 

Col.  II,  1.  28.  Le  texte  de  saint  Matthieu  est  cité  sous  la  forme  que 
nous  offre  le  manuscrit  D  :  où  ejT  etc,  au  lieu  de  ouró^  E<mv  i  utó;  piou  oyamiTÓcet 
&c  (1.  25)  au  lieu  de  &9ti;  saint  Irénée  a  donc  connu  le  texte  qui  est  mainte- 
nant  représenté  par  le  codex  Bezae. 

L.  31.  Le  texte  latin  est  :  in  lesum,  neqxAC  alius  quidem  ChristtM. 


26 

DEUXIÈME  FRAGMENT  THÉOLOQIQUE  D'OXYRHYNCHOS,  N-  406 

Provenant  d^Ozyrhynohos.  Acritnre  do  UV  sièole.  (Voir  Planche  I,  2.) 

C'est  un  fragment  d'un  feuillet  arraché  d'un  codex  en  papyrus  ;  les  deux 
cdtés,  en  effet,  sont  remplis  d'une  belle  onciale,  écriture  épaisse  du  iii*  siècle. 
La  hauteur  du  papyrus  est  de  105  millimètres,  sa  largeur  de  65  millimètres;  la 
marge  supérieure  mesure  32  millimètres,  la  gauche  2  centimètres.  Texte  de 
Grenfell-Hunt. 


Digitized  by 


Google 


202 


LES  PLUS  ANCIENS  MONUMEMS  DU  CHRISTIAMSME. 


[108] 


ECRITURE 

sur  les  fibres  verticales  (IH)  Verso,  sur  les  fibres  borizontales  (=)  Recto. 

"Xaou  Trj'^Toy  x[ai  tok  lùaiv 


](p(Tt(y) 

].a 
]eri,[.].,[.]fffltvu 

l-p[ ■- 

]<i>irou  Tjto;  Òli 


ò        (JLlliTOtV   (JtlS    1C[0TE   t^ùXyiV    TOT;  5 

<Jtv  flbcriU(yw(jt[v  xai  ttì  scapata 
<7tivdjitv  xat  s^TCt^Tpeiojdtv 
xa^i]  VL«|(Tt:)(Jwti  af^TOtj? 

Le  passage  iTcax^^S"^  Y^P»  *^**^»  *^*^*  Isaìe  vi,  9  cité  daiis  Tévaiigile  de  saìat 
Matllìitm  xiji,  15  et  dans  les  Actcs  des  Apòtres  xxviii,  27,  lei  le  texle  est 
couforme  à  celili  du  Noiiveau  Testamenti  tandis  que  celui  des  Septante  offre 
aÙTwv  après  è^iv.  Par  un^  faute  assez  frequente  dans  le  grec  de  eette  epoque, 
ia<70^oci  est  écrìt  au  li**u  de  ta^TùJp^xi. 

Au  recto,  rabreviation  s^Tauptupisvo;  Xfpt^rró);  est  extraordinaire. 


27 


UNK  INTERPRETATION  UE  MOTfi  IIKDHKUX  UE  LA  BAINTE  EGRITURR 

(ONOMASTICON  8ACBUM) 

Meritare  du  commenoement  da  IV"  siècle. 

Ce  papyrus  appartieut  à  la  bibliotbòque  de  Heidelberg  (n'*  i359),  fonds 
Reinhardt;  sa  provenance  est  incoiiuue.  Hauteur  172  milHmètres,  largeur 
105  millimètres;  marge  supérieure  25  millimètres,  marge  gaucbe  2  cen- 
timètres.  L'écriture  est  sur  les  Qbres  horizontales.  On  a  pliè  le  papyrus 
vertiealement  en  deux,  puis  horizontalement  suivant  des  distanees  de 
15  millimètres  à  3  centimètres,  M.  Deissmann,  le  premier  éditeur  qui  Va 
savammont  commcnté,  pense  que  ce  fut  une  araulette  ou  une  copie;  ce 
n'esl  pas  un  fragment  d'un  livre  de  commerce,  car  il  a  la  forme  d'un  feuillet 
de  codex  sans  avoir  Técriture  sur  les  deux  còtés  comme  cVst  le  caractère 
d'un  codex. 

D' après  FintroductioD  du  Liher  interpretationis  kebraicorum  nominum  de 
Saint  Jerome,  écrit  entre  386  et  392,  deux  auteurs  grecs  s'étaient  occupés 


I 


Digitized  by 


Google 


i]       VI.  -  TEXTKS  DIVERS  DE  LA  rjTTEnATLlRE  CHRETIENNR. 

du  mi^me  sujet,  Philon  et  Origene;  les  élymologies  de  ces  dcux  auieurs  oiit 
èie  roriginal  doni  nutre  papyras  nous  conserve  un  exlrait  écrit  ein<|uante  ans 
pnviron  après  Origene,  quatre-vingt^  ans  avant  saint  Jerome.  Voici  le  texte 
et  l'exlrait  du  conimentàire  de  M.  Dkissmann,  tìie Srpluaginki  Papìjri  unti  amine 
nlk'hristliche  Texte  Vemr(fentlìchungen  ans  der  lieidelbertjcr  PapifruS'Sammlung 
1905,  p.  86-93,  Tab.  57".  L'ordre  est  alphaljótique. 


lu 


15 


20 


* 

FKXTB 

TBAWSCRIPTION 

APIMA  IHCOYC  iCùCCOTHPIA 

apt[i^ 

ItjCOU^  Im   (JtùTTipioL 

APIHA 

<|>00CMOYeY 

apinX 

(p&<  pti  Oeoù  (l.-4e^) 

AZAHA 

ICXYC0Y 

aXiarìk 

l^u^  ftioy 

(mot  elTacé) 

ICOMAN 

lACOniCTlC 

ici>[j.av 

latti  iricTt^ 

IQBAB 

103  nATHP 

ictìSaS 

tti*  icarnp 

HAIHAICAZAX0ANI      eeMOYGe 

71>.t   'dXi   (70lI 

,ay8avt  SIC  :  Hti  [xo'j  Oft  (aou  k  ti 

MOvecTiMeeNKATeAtncc 

fjii    ÈvKaTfXlTTE; 

ANAHA  XAPICSY 

otvaviX 

yapi?  OeoD 

iOYAAlCllAOOeìOLMOÌAOrHCIC 

touSa; 

(a<a  e^o[(jLrj  IXoyxTt^ 

[liePAHA 

OIKTIPMOY 

lepaTjX 

ofxTtpjxoO 

Lìje*eA€ 

ÌACOAIANOIZIC 

u^bat 

lacii  ^idcvoi|tc 

[llCaNAOAN 

ìagoaoma 

iGJvaGav 

iat(o  M^a 

[IlePOBOAA 

AIKACMOCANCOTe- 
PO[CÌ 

tepo6ri«>. 

8txot'7j/A;  avii>Tepo^ 

[i]a>CH4> 

lAGonpoceeMA 

iùàrrfi^ 

tati}  irpdcrOEU.a 

[HCIAIOY 

enAPCiciAO) 

Tjffaiou 

Eirapatc  laen 

[•••]-AAM 

KATAHAYCIC 

.\aLfj, 

xaTxiravat; 

ÌAXAZ 

ìaojkpatoc 

lajCotC 

latij  xpfltTt); 

[IJAKIN 

ìacoanactacic 

tx>civ 

tati>  avac^TocTt; 

lAG) 

ia('> 

["-JP- 

[...]|,, 

KATHC 

AnON 

?CXTTj5 

aytov 

MAANA 

eKnAPAKAHC[eG)C] 

|j,aavat 

ex  irapoex'X'y]'T[ecii^] 

MAFABAHA 

AiArA0ONe:c] 

(jLxyaSxT)^ 

Si*  ayaBàv  tì[fc<{;] 

M€AGXeiHA 

BACIA€YC[MOY  ©Ci 

^LskiyEiril 

.     pa^n'XEu;  [jiciu  Sió^ 

HA[r 

eCMOY 

lìXt 

0«ó;  pu 

On  trouve  dea  passages  aiialognes  dans  les  Onomastira  Sacru,  éditioa  de 
Lafjarde  iiuì  contieiit  le  Uher  inti^prelafioms  de  saint  Jerome,  VOmìmìstiCum 
Coislinianum,  plusieurs  Onomastica  Vaticana  et  les  Glossae  Cijltnrtinae;  il  laut 
citer  aussi  les  étymologies  dn  manuscrit  Q  des  Septante,  dit  Unomasticon 
MarchaliaHum  chez  Klostebmann  dans  la  Zeilscltrifl  fùr  altiestamenHiche  Wù^ 
smschafl  XXIII  (I9U;ìKik   I:i5-140;  les  étymologies  de  Philon  le  Juif  sont 


Digitized  by 


Google 


LES  PLUS  ANCIENS  MONUMENTS  DU  CHRrSTIANISME. 


[110] 


I 


éludiées  par  C.  Siegfried,  Phih  voti  Alegoandria,  1875,  et  Phihmische  Studien 
chez  Merx,  Archiv  fiir  ìrissenschaftliche  Erforschung  des  Alien  Testnments^  IL 
2(1872),  p.  14:M63. 

L.  1,  L'étymologie  awTTtpia  x^ptoj  est  philonienne  (Siegfried,  Pliilo,  p.  Mì&); 
au  lieu  de  xupiou  Io  papyrus  offre  tw  ou  i%m, 

\  L,  2,  La  méme  étymologie  est  dans  le  Marchalianus,  qui  a  pour  orìgiaal 
les  étymologies  d'Origene.  Apm>.  ^bi;  pn  ofTrent  les  gloss.  Colbert,  p.  201'**  et 
Api  (fù(;  {wtj  les  mémes,  p.  201*^. 

L.  3.  Coniparez  kì^xrfk  Itr/y^  ftsoìi,  Colhert,  p.  20l-*  (cf,  Vatimn,  p, 
IH6"»  fj. 

L,  4.  ìiù^"*  iopaTùu  irtene  CoUliu,  p.  170*  sq, 

L.  6,  Lisez  l4»oe6f  aussi  It«)a6  iópaxo;  icatTìip  Coislin,  p*  170"^  stj, 
[        L,  7*  Le  passage  de  la  nainte  Ecriture  est  Matth.  xxvii»  46;  Marc  xv,  34; 
yfki  Tiki  Xftjjia  TaéayOavt  Oei  [iou  Qes  jxoit  tvxTf  {xe  lyxaTrAiTTS;  F^U/m/l,  p.  175**  sq. 

L.  9.  Comparez  ayxn'k  x^'^  ^s^'J  Totrewcaffi^  SeoO  Coislin^  p.  162^*  sq. 

L.  10.  Comparez  Phìlon  (Siegfried,  p.  366)  xupiou  £;o[jlo>.6ytì<tk ;  Clnnen!  d'A 
lewandrie  aw?[(i>v  ttììv  irpòc  Oeòv  ó{to*Aoytav ;  Fcfiimtt,  p.    193**   louiìa;*  i;oji/AóyiiaK  r, 
Uxvd^dt^;  xupiou  etc. 

L.  IL  A  comparer  I&p€fi£Ki"A  tiExTippLÒ;  Qio^  Valkan^  p,  192'*  et  à  corriger  ici 
lepapaìj'X  et  oixTtpjxò?  fleotj. 

L.  12*  De  méme  le^tìoti*  iati»  5t«vo'.^tCt  Ì'kt.ttiilÌ'^q^  Coìslin,  p.  169^^. 

L.  13.  Comparez  IwvafJxv*  aopxTOU  awreAeta^  aopxTOu  8o|xat,  i^ipiaTipa,  irspiarepà^ 
So[xa  Coidin^  p*  171*  sq. 

L.  14.  Comparez  Iepo€aa>.*  TreipaGfiii;  OeoO,  avtaxepo;,  Stxa<ipiò;  dcvtirfcpoc  Coislin, 
p.  169«=  f. 

L.  15.  L'étymologie  de  Philon  est  x^pton  TrpoiiOf^jtc  ou  ■^^fihu.r  (Siegfbibd; 
p.  193,  366).  litìfTfiY   i3Ltu  TCpOGtìyjXTj,  àopaxfj'j  l'^oSo;,  aopzrou  Se;ti,  l;o^o;,  l'alia,  xpó<r- 
H&*mCoìslin,  p.  171**  sq. 

L.  16.  La  restìtutìon  est  foudée  sur  Hoaia;  crxiaapiò;  -o  eTcatpct;  fieoG  Colbeì% 
p,  202'^ 

L,  18.  Corrigez  Itiiocya!^  selon  Icda^a^  àopxTOti^  xpixoc  dtopàToy»  JJvajxt^  otopocTOu 
7Mx<k<rj(i(Si<;  Coislin,  p.  nO"*  sq, 

L.  19.  Un  passage  analogue  est  laxtv  àviaTa-r^,  àopotTou  iv«<jTa<jt;,  %xkn  Cois- 
Un,  p.  167'*  sq. 

L»  22.  xaTTic  est  une  fante  pour  xaSnq,  Philon  offre  rétymologie  xa^Svi;  dtyto^ 
(Siegfried,  p*  367).  KaSr,;  iytw  dcyta  Coislin,  p-  Ì7F*  et  ainsi  tous  les  autres 
interprètes. 

L,  23*  Le  passage  :  Manaa  requies,  chez  saint  Jerome,  p.  39**,  a  pour  va- 
riante Maana  requies  et  Manaa  consolatio  (c'est  le  grcc  Tixpaxlr.ai;)  vel  requies 
est  une  autre  interprétation,  le  méme  p.  39* \  Les  lexiques  grecs  n'ofìrent 
pas  cette  élymologie. 


I 


1 


Digitized  by 


Google 


[Ili]       VI,  -  TEXTES  DIVERS  DE  LA  LITTKRATIJRE  CHRRTIENNE. 


205 


L.  24-  Lisez  [xctTotSaTiX  et  comparez  Meelabel  quam  bonus  deus  ehez  saint 
Jerome,  p.  8", 

L.  25*  Comparez  saiut  Jerome  :  melchitiel  rex  meus  deus,  p.  8^*.  MeV/yiX 
PanùiiaOeoù  Vatican^  p.  195*'. 


TRANSCRIPTIOPt    DITINE    ET    TRADUCTION 

Jesus  Jéhova  est  le  sai  ut 
Dieu  est  ma  lumière 
la  force  de  Dieu 
Jéhova  est  la  foi 

Jéhova  le  pére 


ARtMA 
ARIEL 
AZAEL 
lOKIAN 
IOAB 

ELI  ELI  <LAMMA>  SA(B>AKHTHANI 
Mori    dieu,    mon    dieu,    pourquoi    m'as-tu 

ijbitndonné? 
ANAEL  la  faveur  de  Dieu 

lOUDAS  léhova  est  la  confessron 

IER(A!MA>EL     L'i  commisération  de  dieu 
lEPHTHAE        léhova  est  la  porle 


lONATHAN 

lehova  le  présent 

lEROBOAL 

la  juslice  supérieure 

lOSEPH 

léhova  Taddìlion 

ESAIE 

élever  son  cteur  à  Dieu 

JLAM 

le  repos 

KO>AKHAZ 

léhova  la  force 

lAKIN 

léhova  la  résurrection 

KADES 

saint 

MAANA 

la  consolation 

MATABAEL 

que  Dieu  est  boii 

MELEKHIEL 

Dieu  mon  mi. 

ELI 

mon  Dieu 

28 


VIEIL   HYMNE  CHBKTIEN 


IIF  et  IV*"  siècies. 


Cet  hymne  est  écrit  dans  une  seule  grande  colonne  de  !95  millimètres  de 
hauteur  et  24*™  3  de  largeur  sur  le  recto  d'un  grand  morceau  de  papyrus, 
qui  a  26*^4  de  hauteur  et  SI'^^S  de  largeur,  Les  marges  cut  2  centìmctres  à 
gauche,  l^^'O  en  haut,  5  centi mètres  en  bas,  5  centimètres  à  droite.  Ce  sont 
vingt-quatre  vers  d'écriture  en  ordrc  alpliabétique,  car  rhyrane  est  acros- 
tiche.  Chaque  vers  consiste  en  trois  partìcs  dont  chacune  commence  par  la 
méme  lettre.  La  construclion  métrique  a  pour  base  deux  principes  :  Fun 
est  celui  de  Tancienne  poesie  grecque,  Temploi  alternatif  de  syllabes  longues 
et  brèves;  Tautre  est  raccentuation  des  syllabes.  Les  deux  systèmes  pratiqués 
en  méme  temps  rendent  diffìcile  Texact  établissement  du  mòtre  qui  doit  se 
représenter  par  le  schèma  ^  '     mi  "  r     i     r       Les  syllabes  aecen- 

tuées  comptent  dans  le  vers  comme  les  longues,  par  exemple  : 


—     r 


La  longueur  des  voyelles  brèves  produite  par  la  position  devant  deux 
consonnes  ne  se  compie  pas  : 

Tiv  wpK?£  Wi  6  J  e  Tiro' tu? 


Digitized  by 


Google 


i 


206  LES  PLUS  ANCIENS  MONUMENTS  DU  CHRISTIANISME.  :il2 

Lcs  diphtongues  et  voyelles  longues  qui  ne  sont  pas  accentaées  mais  yoi- 
sines  des  autres  syllabes  accentuées  comptent  pour  brèves  : 

Evidemment,  c'est  Tart  métrique  populaire  qui  a  été  ainsi  protégé  comm^ 
le  rythme  dans  les  chauts  latins  des  églises  romaines. 

Voici  le  texte  qui  a  été  publié  par  MM.  Grenfell  et  Hunt  dans  les  Amhmt 
Papyri,  Pars  I,  London,  1900,  p.  23-28. 

Transcription  du  papyrus  : 

[..,]«. uvOvaviiTcoc'  :  aOavaT  [21  lettres  perdues]  vaTov^cwjvivxXa67i<7 
^uvOEa|iAv€fUYeaavo|jLOu[:]^20  1.  Jivtxaurov  irpoaayaTmv 

yapiovYìXuOeoéocdiXYìo^  :  Ya[iovx.v.[.,]X.  [14  1.].  iva[iY)ffoc^vi<n)<; 
5u(Tipii(JLa<it;jLY)xeTi>.x>ci  :  SiyaTCtìveiCKTei  [15  !.].[... ]...o>.a; 
5     epj^ovrat  tivé  Vicpofiarivoic  :  ev^v)(ii.aaive<;(i>06vX[13  l.j.TcjxaxpoOev 
^DTtJ^r.cai  (jLsOoYUdv  :  ^[.Jti^wtov  ivaXaéy)  :  T^ri[l5  1.]  (fìrfn 
Y)vs(iLaO£(TeX77tJaxpaTi  :  7iv<opi[.]6vc£0^6<y7roTYi  [14  l.J.Xov 
0<n)>.o6eviro>.>axo(At(Ta<i  :  6avaTo[.]TpiTOinfi(AaTeX6(Tot  [11  1.].  £ti...  aJouc 
iaowa6a>vemTOUTOi<i  :  ìiccavoTivttTatirocpej^co  :  ì[va..0av[..]oinr8pv'irE(ni 

10     xa'XaetatvTa0e(T(xaTOu6u  :  xaTa7cavTaTuicoiGU7rojx£v[. .]  :  xa>.T)v^ciiY)v'ivaXot6Y)9 
XooGa(iLevoc£viopJavYi  :  Xou<;a[uvo(T£vtTu?70t<;  :  >ouTpov[.]o  xaOop^ovtx^t 
[jL£iva<i£inpa^£TO£vopi  :  pi£YaXii>(T^u?roica'0'ouvo(i(.ou....YY}GatuTo<;£CY) 
vuvstpyaeTocixXr.povopa^  :  vuvx£pov£j^[..]aoTi[....]vuvTOia7rivcr>«ivjjL£YaXo<i 
^£vou(TSt7revOa&iaTp6fiv  :  ^£vouaxx|iLYi&iiV(tevoua  :  [ ]£T0icupiva9ttYì) 

15     oveirejx^'fVTraTYipvvxiraOY)  :  oXa6tì)v^<i)7)vxt[.]vva[ Ipatocatìflcvotaiaa 

7rai<ytv^[.]u7iy'YeXi2^£XcY<i)VirT(dj^oi6affiXiav6. . .[ ]£ivxtxX7)povo(i.t'ac' 

pawi?^[ JfiviTuwoKT  :  po7nr,vivotwavTairapcjj^ci[ ]avaTovvvoX6(ryì 

au6a[....]va5Ta<ivviSY)(T  :  auTo^civaia)vv[.]vv[ ].^TttvtvaXa6i)(r 

Ta[.]£a[....]aoXaXuwo(uv(i)v  :  ra  S£Wip'nfi(iiaTa..[9  l.]p^€£pov7rapavojx.oiff 

20     uiro'nQ[.]xapivY)'X0£(Taxo7ca>(T  :  uTraxouEircvTjaiv  [14  l.]vo<rfiDX£TtXaXt 
[14  1.     }nT07cuj5^€6povii(Tai)^pov  [16  1.]  oxupwopavojAotd 
[22  1.     ]y(9X0Li(rcniuxò(Vfiiù  [13  l.]7rup7rapxvo(&oia 
[23  1.      ]aiv'^ocX|xoucr[AeOaYi(i>v  :  ^JA>j^Y)v.[.]TciravTOTeTp£^£iv 
[22  1.     ]  :  idV8XaOe(T|iL7)X8TiXa6if}G  :  cdVfiirevcoUVaXaSiQa 

25     [23  1.     JavaTovo'jxeTvS'JVTi 

Voici  un  essai  de  restitution  de  notre  texte  : 

1  [A...J..UV  6(cò)v  av A6avaT[or^o'-  Md^JvaTov  J^w^v  iva  Xiff^jC. 

2  Bapùv  OeG{JL&v  l^uye^  «vojjlou  Ba «'««'««'  ~  B^^f  xa&ròv  rpò;  àyain)V 

3  rajAov  "iiXuOe?  paeriX^  rdé|Aov  xw^rw^r-  F^' iva  [Ali  d'  à^vuni;. 


Digiti^ed  by 


Google 


[113]     VI.  —  Ti'XTKs  Divr':r.s  dk  i,\  i.ittkratuhe  chri;tm;nm>;. 


207 


At^al  p>f;xx'7i  (X7]X£Ti  XaXst,  A{ya  twv  foia '^t-»'  -  A^w'^^^'w^  o>.a^. 

"EpyovTai  Ttvi^  irpofiotTivoi^  'Ev  ayTf([m(riv  e<iw9Ev  >[u5tot,  ^ExtyvwfjE^ytìÉ |   te  [AxxfoOev. 

6  ZTfjTfii  ^Tifrati  (Actì*  àyitov,  Z[7Ì]Tft  C*^^^^  *va  X3t6Tj<[c>j  Zi6[t£e  to  TTJp  iva]  Ywyjj<;4>. 

7  *'Hv  £[/,xOe^  e^Tui'Sa  xpicTet*  "Hv  fiptie  <T{ot)  fj  JggTCQTn  ?  *H(tspav  oi^^svl  Jyì]).&v, 

V  'InrjToC);  ó  -aOtov  i-t  TOUTOt;  sItt^v  oti  vojtx  77xp£ytt>  "hot  [r/j  Oxv[xt1c;»  7;£pm£(rf,<;^. 

Il»  KxX'  €i<xt  TX  Oiafirà  TO'j  H(£rj)»j*   KxTX  7CXVTX  TUT^ot^  ÙTcofjLEvLfit!  KxAvjv  ÌJtov;v  tva  X«€ìJ5, 

Il  AouGsejJLevo;  cv  MopXavvj,  Aou<Tx;Aevo^  evi  tuitoi;,  AouTpiv  [tIò  JWtOxpiifiV  lyst. 

l'i  Mn'va;  £7V£ipx^£T*  £v  op£u  MfiyxXto;  (^'  Oitò 'v^^^ -^M *>«' — ^ auTO^  et7)<^^. 

li  NOv  epyx'TXt  xl7]povo[/.tx;y  NOv  ^xipov  tyti^  Sri  [StSw^]  NGv  tok  :7£tvtTjct  [/cyxXca;, 

l'i  Emù;  £iic€  6{€Ò>c  SixTpi^civ^  Sivou;  xx*<l>  p,  ^uv<x>|/.£vou;  lEevt?^  2  ti  TrOp  iva 

u  XK  £Z£[i.tj/£  TTXTTip  tvx  TtxOy, ,  '()  XaSiiv  ^c»i7;v  xt[w]v{fatv,  'O  "Xaéfciv  x]pxTO^  iflxvotg^a^, 

hi  Ilat'Ttv  è'  ,  £;ijY;yy£'XtJ^£  Xeywv    ll-wyoi  fìxTiXetav  Xx€[wTtv  llxlSe^]  Eivoti  xX>ìfQvo[A{x;. 

n  *l*a7Ci<r|uitvo;|  svi  tuttoi;  'PoTrìjv  tvx  ^avrl  %a^vf^t\   'Pyj;x;  8|xvaT0v  tv'  dXi^nj* 

18  2ù  Ox[vwv  rjv'  k^tinraciH  iSt)?,  Su  tò  ^c  ?v*  atóvi|o]v  T([i/i;,  £v  9(fò)vl  ©(Ìtùjv  tvx  IxÉt»;* 

IO  Ti  [5*1  i|^vx7^]a*jXa  1utvo\i*>>[/ìv(i>v,  Ti  Aà  <i)cipT7j|xaT'  «[iri^rot^,  Tq  5ì    TT^lp  ^o^spòv 

TCatpavofjLot^. 

2»  'Vrò  T-/5(^v|  j^apiv  -JiXfJs;  iy-oVoj;'  *Wx;tou£  tp^vy]<xiv  [atToGertv,  *ìV£p7)9flt]vw;  [jltxÌti  XaXfit. 

21  [<t>o6£p6v  vu^  e'j'ti  tò  TCìip,  «toScpòv  cf;  iel  jj^póv|Dv,  <I>t)6£p6v  ye  xlàiriip  Tratpxvdfxoi^, 


2^ 
là 


[X(pi*7TÒ);  .^wr^%*r  -1  X(pt'3TÒ)^  XXI  <7T£;j.[jLx6'  déyiwfv  X(pt«TTà)^  xal]  7d>p  zapavfjaot;. 
„^»„«f„^r  -  ^VXXjwv  <|/a\;i.ou^  jjLfift'  iytV^  M'V/r.v  iXflye  TravroTt  Tpe^etv. 
»«^'ww^  — ]  'llv  i'[/.x')£;  aTr:x.!Tt  Xy.Qvj  ^£iv  £111= v  cot  Tvx  XxSv^:;, 

[MocOÒjV    %Ì   tÌ   ypXtAJAXTX    TXOtX   TpeVv    H  XVXTOV    O'JXÌT'*    i5i>VV). 


Les  rcslitiilions  du  Icxlt!  soni  diif*s  ì\  MM.  GieiilVIl  vi  Huiit;  seulemcnt  j'ai 
siippléé  des  lacunes  daiia  k^s  lignos  5,  7,  IT»,  17,  19,  22,  2:i  ti  25. 

Daii^  la  V'  ligiMN  Oli  [leiit  ìivv  aprrs  Q(£Òv)  ^  v  i  tv  oc'  ;  le  Irait  à  la  lia  inarqui» 
le  eommciicemcnt  d  un  iiouveaii  v<*rs,  cf.  K  2!  Tcyp  . 

L.  2.  A  cause  des  circnnstancos  métrìfjues,  il  faut  ohanger  Fordrc  des 
mais  {ixpòv   i'yjys;  Oc<i;xòv  ivriao^j  ^^^f^^     s^s^'-.   Après  la  laciin»*,  on  prut  hésiter 

V? 

dans  la  le*;on  ;  ]ivtxauTQv,  ctc. 

L,  3.  Lcs  cditeurs  coinparcnt  j^aint  MaUbiru  \  1,  tf»  i^xvi^ouGtv  yip  tx  rpó'jwTCot 

«UTl*iV. 

L.  5.  (]f.  Saint  Matthiiat  vii,  l.)  'J^s'jr'JoTrfo^viT^jv  oìtlvè;  ^'pyrjVTai  irpo;  jF^a;  iv  ev<5'j- 
oot'ii  TrpoéxTtov,  iVtJjEv  f^E  s^/Ti'^  Xijxoi  xpTTxys;*  .rai  restituì  iTvtYvùaiGtìc  d'après  saint 
Mallfiieii  \iu  K;,  20. 

L.  7.  Cf.  ópOi  '/i(AÌpav  Epilre  aiix  lluiirrux  iv,  7;òfwxi  to^j;  xxtir/;;  Aeies  des 
Apòtres  XVII,  26. 

vxm.  on.  -  T.  n.  Digitized  by  GODglC 


20H  Li:s  rLl  S  AXCIKNS  MUNUMKNTS  Di    CIIHISTIAMSMIC,  [ll4j 

Vù>  ? 

L.  8.  Oli  peni  lin^  à  la  liu  de  !a  ligup  ^i.stisvj.  aSoufj. 

L.  10.  Le  iiiètre  seiiible  ètte  celiù-ci  :  x^cax  et^jtv  ri  8ia;jiì  toO  Osoc^^^r^wr  ^^  *  ^ 
el  daiis  L  I  1  :  ViUcyau.4vov  tv  lopS^vy,  —  '  ^- ^ '-^  ' — 

L.  m  Lisez  Tcat^^lv  <J'  E^jTfiYYfi^t^fi  >^-'y<*ì>'  -^w^f^^»-  ;  à'Xwct  est  le  subjoiictif  mi- 
piove  pour  le  futur  conimc  il  Test  souveiit  daiis  li*  grec  du  iiioyeu  àge. 

L.  18.  CI'  Saint  Jean  i,  17  toj  ::aTpi;  t^v  (p(.>T(ov  (GreiilVIl-IIuiitK 

!..  19.  Tittfr/j^aTa  est  le  tressMilleniciit  cuiiiUK'  «lans  Ir*  n<*'u-grec. 

TIUPUCTIUN 

1*  a  ...  Alili  que  tu  re^^oivcs  la  vie  éternelle. 
2.  Tu  as  cchappé  à  la  constitiitioii  de  l'injiiste, 
li.  Tu  es  venu  k  la  ance  du  roi. 
^i.  Ne  parie  pas  d'une  iiiaoière  ambigue. 

;j,  11  y  en  aqut  vienueiiL  ni  liuliita  de  lirebis  iHuut  au  drduasdes  loups;  vous 
les  conuaitrez  de  loia. 

6.  Tàelie  de  vivreaveclcs  saiiits,  t*^che  alia  quetu  re^'oives  la  vie,  lAclie  afm 
que  tu  éehappes  à  Feiifer. 

7.  Tietis-toi  à  IV^spérance  qut*  tu  as  eonnue.  Persoiiue  ne  couiiait  le  jour 
que  Dieu  t'a  lixé. 

8.  Dieu  V6i  arrive  portaut  (le  salut)  après  av(»ir  vaini^u  la  lauii  d'uu»'  triple 
vìctoire. 

9.  Jesus  a  souiTertpour  cela  disant  :J'ofl'reinon  dos  {aux  plaii/.s)  atiu  que  tu 
re^*oives4  la  vie. 

10.  La  loi  de  Dieu  est  belle;  qu'elle  soit  rexeniple  à  suivre  afhi  que  tu 
regoives  la  boune  vie. 

11.  (Jésuiì)  lave  dau3  le  JuurJain,  lave  conirae  exeuiple  (du  Lapterae),  ale 
baiu  de  rinnocenee. 

12.  11  restait  à  la  montagne  où  il  fui  induit  en  teutation. 

Vi.  C*est  maintenanl  que  tu  peux  devenir  héritier.  Maintenant  est  le  tempii 
([ue  tu  donnes,  maintenant,  rìcUenient  aux  pauvres. 

14.  Dieu  a  comniandé  de  donner  de  la  nourriture  aux  mendiants;  sqv^  les 
niendiants  et  les  faiblcs  pour  que  tu  écbappes  h  renfer, 

Ì5.  (Jesus  est  celui)  que  le  Pere  a  envoyù  puur  qu'il  sonflrc,  qui  a  la  vie 
ùternelle^  qui  a  la  gioire  de  rimmortalité* 

IG.  Il  a  évangelisé  les  enfants  en  disant  :  Lespauvres  aurontle  rógne  (du 
ciel),  deviendront  fils  liéritiers  • 

17.  Fouetté  comme  exemple,  pour  quo  tu  aies  la  prépondérance  daus  tout. 
il  a  brisé  (les  cbaines)  de  la  mort  pour  qu'elle  uVvxiste  plus. 


Digitized  by 


Google 


[il5]        VI.  —  TEXTES  DIVKRS  DE  LA  LITTÉRATLRR  CIIRÉTIENNE.        200 

18.  Afin  que  tu  voies  après  ta  mort  la  résurrection,  afiii  que  tu  voies  la 
lumière,  alia  que  tu  aies  une  place  chez  le  pére  de  la  lumière. 

10.  Jesus  est  le  repos  pour  ceux  qui  sont  adligés,  il  est  Tépouvante  [pour 
Ics  iucroyantsj,  il  est  le  feu  épouvantable  pour  les  injustes. 

20.  Tu  es  arrivé  à  la  faveur  sans  peine.  Entends  les  mendiants,  s'ils  t'im- 
plorent.  Ne  parie  pas  fièrement. 

21.  Le  feu  (de  Tenfer)  est  épouvantable,  il  est  affreux  pour  jamais,  il  est 
affreux  pour  les  injustes. 

22.  Christ...  est  le  soutien  des  saints,  Christ  est  Tenfer  pour  les  injustes. 

23.  ...  Si  tu  parles  des  psaumes  avec  les  saints,  sois  persuade  que  c'cst 
toujours  la  nourriture  de  Tàme. 

24. ...  N'oublie  pas  ce  que  tu  as  appris,  afin  que  tu  regoives  ce  que  Dieu  t'a 
promis.  [Si  tu  as  appris  cette  écriture,  il  ne  te  faut  plus  tressaillir]  devant  la 
mort.  » 

CONSIDÉRATIONS  FINALES 

En  ce  qui  concerne  Thistoire  du  christianisme,  la  papyrologie  nous  a 
donne  de  précieux  renseignements  au  point  de  vuc  de  Thistoire  de  la  propa- 
gation  de  la  Bonne  Nouvelle,  de  raccroissement  rapide  de  TEglise,  du  mou- 
vement  de  l'esprit  chrétien,  de  Thistoire  de  la  littérature  chrétienne  et  du 
texte  de  la  sainte  Ecriture. 

Nous  rencontrons  les  vestiyes  du  Christianisme  dans  les  réyions  de  TEgypte 
les  plus  diverses,  dans  le  Faioum,  à  Oxyrliynchos,  dans  la  Haute-Égypte  ;  par- 
tout  où  il  y  a  des  papyrus  il  y  a  aussi  des  vestiges  du  christianisme  déjà  dès  le 
II"  et  le  111®  siede.  La  carrespondance  chrétienne  entre  Rome  et  le  Faioum  nous 
montre  Tunité  et  l'immense  grandeur  du  monde  chrétien  dès  le  ih"  siede- 
Le  nom  de  JésuS'Christ  est  respectémémeparlasuperstitionpaienne.  Plusieurs 
actes  datant  de  la  persécution  rappellent  à  notre  mémoire  un  des  plus  lugu- 
bres  épisodes  de  Thistoire. 

Lsi  littérature  chrétienne  au  ii"et  au  in"  siècles  fut  feconde  et  répandue  :on 
trouve  des  fragments  de  traités  et  de  commentaires  théologiques  connus  et 
inconnus,  des  ouvrages  savants  ainsi  que  des  ouvrages  populaires.  Il  est  très  im- 
portant  de  remarquer  que,  gràce  aux  papyrus,  Thistoire  diplomatique  et  pa- 
léographique  du  texte  du  Nouveau  Testament  remonte  presque  au  ii"  siècle, 
moins  de  cent  cinquante  ans  après  la  rédaction  des  originaux. 


Digitized  by 


Google 


INDEX 


DES  PASSAGES  DK  [.A  SAINTE  ECRITURE 


Gonèse  i,  1-5 X"  7  B.  Saint  Lue  vi,  4,^44.  .  .  .  X°  24  Verso  1.  l'i 

Exod.  XIII,  21 XM7  1.  mu.  17. 

—  XIV,  22 X"  17  1.  'M):A,  —     XI,  52 X"  15  1.  42-4(). 

Jos.  Ili,  15 X°  17  1.3053.  —     XII,  2 X*  13  1.  27-:M. 

Provorl).  X,   ì\) X"  8  1.  112.  —     xii,  11 X«  11)1.  3. 

Isaìo  VI,  <) X"  20 Verso  1.  l-l).  xii,  22 XM5l.  1-7. 

Saint  Mallhieu  cliap.  i.  .  X*^  0  —     xii,  25 X"  15  1.  13-15. 

—  Ili,  1()-17 X'25  ACol.  Il'  —     XIV,  17-11 X"  131.  21-27. 

—  V,  14 XM2  Recto  15-20.  —     xxii,  34 XM'i. 

—  VI,  10 N"  28 1.3.  -        XXII,  40 X**  14. 

—  VI,  25 XM5  I.  1-7.  Saint  Jean  chapitrc  i.  .  .  X^  10. 

—  VI,  27 N*»  151.  13-15.  (23-31,  33-41). 

—  VI,  28 N^  15  1.  7-13.  —     vili,  52 XM3  1.  1-5 

—  VI,  31-33 NM51.  15-1().  —     IX,  30 X^  201.  3-5. 

—  -     VII,  5 N«  12  Verso  1-4.  —     xx,   11-17,  10-25.  .  X  '  10. 

—  VII,  15 X"  28  1.5.  Art.  desApot.  XXVIII,  27.  X*^ 26  Versoi.  J-l». 

—  VII,  17-10 X'*24  Verso  14-17.  Epìtre  aiix  Romains  i,  1-7.  X"  11. 

—  X,  20 X"  13  1.  27-31.  —     aux  llrbreux  i,  1.  .  X'^  7  a. 

—  XIII,  15 X'*20Verso  1.1-0.  —     aux  Pili),  ii,  (>.   .    .  N'^  24  Verso  10. 

—  xiii,  57 XM2Rectol.0.14. 

vvvi    :iO-34  X'^  14 

XA\l,.>u.ii >     11.  AITHKS    MVRKS. 

-     xxvii,  40 N"27l.  7 

Saint  Marr  iv,  22 XM3  1.  27-31.  Évanjj^ilc  selon  Irs  llébr.  .  X"  131.  5-0. 

—  VI.  4 X "12  Recto  1.0-1 4.  Évangilo  selon  Ics  ÉgypI.  XM5  1.  17-2.3. 

—  \iv,  20-30 X'J4.  Pasleurd'ncrmaSjSimilit.x,  ^3,  2-5.  X' J2 

—  XV,  34 X"  27  I.  7.  Recto. 

Saint  Lue  11,34 X°  20  1.  8.  -                           Similit.  x,  S  4,  3.  .  N"  22 

—  IV,  24 X"  12  Recto  1.  0-  Verso. 

14.  —                 -         Mandat.xi,0-10.  .  X''23 

—  VI,  42 NM2  Versoi.  1-4.  Recto. 

1.  Voir  papes  0  et  10  la  tablc  des  papyrus. 


-^:r->-=3*«ae= 


EKRATIIM 


Page  10.),  '0].  av.-dern.  ligne.  an  lifu  de  «•  saint  Jean  aux  Romains  ».  lire  «  saint 
Paul  aux  Romains  ". 


Digitized  by 


Google 


£- 

i* 


Digitiaed  by 


Google 


.lo 
Pr 

ls« 

Sa 


Sai 


Sai 


1 
Pau 


Digitized  by 


Google 


HISTOIRE 

NESTORIENNE  INÈDITE 

(CHRONIQUE  DE  SÉERT) 


PATR.    OH    —  T.    IV.  15 

Digitized  by 


Google 


Digitized  by 


Google 


HISTOIRE 

NESTORIENNE    INÈDITE 

(CHRONIQUE  DE  SÉERT) 

PREMIÈRE  PARTIE  (I) 
PUBLIÉE  PAR 

Mgr  ADDAI  SCHER 

Archevéqae  ChaldAen  de  Séert  (Knrdistan) 
AVEG  LE  GONGOURS  DE  M.  L'ABBÉ  J.  PÉRIER 


Digitized  by 


Google 


PERMIS  D  IMPRIMER. 


Paris,  le  29  Hars  1907. 


G.  LEFEVBRE, 
Vie.  Gén, 


Tous  droils  réservés. 

Digitized  by  VjOOQIC 


INTRODUCTION 


Le  commencement  de  cette  Histoire  nous  est  parvenu  dans  un  ma- 
nuscrit  unique,  conserve  à  la  bibliothèque  du  patriarcat  chaldéen  de 
Mossoul.  Nous  l'avions  copie  en  4902,  quelques  mois  avant  d'étre 
consacré  évéque  de  Séert.  Nous  avons  eu  encore  la  bonne  fortune  de 
trouver  dans  notre  bibliothèque  de  Séert  bien  des  feuilles  de  ce  méme 
document  ;  aussi  croyons-nous  que  le  manuscrit  de  Mossoul  appartenait 
primitivement  à  notre  bibliothèque  de  Séert.  Dans  cette  édition,  A 
désigne  notre  copie,  et  S  désigne  les  feuilles  conservées  dans  notre 
bibliothèque;  nous  les  avons  numérotées  nous-méme. 

Le  manuscrit  de  Mossoul  mesure  24  centimètres  sur  17;  le  commen- 
cement et  la  fin  manquent.  Il  a  été  relié  à  neuf.  Voici  quelques-unes  de 
ses  particularités  : 

1®  L'écriture  est  ancienne,  grosse  et  assez  claire;  mais  bien  des 
lettres  ne  sont  pas  marquées  de  points,  et  beaucoup  d'autres  ont  été 
faussement  ponctuées  dans  la  suite  par  une  main  inhabile.  L'encre  dont 
on  s'est  servi  pour  mettre  ces  points  postérieurs  l'indique  clairement  : 
elle  est  beaucoup  moins  noire  que  celle  dont  s'est  servi  le  copiste. 

2®  Le  copiste  n'a  pas  mis  sur  la  plupart  des  lettres  yjf^  écrites  sous 
la  forme  de  ^ ,  le  trait  qu'on  y  met  ordinairement.  Ainsi  il  a  écrit  J^  au 
lieu  de  J^. 

3®  Il  a  supprimé  la  lettre  Aliph  qui  doit  terminer  la  troisième  per- 
sonne  du  masculin  pluriel  des  verbes  :  par  exemple  ^  au  lieu  de  1^. 

4^  Il  a  laissé  partout  sans  points  la  lettre  ^  ajoutée  à  la  fin  des  mots 
féminins  :  par  exemple  A^lXk  au  lieu  de  ^^' 

Digitized  by  VjOOQIC 


216  INTRODUCTION.  6 

Telles  sont  les  particularités  du  manuscrit.  Quant  aux  fautes  de 
grammaìre  et  d'orthographe^  elles  sont  nombreuses.  La  forme  des  noms 
propres  surtout  a  éjté  défigurée.  Les  corrections  ont  été  mises  en 
note.  Nous  n'avons  pas  relevé  les  fautes  qui  ne  changent  nuUement  le 
sens  des  phrases  :  par  exemple,  ^^^^  ^^'»  ^,  ^',  ^y.  etc.  au  lìeu  de 
'%^,  de  ^1,  de  ^,  de  ^^.1,  de  sjjjU  etc.  Mais  nous  avons  ponctué  le 
texte  lui-méme  là  où  les  lettres  n'étaient  pas  marquées  de  points;  de 
méme,  nous  avons  partout  ajouté  la  lettre  Aliph  à  la  fin  de  la  troisième 
personne  masculin  plùriel  des  verbes  :  autrement  les  notes  seraient 
presque  aussi  longues  que  le  texte  lui-méme. 

C'est  nous  qui  avons  numéroté  les  chapitres,  pour  donner  plus  de 
facilitò  aux  renvois. 

Le  manuscrit  A  est  forme  de  deux  parties  distinctes  :  la  première,  qui 
contient  les  événements  de  l'an  364  à  l'an  422,  est  postérieure  à  la 
dernière;  elle  commence  par  les  mots  :  .^^/^^  J^j  ^}  J^3  (chap.  35 
et  finit  par  :  ...^V.'  d  ^y^  ^^A"  S^^^^l^  Xi^lkJl  cr*  v^  c^  f'^  (chap.  76).  La 
deuxième  partie,  qui  va  depuis  250  jusqu'à  363,  est,  au  contraire, 
antérieure  à  la  première;  elle  commence  par  les  mots  :  ^^^  ^f^^^ 
h^^f.  **r^'  U^j  \j^^  (chap.  i.)  et  finit  par  :  J  ^y  ^  ^  ^J  ^^r-^^  ^: 
.^^fljuo  ^  ^y  <JlS  ^^  (chap.  34). 

La  grandeur  du  manuscrit,  ainsi  que  son  écriture,  sont  absolument 
les  mémes  dans  les  deux  parties.  Celui  qui  a  relié  à  neuf  le  manuscrit 
aurait  donc  interverti  l'ordre  des  cahiers.  Nous  constatons  ces  inter- 
versions  dans  beaucoup  d'autres  manuscrits,  qui  ont  été  eux  aussi 
reliés  à  nouveau.  Quelques  relieurs  ne  savaient  pas  lire;  ou  bien,  s'ils 
savaient  par  exemple  le  syriaque,  ils  ne  comprenaient  point  Tarabe,  et 
vice  versa.  Pour  suivre  Tordre  chronologique,  mais  surtout  pour  rendre 
au  manuscrit  son  état  primitif,  nous  venons  donc,  à  notre  tour,  de 
renverser,  dans  cette  édition,  Tordre  des  cahiers. 

L'auteur  de  l'ouvrage  nous  est  inconnu;  il  est  postérieur  au  pa- 
triarche  lào*  barnoun  (f  828)  qu'il  cite.  Son  livre  aurait  méme  été  divìse 
en  plusieurs  volumes.  Dans  ce  premier  volume  que  nous  éditons,  et 
qui  contient  les  événements  des  premiers  siècles  du  christianisme,  il 
déclare  qu'il  parlerà  aussi  de  Grégoire  patriarche  (606-609)  et  de  Gre- 
goire,  métropolitain  de  Nisibe  (f  612).  Notre  bibliothèque  de  Séert 
contient  le  second  volume  de  cet  ouvrage,  qui  va  depuis  484  jus* 


Digitized  by 


Google 


fi' 


inthoddctiox. 


217 


quìi  050'.  Les  feuilles  qui  manqtient  a  la  fin  do  premlor  volume  et 
au  commenceMient  du  seconJ  devaient  certainemont  comprendre  les 
événenients  de  Taa  ^i22  a  Tan  484;  de  mSme,  les  feuilles  qui  mauquent 
au  eommenccment  du  premier  volume  devaient  eonteiiir  les  événements 
des  deux  premiers  siecles  et  de  la  première  moitié  du  Iroisiènie. 

L'histoire  anonyme,  qui  se  trouve  à  notre  bibliothèque  de  Séert,  est, 
avons-nous  dit,  la  suite  de  cette  histoire  que  nous  editons  lei.  Voici  nos 
raisons  : 

i"  L'ecriture  et  le  format  des  feuilles  sont  absolument  les  mSmes  dans 
les  deux  mss. 

2"  L^ordre  des  chapitres  est  encore  le  méme. 

'i""  Le  titre  de  la  plupart  des  chapitres  commence  dans  les  deux  mss. 
par  les  mots  :  J^ /-  3"  ,^:^  •  ^  Histoire  ou  souvenir  de  ...  » 

4°  Dans  les  titres  des  chapitres  sur  les  patriarches,  apres  le  nom 
de  chaque  patriarche  est  indiqué  aussi  dans  les  deux  mss.  son  rang 
oumérique.  Bien  plus,  M  ana^  le  dernier  patriarche  qui  soit  mentionné 
dans  le  premier  volume,  nous  est  présente  comme  étant  le  dix-septième 
des  patriarches;  et  Acace,  le  premier  patriarche  qui  figure  dans  le  titre 
d'un  ehapitre  du  second  volume,  nous  est  présente  comme  étant  le 
21^  des  catholicos.  Les  feuilles  qui  manquent  dans  les  deux  mss. 
devaient  donc  contenir  Thistoire  des  catholicos  Marabokht,  Dadiso' 
et  Baboi  qui  seraient  aussi  les  18**,  19*^  et  2(>'  patriarches.  Nous 
croyons  donc  pouvoir  conclure,  eomme  nous  Tavons  indiqué  précé- 
demment,  que  les  manuserits  de  Séert  et  de  Mossoul  ne  forment  qu'un 
Seul  ouvrage, 

L'auteur  de  Fouvrage,  avons-nous  dit,  est  postérieur  a  Iso'  barnoun 
patriarche;  peut-òtre  mfime  a-t-il  appartenu  à  la  première  moitié  du 
xiii^  sìècle.  Car,  a  la  page  2ti'ì  du  second  volume,  que  nous  éditerons 
aussi,  après  avoir  parie  de  la  mort  de  Siroé,  roi  de  Perse,  il  ajoute  ces 
mots  :  ce  ainsi  qu'il  est  arrivé  de  nos  jours  i  Ath-Thàhir,  que  Dieu 
sanetifie  son  fime  »  ^jj  ^^  ^^ji  ^Uilì  bUj  J  j:^^  UT.  Le  Galife  Thahir 
mourut  en  122(>;  notre  autcur  serait  donc  son  contemporaln.  Dans  cette 
hypothèse,  cu  pourrait  peut-ètre  Tidentifier  avec  léo'yahb  Bar  Malkoun, 


1*  A.  SciiKn,  Catalùgue  des  manuserits  syriaques  et  nrabes  conseri^és  dans  la  biblio- 
thèqne  épiscopaie  de  Séert  a^ec  notes  bibUùf^raphiques^  Mossoul»  1905. 


Digitized  by 


Google 


NTRODUCTION, 

ou  Sabrlso'  Bar  Paulos,  ou  Salomon  de  Bassorah  :  car  ces  trois  person- 
nagos  étalent  les  plus  féconds  écrivains  nestoriens  de  la  premicrre 
nioitié  du  xiii^  siede. 

Toutefois  la  susdite  phrase  pourrait  Stre  du  copiste  et  non  de  I*au- 
teur  :  car,  enlre  elle  et  la  phrase  précédente,  il  y  a  un  blanc  de  12  milli- 
mètres.  Gertes,  le  copista  a  laissé  de  pareils  blancs  dans  plusieurs  en- 
droits  de  son  manuscrit;  mais  ces  blancs  ne  se  trouvent  qu  entro  des 
phrases  ou  plutòt  lontre  des  paragraphes  complètement  distlncts^  ce  qui 
n'est  pas  le  cas  ici,  Quoi  qu'il  en  soit,  il  est  du  nioins  certain  que  notro 
auteur  vivali  après  le  ix^  siede. 

L'auteur  a  le  défaut  de  se  répéter;  par  exemple  il  raconte  deux  fois, 
avec  plus  ou  moins  de  détails,  ce  qu*il  a  déjk  dit  sur  saint  Ephrem.  Il 
recueille  des  docuoients  plus  ou  moins  authentiques,  qudquefois  mt^me 
contradictoires,  sur  plusieurs  personnages,  sans  indiquer  ce  qui  est  cer- 
tain ou  du  moins  ce  qui  parafile  plus  croyable,  Son  livre  contient  eucore 
beaucoup  de  récits  légendaires,  racontés  déjà  par  les  écrivains  anté- 
rieurs  :  tels  sont  les  actes  du  pape  saint  Sylvestre,  rhistoìre  de  saint 
Eusèbe,  pape  et  martyr,  etc.  L'ouvrage  toutefois,  surtout  le  second 
volume ,  est  précieux  par  les  renseignemcnts  peu  connus  qu'ìl  nous 
fournit  sur  TEglise  Nestorienne  et  sur  les  rois  Sassanides. 

Addai  SCHER, 
Arcbevéque  ChiLld^^en  de  Sóerl. 

Note  des  editeurs.  —  L'Ìritrodu€lion  et  le  texle  arabe  annolé  nous  ont  eie  adressés 
par  M*^  Seller.  Lr  texli^  a  éié  traduit  en  [irrmier  lieo  par  deux  prtMres  maroniU*s  : 
M«^  Younes  et  M.  Basile.  Durant  la  publìcalion,  M.  labbé  Dib  nous  a  rendu  le  service 
de  corriger  l'arabe.  M.  labbé  Jean  Périer  a  bien  voulu  revoir  à  la  fois  le  texte  et  la 
traduci ion  fran<;aisc,  et  dnnner  les  bons  h  tirer.  Les  notes  suivies  de  la  leltre  S  sont  ducs  à 
M"*^  Seller*  Ou  en  a  ajuule  quelques  auires  puur  aider  le  lecteur. 


Digitized  by 


Googl 


(vilXJl  cryé^J^J\  ^)   l 


JU.   ^    ^    iy    ^    <;!    JSj    iw«J^.    iiJl    ^jM-Ij    ^\    LfJ^y    "^^b  *  •  .  *  A   p.  38. 

1.  Ms.  iUiJt. 


I.    (HlSTOIRE    DE    l'eMPEREUR    VaLÉRIEN). 


*  Le  prétre  Novatien  (Founious)  \  chef  de  TÉglise  à  Rome,  se  separa  ea  *  a  p.  38. 
disant  qu'on  ne  doit  pas  admettre  à  la  pénitence  ceux  qui  apostasient  après  le 
baptéme  et  il  défendit  l'entrée  de  TÉglise  à  ceux  qui  faisaient  pénitence  en 
s'imposant  le  cilice  et  la  cendre.  Plusieurs  soutinrent  son  opinion  et  dirent 
qu'on  ne  doit  pas  admettre  à  la  pénitence  ceux  qui  ont  apostasie  pendant  la 
persécution.  Soixante  évéques  se  réunirent  alors  à  Rome  :  ils  Texcommuniè- 
rent  avec  ses  partisans  et  le  firent  sortir  de  TEglise. 

L'empereur  Gallus  (Djàlàsious)  ^  changea  ensuite  sa  manière  d'agir  et  traita 
les  Ghrétiens  comme  les  avait  traités  Dèce  {Daqious).  Puis  il  mourut,  après 
avoir  régné  deux  ans.  Il  eut  pour  successeur  Valérien  (Oulifànious)  qui  s'as- 
socia son  fils  Gallien  {Djàlàsious).  Au  commencement  de  son  règne,  il  fut  bien- 

1.  Elie  de  Nisibe,  dans  ses  ouvrages  d'histoire,  Tappelle  Notus;  Bar  Hébrseus  Fap- 
pelle  Nabatus,  et  Théodore  Bar  Kouni,  dans  son  LtVrc  des  scoUes,  Tappelle  Notius. 
Tous  ces  autenrs  ont  identifié  Novat  rAfricain  et  le  Romain  Novatien,  fondateurs  de 
rhérésie  novatienne.  Ce  qu'ils  racontent  doit  étre  applique  à  Novatien  de  Rome  et  non 
pas  à  Novat  d'Afrique.  S.  —  2.  Gallus,  empereur  romain  lìiort  en  253,  eut  pour  suc- 
cesseur Émilien.  Celai-ci,  tue  après  quatre  mois  de  règne,  fut  remplacé  par  Valérien;  « 
puis  vint  Gallien,  fils  de  ce  demier.  S. 

Digitized  by  VjOOQiC 


220  IIISTOIRR  NESTORIHNNE.  flO] 

.Aiìl  J^^  j*^>(aj  f*r*^  J^'  ^^  Uajjj  <j.^^l    fri^^J  (^  Ij-^j  rn^.^  'jjtS-l  ^^ 


dUJI  ^^1^jl  ::.^  r 


^C"     ^-^'J    ij^_J;' 


l^jl  siJUUJL  ^j^j      j-^  i-^  ^^J 


.p^^l^  Jl  4 VI  j^  ^^]jLSjf\  j^\  ìU  j\è  ^  ^jj  .di*  jL-L-i  (;JI  ^jH«  J^^ 


1.  Ms,  >*^^l»l 


J 


YGÌ!laiit  pour  les  Chrétioiis,  Les  chcfs  de  TÉglise  étaicnt  toiijours  dans  soii 
palais;  et  il  les  lionorait.  Mais  un  magìcicn  d'Egypte  (Misr)  le  pcrverlit  comme 
■lannéa  et  ianilirós  (Vdnoifs  et  Harmas)  avaieiit  perverti  Pharaon  \  11  lui  moiitra 
le  mat  comme  s'il  était  le  bieii  et  lui  conseilla  de  tucr  les  Chrétiens,  disant 
qu'ils  étaieut  les  ennemis  des  magicieus  et  qu'il^ì  hais^aieut  les  dieux  des 
Homaiiis  et  leurs  idoles.  Gallìeu  Técouta  et  cessa  de  faire  le  bien,  selon  la 
parole  de  Tapótre  saint  Paul  :  I.es  mauvaises  paroles  corrùmpent  Ics  ìjonncs 
itttentions^.  Ce  roi  sorcier  ordonna  alors  de  tuer  les  enfants  au  momeut  d*^ 
leur  iiaissance  et  de  leur  ouvrir  les  intestins  pour  pratlquer  la  sorcellerie. 
Mais  il  fut  punì  de  tels  actes,  selou  Ics  paroles  du  proplièie  aux  fils  d'Israel  : 
Ih  ont  rimisi  lettr  voie  et  aecompli  leun  trurres  ahominablex;  et  mot  ausai,  jr 
cimsìs  Unir  tléshonncur  et  leur  perk\  a  ti  il  le  Seiyneur^. 


il:  —  MonT  DE  l'e^ipereur  Valéuien  (Oulifraniocs)  . 


n 


Dans  la  onzième  année  de  son  rógne*,  Sapor  (Srfirtwr)  iils  d'Ardasclur  en- 
valiit  lo  pays  des  Bomains;  il  y  séjounia  longtemps  et  détriiisit  plusieurs  villes, 
A  p.  ;{tf.  *  Il  vainquit  Tempereur  Valérien  (Onlifràììious)  et  l'emmena  captif  dans  le  pays 
dvs  Nabateens  (ÀH^Nakit),  Valérien  y  tomba  malade  de  tristesse  et  y  niourut. 
Les  Pères  exìlés  par  le  maudit  Valérien  revinrent  alors  dans  leurs  villes 
épiscopales.  Et  Sapor   quitta  le  pays  des  Romains,  emmenant  avec  lui  les 

1.  Cr.  Il  Tim.,  Ili,  cS,  —  2.  l  Cor,,  xv,  33,  —  3,  isaìe,  lxvi,  3-4.  —  4.  En  252.  Cf. 
NoKLi>EiCK,  Geschichte  der  Perser  und  Araher  zar  Zeil  der  Sasaniden^  Leyde,   1870, 


p.31. 


Digitized  by 


Google 


[llj  II.  —  MORI  DE  L^EMPEREUR  VALÉRIEN.  221 

<JL^3  ^tfJLx-  ClJL*  O-u  ^j  -J^^  J-^   ^'  UIIjmj  .^^jUJlj  t^^^'  Cj^  C"^^^ 

,J^jl  IjjLii-lj  jyL^Xj^'  \y>^  . oliai  1  ^  \j^  i|0  1*1^  jlSj  'Att^'j  ,l»ijl-*JI 
.jtjJl  j^  oUj  JL:^!  c^lkl  d>i  er^.^w^^  jV  .,^  CiL-l  )ijL:>è  ^IkVl 

^^-^    UjUw    i-j^lkjl    ^^JL^    «iJ^^kill    jUj    ^'tìl    ^^^1    iJLfc   Ji    l|^    rj^   -^    jl^J 

.  jJ^^JL-JI  JL>I  j^  C»jJ  1|^nI^**ij  .j^L5^y*M>-  bbU^j  ^^^j1>o  ^-^  ^-*^.'  J^.^  ;^ J 
r^  ù>c^  Jj  .Jitè  ly^  J  jk^l  ^jU  JuJ  U  jl^  <-^'  V^'^  J  vr^l  Ò^^J 


captifs,  qu'il  fit  habiter  dans  les  pays  de  Tlrac,  de  la  Susiane  {Al'Ahwàz)y  de  la 
Perse  et  dans  les  villes  bàties  par  son  pére.  Il  bàtit  lui-méme  trois  villes  et 
leur  donna  des  noms  formés  du  sien.  L'une  était  dans  le  pays  de  Maiààn;  il 
Tappela  Sod  Sapor'  :  c'est  (actuellement)  Deir  Mahràq;  la  seconde,  en 
Perse,  s'appelle  encore  aujourd'hui  Sapor.  II  rebàtit  Gondisapor,  qui  était 
tombée  en  ruines,  et  Tappela  Anti  Sapor  ^,  nom  forme  du  grec  et  du  per- 
san  et  qui  signifie  :  Tu  es  Téquivalent  de  Sapor  (?).  II  bàtit  une  troisième  ville 
sur  les  bords  du  Tigre  ;  il  Tappela  Marw  Habor  :  c'est  (actuellement)  *  Akoborà 
et  ses  environs.  II  fit  habiter  ces  villes  par  des  captifs,  à  qui  il  donna  des 
terres  à  cultiver  et  des  demeures  à  leur  usage.  Aussi  les  Chrétiens  se  multi- 
plièrent  en  Perse  ;  ils  y  bàtirent  des  monastères  et  des  églises.  II  y  avail  parmi 
eux  des  prétres,  emmenés  captifs  d Antioche.  Ils  habitèrent  Gondisapor  et 
choisirent  comme  évéque  Azodoc  d'Antioche,  parce  que  Démétrius,  patriarche 
d'Antioche,  était  tombe  malade  et  était  mort  de  tristesse.  Avant  ce  second 
exil,  et  après  le  premier  exil  de  Démétrius,  Paul  de  Samosate  était  devenu 
patriarche  d'Antioche.  Daniel  ibn  Mariam  a  raconté  tonte  son  histoire. 
Sapor  bàtit  aussi  une  ville  dans  le  pays  de  Kaskar,  l'appela  Hasar  Sapor  et 
la  fit  habiter  par  des  Orientaux.  Comme  cause  de  la  construction  de  cette 
ville  on  r aconte  le  fait  suivant  :  Quand  Sapor  se  rendit  en  Perse,  il  traversa  le 

1.  NoELDBKE,  op,  cìL,  p.  40.  —2.  Sans  doute  Andéw-i^Sapor  {Antiochia  Saporis). 
D'après  Tabari,  Sapor  donna  à  cette  ville  le  nom  de  Beh-az-Andéw-i-Sapor.  Les  Syriens 
Tappelaient  Beit  Lapat.  Cf.  Noeldbke,  op,  cit.,  p.  41-42. 

Digitized  by  VjOOQIC 


222  IIISTOIRE  NESTORIENNK.       ^^^^^^^^^fP 

IJLa  J  : .  »  jl  j-^-i-»^  J-*j  <^j  ìaL  ^j^  <1L-j  4JJ  %liU\  JL^  .CLs-  JaiJi^ 
cTf  j!  t^^  ^  ^  ^  \t^\  U  JUi  jl  j^l  jl  -j^l  ^  Jl^  '^t-^  ^>*J' 
i^Ull  i.j*jH  ,^JU*  Jl  fj^j  <f-^l  |Jl^  ^^1  pU  jl  ^UJl  ^li  .e A*  UU 

<i  1^1$  U*  ^l»  l^jLisa-j  ^^yi\  ^%   ^^1   (**-^^   J   fV»'  (*^-^  .JUJl  ^j— >•  j;* 

^ìju:l^  jj  li^  ,ÓL:\  V  ^li  ^_^  jl  J^j  ULt^  l^y  |Jj  l^^iia-  i\^\  .i^ 
.*_fcL^  j^  a:^,  L^j  ^  ,^j  ojU  Jii  iSj  .Ùl^  j^Iaì  "^db^^'j  l5-^,  ^ 

désert  de  Kaskar  et  y  rencontra  un  vieillard  qui  ramassait  du  bois.  Le  roi  se  de- 
guisa  et  vini  le  questionner  sur  son  payà  et  sur  sa  famille.  Il  lui  demanda  aussi 
sMI  était  possiblo  de  bàtir  une  ville  en  cet  endroit.  Le  vieillard  lui  répondìt  : 
ce  Si  je  peux,  nialgré  nion  grand  àgi\  apprendre  k  écrire,  il  t'est  possible  de 
b^lir  une  ville  ic*i.  n  Le  roi  ordouua  alors  de  coulier  le  vieillard  à  des  maitres 
pour  lui  apprendre  avec  soin  la  religiou  des  mages  et  des  adorateurs  du  feu, 
jusqu^à  ce  que  lui  revieudrait  dlslakhr.  Le  vieillard  apprit  à  écrire  et  la  ville 
fut  bàtie. 

Lcs  Chrétiens  se  répandirent  dans  tout  le  pays  et  devìnrent  très  nombreux 
en  Orient.  A  Yarànsahr,  siège  épiscopal  des  óvi^ques  de  Perse,  ils  bAtirent 
deux  églises  :  Fune  appelée  église  des  Romains,  Tautre  des  Raramaniens;  on 
y  celebrai t  les  offiees  en  grec  et  en  syriaque.  Dieu  dédommagea  Ics  Romains 
en  adoucissant  la  peine  de  Texil  et  de  la  servitude  par  le  bien-étrc.  Leurs 
afTaires  prospérèrcnt  en  Perse  et  ila  eiirent  une  situation  plus  aisée  que  dans 
Icur  pays.  Dieu  ne  les  abandouna  pas,  selon  la  parole  du  proplièle  aux  fds 
d'Israel,  les  consolant  au  moment  de  Finvasion  de  Tarmée  de  Sennaehérib,  de 
la  captività  des  dix  tribus  et  de  la  mine  de  leur  espérance  :  Si  la  [emme  fmhlie 
SOM  enfant  qui  est  encore  dans  son  sein,  si  elle  n'a  pas  pitie  du  fruit  de  ses  en- 
trailles,  sHl  se  peut  qu'elle  foublie,  mot  je  ne  Voublievai  pas  :  tmri  que  fai  inscrii 
ton  nom  sur  ma  main;  et  les  murs  soni  toujours  deeant  moi  \  David  a  dit 
aussi  :  J*ai  mis  pour  eujD  la  misérieorde  dans  le  cmur  de  ceua>  qui  les  oni  amenés 

1.  IsaiG,  XLìJiy  15, 

Digitized  by  VjOOQIC 


I 


|ri3] 


IK  _  MORT  UE  LEMPRREl  R  VALERIEN. 


22:1 


f-rt   ^j- 


'^  ur>l> 


ij\  .VjU  iil 


jLjb!  Jj-»l    wMtUjU^lj    ìsJj-4    LyJ-»  jL*3j    .  ^  yl"    4^    ^^^.'^     ^^    *-^J    V^^    '^^^"^    llA/b 


.^« 


ìsUi 


-L-r* 


.J^l 


l/^    --H 


*  Jfc**^    y**j'    ^^"^J    ^^    ^  j-*^    t5-^^f    *  ' 

1.  Ms.  ^l  —  2,  Ms.  òJjIj.  —  3.  Ms.  ^\, 


[K    'lO, 


'<ol  fU 


e/?  capiirilé\  Dieu  gratifia  ces  Romains  de  raffection  des  Perses  :  ils  possé- 
dérent  des  terrea  sana  nn  payer  le  prix  et  propagèrcnl  le  christianisme  cn 
Orient.  Gallieii  {Djnlrìsious),  qui  était  en  Occidcnt,  apprit  quo  son  pére  ótalt 
inori:  il  cnvoya  alors  do  maj^nifiquos  présents  à  Sapor,  (|ui  les  regut  et  lui  tit 
parv^enir  (le  corps  de)  soa  pére  daiis  un  cercueiL  Los  deux  souverains  devin- 
reiit  aniis  et  les  afTairen  des  deux  royaumes  fiireat  prospères.  Gallien  écrivit 
à  tou9  ses  sujels,  leur  disant  d'étre  bienvcillanis  enver?^  les  Chrétiens.  11 
rappela  eeux  que  son  pére  avait  exilés. 

En  ce  tcmps-là,  parut  Sal>ellius  d'Egyple.  Il  imagi na  une  doctrine 
d'après  laquelle  les  persrmnes  sont  eraployécs  pour' designer  des  forces  san?? 
réalité  personnelle.  11  11  y  a  qu'une  seule  personne  et  qu'une  seule  substance. 
Dans  TAncien  Testamenti  rette  personne  unique  est  appelée  le  Pére,  anteur 
des  lois  ;  dans  le  Nouveau  Testamenti  elle  a  paru  sous  la  forme  du  Fils,  et, 
du  temps  des  Apòtrea,  sous  la  forme  du  Saint-Esprit  :  les  trois  ne  font  qu'uiì 
Seul  suppót,  qu*une  seule  personne.  II  eut  beaucoup  de  partisans,  Denys,  pu- 
triarcbe  d'Alexandrìe,  réunit  alors  vingt-huit  évéques  et  rexcommunia  avec 
tous  eeux  qui  croyaicnt  en  sa  doctrine, 

*  Gallien  fut  tue  à  la  suite  d'un  coraplot.  Il  avait  régné  fjuinze  ans,  dont 
onze  du  vivant  dt*  son  per**  et  qnatre  après  sa  mort. 

1.  Ps.  cv,  4a. 


A    p.    'j(K 


Digitized  by 


Google 


nk 


HISTOIHK  NKSToaiKNNE. 


^^jj^  SJ^y^^ 


cJ  iir"?^^  ^  jjiJy^cJI  dJjUl  ìjjuj»-  t5^b  /*Jl^l^  M^l  ^>^  ^  Jj^*—  v-> 


U 


;l^^i^l    v-JJL*  ^j*5-Ujl    ^t    (^JJili    .CjjU^j    IS-AM-ai   ^    ly.*t5    .C5CU^    jìjJ^   ^jJi\ 


*jtl — ^  j^i^  TjLiCl  ^^jU-  ilLlATj  c^JU^  j  \S1a  ^y^  "V  t-s-   l^L»*^  ^^y^y^ 
^Saj  .%^j  j^|,*t   Ji;lj  .L^Liì   y^y^\j  S^Uil  s-^LJl  J^i^lj  (3*J^^'  fi^'  «>• 

,SUJ1  ^  w^l  j^l  ,^4^ VI  siUJI  ^1  j^^-yj,  jyjl  Jr^j  (ÌlJ^'  J  IjJ^-^^ 

^jkju    À*j     v.*-^*»    As-li    ' ^\y^   "^J   ^     \LJjU  *UJi   is^^JLWl  jLxJI  jLjjfl   jj^^    JL-J' 


III.    HlSTOlRE    OES    JEUNES     FILLES    ROMAINES*. 


Ijorsque  Sapor  re%"int  du  pays  des  Romaltis,  emmonant  des  captifs  et  dii 
bntin,  les  rois  ses  advorsaires  qui  Imbitaiont  sur  les  fronlières  les  plus  rocu- 
lées  lui  portòreiit  euvio  et  n^soluronl  d'aller  In  (■(»mLiattre.  Il  envoya  alors  a 
Oulitìhin  (?),  roi  des  Kfìfmiiniatan  \  des  diamaiiis  et  des  habits  tres  beaux 
comme  on  nmì  trouvait  pas  de  parcils  daiis  sou  royauniiv.  Il  lui  envoya  aussi 
trois  cents  jeuues  filles  vicrges,  de  celles  qu'il  avait  prises  caplives  chez  les 
Homains,  Il  les  choisit,  Ics  revélil  d'habits  maginfiqucs  et  de  diamants  et 
Ics  Gt  acconipaguer  par  des  anibassadeurs.  Il  leur  ordonua  de  prendre  sfiiu 
d'elles  pendant  la  rout^  et  de  se  baigner  tiins  les  trois  jours,  de  peur  que  leur 
couleur  ne  cliangetlt.  LorsquVdles  fureiit  en  route  et  qu'elles  apprirent 
qu'elles  étaient  envoyées  comme  présents  au  roi  barbare,  elles  préférèrent  la 
mort  à  la  vie  et  délibéròrent  comment  elles  échapperaient  à  la  eorruption  de 
ce  roi.  Les  ambassadeurs  les  menèrent  près  d'un  grand  lleuve  pour  qu^clles 
s  y  baignassent  et  sVdoignerent  d'elles.  Alors,  se  tenant  toutes  par  la  main, 
eilcs  se  noyèrent.  ila  tres  petit  nombre  seulement  fut  sauvé  :  les  délógues 

1,  iMèriie  histuirò  duns  Jean  d'Asie,  7'he  third  pari  of  the  eccles,  Ilistory...,  VL  0; 
mais  elle  se  passo  ici  soiis  Cliosmès  l''*'  et  clk-  porle  à  deux  nulle  le  nombre  des  caplives, 
—  2.  S'agil-ìl  des  EplktaliLes  ou  Hans  Blancsl:' 


Digitized  by 


Google 


IV.  -  HISTOIKK  DK  MANKS. 


225 


\J^J    /i-Il»*t    <XÌ«    ÌJ^    C**Oj    .j^.5ji    |\i    JJ!^    wUj    'JJi^    tl^-^    ^     Jlwl 


jju*  ^Jblj  .jc^-JI  J^'Vl  Jtìlj  ^jljJl  y*Jl  Uj^I  .^U^L  UU-  wJ:^  <*j1 
J  dUi  jl^j  .^^-^  ^Ul  ^^  Jj.  ^j  .^UJlj  JIj^JI  '^^b  ^\J\j  o><)i 


les  prirent  et  les  firent  par  venir  au  roi.  Depiiis  ce  moment,  il  y  cut  ententc 
entrc  lui  et  Sapor*  Ht  Sapor,  lils  dWrdaschir,  mourut  aprùs  avoir  régné 
trente-deux  ans. 


IV*   HlSTOrBE     DK    MaNÈS    (MaNi)*. 

Son  pére  s'appelait  Pho9aq'\  et  sa  mère  Nou^ith  ^.  Sesparcnts  Tappelèrrnl 
CnhTìvu^lQonybìtiOHS).  A  TAgc  de  sept  ans,  il  fut  ommcné  caplif  et  anlicté  par 
une  femme  arabe,  nomniée  Sausaboli  \  dont  le  mari  avait  ctudié  la  science  des 
Egj^ptiens  et  suivait  la  doctrine  de  Pylhagorc;  et  il  avait  un  disciple  appolo 
Térébintlie  {Yuoudhourom).  A  la  mort de  son  mari,  la  femme  épousa  son  dìseìple 
qui  Temmena  avec  rcnFant  qu'oUe  avait  achete.  Le  discìplo  t<*nta  de  se  sauver 
jusqu'à  Babylone  (/W ////);  et  il  dit  aiix  Pensans  qu'il  t'^tait  né  de  la  Vicrge  et 
quii  avait  eu  des  visions'*  dans  les  raontagiies.  11  (pomposa  quatre  livres  :  Tua 
intìtulé  *(  Les  mystères  i  ;  le  second  a  Le  véritable  Evangile  »;  le  troisième 
a  Mine  des  trésors  »  ;  et  b*  quatrieme  «  Principe  des  discussions  »,  Il  tyranni- 
sait  les  hommes  par  ses  sorcellerics.  Cela  se  passaìt  sous  le  règne  de  Philippe 

1.  CL  Socrate',  //.  /i\,  I,  xxii,  —  2.  En  syriaque  .ju^  ot  ^-tj«*  Cf.  Pim;xo\\  /nscrip^ 
tions  mandaUes,..,  fase.  11,  Paris,  1899,  p.  125  et  Michel,  Chroniqney  1,  p.  117.  —  3.  En 
syriaf|tie  a^**flt  K^oil,  Micjiei.,  Ibidem*  —  4,  En  sypiaqu*/  ^uLpbffl  :  c'i'St  saiis  Joule  le  riom  da 
mari  «  Scytiiianus  ►►  qui  a  éb}  allribuó  par  crreur  à  fa  feinme,  Cf.  Michkl,  Ilfid,^  p.  Ì9H, 
note  5.  ^ 5,  Au  lifìu  do  ^^^  lire  ^^j  ou  ^jj  :  «  il  avaii  èie  élevé  daas  Ics  uiojiUignes  ». 


Digitized  by 


Google 


226  HISTOIRE  NESTORIENNE.  [16 

^jUa,  ^Vl  J^l  ^Ul  ^j  .^ijl  j^.  JJ.L  dULj  fjjl  dUU  ^yJi  di- 

p-jj)l  JLtj  aJUj  <jS  <*-«#^  ^*?-jJ  oii-li  .j\i\  ^^^  ^\  ^JoA^  >LU*  VU  A*>-j 
<-rJLÌBrlj  .w^l  j^j  viJDS  A*^  j^  ciXtli  .<p-^l  ^^r^  joj  .^U  vs-j>j  JjV 
.l^lJi  <^uiJI  AÌ  JLJdl  l^^jj  jl^j  .(JUtj  w::<II  viUb  ^>ji  .ùjl;  (L-jj  l^^' 
JLJ  A*  ^--M»^  ^^y^  '{^^  *-AL  ^  /^'j  '^?!^r*  c^^  *,.^r^  ^^  ^^  t5*  wii'j 

^^-*-«.J  ,%xlyk  \^  ^1  CjUL  ^^^i  •A-aJj  c-^lj  JUl  JLobÌ  .c  boj^  ilj  jl 
.^  -^r  ».  Il    f^^JU    C-Ui    J    ^IjJ    .JaJSjlill    <jl    jiluJi    1jÌ>    ^^i    pT    .iljl^^l    i^JiJU- 


(rArabe),  empereur  des  Romains,  et  de  Sapop  fils  d'Ardaschir.  Il  enseigna  la 
croyance  en  deux  dieux  créés  et  en  deux  créateurs,  le  bon  et  le  mauvais.  Le 
bon,  c'est  le  dieu  bienfaisant  et  illuminateur  ;  le  mauvais,  c'est  le  dieu  méchant 
et  oppresseur.  Il  amassa  beaucoup  d'argent  et  vint  à  SaUr  an-Nàr.  Sa  femme 
Sousabeh  lui  prit  alors  ses  livres,  son  argent  et  l'argent  de  son  premier  mari, 
et  elle  aima  Manès  qui  était  beau.  Elle  lui  donna  tonte  sa  fortune  avec  les  Uttcs 
et  le  prit  pour  troisième  mari.  Il  étudia  ces  livres  à  fond  et  s'instmisit;  le 
second  mari  de  sa  femme  Tavait  déjà  gagné  à  son  impiété.  Sousabeh  lui  donna 
beaucoup  d'argent  pour  le  doter  et  il  s'adonna  aux  sciences  ;  mais  elle  mounit 
avant  d'avoir  obtenu  ce  qu'elle  voulait  de  lui.  Alors  il  prit  Targent  et  les  livres 
et  vint  à  Suse  (A«-S(m«)  \  son  pays  d'origine;  il  se  fit  appeler  M&ni,  préten- 
dit  étre  Tauteur  de  ces  livres  et  fit  semblant  d'étre  chrétien.  L*évéque  de  la 
Susiane  {Al-\hwàz)  Tordonna  prétre.  II  y  enseigna,  interprétant  les  livres  et 
discutant  avec  les  paìens,  avec  les  Juifs,  avec  les  mages  et  avec  tous  ceux  qui 
attaquaient  la  religion  chrétienne.  Puis,  cet  hypocrite  prétendit  étre  le  Para- 
clet.  Il  entra  plus  avant  dans  la  science  impure  des  devins  et,  à  Texeniple  du 
Christ,  s'adjoignit  douze  disciples.  Il  nia  la  résurrection  des  corps  et  sou- 
tint  que  le  feu,  Teau  et  les  arbres  ont  des  àmes  et  que  celui  qui  deraciné  un 
arbrc,  éteint  un  feu  ou  répand  de  Teau,  tue  une  àme.  Selon  lui,  le  soleil  et  la 
lune  sont  deux  vaisseaux  qui  portent  les  &mes  dans  un  iieu  de  bonheur.  Il 

i.  .^.iù^,  MiCRBL,  Chronique^  I,  p.  117. 

Digitized  by  VjOOQIC 


4w». 


[17]  IV.  —  HISTOIRE  DE  MANÈS.  227 

*L^I  f'-clj  .<>JL»  <sX  ^\  ^j-aVI  j^*^^  jl-Cr*  ,j^b  ^jw^-lJl  jlj  .Lii  JtS  -vi5 

<-*-*  fLSlj  <5jLt  <--»w-»l  jiJLw»>L"  ^jA  Jl>j  jMJc-  ^j  Xyi)  ^\  Uy  ^» ».li»  <p"jj 

.^♦-^^l  <JL-jL  )>jL-*%"  ^.>.»II  j^j  ^^JUl  iaJUjUJI  4II  ^^1  JLli^j  .iukiJI  pjJI 

:- j  ■  ^  il  L%-ju^^l  jU^  4llj  <x.  Jji^  J  <»^  jl^  t5-*J'  ob  (t:»^'  ^ 
UJIj  J^l  jju^j  ^1  j^  Jj^\  >Vlj  .^>UVIj  ^>Ulj  jyJI  jju^j 
.il^  %  Ji-I  Jl  Cibis  Jj,  pi  ^^^Ij  .il|^  %  Ty^  w>li  ^  <)JI  jlj  .^MLJIj 
j^^L^VI  ^^/i-»  ;3  ^j^^  ,j-^l  j>^  jlj  .  j^"*-^  ^J  jLaLi*  Jfl-i-jJI  ^  l-v*'^ 
^iLjcj  Jj>  1^  .*LJIj  jLJIj  c*»^jLu)lj  j^LjJI  i^j  ^jiiw  Jp  ^jiiw  i^Vjl  rl^j 


soutint  encore  beaucoup  d'autres  doctrines  abominables  que  la  pudeur  nous 
a  empéché  de  rappeler. 

Il  appela  deux  de  ses  disciples,  Thomas  et  Addai'.  Il  envoya  Addai  *  dans  *  a  p.  'ii. 
le  Yemen*  pour  amener  les  hommes  à  croire  à  ses  fables,  et  Thomas  dans 
les  Indes.  Un  autre  de  ses  disciples,  appelé  Mari,  resta  près  de  lui  et 
demeura  avee  lui  à  Suse.  Puis,  les  deux  qu'il  avait  envoyés  au  Yemen  et  dans 
rinde  revinrent,  lui  disant  que  personne  n'avait  été  séduit  par  leur  doc- 
trine,  que  personne  n'avait  voulu  accueillir  leurs  discours.  Il  se  mit  alors  en 
colere,  abandonna  la  religion  chrétienne  qu'il  avait  fait  semblant  de  prati- 
quer  et  inventa  les  nouveautés  les  plus  perverses.  Il  prétendit  qu'il  était  le 
Paraolet  que  le  Christ  avait  promis  d'envoyer  à  ses  disciples.  Il  partit  avec 
ses  adeptes,  parcourant  les  pays  et  enseignant  que  dans  la  doctrine  qu'il  avait 
déjà  préchée,  par  exemple,  que  Dieu  est  connu  sous  Taspect  de  trois  per- 
sonnes,  il  n'avait  point,  quant  à  lui,  changé  d'opinion.  Dieu  se  compose  de 
deux  étres  :  le  premier,  Dieu,  est  la  source  du  bìen,  la  mine  de  la  lumière  et 
des  bienfaits;  le  second,  la  matière,  est  le  créateur  du  mal,  la  source  de  Tigno- 
rance,  des  ténèbres  et  de  la  méchanceté.  Dieu  va  toujours  en  haut  et  cela  à 
Tinfini,  le  principe  mauvais  va  toujours  en  bas  et  cela  à  Tinfini  :  tous  deux 
s'éloignent  à  Tenvi  du  centre;  et  ils  sont  deux  corps.  Le  créateur  du  mal  fut 
un  jour  très  agite  :  ses  enfants,  qui  sont  les  démons,  les  esprits  malfaisants^ 

1.  Danslepootf  t^,  Michel,  ibid,,  p.  117. 

PATR.  OR.  —  T.   IV.  16 

Digitized  by  VjOOQIC 


228  HISTOIRE  NESTORIENNE.  [18; 

jli    .<S\J       ijJLSj    .JJjA-*M-^  ,)ijy     \j9tjJi     .jjLJl    JaJL     ^J\    \j)^J    ^J^    Cjam     ~«^ 

^Ul  ybj  <IVI  Jj  Uii  .villi  ^  l^j^j  .)L^  i\^  j\  .itA^I  Cu,  »JC^  jt^ 

j\  JjJuj  LaL1S\  a»o  <Jl^  ^ji\  Uj  4ÌI  oJ  J\^\  ^liJl  j^l  iJLib  jjl^j 
<J^  j;^  OjU  ^1  •Ije-VI  J  <I^j  jjb  a;Ij  ^UI  <IVI  aii  j,l  ^  ^c^ 

i^  Liij  ^\Li\  jj-i-i»'  Wi  .A^*  oli  j^  <\j  ^^y^\  ày^j  ^*'  i^^^j  -rr^ 
.aMJ\  ^y^  ^Vl  uU^  jl^j  .ìu*.  jAjM  AiA  diL  ^^jl  j;»  j^U  oU  Uj 

le  feu  et  Teau,  se  mirent  en  colere  les  uns  contre  les  autres  et,  dans  leur  colli- 
Sion,  s'entratnèrent  jusqu'à  ce  qu'ils  fussent  parvenus  dans  le  séjour  du  dieu 
bon.  Ayant  vu  sa  lumière,  ilslui  portèrent  envie,  etdirent  :  «  Allons!  s'il  a 
de  la  nourriture,  nous  la  mangerons;  s'il  a  de  la  boisson,  nous  la  boirons  9;  et 
ils  tentèrent  de  le  faire.  Lorsque  le  dieu  bon  vit  cela,  il  prit  une  parile  de 
lui-méme  et  la  leur  jeta.  L'étre,  partie  divine,  fut  alors  dévoilé  au  dieu  mao- 
vais;  il  s'y  mélangea,  et  de  ce  mélange  sortit  le  monde  actuel.  Les  parties  de 
Dieu  sont  emprisonnées  dans  les  parties  du  dieu  mauvais  :  mais  Dieu  repren- 
dra  sa  part,  qui  a  été  prise  par  le  dieu  mauvais;  peu  à  peu,  il  la  réunira  à 
son  étre  et  se  débarrassera  du  principe  mauvais,  en  sorte  que  celuì-ci  ne 
puisse  plus  le  combattre  de  nouveau. 

Ce  maudit,  cet  impie,  cet  infidèle  (que  Dieu  le  maudisse  à  cause  èie  ses 
mensonges!)  niait  la  résurrection.  Il  disait  que  le  Christ  est  le  fils  de  ce  dieu 
bon,  et  que  lui,  il  était  son  apòtre  auprès  de  ses  parties  qui  furent  prises 
à  son  étre  par  le  dieu  mauvais,  pour  leur  annoncer  qu'elles  seront  sauvées  de 
la  prison  du  dieu  mauvais  et  reviendront  à  leur  principe.  Il  enseignait  aussi 
la  métempsycose.  Il  prétendait  qu'il  était  Fapótre  du  Messie  et  qu'il  était 
sorti  de  son  essence.  Lorsqu'il  eut  trompé  les  hommes  et  répandu  partout 
son  impiété,  Sapor  le  fit  tuer  et  attacber  sur  une  croix,  à  la  porte  de  Suse  *. 
Ainsi,  Dieu  le  maudit  et  lui  donna  ce  qu'il  méritait. 

A  la  mort  de  Sapor,  fils  d'Ardaschir,  son  fils  Ilormizd  lui  succèda  *.  Il 

1.  A  la  porte  de  ^^jù.  n-^,  Pognon,  loc,  cit,,  p.  126.  —  2.  En  Tan  271. 


Digitized  by 


Google 


[19]  IV.  —  HISTOIRE  DE  MANÈS.  229 

s3j^  ^jJ^jy  oU  U j  .  C^U j  ^j^\  5,y^ J  ^  viUJl  fj  ^^li  .  Ululali  ^^  fji^ 
ìjjLwJL"*  ^^Ula--I  ^^  jLS-VI  ^^  .oLt5  ^^1^1  d'Ur  5ju  ^jJ^  ìuu»  jL»j  ^jj 
ji  ^^^^  JL«>  a;I  J  ^><XJI  *ij  <«Cl  Jj  .oUj  ^^^-i:^  iuJI  jfoi  .^L»!»  T^^  jl^j 

cJLS  «v.«^  j^  l|^  »r*^-^^  t^li  ^^^j^  J^j  GuL-l  A».,y^j  <^»-**'  ^*^^^  j^^^^ 
.<-w»jj  vi)^  ^^ULu-1  ^^l  viUS  JUij  aJIc  (^-oIj  .^juJI  viJlidl»  yo  ^ 
.CJU  CiyJJ  J^J\  1-Ji>  jl^j  .^j-:^^jj'  -i^"  ijJcX^-Vl  vi^ai  ^  o^^^,^r- ^--aj 

^1    w-*-i^lJuJl   ^L—    ^    /^>:^    J;-»    JUjw    jl    ^^.^^    <i*l    4Ì^^    jM^Ulau-1    Jl    wJ^    JlJj 
1.  ^j^jy^y\jù.  —  2.  (Nepos)?  ^yé  wiLap^».  —3.  (j^j^j^. 


était  boa,  administrait  bien  son  royaume,  était  compatissant  pour  les  fai- 
bles.  Il  regna  un  an  et  dix  mois,  et  il  mourut.  — Ala  mort  de  Gornéliu3\ 
patriarche  de  Rome,  Lucius^  lui  succèda  pendant  huit  mois  et  mourut.  On 
choisit  alors  Etienne',  son  disciple  ;  il  était  bon  et vertueux,  il  gouverna  TEglise 
pendant  deux  ans  et  mourut.  Pendant  son  pontificata  on  discuta  pour 
saToir  s'il  fallait  rebaptiser  ou  non  les  hérétiques  convertis  à  la  vraie  foi  ; 
car  Tusage  était  seulement  qu'on  leur  impos&t  les  mains  et  qu^on  leur  fit  des 
onctions  sur  le  front.  Lorsque  les  discussions  se  multiplièrent,  Cyprien,  primat 
d'Afrique,  réunit  vingt-neuf  évéques  et  fit  vingt  canons  dans  lesquels  il  ordon- 
nait  de  rebaptiser  quiconque  aurait  renié  la  foi  dans  la  Sainte  Trinité.  Il 
suivit  ces  canons;  et  il  fit  cela  sur  Tordre  d'Etienne,  patriarche  de  Rome. 
—  Denys,  disciple  d'Origene,  était  alors  patriarche  d'Alexandrie.  G'était  un 
savant  philosophe;  il  écrivit  à  Etienne  pour  lui  dire  qu'il  fallait  rebaptiser 
tous  les  hérétiques  convertis  à  la  vraie  foi.  Denys  gouverna  TEglise  d'A- 
lexandrie pendant  onze  ans  et  mourut*.  Il  a  compose  plusieurs  livres  pour 
réfuter  Sabellius  et  Néipos  (Al-Monyài?)  qui  étaient  dans  sa  ville  episcopale*. 
A  la  mort  d'Etienne,  patriarche  de  Rome,  Sixte*  (Karistous)  lui  succèda 

1.  Comélius,  pape  de  251  à  252.  —  2.  Lucius  !•%  pape  de  252  à  253.  —  3.  Etienne  I*% 
de  253  à  257.  —  4.  En  264.  —  5.  L'auteur,  par  anachronìsme,  veut  peut-étre  parler  des 
Manichéens  et  non  du  novateur,  évéque  d'Arsinoé,  qui  s'appelait  Népos.  —  6.  Sixte  II, 
pape  de  257  à  259. 


Digitized  by 


Google 


230  HISTOIRE  NESTORIENNE.  iff 

.il;L^  ùt*^  /^  Vl^  tJ  «i*^-*i   .^l-^li  \j^  jlo   .)ù*JL"  ^^z^^-»— ^^l^-^  ^^-"^  J^J 

L*J  L|^.^^Jai  *  ^Liu-i)l  ^y  '>»^pt5  <:^li*'^  l^ii-'  òy-^  /•■^^  ^^J  Jj  -^M*- 


pendant  quatre  ans  et  mourut.  Après  lui  vint  son  disciple  Denys'.  Il  était 
bon  et  vertueux,  fut  patriarche  pendant  neuf  ans  et  mourut. 
A  p.  42.  *  A  la  mort  de  Claude^,  empereur  des  Romains,  Aurélien  IP  [Aoiilabrià- 
bounou)  lui  succèda.  Il  était  intelligent  et  savant,  et  les  pbilosopbes  fréquen- 
taient  son  palais.  Un  jour  qu'ils  étaient  venus  pour  le  saluer,  il  leur  dit  : 
ce  O  vous  tous,  soyez  bumbles  devant  ceux  qui  vous  instruisent.  Apprenez 
tous  les  jours  et  sachez  que  vous  ne  possédez  point  la  science  parfaite. 
Glorifiez  et  bonorez  vos  maitres,  et  ne  vous  comptez  pas  au  nombre  des  grands 
pbilosopbes,  de  peur  que  vous  ne  soyez  un  jour  bumiliés.  »  Ils  lui  répondirenl. 
a  L'empereur  a  parie  juste  :  il  faut  que  Tbomme  s'instruise  tous  les  jours,  car 
nous  avons  vu  un  bomme,  célèbre  dans  la  pbilosopbie,  affirmant  que  le 
soleil  est  noir  de  sa  nature  ;  mais  il  se  tua  et  on  brùla  les  livres  qu*il  avait 
composés.  Nous  en  avons  vu  un  autre  semblable  et,  avec  lui,  le  philosopbe 
*Andàmius*... 

Sous  le  règne  d'Aurélien,  soixante  évéques  se  réunirent  à  Antioche  et 
excommunièrent  son  patriarcbe  Paul  de  Samosate,  à  cause  de  ses  fausses 
doctrines  et  du  cbangement  qu'il  introduisait  dans  la  foi. 

1.  Denys,  de  259  à  269.  —  2.  Claude  II,  empereur  (268-270).  —  3.  Aurélien  (270.2:3, 
le  premier  et  le  seul  empereur  romain  de  ce  nom.  —  4.  Le  sens  de  ce  passage  e5i 
obscur,  probablement  par  suite  d*une  lacune 


Digitized  by 


Google 


[21] 


V.  ^  lllSTOntE  DE  PAUL  DE  SAMOSATE. 


231 


Jr*  ó^.  i**  ^^^r^^  ^'^  0^«*J'  <^  ^-ull  ^jjj  j^^Vlj  w^Vl*  »-^^.  ^'  -^1  j^. 
.  J^jIjuJI  L'j^   ^^-^1   ^   jil^  j\   ^^jj  ^lij  ^Lkl  Jl^  j>i  .tjLu  VL. 

L  Ms.  ^!    fl-^.  —  2,      'jJJ,  —  3.  Ms.  add.  ^d^'.  ^  4.  Ms.  i-=klj.  —  5.  Ms.  ^"Ìl 


V.   —   IhsToiHE    DE  Paul  de  Samosate. 

Lorsque  Valórien  {Aoifralinous)  régnait  avec  son  fils  Gallien  {Djàlàsittous), 
il  avait  persécuté  les  Chrétiens  et  tue  plusieurs  d'entre  eux,  dont  le  martvr 
Cyprien.  \'alérien  fut  attaqué  et  eoimené  eri  captività  par  Ardaschir,  roi  de 
Perse  ' . 

Quaod  Gallien  vit  ce  qui  était  arrivò  à  aoii  pére,  il  cessa  de  trailer  les 
Clirétiens  coiiime  son  pére  les  avait  traités;  il  leur  rendit  la  tranquillité  et 
demanda  leur  secours. 

Paul  de  Samosate  était  alors  patriarche  d'Antioche,  U  inventa  une 
doctrine  d'après  laquelle  Dieu  n'est  appelé  Pere,  Fils  et  Saint-Esprit  quo  dans 
un  sons  tìguré,  Ll^  Chris L  n'est  pas  né  de  Marie;  il  est  seuloiiient  homrae 
et  ne  possedè  point  la  divinile.  Plusieurs  evéques  se  réunìrent  alors  contre 
lui.  Mais  il  avait  reeueilli  une  grande  somme  d'argent,  avec  latjuelle  il  gagna 
la  faveur  du  gouverneur  d'Antioclie;  il  oLligea  les  religieuses  à  chanter  ses 
hjTunes  sur  Notre-Seigneur  Jesus -Christ.  Les  Pères  raillaient  scs  dis- 
cours;  et  quand  ils  se  furent  réunis  pour  chasser  le  loup  du  milieu  des 
brebis  et  pour  Texcommunier,  il  simula  le  repentir,  Puis,  quand  la  réu- 
nion   fut  dissonte,    il   revint  à  son  impìété.   Les  évéques   se    réunirent  de 

1.  Il  a  ólé  dit  jilus  haut  que  ce  l'ut  Saper,  fils  d'Ardaschir,  qui  emmena  Valérien  eri 
captivi  té.  S. 


Digitized  by 


Google 


232  ^^«^         IIISTOIRE  NESTORIRNNE.  [22] 

^  JUJ1 4L>-iji  ^  ^  ju^ij  A^jj  <m  ^i;  V  ou  j\  j\  (ju  jjj.  |jj  .(m/ 

t>    ^i^.r»-^   c^y    *Ó^^J    .*r-'^lji>   o-j-iJ>i,^  ^^*^l    lÀA  J   jl4   .<;^J^ 
jD^  .i-jL*Jl  <  :  ,.i  W  ^  ce^-^j  ìItt^  cj**^  ^j^^'^j^  ^-*-»  ^'^  ^ij'j' ^M^^  fj^^ 

1.  Me.  à>l&.  —  2.  i^r-jr^^  —  3.  ^ySb. 


nouveau  et  ils  écrivirent  à  Denys,  patriarche  d'Alexandrie,  le  priant  d'as- 
sister au  concile.  Donys  prétexta  qu'il  en  était  empéché  par  sa  vieitlesse  et 
son  impotcnce.  Il  leur  dìsait  qu*il  avait  cxcoramunié  Paul  et  que,  malpfré  soii 
éloigiiement,  il  était  pourtaiit  au  milieu  d'eux.  Les  évt^quos  excommuuièrent 
Paul  une  seconde  fois.  iMais  il  ne  voulut  point  quitter  Antioclte,  et  il  fut  sou- 
tenu  par  le  gouvenieur  de  cette  ville,  k  qui  il  avait  donne  de  Fargent.  Les 
Chrétiens  demaiidòrent  alors  le  secuurs  d*Anrélien  (Aouralinovs)^  qui  ordonna 
de  le  chasser  malgré  lui.  11  demeura  on  exil  jusquà  sa  mort.  Que  Dieu  ne 
sanctifie  point  san  àme,  et  gri^ce  lui  soit  rendue  pour  avoir  délivré  le  monde 
de  sa  doctrine!  Grégoire  le  Thaiimaturge  assislait  a  ce  concile;  et  Domnus, 
neveu  de  Démétrius,  succèda  à  Paul,  Aurélien  (Fériliànous)  regna  cinq  ans 
et  fut  tue  durant  la  sixième  année.  Pendant  son  règne,  les  Chrétiens  étaient 
tranquilles,  Apres  lui,  vint  Tacite  {Jifms}^  malgré  les  chefs  di*  rempire  ;  il 
fut  tue  au  bout  «le  six  mois,  Après  lui,  Florien  (Fhmriìious}  arriva  au  tróne 
par  la  force;  mais  il  fut  combatlu  par  les  chefs  des  Romains,  qui  étaient  en 
proie  à  Tanarchie,  et  tue  après  un  an  de  règne*, 

1,  L  auteiir  confond  sans  cesse  et  Iranscrit  souvenl  avec  la  miime  orili ographe  les 
noms  des  deux  empereurs  Valérien  (2r>3-2{>e)  et  Aurélien  (270-275).  Le  concile  d  An- 
tioche eut  lieii  en  2t>8  et  Paul  maintint  son  autorité  jusqu'à  la  prise  de  cette  ville  par  Au- 
rélien l'D  272.  —  2.  Tacite  (275-276).  —  3.  Florien  fut  tue  par  ses  soldats  après  deux  mois 
de  règne  (276). 


Digitized  by 


Google 


[23]  VI.  —  HISTOIRE  DE  SAINT  GRÉGOIRE.  233 

.w>UcJi  Jl^li  tfy^jy^^y^  J^  cTi"^  ^y^^'  ,j^^ 

^J^    f fl  a  J    JL*>-    LJ5    .w^UttJl    Jifrli    ^yk-J    ATIj^Jm^   AJUUai    0^^|J»5    -(^^1/^'    *l/.'j 
^JLoJ»^  Jjt.   (^   .U»*£   A;-^  /^"^^   jt— ***^l   l*-Xw    (V**vJ'   *V»  ^-^'   (3    "^W  CfJ^J^ 

<J  jl^  '(^^  f^p"  c5^  /•"^^  c^*^  '-^^  •^***  ^-^^  r^^  -^  <jI^;^I  ^ù  u-iJl^; 

J^— L-    vi.  ir  p^JLg>   viUJl   J   ATJU    ^l^    -fJ^'    ^^   0^>l-?y*    W    <J^    t5*"   ^' 

)AJ<£^  JcJj  aI  j^Vl   ir*-tLIi^li  '^^jyy   ify*^  ^^  ^^  ^^  '^J  -^r^'  ^J 

1.  Ms.  ^y.  —  2.  Ms.  w.j.^^.  —  3.   ^,^f,  ^^ 


A  p.  43. 


rt 


Vi.    HlSTOIRE    DE    SAINT    GrÉGOIRE    LE    ThATJMATURGE. 

Ce  Saint  (qu'il  prie  Dieu  pour  nous)  était  originaire  du  Pont.  11  fut  pen- 
dant longtemps  disciple  d'Origene  le  commentateur.  Dès  son  enfance,  il  imita 
les  saints  et  vécut  solitaire  dans  une  cellule.  Dieu  lui  accorda  le  don  de  faire 
des  miracles  et  de  guérir  les  malades.  Ses  vertus  et  ses  miracles  se  mani- 
festèrent  et  il  fut  appelé  thaumaturge.  Lorsqu'il  fut  nommé  évéque  du  Pont\ 
il  n'y  avait  dans  la  ville  que  dix-sept  personnes  croyant  en  Notre-Seigneur 
Jésus-Christ  :  il  passa  tout  son  temps  à  en  convertir  les  babitants  à  la  foi  en 
Notre-Seigneur  et  à  les  baptiser;  si  bien  qu'au  moment  de  sa  mort,  dix-sept 
personnes  seulement  n^avaient  pas  embrassé  la  religion  chrétienne.  Il  fut  du 
nombre  des  évéques  qui  se  réunirent  pour  excommunier  Paul.  Il  avait  un 
frère  qui  marchait  sur  ses  traces  *  et  qui  devint  aussi  évéque.  —  Lorsque  ♦  a  p.  'a. 
Bahràm  {Warhàràn),  fils  de  Sapor,  monta  sur  le  tróne  *,  il  se  montra  bienveil- 
lant  envers  les  Cbrétiens  et  administra  son  royaume  avec  justice.  Au  com- 
mencement  de  chaque  mois,  il  tenait  un  conseil  pour  examiner  les  intéréts 
de  ses  sujets.  Il  commenda  à  régner  Tannée  où  fut  assassine  Florien  {Flou- 
rinotis)j  empereur  des  Romains,  et  il  regna  pendant  trois  ans  et  trois  mois. 
Lorsqu'il  mourut,  Probus*  (Qlousous  Borbous?)  lui  succèda  et,  les  circonstances 

1.  De  Néocésarée  dans  le  Pont.  —  2.  En  273.  Les  historiens  font  de  ce  Bahràm  un  fils 
d'Hormizd,  mais  il  était  bien  fils  de  Saper.  Cf.  Noeldeke,  Geschichte,  p.  49,  n.  1.  — 
3.  Texte  défectueux.  —  Bahràm  I"  rógna  de  Tan  273  à  Fan  276  et  Florien  en  276.  Celui- 
ci  eut  pour  successeur  Probus  (276-282). 


Digitized  by 


Google 


23/i  .  HLSIOnih:  NESTOHIENNK.  [241 

^JJJl  ^^j  Ci^^l   S^jJli  ^L-l    ^y\  jl^j  -j'-^'  >-l  (^b  Jy-J   Jr*  (T!^  ♦1'^^'*^ 


•C^j^  j' 


U  ^^Ju!l 


d)L:->  S^^j^   ^  aL?!^  .luUl   ^jl   j^^jl  jL  ^^1  ji  ^^  jUjll  I-i*  J 
.  jy^LJl  ^  '*^J  J^j  ^i^^j  ^W  :i>=t  -^'  i  ^^y-  J^-J  *^yi 

is^  ^•^.  0:1   cs*^-   "^^   '-'^  ^^j^'l   t_>H  J   (^bj  .^y'   cA?*^''  J^  jLjVI 


^ 


le  favorisant,  il  tua  ses  ennemis  et  alla  combattre  les  barbares.  Il  mourut 
empoisonné,  apròs  avoir  régné  six  ans  et  quelques  mois.  Pendant  son  règne, 
la  raortalité  auginenta  considérablement  à  Homo,  deptiìs  le  mois  de  seplembre 
jiisqu'à  la  fin  de  mare.  La  principalG  cause  des  décès  fui  la  grande  quanti  té 
de  neige  qui  était  tombée.  En  ce  temp«-là,  Felix  fut  patriarche  de  Home 
pendant  six  ans'.  Eutycliien  lui  succeda  pendant  un  an*;  i!  eut  poor  suc- 
cosseur  Gams  pendant  qniuze  ans^ 


VII.    HlSTOIRE    DE    SAINT    EuCEN'E  *. 


En  ce  tcmps-là  parut  saint  Engène  (Aoudjifi)  dans  le  pays  d<\s  Coptes-  Il 
était  originaire  d'une  Ik  appelée  Glysnia  (Qalousmà)  ".  Il  ótait  plougeur  dans 
la  mer;  il  en  tirait  les  perles,  les  veudait  et  en  distribuait  le  prix  aux  pauvres. 
Il  exerra  ce  métier  pendant  vingt-cìnq  ans.  Il  niarelmit  sur  Teau,  devant  les 
vaisseaux,  comme  riiomnie  marcile  sur  la  terre  ferme;  et  un  jour  il  vit  cornine 
une  éloile  marcher  devant  lui  svir  Teau.  Une  autre  fois.  Ics  pirales  voulurent 
attaquer  un  vaisseau  dans  lequel  il  y  avait  une  très  grande  somme  d'argent  : 
il  se  mit  alors  à  prier,  à  supplier  Dieu,  et  il  s'eleva  une  tempete  qui  arracha 
le  vaisseau  aux  mains  des  pirates  et  le  jeta  sur  File  liabitée  par  le  saint.  Les 

1.  Felix  I";  pape  de  209  a  274.  —  2.  Eutycliien,  pape  de  275  à  283»  —  3.  Galus,  pape 
de  283  à  21)fL  —  4.  Cf.  Bi-ijjan,  Acta  mari,  et  sanct.,  Ili,  Paris,  1892,  p.  376-480.  — 
5.  Près  de  Suez. 


Digitized  by 


Goog 


[25]  VII.  —  HISTOIRK  DR  SAINT  EUC.ÈNE. 

l^^  wJlIX  ^   ,L»i   VUl.  ^^^^'  Ol    l^^j   IjjjbU  U^   ^^1 


<1  o-^» 


tri 


lAA 


l.Ms. 


2,Ms 


^^^j.*t.  —  3,  ^^jb. 


hommea  qui  étaient  daiiB  le  vaisseau  furent  émerveillés  par  le  fait  dont  ils 
élaient  témoins  et  donnèrent  au  saiiit  treiite  taleiils  d*or.  Avec  cet  argent  il 
coiistniisit  la  im  nionast*>re;  et  sa  rt^piitation  se  répandit  daiis  toute  la  coni  rèe. 
Il  quitta  alors  sou  pays  et  vint  ait  monastère  de  Pacòme  daiis  le  déserl  de 
Scété  (Asfiàti).  11  y  trouva  les  frères  chaufrant  un  four  pour  ciiire  le  pain;  il  prit 
le  fourgon,  sortii  toute  la  braise  et,  se  tenant  debout  au  milieu  du  four,  il  lìt  sa 
prióre.  11  partii  de  là  après  avoir  demandé  la  bénédiction  de  tous  les  Pères  qui 
vivaieut  dans  ce  désert.  Soixante-dix  personnes  le  suivlrent  et  vinrent  avec 
lui  jusquVì  Nisibe  (Nasihin).  II  habiia  tout  près  de  la  montagne  appelée  Izala 
(Azal).  Ce  saìiit  acconiplit  des  prodiges  iunombrable^i,  racontés  dans  son 
bistoire'.  Gomme  ses  visiteurs  devenaieiit  très  nombrcux,  il  bùtit  sur  cette 
montagne  un  monastère  où  les  moines  se  réuuirent.  Il  guérit  d*une  maladie 
incurable  le  fils  de  Cevdon  {Qardoun} ^ ,  gooverneur  de  Nisibe.  Ce  dernier  reyut 
alors  le  baptéme  avec  toute  sa  l'amille;  et  il  écrivit  à  Constantin,  empereur 
des  Ilomains,  pour  le  lui  faire  savoir.  Ce  saint  annon(,ra  à  Tavauce  co  qui  se 
passerait  dans  TEglise  à  cause  d^Arius  et  commeut  se  terminerait  sou  af- 
faire avec  les  trois  cent  dix-liuit,  — -  Il  comprit  ensuite  qu'il  devait  parcourir 
les  pays  avec  ses  enfants,  pour  convertir  les  hommes  k  la  vraie  foi.  Ìls  en  con- 
verti rent  un  grand  nombre  à  (ìardou  {Qardà),  à  Beit  Zabdé  {Bàzabtld}^  et  à 
Kisibe,  pendant  le  règne  de  Sapor,  ennemi  des  Chrétiens.  Lorsqnll  fut  très 
avance   en  ì\ge,  il  quitta  ses    disciples.  Chacun  d'eux  alla  où    Dteu  (qu^il 

1.  Editée  par  Bedjan,  loc.  cii.  —  2,  ^/^.  —  3.  «^«  is-j.  Qaniou  et  Fitìit  Zabdè  sont  deux 
bourgades  voisines  dans  la  Mésopotaoxie  (YAijout,  Muiijam  ai-òolddìi,  IV,  p.  50;. 


Digitized  by 


Google 


inSTOIRE  NESTORtENNE. 


'uja.i>-i 


.LUI  ^1  tì^U)  ^i  \ 


l^_;-:é  Lftli-  l^    ÀA"j   .x^\  J\   j^^J    *4"^   Jj^J  -ir-^'    ij',A*  "t^-'J-' 


ftVkAjiJi   /t.^  ^'^^  y 


..UiiVl 


i« 


2.^^ 


est  puissaut  el  grand!)  le  désiraìt;  et  ils  bàtirent  des  monastères,  des  églises 
et  des  convents.  Puis  il  moumt  et  fut  ense>*eli  dans  soii  monastère-  Il  avait 
deux  scEUrSf  dont  Tuiie  s'appelait  Thècle'  [Taqldì  et  Tautre  Stratonice  (Aslrà- 
talniqd)  *. 


I 


VIIL    XOMS    DKS    DOCTEURS. 

Du  temps  de  Sìihloupas  et  de  Papas,  les  deux  métropolites  d'Orient,  et 
d  Etienne,  patriarche  de  Home,  vivaient  les  éminents  docteurs  :  David,  évé* 
que  de  Bassorah  {Al-Basrah\,  qui  quitta  ^ou  siège  et  partii  pour  Tlnde  où  il 
convertit  une  foule  de  personnes  ;  Gadhimhab  %  évéque  de  Gondisapor:  Ebed- 
Jésus\  évéque  de  Kasker;  Jean*,  évéque  de  Maisàn;  André,  évéque  de  Deir 
Mahràq;  Abraham,  évéque  de  Schouschter  {Tostar);  Milès  ar-Razj*,  évéque 
de  Suse  [As-Sous).  Ce  sont  ceux  qui  se  réunirent  pour  blt\mer  Papas.  Dans 
le  pays  des  Homaius,  vivaieut  Anatolius  (Antounìs)  ',  évéque  de  Laodicée; 
Tliéouas    {Toumà)*y  patriarche  d'Alexandrie;  Timaeus  {Timàtluìousì*  d'An- 

1.  MI.  —  2,  1*  't:^**f  ;  Bedja\%  ioc.  cit.^  p.  M3*  —  3.  .anu^  martyrisé  avec  Siméon  bar 
Sabbaé  en  Tari  341,  Cf.  Bidjan,  Acta  mart.^  IL  p.  131.  S.  —  4.  Les  Grecs  le  nommeut 
ArchelaOs,  S.  —  5.  Cf.  Bkdjan,  loc.  cit.j  W,  p.  i31-  —  ^^  CL  Bediak,  Iùc,  cit.j  II,  p.  260- 
275;  SiizoMÈxE,  Hist,  eccL^  li,  xiv.  —  7.  CL  Bar  Hebr.eus.  HisL  eccL,  II,  62.  S. — 
8.  CL  El'sèiie,  //,  £.,  V,  xxjcn.  S,  —  9.  CL  Michel,  Chroniqne,  I,  p.  198. 


I 


Digitized  by 


Google 


[27]  IX.  —  HISTOIRE  DE  BAHRAM  IL  237 

ójJ^j  jj*--  wJ»l-»-«  sjl»B^i  ój^j^  n*:^  «J'-3  ^J  -Kjry^^  ^,jl-t*4J  .  jLJill 

ju  L.  ^  ì)Ia^  ^^  j  ^j  a  .Ci  Ci^  ^^^  ji^j  .j^i-  5jV  «J-*  ^ 

jL^jj  .K^  j\è  U^  AilJ  ♦^^"  (*»*  •V*'  -^j^^'j  ^:I^wr''  V*^'  p^^  rV?"  "^  o^ 
sìUa3j  .  J^LJIj  ^jjjJI  jj^^j  pi^  òyj^j  ^J^  jn^'  J^-H  ^^'1-^' 
Jil.  ^Li   .  jLLiJU  j^,al£pVI  jl  ex;  ^Lil  ^j  .Sj^l  Jji|^  AifUVIj  JJLAJI 

1.  ^t^U^^.  — 2.  Ms,  ^U 

tioche.  A  Alexandrie  vivaient  les  deux  prétres  Piérius  {Qournous)  *  et  Achillas^ 
et,  à  Cesaree,  Agapius  {Aghifousy.  Tous  combattirent  sans  relàche  les  héré- 
siarques  Simon,  Marcion  et  Manès. 

IX.    *  HlSTOIRE    DE    BaHRAM    [II]    FILS    DE    BaHRAM    [!"]    FILS    DE    SaPOR  '.        '  '^  P-  ^• 

Lorsque  cet  homme  regna*  en  Perse,  en  Tan  590  d'Alexandre,  il  fut 
bienveillant  envers  ses  sujets;  et  ses  soldats  furent  très  contents  de  lui. 
Au  début  de  son  règne,  il  vint  dans  la  Sasiane  {AUAhuàzy.  Il  examina  la 
religion  cbrétienne,  comme  avait  fait  son  grand-pére  Sapor  :  il  en  pos- 
sédait  quelques  éléments,  car  selon  Milès  ar-Razi',  il  avait  été  élevé  à 
Karka  de  Djoddan  {Karkh  Djoddàn)  et  il  y  avait  appris  un  peu  de  syriaque. 
Il  fit  venir  quelques  Pères,  les  interrogea;  et  ils  lui  expliquèrent  les  doc- 
trines.  Il  leur  dit  alors  :  oc  Je  vois  que  vous  regardez  comme  grand  cet  étre 
unique  que  vous  reconnaissez  et  que  vous  exaltez,  mais  vous  vous  trompez 
en  défendant  d'adorer  les  dieux.  »  Puis  il  changea  d'opinion.  Voyant  que  les 
Manichéens  se  disaient  chrétiens,  s'habillaient  comme  eux  et  méprisaient 
le  mariage  et  la  procréation  des  enfants  comme  le  métropolite  et  les  évé- 
ques,  il  crut,  à  cause  de  ses  mauvaises  intentions,  que  les  deux  religions 

1.  Cf.  EusBBE,  Hist.  eccLy  VII,  xxxii.  —  2.  Cf.  Michel,  Chronique,  I,  p.  200.  —3.  Cf. 
NoELDEKE,  Geschichte...,  p.  48-49  et  415-416.  —  4.  D'après  Noeldekb,  il  aurait  com- 
mencó  à  régner  en  276/7.  —  5.  Cf.  Nobldeke,  Geschichte,  p.  12,  n.  4.  —  6.  Cf.  AssÉ- 
MANI,  B.  0.,  III,  I,  51.  S. 


Digitized  by 


Google 


238  HISTOIRE  NESTORIENNE.  ^28: 

\^j^\  l^xi  JLiij  j^  ^^  tSjUvJI  ^^1  (j-^^sjcJl  (^ojjì  ./%|^  f-*^j  ir^U 
L*  dUUl  fl^^,   J\   ^jLxi\   Jlki  .S^^jU  ^jl^Cj  <%Jip  <ril  lili  jpJj  .,5jUil 

-cJLl^   JLi    LL..J».   V^   ó^   òb    •^^-'J^    v'^'    j^/kA-ai)    JuUl    \y9Cj^    JJi    ^f^Xs> 

.<;y-.MPci^j  ^jjdl  Oj^.j  -Jj^rJ  f^.-*^  J^'  J^^  -*^'j  ^^^.  ò^J^  isJ^'^ò 


étaient  identiques.  II  ordonna  donc  de  tuer  les  Manichéens  et  de  détruire 
leurs  églises.  Les  mages  persécutèrent  alors  les  Ghrétìens  sans  distinction. 
II  fit  tuer  Qandirà  sa  femme,  qui  était  d'origine  romaine,  parca  qpi'elle 
croyait  à  la  religion  chrótienne  ;  il  fit  aussi  tuer  le  bienheureux  Qàribà,  fil? 
d'Ananie.  Les  mages  opprimèrent  alors  les  Chrétiens;  et  Papas'  endura  de 
très  grandes  souffrances.  Les  Chrétiens  se  plaignirent  au  roi  Bahràm  de  ce 
qui  leur  arrivait.  Il  désira  savoir  alors  quelle  différence  il  y  avait  entra  eux 
et  les  Manichéens.  Il  leur  demanda  pour  quelle  cause  le  métropolite  et  les 
évéques  se  privaient  du  mariage  et  de  la  procréation  des  enfants  dans  le 
monde.  Il  disait  :  <c  Si  cela  est  mauvais  et  défendu  chez  enx,  ils  méritent  la 
mort,  parce  qu'ils  veulent  anéantir  le  monde;  et  si  c'est  bon  et  parmls, 
pourquoi  leurs  chefs  s'en  privent-ils  et  le  méprisent?  »  Les  Chrétiens  répon- 
dirent  que  les  Manichéens  croient  en  deux  dieux  anciens;  qu'ils  croienl 
aussi  que  la  terre  est  animée  et  possedè  une  àme,  que  les  àmes  se  trans- 
portent  d'un  corps  à  Tautre,  et  que  le  mariage  est  mauvais.  Les  Chrétiens 
croient  en  un  seni  Dieu,  créateur  de  tout,  éternel.  Ils  enseignent  que  le 
mariage  est  bon  et  ils  Tordonnent  dans  leurs  livres.  Mais  leurs  chefs  s'en 
privent  afin  que  le  mariage  ne  les  empéche  pas  de  faire  ce  pour  quoi  ils  ont 
été  établis,  à  savoir  :  la  direction  de  leurs  ouailles,  la  prióre  et  Tinterces- 
sion  pour  le  monde  et  ses  habitants,  pour  le  roi  et  le  royaume.  Les  Mani- 
chéens s'habillent  comme  les  Chrétiens  pour  se  cacher.  Le  roi  alors  agréa  leur 

1.  Patriarche  de  Séleucie,  de  558  à  G37  de  l'ère  des  Grecs  (247-326),  Gismondi,  Ataris, 
Antri  et  Sliboe,  De  Patriarchis...,  p.  9,  cu  de  266  à  335,  Bar  Hédr.,  Chron.  eccL,  II,  p.  28. 


Digitized  by 


Google 


IX.  ^  IIISTOIRE  di:  BAHRAM  il  239 

^jrY^\      ijrJ^-^J      <^       ^^J-^^       A--»"      <^L.      SjUJ       .Jl^Uj      <JUi       j\é      U^       JljJ       Vf»^      wi^L 

V  *^L— tt  llxj  <^y  Jiij  .ULkij  c.j^  ^  (.uij  .(iiiji  Juu  u^jy^ij  .<<juji 

.iJj  A-jwj  .<jL>-  ^j  i^Vjl  j^  <^jj  .aJU-j  jLk:;V  <u\^  ^J^  4^15 j  .cJL^  JL-J1 


Ul^  4JI 


wT^-i^^    ^'-^ 


Ui   .tì 


Jl   JLI 


-^^   sJ    «J'-^-J-^^ 


\:i 


(*Y^^    rJ^    <iSL-    f*!^!»'     Jj^    i3    UJ>1j    AaJi    ChìÌISj   .^j^^aJ    ^^Y^    -*^*""j    w^  l5^-^      fUil 


*■  ^-^z- 


^    Jw^t    5J. 


réponse  et  ordoniia  de  ne  plus  les  persécuter.  Il  changoa  donc  de  eonduite 
et  mourut  après  avoir  régné  pendant  dix-neuf  ans  et  dix  mois  \ 

De  son  temps,  Cariis  regna  sur  les  Roniains;  il  s'associa  se«  deax  fils 
Carlnus  et  Numérianu^^  ^,  k  qni  il  donna  le  pays  de  Syrie;  pour  lui,  il  resta  à 
[tome  et  en  Italie.  Il  disait  à  ses  deux  lils  :  ti  II  y  a  trois  choses  dont  le  rei,  h^ 
juge  ou  le  gouverneur  ne  doit  pas  rougir  el  qu  il  ne  doit  pas  manqner  d'ac- 
implir,  à  savoir  :  se  leverde  son  siège  devant  son  pére  venant  pour  le  saluer; 
Ittendre  ses  honimcs  sur  sa  monture;  établir  ses  enfants  dans  une  chargc 
pendant  sa  vìe.  » 

Après  trois  ans  de  règne,  il  vint  dans  la  région  de  Nisibe  (Nasibin),  rt  à 
cause  dii  changement  de  climat,  il  raourut  et  fut  porte  à  Rome.  Et  en  ce 
temps-là  son  fils  Cariiius  fut  tue  dans  la  région  de  Marguc  {Barqd?)^  Lorsque 
Numérianus  vit  qu'il  lui  avait  donne  Dioclétien  {Doitqlatiànoiis)  comme  collègue 
pour  Tempire,  il  eomplota  contre  lui,  lo  Ina  et  regna  seuL  Puis  il  s'adjoignit 
Maxinìien,  quii  maria  avec  la  lille  de  rempereur  Constantin;  et  il  était  doux 
et  Inimble.  Le  royaume  fut  divise  en  quatre  parties  ^.  Et  chacun  d'eux  fut 
appelé  Cesar.  —  Au   commeocement  de  leur  règne,  TEglise  était  en  paix, 

1,  Peodaiil  dix-sepl  ans,  d "après  Bar  Ilébrieus, //i>/G/>t'  des  dynastìes^  éà,  Salliatii^ 
p.  131.  S,  —  Kd.  Pococke»  p.  132.  —  2.  Probus  fut  tue  en  282.  Carus  lui  succeda  et  scasso- 
eia  ses  deux  fds  :  Canous  et  Xuméi-ianiis.  S.  — 3*  Ce  passale  est  ineomplet  et  obscur. 
Numèrica,  le  premujr,  fut  lue  jj;ir  Aper.  PuisCarinus  fut  tue  par  les  sìens  à  Margue.  prL*s 
du  Daimbe,  dans  la  1  laute- ÌM(«-^sie.  TiLLKMaNT,  Ilisloire  dea  empereurs^  Paris,  1723.  IIL 
p,  386  et  IV,  p,  6.  DiooltHieii  régua  en  J84  et  s'associa  dabord  Maximien,  puis  Cons- 
lance  Chi  ore  et  Galère*  C'oat  Constantin  qui  avait  épousé  la  lille  de  ^laximien.  On  voit 
que  cetl^  page,  comme  plusìeurs  autres,  faurmille  d'erreurs. 


Digitized  by 


Google 


2m  ^^"  HISTOrRE  NESTORIENNE.  |:iO] 

^ju»j  j  (^-^  L^^  c**-L-l  s^'^r^  coy  ^  *^y  t^r^'  J'j»  l^  ^'  JL4>!  ^^-ii 

òlj  .(.l:^:^!  1^>^  jj  jl  ^jUJl  jUj  jL^\j  iiiUYI  JjL.  .^j  ^1  J^^^j 
A  p.  Ki.  l^J^j  f'^^  C-^  r^^^  jj^^  r^-^-*  r*^  -^  «i^  *  *^^^  -.^l-iJl  ^L^l  ^^.-^ 


jusqu'à  ee  que  Dieu  la  négligea,  selon  les  paroles  du  prophète  qui  a  dit  :  fai 

délaissé  ma  maison,  j'ai  abandonné  mon  hérUage  et  Iwré  la  bieri'aimi'e  de  mou 
àme  entre  les  mains  de  ses  ennemis  *  ;  —  et  aussi  :  Le  Seigneuy  a  abandonné  Sion 
et  jeié  par  terre  la  cottronne  d' Israele  —  Le  démon  entra  daiis  Dioclrtieii, 
dans  90I1  gendre  et  dans  son  lils  et  les  poussa  à  persécuter  les  Chrétiens. 
Et  le  jour  de  Pàques,  dans  la  treizSème  année:?  de  Dioclétien,  ils  écrivireut 
a  leurs  lieutenants  dans  tous  les  pays,  leiir  disant  de  détruire  les  églises 
et  les  munastères,  de  briller  les  livrea  et  de  demolir  les  maisons  des  évéques, 
des  prétres  et  de  tous  les  Chrcticns,  s'ils  n'olTraient  pas  des  sacrilìces  aux 
idoles,  et  de  leur  faire  endurer  tous  les  supplì  ce  s.  Un  grand  nombro  de  chré- 
A  |K 'i5,  tiens  furent  tués  :  *  Ics  uns  furent  lapidés;  d'autres  furent  jelés  aux  bétes 
fóroces;  ils  furent  soumis  à  tous  les  supplices.  Ce  mallieur  frappala  Syrie, 
TEgj'pte  et  Nisibe,  et  il  avait  ordonné  de  ne  demander  aueuu  service  aux 
Chrétiens.  Dans  ces  régions,  leur  saug  fut  répandu  cornine  Teau;  un  grand 
nombre  renièrcnt  leur  foi  par  crainte  de  la  cruauté  des  tourments  et  non 
librement;  car  le  maudit  Dioclétien  a%ait  dit  :  a  Je  ne  laisserai  point  de  trace 
de  la  religion  chrétienne  dans  mon  royauine  »,  et  il  iit  cela  pendant  deux  ans'* 
Pnis  Dieu  eut  pitie  de  son  peuple,  conimc  a  dit  le  prophète  aux  lUs  dlsrael 
apròs  la  captività  :  Ne  crains  pas,  6  Jacob  dlsrael;  j'ai  écouté  la  prihre  en  mon 
nom*  Quand  méme  ies  pikhés  devìeftdrairnt  eomme  la  poiissière,  et  tes  fautes  comme 
les  nuatjes,  lorsqiie  tu  Iraverseras  les  eaux,  je  serai  acec  tot,  et  les  (leuves  ne  te 

1.  Jérémie,  xir»  7.  -^  2.  Lament.,  n,  5.  —  3,  On  sait  que  la  persécuLion  de  Dioclétien 
dura  dix  ans  en  tout  (303-313)* 


Digitized  by 


Google 


I 


[31]  IX,  —  mSTOIRE  DE  S.  PIERRE  D  ALEXANDRIE.  241 

jLi^yi  A^  ^j  is-ii-tì  .<JL*-  «^  i^^  j  aJI  j^ijj  .kU  ^j-^iiaJSj^  ^,1:;  ^jui 

.<jUt^i  <]liii   . AJUf-  L-^i  Aasj  Jcc.1    iS^j^  ^  lX.i..Ar   ^j  ^^/r*'  ^  *'■* ■  ^tj^j   Jua^l 
^jjLkJSj^    ìkJU»   j^  IjJUlj   iijl  ,^^yiaJl>Er  ^j  p.  ....^^iH   i)L*Jlj  b^LJI   *j(ji   .^L^ii 


nub 


submergeronl  pus;  et  si  tu  marches  sur  le  feu,  il  ne  (e  bnìlera  pas;  ni  le  feu 
ni  la  mori  napprocheront  de  tot  *.  Les  ennemis  vinreiit  de  tout  coté  poiir 
combattre  ces  impics.  Oioclélien  devint  ibu;  il  «luitlait  son  palais  et  eourail 
à  travers  les  rues,  Puis  Caius,  (ila  de  Cunnu9(?),  dont  le  pére  avait  été  tue  par 
Dioclétien,  viot  rassiéger  dans  son  palais  avec  son  armée;  il  le  saisit,  Ini  per<;a 
la  màchoire  infcrieure  comrae  on  le  fait  aux  béles  féroces  et  la  lui  altaclia 
avec  une  corde  aux  doigts  du  picd;  puis,  il  pilla  son  palais  et  le  déniuliU 
Ainsi  l>ieu  le  récompeiisa  selon  ce  qu^il  avait  fait  :  il  mournt  après  avoir 
ré^é  vingt  ans-;  il  ótait  Agé  do  soixante-douzc  ans.  fJiiand  cette  nouvelle 
parvint  à  son  gendrc  Maximien  qui  était  en  Cilicio,  il  tomba  malade  et  de-* 

■  vint  également  fon.  Ses  compagnons  le  tuèrent, 

■  Pendant  le  règne  de  Dioclétten,  Pierre  (Fatrous)  succèda  à  Théonas*(T«- 
floarbà);  il  était  bon^  vertueux  et  il  ne  cessait  de  prier  et  de  deinander  au  Christ 
de  sauver  TEglise  et  ses  enfants  du  gouvernement  de  Dioclétien*  Pendant  le 

1.  IsaTe,  xìAìu  I-li*  CL  i,  ÌH  rt  \li\\  22.  —  2.  En  l\in  313.  S.  Ce  récit  de  la  mori 
de  Dioclélien  semble  personiiel  a  l'auleiir,  CI.  THj.E>rt»Nr,  Histoire  des  emperenrs^  IV, 
p.  53-53.  —  3.  Théonas,  de  282  a  300;  Pierre,  de  300  à  31 L  CI',  Ei'seue,  liist,  eccL,  V, 
xxxH.    On  possedè   de  celle  liistoire  de  S.    Pierre  d'AIexandrie  une   version    latme 


[HisTOiiìE   ni:  S.    PiEimE  d'Alexandhie.] 


I 


Digitized  by  V^jOO^ 


T, 


242  HISTOIRE  NESTORIENNE.  [32] 

AAy>à  .^Ul  ^yi  Juilj  i^jxX-Vl  J  dli.  ^U\j  .j^i  c/ji-?^,-rr^  ^^!^  Jj 

j^j  p-^  ^^'  cA  "^-^^  (n^*^  •n^>*  ó^  (n^^J  rr!  t^.*^'  ^  ^-^ 

:>L^V  Jlij    .^>*31  (JUH  Jj  jJUI  l-U  J  ^.^^  fJ>*^  o'y.^^  ^  «J^^ 
^iL.  Vj  (.-^j  ,^  J\  IJi-  Vj  ..jju.  ^^1  iJj.  2^LV  L<;1^  .^y\  \ju, 

1.  Ms.  J^,f. 


temps  de  son  patriarcat,  parut  le  maudit  Arius  qui  répandit  sa  doctrine  à 
Alexandria  et  corrompit  les  coeurs  des  hommes.  Le  patriarche  Pierre  Texcom- 
munia  et  il  vit  en  songe  qu'ii  ne  devait  pas  Tabsoudre.  Dans  la  onzième 
année  du  patriarcat  de  Pierre,  Dioclétien  envoya  cinq  espions  à  Alexandrie 
pour  le  tuer.  Lorsque  les  fidèles  eurent  connaissance  de  cela,  ils  résolurent 
de  les  saisir  et  de  les  éloigner  de  leur  patriarche  ;  mais  il  les  en  empécha  de 
peur  d'attirer  leurs  persécutions  sur  son  troupeau.  Lorsque  cette  nouvelle  par- 
vint  à  Arius,  qui,  étant  excommunié,  ne  désirait  point  que  le  patriarche  fùt 
tue,  il  réunit  plusieurs  personnes  et  vint  trouver  le  patriarche  Pierre  en  pri- 
son,  le  priant  de  Tabsoudre;  et  ils  se  prosternèrent  par  terre  devant  lui, 
mais  il  ne  leur  répondit  pas. 

Il  leur  dit  :  «  Arius  est  excommunié  et  séparé  dans  ce  monde  et  dans 
le  monde  futur.  »  Et  il  dit  à  Achillas  et  à  Alexandre,  les  deux  prètres  qui 
gouvernèrent  FÉglise  d'Alexandrie  après  lui  :  «  J'ai  su  par  révélation  que 
je  serai  martyrisó  ces  jours-ci  et  que  vous  me  succóderez  sur  le  siège  pa- 
triarcal.  Ne  croyez  pas  que  je  sois  sans  pitie  et  que  je  ne  souffre  pas  a 
eause  des  pécheurs,  alors  que  je  suispécheur  moi-méme;  mais  Arius  est  plein 
de  ruse  et  n'a  pas  abandonné  sincèrement  sa  doctrine.  Je  n'ai  pas  voulu 

(cf.  Surius  au  25  novembre)  ;  deux  textes  grecs  publiés  par  Combefis  [Illustrium  Christi 
martyrum  lecU  triumphiy  Paris,  1660)  et  par  Viteau  [Passions  des  saìnU...  Pierre 
JC Alexandrie... f  Paris,  1897),  et  une  version  syriaque  conforme  au  second  texle  grec. 
Bedjan,  loc.  cit.,  V,  p.  543-564. 


Digitized  by 


Google 


[33]                     IX.  —  IIISTOIRE  DE  S.  PIERRE  D  AT.EXAXDRÌi:.                      24:i  ■ 

*L1  ^  Ùj^  C.>U   ^\La  J  CJUJl  nj^  J  siUiJj  ^j^^   ^'j?-'  '"^  ,^^  {*^J  .iii»-  ^H 

JLii  ^-CU.  L  vilL*  3^  /r*  -^_?   ^ij^^'  Sj^^^l   iJy^  c^lj  LJj  ^a»  ^^^Jài  ^  1 

^1    ^J^i-Tj   ^,^^    ò    à^^^    ^^    liJAiu    i«J1    j    -uL    jl    ^  j-U-ls    U|J^p-    u^>t-?'  1 

^CS  <JU1  JL«r  juiL$  ^ y\s.  Sl^l  CjIjj  *i^  sZ^^^  *^J1  i^^^^lj  t5^J  J^^^l  ^H 

le  coiiiraiiidre.  Mais  cette  nuit  j'ai  vu  en  songe  un  jeuiie  liomme,  Agé   a  ^H 

peu  pròs  do  vingt  ans,   enirer  chez   moi  par  la  porle,  Soii  visage  brillaii  ^H 
comme  le  soleil,  et  la  maison  était  éclairée  "^  de  sa  lumiere,  Jl  portait  une  *  a  i».  4fk 

tunique  de  colon  feiidue  en  deux  parts  deputs  le  haut  de  la  poitrine  jusqu'au  1 

bas;  et  il  ravait  repliée  sur  sa  poitrine  avec  ses  mains,  ponr  que  son  corps  ^H 

ne  flit  pas  mis  a  découvert.  Ouand  je  Tai  vu  dans  cet  état,  j'ai  soufTert,  et  ^H 

je  lui  ai  dit  :  «  Maitre,  qui  a  déchiré  tes  vétements?  »  11  répondit  :  «  Arìus  ^^k 

u  les  a  déchirés;  fais  en  sorte  qu'il  ne  te  succède  pas  dans  TEglise,  car  tu  ^^ 
t*  répondras  pour  lui,  Ordonne  à  les  deux  disciples,  qui  gouverneront  l'Eglise 

CI  après  toi,  de  ne  point  le  recevoir,  ear  loi,  tu  vas  subir  le  martyre,  »  Je  vous  j 

ai  avertìs;  et  vous  savez  ce  que  quelques  Pères  ont  souffert  de  la  part  de  Mélèce  ^H 

{Miliious),  Gardez  douc  le  troupeau  au  milieu  duquel  le  Saint-Esprit  vous  a  ^H 

ólablis  évéques.   »  Aprvs  avolr  entendu   ses  paroles,  ses  deux  disciples   et  ^H 

un  certain  nombre  de  lidùles  sortirent  de  cliez  lui.  Et,  de  peur  de  suseiter  ^| 

des  troubles,  il  envoya  dire  aux  délégues  de  rempereur  de  venir  le  trouver  ^H 

pendant  la   nuit  pour   accomplir   ce  qui   leur  était  commandé,  11  leur  de-  ^M 

manda  la  perniission  d'allcr  a  Péglise,  et  ils  le  lui  permirenL  li  y  vini  pen-  ^^ 

dant  la  nuit,  se  prosterna  sur  le  tonibeau  de  l'apòtre  Marc  (Marfious),  pria  ^m 

et  revint  k  eux  :  il  eut  alors  le  cou  trancile  ^  Une  femmc.  qui  priait  Dieu,  ^^ 

vit  quelqu*un  qui  lui  disait  :  (c  Pierre,  chef  des  douze,  et  Pierre,  patriarehe  1 

dWlexandrie,  le  dernier  des  martyrs  que  Dioclétien  fait  tuer.  y>  Or  il  arriva  j 


1.  Le  25  novembre  311. 

PATH.   OH.    —  T.    IV* 


17 


Digitized  by 


Google 


244 


HISTOIRE  NESTORIENNE. 


[34) 


.<iW^1 


(>   (5^?-   ^J   ^"^ 


-J   t/^'   vTJl-'^ 


%jJi^^>%^    <iJLL«  ^,_gj?lj  *^j-*j'  ^^  ^^  ijjAlK^Vl  «^XX^l  ^j-j^^  Jti  UJ 
1.  -j^yJlà^,  —  2.  Ms.  *»X^j. 


qu*uiie  troupe  de  gens  passèrent  pendant  la  nuit  et  le  troovèrent  étendu  par 
terre.  IIs  l'enveloppèrent  dans  leors  vétcments,  le  portèrent  daiis  l'église  et 
rensevelirent  avcc  les  patriarches  près  du  tombeau  de  Marc,  révangéliste  et 
Tapótre,  En  ce  temps-h\,  MarcelHn  {Qarfjatlinfms?),  patriarche  de  Home,  fut 
flagellé  deux  fois  et  exilé;  Ton  Ut  de  iin>me  à  Eusòbe  {Aouaàbi^)  qui  lui  suc- 
cèda pendant  cinq  ans,   Marcclliii  fut  patriarche  pendant  solze  ans*. 

X,    HlSTOIIlE     DE    L'HÉRÉSIAftQUE    ArIUS,     CAUSE    DE    SA    MOaX 

ET    CONDRITE    DE    SES    PARTISANS, 

Lorsque  Pierre,  évéque  d'Alexandrie,  fut  tue,  Arius  devint  plus  auda- 
cieux  et  proclama  sa  doctrine  devant  Alexandre  qui  lui  succèda  dans  le 
patriarcat  d'Alexaudrie  ".  11  dit  que  le  Fils  a  éìé  créé  avant  toute  cliose,  et 
il  allégua  les  paroles  de  Salomon  sur  la  sagesse  :  Dieu  l\t  créée  au  amimcn- 
cemeni  de  la  nration  amnt  toutv^  ses  muvres  ^.  Il  abtribua  ces  paroles  au 
Verbe  et  changea  le  toxte  de  rÉvaugile  qui  nommt^  le  Pére,  le  Fils  et  le 
Saint-Esprit  à  propos  de  la  vocation  des  nations  et  de  leur  bapli^me.  Il  prèdi  a 
aux  habitants  dWlexandrie  de  ne  point  dire  :  Gioire  ait  Pere,  au  filx  et  tuì 

1,  L'auteur,  aprés  plusieurs  autres,  confond  ici,  comme  si  ce  ii'était  qu^un  seni 
pape,  Marcellin  qui  oecui>a  le  siège  de  Rome  de  20b  à  304  et  son  successeur  Marcel  l'^' 
qui,  après  un  iiiterrègne  ile  Irois  ans  et  demi,  gouvtvrna  FÉglìse  de  30H  à  309,  — 
2,  Achillas  311-312^  succèda  à  Pierre,  pui??  vini  Alexandre  (312-32(*).  —  3.  Eccli,, 
XXIV,  14, 


Digitized  by 


Google 


X.  ^  HISTOIRE  D^VRIUS, 


J--J      ^^r^J      ULJÌ^l      ^ytj^J     -UU     ^JjA-,^^1    t*^     .^j^-JmÌII     ^JJJ     ^y\j     ^>ll 
.J^l^Vl      wiUa-     Ju£.     ^^iJI      ijUJ     tj(^4**     <J^^i'     r^^^"^     ti     J^J     <Jb-U    Ai^-I 

JSj^^^X^lj     -U^JULH     ^jiJaJl     4*Ut-?lj     iJ'JiJ'^     (V     J^*^^J     .A*JI    ^L-a*    <JÌ    ^    ^J-^O 
jl     ^fc,M-ul    I  JL-J     jT^'^Jj'j     jtf-a*pdl     ^-jL-jIj    ^  l^^.l'l     ^^L-jl     «ufcI>-U     .t^UalJi 

<JL*YI    hXy^    jJ^     4j|    wiJatjj    Ìj-U?    ^^    li-^     w^»     J^^J    *^y    •*^>tt     (J^^^    (3 

JDi  J^j  ,ÌmJ\   J  ìjjLi  4*^^^  Vj  aJI  <-ki,^  jl  JjL-iJl  <!U#j  c/>„J^  ^'  ^^^^  j' 


A   p. 


I 

I 


Saint-Esprit,  Alexandre  réiinit  alors  cent  vingt  évér|iies  et  rexcommunia 
avec  loiis  ceux  qui  soutenaieiit  sa  doctrhie.  Au  iiombre  des  éveques,  il  y 
avait  Eusòbe  de  Cesaree,  qui  fit  le  compnt  du  Chronicon  ^  A  sa  mort, 
Alexandre  eut  pour  successeur  dans  le  patriarcat  d'Alexandrie  Athanase  le 
Grand,  qu'on  surnomme  encore  le  flambeau  de  rÉglise.  Il  fui  continuelloment 
opprime  et  persécuté  par  Arius  et  ses  partisans.  Eusèbe  de  Cesaree,  Eusèbe 
d'Emèse  "  et  Oiirìglidnis  ''  se  réunirent  et  demanderent  à  Attiauase  de  délier 
Arius  de  ses  lieus  ;  mais  il  ne  le  fit  pas.  *  lls  écrivirent  alors  au  roi  et  luì 
direni  qu'Aiius  avait  abandoniié  son  erreur.  De  fait,  Arias  avait  iraaginé  un 
moyen  perlide  :  il  ecrivit  la  profession  de  foi  qu'il  avait  invcntée,  sur  un 
papier  quii  cacha  sur  sa  poitrine  sous  ses  vétements  et,  mettant  sa  niain 
dessus,  il  affirmait  avec  sernu^nt  qu*il  recouuaissait  cette  vraie  Ibi,  foi  des 
saints  apijtres.  Lorsqu'il  t^ut  iniaginé  ce  stratagème,  Eusèbe  et  ses  partisans 
résolurent  de  Fintroduire  dans  Téglise  et  de  le  recevoir.  Mais  Athanase, 
patriarche  d'Alexandrie,  les  en  empecba.  Pendant  la  nuit,  il  eut  recoiirs  à 
Dieu  et  lui  demanda  de  le  délivrer  d'Arius  et  de  sa  doctrine  erronee, 
onde  le  rappeler  à  lui  et  de  ne  point  lui  laisser  voir  ses  traces  dans  FEglise. 
11  lit  cela  pendant  la  nuìt  du  dimanche  ^  jour  clioisi  pour  rintroduction- 
d'Arius.  Dieu  entendlfc  sa  prière  et  écouta  sa  demande,  Arius  vint  de  très 
bonne  heure,  car  il  espérait  s'introduire  dans  l'église  nialgré  le  patriarche 

1.  CL  ìfìfrtì^  eh.  XXL  —  2.  Surtout  Eusèbe  de  Nicomédìe.  —  3.  Est-ce  Grégoire  de 
Gérylef  Théogois  de  Nicéeì!* 


A  i>.  k: 


Digitized  by 


Google 


-  .*7  ■  " 


m 


^v* 


■'  A^" 


246  HISTOIRE  NESTORIENNE.  [Z^l 

Ji-3  Ui  O'^    l^>*   ^j-Jli    '^^  J  '^J   -^J   ^''   "^^^   -^^   i^'    cP^  ^J 
.-^aJL  j^  Cu»  ^Ijlj  c^^  ,J^\  ^j!\  aÌìI  ^^-*ill  -x^^^j  -^J^'  v>»  (n^   Jj»  ^ 

-fj'jj-^  ■'  ■%■  'W.H  <l^  jL-^j  .JtiJl»  fj'j^^  (JyJ  '^^  ^aì»  Lt  dJ^^laiJI  ^j^^Là 
VI  vi*-JL  JLi  .Ci  ùiil  <ll«o.j  Aftj  J^j  <Aj>'  ^  <bSV\  ^  o'y,^  ^  JL-»ji 

J^    Jli     si     wJa^.    ^    twLi    .J^l    <JL>-    wJa^.    (1)1    (j^JJr^^^*-^!    d)^4ai)l    )S^    aI\Ì 

^*  .L^  J-'>WI  Ji  jy^  <JV  .J^\  ^w^I  Jy)l  iJL^,  ^  UM  .JIS  .J^. 
1.  ?  tLfift^l  ?  s..,..^w^1j.  —  2.  Ms.  J\jJtJii\,  —  3.  ?  i^^  ^^  ?  A-l)  j!  ?  A-^. 


Athanase.  Étant  entré  dans  les  lieux  d'aisances,  toutes  ses  entrailles  sor- 
tirent  de  lui  en  un  instant,  et  il  mourut.  Certains  disent  que  cela  lui 
arriva  sur  la  route,  pendant  qu'il  se  rendait  à  Téglise  :  comme  il  souf- 
frait  d'une  douleur  d'entrailles ,  il  chercha  un  cabinet  d'aisances  et,  y 
étant  entré,  ses  entrailles  se  déchirèrent  et  sortirent  avec  ce  qu'il  avait  bu  : 
il  mourut  de  cette  mort.  —  Puisse  Dieu  ne  pas  lui  pardonner!  —  Les  amis 
d'Arius  confus  et  honteux  prirent  alors  la  fuite.  Le  saint  rendit  gràces  à  Dieu 
qui  avait  agréé  sa  demande  en  délivrant  son  Église  de  la  méchanceté  d'Arius. 
Certains  disent  que  ce  tentateur  était  diacre  d'Alexandrie  sous  le  règne 
de  Gonstantin.  Lorsque  le  patriarche  Pierre  connut  sa  doctrine,  il  rexcommu- 
nia.  Mais  Pierre  fut  tue,  et  Alexandre  lui  succèda  *.  Arius  parvint  à  se  faire 
absoudre  par  Alexandre,  qui  rompit  ses  liens  et  de  plus  l'ordonna  prétre.  Au 
bout  de  quelque  temps,  il  porta  envie  à  Alexandre  à  cause  de  sa  science  et 
de  son  érudition.  Alexandre  lui  ordonna  un  jour  de  précher  le  sermon  de  la 
féte.  Gomme  dans  son  discours  il  citait  ces  paroles  de  Salomon,  fils  de  David  : 
Le  Seigneur  m'a  créé  le  premier  de  ses  créatures^^  quelques  assistants  lui  en 
demandèrent  Finterprétation.  Il  répondit  que  ces  paroles  désignaient  le  Mes* 
sie,  le  Fils,  car  il  a  été  créé  avant  toutes  les  créatures;  et  il  répéla  cela  dans 

1.  Cf.  supra,  p.  242  et  p.  244,  note  2.  L'auteur  reprend  la  méme  histoire,  sani 
doute  d'après  une  autre  source.  —  2.  Eccli.,  xxiv,  5. 


Digitized  by 


Google 


[37]  X.  —  HISTOIRE  D'ARIUS.  247 

^^jJLic^  Ìaj  ^2r^Vl  jlj  j^^JLic--»  -A-p  ij-cp  ^■■■■M.»H  j\  i^^r:^'  ^}^  {J^  ^y^  ^J^^ 

^, .  «  m  1JL>  jLui-lj    j^^-ksJlj  jLxtVl  ^»-t^  <i5Ul  ^1  w.::xi    ^ij^  j;*^  w»:>-L» 

un  autre  discours.  II  lui  fut  alors  dófendu,  ainsi  qu'à  tous  les  prétres,  de 
précher  à  Alexandrie.  Quand  les  gens  le  questionnèrent  sur  son  opinion, 
il  leur  dit  que,  pour  lui,  le  Christ  était  un  servitèur  créé  et  que  le  Fils 
commenda  par  créer  le  Saint-Esprit.  Lorsque  le  Patriarche  d' Alexandrie 
en  eut  connaissance,  il  réunit  cent  évóques  d'Égypte  et  des  environs;  ils 
Texcommunièrent  *  avec  tous  ses  partisans  ;  et  il  écrivit  au  patriarche  de 
Constantinople  pour  lui  dire  ce  qu'il  avait  fait.  Arius  le  pervers  écmàt  à  Eu- 
sèbe,  évéque  de  Nicomédie,  le  pria  de  lui  préter  secours  et  lui  fit  savoir 
que  plusieurs  évéques  avaient  la  méme  opinion  que  lui.  Puis,  Arius  partit 
pour  Rome^,  alla  voir  l'empereur  et  lui  dénon^a  les  manoeuvres  du  patriarche 
d'Alexandrie  contre  lui.  Il  lui  dit  que  sa  doctrine  était  la  véritable,  (doctrine  . 
soutenue  d'ailleurs)  '  par  plusieurs  évéques,  comme  Eusèbe  de  Cesaree  en  Pa- 
lestine, Théodore  {Tàdhoutotis)  de  Laodicée,  Paulin  de  Tyr  et  Athanase  d'Ana- 
zarbe.  II  (l'empereur)  écrivit  alors  à  tous  les  évéques  d'Égypte  de  se  présenter 
devant  lui.  Les  anecdotes  de  Thistoire  de  ce  maudit  sont  trop  nombreuses 
et  trop  longues;  nous  en  avons  donne  ici  un  résumé  afin  de  le  mentionner 
dans  ce  recueil.  Celui  qui  désire  connaitre  son  histoire  à  fond  pourra  lire  le 
recueil  de  Socrate  qui  donne  tous  les  détails  sur  ce  sujet\  Le  commentateur 

1.  En  Tan  320  ou  321.  S.  —  2.  Arias  partit  pour  Nicomédie,  residence  des  empe- 
reurs.  S.  —  3.  Il  manque  ici  quelques  mots  dans  le  texte,  mais  le  sens  de  la  phrase  est 
certain.  S.  —  4.  Socrate  est  une  des  sources  principales  de  Fauteur.  Cf.  Socrate,  H.  E.,  I, 
passim. 


Digitized  by 


Google 


248  HISTOIRE  NESTORIENNE.  [38; 

ij^iji  L,  ^1  (^>^i  V^i  <'  ^.-^^  j^  ^^  ji  i^yiJj  M-?-  JL.U  a^v 

dJ^JJI  L^Lki  L^U  VwV  .Jll-Vl  jl  c^^ij  5^U3\  Sl^i  o>^  j-J* 
.^.-^jc^l  U  51^1  vJlS  jk,  V  ciU  Jj^l  ^Ji-Vlj  villi  Jlc.  3^^  ^A^ 
^jjc^  ^j^^  <s\j^  JIS  ^  Oci.1^  Jl^  r^^  ^  ^-  Si  d>i)l  V'J  vlV 

*  A  p.  'i8.  ^^^ik-ji  ji  s^^uji  vsijui  jy^M  viUs  ^  *  ^<f»^^  Vj  j^i  aì^  V*^-^  (J  V^'-j 
v>-  u-t-^'  f-^^  ^^  ^^^  r^^  '-^  ^*^^  ^  W  ^^*  ^^  ^^^  VV^ 

^;*-nJ1  vi  viUs  ^^  ^j>^  Ui    <ucjj  ^--^  ^  ^J^j  ^">r^  ^-^-^  Cr*  ^J'^^  ^-^^ 


Théodore  (Tàdhourous)  *  a  également  raconté  tout  au  long  Terreur  d'Arras  dan5 
son  livre  intìtulé  «  les  Perles  ».  Nous  rappellerons  encore  quelques  anecdotes 
de  rhistoire  des  amis  d'Arius  et  de  ses  partisans,  car  ila  n'ont  pas  cesse  de 
persécuter  ceux  qui  combattaient  leur  doctrine  insensée.  L'une  de  leurs  ma* 
noeuvres  perfides  fut  dirigée  contre  le  saint  évéque  Eustathe  (Aoustdtis)  *.  Ils 
soudoyèrent  une  femme  enceinte  et  lui  inspirèrent  d'accuser  le  saint  de 
Tavoir  rendue  telle.  Elle  leur  obéit.  Quand  elle  eut  répandu  cette  fausse 
nouvelle  contre  le  saint  et  qu'un  grand  nombre  d'amis  et  de  partisans  d'Arius 
le  maudit  se  furent  réunis,  la  prostituée  se  presenta,  accusant  Tévéque  de 
Tavoir  rendue  enceinte  par  ses  oeuvres.  Le  Patriarche  lui  demanda  d'ame- 
ner  des  témoins  :  Tévéque  accuse  gardait  le  silence.  La  femme  dit  alors  : 
«  Tu  m'étonnes,  ó  Patriarche,  en  me  demandant  des  témoins  de  ses  actes  avec 
moi.  j>  Quelques  assistants  dirent  :  a  Elle  a  raison  ;  mais  il  faut  que  cette 
femme  jure  qu'en  accusant  Tévéque,  elle  dit  la  vérité,  et  que  personne  ne  Ta 
♦  A  p.  48.  poussée  ni  excitée  *  contre  lui.  »  Elle  jura  alors  qu*Eustathe  Tavait  rendue 
enceinte  ;  et  de  fait,  celui  qui  l'avait  rendue  enceinte  était  un  orfèvre  de  ce 
nom.  Le  saint  fut  tout  de  suite  excommunié,  dépouillé  de  son  sacerdoce  et 
éloigné  de  son  siège  et  de  ses  ouailles.  Peu  de  temps  après,  cette  femme  fut 
possédée  par  le  démon  qui  la  torturait  continuellement,  non  qu'il  s'y  fùt  de- 

1.  Est-ce  Théodore  de  Mopsueste?  —  2.  Ce  mème  Eustathe  devint  évòque  d'Antioche 
vers  323;  il  mourut  en  exil  en  337.  S. 


Digitized  by 


Google 


[39]  X.  —  HISTOIRE  D'ARIUS.  249 

JLJU)  J  51^1;  ^Vl  ^bj  fl^j  viUs  cUl  Ui    iil  (.U  A^>rj  ^^Juill  c^l^ 

j%-X^I  cJj  ^r--^»-^  v>-*^  <pUf-  jl^j    ^_^ik-jl  4^—1  «JL»  J>-j  l|JU-l  <5-iJl  JL 
^^^tlfl  jl  j.U:U,„i1  y\i  ^U\  *VjU  jlj    UJL  iSUl  IjjU  j^-v    <^Vl 

^JLc  ^<^-c  ò\  <Yt  *^*-^^  ^^^'  '^'j  ò'  jjaìLJI  *VjU  Jl::>-1  ^jj  Ui    LL^tfi>- 

5^  ;u^  viUs  jic^  i^  lyio^j  ijjui  <i  j^^  Aiiuvij  du\  s^^»^^  ^^^tn 

cJLSj  ciJULJI  J\  <:^: 51^1  ci^^  dUUl   ^^^  ^^H  >^  Ui    ^tjJI  j^ 


termine  lui-méme,  mais  à  cause  des  humbles  prières  du  saint  devant  Dieu. 
Gomme  cela  allait  toujonrs  en  augmentant,  le  jour  et  la  nuit,  elle  comprit  que 
c'était  par  suite  de  Taccusation  mensongère  qu'elle  avait  portée  contre  le  saint 
évéque  Eustathe.  Elle  vint  alors  en  hàte  chez  le  Patriarche  qui  était  en  com- 
pagnie de  plusieurs  de  ses  amis;  elle  lui  fit  savoir  que  quelques  partisans 
d'Arius  l'avaient  portée  à  faire  ce  qu'elle  avait  fait  et  Vy  avaient  amenée  en 
la  payant.  Elle  ajouta  que  Tévéque  était  innocent  et  que  celui  qui  Tavait 
rendue  enceinte  était  un  orfèvre  nommé  Eustathe. 

Plusieurs  de  ceux  qui  avaient  assistè  au  jugement  d'Eustathe,  bien  qu'étant 
évéques,  croyaient  intérieurement  à  la  doctrine  d'Arius;  mais  ils  se  mon- 
traient  ses  adversaires  pour  conserver  leur  dignité,  car  ils  étaient  devenus 
évéques  en  donnant  de  Targent.  Ces  imposteurs  dirent  à  Constantin  :  «  Atha- 
nase  ne  veut  plus  t'obóir;  nous  lui  avons  écrit  de  se  présenter  avec  nous 
chez  toi  :  il  n'a  pas  répondu  et  n'a  pas  fait  attention  àtoi.  »  L'empereur  envoya 
alors  le  chercher;  et  il  vint  accompagno  de  deux  prétres,  dont  Tun,  nommé 
Timothée,  était  d'un  jugement  solide.  A  son  arrivée,  ces  imposteurs  s'entendi- 
rent  avec  une  jolie  femme  pour  qu'elle  vint  devant  Tempereur  et  les  évéques 
accuser  Athanase  de  Tavoir  rendue  enceinte  ;  ils  lui  donnèrent  pour  cela 
une  grosse  somme  d'argent.  Quand  ils  furent  tous  réunis  devant  Tempereur, 
la  femme  entra  et  implora  son  secours  en  disant  :  «  Le  Patriarche  Athanase 
m'a  fait  violence  et  je  suis  enceinte  de  lui.  Il  m'a  chassée,  il  ne  me  donne  au- 
cun  secours  et  ne  me  reconnait  pas.  »  Le  prétre  Timothée  lui  dit  alors  : 


Digitized  by 


Google 


250  IHSTOHIR  XESTORIKNiNE,  i40; 

dUi  ,y^^  j^i  dLUl  JUi    <3-**V  d^^;itiH  ^j^l;l1  1-ijfe  jl  c-iU-j  O^  c-*^j 

I  <jl  L  rt  W  .     j_j^j>5^    ^j    viULJl    jJ^t*     h^^*lafl-li    ,^L5     <l    ^y^-^'    e-ii-Vl    ìJ'^LmjI, 

Jlsj   vJu    (^Ijj   ^  %j^^  **i   I^Jli  wli-Vl   ^^Ujl   j^^^  (%^  JIaì  iiiUVIj 


«  Malheur  à  toi,  est-ce  moi  qui  t*ai  fait  violence?  »  Elle  répondit  :  a  Oui,  Ò 
ennemi  de  Dieu  )s  et  le  saisissant,  elle  jura  en  disant  :  «  Voici  Atlianase,  le 
patrii^rche,  qui  a  abusé  de  moi.  »  L'einpereur  et  les  assistaiils  surent  alors  que 
e  élait  un  stratagème  imagtne  par  les  imposteurs,  partisans  dWrius*  Ces 
hommes  furent  confondus,  bieu  qirils  ne  soient  jamais  confoudus,  selon  la 
parole  du  |»ropht*te  Jérétiiie  '. 

Ils  combinèrent  encore  un  autro  stratagème  :  Plusieurs  év«'*ques  et  autres 
personnes  cachèrent  Arsene,  leur  évéque;  et  trouvaiit  un  Ijomme  mort,  ils  lui 
coupèrent  la  ntain  et  la  portèrent  à  Tempereur,  prétendant  (ju'Athanase  avait 
tue  Arsene,  leur  évéqne,  et  que  cctte  main  étaìt  la  sienne.  Les  gens  furent 
donc  dans  rincertitude  :  les  uiis  anirmaieiit,  les  autres  niaient.  Le  pnHre  avisé 
Timothée  partii  alors;  il  ne  eessa  d'employer  des  st^alagènu^s  et  de  donner 
des  présents  jusqu*à  ce  qu*il  eùt  trouvé  Tévéque  Arsene,  qu'on  prétendait  avoir 
été  tue.  Il  le  fit  venir  dans  le  salon  de  Tempereur,  qui  était  renipli  de  patriar- 
chea  et  d'évéques,  et  il  leur  dìt  :  «  Connaissez-vous  Leveque  Arsene?  »  Ils  ré- 
pondirent  :  «  Oui.  »  II  le  fit  paraìtre  devant  eux,  leur  montra  ses  deux  mains, 
et  ajouta  :  te  Est-ce  que,  par  liasard,  Arsene  possédait  une  main  de  Irop?  » 
Après  cela»  ils  ne  cessèrent  d'empluyer  tous  les  artifices  de  la  perfìdie  et  de 
rimposture,  jusqu'à  ce  qu'enfin  ils  dìrent  à  Tempereur  :  a  Atlianase  a  défendu 
de  t'envoyer  le  blé  qu'on  te  portait  d'Egypte  (il/ivr);  car  il  a  éerit  (aux  Égyp- 

1.  Cf.  Jérémie,  vi,  15.  

Digitized  by  VjOOQIC 


[41] 


X.  —  HISTOIRK  irAUILS. 


251 


I 
I 


(^jJ  .iUJl   ^LJJ   Li--Jt  viUI  l^ji^  jl  ^^j>^__  ^\  ^5j  ^^  j^  ^\  Ju=J 

^_JCi)l    JLcU     jl_J'_Vl    ^    wUUl    ^    'r*'^-    (Jl    j9->    j-l^^l    U    if    iijj    ^JJ    <-iJ„yJ=«» 

au  jJi:)!  iJÌ  ^  ^ilUl  j.W.W  ;  ::.._v.  jl^j  ^^^U.  <Jl^  ^UJ  '^^^Mj  jl^  ^j 
j^jVl  ^_s--JI  eiUl  1_jJL  jl;  Ù^\  lyulj  ^>!1  djJU  ^  ^bl  JUUl  j_j;U 
^j-fc  ^^>-_^jL-1j  ^illj  ^Jl     ^_4Jl  <j.sj   JU  "Uj   jj^  Cfcj   *Jl   «.i-Vi   jL   aJÌ  (iJUJ   jl 

Oofil  j^  <jiL*3-  oiij   ^^j  >»tJl  j  w^j  ^iUi.   ^j.^1  LI»  ^^jÀ   jj^l  t,U» 


l.Ms.  ^ --1 


2.  Ms.  uy. 


I 


liens),  les  inena(;aut  de  rexcommmiicalion  s'ils  t'envoient  quelque  ehose.  )> 
L'empereur  ajouta  ibi  à  lours  paroles,  parce  que  de  fait,  Finiptit  était  en 
relard.  II  i'exila  loin  de  son  siège  pendant  six  mois.  Mais  quanti  arriva  Tlieure 
de  la  morti  l'eniperciir  cut  im  songe  qui  le  troubla  et  lui  fìt  grand'peur.  Il 
s'elTraya  et  ordonna  sur-le-cliamp  ile  fai  re  renir<*r  Athanase  dans  sa  villo  épis- 
copale.  Il  prescrivìt  dans  son  testamenl  de  reosevelir,  quand  il  serait  raort, 
dans  le  palais,  à  còlè  de  son  tooibeau.  Le  saint  rentra  dans  son  patriarcati 
Anparavant,  ses  ennerais  avaient  prétendu  que  rerapereur  n^avait  pas  su  ce 
(ju'il  ordonnait  à  cause  de  sa  maladie.  Mais  Jules  {Liliànons)^  patriarelie  de 
Rome,  souttnt  Athanase  et  le  renvoya  à  Alexandrie.  Puìs,  quand  il  mourut, 
il  fut  ensevoli  dans  le  palais  à  cute  du  lombeau  de  Tempereur.  Le  sainl  revint 
donc,  alors  qu'il  étaìt  déjà  apparu  aux  gens  comme  conversant  avec  eux. 
L'empereur  Constantin  mourut  dans  la  Irentième  année  du  règne  de  Saper", 
le  huilième  roi  des  Perses.  Une  autre  fois,  ils  demandèrent  à  Fempereur  de 
permettro  à  Fonfant  le  plus  sot  de  se  prósenter  à  lui  et  de  lui  demander  une 
de  ses  églises;  mais  le  saint  ne  donna  pas  satisfaetìon  à  sa  demande,  CiUia- 
tantin*  cèda  alors  aux  imposteurs  et  leur  donna  toute  liberto  d'action  contre 
lui  :  ils  se  caclièrent  dans  un  endroit  pour  le  tuer,  comme  les  Juifs  avaient 
fait  contre  I\'inl.  (hiand  il  apprit  cela,  il  monta  dans  une  barque  et  prìt  la 
fuite    sur    la  mer*  Quelques-uns    de    ses   ennemis,  Fayant  rencontré,  ne  le 

1.  L'anni'e  340  correspond  a  la  HO*  année  du  règne  de  Saper  IL  C  est  la  date  de  la 
rnorl  de  (lonslaiitin  IL  *[iie  Fauteurconfond  peiil-ètre  avec  son  pèn%  Constantin  le  Grand, 
iiiort  en  337*  —  2,  Cf.  Sochate,  //.  IL^  III,  xiii-xiv. 


Digitized  by 


Google 


252  HISTOIRE  NESTORIENNE.  L^; 

*  A  p.  49.  j^  J15  ^j--tW  j>\J^  ^^  J  ^\j\  \^j  ^^\  ^  ^j^  <ól  jV  *  "^yj^^  jJ* 

^jX3\  Oi  ^^Ul»  <i**«Ui<£j  ULi  f^f^,  is^^^  (^^t^  cAA^I  u  ^  <-^^>%J  J)L.«aIi  M 

<Iij  <^  J  v^bi  dUr  JUIp  ^o-^>aVJ  J^  ^^J^^J  ^l^VI  ^^  5U4i  ó»^j 
viUi  j^-*^'  ^^j  ^.-r"^  Cr*  ^'  "^^  S^  ^  ò*  r^^^  ^iiXJ\  <ì!Um  (5^LaJl  JL 

cidi  Vj  <«>i^  J  j^^  Ji  ^iJull  JLil  <liJuJ  j^-^l*  ,>^.j  iiJl^^l  J;.,>  ^ 
A^^j  f^^^.  ^*  ^  ^^  fS^j  l^  ijj^^Ol  4.    «Jjli  iu^y  ^U-  Vj  KdJyr  ^ 

1.  ^>i3.  —  2.  ^V.j'- 

*  A  p.  49.  reconnurent  pas,  *  car  Dieu  Tavait  cache  à  leurs  yeux;  mais  ils  lui  dirent  :  «  As- 

tu  rencontré  sur  ton  chemin  Timpie  Athanase?  »  —  «  Oui,  leur  répondit-il,  il 
vous  a  devancés  ;  continuez  à  marcher,  et  vous  Tatteindrez.  »  C^est  ainsi  qu'il 
leur  échappa.  L'oil  raconte  qu'étant  petit,  il  jouait  avec  les  enfants  et  leur 
disait  :  «  Je  suis  votre  óvéque.  »  Et  il  nommait  parmi  eux  des  prétres  et  des 
diacres.  Saint  Alexandre,  patriarche  d'Alexandrie,  Tayant  considerò,  lui  dit  : 
«  Oui,  en  véritó,  tu  seras  évéque  »;  et  il  fut  comme  il  avait  dit. 

XI.    HlSTOIRE    DU    MOINE    PaPHNUCK    (FaQIOUTIS). 

Sous  Dioclétien,  qui  était  empereur  avant  Constantin,  il  y  avait  dans  le 
désert  de  rÉgypte  un  moine  nommé  Paphnuce*.  Il  était  pieux,  faisait  des 
miracles  et  des  prodiges.  On  parla  de  lui  à  Arianus*  {Hàiarfoudas)y  gouver- 
neur  de  cette  région,  et  on  lui  dit  qu'il  enseignait  aux  Chrétiens  la  désobéis- 
sance  à  l'empereur  et  qu'il  méprisait  les  dieux.  Il  Tenvoya  chercher.  Le  saint 
avait  su  cela  et  il  savait  aussi  qu'il  allait  subir  le  martyre.  Quand  il  arriva 
devant  le  maudit,  ce  demier  fit  venir  Tinstrument  du  supplice  et  jura  de  lui 
faire  subir  les  plus  affreux  tourments,  s'il  n'abandonnait  pas  la  religion  chré- 
tienne  et  ne  reniait  pas  le  Christ.  Mais  lui  ne  fit  attention  ni  à  ces  paroles 
ni  à  ces  menaces  et  il  n'en  eut  pas  peur.  Il  le  soumit  alors  à  la  torture,  et 
comme  il  vit  qu'il  méprisait  la  souffrance,  il  Tattacha  sur  une  pierre  de 

1.  Cf.  Bbdmn,  Ada  mari,  et  sanct.,  V,  p.  514.  S.  —  2.  Cf.  Bbdjan,  ibid. 


Digitized  by 


Google 


[43]  XII.  —  HISTOIRE  DE  SERGIUS  ET  BACCHUS.  253 


«J^, 


^  wT^J  cr^-^r*  ^  Ol"^*-^'  ^  '^ 


0 

^liJl  f-lj-Il»  l^-^5    ctJUUl  <aJ^  ^U  j^  Ujjlt  U  J^\  >jL£ì  U>^I  ^  Ulilj 


marbré  et  le  jeta  à  l'eau.  Il  ne  fut  point  noyé,  mais  il  surnagea.  Les  gens 
furent  émerveillés  ;  et  les  coeurs  des  fidèles  furent  fortifiés  à  cause  de  ce 
qu'ils  avaient  vu.  Quand  il  ne  sut  plus  que  faire  contre  lui,  il  Tenvoya  à 
l'empereur  Dioclétien.  Ce  dernier  ordonna  de  le  crucifier;  et  il  demeura  long- 
temps  sur  la  croix,  ne  cessant  de  prier  et  de  chanter  jusqu'à  sa  mort.  Que 
ses  prières  préservent  les  fidèles. 

XII.    HlSTOIRE    DES    DKUX    MARTYRS    MaR    SeRGIUS    ET    MaR    BaCCHUS. 

Saint  Sergius  (Sardjis)  était  parent  du  maudit  Maximien  et  son  commen- 
sai  et  il  était  attaché  à  son  service.  Saint  Bacchus  (Bakous)  venait  après 
lui  en  dignité.  Ils  le  servaient,  tout  en  croyant  à  la  religion  chrétienne; 
et  chacun  d'eux  connaissait  Tétat  de  Tautre.  Ils  furent  desservis  auprès  de 
Maximien,  comme  il  arriva  au  prophète  Daniel  chez  le  roi  de  Babylone.  L'em- 
pereur vint  dans  Fendroit  où  se  trouvaient  les  chefs  des  dieux  pour  offrir  les 
sacrifices  selon  sa  coutume.  Les  deux  saints  restèrent  en  arrière.  Il  envoya 
les  chercher,  et  ils  furent  trouvés  en  prióre  dans  un  endroit  [écarté].  Il  les 
fit  venir  et  les  interrogea  sur  leur  croyance;  et  ils  le  lui  dirent.  Il  leur  demanda 
alors  d'abandonner  leur  foi  pour  adorer  ses  dieux;  car  il  avait  pitie  d'eux.  Mais 
ils  n'en  firent  rien  et  demeurèrent  dans  leur  religion.  Il  les  fit  donc  dépouil- 
ler  des  vétements  que  portaient  les  serviteurs  de  Tempereur  et  leur  fit  subir 
tous  les  genres  de  supplices  dans  Tespoir  de  les  convertir.  Mais  cela  ne  .les 


Digitized  by 


Google 


254 


IIISTOIRR  NKSTORIENNE. 


^^^\  ^jlL*«.iC.  Ujt-UU  c-bu\l   ^  Ulflj  L^  etili  J}*^  Ji  L^j^j  J  CmÌi 

j^  ^  I  ■•  J^l    ù^   C-?^    A^-lj   Ujfcjj^^    *li    ^^^^liJl    jlj^^tJU  LjfcJU->-   L^j   ^^-^   »^^r^ 
^^ix-   ^^jb^  S^jp-^   jV^    ^  il-,   UgJ^  Ij^j  ^ìLp^L   U>jjfji  L^-K_s-  cJl>  ^^o 

^j^  <ìC!lJ1  j  J^^  ^Liì   J<^j  ^IJU  L^  iV^  lÌ5-Ji  j\éj  j^/U  ^^  ^^^    io* 


X^sl 


^-  aXu  i-uj  oUj  4^U1  J  iJJ^]  ^^jUJI   jptL  jjj  ^jyi  0-»jVb   fijl  ,^'j>* 


toucha  pas  et  ils  persévérèrent  daris  la  résistance*  Maximieii  le  maiul it  Ics  envoya 
alors  daiis  le  pays  de  i'h^uphrate  a  son  procureur,  qui  était  parent  de  Ser{4:ius; 
o,t  il  lui  ordonna  de  les  tiier.  Le  procureur  leur  parla  ti  soii  tour  et  voulut  Ics 
sauver;  mais  iLs  ne  cédèrent  pas.  Mar  Bacchus  fut  llagellé  josqu'à  ce  quii  mou- 
rut;  Mar  Sergius  fut  d'abord  soumis  à  la  torture,  puis  il  eut  le  eou  tranché. 
Il  jota  leurs  corps  aux  bètes  féroces,  mais  elles  ne  s'en  approehèrent  pas. 
Les  fidèles  qui  étaient  là  prirent  leurs  corps,  les  ensevelirenl  à  ResAfa  et 
bàtirent  sur  leur  tornbeau  une  égliso  qui  se  trouve  eueore  aujourdlmi  sur 
les  bords  de  TEuptirale  '  ;  ([ue  leurs  prières  nous  préservent  ! 

Du  temps  tle  Diocletieu,  IkihrAm,  fils  de  Bahri\ui,  surnommé  Schàhan- 
schàh^  regna  sur  les  Persesi  II  était  faible  de  corps  et  sujet  à  toutes  les 
maladies.  Il  fut  bienveillant  envers  les  Cbrétiens  et  il  ordonna  de  rebLUir 
les  églises  démolies  du  temps  de  son  pére  a  causr^  des  Maniehéens.  11  mourut 
après  qualre  niois  de  règne  et  ne  laissa  pas  d'enfant  pour  lui  succeder. 
Narsès  {Narsi}  Uls  de  Sapor  regna  après  lui^.  C'était  un  vieiilard  intelligent 
et  sage;  il  fit  dans  le  royaume  beaucoup  de  clioses  qui  montrèrent  son  intel- 
ligence, 11  monta  sur  le  tróne  dans  la  neuvièmc  année  de  Dioclétien;  et  dans 
la  cinquiòme  année  de  son  règne,  il  vint  au  pars  des  lìomains  et  des  Armé- 
nieus,  mais  il  fui  vaincu.  De  son  temps,  les  Chrétiens  n'eurent  point  à  souf- 
frir.  Il  nionrut  a[)rès  avoir  régué  neuf  ans.  Son  tils   Ilormizd  {llormoz)  lui 

1.  Resafa  ou  Sergiopolis.  —  2.  Cf.  Noeldeke,  Geschichte^  p,  49-50  et  415-4 IO,  Le 
ctironitjueur  jjarle  ici  de  Bahràm  III  [293)^  ì\h  de  Bahràn  Ib  —  3,  En  293. 


Digitized  by 


Goog 


[45]  XIII.  —  HISTOIRE  DE  S.  SYLVESTRE.  255 

aLij   jV*^   Z*"*^   <^a«   iXtj   Ott  j%? 

^^1  oL.  LJi  j^  iir  Sju  ^^^^kJLi   vsiyi  viUS  J  <I*j^^  dl^^l   ò^ 
v^L^c*i?l  fjLSj  LLL>-  ÀJli  ^L^U   \  J^  ji^j  <-^  ò^.j'  ^^^'•^J  Kf^J^ ^^  4ilx^ 

0~'    w^:^  'f  *Ap.  50. 

1.  ^.^UA^. 

succèda  V  II  se  montra  indépendant  dans  ses  idées  sur  radministration  des 
affaires  et  n'écouta  pas  les  Mages.  Il  fit  une  expédition  contre  les  Romains 
pour  venger  son  pére,  mais  Dioclétien  lui  infligea  des  perte^.  Sous  son  règne, 
les  Chrétiens  n'eurent  point  à  souffrir.  Puis  il  mourut  ',  après  avoir  régné 
sept  ans  et  quelques  jours. 

XIII.    HlSTOIRE    DE    SAINT     SyLVESTRE,    PATRIARCHE    DE    RoMe'. 

En  ce  temps-là,  Mìltiade  {Militous)  fut  patriarche  de  Rome  pendant  trois 
ans*.  A  samort,  on  choisit  à  sa  place  Sylvestre^,  qui  était  àgé  de  quarante 
ans.  Il  était  bon  et  pieux;  il  convertit  beaucoup  de  monde,  resista  aux  amis 
de  Dioclétien  et  supporta  leur  persécution.  Il  démasqua  les  divinations  des 
prétres  des  idoles  et  montra  leurs  mauvaises  actions.  Il  convainquit  beaucoup 
de  Juifs  par  ses  controverses.  Il  prédit  la  mort  de  Dioclétien  et  ce  qui  devait 
lui  arriver. 

XIV.   *HlSTOIRE    DU    DRAGON®.  *  A  p.  50. 

Sous  le  règne  de  l'impie  Maxence  (Maksitis)^  il  y  avait  à  Rome,  près 
d'une  colline,  un  enorme  dragon.  Tous  les  ans,  au  mois  de  mai,  les  devins 

1.  En  303.  —  2.  En  311.  —  3.  Cf.  Land,  Anecdota  syriaca,  III.  —  4.  De  311  à  314. 
—  5.  Sylvestre,  pape  de  314  à  335.  —  6.  Catte  histoire  du  dragon  a  été  empruntée  par 
les  Syriens  aux  écrivains  grecs  et  latins. 


Digitized  by 


Google 


256  HISTOIRE  NESTORIENNE.  146] 

J  ^jy^\  i-i-*  jl^j  vilUJ  (^i^i  ^J?*J  ^^  Cf*  frt''  -^'*-*.  ^  '^^  -^  V-^-' 
e jufl  JaI  wJ»li-  jj^l  5j^^  ;^-^'  t5'j  ^  ^^  6r^-^  AtUll*  \^\  Jj:^  iJ^Lt 
^  ji>U^  jl  fcil^^l  J  Jjì-a)ì  ^j^j  ^  <tUf-  ^>wii  p|J><-^  j^  ^j?^J^  J 
^jj^  <^y  (3  t5'j^  '^rr^  «J-^j  ^-H^.  ^  (J^  <:ijU«  <jj  JLi  j^^^  Uik 
dL^  JU^j  SjLlJI  ^L  ^\  jJ  4i  jV>Lj  <Ulio  ^yf^\  oèy^J^  a-^y^ 
^j-Ul  w»^"  iili  Ci^jb  vl)U>  ly-^lj  v^UJi  ^\  <:l*j  j^l  ^^^j  <5-?J^*»* 

^j^  ^\  \jJU  JSj  cUL.  ^1  JUfVl  VJliiU  1  jA^  l^j  Ijli  ^U;  ^  C\j.l 

yc  ^ »  li  Ua^  ->.h^  f^.  (J^  ^^^  v'jt^'  ^  ò.^^"  0^  tr**^'  ^>*o  ij'^yj 

^j>^j  <i  ^  ^  ^j'j^^luJL»  JUii  jjijVI  J  IjJ^!^  C:t*^'  -^^  (^'  ^wF^ 
juj^    r::*"^-^^'  ^  Jj  '^^  •^^'*-'  cr^  Or-''  c^  "^^^  a*  *^>^  ^'  cT^'  '^^- 

1.  Ms.  ^jU.  —  2.  Ms.  »x*xft!j. 

et  les  enchanteurs  se  réunissaient  autour  de  lui  et  lui  offraient  une  jeune  fiUe 
vierge.  La  plupart  des  habitants  de  Rome  étaient  tombés  malades  à  cause 
de  Todeur  de  son  haleine  qui  montait  vers  eux;  leurs  couleurs  en  étaient  chan- 
gées.  Ce  dragon  vivait  dans  une  caverne  où  Ton  descendait  par  trois  cent 
soixante  degrés.  liC  saint,  voyant  Tétat  des  habitants  de  la  ville,  les  pressa  d'a- 
bandonner  leur  erreur.  Plusieurs  notables  assurèrent  quHls  se  convertiraient  à 
la  religion  chrétienne,  si  le  saint  les  débarrassait  de  ce  dragon.  Alors  il  demanda 
à  Dieu  de  Taider  dans  son  entreprise  et  s'en  qccupa  pendant  un  mois.  Il  vit  cn 
songe  les  deux  bienheureux  apótres  Pierre  et  Paul,  qui  lui  disaient  :  «  Va 
jusqu'à  la  porte  de  la  caverne,  et,  ayant  pris  avec  toi  les  deux  prétres  Théodore 
[Thàdourà)  et  Jules  (Youlnos)  avec  trois  diacres,  célébrez-y  la  messe.  Lorsque 
le  peuple  sera  rassemblé,  descends  dans  la  caverne  et  ne  crains  pas.  Preuds 
avec  toi  des  serrures  de  fer,  car  tu  trouveras  dans  la  caverne  de  grandes 
portes  en  cuivre  pourvues  d'anneaux.  Ferme-les  avec  les  serrures  et  dis  : 
ce  C'est  ainsi  que  Pierre  et  Paul,  les  deux  apótres  du  Christ,  ont  ordonné  que 
«  ces  portes  soient  fermées,  jusqu'au  jour  de  Tapparition  de  Notre-Seigneur  le 
«  Christ,  en  souvenir  du  salut  accordé.  »  Prends  ensuite  les  clefs  et  cache-les 
dans  la  terre.  »  Sylvestre  fit  ce  qui  lui  était  commandé  :  le  peuple  restait  per- 
suade qu'il  mourrait  à  cause  de  Todeur  de  la  gueule  du  dragon,  jusqu'à  ce 
qu'il  fut  remonté  sain  et  sauf,  tenant  les  clefs  dans  sa  main.  Tous  les  assis- 
tants  rendirent  alors  gràces  à  Dieu  et  beaucoup  re^urent  le  baptéme.  D'au- 
tres  y  sursirent  par  crainte  de  Maxence.  Mais  le  saint  leur  dit  comment  il 
périrait  et  comment  Tempereur  Constantin  arriverait  au  pouvoir;  et  ila  écou* 


Digitized  by 


Google 


[47] 


\V,  —  mSTOIRE  DE  COXSTANTIN. 


257 


Ujj    kJ\  IjjXj    dJUl  ^,^K:K,  ,fl1  ^I^^  Uj  ^Ma 


J^  4^jL.  u  ^^^J^ì  ^y» 


jjull 


cT^ 


duui 


^i   lo 


I 


1.    #   Mift--cji^  hoi 


V  tèrent  ses  conseils.  De  méme  que  Dìeu  avalt  sauvé  les  habitaiits  de  Babylone 
du  culle  du  dragon,  par  le  prophète  Daniel,  ainsì  il  sauva  les  habitants  de 
Rome  par  les  mains  de  Sylvestre,  leiir  patriarclic. 


XV. 


HlSTOiriE    DE    l'eMPEREUR    CONSTANTIN. 


L'empire  avait  été  parlagé  entre  tjuatre  empereurs  :  Dioclétien,  iMaximien^ 
Maxeace  (Maksdìììis),  iils  de  Maximien  ììercnìe  {Douqlatiànons?)  et  Constance 
Chlore  (QofilanHn),  Dioclétien  et  Maximien  avaient  ensemble  TOrient,  c'est- 
à-dire  FArméoie,  rEgypte  et  la  Syrie  [Asch-Schàmài)  jusqu'à  Constantinople. 
Maxence  j^ouvernait  toni  seni  Rome  et  les  pays  voisins;  Constance  avait  Cons- 
tantiiujple*,  qui  est  Fìyzance.  En  ce  temps-Ià,  les  liabitanta  de  TEgypte  et  d'A- 
lexaodrie  se  révoltòreut.  Dioelétien  envoya  des  arniées  contrc  eux;  mais  ils  les 
firent  prrir,  Etdans  la  onzième  année,  Narsès  regna  en  Perse  pendant  sept  ans; 
puis,  après  lui,  Hormizd  (Hormoz)  regna  pendant  cinq  ans*  Et  dans  la  dix-nen» 
vièmeannée  de  Dioclétien»  les  églises  des  Clirétiens  furent  démolies;  un  grand 
nombre  d'enire  eux  furent  tués,  et  la  persécution  dura  huit  ans  contre  eux,  A 
cette  epoque,  lui  marlyrisé  Pierre,  le  patriarchi  d'Alexandrie  qui  excommunia 
:Vrius.  Cette  aunée-Ià,  il  y  entunc  telle  faminc  que  la  mesure  {si'r)  de  blr  coù- 

L  Constance  régnait  alors  sur  les  Gaules,  la  Grande-Bretagae,  TEspagne  et  la  Mau- 
ri  tante.  S. 


Digitized  by 


Google 


258  IIISTOIRE  NESTORIENNE.  48 

o^^l»  ^Vlj  J^r^^  UaJ^I  r^  ùr?^^  ó*  ^.w^  <^'  "^.  ySJ^^  \  ^^  ^ 
^j-gcJLi  ^^1  ^^L».>>-x^  {S^Jy^  \jÌ^\>sa  jL^  Vj^  itUJli  UaJt>-J^  U^JIap  Ia5j 
vÌaJLs    <^Jl«  /^  4JU1»  •V«   it^jy^  cJ^    Cf^  .j^  (3^  cJ^  p«mc^  ^i  v»yJU  ^jIaj) 

^>L>  <^jj  cJL^j  (vI^^  J-^-  '^  ó>^^  ^'-^^  Jj  ò^^  ^CtVU  4^1^ 
r^  vLJLL  oLij  JLij  5^,jt^  ^1  <<L.  j  vliCj  iljl^l  ò^VI  ^^l  ft^Y' 

iJ^VU  ^ji  Jljj  *U-J1  J\  ^c-^l  Uj^  ^^  jtJUlj  j^^lj  Ì3131  c.« 
1.  Ms.  f^.  —2.  yiiu. 


tait  deux  mille  cinq  cents  drachmes.  Et  lorsque  Dioclétien  et  Maximien»  qui 
avaient  imité  Sapor  dans  leurs  agissements  contre  les  Chrétiens,  furent  vaincus 
et  mis  en  fuite  par  deux  rebelles  sortis,  Tun  de  rOrient,  Tautre  de  TOccident, 
ils  devinrent  fous,  se  confondirent  avec  le  peuple  et  furent  destitués.  Sevère 
(Saourous)  et  un  autre  Maximin*  leur  succédèrent.  Ils  persécutèrent  les  Chré- 
tiens  et  en  firent  tuer  un  grand  nombre.  Après  un  an  de  règne,  Sevère  fut  tue', 
et  Constantin  le  Grand,  fils  de  Constance  (Qoustous)^  lui  succèda.  Constanceétait 
humble  et  doux,  et  dans  son  pays  des  Gaules  {Ghàlàiiyah)  les  Chrétiens  vivaienl 
en  paix;  ils  étaient  à  Tabri,  dans  ses  états,  de  la  persécution  qui  atteignait  ceiu 
des  autres  pays.  Hélène,  son  épouse,  était  originaire  de  Nisibe  (A^^mfttw),  elle 
Tempéchait  de  faire  ce  qu'ordonnaient  Dioclétien  et  Maximien  et  rexhortait 
à  faire  du  bien  aux  hommes.  Sans  cesse  elle  demandait  à  Dieu  de  convertir 
son  mari  de  l'idolatrie  à  la  foi  chrétienne.  Il  regna  douze  ans,  et,  trois  ans 
avant  sa  mort,  son  fils  Constantin  commenda  à  régner.  Puis  il  mourut,  àgé  de 
cinquante-sept  ans';  Hélène,  quand  elle  mourut,  avait  quatre-vingt-dix  ans. 
Alors,  tout  l'empire  Romain  échut  à  Constantin  {Qostantinous)^  en  Fan  616 
d'Alexandre,  qui  équivaut  à  Tan  273  de  l'Ascension  de  Notre-Seigneur  le 
Christ  au  ciel.  Il  (Constantin)  vint  dans  le  pays  des  Gaules  qu'il  avait  habité 

1.  Sevère  {Flapius  Valerius  Ses^erua)  et  Maximin  Dala  créés  césars  en  305.  — 2.  En 
307.  —  3.  Le  pére  de  Constantin  mourut  le  25  juillet  306.  S. 


Digitized  by 


Google 


[49]  XV.  —  IIISTOIRE  DE  COXSTANTIN.  259 

,     t^   ^-    jlSj    *-Jl    UAjbJ    (^jUaJl    l»-J^J    filli»    ^^Lw.-X»J   <^J^.     ^m^I^.mC»    aJ^ 
^Jlc-    JCUli    S^pcJl    il|^l    ^J^.  ^^^^    Ifi    JL*Jw    ^Ij^l    ^^poj    jLu-a)l    J^^    ^J^^ 


^^i^  »1  % li  ^1  Oj  «ij  jl|JI  ^  c^UU  Cm-  ju.  jl^  Ui  jlpI  )sU  cip  ^l^'j 

....J^  jJLlsXì   ^^JUaJLl   VI    vS^  Sj^^l  %X^   jl   JLi   <a4   jlS   ^    #u.k^    viUi   <5lj 

v^JLlt  viLLi  dLa,^  ^  di  *.7>  W3.U  l^  o^j  Olf**  V^jj  ^1  5j^'  viUr 
^L,,jLj  ^  ttlgf  <Jlt  ^Ij  ^^  ^J^-j  w^,^^  ^*^jj  wJ^-iJl  j^  CJL?  JLwi  viJj-vc 


avec  son  pére,  à  Nicomédie  {Niqàdhoumiyah?)\  Sa  femme  était  Maximiana 
{Madjsimà)  fiUe  de  Diocìétien^  {Douqlatiànous).  *  Maxence,  à  Rome,  et  Maximin  *  a  p.  51. 
(Maksimiànous)y  en  Syrie,  se  révoltèrent  contre  lui,  tourmentèrent  les  Chré- 
tìens  et  détruisirent  les  églises.  Maxence  éventrait  les  petits  gargons,  leur 
arrachait  les  entrailles  et  en  tirait  des  augures  avec  Faide  des  devins.  Il  parut 
dangereux  à  Constantin  qui  le  craignait  à  cause  de  la  multitude  de  ses  sol- 
dats  et  qui  voulut  aller  le  combattre.  11  ne  connaissait  pas  encore  le  chris- 
tianisme.  Sa  mère  s'en  cachait  à  ses  yeux  et  avait  peur  de  lui  révéler  sa  foi. 
Elle  demandait  avec  constance  à  Notre-Seigneur  de  le  convertir  à  la  foi  du 
Christ.  Lui-méme,  il  réfléchissait  et  disait  :  e:  Le  Dieu  qui  me  donnera  la 
victoire  sur  cet  ennemi,  et  m'aidera  contre  lui,  sera  mon  Dieu.  »  A  la 
sixième  heure  du  jour,  il  leva  la  téte  et  vit  une  colonne  de  lumière  en  forme 
de  croix  qui  portait  cette  inscription  :  <c  Par  ce  signe  tu  vaincras.  »  On  dit 
que  tous  ceux  qui  étaient  avec  lui  virent  la  mc^me  chose.  Il  sut  que  ce  signe 
ne  pouvait  convenir  qu'aux  Chrétiens  et  il  embrassa'...  la  foi.  Puis,  endormi, 
il  vit  en  songe  le  Seigneur  qui  lui  disait  :  «  Prends,  ó  Constantin,  la  forme  de 
Temblème  que  tu  as  vu  en  ce  jour;  que  le  general  de  ton  armée  le  porte 
devant  toi  et  tu  vaincras  ton  ennemi.  »  Il  fit  donc  faire  une  croix  en  or, 
rincrusta  do  diamants  et  la  pla^a  sur  son  étendard.  Il  triompha  des  armées 

1.  Sens  obscur.  Constantin  était  à  Nicomédie.  Quand  Dioclétien  abdiqua  Tempire, 
l'an  205,  Constantin  suivit  son  pére  Constance  en  Caule  et  en  Bretagne.  S.  —  2.  Cons- 
tantin épousa  successivement  Minervine  et  (en  307)  Flavia  Maximiana  Fausta.  Cette 
dernière  était  fiUe  de  Maximien  Hercule  (Cf.  Tillemont,  Histoire  des  empereurs,  IV, 
p.  84  et  100).  —  3.  Lacune  de  deux  mots  dans  le  texte. 


PATR.  on.  —  T.  IV. 

Digitized  by 


Coogle 


I 


2i}ii  ^^^  IIISTOIIIK  NESTORIRNNE.  [50| 


ò-  C-?* 


'^tU 


^1   j;>-K  ;  j.^  j  ^  j\£  <\  ù^\  <U  .^  j\£  Uj 


*^,v*^y  dUi  «^-J  <3-bJl  Cij^j  caJI  j  ^I^t^l  „s*irjU  *^,...ly^Ì5  i^  y[ÀlA 
^  ^^JaT  jl  sl;^ jl  jl     ^  ò'^^L  C^^  ^^-^  ^^  ^^  '^   '  "*^'  ^'^  o^  JJ^'j 

JLi-^     Uii       4    ^^    ^^    ijUas-l     ^U    ^j^J    *^     J    jU-J    ^^ii-Vl     wit     ?«— tfl    Lii 

ì.  Ms.  stU.  -  2.      ^\^  :  UO^  ^,^0^,  J-^^l  J  ^;.L  L».  -  3,  »ju^  Ji  ^^U^<'  U. 

ennerivir^s,  et  Maxeiice  se  nf>ya'  :  il  avait  régné  Jouze  aiis.  Constantin  reviut 
de  la  guerre  après  c|uaii"e  aiis,  porta  la  croix  dans  sa  maìn,  et  Gt  coiistruire 
sa  ville  quii  appeia  de  son  nom  :  Coiistantiiin[»lc*  DepuiB  lors,  les  Roraaiiis 
prireul  riiabitudc  de  l'aire  preceder  leurs  arinées  de  la  eroìx,  portée  par 
leur  che^^ 

11  y  eut  eueoiM'  mi  autre  motìf  de  la  couversioii  de  Constantin^  :  La  lèpre 
ayant  fait  son  a|jparition  sur  sa  chair,  des  irripies  viurent  le  trouver  et  lui 
direni  :  k  Si  tu  veux  guérir,  égorge  les  enfantt^  de  la  ville  (et  prends  un  baio) 
dans  leur  sang.  »  Il  fit  donc  prendre  et  égorger  plusieurs  eiifants*...  Un  grand 
tumulte  sVdeva  alors  dans  la  ville,  et  i[  y  eut  beaucoup  de  pleurs*  Ce  qu'ayant 
eutendu^  il  fut  saisi  de  compassion  et  rclAelia  les  enfants  eaptifs*  La  nuit  venuo, 
il  vit  deux  hommes  qui  lui  disaìcnt  :  «  SÌ  tu  veux  guérir  de  la  lèpre,  fais 
venir  Févéque  Sylvestre  qui  se  cache  par  crainte  de  toi  :  il  te  guérira.  >»  Le 
leudemaiii  il  lit  dune  rechercher  activement  rév<>que  jusqu'à  ce  quii  Teùt  eii 
sa  présenco.  Alors,  il  lui  dit  :  «  Où  soni  les  deux  dieux  drs  Chrétiens,  que  j'ai 
vus  en  songe  cctle  nuit?  w  —  «  Ceux  que  vous  avez  vus  pendant  votrc  soinuieil, 

1.  Rn  212,  le  28  ot'tobre.  S,  -  2.  Ce  premier  récit  de  rapparilion  de  la  croix  senible 
inspira  par  Sucrale,  //.  E.,  I,  ii.  CL  Micliel  le  Syrien,  Chroniquey  1,  p.  23y-2'*0.  M,  We&>- 
sely  propose  de  voir  dans  cette  legende  une  inlerprélalion  du  monogramme  MIV  écril 
sur  la  croix  :  au  lieu  de  'I^tiQu  on  aurait  lu  I(N:i  ll(OG)  V(INCE).  Cf.  Les  plus  anciens 
monuments  du  chrhtiamsme  évtìts  sur  paptjrus  dans  la  Patrologìe  Orientale,  IV, 
page  101.  —  3.  L'auteur  a  fait  de  nombreux  emprunls  aux  Acles  apovrjjphes  de  S.  Syl- 
destre,  Voir  l'elude  qae  leur  consacre  M**"  Duchesne  dans  le  Liòer  Pontificalis^  1^  p.  cix 
sqq.  Une  recension  syrìaque  de  ces  actes  a  élé  publiée  par  Liuid.  Anecdota  syriaca,  \\\, 
p.  4ti-7tì»  *-  4.  Lacune. 


Digitized  by 


i 


Google 


[51]  XV.  —  HISTOIRE  DE  CONSTANTIN.  261 

tJLJr  ij'^yj  a'jJ^  U^-w-lj  j^^^Vt  LJj  j\^.  ^  ^y^  J  1*y^Jj  ^jl-^^ 

jjii  JLl^  <k**d-  ^  Jai-j  <-^^  <;^  wJ^i  JUJl  ^  i^^  ^^r*  -*^*^l*  <z\^^\ 
tJi  J  ^Sj  *LJ1  j  jUJl  ^^^  JU Jl  ^  GDI  j^^...^j  jlirl  <**  ^  Ju::^! j  viUJI 
^ó-u::^Ìj  ^1  *l^  ^Ij  fU-^Vl  o^  f-v>j  <JS  J  jLwVl  ^^^''j  <^^  5,yt^  i^UJl 
^  <-y^jj  JLikl  ìj^lici  U  ^j^^k-JL»  ^^-*^1  JUb  ^^.^  o^^^J  ^^y^^  Lu-iX* 
^^^1  -l±llj    ^1  j^Vlj    ^^..-JsJl  Jb^Vl  Ij^  jn^V    iuJl  vJlyCll  (.IVI  v--" 

^jJLw-»X«j    JLaTi    Uj  cU-J  vTmJÌj   S^jJi    ifc%j»Jlj  fSj^^^  LTt*^^-^    ^jlia^    *l«;  jVlj 

4jL*i  U  fLLi^Vl  i-L^j  S^pcJi  aJIp  ^^li    <JUpÌ  J  ob^^-^b  /^'  t^.  f^"j  ^ 

1.  Ms.   '^^^,  —  2.  Ms.  vj^i,*:^!^.  —  3.  U^*^  -'^  ^*  ^^M=^'  J»^  —  ^-  ^^^^^^  J 

répondit  Tévéque,  ne  sont  pas  deux  dieux,  mais  deux  mortels  :  ils  s'appel- 
lent  Pierre  et  Paul  {Fatrous  et  Foulous),  disciples  du  Christ,  Sauveur  de  tous 
les  hommes.  »  Et  l'évéque  fit  apporter  leurs  images  de  Téglise.  «  En  vérité, 
dit  alors  le  roi,  ces  deux  images  sont  bien  celles  que  j'ai  vues  pendant  mon 
sommeil.  j>  L'évéque  le  précha  et  lui  démontra  la  vérité  de  la  religion  chré- 
tienne.  Constantin  regut  alors  le  baptéme  de  la  main  de  l-évéque.  Immediate- 
ment  la  lèpre  le  quitta  et,  de  son  corps,  tomba  quelque  chose  comme  des 
écailles  de  poisson.  Cinquante-deux  mille  hommes  regurent  le  baptéme  avec 
lui,  sans  compter  les  femmes  et  les  enfants.  G'était  en  la  onzième  année  de  son 
règne.  La  foi  s'enracina  dans  son  coeur;  il  détruisit  les  temples  paìens  et  fit 
élever  des  églises.  Sa  femme  Maximiana  {Maksiminà)  se  fit  baptiser  aussi  et 
devint  bonne  chrétienne.  Sylvestre  mit  fin  à  Thabitude  qu'avaient  les  Ro- 
mains  d'appeler  les  jours  de  la  semaine  des  noms  des  sept  astres;  car  ils 
appelaient  le  premier,  Soleil;  le  second,  Lune;  le  troisième,  Mars  (JlftrrtM) ; 
le  quatrième,  Mercure  {^Olàrid);  le  cinquième,  Jupiter  (Moschtari);  le  vendredi, 
Vénus  {AZ'Zoharah);  le  samedi,  Saturne*  {Zohal).  Maximin,  ayant  appris  ce 
qui  était  arrivé  à  Maxence,  se  soumit  au  roi  Constantin,  lui  envoya  de  beaux 
présents  et  lui  demanda  pardon.  Il  fit  aussi  ouvrir  les  églises  et  les  couvents 
dans  ses  provinces.  Les  devins  et  les  prétres  paìens  lui  reprochèrent  cette 
conduite  et  le  méprisèrent  ^ *  II  se  révolta  alors  de  nouveau  et  persécuta  •  s  p.  9. 

1.  Cf.  Michel  le  Syrien,  Chronique^  p.  240.  —  2.  Lacune. 

Digitized  by  VjOOQIC 


262  IIISTOIRE  NESTORIENNE.  [521 

^j  ^jL^..^  [^  »^  ^1  tJI  j^  ^j:.h:ta..,.?  ^j  ^1  *L;.j  S^^^l  dJyJ 
c^j    L-Jiic^  Ct-*^'  "^^  ^^^  rf^J^S^^  J  ^Ju:-»^  jl  .^  aiV  jc-^^-Jl 

c5-*-ri^    L>jl*l    J^^^J    fl^Vl    o^    ^^   ó'   ^^^^   (J^^r^^    ij^^^^   ij^   ^j-yJadx-i 

.jc-w^l  V  <-»^.  j*  ctUJi  i^l  j^\^\  il  ji  l^Bj  JL^l  p*'^'  (5,,^  *-  -^^^J 

1.  Ms.  A^ij^A^.  -  2.  Ms.  i.^.  —  3.  Ms.  iUft.  —  4.  Ms.y^^  UJl. 


les  Chrétiens.  Constantìn  envoya  contre  lui  Licinius  {Louqinous)^  son  beau- 
frère,  qui  tailla  son  armée  en  pièces,  en  triompha,  le  tua  avec  ses  enfants, 
extermina  les  devins,  eleva  des  couvents  et  des  églises,  honora  les  Chrétiens 
et  résida  en  Syrie.  Constantin  écrivit  aussi  à  ses  amis  de  protéger  les  Chré- 
tiens, de  faire  cesser  les  maux  dont  les  accablaient  les  rois  infidèles  et 
d'élever  des  églises.  Constantin  ne  fut  pas  baptisé  depuis  Tannée  de  sa  vic- 
toire  sur  Maximin  Da'ia,  la  septième  de  son  rógne  * ,  jusqu'à  la  onzième,  tout  en 
faisant  èie  ver  des  églises  et  en  embrassant  la  vraie  foi,  car  il  voulait  recevoif 
le  baptéme  dans  le  Jourdain  où  le  Christ  lui-méme  s'était  fait  baptiser.  Il  écri- 
vit à  Eusébe  de  Cesaree  pour  lui  ordonner  de  détruire  les  temples  des  paiens, 
d'en  effacer  jusqu'aux  traces  et  d'élever  à  leur  place  des  églises  ;  il  lui  envoya 
s  p.  10.  de  grandes  sommes  d'argent  pour  couvrir  les  frais.  *  Eusèbe  obéit  :  il  détruisit 
les  anciennes  constructions,  les  eleva  de  nouveau  avec  plus  d'art,  agrandit 
les  églises  et  écrivit  à  Tempereur  pour  l'en  informer,  Les  Juifs,  ayant  vu  ce 
qui  arrivait,  en  con^urent  beaucoup  de  jalousie  et  dirent  :  a  C'est  le  Dieu 
unique  qui  a  guéri  Tempereur  de  la  lèpre  et  non  point  le  Christ.  »  Le  coeur 
de  Tempereur  fut  alors  troublé  et  devint  hésitant;  il  voulut  connaitre  la  vérite 
et,  à  cet  effet,  il  rassembla  douze  de  leurs  chefs  et  douze  évéques  chrétiens, 
lesquels  discutèrent  en  sa  présence.  Il  déméla  la  vérité  des  preuves  apportées 
par  les  évéques  d'avec  la  faiblesse  des  arguments  des  Juifs  et,  s'attachant 

1.  Maximin  DaTa,  vaincu  par  Licinius,  allié  de  Constantin,  s'empoisonna  à  Tarse, 
sept  ans  après  Tavènement  de  Constantin  (313). 


Digitized  by 


Google 


[53]  XVI. 


DECOUVKllTE  DI'.  l.A  CROIX. 


263 


K^ 


UV1  J>i 


Uii  C^llj  *  ^jJl  j.  j^lÀJO  L>J1  ^VVlj  5>U!I  jr^UXll  ^,^1^  ;u^\  Jl^Vl  ^  s  p' 

Ai    ijA^\    ^j-jJl     jl^J      wii-Vl     j-ì^-jl    ^Uj,     <i^    ^"-^J    <^    ^■=>    J    W"^ 

^UJl^  jLJI  J^  ^  CjjI^  J^    Vt^  A,U1  Jjbl  Jlj^   ly^f-j  ^   J  dLii   1^^ 

.JLjJsJl   ^j!l   -^  cJLfc  tiJD  CI*  Ì\^*\  ^J^  V^y  ^-^^   jLLJI  cu3e1«1j  ^^LvJlj 
.Lj^^i  j^-s.-^!    ,_^_U   ly^U  ^Lp-  U  c*^*j     djPtT  J  J^\   UU?  U  ^...Ui 


forlcment  a  la  rcligion  chrélienne,  il  travailla  fivec  zòlc  à  faire  trìomphur  la 
vérité  et  à  détruire  l'erreur- 


XVI.  —  Dkcovvkute  de  la  choi^  et  des  cldus'. 


W^^FÌélène  (Hikinà)^  mòre  du  roi  Constaiititi,  alla  à  Jérusalem,  avec  une  nom- 
M  breuse  arméc,  des  richesses  magiiiriques,  dcs  voiles,  drs  étofTt^s  préfieuses,  de 
■  riches  ornemeiits  en  or  otoii  argeiit  pour  les  aatols.  *  Une  rais  à  Jéi'usalenij  elle  ♦  s  p.  il 
fit  chercher  la  «-^roLv  et  le»  elous  qui  percèrenl  les  niaiiis  de  Notre-Seigiieur* 
et  fu  taut  qu*elle  les  trouva  avec  Taide  de  Tévéquc  Eusèbe.  Les  Juifs  impics 
avaient  enfout  ti>ut  cela  dans  un  piiits  sur  lequel  ils  avaieut  areunuxlc  les 
ordurcs  de  la  ville,  tellement  qu'avec  le  tcmps  c'étaìt  devenu  corame  une  grande 
montagne.  Ilélène  prodigua  Fargent  :  les  ouvriers  enlevèreot  cel  amas  épais 
qui  eouvrait  le  puits,  et  les  trois  croix  riirent  retirées  ainsi  tjue  les  clous.  Pour 
f^prouver  les  eroix,  elle  leur  Ht  toucher  une  femme  morte  depuis  longtemps  : 
quand  les  deux  croix  des  larrons  la  (touchèrent),  olle  ne  remua  point.  Mais  au 
contact  de  la  croix  du  Chris!,  elle  se  leva  instantanément.  La  reine  iìdèle  confia 

L  i.es  tcxtcs  rekilifa  k  la  saiiUe  Croix  oiit  élé  réunis  par  Gretst^r,  Opera  omnùiy 
Kalisbonac%  1734.  M.  Nestle  a  piiblié  les  textes  syrìaqui'S.  De  sancla  Crrney  Berlin,  I881>. 
Cf,  Bedjan,  Atta  marttjtum^  111,  p,  175  sqq.  M.  TixeronL  a  donne  un  essai  de  synthése 
dans  Lea  or/gines  de  téglise  d'É desse ,  Paris,  1888.  p.  IHl  sqq* 


Digitized  by 


Google 


'liVi 


IIISTniKR  XESTORÌPLNNE, 


^L-^C-  cUij  l^^  ^Ji  UUJ  ^^UJl   ^   ^Uj  wii-:>y  wJUH   C.^1  c^^jU 


L^  ^  U^l   *.,.c)  ^j-«  S^^^l   uU'  ^y  t^^  <^jLJl  OjJl  Ì<1JI  b-U 
^ju   fj^\  djJU  -xJj  ^  M?-j   jl  ^^iiij    UJl  dUSj  J^ID!  i^hI^I  *r-:Hrj 


1.    5 


h^'' 


^}  ^*j.  »^-^^  aJUI  iJiiCJ!  »i*  v^j^   ./- 


la  ciuix  à  Tévèque  et  fil  avec  les  clous  un  mors  pour  Ir  cheval  de  soii  fils  : 
Dieu  lui  inspira  d'agir  ainsi  pour  arconiplir  une  prophctie  qui  avait  été 
r».  ^*"i-  faite  à  ce  sujetV  Eusèbe  revint  *  de  son  liérésie,  anathématisa  Arius  et -ses 
parlisans  :  fous  los  livres  de  re  dt^rnier  furcnt  brùlés.  Consiatitin  ócrivit  à 
toutes  ses  provinces  pour  ordouner,  sous  peine  des  plus  graves  chàlimeols, 
de  brùler  les  livres  d' Arius, 


XVIL 


Hèlène  la  Fiiièlk  et  son  f!Ls  le  ViCToaiErx^. 


n«lòn<\  colte  reine  fldòle  et  l*énie,  était  originaire  d'Édesse  {.Ir-HoA/ii  eu 
Mésopi^tamie,  d'un  village  appelé  Ivafar  Falu\r\  Elle  s*était  faile  chrélicnnc 
gràce  à  BarsamyA  \  e'esl-à-dire  a  le  fds  de  Favcugle  »,  évt^que  d'Etlossc,  où 
elle  avait  appris  les  livrea  sainis.  Il  arriva  qu*un  liomme,  d'une  fami  Ile  dVm- 
pereurs  romaìns,  nommé  Valentin  {Wùìanthums),  (ìls  de  Castus,  fils  de  Dar 
Samis,  fils  de  Dece  {lìaqious)^  lils  de  Tompereur  Claude   II   (Qloudiotts),  fut 

1,  Zacbarie,  xiv.  20.  —  2.  Vn  boa  nombre  des  raits  de  co  chapitre  se  relrouvnil  d;uis 
la  Vie  de  Conslantin  et  d*Iiélènc  qui  figure  dans  le»  ménologes  grecs.  t^f.  Re\^ue  de 
VOrient  Ckrétien,  1005.  p.  102- 168  :  Lea  roìtstriiciions  Paiestiniennes  dues  ii  sa  in  (e 
Hélène.  —  \\,  Vn^  aulre  tradìliun  la  fait  uailre  à  Drépane  en  Bilbynie  ou  eneore  à  Nàis. 
Cerlaìns  écrivains  anglais  la  font  naitre  en  Angleterre,  S,  —  4.  Cf,  Rubens  Duval,  La 
Litléraiure  sTfriaqne,  p,  122-126.  Les  ac  Les  de  Barsamya  fu  rea  t  «  vieilHs  «  de  près  de 
deox  siècies,  ci  on  en  lit  un  contempo rain  de  Trajan. 


Digitized  by 


Google 


[55]  XVII,  —  niSTOIilK  DllÉLÈNE  ET  DE  CONSTANTIN.  265 

ft     Jl  If^Jii^j  l^JLi^  ^^..jj^li    l^  ^^  4J  t_La3-  Uii    il^l  )iX^  aL  l^,.:J.%3^  ^  jo^ 
mij,  i^jLJì  KÀA  ij:  •-*    <JI  wUJl  ^Uasì  ^jirlj    hJd  ^1  lyii*j    UU  ^^jji    l^JL*»! 

j  U  U  s  ^-^^    ^Yl  wL-j   <^J  ^j  ^  1^    j^-kk..?  ^U-  t\  <)  c^-Oy    ly^À* 

<L-    aTI^wJ    Ole.  (jy^   <S\   )i:^yj   l|^V    ly^o   j[^\   l%Jb>  J  Jk    ^^jìUJÌjaI  J^^ 
^^^1   ^y^   <^  rj>'  (^1^1   ò^^  ^  J    ^^  4>*  ^,LJ1  <JI   j   Jjl^  Uii 

1'  ^J^' 


i>.  t,ì. 


S  fi. 


envoyé  par  remperciir  romain  poiir  visìler  '  les  pays  d*Orìent  attenant  à  Tem-  *  s  p.  i:ì. 
pire.  La  patrie  de  cette  femme  faisait  pai  tie  de  ces  pays.  Une  fois  arrivé,  vqì 
homme  vit  Héloiic  qui  lui  plut  par  sa  beante,  il  la  demanda  en  mariage  à 
ses  parents  :  ils  lui  accordèreut  sa  main  et  il  la  conduisit  dans  son  pays. 
11  arriva  quii  devint  enipereur';  alors  nettn  femnie  béuie  travailla  k  défendre 
les  Chrétiens  dans  Tempire  de  sou  mari  qui  était  paìen.  Il  lui  obéissait  parce 
qu'il  Taimait  et  il  ìgnorait  sa  religion.  pjlle  lui  donna  un  (ils  qu*il  appela 
Constantin  et  qui  grandit  dans  la  religion  de  son  pére.  Son  pére  mort,  Cons- 
tant in  regna  après  lui.  Dcpuis  environ  deux  cent  soixante-dix  ans,  le  cliris- 
tianismc  était  en  butte  à  toutes  les  persécuUons  en  Syrie  et  en  d'autres  prò- 
vinccs,  c'est-à-dire  depuis  la  quin/ièrne  année  du  rùgnc  de  Tibère  {Jibnrimts) 
Cesar,  jusqu'à  la  dix-neuviènio  année  du  règne  de  Diocléticn.  Hélène  ne  crut 
pas  devoir  révéler  sa  religion  à  son  lils  ni  Ty  convertir,  craìgnant  sa  jeu- 
nesse,  *  riofluence  funeste  de  ses  amis,  son  inconstance  après  son  bapténie  *  à  p,  l'i. 
et  un  raanque  de  (ìdélité. 

Au  mois  de  janvier,  en  la  septième  année  du  règne  de  Constantin,  des 
armées  barbares  cntreprirent  de   le  combattrc    et  vinrent  sur  le    Danube' 

1.  Conslance  Chlore,  époux  dllélène,  élait  lUs  d'une  nièce  de  Claude  IL  Nous  ne 
voyoos  pas  qirìl  ail  élé  appelé  Valentin.  —  2.  .Il*  ne  sais  si  l'anleur  entend  parlLT  ici  des 
arniées  de  Maxenee  oii  bien  des  penples  baibares  riue  Gonstrinlin  biillìteu  (laule  v\  en 
Germanie.  S'il  veni  p;irler  de  ces  derniers.  lo  lleuve  inenlioiiné  seivitt  le  Danube,  Mais 
si  raiiteur  veni  designer  les  années  de  Maxence,  ce  lleuve  seraiL  le  Tibre.  Il  résulle  du 
contexte  que  rauteiir  parie  de  ce  dernieFj  a  moins  de  supposer  iei  une  plirase  omise. 


Digitized  by 


Google 


266  HISTOIRE  NESTORIENNE.  [56] 

^^j    pJLL)  ^^-Lo  CtjLp  ^^i  \ijb  j^  MiJ^.  ^i-:^.  vJj»j  ^-^  J  ^.W:k.,.5 

^^  j-^l    f j^   <J1   ^ij     Cftjli*   jc;    J^     4jic;j  <yj   VAfi^j   JL^Jl   j^j 

s  p.  15.  lyu  fjJj    JlUll  li^i  v*^"  ^'     ^^  it^l^  l|^  e- j  *  v^^^  J*  ^3*  v-t'^ 
ÙI^S  j^t^l  JL«   oj    jU  ^  jts.   iwtli  /^^l  j  viUSj  Tjli^  dUs  (^Ij  ^'^ 

viLil  4Jlt  w^i^^l  ^  ^y^j  ^iK,:,t%  ^  'r^y^  J^  v't''^'  O^^  f«^^'  c/b 
I  1.  Ms.  aC**ìl»  ^. 


(Doubànis)^  pour  piller  les  Romains  et  dévaster  leur  pays.  Costa'  {Qoustd) 
dit  que .  Constantin  attaqua  Maxence  parce  que  ce  dernier  s'était  révolté 
contre  lui  à  Rome,  ne  Tavait  pas  reconnu  comme  empereur  et  s'était  emparé 
de  la  ville.  Constantin  donc  alla  contre  eux  avec  son  armée  et  s'arréta  à 
proximité  d'eux,  près  de  ce  fleuve,  résolu  à  les  attaquer.  Mais  il  sut  que 
Farmée  ennemie  était  forte,  nombreuse  et  puissante  :  il  eut  peur  d'en  venir 
aux  mains.  Il  apprit  aussi  que  Tennemi  était  décide  àVattaquer  de  bon  matin. 
Alors,  il  vit  en  songe  une  grande  lumière  au  ciel,  des  éclairs  effrayants  et 
15.  une  croix  composée  d'astres  *  avec  cette  inscription  :  «  Par  ce  signe  tu  vain- 
cras  ».  D'autres  disent  qu'il  eut  cette  vision  pendant  le  jour,  et  que  c'était 
le  19  mai.  Les  Grecs  célèbrent  à  cette  date  Tapparition  de  la  croix  au  ciel. 
lào'barnoun,  Tévéque  métropolitain ,  dit^  dans  ses  «  Questions  du  diacre 
Macaire  (Màqàris)  »  que  Constantin  vit  la  croix  près  de  sa  tente  et  étendue 
sur  elle,  à  Tinstar  d'une  lance  composée  de  différentes  étoiles  ;  et,  à  la  pointe 
de  la  lance,  la  forme  de  la  croix  en  astres  distincts.  Les  astres  en  forme  de 
lettres  donnaient  cette  inscription  :  a  Par  ce  signe  tu  vaincras  ».  C*esl 
rhabitude  chez  les  Grecs  et  la  plupart  des  nations  d'entourer  d'une  bande 
pendante  le  bois  de  leurs  lances,  au-dessous  du  fer  :  voile  pourquoi,  la  croix 

Bar  Hébrseus,  dans  sa  chronique  syriaque,  appaile  aussi  ce  fleuve  Danubius  (ed. 
Bedjan,  p.  60);  méme  chose  dans  rhistoìre  de  la  découverte  de  la  Croix  (Bedjan,  Acta^ 
I,  p.  326).  S.  —  1.  Costa,  historien  qui  sera  encore  cité  plus  bas.  —  2.  On  volt  que  l'au- 
teur  compile  ici  tout  ce  qu'il  a  trouvé  sur  Constantin,  sans  se  préoccuper  de  conctlier 
les  divcrs  recite.  S, 


Digitized  by 


Google 


[57]  XVII.  —  HISTOIRE  D'HÉLÈNE  ET  DE  CONSTANTIN.  267 

AJÌ    ji    fji    *    JUj      ^J    <j-b    ^    c-ijj^    <^    ^j^    i^JLall    jl    Jp-V    iÀJi    (5,>>M  *  S  p.  16 

(3  (•fJL-'j    ^^JJ  (n^:^  o^    <»l|^xJij  JUI  Jl/bi    v*  <«9c^  /^  /*^^J    I-Vj-O  tLjjl 
p^  ^L<Jj  j^^   ^jlj  ^yli  J^   dUS  j^  ^^   UAi    <Jc  ^Ij  ^  ^^^  jlj 


étant  apparue  sur  le  haut  d'une  lance,  les  Nestoriens  attachent  au    bàton 
qui  porte  la  croix  un  petit  voile  qui  tient  lieu  de  la  bande  pendante.  D*autres 
prétendent  *  que  cette  bande  au  bas  de  la  croix  sert  à  représenter  ce  que  *  s  p.  le. 
fit  Notre-Seigneur  en  se  ceignant  d'un  linge,  lorsqu'il  lava,  par  humilité, 
les  pieds  de  ses  disciples. 

Revenons  à  notre  récit.  Constantin  donc  s'effraya  beaucoup  de  cette  vision  ; 
il  réunit  les  savants  et  les  devins  qui  Taccompagnaient,  leur  en  fit  part,  leur 
demanda  ce  que  pouvait  étre  ce  signe  qu'il  venait  de  voir,  et  auquel  des 
dieux  adorés  par  les  Romains  il  pouvait  appartenir.  Aucun  devin  ne  le  sut. 
Constantin  fit  fabriquer  une  croix  en  or,  semblable  à  celle  qu'il  avait  vue,  et 
donna  ordre  qu*elle  fùt  portée  sur  son  étendard  :  pùis  il  fondit  sur  les  enne- 
mis  et  les  tailla  en  pièces  :  il  tua  leur  roi  et  le  reste  prit  la  fuite. 

Costa  {Qoustd)^  fils  de  Lue  (Louqd)^  dit  que  Constantin,  ayant  triomphé  de 
Tennemi,  se  prit  à  réfléchir  *  et  à  dire  en  lui-méme  :  «  Quel  est  donc  le  Dieu  *  s  p.  17. 
qui  m'a  aidé  à  vaincre  mon  ennemi  et  à  le  mettre  en  déroute?  »  Préoccupé 
de  ces  pensées,  vers  le  milieu  du  jour  il  leva  la  tète  vers  le  ciel  et  il  y  vit  la 
croix,  brillante  comme  le  feu,  avec  cette  inscription  :  «  Par  ce  signe  tu 
vaincras  ».  Plusieurs  de  sa  suite  la  virent  aussi,  en  méme  temps  que  lui,  et 
en  furent  étonnés.  La  nuit  suivante,  il  vit  en  songe  quelqu'un  qui  lui  disait  : 
<r  Cisèle  dans  Tor  la  forme  de  cette  croix  :  par  elle,  tu  vaincras  tes  ennemis.  » 

Digitized  by  VjUUQIC 


268  HI8T01KK  NKSTORIEWE,  58] 

.óAjJ  A;  ^  dL;U  s^i  ^  J<ii\  IJjt  ^Lu  i^  <1  J^^  %^i;  ò^^  ìXJS\  dUr  j 

■^jLé'J       Ly^-LL^I     ^j^^V^j]     ^jLL^\j       l^      ^jLoJI     ^^^k-^li       <^JJ     ^jJalJa^^     J^-SJ 
^^Ij     jL^\l     <JJ     j     >L>cÌ       dia-     sj^       i^^     *^     JUj    wJJi     J     ^^Kii       Tc— — Jl 

s  p.  11».  iJLib  JU]p1  jt^ili  S^y  ^  ^^^  jl  dUUl  *  i^\  ^:>jl  jl  <)  Ijllij  «^1^1  ^y  j^y 
,^^lj  '1<JL  <,aJI  i::^"j1  JLÌVI  c,J^l  Ui    dU-i.    ^li    ^^Uo.   JUilj  CaJI 


Constantin  entra  dans  Home.  Alors,  les  Chréf  ieos  s'en  émurenl  et  Eusèbe, 
cvéquL'  de  eeUe  ville,  se  cacha*.  ConstantÌQ  questionila  une  seconde  fois  ìes 
prétres  et  les  ministn\s  des  lemples  patens  au  sujet  de  la  croix,  Ils  ne  luì 
répondirent  rien  de  sur.  Mais  les  gardiens  des  temples  lui  rapportéren!  que 
le  jour  Olì  L'(»tte  forme  lui  étaii  apparue,  un  grand  nombre  d'idoles  étaient 

•  s  p,  18.  tombées  *  et  s^étaient  brisées.  Constantin  s'en  effraya.  La  ehose  se  divulgua 
parmi  les  Clirétiens  de  Rome  qui  lui  envoyèrent  dire  eii  secret  que  le  signe 
qu'il  avait  vu  était  la  forme  de  la  croix  sur  laquelle  le  Clirist  avait»été  atta- 
ché. 11  réfléchit  sur  tout  cela,  a'cn  informa  secretement  et  apprit  la  vérité. 
Alors,  la  foi  lui  parut  douce  au  coeur;  il  fit  rassurer  Févèque  Kusèbe,  se  le  fil 
présenter  et  le  pria  de  lui  exposer  la  religion  chrétienne,  Eusèbe  répondit 
au  désir  du  roì  qui  se  fortilìa  dans  sa  conviction  et  se  fit  baptiser  avec  sa 
femmp  qui  s'appelait  Maximiana»  fillc  de  Dìoclétien*.  La  plupart  de  ses  amis 
furent  aussi  baptisés,  On  raconfe  que  Conslautìn  avait  la  lèpre  et  que,  une 
fois  baptisé,  il  en  guérit.  D'autres  disent  qu'à  Tentrée  de  Constantin  dans 
la  ville  de  Rome,  les  Chrétiens  qui  s'y  trouvaient  prirent  la  fuite.  Des  llané- 

'  8  p.  lu  iltes  vinrent  et  lui  direni  :  oc  Si  tu  veux,  ò  *  roi,  guérir  de  ta  lèpre,  égorge  les 
enfants  de  cette  ville  et  prende  un  bain  dans  leur  sang.  »  Le  roi  donna  des 
ordres  à  cet  efTet.  Mais  quand  on  se  saisit  des  enfants,  la  ville   retentit  de 

1*  Eusèbe,  élu  pape  en  30fì  ou  310,  mourut  au  bouL  de  quelques  inois.  Maxence  ne 
périt  qucn  312.  —  2.  Cf.  stìpru^  \k  259.  n.  2, 


Digitized  by 


Google 


XVK.  —  HISTOIHF':  ITHEl.F.NK  ET  DE  COiNSTANTIN. 


260 


^^  e 


JB    fUI  J  iU!!  U^jj  jlJLUl  ^jUJl  \^\  ^\     dlUl   ^J  JUj  i^\i    uJ^^\ 


c^Ua-i»!    XfrJ      ^lU    J    Cs-jUl     U^^Jj     Ó^ÀDI     ^3;^ijb    jl    Cfta-     JB    wUUI    *    L*Jb\j    Uis  *  S  p.  50. 
^^3j       LiJl    J  j^*.*i»-3     jLTi       I  JIj     JJ^;^^J      ^^w>     ^_^'   ^jJtx-    L*l      \.-ia.'la..vJÌ     «-«     i  aiJa^l 

dLUl     ^^^J     c.U?UI     ^J3-   ,jÌ3-J^^lj    fj^\   JUi    j^   wiXJl        S^yJasie     iV-^l    ti    'jJ-^^^J  *  t^  p.  2? 


plt'or^  et  (le  laiin'niritions,  L'empci-eur,  saisi  de  pitiù,  épargna  les  enfaiits.  La 

imil  venue,  il  vii  en  souge  deux  hommes  qui  lui  disaìeiit  :  a  Si  tu  veux  guérir 

de  la  lèpre >  envoie  cliorcher  Euijèbe,  évéque  de  Rome,  car  il  est  cache,  fuyant 

par  crainte  de  toi  :  fais  le  venir,  il  te  guérira  de  la  lèpre.  »  Le  Icndemaiu, 

le  roi  ordonna  qu'on  fit  chercher  et  venir  Eusèbe,  et  il  lui  dit  :  «  Où  soni 

les  deux  dieux  des  Chrétiens,  que  j'ai  vus  cette  iiuit?  »  L*évéque  lui  répoodit  : 

ff  Les  deux  qìio  tu  as  vus,  ò  roi,  ne  sont  pas  des  dieux,  mais  deux  hommes 

eommc  tei  :  ce  sont  Pierre  et  Paul»  disciples  du  Chrisl,  I)Ìeu  des  dieux,  » 

Et  Tévequc  fit  présenier  au  roi  Timage  des  deux  apòtres,  prise  dans  réglisc. 

Le  roi  Tayaiil  vue,  *  s*écria  :  «  Vraimenl   ce  sont  ceux  *que  j'ai  vus  la  nuit  *  t^  p.  '^o. 

dernière  pendant  mon  sommeil!  »  L'empereur  etani  baptisé,  il  tomba  de  sou 

corps  collimo  des  écailles  de  poissou,  et  il  fui  puritlé  de  sa  lepre.  Selon  les 

iins,  le  nombre  de  ceux  qui  furent  baphsés   avec  Temperpur,  était  de  douze 

mille;  selon  d'autres,  il  rtait  de  cinquante-deux  mille.  D'après  eertaìns  au- 

ti^urs,  ce  fui  Sylvestre,  patriarche  de  Gonstantinople,  qui  baptisa  Constantin, 

en  Tan  11  de  son  règne,  et  en  Tan  628  d'Alexandre  (Dlnnil-Qarnaì'n), 

Ensuite  Constantin  éloigna  les  Juifs  de  son  empire,  et  les  paiens  des 
fonctions  de  TEtat.  11  les  alTaiblit  et  abaissa  leur  crédit,  après  que  leurs 
savants  et  Ics  savanls  des  Chrétiens  ròunis   en  sa  presencc  *   eurent  dis-  *  s  p.  21. 

Digitized  by  V^OOSlC 


270  HISTOIRE  NESTORIENNE.  W 

J\  ^^ — Jl  ATjJlj  J5U  v^  jl  J\  Cy^ì  il:^  <?-'>-b  W^'  ^^  o^  c/"^ 
^^1  jl    jj->,t»»t  j^  l-i^^^  ^y*^^^  /%*-*^l  I%|J  J^    l^^-^l  aU-\  ^  jlj  wJLaB 


cute  ensemble  en  matière  rcHgieuse.  Les  défenseurs  de  la  vérité  eurent  raison 
des  sectateurs  de  Terreur.  Le  roi  s'appliqua  à  la  recherche  de  la  croìx,  si  bìen 
qu'il  chargea  sa  mère  Hélène  d'aller  en  Terre  Sainte  pour  s'occuper  de  cette 
alTaìre  et  relever  les  ruines  du  lieu  saint.  Hélène  partit,  emmenant  avec  elle 
Eusèbe,  évéque  de  Rome.  Elle  arriva  à  Jérusalem  le  28  mai  de  Tan  631  d'A- 
lexandre*. Quelques-uns  disent  qu'Eusèbe,  qui  Taccompagnait,  était  évéque 
de  Jérusalem  {Batt  al-Moqaddas)  et  que  Tévéque  de  Rome  ne  vint  pas  avec 
elle.  En  arrivant  à  Jérusalem,  elle  fit  appeler  Alexandre,  évéque  de  cette  ville, 
lequel,  à  cause  de  sa  valeur,  de  sa  piété  et  de  son  zèlo  religieux,  avait  été 
*  s  p.  22.  transporté  d'Alexandrìe  à  Jérusalem*.  *  Hélène  lui  fit  part  du  but  de  son 
voyage  et  ordonna  qu'on  rassemblàt  les  notables  des  Juifs,  leurs  savants,  leurs 
rabbins  et  leurs  chefs.  Ils  se  présentèrent.  Ils  se  doutaient  déjà  qu'ils  étaient 
appelés  pour  la  question  de  la  croix.  L'un  d'eux,  nommé  Judas',  fìls  de  Si- 
méon  {Schmoun)y  léur  dit  :  «  Mon  pére  m'a  appris  Tendroit  de  la  croix  et 
m'a  instruit  sur  le  Christ  et  sur  sa  mort  et  comment  il  fut  crucifié  par  la 
jalousie  des  grands  prétres  et  des  scribes;  il  m'a  recommandé  d'indiquer  ce 
lieu  quand  il  y  aurait  quelqu  un  pour  le  demander.  Sa  croyancé  au  Christ  et 
sa  véracité  me  déterminèrent  à  croire  aussi  en  lui.  Il  m'a  appris  encore  ce  qui 

1.  La  découverte  de  la  croix  eut  lieu  vers  326,  et  Eusèbe,  pape,  était  mort  en  310.  S, 
—  2.  L'évéque  de  Jérusalem  était  alors  Macaire  (312-331).  Alexandre,  évéque  d*Alexan- 
drie,  n'a  point  été  transporté  à  Jérusalem.  S.  —  3.  Voir  Textes  orientaux  inèdtts  du 
martyre  de  Jàdas  Cyriaque,  ét^éque  de  Jérusalem^  par  I.  Guidi  dans  la  Reflue  de  tC>- 
rient  Chrétien,  1904,  p.  79  et  310. 


Digitized  by 


Google 


[61]  XVII.  —  IIISTOIRE  D'HÉLÈNE  ET  DE  COXSTAXTIN.  271 

*-5^^  jl   <-J  iic^l^i  <j[^^^^l  <)  jlkJtJI  ^yy^^    Jij-Jl;  A»"-u::^li    (%fo*j^  <ll^ 
Jij>^  ^jU    ^^LJI  ^  JLuj    Ij^j^.li    jLL^  iUT  J\  )i^  iX^jj    <t^i  j«bj 

^    p-  .  ■■■  %  Il    JLlJI    V;>JU    J^    l'iOk    vJU^JUTj      Amj\    U^ACJ    Ùa>J    UUp-y      vJlLJlj 

JLiLj>cJ    l  ^*l    1^^^  •  ^   ^j^\  -*^   i  -^i j  (jy^    ^-^^   c5^  r^^   ^^>i?^   y.,^^ 
dUL-  ^  JU  ii  J^\j  JijJlj  g^.njll  2:^?^'  ^-^    ^'  uV*    ^:'^  ^^^ 

<Ì      <^^Jl\      wJbjJl      Aa       t^lr      <J      O-iioij    ^^^l       <MM9JJ      ^y^ObiJl       ^iOk      Otitìi  <%jJl 


arriva  à  Tun  des  disciples  du  Christ,  nommé  Etienne,  qui  était  Toncle  de  mon 
pere  et  que  les  Juifs  *  lapidèrent  pour  avoir  cru  publiquement  en  lui  et  avoir  *  s  p.  23. 
appelé  les  bommes  à  le  reconnaìtre.  Si  donc  on  m'interroge  au  sujet  de  Ten- 
droit  de  la  croix,  je  Tindiquerai.  »  Les  Juifs  répondirent  :  «  Fais  ce  que  bon  te 
semblera.  »  Hélène  les  rassembla  et  les  interrogea  sur  la  croix.  Ils  lui  répon- 
dirent tous  que  Judas  était  seul  capable  de  la  renseigner.  Elle  le  questionna 
donc,  mais  le  démon,  lui  rappelant  le  judaìsme  fortement  enraciné  dans  son 
àme,  lui  suggéra  de  renoncer  à  sa  foi  ;  et  il  déclara  ignorer  Tendroit  de  la  croix. 
Elle  le  menala  de  le  jeter  dans  un  puits,  où  il  mourrait  de  faim  et  de  soif,  et  le 
forga  ainsi  à  confesser  Tendroit.  Il  y  courut  et  creusa  la  terre  :  il  en  sortit 
une  odeur  suave.  Le  déblaiement  donna  d'abord  trois  croix  que  le  juif  livra; 
puis,  interrogò  sur  les  clous,  il  reprit  le  déblaiement  et  les  trouva  aussi, 
au  nombre  de  quatre.  Hélène  procèda  à  la  vérification  de  la  croix  de  Notre- 
Seigneur  *  pour  lever  tout  doute.  A  ce  moment,  parurent  des  hommes,  portant  *  s  p.  24. 
un  cercueil.  «  Maintenant,  dit  Judas,  nous  saurons  quelle  est  la  croix  du 
Christ.  D  II  disait  cela  pour  tenter  la  croix.  Il  fit  arréter  le  cercueil  et  plaga 
sur  le  mort  deux  croix,  successivement,  sans  aucun  résultat.  Il  approcha  la 
troisième  et  le  mort  de  se  lever.  Les  voix  retentirent  alors  pour  louer  Dieu 
et  le  remercier  de  cette  gràce.  Hélène  recouvrit  la  croix  de  plaques  d'or  et 
rincrusta  de  dìamants;  elle  lui  (it  une  cbAssc  en  or  et  la  laissa  à  Jérusalem. 

Digitized  by  VjUUQIC 


272  lllSTOfHE  XKSTOKIRNNE.  [62] 

*  S  p.  25.  jl  wi-L^Vl  <J  ^-^  *JbX£^  Cili-j  ^y^Ob  *  ATJk^j  ^jJl  s^JLall  \^  <!Lj  l^*i£-l 
^pJl  J  l^jX*^  <Jl  'jJi^  f-^J^^  jUj^j*^  L5,.r-^  "-^^  ^  *_JLa)l  j*i^L*'  ^>?V^' 
i-Uj-Jl    t^^j^t^    •^^J     CJIj^    ^^jU     wJ^pJI    OV!    ^  <lUi     \S^r^  ij'   cU>-J 

j^  4^  .,Jl,^Jl  o^^y^li    iiil^^l  ^.3  aititi  yj  *i^oj    <IU.  (^.j^  ^iUU!  <^^'j 

♦  ìs  p.  20,  ^_5J^  Jji  \S,j^  "H  c^  AJj.-a>^j  v-^^^  J^  fj^'  *^^  ^^     '^  \r^  ^-^y  ^iUJl 


D'autres  disent  quMIélùne  laporta,  avec  elle,  auroìson  fils,  à  Constaiitioople. 
Oli  rapfjorte  que  Cliosrtiès  {Kunì)^  fils  i]'l!ormizd,  iiyant  conqois  la  ville  de 
Darà  ^  et  étant  parti  pour  Jérusaleiii,  Ut  venir  rùvcque  de  cette  ville  ei  Tiiiter- 
♦  8  p.  25,  rogea  sur  la  croix  ■  qu'llrlònc  y  avait  découverte  *  et  laissée.  L'évéque  lui  ré- 
pondit  que  l(*s  Juifs  9*en  étaient  cmparés  de  force.  Chosroes  mauda  leunf^ 
iiotables  et  les  puuit.  Alors,  ils  la  lui  livròrcnt.  Il  la  porla  h  Tbéodose  [Tid- 
dhàsis),  fils  de  Tempereur  Mauriee\  Oii  dit  qpe  les  Grecs,  en  partaiit  pour 
la  guerre,  se  faisaìeut  precèder  de  cette  croix.  Quaud  Cliosrocs  Anouchir- 
wi\n*  voulul  attaquer  les  Grecs,  ceux-ci  équipèront  une  (latte  et  placèrent 
la  croix  deus  le  vaisseau  qui  portait  le  trésor.  Un  veiit  violont  soufUa  et 
euiporta  ce  vaisseau  depuis  la  nier  des  Grecs  jusqu'anx  rivuges  de  la  mer  du 
Rliorusàn,  Le  navire  avec  la  croix  furent  capturés  et  portés  k  Chosroes  qui, 
ayaiit  pris  la  croix  pour  une  machine  de  guerre,  la  pla<,^a  daiis  son  arscnaL 
Sirin,  la  croyaute,  femiiic  du  roi  Chosroes,  Tapprit  (elle  cachait  sa  croyance 
en  la  rcligion  chrctieiine)  et  demanda  la  croix  au  roi  qui  la  lui  donna.  Quand 
».  i!*i.  *  Tenipereur  des  Grecs  sut  ce  qu'était  devcnuc  la  croix  et  quVdle  étaij  tombée 
entre  les  mains  de  Chosroes,  il  lui  lit  beaucoup  de  eoncessions  et  lui,  demanda 

1.  Choaroùtì  11,  fils  dilormizd,  regna  de  5^)0  à  028  et  coiiquil  Darà  en  004.  S.  — 
2.  L*auteur  réunit  ici  loules  les  relalions  quii  a  trouvées  concernali t  le  transport  de  la 
croix  en  Perse,  S.  — 3.  Empereurgrcc  (582-002)  tue  avec  ses  fiIs  par  Plioeas.  — 'k  Clios- 
roès  I,  surnonimé  AnouchiTwaii,  avail  regné  de  531  à  57^».  L'auleur  confond  ivi  les  deiix 
Chosroes,  car  Sirin  numméc  plus  bas  élait  1  epouse  de  Chosroes  II.  Peut-èlre  a-l-ìl  cru 
cornine  Bar  Hébrtens  iìfist,  des  dt/misti'es,  ed.  Saìhani,  p.  152)  que  !e  surnom  d\Vnoa- 
chirwùu  avait  été  dorme  égalemeut  ù  Chosroes  H.  S, 


Digitized  by 


Google 


[63]  XVII.  —  HISTOIRE  D'HÉLÈNE  ET  DE  CONSTANTIN.  273 

vSM-jJUtUt  ^ij    wJUIl  <JL^  ^2r*  «^"^^  ^5^'  (*rf*t'  (i  y  ^  c5^  '^  c5^  J^r^' 

^1  ^j-JLl^l  c-^   j^  »^JUJI  dUi  ^  J^\j    ^Ul  j*  dyJl  J\^ù  ^^  cUpo 
l^y^li    ÌTjjC^VI  J\  \^\i  v^l/J'  ^^J^  <*Ji^  ^^j  c^    j>J\  J  A.r.lìiUu.flH 

viUJl    5^-Vj    iLi.    p,XU    jl^J    ^>)l    JtiJ    A^yJ    <Ul    J^    j^lj    JSyb    JIp  *   viUS  *   S  p.  27. 

.«JLaJl   iUl    (5^^  j^li    jlj,^l   ^r-?-    t5^    Jj»J   J*^  Jbj     J^.-^J   !>^"  ^r-?- 

^y-^^^  w-JL-Jl  jjbU  Ui    <;^  v-i^l  c)L-«  |%|JUj    (^jUJl  ^/^  ^^  /c%>-  ic»  <J1 

wJL-aJl    i-JL^    CiJl    j^JUjjl    Jl    C*-aÌc^l     U  J>lj^    ji    15^    J;»    lixJI     C5^^ 

1.  Ms.  iU^. 


la  croix  en  retour.  Chosroès  répondit  à  ses  désirs.  àirin  en  eut  du  chagrin  et 
prit  un  morceau  détaché  du  bras  pour  en  ètra  bénie.  C'est  à  ce  morceau, 
dit-on,  qu'il  faut  rattacher  tout  ce  qui  se  retrouve  de  la  croix  entre  les 
mains  des  chrétiens  d'Orient.  Sahdost,  évéque  de  Tirhàn,  dit  au  sujet 
de  la  croix  qu'Héraclius  [Haraql)^  vu  la  continuité  des  guerres  avec  les 
Perses,  procèda  à  Tenlèvement  de  tous  les  trésors  royaux  de  Syrie  et  les 
envoya  par  mer  à  Constantinople,  avec  la  croix,  qu'il  prit  à  Jérusalem.  Un 
vent  violent  soufHa  et  jeta  les  vaisseaux  sur  Alexandrie.  Les  Perses  s'en  em- 
parèrent,  en  prirent  le  contenu  et  envoyèrent  le  tout  à  Séleucie-Ctésiphon  {AU 
Madàtn)y  ainsi  que  la  croix.  Héraclius  en  eut  beaucoup  de  peine  *  et  de  cha-  *  s  p.  27. 
grin  et  il  partit  pour  cpmbattre  les  Perses.  Le  roi  de  ces  derniers  résidait  à  Das- 
karat  al-Malik  \  sur  la  route  du  Rhoràsàn.  A  Tapproche  d'Héraclius,  il  prit  la 
fuite,  vint  à  Séleucie-Ctésiphon  et  passa  le  pont  du  Tàmarrà  et  Dayàlà*. 
Héraclius  vint  camper  sur  le  pont  du  Nahrawàn.  Alors  Chosroès  lui  envoya  la 
croix  avec  une  fonie  de  chrétiens  qu'il  chargeait  de  demander  à  Héraclius  de 
s'éloigner.  A  la  vue  de  la  croix,  Héraclius  s'apaisa,  accepta  Tintervention 
des  chrétiens  et  fit  la  paix  avec  Chosroès. 

Costa,  fils  de  Lue,  raconte  qu'Hélène,  une  fois  à  Jérusalem,  trouva  la 

1.  Daskarat  al-Malik,  petite  ville  sur  le  chemin  du  Khoràsàn.  ainsi  appelée  parce 
qu'elle  était  une  des  résidences  préférées  de  Hormizd,  fils  de  Saper,  fils  d'Ardascbir 
(Yaqout,  Mó'djam  aUbolddn,  II,  p.  575).  —  2.  Tàmarrà  et  Dayàlà  sont  les  deux  noms 
d'une  seule  et  méme  rivière  près  de  Bagdad  (Yaqout,  o,  c,  I,  p.  813  et  II,  p.  638). 


Digitized  by 


Google 


274  HISTOIRE  NESTORIENNE.  [04] 

JII4J  .^--iJi  w.>tv  j^  wJUIi  j-Vj  j\  ^ij  .^l"  viJbb  jVl  y^j  CaS  iUx-j  4JL 
li^l^  Ar^j  S-H  (5-^^.  ^  c^Lwi  Jbbl  ^J^"  viUJI  ^1  *^JUJI  Jj^j  Ale-  j\ 

*  Ap.  52.  ii<JLJlj  .-tWl  jUUM  ci  c^Jb^j  ^jJl  fjJl  Jl.  ybj  jy»J  ^  Ji£^  Jj:i\  *   f.^1 

.c^l  fL-i  wJLJI  il  '^^^  V  tS"^'  fj::"  J^  y^J  ,y^  ^J^  ^j^^  ò  ^j^, 
^\^\  f^l  Jj  ci  cVl  C^^  ^  ^bi  f^l  y^j  >j^^^j  ^y^  J  jl  ^y  ^ij 
Jy  fcS>,»,|^.lli  .^^LwJl  >u--ar  UJ  (J^^  ^j^J  •(•t^jjl  i^i  (3  c^^^  o*^ 

1.   ?jl;^^.  —  2.   Ms.   ,^^. 


croix  brisée  en  deux  parts  égales.  Elle  en  prit  une  qu'elle  envoya  à  son  fils 
et  laissa  Tautre  à  Apamée  {Fàmyah).  Les  empereurs  romains  voulurent  s'em- 

s  p.  28.  parer  de  celle-ci.  Mais  les  gens  d' Apamée  s'y  refusèrent.  *  Ils  fmirent  cepen- 
dant  par  en  aceorder  la  moitié,  et  le  quart  resta  à  la  ville.  Au  temps  de  Jus- 
tinien  {Youstous)^  les  Perses  firent  la  guerre  aux  Romains  et  détruisirent  la 
ville  d' Apamée  :  ils  prirent  le  quart  qui  restait  de  la  croix  et  le  portèrent  à 
Séleucie-Ctésiphon.  Iléraclius  demanda  ce  quart  à  àaharbaràz  *  qui  le  lui  en- 
voya. Héraclius  le  joignit  à  Tautre  moitié  et  le  fit  recouvrir  d'or.  On  Vy  con- 
serve en  entier,  encore  aujourd'hui.  On  dit  que  le  bois  de  la  croix  est  du  bois 
de  figuier.  On  dit  aussi  qu'à  Tarrivée  de  la  croix,  les  sujets  de  Tempereur  s'en 
partagèrent  un  bras,  lequel  fut  remplacé  par  un  bras  en  or.  Le  bois  de  la  croix 
se  fait  connaltre  par  le  miracle  suivant  :  le  feu  n'a  sur  lui  aucune  prìse.  Les 
fragments  de  la  croix  dispersés  dans  le  monde  entier  proviennent  de  ce  partage. 

A  p.  52.  Les  Nestoriens  fétent  la  croix  le  13  *  septembre,  anniversaire  de  la  découverte 
des  trois  croix.  Los  Melchites  la  fétent  le  14,  anniversaire  du  miracle  fait 
par  la  croix  pour  la  résurrection  du  mort.  Quelques-uns  disent  que  le  méme 
jour,  le  13,  eurent  lieu  et  la  découverte  de  la  croix  et  le  miracle,  et  que  le 
14,  Hélène  la  pla^a  dans  Téglise  de  Jérusalem.  Ilélène  se  demanda  ce  qu'elle 
devait  faire  des  clous.  Dieu  lui  rappela  la  parole  du  prophèle  Zacharie  '. 

1.  Rei  sassanide,  regnai t  en  629.  —  2.  Zacharie,  xiv,  20. 


Digitized  by 


Google 


[65]  XVIII.  —  LE  CONCILE  DE  NICÉE.  275 

dyjl  4,L«:. r  CUJ  l^Lai  s^J\  ^^jì  dJj\  ^J  ^UJ  J<c^  j^-  <\  ^\  ijj 

<là^^l    w^J^pJl    |*|^"tì5i»    -*^  . 
^1    JUw    LJ    i^l     jtf*^lj         -Ulx-lj      w-JLa)l    ^Jc.     J^     ^5-ÌJI    ^i^^^l    jUiJ    ^y-'^J 

^^j  Ij^l  ^^"  jl  aTI  L»^-*j  *l)j-i»*  ^y5i>  ^r^oj    cT*^^  Cll^^-aiJI  ^.>  ^1  filili 

cJji      ^;>  u.  »H    JJ\    ^^Ìp     *-J1    ^^J    ci    ^^La.J      ^j-aUI    C»*»     ^i    g»o    j\    j^^-vJl 

.•LJl  c«i|^  <^JLH  [^\  d)lji    ^jjjCmìJI  f^  *1)U  l|J  JIS    l|^X*J  vSm^j  Ij^j-^ 

>j^  ^^-Lx.  1^^  M^"^   c/^-^-^J  rr^>^  lt^^  c^-^^'  *'^y^  ^^^-^  C^  ^^^ 
L|^l  j  .  U:U.nì  ^\  ^%Ji^  cs:^    aìI  ci  J^\^  ^j\  ^Ul  li^  cl^lj    5jj^ 

1.  Ms.  i.^::^!  —  2.  Ms.  ^b.  —  3.  ^1  jl  ii:^sc-^  l^  ^  iiu-  Ji. 


disant  qu'ils  seraient  pour  le  mors  du  cheval  du  roi,  saint  du  Seigneur.  Elle  en 
fit  donc  un  mors  dont  se  servent  les  empereurs  pour  les  guerres  importantes. 
Judas,  qui  avait  indiqué  Tendroìt  de  la  croix,  crut  sincèrement  et  re?ut 
le  baptéme.  Plus  tard,  il  fut  méme  sacre  évéque  de  Jérusalem,*  après  la 
mort  d'Alexandre;  au  baptéme,  il  re^ut  le  nom  de  Cyriacus  {Qiriaqos). 
Hélène  avait  fait  voeu  que  si  son  fils  se  faisait  chrétien  et  protégeait  le 
christianisme,  elle  irait  en  pèlerinage  à  Jérusalem  pour  y  prier  et  élever 
des  églises  aux  endroits  consacrés  par  le  passage  du  Christ.  Elle  exécuta 
son  vceu  et  satisfit  sa  dévotion.  Alexandre  lui  dit  un  jour  :  «  Je  vois,  ó  reine, 
que  vos  préoccupations  vont  aux  constructions,  tandis  que  la  religion  est 
agonisante,  à  cause  du  [grand  nombre  d'hérésiarques  qui  en  détournent  tant 
d'adeptes.  Depuis  qu'on  neglige  d'exterminer  ces  corrupteurs,  de  disperser 
leurs  assemblées  et  de  réfuter  leur  doctrine,  ils  ont  prévalu  dans  ce  pays, 
détruit  les  édifices  et  fait  perir  les  fidèles.  Le  reste  a  embrassé  Terreur,  soit 
librement,  soit  par  contrainte.  Il  serait  plus  logique  et  plus  utile  de  vous 
préoccuper  de  ce  coté  de  la  religion.  »  Hélène  en  écrivit  donc  à  son  fils,  Fin- 
forma  des  paroles  d'Alexandre  et  lui  demanda  V.. 


1.  Lacune. 


PATR.    OR.  —  T.  IV. 

Digitized  by 


Google 


276  HISTOIRE  NESTORIENNE.  [66] 


(aJ^   ^^  ^Ji^ 


\\ 


Jl5j    ^j  v-flfl«Jj  ji^^j  «iJ,^  ^  5^j  ^r^  V***-^  iiUil*  rn^""^   cJJLi     p-aJI 
<jj    ìLC"^  i_?^-^  j»!^  j^j    *^»^  j^-i-JI  ^aJI  lijb  (5^^  <*£«j  ^/"^"^  (J  ^^  rj* 

^J:9caÌ\    ùyS\S    yMai\    ii-U^    ^    ^    \a    JOJ      AiL-l    I^^J  Oft    l^^lw- J    <yLtj   AaI 
.<JL»JJ    »y^->'L,*tf    l'fl.i.»»    jLmj*Jl)i    ^jJaLlj       J^^i**"    (^Y^    ò^J   '^-^ iJ    *  i»!^^    jllR» 

1.  Ms.  ^,  —  2.    .y^j.  —  3.  /j^Ja.*!;.). 


XVIII.  —  (Le  concile  de  Nicée). 

Aucun  de  toute   cette  assemblée;  mais  on  en  avait  déjà  désìgué 

quelques-uns  par  la  pensée  et  on  les  avait  distingués.  On  les  choisit  donc 
parmi  ceux  que  leurs  vertus  et  les  traces  des  supplices  regus  sur  leurs  corps. 
de  la  part  des  ennemis  et  des  hérétiques,  mettaient  au  premier  rang.  Leur 
nombre  atteignit  318  :  patriarches,  archevéques,  évéques  et  prétres.  Quel- 
ques-uns disent  que  seuls  ces  318  furent  présents  à  Nicée.  Parmi  eux,  se  trou- 
vait  l'évéque  de  Marasch  qui  portait  les  marques  afTreuses  des  plaies  re^ues 
dans  la  prison,  car  les  sectateurs  d'Arius  s'étaient  emparés  de  lui  et,  pendant 
vingt-deux  ans,  Tavaìent  continuellement  torture;  ils  lui  avaient  enfin  coupé 
les  mains,  les  pieds,  les  oreilles,  le  nez  et  les  lèvres  ;  ils  lui  avaient  crevé  le?> 
yeux  et  arraché  les  dents.  Ce  qui  restait  de  son  corps  ressemblait,  par  sa 
noirceur  et  sa  sécheresse,  à  une  branche  de  bois  brùlée  par  le  feu.  Il  y  avait 
aussi  parmi  eux  Viton  {Bitoun?)  et  Vincent  {Biqatious?)^  les  deux  prétres  qui 
représentaient  l'évéque  de  Rome;  Alexandre,  évéque  d'Alexandrie,  Macaire, 
évéque  de  Jérusalem,  Germain  de  Samarie,  Eusèbe  de  Damas  *  (?),  Anatoliu^ 
d'Émèse  {Hims),  Eustathe  (Astàthis)  d'Antioche,  Zénobius  de  Séleucie  (Si^i- 
liyah?)  ^,  Jacques  de  Nisibe  :  ce  dernier  était  d'un  grand  mérite.  On  dit  qu*aa 

1.  L'auteur  veut-il  parler  de  Magnus  (B.  H.  Cowper,  Anatecta  Nìcxna,  p.  8)  cu  bien 
d'Eusèbe  de  Cesaree?  S.  —  2.  Zénobius  de  Séleucie?  {Ibid.y  p.  9).  S. 


Digitized  by 


Google 


[67]  XVIII.  —  LE  CONCILE  DE  NICÉE.  277 

.VLJ^   <JjJL*»    JUa-fllI    J^    jl$j    J^..M<a»'     jl^^    s^jSmìJ     Clli^    ^^^Oi-U»    ^j— '^J-^J 

^jjjSLtj    jJ-JI  p»^l  jU  ^y-^a>-j    t^  *^1  ^  d^  ^^\  dUi  J  ^151  4;^  ^^^j 

^^Ll»ì9^^  j j  •  »  .t,  >  JL-jLi  A-^^^;.^  iwftju-^j  c^  ^,^  (J-Ar^J'  ^^  v^^'j  V-^^ 
jl  <J--Jj  (jrt^  J^^r**  "^j^^J  òy*^  >^\z^\  \jli  ^yj  ^^  iUll  »Sw-*j-\|^^j 
p-»^l  jL«  jV    t/j*ji  <;   p'''*^'  p^'  (^^'  -?^  ^**  ^-.^«--ai-1  0:;::^  ò'^r^  ^,^. 

^J    fjy^    *«.»^L»    ^yLuj   J^t-^jVl    *r**^j-\|^   J^^^JLJI   J^    Z^-*?^^    ^"^    ^r*^»-    ^^ 

.^^^l    J'^r**    ^^-^    jl:>cL-    V— ii-l       fj^^y^ 


1.  Ms.  , X2I..  —  2.  ? 


lT^j-^^- 


Concile,  ce  jour-là,  il  ressuscita  un  mort.  Saint  Éphrem  fui  aussi  présent, 
ainsi  que  Théodore,  évéque  de  Tarse  (non  point  l'interprete).  Farmi  ceux 
qui,  appelés  par  Tévéque  de  Rome,  n  assistèrent  pas  au  Concile  se  trouvait 
Papas,  le  patriarche,  à  cause  de  son  grand  àge  et  de  son  impuissance  à  se 
mouvoir;  il  se  fit  représenter  par  Siméon  bar  Sabbàé  et  Mar  àahdost. 
D'autres  disent  qu'il  se  fit  représenter  par  Siméon  et  Jacques,  évéque  de  Ni- 
sibe.  On  dit  aussi  que  Jacques,  évéque  de  Nisibe,  se  fit  accompagner  par 
le  savant  Éphrem  pour  qu'il  réfutàt  Arius,  car  saint  Éphrem  ne  comptait  pas 
parmi  les  Pères  pour  étre  appelé.  Iso'barnoun  le  métropolite  rapporte  que  le 
président  du  concile  fut  Eustathe,  évéque  d'Antioche.  Elie,  évéque  de  Merw, 
et  Sahdost,  évéque  de  Tirhàn,  racontent  que  parmi  les  Orientaux  qui  assis- 
tèrent à  ce  Concile,  il  y  avait  Tarchidiacre  Sahdost,  Jacques,  évéque  de 
Nisibe,  Georges,  évéque  de  Sindjar,  et  Jean,  évéque  de  Beit  Garmaì  \ 

*  Constantin  fit  donc  aménager  pour  eux  une  grande  salle  et  la  garnìt  *  a  p.  53. 
de  sièges  selon  leur  nombre.  Ils  siégèrent  selon  leurs  dignités/ Constantin 
alla  vers  eux  et,  commen^ant  par  l'évéque  de  Marasch,  il  baisa  la  terre  devant 
lui,  ainsi  que  Tendroit  de  chacun  de  ses  membres  mutilés.  Il  fit  de  méme  pour 

1.  Voir  Thistoire  de  Karka  de  Beit  Slokh  dans  Bedjan,  Ada  martyrum  et  sanctO" 
rum,  II,  507;  Hoffmann,  Ausziìge,  p.  46. 


Digitized  by 


Google 


278 


niSTOlHK  Ni:sTOUIENNR. 


^^'1  J  ^\^j    ^jà   ^J>  Js-  .jJf-j    (T-:**  J^  J^  J^ 


dòi 


ò^ 


i.^  *i  ù\^-^y\ 


dUJl 


u  jl^lj  i^  jpJl  J^j  <i^b  ùi-^ 


ij^  JU^   w.^  f^^'    ^^*^r-^  ^^-^^  ^^  ^'^'   ij^li^l  S^k  '^^'♦-^1*     f^^'   f-^b  (^ 
^j^^^^U    ^^  Vj  Vti  Jj  Vj  v'^Vl  wJ:<)1  JjL;  jJ  ^^  jj\  ^\  ^j\a 

dUi  J-i-^"j  *^l^b  *tìb  ^ti  (^  jJ  ^  VI  U^  Vj  i^L*  J  p*^U*r  Vj 
1.  vj^li;u.t  J  yj^JiJ'. 


p 


•A   ,1 


tous  les  autrus  jiisqu'ait  dernier,  Piiis,  s'assryaut  sur  un  siège  iiiférieur  aox 
leurs,  il  les  exliorla  à  cxaminer  les  quostions  concernaut  la  rcligioii  et  les 
lidèles,  à  démoiitrer  la  vérilé  et  à  tléfiiiir  les  articles  de  foi  qu'il  faut  confesser 
fPaprès  la  doctrine  des  Apótres.  11  dit  ces  paroles  avec  souniission  et  avee 
calme.  11  prit  eiisuìte  son  épée,  son  seeptre  et  son  aimeau,  qu'il  déposa  à 
leurs  pieds  rti  rlisaut  :  «  Dieu  vous  a  donne  le  pouvoir  sur  le  sacerdoce  et  m'a 
donoé  le  pouvoir  sur  rempirc.  Mais,  aujuurd'hui,  Dieu  vous  donne  le  pouvoir 
sur  le  sacerdote  et  sur  Tempire,  Je  vous  suis  souniis  et  je  suivrai  vos 
ordres.  Jugez  selon  la  vérité  conforme  à  Tordre  de  Dtcu  rt  à  la  volonté  de  son 
Clirist.  Vous  étes  la  cause  de  la  vie  de  ceux  qui  vivent,  et  eelle  de  la  per- 
dition  de  ceux  qui  se  perdent,  et  cela  pnur  réternité.  Voyez  aussi  parmi  ceux 
qui  sont  dissidenis  *  et  qo'on  uomme  hérétiques,  sii  ne  s'en  trouve  pas  qui 
auraient  de  nature  les  lìvres  divins,  en  y  ajoulant  et  y  retranchant;  faiìes-lcì? 
venir  et  discutez  avec  eux  pour  leur  ouvrir  les  yeux;  peut-^tre  reviendront-ils 
sincèrement  à  la  verité  et  à  ses  partìsans.  Quant  à  ceux  qui  sont  manifestement 
ennemis  do  la  vérite,  qui  auraient  denaturò  les  l^^critures  et  altere  la  foi, 
evitez4es  et  ne  les  mèlez  pas  a  vos  discussions,  excepté  ceux  qui  seraient 
revenus  de  leurs  erreurs  et  auraient  dtniné  des  marques  rassurantes  de  leur 
vrai  repentìr  et  de  leur  conversion  sincère.  ì>  L'assemblée,  ayant  entendu  ees 
paroles  du  roi,  le  combla  de  ses  voeux  et  de  ses  bénédictions  pour  la  droituro 


Digitized  by 


Google 


I 


I 


XVIII.  —  LE  CONCILE  UK  XTCÉL. 

.jjj<^\  ^i^L^VI  ^^ij-U-^^1  wl^  <:-^  U  w^-^j  J^JI  Vjv^  Vlj  ^OaJl 
^^^    dJ-*  dli   ^^jifi^    jo    *-*lÌ«  5j«   jl   J-»i     jLiVl    i^^-i^j   ^«ij*i^   J   wJJj   Iyj3j 

1*,^  \^jjà:^  wJI  *Ujjj  ii5UVl    «^^^  ^1  dUUl  ._^  ^H^l  jfyj\  (i^^  ^ 
jf^\  jlL^L   <^  ^^Ull  ijrx-^^  ^^  -^   ^^    f^  ^^^  ^''^-^  JUJIj  tp^l  j* 


le  son  intentiou,  la  sincerile  de  sa  foi  et  Tardeur  de  son  zòle.  Elle  delibera 

ee  joiir-Iji  :  c'élait  le  9  juin  *  de  l'an  G^Li  d'Alexandre  -,  en  la  vingt  et  unìème 
uiiriée  dii  règne  de  Constali tin. 

Depub  ce  jour,  les  niembres  de  rasserablée  s^isolerent  pour  discuter, 
s'entretenir,  échauger  des  vues  et  apporter  des  preuves  solides  et  claires,  jus- 
qu'à  ce  qu'ils  fussent  pleinement  d'accord  sur  ce  qui  était  conforme  au  saint 
Évangile,  aux  tradìtionsi^?)  des  Apòtres  et  à  la  lettre  du  susdit  évéque  Alexan- 
dre. Ils  mirent  tout  cela  par  écrit  et  rappelerent  la  foi.  On  dit  que  Tassem- 
blée  dura  trois  ans  ^  Ils  ordoniièrent  la  iecture  de  cette  foi  aux  réuiiions 
avaiit  la  messe,  puis  ils  prononcèrent  tous  Tanatlièine  contre  Arius  le  mau- 
dit.  Lo  roi  écrivit  à  tous  les  évéques  et  chefs  de  TEglise  une  circulaire  pour 
leur  communiquer  ranathènie  prononcé  contre  Arius  et  leur  prescrire  de 
brùler  tous  les  livres  de  ee  dernier.  Voici  le  texle  de  la  lettre  du  roi  *  : 

a  De  Constantin,  empercur,  à  tous  ceux  qui  recevront  notre  présente 
lettre,  évéques,  arclievèques,  préires,  fonctiounaires,  et  à  tous  nos  sujets, 
salut.  Arius  Fimposteur,  se  faisaut  le  suppòt  de  Satan  Iq  Irès  mécliant,  a  viole 
la  foi,  s*est  séparé  des  lidòles  et  a  inveuté  une  hérésie  inconcevable,  Voilà 

1.  D'autres  disent  le  19  juin;  d'aulrcs  encore  le  20  mai.  S.  Cf,  IlÉFÉLiif  Histoire  des 
concilesy  ivanì.  fr.,  L  p*  2(57-200.  —  2.  Ou  plulét  t>30  (325l  S.  —  3.  Les  opinions  dilTèreiit 
sur  la  durée  du  C]oncÌte  dv  Xicéi'.  S.  Voir  Héfélé.  Ifisloire  des  Conciies,  trad.  fr., 
ihid*  —  4.  Cr  Sacri ATE.,  //,  £,,  I,   ix. 


Digitized  by 


Google 


280  HISTOIRE  NESTORIEXNE.  [70; 

j^  ìo.^  <.^^^-  Ui  jì  <J>  J  -^j  o-j    ^i  Vj  ^i  VJ  jyC  V  ,3::^  <l  jBlj 

.JLJtj  ^l«^^  <^  _Jl^  A»-l  <J^^ 

j^JUl  •IVI  <jijLj  J^  j^    L^  IjJLJ    ^j  ^>LJ1  juj  j  JIS"  ^\  k^  jl 


Ap.  55.  pourquoi  il  s'est  attiré  des  malheurs  et  des  calamités  effroyables.  *  Il  faat 
donc  brùler  tous  ses  livres,  écrits  et  maximes,  pour  n'en  laisser  subsister 
aucane  trace.  Quiconque,  après  notre  présent  édit,  aurait  conserve,  dans  sa 
demeure  ou  en  sa  possession,  un  écrit  d'Arius,  s'exposera  aux  chàtiments  des 
pouvoirs  civils  et  religieux.  Que  personne  ne  donne  prétexte  à  ces  chà- 
timents. Saint.  » 

Quelques-uns  rapportent  que  les  Pères  du  Concile,  en  comptant  leurs 
noms,  se  trouvaient  au  nombre  de  317,  et  qu'en  comptant  leurs  personnes,  ils 
étaient  318.  Ils  comprirent  donc  que  Notre-Seigneur  (que  son  nom  est  grand!) 
était  présent  parmi  eux,  ainsi  qu'il  Tavait  dit  :  Si  deux  ou  trois  se  réunissent 
en  moti  nom^  je  serai  parmi  eux\  àahdost,  évéque  de  Tirhàn,  dit  que 
rhymne  ^  chantée  la  velile  '  de  Noél  :  Lialdà  Tmthà  *  a  été  composée  par  Tun 
des  Pères  de  ce  Concile.  Les  évéques  rentrèrent  dans  leurs  pays  après  avoir 
défini  les  dogmes  les  plus  nécessaires.  Parmi  leurs  canons  sur  lesquels  s'ao- 
cordent  les  Nestoriens,  les  Melchites  et  les  Jacobites  sont  20  canons,  écrits  à 
part  de  ceux  qu'admettent  les  Melchites  et  les  Jacobites  :  ceux-ci  comp- 
tent  73  canons,  provenant  de  la  copie  de  Marouta,  évéque  de  Maiphercat^ 
On  dit  que  les  Pères  du  Concile  demandèrent  à  Eusèbe^  évéque  de  Ce- 
saree, de  dresser  un  calendrier  pour  les  fétes,  le  Caréme  et  la  Pàque,  cet 

1.  Matth.,  XVIII,  20.  —  2.  \h^^,  —  3.  u^.  —  4.  lou^  Ij^-^.  —  5.  Cf.  Braun,  De  Si- 
caena  synodo,  et  IIéfélé,  op.  cit.,  I,  p.  351  sqq. 


Digitized  by 


Google 


[71J  XIX.  —  DESCBIPTIOX  DK  l.A  VILF.K  DK  COXSTAXTIXOPr.K,  281 

ft_-«_i3ij  ^yA\j   ^LpVi  ^^y*  ^  {J^  ^j  J^**»    jl   iQ*l,^^— ^^   lT^S^j^  1  JL-    ,*^*^oJ! 

Ut  clip)  J\^  *ÒS\  aìl^  J  a«^j  Cp^  ^j^  àX  J^y^\  <^  j  ^J^h  "^^  (^1 


Iju^^  Jli    JJi  j  ^L%^lj  *UJ1j  *L5CsJl  jjbj    V^^^  c^Ou^  ^  J  U^^ 
1.  Ms.  ìL^,  —  2.  ?  ^U^, 


évèqiie  étan!  très  compélent  cn  mathématiques,  lls  lui  dirent  :  a  Nous  avons 

Ifini  de  défmir  les  dogmes  :  il  vous  reste  à  faire  ce  qui  mettrait  tous  les  Cliré- 
tiens  d'accord  pour  leurs  fétes  ».  Il  répondit  à  leur  dósir  et>  s'isolant  daiis 
une  ile,  il  y  passa  trois  ans,  demaodant  à  Dicu  de  rinspirer  pour  exéeuter  le 
comput  conuu  *  sous  le  nom  de  a  Chronicon^  »,  Que  Dieu  nous  fasse  parti-  •  v  p.  5tn 
ciper  aux  mérites  de  leurs  prières  à  tous. 


XIX,    —    DesCRIPTION    de    la    ville    de    CONSTANTINOPLE. 


Constantìn  ordonna  de  chasser  les  Juifs  de  toutes  ses  proviuces.  Pois, 
il  Youlut  se  bAtir  une  ville  :  il  chercha  donc  au  ecBur  de  sdii  mipire  un  on- 
droit  convenable,  il  consulta  Ics  sages,  les  savaiits  et  les  gens  expérimentés. 
IIs  ne  trouvèrenl  pas  d*endroit  plus  sain  ni  plus  convenable  que  Byzance, 
ville  bàtie  par  Byzus  (Bo uro w,?)  du  temps  d^Osias  et  de  ioatliam,  rois  dlsra(^l  -* 
Il  la  fit  élever  et  luì  donna  son  nom.  Elle  s'ctendait  sur  sept  raonfagnes, 
séparées  les  unes  des  autrcs  par  un  petit  golfe  sortant  de  la  grande  mer.  Un 
rempart  imprenable  rentourait  d'un  coté  de  la  mer  à  Tautre.  Byzus  Pavait 
fai  te  de  dix  milles  de  longucur.  Constantìn  Pagrandit  de  dcux  autres  milles. 

1,  Cf.  infra,  eh.  XXL  —  2.  VA.  Bar  Hlur.kus,  Hlstoire  des  dt/naslies,  «il.  Pococke, 
p.  67. 


Digitized  by 


Google 


282  HISTOIRE  NESTORIENNE.  [12] 

^jjJl  ù%>  Ja-*-j  LyiV  jUdl  l|Jl  JLSj  c^ILa  ji^  V^'^  ^^,^-J  ^i^J  ^.J 
<$jUaiXl  S^^j  vfjy^  5^^  c-uJl  ^l  ^^  cU?-j  ^jjj  ij'^^  ^^.  Cj^  ^^J 
<j-Uj  j^  ^j-^  ^^i^  w^lj  J^  ^  J>-j  5j^^  l^jl  J  ^j  ,^  Oi-^^J 
.O^jJUH  <p^d  *l-yjLH  ^.Ui^j  d^l  Jli^S  IjJI  J£j    .^^j^l  ^  ^l;  kJ\j  ^j 

Jl.--.5L»  -U--  JL»xj  ^^^  -Vi-A^l  ^  <JLJL  U^  cU>-j  <^^>J^'  \   ^JLii  U  Jlm. 

<I^j  *UI  5^^;!^  jy^  «i)l>  ^^  jl  j^^  V  fjjl  ^yJ  j^l  JLU  ^j^j    ììaJ 

1.  Ms.  J-j^|. 


Il  l'eleva,  Tembellit,  Torna  *  et  en  fit  sa  residence  imperiale.  Il  y  transporta 
les  commergants,  car  elle  est  au  milieu  des  pays  grecs  et  proche  de  la  Perse 
et  de  Rome.  Auxportes  de  la  ville,  il  fit  un  cimetière  pour  les  rois,  an  autre 
pour  les  patriarebes,  et  des  hippodromes  pour  les  jeux.  A  son  entrée,  il  pla^a 
une  statue  equestre,  tonte  en  airain,  dont  le  cavalier  portait  un  diadème  d'or. 
Il  y  transporta  les  trésors  des  rois,  les  ossements  des  martyrs  et  le  bois  de  la 
croix.  Sur  les  deux  rives,  il  fit  deux  grandes  tours  sur  lesquelles  il  pla^a  des 
mangonneaux  en  fer  comme  eeux  que  les  rois  emploient  pour  la  guerre:  il 
les  relia  ensemble  par  une  chatne  de  fer.  Il  fit  sept  grandes  chaines  de  fer, 
pour  entourer  Tendroit,  servir  de  remparts  et  empécher  les  vaisseaux  enne- 
mis  d'arriver  jusqu'à  la  ville  :  elles  devaient  aussi  servir  de  rempart  aux  flottes 
des  Grecs,  car  il  n'était  pas  possible  d'élever  des  murailles  en  ce  lieu,  à 
»  Ap.  57.  cause  de  Tabondance  et  de  la  profondeur  des  eaux  qui  *  entourent  la  ville  de 
trois  cótés,  tandis  que  le  coté  ouest  tient  à  la  terre.  Les  remparts  allaient  des 
eaux  aux  eaux.  Il  y  avaìt  beaucoup  d'églises  et  de  couvents.  Il  la  bàtit  et  la 
transforma,  y  transporta  les  ossements  de  Joseph,  filsde  Jacob,  et  le  siège  de 
Jean  l'évangéliste^.  11  y  consacra  deux  églises  à  la  Vierge  Marie',  dont  Tune 
était  TAnastasie  {As-Satisà)  et  Tautre  Sainte-Sophie. 

1.  Le  mot  du  texte  est  peut-étre  tire  de  ,J^t  ou  de  y^lr^»  "^^*  persan  qui  signifie 
palais.  On  pourrait  traduire  :  «  il  y  contruisit  des  palais  ».  S.  Lire  plutòt  ^xy^  «  il 
Tentoura  de  murailles  ».  —  2.  Cf.  YHistoire  de  Joseph^  éditée  par  le  R.  P.  Bedijan, 
p.  354-368.  Ce  transfert  aurait  été  fait,  daprès  la  legende,  par  Théodose  et  Arcadius.  S. 


Digitized  by 


Google 


[73]         XIX.  —  DESCRIPTION  DE  LA  VILLE  DE  CONSTANTINOPLE.  283 

^    JL»-^j    <-^^r^    CjI^I    <»jXjÒ\    J    cU?-J    ^^>f^^    /*^w^    v-.ibÀ)l»    rci-a«   «j-Ulj 

L^  j^VI  ^Aibj    ^S  ^  Cl^J  tJuJl  ^  ^jS\  v^UcJJ  d>Jl  j;^  5JJU,  dUU 
il  ^JL5  j^l:>Jl  LI  jL^  j^  A,y\  e»-  J  -Af-j  J<:^  J  \S^J  ^  J^  Jj^aJI 

^Jijj  aJI^  ^^M<ai   ^^U:U ?  ^^  (y^   -U^l  <l>-^  (j^^J  f^^.     cr>**^  f^'   '^^ 

ìj.*.«  L  V  j\  ^j  ^5jLaJI  ^^rf"^    i^Uail.  ^1  (OAj  ^^.  p^    ^^'  vr^  ^ 


1.      ««d^^V^^^W. 


Les  murs  de  cette  dernière  église  étaient  revétus  de  bois  de  saatal^ 
Tautel  était  plaqué  d'or  et  incrusté  de  diamants.  Il  fit  dans  la  ville  des 
places  carrées.  Un  de  ses  successeurs  fit  des  portes  en  or  pour  le  coté  ouest 
de  la  ville.  Tout  cela  est  pris  dans  un  livre  trouvé  à  Beit  Abé,  d'après  Mar 
Abà  le  patriarche  (que  Dieu  sanctifie  son  àme  !).  Il  avait  vu  ces  choses  lorsqu'il 
lit  le  voyage  de  Constantinople  ' . 

Licinius,  établi  en  Syrie  et  devenu  puissant,  se  révolta  contre  Constantin, 
car  il  était  devenu  jaloux  de  Tempereur.  Constantin  attendit  et  le  prit  en 
pitie  à  cause  de  sa  soeur^.  Mais  Licinius  ne  se  corrigea  pas  :  il  détruisit 
les  églises  d'Antioche  et  emprisonna  les  Chrétiens,  en  défendant  de  les  nour- 
rir.  Constantin,  Tayant  su,  ne  le  supporta  plus  et  préféra  le  salut  des  Chré- 
tiens à  l'amour  de  sa  soeur  :  il  se  dirigea  donc  contre  lui,  le  vainquit,  le  prit 
vivant  et  essaya  de  le  convertir.  Puis,  ayant  constate  la  trahison  de  Licinius, 
il  le  tua  :  il  multiplia  ses  bienfaits  envers  sa  soeur  pour  lui  faire  oublier 
son  malheur  et  donna  ordre  d'accorder  à  ses  neveux  toutes  leurs  demandes. 

1.  Mar  Aba  alla  à  Constantinople  entra  525  et  533.  S.  —  2.  Constantia,  soeur  de 
Constantin,  était  mariée  à  Licinius.  Cf.  Socrate,  H.  E.,  I,  ii,  in,  iv. 


Digitized  by 


Google 


284  HISTOIRE  NESTORIENNE.  [74] 

(>^  jb^  Vt^J     v^^  ^^  cT^'   vlr*  ^^.    «i^-^-r^  V^J     ^^   J^  J^^^   ^J'^ 

ijL-»  Lg^JLt  JLJ»  Jl$  jj^    ^^  ;3^  '^y^  c5*J  oU-Jll»  AJb  *-^^  -*AJ^  t5^r^ 
JÒJfc  JUoa)  a^   jJL   j^  (V-J*^  &-^   '"^^     *^  *-*^^  5^r^  U^A^J     Wji   ò^.j'j 

.^L*    ^^  i-.^    J^^l   dui"  ^y  fj^J  <^J      ^j\^   (J   Z>yai\   ciiJLJl    /^^---i    .   w^^^-^^ 

iij^l  )j-Li^  ^3j    L^b-i  j>-'-'*->'j  ^^  ^^J  '^'j'i  òy^J  ^  ,,;r*'^  '^•^  «3*^^ 
I^mJ  (5>?»  <j^'  ^^J  o^  »l»bl^  0:^^^^  «^^-^    '^b'i   òy^*  V'^i'J  f;)-?'^  <^l« 

XX.  —  De  la  description  de  la  ville  intérieure  de  Rome  ' 

D'après  le  récit  de  saint  Jacques  de  Nisibe,  qui  Tavait  vue. 

Il  dit  :  C'est  une  ville  carrée,  longue  de  28  milles  et  large  de  28.  Les 
trois  quarts  sont  du  coté  de  la  mer,  et  le  quatrième,  du  coté  de  la  terre.  Elle 
a  20  portes  d'airain  recouvertes  d'or;  deux  remparts  l'entourent»  dont  les 
murs  ont  16  coudées  d'épaisseur  et  70  coudées  de  hauteur  (?).  Un  fleuve, 
appelé  Constantiyah  (!),  séparé  les  remparts,  traverse  la  ville,  portant  des 
Jalsimàt,  c'est-à-dire  des  tambours  d'airain  qui  ont  chacun  46  coudées  de 
circonférence  :  il  y  a  10.000  tambours.  Quand  un  ennemi,  venant  d'un  pays 
lointain,  se  dirige  contre  cette  ville,  les  tambours  battent  d'eux-mémes,  £ai- 
sant  un  bruit  beaucoup  plus  fort  que  celui  des  tambours  ordinaìres.  Le  roi 
entend  ce  bruit  de  sa  maison,  bien  que  les  tambours  soient  à  15  milles.  Ce 
fleuve  a  93  coudées  de  profondeur  et  150  de  largeur.  Il  y  a  dans  la  ville 
1.000  bazars  de  conmierce  pour  les  Orientaux  et  les  Occidentaux.  Elle  a  trois 
rangées  de  colonnes  en  marbré  blanc,  dont  chacune  a  100  coudées  de  coniour 

1.  On  trouve  une  description  differente  chez  Land,  Anecdota  syriaca^  IH,  p.  323. 

.Google 


Digitized  by  ^ 


[75]  XXL  —  DU  CHRONICON  ET  DE  L'HISTOIRE  DE  SA  COMPOSITION.    285 

jk^Vl  <JL)  iuJI  jj-tì:»-  ^J^  ^^Ul  ^^^j  *'^b  /^'  ^JJ  J^^Vl  jjU  c-iU  jl|Jl 
KjyL^^  <Jlk^  C^^  Oj^r^J  ^^  ^^*--'  Jlli*Jb  fl^Vl  aJ  ^j-^»  viUU)  ^^^-A^ 
^jJ^j    <j-J^r^   p— i   ^^JU  <:^l  <mJ\  CJuJI   5J-U    Jj     ^^^b   Oj^A^ij   ^1:>JI 

^  ^S  Afj    tljS  o^^-..*i>-  ^^jJ^j  V^^^j  i^b-i  ilUilf  l|J^  Oi-^^'  òèy^J^ 

<3.^  ^t<)l  J^^  U  t^JuJl  ìjÀib  J  JS\  wJUcJI 


et  30  coudées  de  hauteur.  Les  colonnes  portent  des  aqueducs  en  marbré  blanc 
pour  les  eaux  de  la  mer,  où  passent  les  flottes  des  commergants  :  celles-ci  vien- 
nent  de  tous  les  pays  et  arrivent  jusqu'aux  bazars.  Il  y  a  aussi  1.270  bains. 
Chaque  samedi,  à  la  neuvième  heure  du  jour,  les  bazars  sont  fermés  et  Ton  cesse 
toute  vente  et  tout  achat.  Les  gens  affluent  dans  les  églises,  la  velile,  et  le  jour 
du  dimanche  pour  communier,  et  Ton  n'ouvre  les  bazars  que  le  lundi  matin. 
En  cette  ville,  le  roi  a  une  salle  du  tróne  pour  entendre  les  plaintes  et  rendre 
la  justice.  Elle  a  120  mesures  (djarib)  de  large;  les  murs  et  le  plafond  sont 
recouverts  de  plaques  d'or;  elle  a  72  paires  de  portes  en  or,  600  portes  d'ai- 
rain,  de  cuivre  et  de  fer.  A  Rome  se  trouve  aussi  Téglise  des  saints  apótres 
Pierre  et  Paul,  qui  a  300  coudées  de  longueur,  50  coudées  de  largeur  et  de 
hauteur.  On  rapporto  tant  de  merveilles  sur  cette  ville  qu'il  serait  trop  long 
de  les  raconter  dans  ce  livre. 

XXL  —  *  Du  Chronicon  et  de  l'histoire  de  sa  composition  * .  *Ap.  5«. 

Quand  les  trois  cent  dix-huit  Pères  se  réunirent  pour  definir  la  foi  et  pour 
établir  les  dogmes  sur  lesquels  ils  étaient  tombés  d'accord,  et  qu'ils  en  écrivi- 
rent  à  tous  les  pays,  ils  tournèrent  leur  regards  sur  les  variations  des  Juifs 

1.  Cette  histoire  est  développée  dans  le  ms.  syriaque  de  Paris,  n*»  13,  fol.  188.  On  y 
trouve  ensuite  la  manière  d'exprimer  tous  les  nombres  en  syriaque  et  un  petit  traité  de 
comput. 

Digitized  by  VjOOQIC 


286.  HISTOIRE  NESTORIENNE.  [76] 

dJL?   l|^    '■^yj   ^JlJ>'    (J    ^^^      J^^J    ~-ai)lj    ^yai\j   -^l^^Vl    <ì^^    ^^    ^J-*ta 
<J    ^cl-ói^    j)    ^^. ».ll    JL^   4JLJ    CJI»    ^^^    ^Ljm   oV*    '^^   ^6^^   ^^    òy^    ^lXJ 


dans  les  renseignements  qu'ils  donnaient  aux  Chrétiens  pour  Tépoque  des 
fétes,  da  Caréme  et  de  la  PAque.  Les  Pères  demandèreat  à  Eusèbe  de 
Cesaree  de  dresser  un  calendrier  qui  leur  permit  de  connaitre  les  jours  de^ 
fétes,  les  jeùnes  et  la  Pàque.  11  s'isola  dono  dans  une  ile  pendant  trois  ans, 
Les  Pères  ne  cessaient  de  prier  Jésus-Christ  de  lui  inspirer  le  bien  et  le  vrai. 
Eusèbe,  de  son  coté,  jeùnant  tous  les  jours,  faisant  travailler  son  intelligence, 
priant  toutes  les  nuits,  demandait  à  Dieu  de  réclairer.  Dieu  exau^a  leurs 
prières  :  il  inspira  à  Eusèbe  tout  ce  qu'il  était  nécessaire  de  connaitre  à  ce 
sujet.  Eusèbe  revint  et  remit  aux  Pères  le  comput  du  Chronicon  qui  est  en- 
core  entre  les  mains  des  Chrétiens,  et  jusqu'au  dernier  jour,  ils  n'auront  plus 
besoin  ni  des  Juifs,  ni  des  astrologues,  ni  des  mathématiciens. 

XXII.  —  De  l\  Paque  et  la  Résurrection. 

Après  cela',  une  discussion  s'eleva  entre  Tévéque  d'Asie  *  et  Victor', 
évéque  de  Rome,  sur  le  jour  de  Pàques  et  sur  la  date  où  il  tombait.  Tous 
les  évéques  furent  d'avis  que  la  Pàque  devait  étre  célébrée  le  quatorzìème 
jour  du  mois  lunaire,  quel  que  fùt  ce  jour.  Victor  dit  qu'il  fallait  célébrer  la 

1.  La  controverse  pascale  dont  parie  ici  l'auteur  est  antérieure  au  concile  de  Nicée.  Cf. 
Hefélé,  Histoire  des  Conciles,  I,  p.  302  et  306  sqq.  —  2.  C'était  Polycrate  d'Éphèse.  Mais 
ce  contemporain  du  pape  Victor  parait  avoir  été  confondu  par  lauteur  avec  Saint  Poly- 
carpe  de  Smyrne  (-{-169),  nommé  quelques  lignes  plus  bas.  — 3.  Victor,  pape  de  185  à  197. 


Digitized  by 


Google 


[77]  XXIII.  —  HISTOIRE  DE  SAPOR,  FILS  D'HORMIZD.  287 

<-Jj     «IjCUVÌ    jJi)  pJUl    j   Jii-   ^y^   Jjl    4;V     Aa-Vl   f_).,    <.Li)lj   ^1   j_^,   jl 

^cJlk-»\   jy*     JUJl    ìji^    ^^    JuJl    lijb    Ó^U*».   V    ^aUI    C»^    <iSUl    jl^      ^yJJj 

.Sii  ^  (n^^>. 
^\i  ,jjMJÌ:s^eA  ^J'^\J  i%^\  vi-y  jU^  l»i^  ^^'  ^.^   Uj^JL»!^  *U  JL^LaII  1j5^ 

^y  ^Lu  <rl^l  c-*l^j  r^s  TjJj  ^Olio  (J  ^>J1  dUU  5j^l  j*^  oL.  U 


fin  du  jeùne  et  la  Pàque  le  dimaache,  car  ce  fut  le  jour  où  Dieu  commeiiQa  la 
création  du  monde,  où  Notre-Seigneur  ressuscita  d'entre  les  morts,  où  aura 
lieu  la  résurrection,  et  où  réapparaltra  le  Christ  à  son  second  avènement. 
Polycarpe  (?),  patriarche,  leur  écrivit  qu'il  avait  re^u  cette  doctrine  des  deux 
luminaires  enterrés  en  Asie,  à  savoir  Jean  l'Évangéliste  et  Philippe.  Les 
évéques  de  Jérusalem  ne  célébraient  pas  la  Pàque  selon  cette  règie,  mais 
ils  s'y  conformèrent  tous  dans  la  suite. 

On  dit  que  Tun  des  évéques  de  Jérusalem  changea  Teau  en  huile.  Voici 
comment  :  il  célébrait  cette  féte  :  on  remplit  d'eau  les  lampes  et  on  les  pre- 
para, car  rhuile  se  faisait  attendre  et  cependant  le  temps  de  la  prière  arrivait 
et  les  lìdèles  étaient  assemblés.  L'évéque  dit  alors  aux  diacres  d'allumer  les 
lampes  :  elles  s'allumèrent  et  durèrent  pendant  tout  l'office  sans  s'éteindre. 

XXIII.  —  HisToiRE  DE   Sapor,  fils  d'Hormizd,  connu  sous  le  nom 

DE    DhOUL-AkTAF*. 

A  sa  mori,  Hormizd  ne  laissait  pas  d'enfant  male.  Mais  sa  femme  était 
enceinte.  Les  mages  déposèrent  le  diadème  sur  le  sein  de  cette  femme,  sans 
savoir  de  qui  elle  accoucherait.  Elle  enfanta  un  gargon  qui  fut  appelé  Sapor. 
On  le  nomma  roi  la  cinquième  année  du  rógne  de  Gonstantin.  Les  docteurs 

1.  «  L'homme  aux  épaules  ».  Cf.  Noeldeke,  Geschichte,  p.  52.  —  Ce  prince  est  Sa- 
por II,  fils  posthume  d'HormizdlI.  11  regna  de  310  à  380. 


Digitized  by 


Google 


\p. 


2B8  MISTOIRF:  NESTORIKNNE.  [78] 

LJLc-  ^J^>c*  l|J  ^\»iiT.*,.*  f  %^f^^  L*>"  tUe^   I  jL^  jl^  .<^  ì^^-lx-  ìt^^  ,j^^  tV  ^ 
jSV  ^j*^  ^j  ....*UU^j  ^-=j-j  jlj^VL  e  A*  ^  ,j-uJ1  *b  J  <»-iir  j^  Ki: 

ijjyL^Jl    ÌJ Il    J   IjUàlj   CL^I    <^"    J    U    J^l-    J**)DI    ^^1    jJaJa-J    dUUI    oL. 


de  l*Égiise  le  disent  et  ils  ajoiitent  que  Sapor  commenda  à  régner  à  Tàge  de 
quinzr  ans.  C'étail  un  prince  fier  et  courageux;  il  adorait  les  astres,  les  coii- 
sultait  e!  avait  conllance  en  eux  ;  il  detestai!,  les  Chrétieus»  mais  ne  pouvail 
leur  nuire  à  cause  de  Gonstantin,  Eu  la  dixième  anriée  de  son  rógne,  il  imita 
ses  prédécesseurs  et  se  niit  ti  construire  des  villes.  Il  en  eleva  une  dans  la 
Susiane  (Al- Ah trtiz)^  Tentoura  de  fortiilcations  et  Tappela.,,  Cesi  Karka  do 
Lédan  V  Quand  il  cut  rédnit  les  Grecs  en  captivité,  il  les  y  établit,  Mainte- 
nant»  elle  est  en  roinns.  Les  habitauts  en  on(  éiv  transportés  a  Suso".  A  la 
mori  de  rcmpereur  Coiislantin,  le  niaudit  Sapor  ne  dissimula  plus  ses  mau- 
vaises  dispositions.  Dans  la  Irente  et  unième  année  de  soii  rùgne,  tandis  que 
les  enfants  de  Constantin  ctaient  eucore  tout  jeunes,  il  attaqua  les  Chrctiens, 
détruisit  les  rglises,  et  se  dirigea  vers  Nisibe.  Mais  il  revint  vaincu  et  dé^u. 
Dieu  délivra  les  habilants  de  Nisibe  par  le?5  prières  de  leur  évéqiie  saint  Jac- 
*  A  p.  :.i».  ques,  par  cellos  du  prOtrc  *  bicnbcureux  qui  lui  succèda  et  par  relles  du 
vertueux  l^phrem.  Dieu  suscita  contre  Sapor  unempereur  encore  plus  cruel 
que  lui;  c'était  Julien  %  empereur  des  Roniains»  qui  le  mit  en  deroute  et 
détruisit  beaucoup  de  villes  de  la  Perse.  Julien  mort,  Jovien  lui  succèda*. 
Sapor  (it  i-esser  la  persécutìon  et  permit  de  construire  des  églìses.  Après  la 

1.  CL  NoBLf>EKK,  Gesckichte^  p.  57-58,  iU-Ahwàz  est  le  noni  d<^  la  province  où  fut 
J»Htie  KMncImrra-Sàpur  ou  Knrka.  Il  y  a  ici  un  blanc  dans  le  toxle.  —  2.  De  là  vieat 
peut-iMró  qu'on  confojidlt  Karka  vi  Suse.  Cf.  Hoifmaxx,  Ausziìge^  p,  87.  —  3.  Julien 
TApostat,  empereur  de  301-303*  —  4.  Jovien,  empereur  de  303  à  304, 


Digitized  by 


Goog 


[79]  XXIV.  —  MORI  DE  L'EMPEREUR  CONSTANTIN.  289 

o^^  -*^«->  jL^j    (•-r^^  pAAi-J  ^^  ^lili  U>-  viUs  JLj^UJI  ^^^    ju»;  J  ^^jLaJl 

v^  •cT^Ll'  j^UJl  ^^UJl  iJ^l  viUUlj  .LiJJl  iJob  ^  ^jli.  j^JxJxJJ  ^j)l  jl 
1.  Ms.  SjÌ^^aJI. 


mort  de  Jovien,  Sapor  recommenga.  Marouta,  évéque  de  Maiphercat  ',  et  Akhi, 
le  patriarche,  écrivirent  le  martyrologe  de  ceux  qui  souffrirent  le  martyre  au 
temps  de  Sapor.  Daniel,  fils  de  Marie,  fìt  de  méme  dans  son  histoire  ecclé- 
siastique  '.  Les  prétres  des  idoles  avaient  dit  à  Sapor,  de  la  part  de  leur  dieu, 
que  s'il  exterminait  les  Chrétiens,  il  «e  mourrait  pas.  L'insensé  le  crut  et 
continua  à  rechercher  les  Chrétiens  et  à  les  tuer. 

A  la  mort  de  Gonstantin,  son  empire  fut  partagé  entre  ses  enfants  :  son 
règne  avait  été  de  trente-trois  ans;  il  était  àgé  de  soixante-cinq  ans  '. 

XXIV.  —  Mort  de  l'empereur  Gonstantin,  que  Dieu  rende  son  ame 

bienheureuse! 

Quand  la  mort  de  Gonstantin  fut  proche,  Eusèbe,  patriarche  de  Rome,  réu- 
nit  quarante  évéques  *  et  leur  dit  :  a  Le  pieux  Gonstantin  quittera  bientót  cette 
terre,  et  c'est  Julien,  ce  tyran,  ce  débauché,  qui  regnerà  après  lui.  AUons  voir 
Gonstantin  pour  recevoir  sa  bénédiction  et  son  testament.  »  Ils  vinrent  chez 
lui  et  le  trouvèrent  à  l'agonie  :  ils  se  mirent  à  pleurer,  en  disant  :  «  Malheur 
à  nous,  après  vous,  ò  famille  de  Gonstantin,  quand  nous  serons  dispersesi 
Malheur  à  nous,  quand  nous  verrons  les  Ghrétiens  faiblir  dans  les  tourments  et 

1.  Maiphercat  ou  Martyropolis.  —  2.  Sic  Gismondi,  Maris,  Amriet  Slibae,  De  Patriar- 
chis,..y  p.  15.  —  3.  Gonstantin  regna  trenta  et  un  ans  (306-337)  et  vécut  soixante-trois 
ans.  —  4.  Le  pape  Eusèbe  était  mort  en  310.  Peut-étre  faut-il  lire  Eusèbe  de  Nicomédie. 

Digitized  by  VjUUQIC 


niSTOIRE  NESTOniENNE 


-*-XJV   ,LàJLÌ\    ^j-j    *X1   ^ji^^    1*^1   Uls   .<u^jl  ^^    j  ^-^^.J    '-'jJiJ  ^-;r-*-  i^jJ^ 


fj-JI  JUi   -ui  J-*  -U.-VI  ^j-.^  J  jL^  ULi  JjJ^lj   ìs^U^li  .^Uy!  *yJ  •oii   ^ì 
.<JLII  ou-^  ^^JU  JLL^_  ^jJL^I  jj>Jl  ^j  da^_  ^JLH  ^^^j^JI  Jb  ^1  J  lUj 


1.  Ms.  -^.\J.  —  2.  ?Jw^ij  »^:ì^^^*  ^  3.   jyJ\  ^!, 


tomber  dans  le  paganisme  et  Ics  oein  res  du  démon  !  )>  Constaiitin  comprenait 
ce  qiie  disaient  les  évéques,  Die«  lui  donna  la  foro*-  d'ouvrir  les  yeux  et  de 
dire  :  a  Faites-moi  asseoir  »;  piiis,  leeidant  la  maiii,  il  leur  prit  les  maiiis  et 
les  baisa  :  «  Vous  m'avez  nourri,  comme  un  enfant,  du  lait  des  divines  Ecri- 
tnres,  leurdit-il,  //  ne  fautpas  craindre  eeliti  qui  tue  Ir  corps,  mais  celui  qui  tue 
et  Vdme  et  te  corps\  Gardez  les  brebis  dont  vous  éles  les  pasteurs  :  vous  ea 
rendrez  cnmpte;  craignez  le  grand  jour  de  la  rcsurrection  ci  ne  fléchissez 
ni  devant  le  diadème  do  roi,  ni  devant  sa  colere,  ni  devant  son  épée  et  ses 
chiUiraents.  Ce  loup  altère  de  sang  n'aura  quAine  coorte  existence,  après  quoi 
il  passera  et  perirà  sor  une  terre  étrangère.  Quant  à  vous,  vous  serez  bìen- 
lieurcux  au  dernier  jour,  car  vous  aorez  soufTert  pour  le  Clirist!  Vous,  ù  pa- 
triarche,  vous  soutìendrez  trois  luttes  contre  lui,  et  vous  le  vaincrez  dans  lous 
ces  conibats  avec  l'aide  du  Christ.  Pour  moi,  je  ne  sais  ce  qua  jo  deviendraì 
dans  Tautre  vie'!  d  Le  Palriarcbe  lui  répondit  :  «  Ne  vous  ailligez  pas;  car 
votre  foi  elle  baptéme  que  vous  avez  re^u  vous  feront  entrer  dans  le  royaunic 
des  cieux.  »  Puis,  Constantin  ordonna  qu'on  leur  servii  à  inauger.  lì^  lui  obéi- 
rent  et  mangèrent.  Le  matin  du  dimanche  où  les  Grecs  cessent  de  manger  de 
la  viande  avant  le  carùnie,  Eusèbe  monta  en  cbaire  et  recommanda  la  persé- 
veranco  au  nulieu  de  la  corruption  generale  et  de  la  désolation  qui  accablait 

L  Cf.  Matth,,  X,  28.  —  2.  Ce  fragment  a  été  lire  de  la  Vie  du  pape  Eusèbe.  Cf. 
Bedjan,  Ada  mart.  et  sancì.,  VI^  p.  218-297.  S. 


Digitized  by 


Google 


J1» 


XXIV.  —  MORT  DE  LEMPERKl  R  COXSTANTIA.  291 

JjA  JU  dUi   jCiJ  .4j  ^jUJI  jl^  U   Jlji   .*UJl   ^  7:^\  JjJ    ^-^y^j  -<JL^ 

.<Ì,j»cJLj  Lj  ciJj  <*^^j  <la^tMi  4ji1    \^  kÌjó  ,<JUiii-l  Ui  ^^U'j  ^  l^'J-^  *  Ut  L> 


I 


I 


I 


1.  yif.LJI. 


rÉgli^e  de  Dieu.  It  prescrivit  quo  personiie  ne  mangerai t  de  viande  pendant 
cette  semaine-là  et  que  rE{jflise  de  Dieu  revétirait  le  deuil  à  eause  de  la  Un 
du  règne  de  Constaiitin.  Cette  regie  fut  ohservée  ilans  toutes  les  églises 
saiiites,  tant  en  Occident  qu^en  Orient,  jusqu'au  jour  où  une  fiòche  tombée 
du  ciel  tua  le  maudit  Julien,  Jovien,  chef  de  sou  arniùe,  regna  après  lui,  et 
Tou  vlt  le  diadème  descendre  du  cieL  Les  malheurs  des  Chrétiens  eurent  un 
terme.  Alors,  ceux  d'Orienti  cesserent  d'observer  cet  usage,  tandis  que  ccux 
d'Oecideut,  les  Grccs,  continuèrent  à  sy  eonformer.  Conslantin  recoramanda 
un  Palriarclie  et  aux  évéques  d'ensevelir  son  eorps  avec  les  ossements  de  i^es 
parents  et  de  rentrer  dans  leurs  villes  épiscopales,  car  Julien  prendrait  de 
rasàuranee  en  apprenaiit  sa  raort  et  commencerait  par  régner  à  Rome.  Quel- 
qu'ua  de  Tassemblée,  ([ui  ctait  d'Edesse  (Àj^Rohà)^  *  lui  demanda  de  béniravant  *  \  r-  «<r 
sa  mort  les  habitants  de  cette  ville.  Conslantin  luì  dit  :  «  Bénirai-je  la  ville 
que  son  Dieu  a  bénie?  »  —  <(  La  bénédiction  de  Dieu,  répoiidit  Tautre,  est  le 
rempart  d'Edesse,  et  votre  bénédiction  en  sera  Tavant-niur.  i)  Il  fit  des  voeux 
pour  les  habitants  d'Édesse  et  rendit  son  àme  saintc.  Ouand  ils  Teurent  ense- 
veli  avec  ses  parents,  les  Pères  parlirent  le  troisieme  jour  pour  leurs  villes 
i'pisropales.  Julien  s'élani^^a  alors  eonime  un  lion  crueU  selon  la  prophétie  de 
Constuntin;  il  la  dépassa  ménie  par  sa  conduite.  Que  la  colere  de  Dieu  et  sa 
malédiction,  que  les  cliatinieuts  qu'il  mérite  tombent  sur  lui  !  Nous  raconte- 
rons  son  histoiro  en  tcmps  et  lieu,  si  Dieu  nous  le  permet. 


PATH.   OR.   —  T.    l\\  20 

Digitized  by 


Google 


292  HISTOIRE  NESTORIENNE.  [m] 

.^^^^juJlj  *>Uill  ^  lilì  J.U  J  jl^  j*  r^ 

<^,i-£— 1  ^£j\^\   ^%^  .^jo-».-»-   i^>-».L^  iTti^J'  .<ijX>^J)l\  v,ifl^^i  ^j*^^,^--Ulrl 
.JjVl  ^.-^  .,.^1^  ^^^Ja-ill  ^^jl  jU  .,^,-a*  <r^  J  v-^IJl  3^j,>£.  .^^ 
^ù  -Ufj  ^^i ..  • ^  U.|^5  jIjj^UlII  fj'j^,^  (j^j^  *i^J^  ^'f^    i»U\^l 

1.  ? Ai'^^.  —  2. ?  ^>^klaM>.^.  —  3.  ?  ^>Ji>^;gv 


On  dit  que  Constantin  mourut  à  Nicomédie,  à  Tàge  de  soixante-cinq  ans, 
que  sa  mort  eut  lieu  le  jour  de  la  Pentecóte  et  que  son  corps  fut  transporté  à 
Constantinople,  ville  qu'il  avait  fondée  en  Tan  31  de  son  règne  *.  On  dit  aussi 
qu'il  fut  d'abord  enterré  à  Nicomédie  et  que  son  lils  Constance  {Yousiàiis)  le 
transféra  à  Constantinople.  Les  Grecs  fétent  sa  mémoire  le  22  mai.  Hélène, 
sa  mère,  mourut  après  lui,  à  Tàge  de  quatre-vingt-dix  ans  :  elle  fut  ense velie 
dans  Téglise  des  Apótres,  construite  par  son  fils  à  Constantinople. 

XXV.  —  Les  Hommes   éminents    et  les   Saints,  co??temporains    de   Papas, 

Ce  furent  Athanase,  évéque  d'Alexandrie  ;  Eusèbe,  évéque  d'Emèse;  Mi- 
lès  ar-Razi,  évéque  de  Suse;  Macaire  (Maqtarbous)  le  moine,  dans  le  désert 
d'Égypte;  Mar  Eugène  le  copte,  abbé  du  couvent  d'izala;  Aphraate  le  mède- 
cin  persan;  Sergius  et  Baccbus,  les  deux  martyrs  tués  par  Maximin  et  dont 
Thistoire  a  déjà  été  racontée^.  David,  évéque  de  Bassora,  après  avoir  quitte 
son  siège  épiscopal,  partit  pour  Tlnde.  Il  précha  (la  relìgion)  aux  habitant^ 

1.  Constantin  commenda  à  faire  construire  à  Byzance  en  326  et  fit  la  consécratiou 
officielle  de  Constantinople  en  330,  vingt-quatrième  année  de  son  règne.  —  2.  Cf.  supra^ 
p.  253-255. 


Digitized  by 


Google 


[83]  XXV.  —  LES  HOMMES  ÉMINENTS  ET  LES  SAINTS.  293 

jLmJIj  v-^jJ»^  ^y^  jjbj  éj^  Lr  v^fl^yi  j-c^^Vi  jDj  f j^i  villt  (j'jj^  A»}  ci 
5$^^  .il^-^jVl   {jy^Jy^^  ^^  rJ^J  -^J^'  ^^  Mf^  ^'l;  Lìl-l  (v***^  ^,>J^  -*^ 

<JU1    JitoLi     .L»'jJi     <.JL^     '^«^b     ^^*    ^^J     ^J-^J     (^*    .CSUall    i-iflJ     ^jj^^a^y^    <MAj 

.<:éjia3    fj    sS)l\    lÀl^    CÀ^J    .p^-Oj   ^pi^-^^pj      ò^b   <^^    ij^    Ò^   (^   1^^^^ 

'Oy"  %M  w>>ftiw    ^  /^  u»Ujì  f^'j  A.«.>M^  A^j  .Lj^/M  ^y^  ^j^  <3  ^^  ^j--^ 
2.  ♦^^Li  ^!?  ♦^^i?^.  —  3.  Ms.  J-^xfit^. 


de  ce  pays  et  en  convertit  beaucoup.  Grégoire  le  Thaumaturge,  évéque  du 
Pont*  et  disciple  d'Origene  {Ourighànis)  le  sage,  vivait  sous  le  règne  de 
Sevère  {Saourous),  empereur  des  Romains.  L'évéque  Alexandre,  ayant  vu 
Grégoire  '  jouer  avec  des  enfants  qui  Tavaient  fait  évéque,  avait  prophétisé 
qu'il  arriverait  à  cette  dignité.  Grégoire  combattit  Thérésie  arienne  et,  à 
cause  de  cela,  fut  exilé  avec  Eustathe  {Youstàthis),  évéque  d'Antioche.  11 
fut  rappelé  de  l'exil,  puis  de  nouveau  exilé.  Ses  ennemis  Taccusèrent  de 
fornication,  mais  Dieu  les  confondit  par  la  bouche  d'un  prétre  nommé  (Ti- 
raothée)  qui  dévoila^...  leur  corruption  et  de  leur  mensonge.  Et  ce  saint 
Pére  mourut  dans  sa  ville  episcopale. 

XXVI.    HlSTOIRE    DE    SAINT    EpHREM    LE    DOCTEUR. 

Son  pére  était  de  Nisibe  (Nasibin)  et  sa  mère  d'Amid.  Ephrem  se  convertit 
à  la  religion  chrétienne,  regut  le  baptéme  et,  jusqu'à  l'àge  de  dix-huit  ans, 
habita  une  ville  appelée  *Arbià\  Il  vint  à  Nisibe  où  il  fut  ordonné  diacre 
par   l'évéque   Jacques.  De  là,  il  partit  pour  Amid  où  il  séjourna  pendant 

1.  De  Néocésarée  dans  le  Pont.  —  2.  Le  texte  porte  Grégoire,  mais  c'est  une  faute.  A 
partir  de  cette  note  jusqu'à  la  fin  du  chapitre,  les  faits  mentionnés  par  Tauteur  appar- 
tiennent  à  la  vie  d'Athanase.  Cf.  supra,  p.  245-252.  —  3.  Il  manque  ici  un  mot  dans  le 
ms.  Quant  au  mot  ^W^  il  faut  sans  doute  le  traduire  «  et  il  dévoila,  manifesta  ».  Peut- 
on  le  regarder  comme  le  nom  propre  Wdbdn,  qui  aurait  été  donne  au  prétre  défenseur 
d'Athanase?  (Cf.  supra,  p.  249-250).  —  4.  D*après  Fune  de  ses  biographies,  ses  parents 
h^bitaient  Nisibe.  Cf.  Assemani,  Bibl,  or.,  I,  26, 

Digitized  by  VjOOQIC 


294  HISTOIRE  NESTORIENNE.  [84] 

4jp  Siculi  jU-Yl  vt?^  Cf-^  '^J^  ij^  (y^J  5-^  ^  f^b  ^  ^J^  V**  ^yj 

.1^  vsASj  V^"^H»-jì  .0<^  llr^*  jj^:^  Sì^l  ^11   c^^ki  .^Lr  j^^  5^  c-J^ 
^\  >JJ-  jl  ^  c-'l  U  .cJSj  i.^^  ^Uli  .jll  V  ^jVl  ^1  d>;  ^O 

jl    p^^.>>..»,11    <JIL-*    (3    ^^\    jU    aJI     ^^JJ    .\yÌa^\    ^jy^\     cOtV*^     -^^    (^^    <j^LJ 

aJL.^^jV1   fjlij  La^I   ^1  ^^*^l  pi^l  jU  :>jUj  .<J1^  v:?"^  'ò::^^^^  ^  <s^ 
<\^i  OL^JUJI   Jujmj   .1*^1;   0*^   ^L.  LJ5  »i^  Ùa^  JUiij   coJl   Jjblj  iXlL^jJlj 

jLJU  .1^1  .J^e^'  .^  .^UjtJl  ^j^l^^  ^%"  j^j  .(^"iy-a;  -oil  t^i  O^k^' 


quelque  temps;  il  se  rendit  ensuite  à  Édesse  {Ar-^Rohà).  Parmi  les  fails 
curieux  de  sa  vie,  on  cite  le  suivant  qu'il  a  lui-méme  raconté  :  «  Quand  je 
vins  à  Édesse,  dit-il,  je  m'arrétai  sur  les  bords  du  fleuve  appelé  Daìsàn  qui 
contourne  la  ville.  Là,  je  vis  des  femmes  lavant  leurs  vétements.  Une  de 
ces  femmes  m'ayant  regardé  d'un  oeil  pervers,  je  la  réprimandai  en  lui 
disant  :  Porte  ton  regard  vers  la  terre  et  non  pas  vers  moi.  Mais  elle  me 
répliqua  sur-le-champ  :  C'est  toi  qui  dois  regarder  vers  la  terre,  puisque 
tu  as  été  créé  de  la  terre;  quant  à  moi,  c'est  toi  que  je  dois  regarder,  puis- 
que j'ai  été  prise  de  ton  coté.  Je  fus  émerveillé  de  sa  réponse  et  je  compris 
qu'il  y  avait,  dans  la  ville,  des  gens  instruits  et  intelligents.  »  Saint  Ephrem 
demeura  pendant  quelque  temps  dans  la  montagne  d'Edesse  et  il  instruisit 
quantité  de  personnes.  Il  partit  ensuite  pour  l'Égypte  où  il  demeura  pendant 
huit  ans  pour  combattre  Thérésie  arienne.  De  là,  il  vint  à  Cesaree  où  il  ren- 
contra  saint  Basile  le  Grand,  évéque  de  cette  ville.  Il  supplia  saint  Basile 
de  prier  le  Messie  pour  qu'il  lui  accordàt  (la  connaissance  de)  la  langue 
grecque,  et  sa  demande  fut  exaucée.  Saint  Ephrem  continua  ensuite  sa 
route  jusqu'à  Édesse.  Il  combattit  Thérésie  arienne,  Thérésie  de  Bardesane 
(Ad-Daìsàniyah)  et  les  autres  hérétiques.  Il  fit  un  grand  nombre  de  discours 
et,  quand  il  mourut,  il  fut  enterré  à  Édesse.  Les  Melchites  font  sa  corame- 
A  p.  61.  moration  *  le  premier  jour  du  mois  de  février.  Les  Nestoriens  sont  au  nombre 
de  ceux  qui  la  font  pendant  la  semaine  consacrée  aux  Pères  syrien».  Que 
Dieu  se  souvienne  de  nous,  gràce  à  leurs  prières!  —  Au  nombre  des  élèves 


Digitized  by 


Google 


[85]  XXVI.  —  HISTOIRE  DE  SAINT  ÉPHREM  LE  DOCTEUR.  295 

JL>e»V'  ^^**^  OJU   ^^1^  .JT^   .<ÌIiJl   ^jy^    ÌJJ^I^JLJI     <»ÌjL>A»     A^   .IL^    J^     ^J^     /V. 

.<j::^JLJl  4.   ^^J^^  (^'-^  -^^Jl  ti  3^^aJ1  (^^^  ^t^  .^ydA  ^li^  .*l-y^l  ^*l:c 


de  Saint  Éphrem,  il  y  avait  le  diacre  Zénobius  {Didnos?)^  Abà,  Isaac,  Asa- 
rià(?)  et  Julien  Saba.  On  raconte  dans  certaines  histoires  que  Julien  était  le 
maitre  de  saint  Éphrem  ;  et  d'après  Costa,  fils  de  Lue,  Julien  mourut  au  Mont 
Sinai  (Tour  Sina).  Parmi  les  ouvrages  célèbres  de  saint  Éphrem  on  remarque  : 
un  Commentaire  de  VAncien  Testamenti  un  Commentaire  des  Psaumes  de  David; 
un  Commentaire  de  rÉvangile  appelé  Diatessaron,  lequel  est  forme  du  mélange 
des  quatre  Évangiles  et  avait  été  compose  par  le  grec  Tatien.  Diatessaron 
est  un  mot  grec  qui  signifie  quadruple,  c'est-à-dire  forme  des  quatre 
Évangiles.  Eii  expliquant  ce  livre,  saint  Éphrem  voulut  éviter  la  répétitìon  des 
chapitres  ;  et  c'était  aussi  le  projet  de  celui  qui  Tavait  compose  * .  Saint 
Éphrem  composa  aussi  sur  TÉglise  vingt-deux  poèmes*  suivant  Tordre  des 
lettres  de  Talphabet  grec  ;  plusieurs  livres  contenant  des  poèmes  contre  les 
hérétiques;  plusieurs*  sur  les  fétes  et  sur  les  morts  :  poèmes  des  morts, 
poèmes  des  martyrs,  poèmes  de  supplication*,  et  tous  les  poèmes  qu'on 
recite  dans  TÉglise.  11  composa  une  messe  dont  se  servent  encore  les  Mel- 
chites.  Les  Nestoriens  célébraient  aussi  cette  messe  à  Nisibe  jusqu'aux  jours 
du  métropolite  Jésuyab  {Yaschou^yahy  qui,  lorsqu'il  règia  les  prières,  choisit 
trois  messes  et  prohiba  les  autres. 

1.  Cf.  Rubens  Duval,  Littérature  syriaque^  3**  ed.,  p.  37-38.  —  2.  h^^fi^o  «  poèmes 
longs  ».  S.  — 3.  pijyi  «  poèmes  courts  ».  S.  —  4.  itobc»  «  domande  »  ;  ce  mot  se  dit  de  toute 
prióre  par  laquelle  nous  demandons  à  Dieu  la  rémission  des  péchésiou  réloignement  d'un 
perii.  S.  —  5.  Jésuyab  III  monta  sur  le  siège  de  Séleucie-Ctésiphon  en  651  et  mourut 
en  060.  S. 


Digitized  by 


Google 


}J^ 


I 


21Mi  HISTOIUK  XESTOHIEXNK.  [86] 

.^^  *^tìl  yy  JuiLiJI  J^*UJI  i^^ji   Jy^  y  ^j^j:^  J^^   ^^ 

jDj  .L£J**U-  i^Ulj  1^^  j^j**^  1j-^1»   -^^jj  oiiL-l  ^^    \-*_5  jUrUJI  lils  /^ 

.ijlij  Vj  O^'  ^    J^^  ^%    ^i'  J^li   .\:>\±}\   J^   d^^j  JL.:ì   Jlybl   Vi   JÌ\ 
c^-U    £^l^    a;^^.J»  j    K£^    ^oLaJl    AÌ^Lj    Jj**-^   ^1    J    lili    ^i    /^'U^l    »_^   O^JJ   p**   I 
^Aju      ^    ^Jt!^    ^-^^     .viUi     t_,Uii     ,<)    Ulij    4iJk*     /^     Uil>-     j^^^    [^^    Sj^    '"*^ 


XXVIL  —  Hist«»ihe:  he  Mar  Simkon  BARSAnBAÉ  *   le  mabtvr, 

KT    LH    NEtJVIbME    DES    MÉTttOPOLiTES, 

Ce  Saint  Pére  etait  do  Siise.  D'autres  disent  *[iril  était  de  Sóleucie- 
Ctésiphoii  {M'ÌHaiìiiin) .  Ses  parents  étaient  trinturiers  du  roì.  Il  fui  choìsi 
pour  quo  le  signe  du  Christ  appari\f  en  lui.  II  était  archidìacre  du  métropolite 
Papas  et  il  gérait  ses  afTaires  depuis  lo  jour  oii  sa  main  droite  avaìt  été 
attcinte  de  paralysie.  On  raconte  que  le  raétropolite  Papas  ayant  eu  une  contes- 
lation  avee  ses  évòques  et  ses  ouailles,  ceux-ci  prirent  Siméou  iSrhim^ftttn) 
de  force  et  le  sacrùrent  niétropolite,  tandis  qu*il  était  eucore  archidìacre  de 
Papas.  Alors  Papas  dit  a  Siiuéon  :  «  Le  Christ  ne  te  pardonnera  ton  con^ 
sentement  à  ce  qui  a  été  fait,  que  si  tu  verses  ton  sang  et  souffres  le  martyre.  » 
Siméou  s'excusa  en  disant  que  cela  uvait  été  fait  sans  son  libre  consentement. 
Les  Grecs  écrivirent  ensuìte  a  Papas  au  sujet  de  Siméon  :  ils  priaient  le 
niétropolite  de  lui  pardonner,  lui  disant  qu'il  était  innocent  et  qu*il  serait 
auprès  de  lui  soa  aer\  iteur  et  son  vicaire.  Papas  y  consentii  et  decida  que 
Siméon  serait  métropolite  après  lui.  A  la  mort  de  Papas,  les  Pères  seréunirent 
à  Séleucie-Ctésiphon  et  le  sacrèrent^. 

Mais  Salan,  Tennemi  du  Dieu  des  miscrìcordes,  envia  la  sécurité,  la  paix 

l,  p3j  ;j  «  fils  des  teinturiers  ».  Cf.  Soxumèke,  HtsL  eccL^  II,  ix  et  x;  Assé^iani.  Atla 
sanctorum  martynim^  I,  p.  15-40;  Bedjax,  Ada  marti/rum  et  sanctornm^  fi,  p.  128- 
208;  GiSMONDi^  Marìs^  Amri  ei  Sliòae*,.^  p.  ì)-i4;  Bah  [Ihuiiaeus^  Chron.  eccL^  II,  'S\- 
35,  —  2.  En  Fan  31(5.  S. 


Digitized  by 


Goog 


[87]  XXVII.  —  HISTOIRE  DE  MAR  SIMÉON  BARSABBAÉ.  297 

^S^]^  -1^'    J.^*^  (^    ÒJJ^    *r^.  J   *^'    v^^JJ    1-»^   0>««^  (5^   *^^    Jy.^   V^ 
viUlJ    jJLj    iS^     ^     J     J^JaJa^     OU     Uii     .>J^.     ^.^'     '-^^    c/-^^     Aj^^L^    A» 

•^Jaik-J  ijj^w-  ^  fj^^  ò^j  *  j^«l?.Un„?  <«jlii  . ^■^'  A^j  Jy}^  JrK  •f'-^^' 

^Jlt     (tf^^Vi    jv-    /^  jjy     <*-«'     ,^iii    .>^:^    ',^r**^    '^Jr*^    ^w^     .*U-JI     ^    JjUcpJlj 

UyJ  jl^j  .c;U  ^1  IjJLSj  viUUI  SjJIj  ^jupI  <;1  j^Vl  ^ij  .ifil^l  j^.^.^  Jl  **^p- 


et  la  tranquillile  de  la  chrétienté  et  de  TÉglise  du  Christ.  Il  se  dit  en  lui- 
méme  :  Je  vaia  exciter  Sapor  à  persécuter  Siméon,  comme  j'ai  excité  Néron 
(Nàroun)  à  persécuter  Simon-Pierre  {Schim'oun  as-Safd);  je  vais  pousser  contre 
lui  les  chefs  puissants  de  la  Perse  comme  je  les  ai  poussés  contre  d*autres. 
A  la  mort  de  Constantin  *,  dans  la  trente  et  unième  année  du  règne  de  Sapor, 
—  Constantin  avait  régné  pendant  trente-trois  ans*,  il  avait  honoré  et  glorifié 
la  foi,  et  brisé  les  idoles,  — Sapor  fit  ses  préparatifs  et  vint  attaquer  Nisibe. 
Constance  {Qoslantin),  que  les  Romains  avaient  surnommé  Constantin  le  Jeune* 
(Qostantin  ds-Saghir)^  lui  resista,  lui  fit  la  guerre  et  le  vainquit,  gràce  aux  prières 
de  Saint  Jacques,  évéque  de  cette  ville.  Dieu  envoya  alors  sur  lui  une  nuée 
noire  et  des  pierres  du  haut  du  ciel  :  il  se  retira  vaincu  et  honteux;  mais, 
semblable  aux  vipères,  il  vomit  son  poison  sur  les  Pères  et  les  fidèles  qui 
étaient  dans  son  royaume. 

Sapor  aimait  beaucoup  le  métropolite  Siméon  ;  mais  les  Juifs ,  amis  de 
Satan,  connaissant  ses  mauvaises*  dispositions  à  Tégard  des  Ghrétiens,  le 
trompèrent  en  lui  disant  que  Siméon,  le  chef  de  ces  derniers,  avait  converti 
les  princes  des  mages  *  à  la  religion  chrétienne,  et  que,  chose  beaucoup  ♦  a  p.  62. 
plus  grave,  il  avait  baptisé  et  converti  à  sa  propre  religion  la  mère  du  roi. 
Le  pére  de  cette  princesse  était  juif.  Le  Christ  laissa  ses  brebis  aux  mains 
des  ennemis,  non  par  faiblesse  ni  en  pure  perte,  mais  pour  leur  utilité  et  leur 

1.  Le  22  mai  337.  S.  —  2.  Constantin  regna  32  ans.  S.  —  3.  L'auteur  confond  Cons- 
tance II  qui  regna  de  337  à  361  avec  Constantin  II,  dit  le  Jeune,  empereur  de  337  à  340. 
Il  s'agii  ici  de  Constance  li. 


Digitized  by 


Google 


298  HISTOIRE  NESTORIENNE.  [88, 

^>L^j  ^..^ulJ  J»  !A]»l»  Vj  C>c^  V  *Ia^V1  a»  J  AjtJI  jc-^l  JLaIj  -Q^^^. 

^U  J  JUJ  ^  SiUl  ò>^^  ^IjJ  jl^j  .«yij  l^\^\  ^ji  JL^  JU 
*L;V1  J  L>^\  ^1  JUb  eie  jX^  U^  ^\  jy\^  ia*.Vl  v^^JJI  Ìjc,1  pT  .iJl 
^  Ali  JLj  a5j  .j^.l-  (i  ^^  »1»^^J  •,,;-^a^  (i  V*^  <i>Ul  jc»j>-l  5^^  iijfcj 
iSl  Jji^  Jli  .jv^  j^^l^po  ^^xrJ^^l  <^*>UI  ^Jj^j  p>-^aU"  JLibli  •^^^\  j*,^"tUl 
v^y,  V  pT  t^Xllj  *LJJlj  Ijl,^  j^I  jl^  dUJ^  .ÙJi  ^^JaiH  j^  ^^  y  pT  j^ 


sanctlfication,  pour  les  tirer  du  sommeil  de  la  négligence  et  du  relàchement 
qui  conduit  au  mal. 

Dieu  (qu'il  est  puissant  et  grand!)  répandit  au  loin  la  renommée  du  mé- 
tropolite  Siméon;  il  fit  connaltre  sa  douceur  et  sa  charité  envers  les  indi- 
gents,  à  qui  il  distribuait  toute  la  fortune  que  ses  parents  lui  avaient  laissée. 
Les  religìeuses  assistaient  à  la  prière  avec  les  hommes  durant  les  nuits 
des  grandes  fétes  :  il  le  leur  défendit.  Il  exigea  des  diacres  et  des  prétres 
raccomplissement  de  tous  leurs  devoirs;  et  il  réglementa  plusieurs  autres 
points  dans  TÉglise. 

C'est  alors  que  le  loup  pelé,  Sapor  le  maudit,  commenda  son  oeuvre^ 
selon  la  sentence  du  prophète  Daniel,  le  plus  jeune  des  prophètes,  qpii  a  dit 
que  le  roi  de  Perse  ressemble  au  lion  dévorant*.  Ezéchiel  le  conipare  à 
l'aigle  et  aux  bótes  carnassières*.  Les  docteurs  ont  tous  applique  cette 
prophétie  à  Nabuchodonosor  {Bokhtan(i$ar\.  lei,  elle  s'est  réalisée  en  Sapor, 
qui  était,  dit-on,  de  sa  race  et  de  sa  descendance.  C'est  pourquoi,  il  ne 
se  lassait  point  de  répandre  le  sang  des  fidèles.  Dieu  voulait  ainsi  éprouver 
les  hommes  et  enraciner  leur  foi  dans  le  Seigneur.  Il  négligea  son  pacte  avec 
eux,  éloigna  d'eux  les  anges  chargés  de  les  garder.  Les  souffrances  des  Chré- 
tiens  durèrent  quarante  ans.  Sapor  agissait  comme  un  boucher  au  coeur  dur 
qui  commence  par  les  plus  grasses  des  brebis  et  qui  égorge  ensuite  le  trou- 
peau  tout  entier.  Ainsi  ce  maudit  commenda  par  les  chefs  et  par  les  prètres, 

1.  Cf.  Daniel,  vii,  4  sqq.  —  2.  Cf.  Ezéchiel,  xvii,  3,  7. 

Digitized  by  VjOOQIC 


[89]  XXVII.  -  mSTOlKK  DK  MAH  SIMKOX  BAIiSABBAÉ.  mi 

J^\j  ^y^k    u^.j   .^tU-^i   ^j-=^,    J^   *J^   ^J^    J^    ^   ò^J   --^^   ò^ 

nLéJ  ./*,*jJJl  OJUl  Uj&i^  i,„*^-3-  4yt1  nA  i^J^-a*  j  ,*y-dLal  ^^""^  tV^^'  '^^^J  òv^ 3^ 
^^Ln-s-j    ^^j    *JùU    it^jJl    ^^Uall    JS    Ali-    ^^^    J 1    ^^    ^lii    ^1    J^^    ^^ 

,^^jV(  ^UJ  isjl^l  f,?*^-?  ^U-JI  J_}^   LLL  w**^ 
-Uj_  jI   <^V   Ìj-*^f£-^^  jl    t5j'-*^^   0^   ^-^ ''    "^^♦l  "^^    J^   '  ^"^J!    ^^   -^'-^^b   ^'^^^ 

ciJUUI  iplisi  (Jà^  ^^Ijj  .iiiJIj  JUL  j^jUawj  *«jcf*^  Jj**^J  t5J^^^  (J  i^UUI 
A_i-Li  x jl  j^  ^L  ^1  jfciL-  Ai£.  jfcjtfc^  **-]  ^i  UJlì  .  ^U*J]  (3  (***^'  ijl*  i**-^j 
fcLiilj  ^IjLuii  -U^l  *r  .i^Lwij  (ìLij  <iiU-lj  ijlk.  j!%-jj  u'^j  i^'U  ìjjlx^j 


1.  Ms  ^ 


^-/' 


et  puis  nVpargna  pcrsonne.  Il  les  faisait  mourir  de  diverses  manières  :  les 
uns  en  prisoii  et  au  cachot;  les  autres  par  la  faim  et  hi  tìoif;  ceiix-ci  par  les 
coups;  ceux-Ià  sur  la  croix;  d'autres  enfia  par  Tépée.  Ce  roì  inaudib  ordoiina 
d'ouvrir  le  ventre  des  l'emmes  enceintes,  d'en  sortir  Fenfant,  de  le  partager 
eri  deux  et  de  le  crocifìer  avec  sa  mère,  pour  les  conteiiipler  tous  deiix.  Il 
défendit  d'ensevelìr  ceux  quVm  tuait  :  ils  devaient  èìve  crucifiés  pour  ètre 
brùlés  par  le  soleil  et  mangcs  par  les  oiseaiix.  Aitisi  flit  accomplie  sur  les 
croyaots  la  propliétie  nieriie  qiù  avait  été  faite  pour  la  t'auiille  des  Macchabées, 
quand  ils  furent  tiiés  par  Antiocluis  Fimpie  :  //  a  danne  nnx  aiyles  du  del  leurs 
cadavres  pour  nournturey  et  la  dui  ir  de  ,\es  justes  att.r  lions  de  la  lerre  \ 

Aux  eavirons  de  Nisibe,  la  perséculion  contre  les  Clirétiens  dura  six  ans. 
Le  maudit  jura  par  le  soleil,  son  dieiu  et  par  le  feu,  son  crrateur,  sclon  lui, 
de  verscr  le  sang  des  ChnHiens  jusqu'à  ce  qu'ils  eusseut  adoré  ses  dieux  ou 
qu'ils  fusseiit  exterminés;  et  ì(  envoya  des  ordres  en  conséquence  dans  tout 
le  pays.  Or  les  amis  de  Satau  lui  dirent  :  a  Les  ordres  du  roi  eoiitre  les 
Chrétiens  demeureroof  inutiles  taul  que  Siméon  les  encouragera  et  les 
aidera  de  son  argent  et  de  ses  ressources,  tant  qu'il  leur  commaudera  de  ne 
point  obéir  au  roi  et  leur  prometlra  en  liéritage  les  délices  de  la  vie 
futuro.  »  Ayant  enteudu  pronoucer  le  nom  de  Siméon,  Sapor  ordouna  de  le 
faire  comparaitre  eu  sa  présenee,  Quand  ou  se  saìsit  de  sa  personne,  il  y 
avait  cliez  lui  cent  hommes,  des  métropolitains,  des  évéques,  des  prétres  et 

L  Ps.  Lxxvni,  2;  l  Macchab.,  vii.  i6-17. 


Digitized  by 


Google 


:UM»  IIISTOIRE  XESTORIHXM^.  [»)U. 

Ij^^^-Ja-^U  .4,1  Jl  <^  ^j  oU^lf  ^iULJI  ^li  .-u!>\^  J  dUUJ  ^A,^j  AjlL^  J 
^.•J^  viJULJI  wjl  ^  Lii  .wSljXil  ^  ^;^o  *j^  jjbj  ,1^01  J>^*J  ^^  p^J 
-L-L^i^    «->.  ^^^   <J  JU   .c^Lt  ji^mL^j  siJULJl  c**jii   aì   vjiLi    L   Jlij  ^--?-l=^^l 


des  diacrcs,  On  saisit  aussi  Gouschtazad   (Ko.Kchtdz(ìi{)  et  ses  deux  fils  qui 
étaient  moines  '. 

Lorsfjoe  le  métropolite  Siinéon  arriva  dnvant  le  roi,  celui-ii  lui  orJonna 
d'imposer  un  h'ilmt  par  tt>te  aux  mnines  vivant  dans  h'A  monastères,  de  doubler 
rimpòt  payé  par  les  lldèles,  et  de  porter  au  roi  les  eontrilmtioiis  pour  les 
marais  de  la  contrée  (?)^..,  Mais  Siraéon  lui  répondit  :  *<  ie  ii'ai  point  óté  établi 
flans  TRglisc  pour  étre  percepteur,  mais  pour  f^arder  TÉglise,  paitre  les 
hrcbis  et  les  arracher  aux  loups.  »  Cela  se  passait  eu  Tan  six  cent  ciuquanle 
d'Alexandre,  eu  Tan  deux  cent  qualre-vingt-dix  après  rAsceusiou  de  Nutre- 
Seigneur  Jésus-Christ,  et  en  Tan  cent  dix-sept  du  rttyaume  des  l*erses^.  La 
A  p.  (is,  raénnj  denmnde  fnt  de  nouvean  adressée  ù  Siniéon,  Il  répondit  *  comme  la 
première  fois,  et  il  déclara  qu'il  n'avait  point  d^argent,  que  d'ailleurs  il  devait 
distribuer  ce  qu'il  possédait,  parco  que  c'était  prescrit  dans  les  livres  de  sa 
foi*  Il  disait  tout  cela  avec  douceur  et  ne  cessait  de  faire  des  va3ux  pour  le 
roi.  Celui-ci  ordouna  ile  lo  faire  comparaitre  à  la  porte  (de  son  pabds)  avec 
ses  compagnon.s.  Ou  les  fit  venir,  et  ils  étaient  au  nombre  de  cent  treute. 
Siméon  était  au  milieu  d  eux  comme  la  lune  au  milieu  des  étoiles.  (>uand 
Siméou  fut  arrivé  à  la  porte  du  roi  »  le  gardien  lui  dit  :  ec  Qui  es-tu  donc 
pour  resister  au  roi  et  refuser  de  lui  obéir?  »  Il  répondit  :  a  Ce  n'est  pas, 
malgré  la  rusticité\..  quelqu'un  qui  veuille  lenir  téle  à  Tun  des  palelreniers 

L  ijBuwsja^  :  Gouschtazad  n  avail  pas  de  fils.  Cf.  R*  Diival,  op.  rif.,  p»  124.  —  2.  Lacune. 
—  31  {]es  dales  ne  concordenl  pas  entre  elles  et  diflereiit  dans  les  diverses  fornies  de 
rhisloire  de  saint  Siméon.  Cet  évéque  souiTrit  le  martyre  en  341,  —4.  11  manque  les  pre- 
mières  Icltres  d'un  mot  quiéLail  probablenient  ^j.r*'^^  <  de  mon  extérieur  tf. 


I 


Digitized  by 


Google 


|91]  XXVII.  —  HISTOIRE  DE  MAR  SIMÉON  BARSABBAÉ.  301 

A«^  Jji^  Jj  .iul^^l  ^Jo  xjj^\3  .<J>U-j  >j^y-^3>.U  .dUUI  ^1  ù\j\iJtj^^  (y^J 
jl  jj.m  ♦,  *  ^jJLS\  JUj  c^^  ^j^  J^::^^  -^^  •^:^  f-^J  *^"'  ^  ^'^^  ^Ijlii^ 

viULJl    J^^    f^^    JL^    J   ^^^    SjjlptJl    JjT    jjj    .A;    o>^   (5-iJI    ^jJl    J   <l!l. 
^^r^^.    ^r*^    ó^    (J^    cTÌ."*^^    tV    •^•^^    /*?">^^    iàJliJl    V  J?^-^    ^^1^    cUaL»    ,yliaiJlj 


des  montures  du  roi,  mais  ce  qu'il  me  commande  de  faire  est  coatraire  è 
la  loi  de  Dieu.  »  Il  le  fit  alors  garrotter  avec  des  chalnes  de  fer  et  introduire 
Seul  chez  le  roi.  Ceci  se  passait  à  Karka  de  Lédan  {Karkh  Làdhan).  Le  roi 
fit  subir  aux  fidèles  toutes  sortes  de  supplices  ;  mais  le  Métropolite  les 
encourageait ,  il  leur  rappelait  ce  que  Notre-Seigneur  Jésus-Christ  avait 
souffert  pour  leur  salut  et  leur  disait  des  paroles  capables  de  fortifier  leur 
foi  et  d'affermir  leur  ùme. 

Gouschtazad  fut  desservi  auprès  du  roi.  Gelui-ci  le  fit  alors  venir 
chez  lui  et  lui  parla.  Il  confessa  la  religion  chrétienne,  mais  après  plusieurs 
entretiens  avec  le  roi,  il  apostasia  et  adora  le  soleil  et  le  feu.  Quand  Si- 
méon  appritcette  nouvelle,  il  enfut  affligé.  Cependant  Gouschtazad  comprit 
sa  fante  et  se  repentit.  Il  envoya  demander  pardon  de  son  péché  et  prier 
Siméon  de  lui  en  obtenir  le  pardon  par  ses  prières.  Il  lui  répondit  :  ce  Ton 
péché  ne  sera  remis  que  si  tu  renies  ce  que  tu  as  adoré  à  Texclusion  de  Dieu, 
et  que  si  tu  confesses  ta  foi  en  lui,  à  Tendroit  méme  où  tu  Tas  renié.  » 

Les  discussions  continuèrent  tous  les  jours  entre  le  roi  impie  et  le  saint 
Mar  Siméon,  jusqu'à  ce  qu'il  lui  demanda  d'adorer  le  soleil  et  le  feu.  La 
dispute  et  les  entretiens  se  poursuivirent  entre  eux,  sans  interruption  et  sans 
réponse  rude  ni  blessante  de  la  part  du  saint,  jusqu'à  ce  que  le  roi  ordonna 
de  lui  couper  le  cou,  à  lui  et  à  tous  ses  compagnons.  Gouschtazad  accourut 
alors  et  confessa  hautement  sa  foi,  suppliant  le  roi  de  faire  annoncer  qu'il 


Digitized  by 


Google 


302  HISTOIRE  NESTORIENNE.  [92] 

J^^jlp  5,^r^t-P  JliUD  j^-^,  p>j  (^  J^^  jl^  .viUi  ^1  vt?"^  -J^.  <>•  -P"' 

^^^  <^U>Jl  c^li  .,ytJl  ^U  ^  Cuii  Ujtì  jj^j  -.j^*^  viJL— i  JU-Ì  ^  ^1 

L|J^^    jl>j    .pi^    wliij    *^y3^J    iji^\    ^    ^Y^\    ^j:i^>^\    or^}^^    cT*    wT-^^ 


n'était  pas  condamné  è  mort  comme  coupable  d'un  crime  cu  d'un  compiei, 
mais  à  cause  de  son  attachement  et  de  sa  croyance  à  la  religion  chrétienne. 
On  lui  coupa  la  téte  comme  aux  autres.  Siméon  demanda  instamment  à  étre 
decapitò  le  dernier,  et  cela  lui  fut  accordé.  Tandis  qu'on  les  menait  au  sup- 
plice dix  par  dix,  il  les  encourageait  en  disant  :  «  Souvenez-vous  de  cette  pa- 
role du  Christ  :  Ne  craignez  pas  ceux  qui  tueìit  le  corps,  puisqu'ils  ne peux^ent  pas 
iuer  l'àme*;  et  de  cette  autre  :  Celui  qui  aime  son  àme^  qu'il  la  perde  à  cause  de 
mot;  celui  qui  la  pei^dra,  la  sauvera^.  »  Il  les  bénissait,  essuyait  leurs  visages 
en  disant  :  a  O  Christ,  Seigneur  de  Tunivers,  regois  cette  agréable  vìctime 
qui  est  immolée  è  cause  de  ton  nom,  et  que  son  sang  soit  un  sacrifice  d'in- 
tercession  pour  le  reste  des  hommes  ».  Et  Tassemblée  répondait  :  ce  Amen  0,  à 
sa  prióre.  Ils  subirent  tous  le  martyre;  aucun  d'eux  ne  détourna  son  con, 
aucun  ne  trembla  à  la  vue  de  ce  qui  Tattendait.  Saint  Siméon  recita  ensuite 
rhymne  qu'on  chante  le  premier  dimanche  après  Pàques  :  Quoique  vous  ayez 
dépouillé^...  Les  fidèles  qui  étaient  présents,  mais  qui  se  cachaient  à  causi? 
des  infidèles,  retinrent  cette  hymne  et  Fécrivirent  :  c'est  è  eux  qu'elie  a  été 
empruntée.  Il  la  récitait  tandis  que  ses  larmes  ruisselaient  sur  sa  barbe 
bianche  et  que  ses  enfants  étaient  immolés  comme  des  brebis.  Il  les  préchait 
en  disant  que  s'ils  quittaient  leurs  vétements  extérieurs,  c'est-à-dire  leurs 
corps,  ils  ne  quittaient  pas  leurs  parures  intérieures,  c'est-à-dire  le  baptéme 

1.  Matth.,  x,  28.  —  2.  Matth.,  x,  39.  —  3.  <a^^sj  ^o6u.-:k* ^1 ,  publiée  dans  le  Patrologia 
Syriaca  de  M»'  Graffin,  II,  col.  1052. 


Digitized  by 


Google 


[93]  XXVII.  —  HISTOIRE  DE  MAR  SIMÉON  BARSABBAK.  303  ;,    '^ 

Ji^l  òm  3J  ^  *  '"ii^^  i^l  jUcJI  )j-ub  ^y^\  L.  JlSj  .jUj.Vlj  ^  <r^^^.MwJI  •  s  p.  29. 

c»j^^^  'f^*^'     ^^  '^>^*'  c/^  ^"-V::^  u^»-^  *ij>'^  \  l/^  V  <J  JUj  <JI  j^li 

JUI  JUV  *UjJI  ^Ij  .(i^Vjl  j-  -^i  J  tr^.  (J  (i-'^'  ^y^  ^/^^^  'Jy^^ 
^  fLl-VI  ^J^  ^^j^^d  jl^  Ij^^"  j^l  JUp-l  JlSj  .j^*U^  vtJLJ  ^I  iiiJDj 
^  ^  ■  4I M.  H  w»^  c^J^aJ^  'ò^  ^y^^  *-'.^^•  ^-'^^^  <!%^  j>\  j3  z»-^  oL-f-VI 

^Ij^I  ^  JLiJI  J  r,^  -jV^'  (>•  ^^'  <^U1  c-'l^j  .liJCi-  pyo...»!!  vJL»  l^JLU  *  *  s  p.  30. 
1.  Ms.  iJi^^!.  —  2.  «^.^1  ^!  )o\jt^  ^  i>^.  —  3.  Ms.  U.J^j. 


et  la  foi.  Il  disait  :  cr  Gomme  elles  sont  belles  ces  couronnes  brillantes  * . . . , 

*  qui  ne  diffèrent  point  Fune  de  Tautre,  mais  qui  sont  toutes  sur  le  méme  *  s  p.  29. 

modèle!  » 

Il  ne  restait  plus  que  Siméon  et  deux  prétres  dont  Fun  était  un  vieillard 
très  àgé,  appelé  Ananie.  Siméon  le  regarda  et  le  vit  trembler.  Il  s'empressa  . 
d'aller  vers  lui  et  lui  dit  :  «  Ne  crains  pas,  mon  frère,  ferme  lesyeux  pour  laisser 
passer  le  couteau  du  chirurgien  ».  On  le  decapita  ainsi  que  son  compagnon. 
Le  Saint  fut  alors  conduit  pour  élre  égorgé  ;  il  s'écria  :  «  Je  bénis  Dieu  qui 
m'a  montré  les  couronnes  de  mes  frères  et  je  rends  gràces  au  Christ  qui  n'a 
pas  permis  que  je  perde  un  seul  de  mes  enfants;  je  prie  pour  tous  les  hommes 
et  pour  la  terre  qui  a  bu  le  sang  des  martyrs.  »  Il  dit  aussi  :  <t  Seignelir  Dieu, 
fais  que  cette  terre  soit  pour  la  miséricorde^,  et  cette  bone  pour  Télimination 
des  maladies  du  corps.  »  A  la  fin  de  sa  prióre  on  entendit  une  voix  effrayante 
qui  disait  :  «  Amen.  )>  Les  coeurs  des  assistants  en  furent  troublés,  et  leurs 
esprits  stupéfaits;  Fon  se  hàta  de  le  décapiter.  Cela  se  passait  un  vendredi, 
*jour  du  crucifiement  de  Notre-Seigneur  Jésus-Christ,  à  la  neuvième  heure  *  s  p.  30. 
du  jour.  Pendant  la  nuit,  de  jeunes  captifs  grecs  de  Karka  de  Lédan  vinrent 
prendre  les  corps  de  ceux  qui  furent  reconnus  et  les  ensevelirent  en  se  te- 
nant  sur  leurs  gardes,  parce  qu'ils  craignaient  les  persécutions  de  leurs  en- 

1.  Lacune  dans  le  texte.  —  2.  pn-,  mot  araméen  signifiant  «  pitie  ».  Il  se  dit  aussi  de 
la  terre  qu'on  prend  sur  les  tombeaox  des  saints  ou  à  Fendroit  où  fut  verse  le  sang  des 
martyrs.  S. 


Digitized  by 


Google 


304  HISTOIRE  NESTORIENNE.  [94; 

<^        <J-^      ^^^       ^^J^^       (J^       ^^J^^       C4t%^       i^JiP       ~J       sZa^J      .Aj^)1\      ÌJ^;X»      JM 

j\J>':>  Ax^\  •VjU  jl^S  ykj  <4UJ1  -u  ^  ^jVlwjJI  ^y^  V-*"  J  ^^J 
jL<li  .JL:i«  )jilj«  oV^l  ^^  Cr*^  .viJUS  J^  <fM^\  ^^^  ^  oUl  w*-! 

(3-1-^  C^^^^j  JJLiA)  fjlil  ^\Aa\»  òjjii  j^\  jy}^  ^l*  fj\  J^^rrl  ò^^J* 
j^U  -UbU  Uii  .(^  .JLU  ^  j^  C&^  òL-aMj  *LJIj  1^  Jl?-J'  bl|JLJl  JJ^ 
1^  C^  J»  i%<J  <»^j  V  viJDi  ^  «JL.  JtiU  p|.-»^l  j^-^.  fyj^\  «3^'  ^^  ù:^ 
IjJU^j   «-J1  ^1   *^1  JUS  ^y  .AÌ&  v^y"  cT^  *>•  ^y?^Ji.  ^^  ^J^\  j» 

1.  Ms.  Ji?  —  2.  UU^  ^  s_àa>   J^  J-^^l   J  t  j/. 


nemis.  Il  souflla  un  grand  vent  qui  accumula  la  poussière  è  Tendroit  où  fat 
tue  le  Saint  avec  ses  compagnons;  et  il  s'y  forma  une  haute  colline.  Siméon 
fut  métropolite  pendant  dix-huit  ans.  Quelques-uns  racontent  que  cela  se 
passa  le  treizième  ou  le  quatorzième  jour  d'avril;  sa  mémoire...  est  célébrée 
le  premier  vendredi  de  la  semaine  de  Pàques  et  est  appelée  les  petits  Ra- 
meaux. 

Et  la  raison  qui  a  fait  appeler  le  premier  vendredi  après  la  Résurrection, 
dans  lequel  on  fète  ces  martyrs  :  Commémoration  des  Confessears,  c'est  que, 
s  p.  31.  après  avoir  tue  Siméon  *et  ses  compagnons,  Sapor  le  maudit  fit  proclamer  que 
ceux  qui  voudraient  persévérer  dans  la  religion  chrétienne  devraient  le  cacher 
et  que  ceux  qui  manifesteraient  leur  foi  seraient  mis  à  mort.  Or  les  fidèles 
s'empressaient  à  la  porte  de  Sapor,  confessant  leur  foi  pour  ètre  tués  et 
obtenir  la  couronne  du  martyre;  ils  venaient  tous  spontanément  :  hommes. 
femmes,  enfants,  sans  qu'on  le  leur  demandàt.  Lorsque  Sapor  vit  la  foule  de 
ceux  qui  se  livraient  eux-mémes  à  la  mort,  il  défendit  de  les  tuer,  noa  par 
pitie,  mais  pour  les  empécher  de  choisir  et  d'obtenir  la  récompense  magni- 
fique  qu'ils  espéraient.  Cette  foule  retourna  alors  à  sesaffaires;  et  Ton  fit 
pour  elle  une  commémoration  generale,  appelée  Commémoration  des  Confes- 
seurs^  à  laquelle  tous  furent  associés,  parce  qu'ils  s'étaient  livrés  à  la  mort. 
Le  peuple  vint  ensuite  trouver  Tévéque  de  Lédan  {Làdhan)  et  ils  le  prièrenl 


Digitized  by 


Google 


[95]  XXVII.  —  HISTOIRE  DE  MAR  SIMÉON  BARSABBAÉ.  305 

Cj\y\    ^JY^    C^l^J    .|^L«-^    ÌÌjLi\    ^jlS\    ^    j^Uapli  *  ,^^    pj^    J    dUS    Jj^'"  S  p.  32. 

.fli-Vl  J»jrj  <ÌUI  ^^j  AììmS\  «il^lj 

viUij   .Tj^    il^    Ij^V    t^i    -VS    JUfcLl)!    ^_,Aa)Ì   ^VI    i-a5    ^j-    J>H    ^^1   1-Ubj 

\^\  A^*  j>ò  \^^\  j^*^  (3j  •ó'-^^  *— ^^  òy^j  *— ^^  ^^  tV*^>^^  <v  J^  ^li 

1.  Ms.  ^Lj. 


de  leur  donner  des  morceaux  de  leurs  corps  pour  les  garder  comme  une 
bénédiction  dans  leurs  églises.  *  Il  leur  donna  des  parcelles  de  leurs  vétements  ♦  s  p.  32. 
trempés  de  leur  sang;  et  elles  opéraient  de  grands  miracles,  rendaient  la 
sante  et  guérissaient  les  infirmités. 

Nous  n'avons  donne  que  ce  court  résumé  de  Thistoire  de  notre  Pére  le 
Saint  martyr,  parce  qu'elle  est  très  longue.  Nous  avons  passe  sous  silence 
tout  ce  qui  arriva  aux  fidèles  è  Deir  al-Ahmar  dans  le  Beit  Garmaì*  (Bàdjirmi)^ 
à  Ninive  {Ninoui),  è  Maradj  et  dans  nombre  d'autres  villes,  où  l'on  tua  cent 
soixante  mille  chrétiens.  Dans  le  pays  de  Tlrac  on  tua  environ  trente  mille 
personnes.  L'Église  demeura  pendant  longtemps  sans  chef.  Et  Fon  dit  que  le 
Jeudi  Saint,  la  veille  méme  de  sa  mort  en  prison,  il  (Siméon)  celebra  la  messe. 
Le  dos  d'un  de  ses  prétres,  emprisonnés  avec  lui,  lui  servit  d'autel  *  ;  à  sa 
droite,  il  mit  la  patène^,  et  è  sa  gauche,  le  calice.  11  recita  rhymne  de  la 
messe  :  Par  les  yeux  de  l'esprit^.  Et  depuis  ce  *temps-là  on  la  recite  à  la  messe  *  «  p.  33. 
du  Jeudi  Saint. 

XXVIII 

Du  temps  du  métropolite  Siméon,  Constantin  partagea  le  royaume  entro 
ses  fils.  Ils  étaient  trois  :  Faine  s'appelait  comme  lui  Constantin  (Qostantinous)  ; 

1.  ^adojh,  de  Opóvoc,  «  autel  ».  S.  —  2.  ixb^u^,  de  ^taX(c,  «  patène  ».  S.  —  3.  iau^il»  pcao, 
pabliée  dans  la  Patrol.  Syriaca,  II,  col.  1055. 

^  Digitized  by  VjOOQIC 


306  HISTOIRE  XESTORIEXXE.  [96] 

ij>vi.  j^  i^UJI  Ja  ^^JJI  yfcj  t/j;^  iyy^y  ò*  -r^  c5*^'  (^^'  '-^  '-^.b 
<j»-«  ^j  <-jl  SL-^  ^3  <-i  <*lit  JU>-j  <o  w^^jiJl»  ^j^Urti.  »  ^^  ^2rki&J 

J^l  JUl  j^  fjjl  JJL  J^^  Jl  %^  JUi.  ^yll  vili.  j^U  Jk^y  .  j5t^»1 

.^Vl  ^1^1  <w  li»-  Cl.^  j\èj  .4Xu  ^  ó-  J^^  ^.r*^  "^.  ^'^  o'j^y  ij^ 
Crrt  ò^  V-r*J  -^-J^J  (^J^l  crt^  -^-^^  .j*kk^  l^  <<UJ1  cJLas^j 

1.  Ms.  (^f^y  —  2.  ^M;l3.::«^. 

le  second  Constance  (Qo^^an/m),  du  noni  de  son  pére  (sic)^  et  le  troisième  Cons- 
tant {Qoustous)j  du  nom  de  son  grand-pére.  Il  nomma  chacun  d'eux  Cesar.  Ce 
nom  de  Cesar  commenda  avec  Marcianus  Caius  (?)  qui  transporta  le  royamne 
de  Macédoine  {Maqidouniyah)  ù  Rome.  Les  Romains  racontent  que  la  mère 
de  Jules  Cesar  {Youlinous)  mourut  avant  de  le  mettre  au  monde  :  on  le  tira  da 
sein  de  sa  mère  par  une  incìsion  et  c'est  pourquoi  il  fut  appelé  Cesar.  Ce  nom 
resta  aux  empereurs  romains. 

A  la  mort  de  Constantin  (le  Grand),  Constantin  (son  fils)  regna  seul  sur 
tout  rOccident;  il  y  avait  fait  sa  demeure  pendant  la  vie  de  son  pére,  tandis 
qu'il  était  avec  lui  è  Constantinople.  Constance  prit  pour  lui  seul  TOrient, 
sp.  34.  avec  Antioche  pour  residence.  *  Constant  regna  sur  les  hautes  contrées 
des  Romains*.  Trois  ans  après  la  mort  de  son  pére,  Constance  attaqua  son 
frère  afné,  le  tua  et  prit  son  royaume^.  Sapor  profita  de  cette  occasion  pour 
envahir  les  provinces  romaines  de  l'Orient,  qui  formaient  le  royaume  de 
Constance;  il  y  fit  des  captifs  parce  que  ces  peuples  s'étaient  divisés.  Pois, 
Magnence  [Maghtis)  attaqua  Constant  et  le  tua  après  la  quinzième  année 
de  son  règne';  c'était  un  croyant  sincère  comme  son  frère  ainé.  Tout  l'em- 
pire revint  alors  à  Constance  qui  attaqua  Magnence  révolté  et  le  mit  en  de- 
route.  Poursuivi  et  atteint  par  Constance,  Magnence  tua  son  frère,  sa  mère, 
et  enfin  se  donna  la  mort  è  lui-méme.  Constance,  débarrassé  de  lui,  resta 

1.  Constant  regna  sur  rillyrie,  Tltalie  et  TAfrique.  —  2.  L'auteur  brouille  ici  les  noms 
propres  et  les  faits.  Ce  fut  Constantin  II  qui  attaqua  son  frère  Constant  et  qui  fai  lue. 
Constant  s'empara  alors  de  son  royaume  (340).  —  3.  En  350. 


Digitized  by 


Google 


.  35. 


[97]  XXVIII.  —  LES  FILS  DE  CONSTANTIN.  307 

.uUUI  <)  a\2:^\j  ,)i^\  j^.l^:!^ ?  ^j  .<^  JcJ  J  K^  J  iU-1  JLS  <apJ  Hi  .<.^a,^ 

j^jij  ÌJU  /tj^j  .<^^\*  iU--'j  (J^r^^   ÒJ>*  *J^J  ^j^^  l^^^,  ^-C^  '^'^  c^-^ 
3^j  .^^  ^L^Jdlj  iSUildl  iU  ^U.  j^  J^  ^j  .fUl  jj^^jl  j^  Vy**i  '^^^'  *  ""  s  p 
«^j  1^*  .<^  Ub^  F'J^^j  L^x^^  wj^  j^  ^^'ì  (5-iJl   (j'yt^y  v-ii-'l  j-^^j' 

Jl£  jl  w:>o  ^^j  .^M)  v^Ipm  ^yy\j  .U>l^^  v..,aA:S-1  U^j^Vj  c-aA::^!  ^  j\ 
^  .j^-^jJlj  CTjjcjCVÌ  SJó  ^^\:\  ùj:>j  .^y^y-  J  ^M)  jL^  j^VI  jl 
<.*^  jj  ^yLJld  ^^  Uj  .jc^^^s^l  Ò^.Vi  ^1  ^l^j  wJt-UI  1-ub  jc  Jj^j  yt 


Seul  empereur.  11  bàtit  plusieurs  villes  en  Occident,  et  Telia  de  Mauzelath 
{Tall'Maoiizan)  en  Orient,  à  laquelle  il  donna  son  noni.  11  réunit  cent  quarante 
*  évéques  à  Séleucie  {Salouqiyah)  en  Syrie*  et  exila  quiconque  s'opposait  à  la  *  s  p.  35. 
foi  des  trois  cent  dix-huit.  Il  chassa  Eunomius  {Aounàmis)^  évéque  de  Cyzique, 
qui  se  détacha  de  la  secte  d'Arius  et  inventa  une  hérésie  particulière.  A  la  fin 
de  sa  vie,  Constance  changea  d'opinion  et  adopta  la  doctrine  d'un  prétre 
nommé  Eusèbe^  qui  disait  :  a  Deux  étres  dont  la  naissance  est  differente,  dif- 
ferente également  est  leur  substance.  Le  Fils  diffère  du  Pére,  et  il  ne  faut 
pas  dire  qu'il  est  consubstantiel  au  Pére.  »  Constance  chassa  Athanase,  pa- 
triarche  d'Alexandrie,  ainsi  que  les  fidéles.  Il  se  repentit  ensuite,  abandonna 
cette  doctrine  et  revint  à  la  vraie  foi.  Quand  il  partit  à  la  rencontre  de  son 
cousin  Julien  pour  le  combattre,  il  passa  en  Cilicie  {Qiliqiyah)  et  y  mourut  à  Tàge 
de  quarante-cinq  ans  '.  Il  avait  régné  trente-huit  ans  dont  treize  avec  son  pére. 

En  ce  temps-là,  le  patriarche  de  Constantinople  était  *  Alexandre  qui  fut  ♦  s  p.  3c.. 
un  des  trois  cent  dix-huit.  Il  fut  patriarche  pendant  vingt- trois  ans*.  Avant 
sa  mort  il  demanda  comme  successeur  Paul  (Foult)  son  disciple.  Paul  lui  suc- 

1.  Sans  doute  Séleucie  d'Isaurie.  Il  s'y  trouva  cent  soixante  évéques  en  359.  — 
2.  Peut-étre  Euzolus  qui  le  baptisa.  —  3.  Le  3  novembre  361.  —  4.  Alexandre  fui  patriar- 
che de  CP.  de  317-340. 


PATII.  OR.  -  T.  IV.  p.gi^j^g^  ^y 


@oogle 


308  HISTOIRE  NESTOUIENNE.  [98; 

JLa-p-j   ^j  ^ìt.lU  „M?  )i\£  ^  '(JT^   ^^^^  'J^J  ^   J^   .>{>A^Jlr  ^y   aìIXa  <J^*?^ 

(♦-^JJ^J  <à5UV1   ^jJalLjJ    A*:>kÌ   .CjUcJ  juJ  Vlj  (J«i   jli   .l^Y^j*  <^^    '^•^•^^ 

*-^^-^^-^'  tV*  0^-*^^'  ^-'^rr^  *J'   "r*?^  V— i>^  <i  ^j^j  <lUi  Lwi  4**.i»  AC-  [^  rF-^ 
^v»i>-li  .fjùj  K^^jJ^  ^^  cS^\  l-ub  j3j  «0:^^  r*--^'  c-U^l  j3  ^'^  vT-loj  .ìj^^ììeì 


cèda  et  demeura  en  charge  pendant  deux  ans.  Puis,  Constance  l'exila  et  mit 
à  sa  place  Farien  Eusèbe,  évéque  de  Nicomédie,  qui  demeura  pendant  un  an 
et  six  mois.  Ensuite  Paul*  et  Athanase  d'Alexandrie  allèrent  à  Rome  trouver 
Fempereur  Constant  qui  écrivit  à  son  frère  de  les  faire  rentrer  dans  leurs 
villes,  ajoutant  que  s'ilne  le  faisaitpas,  il  irait  le  combattre.  Constance  réunit 
alors  les  évéques  et  demanda  leur  avis  :  ils  lui  conseillèrent  d'accorder  à  son 
frère  ce  qu'il  demandait;  il  rétablit  donc  les  deux  évéques.  A  la  mort  de 
Constant,  il  les  poursuivit  de  nouveau  et  ordonna  d'exiler  Paul.  Athanase  en 
•  s  p.  37.  fut  averti.  *  Il  prit  la  fuite  et  composa  un  traile  pour  se  disculper  de  ce  quUl 
avait  fait,  montrant  que  Thomme  doit  fuir  devant  le  roi  qui  le  persécutc. 
Il  établit  sa  démonstration  sur  des  textes  tirés  des  prophètes  et  des  apòtres. 
Les  Ariens  se  saisirent  de  Paul  et  Tétranglèrent^.  Il  avait  été  patriarche 
pendant  quatre  ans. 

En  ce  temps-là,  apparut  une  doctrine  détestable.  Un  certain  nombre  des 
Pères  se  réunirent  et  excommunièrent  ceux  qui  y  croyaient. 

1.  Paul  de  Constanlinople.—  2.  En  351. 


Digitized  by 


Google 


¥}  XXIX.  —  IIISTOIH^:  OK  SAHDOST  MAUTYR,  DIXIÈME  METROPf  )[.rn:.   :\m 


aaUJI  jJLtWI 


ri 


^^JLp     Lc^j^y*     UX-      JL)     ^iJl!;     siUi     JLs     <*L«     ^J     <J,jl     -X3     jlS_^     ,aJx.     ^j^s^^l     j^iiii 


a». 


I 
I 


XXIX.    - —    HlSTOIRE     DE    SaHDOST  '     MARTYR,    DIXIKME    METROPOLITE. 

Co  nom  est  persan  et  sigaifie  :  «  ami  du  roi  ».  II  ótail  dii  Beit  Garniai; 
certains  disent  qu'il  était  de  Suse.  Il  était  arcliidiacre  de  Siinéon  bar  Sab- 
baé.  Gomme,  aprés  la  mort  de  Siméon,  TEglise  était  sans  chef,  il  se  donna 
à  Notre-Seigncur  Jésiis-Christ  *  et  fut  nommé  pairiarche  secrètement.  Il  *  s  p.  sk 
était  bon  el  pieux,  On  raeonte  que  ies  Pères  et  les  fidèlcs,  réunis  cn  secret, 
prièrent  Dieu,  écrivirent  plusieurs  noms  et  les  lirèrent  au  sort.  Ce  fut  le  nom 
de  àahdost  {Safuìrnist)  qui  sortit.  Il  accepta  la  chargc  qui  lui  était  confiée  sans 
en  étre  empeché  par  la  crainte  de  la  mori  et  rccut  rinvestiture  du  patriarcat 
dan»  la  maison  d'un  chrétien.  Il  choisit  des  borames  qiTil  ordoiina  pour  rem- 
piacer  les  Pères  martyrisés  avec  In  saint  Mar  Siméon-  Parmi  eux  était  Bar- 
bA'asmin,  ueveu  de  Siméoii  bar  Sabbaé.  Ils  se  vouèrent  a  la  mort  pour  Icnrs 
ouaìlles.  Ils  visifaient  les  Chréticns  nuit  et  jour  pour  les  encourager  contre 
la  pprséeution  de  Sapor.  Enfìn  on  dccouvrit  la  qualité  de  Sahdost  et  il  fut  ar- 
rété  par  les  magcs.  Trois  nuits  auparavant,  il  avait  vu  en  songc  une  éehelle 
poséc  sur  la  terre  et  appoyée  au  ciel.  Siméon  se  tenait  debout  sur  Féchelte  et 
il  disait  :  *  «  O  Salidost,  monte  vers  moi  surcette  écbelle,  cornine  je  suis  monte  »  <;  ^  3^,^ 

1.  KA»to^,    Beìkun,   Ada  mari f/ rum   et  sanciorttmy  11,  p.   270-28 1.  Bah    Bébiueus, 
Chron.  ecvl.y  IK  37-39. 


Digitized  by 


Google 


310         ^^^^V        niSTOIRB  NRSTORIEXNF.         -^^^^m         [ìOCf 

l^^iiU  .  J-^^l  <i   ^^j  .^AJi   wLjl"  ^>  .^l;  li»  Jl^JU^  U^  (JUI  <-U 
L-U^j  Lsj  UL-I  jj^^j  <-JL*i*  <JU  *^j  ^l\  <1*  Aw  jJijuJl  ^  -U-l  jv*  .<U-V 

c--j-A^^,   -^.^'^  L^^  Ààllj  .L-iL'   ^^^^^j^j  ìJL  j^IaJI   j^^j^  ^^^  w^   -^^   ^J"T^^ 

iJLLi-   ^L    iU(    O  ^   Ji   .<^^^^(   J  ^^I^aJ  ^ILWI  J  AitVj   .^j-*-iJJ  a^=^ 
t^-^^'^^   lT^^^-*  f-rr*-^   -T-^'   ^^^-^   ^^^.^'1   J  j*^.^  -^   jU^  ^^^  J  d!JSj  -A-L. 


I 


*    Ì3    J)      'l<ì. 


Iiìer.   rt   11  comprit  ce    qiiH  cela  sij^niriait.  Il  <mi  |i;irla  aux  litlcles,   qui  furent 

consLeriiés  à  cause  de  lui.   Puis,   Irois  joiirs   aprrs,  il  fut  salsi   a  Séleucie- 

Ctésiplioa  (M'Madàfn)  avec  cent   vingl-liuil  évéqut^s,  prétrcs,   diacres»  reli- 

gieiix  et  ndigieuses.  Ils  restèrcni  en  prison  poudaiil  l'inq  mois,  suhirent  tous 

les  genres  de  supplice^s  et  furenl  invités  à  embrasaer  la  relìgion  dos  mageì^; 

mais  ils  ne  cédèrcnt    pas.  Le    salrape  de    Séleucie-Clósiphon  en    fit   alors 

tuer  ceni  vingt>  puis  il  envoya  Sahdost  avee  les  rcligieuses  à  Sapor,  Quand  le 

palriarrhe  coniparut,  le  roi  lui  dit  :  a  J\ii  tue  Siméou,  chef  des  Chrétìens, 

et  un  grand  norabre  de  siipérieurs  et  d'cvt^ques;  pourquoì  donc  ea-tu  devenu 

le  chef  de  gens  qne  je  déteste?  »  àahdosi  lui  répondit  :  a  Le  rhef  des  Chrctiens 

c'est  Dieu  le  Tròs-Haut;  e'ei^t  lui  qui  leur  donne  le  chef  de  8on  choix;  et  de 

mènie  quo  Feau  de  la  nier  ne  peut  tarir,  ainsi  le  eliristianisme  ne  saiirait 

ótre  ilétruit  :  '  plus  tu  massacres  de  Chrctiens,  plus  ils  se  muUiplient.  )>  Le 

mandit  se  mtt  en  colere  contro  lui;  ptiis  il  le  traita  avec  donceur  pour  Lame- 

ncr  a  adorer  le  soleil  rt  hii  parla  avec  bienveillance  ponr  le  convertir  à  la 

rcligion  des  mages.  Mais,  Inin  de  le  convaincre,  il  n'obtint  de  luì  quo  des 

parole»  éncrgiqnes  et  dures,  avec  une  plus  vive  résistance.  Il  ordonna  donc  de 

le  tuer^  et  cet  ordre  fnt  exécuté  à  Tendroit  mème  oit  Sìinéon  avait  et»"*  mis  h 

raort.  Scs  compagnons  fur<^iit  anssi  Inés.  Cela  se  passait  au  mois  de  mars*, 

apròs   cinq   mois  d'incarcératituK   Parmi  oux   se   trouvait  Milès   (Milàs)    ar- 

Ràzi%  soa  diseiple  Aborsani  *  (Jr.v/w)  et  d'autres  personncs  parmi  lesquelles 

1.  C^HRit  le  20  fi'vrier  :i'i2.  CI",  lì,  t>tvAL,  Liit.  st/r.,  p.  Ì2i\.  —  2.  (hi  lil  daos  la  Vi(^ 
de  Saint  Milès  (aiLìt-j»o)  qa  il  fut  martyrlsé  le  13  novL»mbre  ^ì'il,  un  aa  avant  Sahdost .  VA. 
BfiDJJiN,  II,  [>.  2(>0-275.  S*  —  3.  .^Qjfijaaf.  Bedjan,  11,  p.  200. 


Digitized  by 


Gooala 


S  p.  fri. 


[101]  XXIX.  —  HISTOIRE  DE  SAIIDOST  MARTYR,  DIXIÈME  MÉTROPOLITE  311 

amJ\  J  l*^-^  i^A^L^l  jy^jJl  -Li-lj  .jjraJl)  jti-l  ^^  ^l^^j  (^j^  ^-^r^^^j 


les  deux  scBurs  de  Siméon  '.  Les  fidèles  prirent  leurs  corps  et  les  ensevelirent 
dans  Téglìse.  D'après  ce  récit,  Sahdost  fut  patriarche  pendant  deux  ans  et 
cinq  mois  ^. 

XXX 

Farmi  les  hommes  éminents  de  cette  epoque,  il  y  avait  Grégoire  {Djari- 
ghouriou$)y  dont.le  nom  signifie  le  vigilant,  et  qui  est  appelé  aussi  le  théo- 
logien,  c'est-à-dire  celui  qui  parie  des  choses  divines.  *  Il  était  du  pays  de  *  s  p.  64. 
Cesaree,  d'un  village  connu  sous  le  nom  d'Arianze'  {Irinous).  Son  pére, 
appelé  Grégoire,  appartenait  à  la  seote  des  Samaritains.  Sa  mère,  qui  s'ap- 
pelait  Nonna  (Fownd),  était  chrétienne.  Lorsqu'elle  était  enceinte,  elle  fit  voeu 
d'envoyer  son  enfant  au  monastère,  si  c'était  un  gargon  et  que  son  mari  se 
convertii  à  la  religion  chrétienne.  C'était  pendant  la  réunion  des  trois  cent 
dix-huit  évéques.  Son  père^  eut  un  songe  dans  lequel  il  crut  réciter  le  psaume 
qui  commence  par  ces  mots  :  hedith  kàdh  amrifiy  c'est-à-dire  :  Je  me  suis  réjoui 
quand  on  m'a  dil  que  nous  irions  dans  la  maison  du  Seigneur^.  Il  en  fut  effrayé. 
Sa  femme,  par  sa  douceur,  fit  tant  pour  l'amener  à  la  foi  qu'après  une  longue 

1.  Les  deux  sa3urs  de  Siméon  furent  martyrisées  le  5  mai  341,  comme  on  le  Ut  dans 
leur  Vie.  Gf.  Bedjan,  II,  p.  254-260.  S.  II  faut  lire  avec  Bar  Hébraeus,  loc.  cit.  :  «  les 

V 

deux  soBurs  de  Sahdost  ».  —  2.  Cf.  Bedjan,  II,  p.  276-281.  S.  —  3.  Cf.  Goschler^  Die- 
tionnaire  de  thèologie  catholiquey  X,  p.  113.  S.  —  4.  Depuis  ces  mots  jusqu'à  la  fin 
du  chapitre,  Tauleur  ne  parie  plus  que  de  saint  Grégoire  le  pére,  mort  évèque  de  Na- 
zianze  vers  373.  —  5.  Psaume  cxxi,  1. 

Digitized  by  VjOOQIC 


312                                         HISTOIRE  NESTORIENNE.  [102] 

viUS    J^    L|..-*^     ^^J^J    J^^^^    ^j^J  ÌL-tìJI   JLir  villi     fj^^\   ^yi   jl  ^^r*" 

c-^  LJj    /•-^— l  lil  ^^  iJ)l\  i^^  JLaj  Lo  kj^  ^  a3^\  AtL^  ^j  S^\  JUj 

1.  Ms.  Jh*:xJ.  —  2.  Ms.  J^^xxJl. 


attente  il  répondit  enfin  à  son  désir.  11  alla  trouver  un  prétre  pour  recevoir 
le  baptéme.  Selon  Fusage,  le  prétre  devait  dire  :  a  Tu  re^ois  le  baptéme  et 
tu  renies  Satan  et  ees  satellites.  »  Mais  il  se  trompa  et  dit  :  «  Tu  gouvernes 
rÉglise  de  Dieu  sans  défaillance  »,  employant  la  formule  de  Tordinalion  des 
évéques.  Quand  le  prétre  eut  fini,  il  vit  le  néophyte  enveloppé  d'une  lumière 
eclatante  et  il  prédit  qu'il  serait  un  jour  évéque.  En  effet,  il  fut  nommé  évéque 
de  Nazianze  {Anzianz)  vers  la  fin  de  sa  vie  :  il  était  d'une  vertu  eminente  et 
connaissait  toutes  les  sciences  des  Grecs. 


Digitized  by 


Google 


TABLE  DES  MATIERES 


Pages. 

Introduction 215 

I.  —  Histoire  de  lempereur  Valórien .  .  .  219 

II.  —  Mort  de  Tempereur  Valérien 220 

III.  —  Histoire  des  jeunes  fiUes  romaines 224 

IV.  —  Histoire  de  Manès 225 

V.  —  Histoire  de  Paul  de  Samosate 231 

VI.  —  Histoire  de  saint  Grégoire  le  thaumaturge 233 

VII.  —  Histoire  de  saint  Eugène 234 

Vili.  —  Noms  des  docteurs * 236 

IX.  —  Histoire  de  Bahram  II 237 

—  —  Histoire  de  saint  Pierre  d'Alexandrie 241 

X.  —  Histoire  d'Arius , 244 

XI.  —  Histoire  du  moine  Paphnuce 252 

XII.  —  Histoire  de  Sergius  et  Bacchus .•  •  •  •  253 

XIII.  —  Histoire  de  saint  Silvestre 255 

XIV.  —  Histoire  du  dragon ., 255 

XV.  —  Histoire  de  Tempereur  Constantin.  • 257 

XVI.  —  Découverte  de  la  croix  et  des  cloùs 263 

XVII.  —  Hélène  la  fidèle  et  son  fils  Constantin  le  Victorieux 264 

XVHI.  —  Le  Concile  de  Nicée 276 

XIX.  —  Description  de  la  ville  de  Constantinoplc 281 

XX.  —  Description  de  la  ville  intérieure  de  Rome 284 

XXI.  —  Du  Chronicon  et  de  sa  composìtion 285 

XXII.  —  De  la  Pàque  et  de  la  Résurrection 286 

XXIII.  —  Histoire  de  Sapor,  fils  d'Hormizd 287 

XXIV.  —  Mort  de  Tempereur  Constantin 289 

XXV.  —  Les  saints  contemporains  de  Papas 292 

XXVI.  —  Histoire  de  saint  Ephrem 293 

XXVII.  —  Histoire  de  Siméon  Barsabbaé 296 

XXVIII.  —Les  fils  de  Constantin 305 

XXIX.  —  Histoire  de  Sahdost 309 

XXX.  —  Hommes  éminents,  ses  contemporains 311 


Digitized  by 


Google 


Digitized  by 


Google 


CAUSE  DE  LA  FONDATION  DES  ÉCOLES 


PATB.  oh.  —  T.   IV. 

Digitized  by 


Coogle 


Digitized  by 


Google 


MAR  BARHADBSABBA  'ABBAIA 

ÉVÉQUE  DE  HALWAN  (VI^  SIÉCLE) 


CAUSE  DE  LA  FONDATION  DES  ÉCOLES 


TEXTE  SYRIAQUE  PUBLIE  ET  TRADUIT 


PAR 


Mgr  ADDAI  SCHER 

ARCHEVÈQUB  CHALDÉBN  DE  SÉERT  (KURDISTAN) 


Digitized  by 


Google 


PERMIS  D'IMPRIMER 
Paris,  le  1"  jaUlet  1907. 


G.  LEFEBVRE, 


Tous  droìts  réserrés 

Digitized  by  VjOOQIC 


INTRODUCTION 


I.  Manuscrits.  —  Le  traité  que  nous  publions  nous  est  parvenu  dans 
un  manuscrit  conserve  dans  notre  bibliothèque  et  catalogne  sous  le 
n**  109*;  il  occupe  les  folios  25**  à  65.  Il  se  trouve  aussi,  mais  avec  do 
nombreuses  lacunes,  dans  trois  autres  manuscrits  conservés,  le  premier 
dans  notre  bibliothèque  *,  le  second  dans  l'église  de  Mar-Gourya  dans  le 
diocèse  de  Séert,  et  le  troisième  dans  le  couvent  chaldéen  de  Notre-Dame 
des  Semences.  Dans  le  premier  (le  n^  82  de  notre  catalogne),  le  traité 
occupe  les  folios  302*  à  328^  et  s'arrSte  au  texte  correspondant  au 
fol.  55^  du  manuscrit  109.  Le  copiste  y  a  laissé  bien  des  blancs  pour 
les  mots  ou  les  phrases  qu'il  n'a  pas  pu  lire  dans  l'originai.  Le  manuscrit 
de  Mar-Gourya,  incompletau  commencement  et  à  la  fin,  mesure  27  cent, 
sur  16  et  comprend  une  serie  de  10  cahiers  de  10  feuilles,  ayant 
21  lignes  à  la  page;  l'écriture  est  bien  plus  recente  que  celle  des  deux 
manuscrits  précédents;  le  contenu  est  a  peu  près  le  méme  que  celui 
du  manuscrit  109;  ce  qui  reste  du  traité  y  occupe  les  folios  57*  à  63''  et 
commence  au  folio  59"  du  manuscrit  109.  Le  manuscrit  du  couvent 
Chaldéen,  incemplet  a  la  fin,  contient  encore,  outre  le  susdit  document, 
deux  traités  de  Michael  Badoqa  sur  les  définitions  et  sur  l'homme  con- 
siderò en  tant  que  microcosme,  les  dix  catégories  de  Isobokht  de 
Riwardsir  et  la  grammaire  de  Mar  Elie  patriarche';  notre  document 
s'arréte  aufeuillet  52.de  notre  manuscrit  109. 

1.  A  Scher,  Catalogue  des  manuscrits  Syriaques  de  la  bibliothèque  episcopale  de 
Séertj  Mossoul,  1905. 

2.  Ibidem,  cod.  82. 

3.  Cf.  Scher,  Notice  sur  les  manuscrits  syriaques  consen^és  dans  la  bibliothèque 
du  couvent  des  Chaldéens  de  Notre-Dame  des  Semences  {Journal  Asiatique^  mai-juin 
1906,  p.  499). 


Digitized  by 


Google 


320 


LNirtODUCTlON. 


[6] 


M.  l'abbé  A,  Mìngann  a  décoiivert  un  aiitre  manusrrit  contpnant  ce 
traité  et  en  a  publié  la  partie  historlque  a  la  suite  de  la  préface  des 
honiélics  de  NarsaL  M.  Fabbt^  J.-B.  Chabot  vieni  d'en  publier  la  tra- 
diiction  dans  le  Jounial  Asiafiqì/c^. 

Notre  texte  est  etabli  d'après  le  manustrit  H)!*  de  notre  biblio- 
theqiie;  niais  nous  y  avons  ojouté  une  introduction,  qui  ne  se  trouve 
que  dans  le  manuserit  Si.  Quant  aux  variantes  et  à  la  correspondance  des 
pages,  nous  les  avons  indiquées  au  bas  des  pages  et  en  niarge,  et  nous 
avons  designò  ees  différentes  soiirces  par  les  sigles  suivanls  : 

G.  ms.  109  de  notre  bibliothèque. 

T.   ms*  8i  de  notre  bibllotheque, 

A.  texte  edite  par  M.  Tabbé  A,  Mingana. 

M,  ms,  de  Mar-Gourva-. 


IL  Objet.  —  Le  traité  est  intitulé  :  <f  Cause  de  la  fondation  de  la 
fession)  des  écoles,  »  11  eomprend  les  diverses  manières,  ou  plutot  les 
difTérentes  écoles^  comme  le  dit  Fauteur,  par  lesquelles  Dieu  a  bien 
voulu  instruire  les  anges  et  les  hommes.  11  parie  tout  d'abord  de  la 
connaissaace  divine^  ponr  passer  ensuite  aux  écoles  établies  par  Dieu 
lui-mème  ponr  les  anges,  pour  Adam^  pour  Cam  et  Abel,  pour  Noe, 
pour  Abraham  et  pour  les  Israélites  au  temps  de  Moise;  il  traitc 
ensuite  des  écoles  de  Salomon,  des  prophètes,  des  phiìosophes,  de 
Jésus-Christ,  des  Apòtres  et  de  celles  d'AIexandrie  et  d'Antioche; 
il  fait  enfin  rhistoire  des  deux  écoles  syriaques  d'Hdesse  et  de  Nisibe. 
Le  récit  de  Fauteur  sur  ces  deux  écoles,  surtout  sur  la  dernìère,  est 
tres  prócieux.  C'est  le  premier  ouvrage  qui  nous  retrace  Fhistolre  de 
la  plus  célèbre  de  toutes  les  écoles  de  la  Chaldée,  dont  la  renomraée 
s'étendit  mème  jusqu'en  Afrique  et  en  Italie  *. 

L'auteur,  avant  d'en  arriver  à  la  derniere  partie  de  son  ouvrage, 
qui  traile  de  Fecole  de  Nisibe,  est  dune  prolixito  fastidieuse;  mais  on 
ne  peut  le  condamner  sans  tenir  compte  du  titre  mème  du  traité,  dont 


1.  N"  de  jiiillel-aoiU  1005,  —  Ajoutons  que  M,  Mingena  a  publié  k  Mossoul  1005^  un 
opusciile  de  vingt  pages  intitulp  H^ponse  à  M.  t(ìhhé  J.-B.  Choàoì,  à  propos  de  ia  chro^ 
niquede  Barhadòmòba^  poor  relev(*r  quelques  fautes  de  cette  Iraduction, 

2.  Lorsqu'iin  h\nnv  [ou  une  lacune)  comprerid  plusieurs  lufits.  nouH  rmliqiions  son 
rommrurrmenl  par  un  demi-rroehet  t. 

3.  Assómani,  B.  (K,  III,  n,  p,  927. 


Digitized  by 


Google 


[7]  INTRODUCTION.  321 

le  sujet  principal  est  :  a  Pourquoi  les  écoles  ont-elles  été  créées  ?  » 
Ou,  en  d'autres  termes  :  «  Quels  furent  les  moyens  dont  Dieu  ou  les 
hommes  célèbres  se  servirent  pour  faire  connaitre  la  vérité  ?»  De  pa- 
reils  traités  étaient  méme  fort  goùtés  des  Syriens.  Sulvant  Ebedjésus  de 
Nisibe\  Elisée,  successeur  de  Narsai,  fut  le  premier  qui  ait  écrit  un 
traité  sur  la  fondation  des  écoles;  Abraham  de  Beith  Rabban  l'avait 
imité*,  et  il  semble  que  son  traité  était  assez  long,  car  Ebedjésus  nous 
dit  qu'il  était  divise  en  plusieurs  chapitres^  Elie  de  Merw  en  écrivit  un, 
lui  aussi*;  et  Micha  Gramqaya  en  composa  cinq^. 

Assémani  n'a  pas  compris  les  passages  d'Ebedjésus  où  il  est  ques- 
tion  de  ces  traités,  et  c'est  à  tort  qu'il  les  traduit  par  Ka6i(i[xaTa  du  Psau- 
tier;  il  devait  plutòt  les  traduire  par  :  la  cause  de  la  session  (fon- 
dation) des  écoles.  La  Chronique  de  Séert^,  en  énumérant  les  ouvrages 
d'Abraham  de  Beith  Rabban  et  d'Elisée  l'interprete,  traduit  mcoo.  i^ò^  par 
\JL^\  ^  s^yi^  ^j  w-r--  C'est  certainement  pour  ne  pas  trop  allonger 
son  vers  qu'Ebedjésus  aura  supprimé  le  mot  utìk«xSL«f. 

III.  L'auteur.  —  L'auteur  du  traité,  Barhadbsabba  'Arbaya,  était 
originaire  de  la  région  de  Beith  Arbayé,  ainsi  que  l'indique  son  sur- 
nom:  il  fit  ses  études  dans  Fècole  de  Nisibe  sous  Hnana  d'Adiabène 
(o72-610?),  ainsi  qu'il  le  déclare  lui-méme  dans  son  traité.  Ce  Hnana 
s'était  rallié  à  l'orthodoxie  chalcédonienne,  confessant  en  Jésus-Christ 
une  personne  et  deux  natures,  et  avait  abandonné  dans  ses  interpreta- 
tions    scripturaires   les   sentences   de   Théodore  de    Mopsueste^.  Son 

1.  Apud  Assémani,  B,  O.,  Ili,  i,  p.  167. 

2.  Ibidem^  p.  71. 

3.  L'édition  d'Assémani  porte  iaiubm  U'»Vàeo  M:aLaao»  itòo.  :  (Necnon  scripsit  de  causa  ses- 
sionum  et  definitos  hymnos).  C'est  une  faute;  il  faut  plutòt  lire  :  M^iim^  MuV  ^^  ulo^  Ibò^ 
(Cansa  Sessionis  per  capita  determinata],  ainsi  que  le  portent  Tédition  d'Echellensis  et 
presque  tous  les  autres  manuscrits.  Un  copiste  quelconqne  aurait  donc  changé  dans  le 
manuscrit  d'Assémani  les  lettres  ^^  en  poe. 

4.  Apud  Assémani,  B.  O.,  Ili,  i,  p.  148. 

5.  Ibid,^  p.  169-170.  C^est  à  tort  qu' Assémani  confond  ce  Micha  avec  un  autre  Micha 
contemporain  de  Narsai  et  son  compagnon  dans  Técole  d'Édesse.  Celui-là  serait  évidem- 
ment  postérieur  à  Sabriso  de  Lasom  (+  604),  dont  il  fit,  suivant  Ebedjésus,  le  panégy- 
rique.  Elie  de  Nisibe  cite,  lui  aussi,  ce  Micha  dans  la  Vie  de  Sabriso'  (Barhébrseus, 
Chron.^  col.  108,  n.  2).  Notre  Micha  serait  donc  contemporain  de  Iso*yahb  III  (651-660) 
(voir  Amr,  édit.  Gism.,  p.  56). 

6.  A.  Scher^  Catalogne  des  manuscrits  syriaques^  etc,^  cod.  128. 

7.  A.  Scher,  École  de  Nisibe,  Beyrouth,  1905,  p.  30. 


Digitized  by 


Google 


322  INTRODUCTION.  [S] 

enseignement  provoqua  de  grands  troubles  dans  Técole  et  dans  tonte 
l'église  nestorienne.  Tous  les  évéques  protestèrent;  mais  le  catholicos 
Sabriso'  le  défendit,  et  voulut  méme  déposer  Grégoire,  évéque  de 
Nisibe,  qui  avait  excommunié  Hnana.  La  plupart  des  notables  de 
Nisibe  ayant  pris  parti  pour  ce  dernier,  le  roi  Chosrau  II  ordonna  à 
Tévéque  de  se  rendre  à  Caècar,  son  pays  d'origine.  Alors,  la  plupart 
des  écoliers,  au  nombre  d'environ  trois  cents,  se  séparèrent  de  leur 
maitre  et,  pour  protester,  quittèrent  la  Congrégation  ^  Barhadbàabba 
lui-méme  était  de  ce  nombre*;  il  devint  ensuite  évèque  de  Halwan'^;  et 
c'est  en  cette  qualité  qu'en  605  il  assista  au  Synode  de  Grégoire  pa- 
triarche*.  Il  mourut  probablement  dans  la  première  moitié  du  vii*  sie- 
de; l'auteur  anonyme  publié  par  M.  I.  Guidi  le  met  encore  en  scène 
pendant  la  vacance  forcée  du  siège  patriarcal  (609-628). 

Ebedjésus  de  Nisibe*  attribue  à  Barhadbsabba  le  livre  des  Tré- 
sors*  en  trois  volumes;  un  traité  de  controverse  avec  toutes  les  reli- 
gions;  un  livre  d'histoire;  un  traité  sur  Diodore  de  Tarse  et  ses  par- 
tisans,  et  des  commentaires  sur  les  Psaumes  et  sur  Tévangile  de  saint 
Marc. 

Il  est  à  remarquer  qu'Ebedjésus  ne  mentionne  pas  ici  le  traité  de 
Barhadbàabba  sur  les  écoles;  on  pourrait  supposer  qu'il  est  le  méme 
que  son  ouvrage  sur  Diodore  et  ses  partisans  (u»oioja-j  b^o.,  ièò^)  ;  mais  cette 
hypothèse  ne  paraìt  pas  probable;  car  le  traité  ne  fait  mention  de 
Diodore  qu'en  passant.  Ebedjésus  n'aurait  donc  pas  eu  connaissance 
du  traité  de  Barhadbsabba  sur  les  écoles. 

Barhadbàabba  écrivit  ce  traité,  à  la  demande  de  ses  condisciples, 
dans  l'école  de  Nisibe,  du  vivant  méme  de  son  maitre  Unana,  ainsi  qu'il 
résulte  clairement  du  contexte.  Quant  à  la  rédaction  du  document,  elle 

1.  Guidi,  Chron.  Anon»;  Chronicon  de  Séert;  Amr,  édit.  Gism.,  p.  52.  Dans  notrt* 
ouvrage  arabe  sur  Técole  de  Nisibe  (p.  33)  nous  avons  donne  à  cette  dispersion  la  date 
de  582,  que  nous  avions  trouvée  dans  un  manuscrit  du  couvent  de  N.-D.  des  Semences 
(voir  la  n.  7  de  la  page  citée).  Tous  les  historiens  étant  d'accord  à  dire  que  cette  dis- 
persion a  eu  lieu  sous  Sabriso-,  la  susdite  date  me  parait  erronee. 

2.  Chronìque  de  Séert. 

3.  Ou  Houlwan.  Ibidem. 

4.  Synodicon  Orientale,  p.  214. 

5.  Apud  Assémani,  B,  O..  Ili,  i,  p.  169. 

6.  Ce  livre  est  cité  aussi  par  Dadiso  Qatraya  dans  son  commentaire  du  livre  d'Abba 
Isale.  Cf.  Journal  Asiatique^  janvier-février  1906,  p.  105-106. 


Digitized  by 


Google 


[9]  INTRODUCTIOX.  323 

est  postérieure  à  ravènement  de  Iso  yahb  d'Arzouu,  qui  eut  lieu  en  o81, 
puisqu'il  y  est  question  de  son  élévation  au  patriarcat;  elle  est  aussi 
antérieurè  à  604,  année  dans  laquelle  mourut  le  cathólicos  Sabriéo\  car, 
ainsi  que  nous  venons  de  le  voir,  Barhadbsabba  était  parmi  les  étudiants 
qui,  sous  ce  patriarche,  se  séparèrent  de  llnana  et  quittèrent  Técole. 

Mais  pourquoi  Barhadbsabba  se  serait-il  séparé  de  son  maitre 
Hnana,  lui  qui,  quelques  années  auparavant,  s'était  montré  son  admi- 
rateur  et  avait  méme  appelé  ses  adversaires  «  ouailles  de  satan  »  ?  On 
peut  conjecturer  qu'il  suivit  le  parti  le  plus  fort. 

Nous  ferons  remarquer  du  moins  qu'en  un  endroit  il  est  plein  de 
partialité  en  faveur  de  son  maitre  Hnana.  Gar,  après  avoir  fait  allusion 
aux  désordres  suscités  dans  Técole  à  cause  de  son  maitre,  il  n'a  garde 
d'avouer,  comme  on  l'attendrait,  qu'ils  proviennent  de  ce  que  Hnana  a 
rejeté  les  doctrines  de  Théodore  de  Mopsueste,  mais  il  va  méme  jus- 
qu'à  déclarer  qu'il  était  un  des  champions  les  plus  ardents  de  l'ortho- 
doxie  de  ce  dernier. 

Ne  pourrait-on  pas  excuser  Barhadbàabba,  en  supposant  qu'ilaécrit 
son  traité  surtout  pour  ramener  la  paix  et  la  concorde  dans  la  Con- 
grégation?  Car  dans  Tintroduction  et  la  conclusion,  Barhadbsabba 
exhorte  les  écoliers  à  suivre  exactement  les  règlements  et  fait  tous  ses 
efforts  pour  les  amener  à  vivre  ensemble  en  paix  et  à  respecter  les 
maitres. 

IV.  Réponse  aux  objections.  —  M.  Mingana  croit  que  ce  docu- 
ment  est  une  partie  de  l'histoire  de  Barhadbèabba.  M.  Chabot  le  croit 
ètre  une  juxtaposition  mal  coordonnée  de  deux  ou  plusieurs  récits  an- 
térieurs,  dont  les  assertions,  avant  d'étre  adoptées  comme  decisi ves, 
demandent  à  étre  contròlées  soigneusement. 

Voici  notre  opinion. 

1*^  Le  traité  ne  fait  nullement  partie  de  l'histoire  de  Barhadbsabba,  mais 
c'est  un  ouvrage  tout  à  fait  à  part  :  le  contexte  le  prouve  clairement. 

2^  Rien  ne  nous  empéche  d'accorder  à  cet  ouvrage  une  entière  con- 
fiance.  Ce  qui  a  porte  M.  Chabot  a  douter  de  sa  valeur  historique,  ce 
sont  les  derniers  passages  de  l'ódition  de  M.  Mingana,  où  il  est  ques- 
tion de  l'école  de  Séleucie  et  des  patriarches  Mar  Aba,  Joseph  et  Ezé- 
chiel,  et  la  confusion   entre  Narsai  compétiteur  d'Élisée   au  patriar- 


Digitized  by 


Google 


324  INTRODUCTION.  :io: 

cat  et  Narsai  le  fondateur  de  l'Ecole  de  Nisibe.  Or  la  confusion  entra 
ces  deux  personnes  ne  doit  étre  nuUement  attribuée  à  Barhadbsabba, 
mais  à  l'éditeur,  qui  d'ailleurs  nous  en  a  vite  averti.  (Voir  la  page 
32  de  sa  préface,  n.  4.)  Quant  aux  susdits  passages,  je  ne  crois  pas 
qu'ils  appartiennent  à  la  rédaction  primitive;  car  :  1"^  ils  ne  sont  pas 
contenus  dans  nos  manuscrits,  et  ^  le  rédacteur  lui-méme  déclare 
qu'il  ne  s'est  pas  propose  de  raconter  Thistoire  méme  des  fonda- 
teurs  de  TEcole.  En  parlant  de  Narsai  et  de  Barsauma  :  «  Nous  nV 
vons  pas,  dit-il,  Tintention  de  raconter  Thistoire  de  leur  vie,  mais  la 
méthode  de  leur  enseignement.  »  Pourquoi  donc  aurait-il  parie  des 
patriarches  Joseph,  Ézéchiel,  etc.  ?  a  D'ailleurs,  comme  le  remarque 
M.  Chabot,  la  contradictioi\  manifeste  entre  le  passage  où  il  est  ques- 
tion  de  l'élévation  d'Iào  yahb  au  patriarcati  et  celui  où  son  prédéces- 
seur  Ezéchiel  est  représenté  comme  encore  vivant,  donne  à  penser  ou 
que  la  rédaction  primitive  a  été  interpolée,  ou  que  Tauteur  s'est  servi  de 
documents  qu'il  a  compilés  sans  critique.  i> 

Cette  dernière  hypothèse  de  M.  Chabot-n'est  pas  admissible,  car 
Barhadbsabba  etait  contemporain  d'Ezéchiel  et  de  Isoyahb,  pa- 
triarches. 

Les  susdits  passages,  où  il  est  question  de  Mar  Aba,  Joseph  et  Ezé- 
chiel, feraient  donc  partie  de  Thistoire  de  Barhadbàabba,  et  auraient  été 
insérés  dans  le  manuscrit  de  M.  Mingana  ou  dans  son  prototype,  à  la 
fin  du  traité  que  nous  publions,  par  un  copiste  quelconque,  comme  sup- 
plément.  Si  cette  hypothèse  est  bien  fondée,  Barhadbéabba  aurait  écrit 
son  histoire  au  temps  d'Ezéchiel,  car  il  prie  pour  la  prolongation  des 
jours  de  ce  prélat. 

Addai  ScHER, 

Archevèque  Ghaldéen  de  Séert 


[Note  dbs  éditeurs.  —  Le  présent  travail  de  M*'  Scher  (texte  et  traduction  frangaise) 
est  arrivé  à  M»""  Graffio  —  après  diverses  péripéties  —  vers  le  mois  de  juillet  1905.  Le 
texte  syriaque,  regardé  jusque-Ià  comme  perdu,  a  été  écrit  à  la  fin  du  vi^  siècle;  il  a  donc 
tonte  chance  de  nous  fournir  des  données  exactes  sur  Técole  de  Nisibe  fondée  alors 
depuis  moins  de  deUx  siècles. 

Après  la  publication  d'une  partie  de  ce  texte  par  M.  Tabbé  Mingana,  M^  Scher  a 
adressé  à  M^  Graflin  une  coUation  de  cette  édition  avec  une  nouvelle  introduction  et  deux 
appendices.  Cest  ce  travail  ainsi  complète  que  nous  publions  aujourd*hui. 


Digitized  by 


Google 


[11]  INTRODUCTION.  325 

Le  titre  de  l'ouvrage  est  un  peu  obscur.  M«'  Scher  l'a  traduit  en  general  par  «  Cause 
de  la  session  des  écoles  »  corrige  en  «  cause  de  la  fondation  des  écoles  ».  Mais  la  forme 
de  cet  opuscule  semble  bien  étre  un  discours  adressé  directement  aux  auditeurs  plu- 
tòt  qu'un  écrit.  Le  soin  que  mei  Tauteur  à  indiquer  les  deux  a  sessions  »  des  écoles, 
rune  en  été  et  Tautre  en  hìver  (p.  393),  enlln  le  fait  que  beaucoup  d'autres  auteurs 
firent  des  compositions  sous  le  méme  titre  —  Micha  Gramqaya  composa  jusqu'à  cinq 
opuscules  sous  ce  titre,  cf.  supray  Introduction,  II,  —  tout  cela  nous  conduit  à  proposer 
pour  le  mot  itòo.,  sans  préjudice  des  autres  interprétations,  le  sens  d' introduction  ou 
prologuc  (cf.  Payne  Smith,  Thesaurus,  II,  col.  2877)  et  à  voir  ici  un  «  discours  d'ouver- 
ture »  ou  tout  au  plus  ce  qu'on  appelle  en  Àllemagne  «  une  dissertation  inaugurale  »  lue 
certaine  année  «  à  l'ouverture  des  cours  de  Técole  »  de  Nisibe. 

Si  peu  intéressante  que  soit  la  première  partie  —  tonte  de  philosophie  spéculative,  — 
elle  n'en  aura  pas  moins  le  grand  avantage  de  nous  faire  connaìtre  en  quoi  consistait 
un  «  discours  d'ouverture  de  la  session  des  écoles  »  à  Nisibe  vers  Fan  de  gràce  590 
(cf.  Introd.,  III). 

Nous  avons  respecté  aulant  que  possible  la  traduction  faite  par  M*'  Scher;  nous  pu- 
blions  son  texte  tei  qu'il  nous  l'a  adressé.  Il  a  d'ailleurs  pu  en  corriger  une  épreuve. 

M.  Rubens  Duval,  professeurau  Collège  de  France,  a  bien  voulu  relire  les  dernières 
épreuves  de  ce  travail;  nous  ne  saurions  trop  l'en  remercier.] 


Digitized  by 


Google 


Digitized  by 


Google 


)i^ 


T  302 


^^JLe^lf  i^ha^ù   )cUb£Dt 


M 


)I   ^K^  srt  "%  .^  òi-«K^/   )  *  ^<v.p  i6w.^9    ^--ifl;   J.  flQ,v>o;o  .)ta^>;  oila..^^ 

1    T  tóa^^JfiN    hilioduclio  illa  suinpla  e  njilice  H2  iT)  desideralur  in  ^ìn^. 


'  CAUSE  DE  1.4  FONDATION  OES  ÉCOLES 

compusi:k  i'ak  mah  uauhadbsahha  ahhaya. 
év[^ql;[-:  dk  halwan 


T  :iti2 


AYAM-PROPOS 

Les  ardii tPctPH  habìles,  *?ii  jetiìiil  \es  frmdemonts  d'iuì  édifiee,  y  poseiit 
ime  pierre  solide,  qui  s'adapte  à  toule  la  eonstruelion  et  peut  la  supporter. 
De  raùme,  pour  les  arcliiteetes  habiles  de  la  crainte  de  Dieu,  la  première  pierre 
de  leur  parole  dans  rédilìcatioa  de  leur  moniiment,  doit  »Hre  mi  ténioig^nage 
de  reconuaissancc  poiir  la  boiilé  du  Créateur.  La  seconde  assise,  après  la 
première,  e*est  sa  sagessc  iixsondable  ;  el  la  lioii^ième,  sa  puissanee  invincible. 
(^)uiconque  possedè  ces  troìs  qualit/'s,  n'aura  aueun  obstacle  daiis  ses  oeuvres. 

La  nature  des  (étres)  raisoniiables,  bieu  que  gratiliée  de  la  graudeur  de  la 


Digitized  by 


Google 


328  BARHADBSABBA    ARBAYA.  [14] 

T.  302>>.  JLa.^  :00|  jLjLdjtO  OOI  Jl,ii^y^  ^^^^<M  *  QÒ^#-»No  JtoN^ff»  jL^^^-^  ^^^ 
%d/  I  I  >  !>  la  9i\o  t^^oiotJLd  «d/  li\>/  lofl^t  V-a^  ^«oi  jLajj/  JJaN  ii„v> 
J90K.JL.M9  ^«biJoi  «d/o  :ia.idj99  %d/  j  i  n  \  mK  i  V»  ,>,J|  i  >  '>9  ciK.a^j;9   ^ 

jK  \  >  ,>,i.  lo  ^<J\oi  ^0  J|-di#  ;|ftN?  iiO  i90  i-i-Sj;  Ijo^k^  ^9  001  lo^ 
oj  I  v>  y  \  ^  ^u#  a^9  ^«01  ^o  :j:^^Jboo  v-a^oiIq^  «jLxk^i^o  jl  \io^9 
•)LjL.dKj  Jlo^ii^  l^^^e^^^!  *h^lì  ì^^f^  JÌO90U»  ^/  :j^ooò^  ^  ì^^^-^i 
JI90  .)l^}/  idb^^M  )L«po  ^i^bM^9  :ooio  «jL^i/  |Av»  1^:^  oilo>ii^  :oqIo   i<» 

<>yÌ0^9    otto  S  >  ^    ^90^9    ^#^01    ^*j/    ^n  j V» 

«J^  \^l  JioiK^  ;jK  II  I  *>  ft  \k  v>  jl  ^^  ^  ^     f  ^9  I  ^  nci\  """^À 

1.  LocQS  vacuus  in  T.  Adde  forsan  ^iSNéi»  »o  |ì3|  LoA^o- 


gràce,  ne  peut  posseder  ces  qualités  dans  leur  integrile  et  méme  ce  qu'elle 
promet  n'est  pas  sans  alliagc,  car  sa  bonté,  parce  qu'elle  est  aecidentelle,  a 
pour  obstacl^  le  mal;  sa  sagesse,  paree  qu'elle  est  acquise,  a  pour  ennemie 
T  302K  rignorance;  sa  force,  *  parce  qu'elle  est  débile  et  temporaire,  est  entravée  par 
la  faiblesse.  11  est  nécessaire  en  effet  que  les  fruits  répondent  à  l'arbre  lui- 
méme,  que  les  propriétés  de  la  nature  (répondent)  à  ce  qu'est  la  nature  elle- 
méme,  et  que  les  choses  temporaires  soient  ce  qu'est  le  temps,  variable  lui- 
méme.  Par  conséquent,  ce  qu'elle  promet  (la  nature  des  étres  doués  de  raìson) 
ne  peut  étre  que  sujet  aux  changements  et  aux  variations. 

Quant  au  Créateur  des  temps  et  des  variations»  aucune  de  nos  faiblesses 
ne  peut  Tentraver.  Sa  bonté  se  reconnatt  à'  ce  signe  que*  ce  n'est  pas  nous  qui 
Tavons  prie  de  nous  créer,  selon  le  témoignage  de  TEcriture  qui  dit  :  Lr 
monde  sera  coniUruii  par  bonté  ^  \et  la  tefre  est  remplie  de  la  bonté  du  Seigneur  '; 
et  aussi  :  Seigneur!  la  terre  est  pleine  de  ta  grdce^,  Les  textes  analogues  qui 
manifestent  la  bonté  du  Seigneur  envers  nous  sont  innombrables. 

Quant  à  son  inscrutable  sagesse,  le  bienheureux  Paul,  ce  vase  d'elee- 
tion,  en  dit  avec  admiration  :  0  profondeur  de  la  richesse  et  de  la  sagessr 
et  de  la  connaissance  de   Dieu*\  lui    seul  est  saye^;  c^est  lui  qui  accorde  la 

1.  Ps.  Lxxxix,  3;  ce  verset  suil  la  Verslon  PsiUa.  —  2.  Ps.  xxxm,  6.  —  3.  Ps.  cxix,  G4.  —  k.  Rom.. 
XI,  33.  —  5.  fb.,  XVI,  27. 

Digitized  by  VjOOQIC 


^ 


T  303'. 


[15]  CAUSE  DE  LA  FONDATION  DES  ÉCOLES.  329 

:j  VI  g  n  »i\  |K  Vi  *ì  li  oou«9  looio  ,^^oiOfO  ^».\ :»  |via*ÌM  o^ooi;  vooio 

<>)j2b^^0   ^^^iXd   oi^    JoOl   CLLMj    lOoio   «JLOQ-OD   wii.n\|,#^    i^^f^OO 

oi^  ««ooio  .jLi^l^iàe^  JLbdi#      vdOM  :ooJI,o  ,fn\.»  m'^  jb^i/  i*^^  i^^po  ooio 
>-|  I  »  'ifi,^  jl  00^.*^  ""^^  ^!^^  ^/  |ii  ::  ^ft>  |iLibj;;^/o  >|i,«itL\  yi^o/ 
^  oil^  y^^  N  v>  K.M  ^^b^ct  J^  n  H\fo  JL^^^t  Jj-o  io^  ^9  ^0^ 
^0  l^^  ^9  JoC^  io^  JIq\^.><.>oo  jKv^  jlo  Jloiub^  *Ji^^-^  v^g^fl^f 

j*^  ^K  m  V>;  li^/  ""^^.30  :JoC^9  ^  i\ni  ^  ci  n  n  ^K  Vì  \  ^^  vAtj  ^^ 
y o i  M}  Jyii>i^a.^f  )Ljv-^Jo  :j  ^nìN;  uNo  j  ftoTmN  ^ o i  m»  Jlolo^b^  ^^^  :JooiJ 

^9    Ot^^^bi^    >%rt>   1*1   9»    OtKvì^Miyì    jiid*    Pilo  li  n  ^J>   ^9    jl/    •J^9j9    jVlffNì^N 

jLjoi  ^0  ^i  >  ^mi  Joi^;  ^^^!   ^!  [^ ^ *^lo  .wC^^àOAo  v^flL^  jLupoftoo 

1.  Locus  vacuus  in  T.  Adde  **^/- 


sagesse  aux  sages  et  la  connaissance  à  ceux  qui  ont  de  l  intelligence^  \  qui  a  été 
son  conseiller*? 

Quant  à  la  grandeur  de  son  invincible  puissance,  qui  pourrait  dire  que 
quelque  chose  pourrait  lui  resister?  C'est  le  Seigneur  qui  a  faii  la  terre  par  sa 
puissance^;  il  donne  *  de  la  force  à  ceux  qui  sont  affaiblis.  Qui  est  semblable  à  toi,   ♦  T  303- 
ó  Dieu  tout-puissant  *  ?  11  y  a  cncore  beaucoup  d'autres  textes  qui  nous  mani- 
festent  sa  toute-puissance  invincible. 

Or,  trois  choses  empéchent  la  nature  des  étres  doués  de  raison  et  créés 
d'accomplir  le  bien,  ce  sont  :  le  mal,  Tignorance  et  la  faiblesse.  Or,  comme 
nous  venons  de  le  démontrer  par  les  saints  Livres,  aucun  de  ces  obstacles 
n'existe  pour  Dieu.  Regardons  donc  attentivement  les  attributs  de  Dieu  et 
rejetons  loin  de  notre  pensée  tout  ce  qui  pourrait  nous  adliger;  considérons 
que  Dieu  nous  a  créés  par  sa  bonté,  sans  que  nous  l'en  ayons  prie,  et  que,  par 
sa  sagesse,  Il  a  fait  en  sorte  que  nous  ayons  une  doublé  vie  :  vie  de  mortalité 
convenant  aux  indigents  et  aux  étres  appelés  à  s'instruire,  et  vie  des  parfaits 
convenant  à  la  félicité  des  justes.  Mais  par  sa  bonté  II  a  voulu,  par  sa  sagesse 
Il  a  administré,  et  par  sa  puissance  11  a  perfectionné.  Et  la  preuve  des  oeuvres 
de  Dieu,  nous  la  prenons  de  ce  monde  :  de  méme  qu'Il  nous  a  créés,  Il  nous 

1.  Daniel,  11,  21.  —  2.  Daniel,  xi,  34.  —  3.  Jérém.,  x,  12.  —  4.  Ps.  lxxxix,  9.  r^  1 

Digitized  by  VjOOQIC 


*  T  303'- 


I 


3:^0  ^^^         BAHIJADBSABlìA    "A UBAVA.  [16] 

|jotva^.do  )13J.2^  ^QJLM  <M#>v»t^f  m^:»laq,^;  JIq^^^w..^^  ^t  ^f  ^9  |j/ 

I^M^.^    fcoOfO    JK.JLa-lf     jLlfOM.-^    t.«0|o£<^/9     l    ^  t  --^*    |jLiJL>^    |jO|    yoK^CU^fO      10 

1   '^j  K  %  ^.   )lo*,^^^o  ffouo  :)lo|lo  JÌ^eb.0  P^i  -  "^  "^  jaV^ao  f^to^o  f  -  ^'^'^f 


io 


rcssuseitera  par  sagrAt^f^,  ot  par  sa  sagessc  II  nous  transportora  d'ici  au  ciol, 
vi  cette  puissaace,  qiie  rieii  no  pout  entravor  dans  notit;  premirre  éducation 
(l'ormatinn),  nViiira  encore  auciiti  obstaele  dans  iioti'e  ileuxièmo  iiistruction 
(la  rég^hiération).  Par  c^cmsequeut  c'est  avec  une  (*onnaissaiice  saiiie  et  uni* 
T  303K  raison  droite  que  nous  devons  considérer  les  oeuvres  '  de  Dieu  et  conipter 
conimo  de  (grand)  intérèt  luut  ce  qui  e^t  di^i  à  son  at-tìon. 

A  canse  delafaiblesse  tic  nion  corps,  qui  languit.  l'on^tannneut  dans  lesdou- 
leurs  et  dans  diviM^ses  nniladies,  je  ne  pnuvais  vuus  parler  meme  un  seul  jour^ 
Mais  Dieu,  qui  connait  votre  application  el  votrc  amour  envers  lui,  vous  qui, 
pour  lui,  ave/abandonnc  vos  pays,  vos  parents,  et,  href»  av*  z  meprisé  le  plaisir 
de  ce  monde  pour  n'aimer  el  ri'afreeiiouiier  que  cette  oecupation  (entretien)  J 
spiri tnctle,  qui  illumìne  les  i\mes  et  tieni  lieu  de  sei  pour  ceux  qui  unt  perdu 
le  goiU  de  la  v^rìté  et  de  la  nourriture  celeste,  vous  qui  avez  préfére  Texil 
(Sevia),  les  soulFrances,  les  donlenrs,  les  privations,  les  fatigues,  les  labeurs, 
les  veilles  et  une  vigilance  assidue  à  r<Hude  des  Livres  divins»  Dieu,  {dis-je)r 
ni'a  fortifié  par  sa  grùce  et  ma  seeouru.  Et  non  pas  que j'en  fusse  digne, 
mais  e'est  pour  que  vous  ne  denieuriez  pas  désonivrés,  c'est  pour  que  votre 
peìue  ne  suit  pas  vainr.  Ku  effet.  c'est  Thabìtude  de  la  grAce  iliviue  d'agir 

Digitized  by  VjOOQIC 


304V 


[17j  CAUSE  DE  LA  FONDATION  DES  ÉCOLES.  331 

otto  ^  i  ^\  *  a^^^  r^f^  òi^tOLA  >otlniVìM^V)o  oilri^>^  y/  jl/  :|K^;;d  *  t 
oilftN  n  ^  ^  ^  vj*^!  oitotinr|ffcv>>  ^  oout  lv^u»)i-^  *V*h*   ^'^^^"^ 
I  VKi\  l  o  I  iiV>)L:>  ^u«  1^9  ^oio  .^Soi^^^to  yln\Hrt>f   Jin^vìi^  y>\\f 
J  i  g  mV>  jffKivti^  y Vn n iifto  >  t\^  ou«09  io^i^ad  ooi  ;>  i»*>Ka/  )Lj>^;;àeo 

1   n   if   O  lo2^;0   |oC^  lo2^9    j   VI    »j   yO  i    flif    y^l    llt\\ifì»   jL^o^  oou^L/ 
|oC^  ^^oiOfCi  «N^  a^ooi;  oòò^  yOJ^joKjLio  iJildK^t  Jlt^«>  ^o  yO-o^iKjo 

JINvìK^  jlo  I  >»ii>io  Judit  ^«oi  ^»oi!S3  ^^01  tK^  ^9  ^  KsLflDoU/ 

K^jLio-^  ^«QiJS^  ^  il  Net  ^/  •JLibJ>Us.^o  jl;  0tt,oiV>iiìV9O  oila^eubxojd; 
>    iCij  ^9  i»cn  ">  :>  toi  ">  yoKnVìrtì^Kv)  \J^  voKj/  jl/  :ooul/  |ìvì»>ìvì\ 


ainsi;  c'est  encore  elle  qui  est  la  cause  de  la  formation  du  monde  et  de  notre 
première  création.  Car  nul  ne  pria  Dieu  de  créer  les  créatures,  si  ce  n'est  sa 
gràce  et  sa  miséricorde.  Il  montra  et  manifesta  davantage  *  sa  gràce  par  ses  *  '^  ^^■* 
paroles  envers  nous,  par  Thonneur  qu'Il  nous  fit  de  nous  gouverner,  par  sa 
sollicitude  à  notre  égard  et  par  la  rémission  de  nos  fautes  et  de  nos  péchés. 
Bien  que  nous  ayons  été  sans  cesse  ingrats  et  pécheurs,  par  sa  longanimité, 
11  nous  a  supportés  par  des  lois  vivifiantes,  qui,  de  siècle  en  siècle,  ont  été 
établies  pour  notre  profit,  surtout  par  la  loi,  qui,  par  Tintermédiaire  du  bien- 
heureux  Moise,  a  été  donnée  au  peuple  d'Israel,  afm  qu'ils  pussent  acquérir 
Famour  de  Dieu  et  Tamour  du  prochain,  qu'ils  s'éloignassent  du  eulte  des 
idoles  et  reconnussent  celui  qui  est  seul  Dieu  vrai  et  éternel. 

Après  toutes  ces  choses,  pour  conible  de  bienfait,  nous  avons  eu  ce  don 
glorieux  et  ineffable,  à  savoir  :  la  venne  du  Ghrist,  par  les  mains  de  qui  a  été 
répandue  sur  nous  tonte  la  richesse  de  sa  bonté  et  de  son  incommensurable 
miséricorde.  Quoique  toutes  ces  gràces  soient  communes  à  tous  les  fidèles, 
loutefois  c'est  vous  qui  en  jouissez  le  plus,  parce  que  vous  les  étudiez  et  y 
méditez  et  parce  qu'elles  sont  pour  vous  un  délice  et  une  rémunération  excel- 
lente,  plus  que  tonte  sorte  de  richesse. 

PATR.   OR.  —  T.  IV.  23>  T 

Digitized  by  VnOOQlC 


332  BARHADBèABBA    ARBAYA.  [18 

|;oi  jKi  i|  VI  ^  OwJÌ/o  ^oi  ^0  fenòli  ^Jfj^9  ^^l  jK^^^JlXd  r^^oi^o)^ 

jl  ^^  ^  v>o  itid  jl  tpkM  ^ìmN^  jl  :yO0M|jab^  ìK^  ^e  ^i«/o  IjlhAA 
I  min  ^i  ^  ''^^^^  jl  ^/o  JoiS^  PI  »  ^fl>/o  Qi-Jì  •  ^«K^  jl/  t^"^^  ì 

oj  I  v>  099  ^j  I  ^mf  cnloiy^Wì^  %«oici^^  oy^vJJ./  ^j  ^1-^!  ji«i>'0 

jLjkOi  yOOU^K-^/f    ;oi  i  v>  o^b^ij;  |s>oi^  ^;ou»}  j^ad/   jU^D^pd;  JlanNv\ 
^  >  n  >f  yi  *  n  ft  m  jl  ^iOJSbd  ^#^ot  ^9i\ìì  ^0.^^-90  Jljg^m  JK^aSp 

^ion  >  v>  ■  n  io  %ton  é*|  ^^juj  0019  JoiJ^  ^.^  ^  1  >  \  "^o  ,^  1  ■a  a  ^  |^  v 

ov^ftoa^  Uj^fli!^  yCi^nNf  «djj^aS^  JIolS^^^  >^2l^  j^iooi  ^^2L^  %d/  ^ 
:y0^nV>iO  ^^  fc    m  Noi  yo  ^iN  n  \  ^  •;  v-^/  yoaL^  ^^jmuuo^  jLfoJLfiLd 

^yOdjK^    ^^!    ^^Q^^    Vf^/    ^l    yC^^i^^    jjtiou    ^#\0|0    |K^     >    aXo» 

1.  Locus  vacuus  in  T.  Adde  tt^^o»  l#t»ft-^o. 


Vous  savez  en  effet  d'où  vient  Torigine  de  cette  ìnstitution,  quelles  farent 
*  T  304»'.  les  causes  *  qui  la  firent  supprimer  d'Édesse  et  la  firent  fonder  dans  cette  ville 
par  Mar  Bar-Sauma,  évéque,  et  par  Rabban  Mar  Narsaì,  prétre,  hommes 
vertueux  et  divins,  et  comment,  après  leur  mort,  non  seulement  elle  ne  tomba 
pas  en  décadence  et  en  mine,  car  Dieu  Tagrandit  et  la  fit  prospérer  davan- 
tage,  malgré  les  agitations  et  les  troubles  suscités  contre  elle,  de  temps  a 
autre,  par  Topération  de  Satan.  Des  avantages  appréciables  en  déeoolè* 
rent  sur  le  royaume  des  Perses  comme  en  témoignent  les  institutions  issnes 
d'elle  et  qui  existent  maintenant  en  plusieurs  endroits;  or,  pour  toutes  ces 
gràces  nous  ne  pouvons  remercier  assez  Dieu,  de  nous  avoir  rendus  dignes 
de  telles  faveurs.  Quelle  sollicitnde  n'a-t-Il  pas  à  notre  égard,  nous  qui  n'en 
sommes  point  dignes!  Nous  prions  donc  Dieu  de  la  conserver  (cette  écoie), 
de  la  maintenir  et  de  la  consolider  étemellement. 

Vous  aussi,  vous  devez  vous  efforcer  à  vous  appliquer  au  travail,  à  obser- 
ver,  en  en  tirant  profit,  les  règlements  qui  vous  sont  prescrits  et  que  vous 
ont  transmis*  vos  prédécesseurs,  afin  que  vous  aussi,  vous  transmettiez  ces 
biens  et  ces  avantages  à  ceux  qui  vous  succéderont. 

1.  Les  staluls  de  TÉcole  de  Nisibe  sont  conservés  dans  te  Synodicon  Orientale;  ils  onl  été  publìé« 
en  1890  par  M.  Guidi  :  Gii  statati  della  scuola  di  Aisibi,  dans  le  Giornale  della  società  Asiatica  /te- 
liana,  voi.  IV  (1890),  p.  165-195. 


Digitized  by 


Google 


CAUSE  OE  LA  FONDATION  DES  ECOLES. 


1.  Hìc  desìnil  inlroductio  et  mcipil  codex  109  nosLrae  bibliolUecae  (G).  —  Pùslhac  ìexlus  sutiniur  e 
ccHiire   109  (Cj  et  adjiiiiims  viiiiiiiiles   lecUones  cudicis   82  (T).  —  2.  T  ^^^»t/,  _  3^    y   l>*  oi  U-^t  : 


J'  :ii)b* 


C  26-. 


ÌU 


Pour  noiis,  *  noui^  reraercious  aussi  votre  saiiiteté;  car  vous  ne  cessez  de  •  T  ao^T 
noiis  réveiller  ci  Je  iious  exhorter  à  iiuus  occuper  sana  lassìtuJe  et  saiis 
négligence»  ni  ennui  de  ce  travail  Nous  pri^ns  Dieu  de  vous  accorder  un  ca3ur 
eii  vue  de  T intelligence,  de  la  eonnaissance  et  de  la  compréhension  de  ce  qui 
est  nécessaire  et  de  ce  ponr  quoi  vous  étes  venus  ici»  aiìn  que,  après  avoir  pro- 
fité  et  l'ait  profiter  les  autres  ici,  à  votre  retour  dans  vos  pays,  vous  puissiez 
paraitre  comme  des  astres  dans  le  monde,  vous  instruisanl  et  instruisant  et 
donnant  le  proflt  de  votre  savoir  k  beaucoup,  ailn  qu'ainsi  vous  puissiez 
ramener  les  égarés  à  la  ci-ainte  de  Dieu  et  engendrer  et  produii-e  des  eiifants 
de  vcrtu  par  la  gràee  el  la  miséricorde  de  notre  Dieu,  auquel  soit  rendue 
gioire  dans  tous  lc3  siècles.  Àmen. 

Tout  (^tre  existant  peni  étre  compris  et  examiné  de  trois  nianièrcs  (Ta;.;)  : 
en  lyi-meme,  par  rapport  à  ce  qui  est  au-dessus  de  lui,  ou  par  rapporl  k  ce 
qui  est  au-dessous  de  lui.  Ainsi,  quaiid  nous  dìsons  de  Thomme  qu  il  est  hme 
et  corps,  nous  parlons  de  lui  d'aprés  ce  qu'il  est  en  lui-mi^ne;  lùrsque  nous 
disuns  qu'il  est  Dieu,  nous  lui  appliquoiis  ee  qui  est  au-dessus  de  sa  nature; 
enfiu,  en  disant  qu'il  est  boiuf,  aigle,  ver,  puce,  nous  lui  attribuons  ce  qui 
est  au-dessous  de  sa  nature. 

Digitized  by  VjOOQIC 
I 


334 


BAIUIADBSABBA    AHBAYA, 


[20; 


T  305 


.1  o/    :U 


-a-^ 


♦  C  86», 


•  T  MMlr 


L 


*  T  !l()fi'\ 


♦  T  306* 


^.^  ^w5ta->>^-\  ^^^^i^^K.^  U^^t  ^ìK^ 


ìoi^ 


JJ/  '  J.-»»rfi^..^  lo^  «a|o  )a^  Lq^  jLoA  s^oioK^f;  ftoi  JLd  h^  ì^^^  ^/ 

:JV-*t^j   );oi  y|o  *oói  J.^»ooi    '^..oioK^/o  *.^,«oioK.a^  |^a.^ooK:^q  ÌJs^I   v^i^^  y/ 
:  ^^ot^lf K— s  |ootf   ^^^  y»^  foAo  :JLooi  ^^1.,^^  U\^l  ^do  o^  K^|  M^^ 


'^K.^o  JLooif  ""^.^.^  óuK^I   fK^Ì-^o  .001  )Litw|i  ""^^.^sào  %*oioK^/  ooi 


4 


Ouiint  à  Dit^u,  los  i*tres  cróés  en  parlont  *  Av  ileux  oianiòr**s  :  ou  bion  fu 
Jisant  ce  qu'il  osi  nu  hii-nii^mo,  ou  bieii  cu  lui  atlribuaut  ce  qui  lui  est  infé- 
rieur.  Mais  nous  ne  pouvons  rien  lui  appHtjuer  qui  soit  au-dessus  de  sa  nature. 
Cai%  si  nous  disons  t}u'il  est  FKtre  éternel,  TEspril  infini,  la  Cause  de  tout, 
nous  le  dénnissous  tei  d*apres  sa  nature  propre.  Si  au  conlraire  nous  disons 
quii  est  eoriiposé,  eorporel^  privt*  de  counaissance,  et  nécessiteux,  nous  lui 
applÌ4|Uoiis  ce  qui  est  au-dessous  de  Tordrc  et  eu  deliors  de  rexactitude. 

En  effet,  quoique  ee  mot  :  e.s/,  soit  couìrnun  à  tous  les  étres  et  aussi  à  un 
seuI  étre,  toutefois  c'est  à  Uieu  seni  qu'il  convieni  et  s'applique  exactemciit  : 
parce  que  toni  ce  qui  existe  est  ou  eròe  ou  non  créé;  or,  de  mórae  que  pour  10 
ce  qui  rep;arc]e  Tètre  créé,  le  mot  fuit  est  anterieur  au  mot  enl  et  t]ue  celui-là 
est  la  eaust*  de  celui-cì,  ainsi,  pour  ce  qui  regardo  Tétn*  non  erée,  le  mot  ens 
ivkrtìus  est  antérieur  au  mot  vst,  et  c'est  le  premier  qui  est  la  cause  du  sec<uìd. 
Car  sii  existe  et  sii  n'est  pas  fntìi  ,Tiennis  il  est  eréé;  or^  si  cela  est  vrai,  il  a  un 
couunenccment,  c'est  à  un  autre  quii  doit  son  existeace;  et  ainsi,  il  serait  égal  is 
à  tous  les  ètres  daus  ces  deux  états,  en  tant  quii  a  étc  eréé  et  cu  tant  quii  est. 
*  Or,  si,  ainsi  entendnc,  cette  liypotlièse  est  absurde,  Dieu  est  parce  qu  il  est 
rÈtre;  et  la  créature  est  parce  qu'elle  fut  créée  et  eut  un  lommencement. 

Digitized  by  VjOOQIC 


*  G  27'. 


*  T  306^ 


[21]  CAUSE  DE  LA  FONDATION  DES  ÉCOLES.  335 

^:m  K^^biiv  1^  ^0  Hi^oioK^/t  ooi  jo^ylbcd  ot-^t  ji^^i^i-^  ^jooil  jtoi  ^ot  ^l 

)L»9a^90  )L»ooi9  U^  jgD  ooi  JLa/t  """^^^^  «^«t^  JLd/o  Jooi    jlo  .^^^otoK^/  t^ 

^<  •  •  ^  •  • 

JfOio  I  >  v-xi,vo  ;|  yi  ^  iv-^  lioK^/  jLi-o  ^-d  «.K^j^K^/  ^^oio;a^.^  ooi 

Jooi  ^«.^-^  oiJ^  ooi  jl/  ;v^  n\K.v>  JLa/  "^^Sb^^K^  jl  ^^  |aoi  «d/t  ^/  j^jL^ 

jLpo  jl  JL^,V!»  ^  t^  :|aoi  3/9  ^/  Jooi  "^iJ^oo  ^#0101^^^^  oido  ohm  0010 

;0|.^flD/o  yt-M  V^/t  ^/  Jóoi  "^1^  otd  oò^   001;   ^)Ljj   001  :)Lj9Kjo  ^^^^^.^Kj; 

vj  Jl/  l-djl  ^«.^-^  ^à^/  JLd/o  .jb/  y/  jl/  Jv-a^  "H^  ^Aj/  ^olS.  jlt  :vfiDG^.ad 

%d/  J  i  xn  .oudt  ^J  i  i\  ^9  )L^9  vj  jl/  J  i  1*0 ^;  ^^^  %aj/  ^ol^  *  jlo  Jy^ 

<>JoÌ^9    0U«09    ^v/    "^9^    jl    %AJ/    loÒ^jbt 

^  • 

a.  T  deest.  —  2.  T  lo«  *^«o6w»i.   —   3.  T  "^^f^  *^«o^*/.  —  ^i.  T  (»»  i  j/)  (sic)  \»y*  —  5.  T 
deest.  —  6.  Lege  >/  P^ 


11  est  donc  ìncontcstablement  certain  qu'il  n  y  a  qu'un  seul  étre  qui  soit, 
dès  le  commencement,  avant  tous  les  étres.  Il  y  a  méme  à  dire  que  non  seule- 
ment  (la  locution)  :  étre  seul  avant  tous  les  étres,  mais  méme  le  mot  in  principio 
ne  lui  conviennent  pas.  Car  tous  ces  termes  ne  sont  employés  que  par  ana- 
logie. Dieu,  étant  de  tonte  éternité,  n'a  ni  nom,  ni  appellation  :  il  est  au- 
dessus  de  tonte  dénomination.  Il  n'a  pas  été  fait,  et  n'a  pas  eu  de  commence- 
ment ;  car  ces  mots  :  exister,  commencer  n'étaient  pas  encore  connus ,  sinon 
dans  la  connaissance  (divine)  qui  pénètre  tout.  Lui  seul  était  de  toute  éternité; 
il  jouissait,  comme  maintenant,  d'une  ossence  heureuse  ;  il  habitait  dans  une 
lumière  resplendissante ,  d'une  manière  indicible  et  insondable.  Mais  il  se 
connaissait  lui-méme,  et  il  était  connu  par  lui-méme  en  lui-méme  et  de  lui- 
méme  comme  maintenant.  Mais  il  est  impossible  aux  étres  raisonnables  de 
dire  et  méme  de  penser  de  quelle  manière  Dieu  se  connaissait  :  Nul  ne  connati 
le  Fils,  dit  Jésus-Christ,  que  le  Pere^  et  nul  ne  connati  le  Pere  que  le  Fils\  Saint 
Paul  en  témoigne  aussi  :  Qui  est-ce  *  qui  connait  ce  qui  est  en  Vhomme,  si  ce'  n  est  *  T  3o6^ 
l'esprit  de  Vhomme  qui  est  en  lui?  De  méme  aussi  personne  ne  connait  ce  qui  est 
en  Dieu,  si  ce  n'est  V Esprit  de  Dieu^. 

1.  Matth.,  XI,  27.  —  2.  I  Cor.,  11,  11. 

Digitized  by  VjOOQIC 


'»>, 

'^S^ 


e  27'' 


T  307-, 


T  307- 


336  »-^-         BARHADBSABBA    ARBAYA.  ^  [22J 

^ArAj^itw^  |Jj    )  ^  Xi^  vj    ì^^k^v    ooi   I  ^s^^v    :]ud^09      )ooi;   ^^  V^K^  ^^1 


:).-a.3i.J;   JLfc^— o  ò||^^^»t|   l^^^i».^;    |Jk.j^if    JEs^m^VoIo    Jt  *  S  i    ^^  K^»^.^,^ 

albus.  —  6.  T  ^    --  :.  ì'  bl-  -    H.  T   ^o^  v^o.  —  \k  T  deest. 


1.  Il»i  derive  de  ftewpia,  —  2.  Rom.,  i,  Ì\K  —  a.  Malth.,  xi.  27.  —  1.  Jean,  xvn,  tì. 


Digitized  by 


Google 


Dieu,  existatit  f^n  ses  propres  attributs,  d'uno  manière  in<^xprinuible,  la 
pensée  no  ppul  pas  saisir  cette  pssence  divinr,  avoe  laquelle  In  ti»nips  qui 
uommence  par  li^  mouvfrrient  et  Ir  mouvement  qui  est  iuliér*'ul  à  Tessence, 
sont  incompatibles*  C'est  la  profoiideur  des  profondeurs,  iusoudable  et  introu- 
vable.  La  pensée  n'a  pas  de  srntier  pour  marclirr  jusqu'à  cette  majesté  divine 
qui  vsì  au-dessus  des  aentii^rs  et  dt  s  cliemins  piaticables  de  la  pensile,  ce 
coursier  agile  de  l^àme.  La  pensée  n*ayant  pas  de  sentier  pour  y  marclier,  la 
parole  elle-méme,  coursier  rapide  a  quatre  pieds,  faiblit  et  sr*  voil  obligée 
d'interrompre  sa  marche  :  car  Tacuité  di-  la  pensée,  qui  est  le  guide  et 
la  maitresse  *  de  la  parole,  se  trouvant  éblouie  et  aveuglée,  elle  devìcnt 
incapable  de  contempler  cette  lumière  majestueus^e,  à  moins  que  Notre-Sei- 
gneur,  par  sa  bonté,  ne  nous  Tasse  la  gràee  de  nous  révéler  et  de  nuus  faire 
connaitre  sa  nature,  ne  fùt-ce  qu'élémentairement,  comme  le  dit  saint  Paul  : 
La  connaissaììce  tir  [ìiea  a  étv  rrvf'lée  t'ìf  eu.r;  et,  montrant  coniment  cctle 
connaissance  a  été  révélée,  il  ajoute  :  c*esi  Dieu  (jui  !a  Icur  a  rérélée  et  a  aons, 
Dieu  nous  Va  rérélée  par  mn  Esprit',  Et  Notre-Seigneur  a  dit  :  *  [Nuì  ne  connaH 
ìe  Pere  siìion  le  Fits]  et  eeluifi  qui  le  Fils  a  ara  roala  le  [aire  eonnaìtre^,  J'ai  mani- 
feste rotre  nom  awv  hommes\  Autrement  cette  parcelle  méme  de  connaissance 


e  28'. 


*  T  SO?»*. 

*  G  28^ 


[23]  CAUSE' DE  LA  FOXDATIOX  DES  ÉCOLES.  337  "^^ 

>    iOlN  *>;  i»CH  ^  JK  I   >  n  i   i»CH  ">  0(^^^  KjQLl;  Jooi  Joo  jK.^^^^;   JtKj  )LjO| 

<>|i  il  >\f  JK^^:mo  J^iOii  ^  K^jLjv^jKào  jl  '  ^*j/  y^fpo  oj^t 
:y  iOiK  Nf  i  ^t;/;  ^  iOi  ii\\  v^laa  :^^ftoo  jlt  ^«^/  «d/t  ^^^^^ooi  ooi 

^1  A>n\f>  Ut  U4^  ìh^  :JJI.oK^/  %mì  òuK^/  Jtcì  ^J;;  ^;  ^*^^^^^ 

.JL..AL.  Jl  y  ^m  "^JLJifjlo  J  m  I  ^\  jl/  vooi  Jl^o^  ^J^  ,.  ^v>  jL^  Jl^oa 
f^  :^«oioK^/9  o/  J  I  >  ^  o/  J  Vi  io  ^^f  o/  jL^t;  JL^oitt  ^^/o  >% «cuoia .J. 

tyOOl   I  V>   ^1    m\   ^   ^^..fiLJ    JJ    y^rt>   ^^^^   jJ/    :JKyit^   OtKi^fl^   ooi    Joji   ol^ 
J-«00|0    I    »ì    "»9    J.  Vi   i    %d/    I    IVH    .*yCIIÌ    jlo    ^«^«Ib^O    :^O09    jlo    yni^.lBN 

o/  *  :^^cnoK,,^/f  ""^^-^  *  ^tot   ">  t^^oioio    mI,  K^/   J|  ?  ^ip  jl/  •  Jo^  V^^ 
Jl  y  ^ip  J^Vjl  l^'^No  ^  ^y  ii\oi  ^ibo  ^1  o\,oo  .ooi  Jjkt^o/  ooi  JLao/ 

1.T  ^j  »^/  >/•  —  2.  T  Ic^^^j  oM»o.  —  3.  T  1»-^2»^jo  U^j   V«  J-^oa.  —  4.  T  UjWo  ll^s^   hmi^.  — 
5.  T  l»P/o.  —  6.  T  •-  •-  "^^  — 7.  T  •-  •-  "^^o.  —  8.  T  »3ot  ^«. 


ne  pourrait  jamais  fixer  son  regard  sur  Tessence  divine.  Car  ce  qui  lui 
est  propre  est  ineffablement  inaccessiblc  à  la  pensée  et  à  la  parole  des 
créatures. 

Le  fait  de  savoir  méme  que  nous  ne  connaissons  rien,  échappe,  je  crois,  à 
la  connaissance.  En  effet,  celui  qui  aflirme  qu'il  a  compris  les  choses  incon- 
naissables,  est  inférieur  à  un  avorton  :  car  il  est  dans  une  absplue  ignorance  ; 
s'il  reconnait  Dieu  comme  inconnaissable,  il  sera  reconnu  par  Dieu  lui-méme 
comme  un  sage. 

L'essence  divine  étant  ainsi,  voyons  comment  nous  pouvons  apprendre  à 
la  connaitre  et  quelle  est  la  différence  entre  les  créatures  et  leur  Créateur. 
Quoique  ce  mot  créature  soit  un  terme  universel,  il  renferme  cependaut  plu- 
sieurs  genres  et  plusieurs  espèces.  De  méme  que  les  mots  :  esprit,  eoìys, 
nature,  étre,  quoiqu'ils  n'aient  apparemment  qu'une  seule  appellation,  ce  nom 
cependant  s'applique  à  plusieurs  étres  et  à  chacun  de  ces  étres  qui  sont 
distinets  et  ne  se  ressemblent  pas,  qui  sont  différents  et  ne  se  convien- 
nent  pas,  ainsi  le  mot  créé,  quoique  unique,  implique  dans  sa  signifi- 
cation  d'autres  noms.  Farce  que  *  tout  ce  qui  existe,  est  ou  substance  (oocita)  ♦  t  307»'. 
ou   accident;  chacune    de    ces  deux   divisions  (substance    et   accident)    se 

Digitized  by  VjOOQIC 


338 


BARHADBSABBA  ARBAYA/ 


I2k 


♦  C  W. 


iv- 


♦  T  308», 


"i^jlK^oo  wb^{  ooi  ooio  .JL^^j  ^0  idiJb^t  oòuSio  «."^^jJLKm^^  :wb^  Jli 
^jlo  Jl.  i\vi\  ^9  CUOI  :ou^  K.JL2^9  U^r^l  Untasi  ooi  %d/  \^9iK\f> 
Iju^o  .)jlA  jlo  )jlA  JL:^^  jlo  JiiftiNo  )bu^  ooi  JL^.M> . jL^oe 
KJbbj^o  :)jLdji^  j^K^jlo  .*Jii>mv>  jlo  |'ìiim>fì\  ooi  %d/  v^\ftKv>  ool 

<>|oiSk  ^«oioK^/t  :^^^  ^CSà  ^9  )Ljt^>.3^o  "^^  i^ 
I  '  '^  -/^  I  I  v>f  .#ci  >  jl/  :fK,:ib,:^  *  ^^^'^^  ^«oioK^/t  ^#qi^  clSsi  '^^^^^ào 
jtol  ^fidb,^  fK,,<b.:^  isMi  JK.^t  >'*>  ^;  1;^  «^«oi  jo^t  Va^%^  :^«oioK«/ 
,^^i  ^  ^o  ^"^-^t  Hi^oioK^/;  ^#oid  jl/  :^)baML^ ^«oioK^/;  ^#oid  cl^  )Ld|A  ^ 
jLdjboo  toft  fi  i/o  ou^t-d  jl/  :)LiLJVd  ^^oioK^/t  ^#oid  o^  :^)jopo  ^  |i\v)o 

1.  T   *^«oLft-l.»   li^Voa^o  \t^l  JajII.  —  2.   T  U^o.  —  3.  T  P^o-  —  4.  T  ^J.  —  5.  T  sic.  U^^  C. 
—  6.  T  »*^^»o.  —  7.  T  M4«^  ^  l>o0o. 


ìL^»^ 


•  T  308\ 


subdivisent  en  d'autres  espèces  (modes)  qui  en  décòulent.  Ainsi  toute  subs- 
tance  est  matérielle  ou  bien  immatérìelle. 

La  matièrc,  en  outre,  se  partage  en  plusieurs  autres  subdivisions  qu'elle 
implìque,  à  savoir  :  eu  matière  animée  et  inanimée,  sensible  et  privée  de  sen- 
sibilité.  De  méme  la  matière  animée  se  répartit  en  d'autres  divisions  :  en 
matière  vivante  et  matière  privée  de  vie,  en  matière  mobile  et  privée  de  mou- 
vement.  De  plus,  ce  qui  est  vivant  et  qui  se  meut  se  subdivise  en  d'aulre$ 
distinctions  qui  lui  sont  subordonnées,  c'est-à-dire  en  raisonnable  et  non 
raisonnable;  les  substances  raisonnables  elles-mémes  en  spirituelles  ou  ani- 
mées;  et  les  substances  non  raisonnables  en  vitales  ou  non  vìtales.  L'éire 
spirituel  se  divise  en  fini  et  en  infini,  en  éternel  et  en  temporel,  et  en  celuì 
qui  est  la  cause  de  tout  ou  Teffet  de  la  cause  de.tout,  qui  est  Dieu. 

L'excellence  d'un  étre  ne  consiste  pas  dans  le  fait  qu'il  existe,  mais  dan< 
ce  qu'il  est  et  dans  sa  manière  d'étre;  car  celui-là  est  universel,  ceux-ci  sont 
individuels.  Ainsi  le  boeuf  est  plus  parfait  que  la  pierre,  non  pas  à  cause  do 
sa  corpulence,  mais  parce  qu'il  est  vivant  et  sensible;  le  roi  *  et  le  prétre  Tem- 
portent  (sur  le  peuple),  non  pas  en  tant  qu'hommes,  mais  à  cause  de  lem- 
dignité  et  de  Thonneur  qui  leur  est  dù.  L'ange  est  au-desaus  de  rbomme  par 


Digitized  by 


Google 


[25]  CAUSE  DE  LA  FONDATION  DES  ÉCOLES.  339 

otioK    i|    ■>  >,^ciK  iy  ^  ^.50  JoiJ^o  ,otloJo    il   v>  |L-d  )   i    lì    ^  ^.^  ool 

^"^^^  ^.^  ^i  iV  9H>  otloì-^CL^  ^^,>„\  \  V)o  ;oti  i>n^  ^9  oòo  )Ljoi  ol^  pò 
^^^/  1^  Il  H  \}  J  \  '^V)  JLàQ^CLd  "^^Sb^^Kjo  V^|Kj9  %«oici^^  ^^..xo  jl/  :Jooi9 
JulilVOì^  yoou^^^t  :K-i/  %<»  "ì  t  v>  ^^  j  iftNn».^  V^hv  «d/  >^yi9fc\fii»\{  *   ' 
•jU^CJlt  |ot  VI  t^  yjgoKv)  jl  ^;  JjCìk^  JjCìk^;  joiJ^oaji  >  >  ^mi  jLKLJl 
j  >  if  >  wi.^9  ^^^^  ^^^9  a2s^  .^lioK^/t  UiLfiLio  ^^.^oioK^/  )L^  VA^)LjLJVd 
^/  :ooi  ^^V^iLfiLi  w^^t  ^^^  ooi  *  jlo  .JLiumÌo  jK-^yiV-do  Jìoa.^  òi^  ^/  :ooi  * 
•JLJ^Soi  1^9/0  JLSjLd  y^l  :ooi  jLjULfij  001  Jj-o;  ^^^  jlo  JK^vi  ^«oibo 
<>|Kjllfijo  jLlojbo  ^l  :ooi  jL^ona^ooi  Iju^  ^^^  ooi  jlo 

_  3.  T  '^.^^v  —  4.  T  I  ^»"i»^  ».  —  5.  T  »*^o.  -1  6.  T  ^j  (ia^o^v  _  7.  T  Ìiic  locus  albus.  — 
8.  T  UoMo.  —  9.  T  U^-  —  10.  T 


C  29^ 


T308»'. 


son  immortalité  ;  et  Dieu  est  supérieur  à  ses  créatures  par  son  essence  et  son 
éternité  :  c'est  ce  qui  lui  est  propre.  Quant  au  fait  de  Texistence,  il  lui  est 
commun  ainsi  qu'à  nous.  Et  de  méme  que  rhomme  est  plus  parfait  que  tous 
les  corps,  non  pas  en  tant  que  corporei,  mais  en  tant  que  raisonnable;  et  que 
l'ange  est  plus  parfait  que  tous  les  étres  corporels,  non  pas  parce  qu*il  n'est 
pas  corporei,  mais  de  ce  qu'il  est  vivant  et  immortel  ;  ainsi  Dieu  est  supérieur 
à  tout,  non  en  tant  qu'il  existe,  mais  quant  à  sa  manière  d'étre. 

Malgré  cela,  quelque  grand  que  soit  Dieu  dans  sa  nature,  quelque  élevé 
qu'Il  soit  dans  sa  majesté,  et  distinct  des  autres  étres,  Il  a  accepté,  pour 
notre  instruction,  qu'on  parlàt  de  lui  selon  le  langage  concret  des  créa- 
tures. Dans  la  science  méme,  nous  trouvons  que  les  distinctions  inférieures 
prennent  le  nom  des  étres  supérieurs;  mais  les  étres  supérieurs  ne  se 
nomment  pas  du  nom  des  étres  inférieurs.  Ainsi  l'homme  est  un  étre  vivant 
et  raisonnable  par  son  essence;  or  tout  ce  qui  vit,  comme  les  animaux, 
la  volaille  et  les  iùsectes,  n'est  pas  homme  ;  de  méme  *  tout  ce  qui  vit  n'est  ♦  T  3o8\ 
pas  animai,  comme  les  plantes;  tout  ce  qui  est  nature,  comme  la  pierre  et 
la  matière  brute  ('j>.tq),  n'est  pas  anime;  de  méme  tous  ceux  qui  sont  de  la 
nature  ne  sont  pas  corporels,  comme  les  anges  et  les  àmes. 

Digitized  by  VjOOQIC 


e  30", 


'T3W. 


340  BARHADBSABBA    ARBAYA.  ,^6] 

Jl/  :w.oioK^/;  "^1^  <^^\  oK-ao  ^XAto^  vooi^^  ^.\oi\  o^  t^o  JI/ 

a-3t-aK.^\o  )Lo^  JK^und  ^JioSj  **|v«ci^  ^  ^^  Jjoj   JL^t  JUo/  ^ 

V-rfb^  a2^  J.  .ib.aooK,^  JiiSv>  y^^^  ooi;  ;|»>>i  |ino>  oi^  '^^^'-^!    ìl^l 

yf;  :yV-^  V-^/t  ^/  '  :JI..>.\  :^  JU^  ^{  ojoi  :|iiyi^f  Jioiaj  ^ociJ^/ 
:'i.dtJ  juVì  m\  yj  V^H^ JnV>fl>  JooM  jl^ad  ^*>rii>i  :ooi  JLooju»  y^  Jioioj 
yoalSi  hs^l  ^  ^02^019  :^  t-^a^  J;oi  ""^^^^^oo  ,y^fu  jpoa^  x^outl 

1.  T  ^  iftj  ^01  ^^..éAM^  ;..^'^^.  —  2.  T  deesl.  —  3.  T  l^a:^a..ftM  W.  —  4.  T  »m.a«*|;a*^.  C  addii 
in  margine  i  >a^o«*  ^1^  V<t^^  '-  U*^  ^o  |li;d  ^  ^«av6o«o  t  U::*fiA9  \hstA  ^pcia  ^o^^*  ^«i  :  o«-  —  à.  T 
Uo^sj  ^«^.  ~  6.  T  H«^-  —  7.  T  »^  Aa^wv 


Mais,  quoìque  tous  les  étres  rentrent  dans  ces  divisions,  cependant 
la  science  touchant  le  Créateur  et  la  créature  ne  se  trouve  que  dans  ces 
deux  catégories,  c'est-à-dire  dans  les  anges  et  les  hommes.  Mais  comme 
nous  sommes  trop  faibles  pour  fixer  notre  regard  sur  cette  esseuce  divine, 
Dieu  pla?a  en  nous  une  lampe  invisible,  qui  est  notre  àme;  il  Fa  remplie  s 
de  rhuile  de  la  vie  immortelle  ;  il  la  munit  des  multiples  mèches  qui  sont  les 
pensées  douées  de  connaissance  ;  il  y  répandit  la  lumière  de  rintelligence 
divine,  par  laquelle  nous  pouvons  voir  et  distinguer,  comme  cette  fcmme 
qui  avait  perdu  une  de  ses  dix  drachmes,  les  ceuvres  cachées  du  Créateur,  et 
parcourir  tout  le  riche  trésor  de  son  royaume,  jusqu'à  ce  que  nous  trou-  r 
vions,  nous  aussi,  cette  drachme  empreinte  de  l'auguste  image  (cixwv)  de 
Féternel  Roi  des  rois,  (C'est  ce  que  nous  ne  pouvions  jamais  faire),  sans 
cette  lumière  divine,  comme  dit  saint  Jean  :  Cest  en  Elle  quétail  la  vic^  et 
*  T  309-.  la  vie  était  la  lumière  des  hommes  * ,  à  savoir  la  force  intellectuelle,  *  comme  dit  »• 
Notre-Seigneur  :  Si  la  lumière  qui  est  en  vous  est  une  obscurité,  quelle  sera  vaire 
obscurité  ^  ;  si  un  aveugle  guide  un  aveugle,  tous  les  deux  tomberont  dan:;  une 
fosse  ^.  C'est  pourquoi  il   nous  commande  en  disant  :  Marchez  pendant  que 

1.  Jean,  i,  4.  —  2.  Matth.,  vi,  23.  —  3.  Lue,  vi,  39. 

Digitized  by  VjOOQIC 


0 


[27]  CAUSE  DE  LA  FONDATION  DES  ÉCOLES.  341 

JK-à^i^  ^jlt  V  \ft  ^f  I  VI  i  .ii  Jlt  tJK-^ojJSs.  JK-MLXMbd  |J.ab^^^f  lioiQJ 

J  i  tto*)  s%m  y\  1^  ^l^il  ^^^  ouM  :W!  ^Ift^  oiK^^.^  ^2^^^!^  ^IfKd 

:|LajcL9  Jaci»aLM  o^dij/  |;oi^  V-A^)òop^  •oì^V'lm  ^^^-^^  qju/o  ^  ««oioK^/ 
^oiK»ad|K.ao  oiKJb^^  ""^wbiidoi  ói-^K^/  «oiJ^  ^o^-d;!-!  jiooC&^t  [  vì  ì  %d/; 
JK,  ,11,  ,\fio  l-jooi  :|KM  )LjK..^iS|^  JUl^  oCS.  K^/;  jfoi  :Jv-ì^a/  ^!  ì^^ 
jh<^cujo  JK^  ^9  CUOI  lUì^l  Ji^^  *  ^»|\  ìKvì  ^#^01  ^:mo  :JK\i>i^eo 

I   VI    a    ^    >i    I  ,VI  ,11    fot     ^b^/    yOOU^^^    ^O    ^^bX^    ««OloK^/    ^9    l^^i^    .jLlAdvO 

|>1^^^J^  Ki^N^  oiJ^jl  óò^  Jt-^^:^  |n»oìN  ^va|;  |)^9j  ^i^w^v-dODo 
JK  I  »  ^^  ^,^  1^  Ji^^-^'t-'  jl;  ^Ji  ^v  ^;^oo^  wb^a.^9  "^  |9igni  ^o 


♦T  309^ 


C3f 


1.  T  ttjo.—  2.  T  U»o»o  OOI  1;^099  001.  —  3.  T  hic  locus  albus.  —  4.  T  WW  u::3i.  —  5.  ToOMtA^o 
sic.  —  6.  T  lfr»;aoo.  -  7.  T  »oU»  C-  —  8.  T  desunt 


vous  avez  la  lumière  de  la  raison,  dans  la  sagesse  divine^  de  peur  qne  les  ténè^ 
bres  de  Verreur  et  de  Vignorance  ne  vous  surprennent  '. 

Gette  intelligence  raisonnable  et  éclairée,  qui  est  Timage  de  son  Gréa- 
teur,  a  eu  le  privilège  d'habiter  en  deux  endroits  :  une  partie  habite  sur  cette 
terre,  où  elle  est  revétue  de  la  robe  corporelle,  et  où  elle  se  conduit  dans 
le  bercail  de  chair;  et  Tautre  partie  a  eu  le  privilège  de  marcher  là-haut  dans 
la  plaine  fluide  de  Tair  (oióp)  :  ce  sont  tous  les  étres  (TayjAa)  spirituels. 

Mais  comme  notre  parole  a  pour  objet  Tintelligence  qui  est  en  nous, 
Yoyons  eomment  elle  est  en  nous  et  quel  est  son  siège.  Les  philosophes 
grecs  se  trompèrent  tellement  qu'ils  lui  attribuèrent  méme  le  nom  de  di- 
vinité.  Son  principe  et  sa  raison  d'étre,  c'est  Tàme  qui  est  liée  en  nous  et 
qui  a  trois  facultés  intellectuelles,  à  savoir  :  l'esprit  {mens)j  le  sens  (interne) 
et  la  pensée.  De  ces  trois  facultés  en  naissent  *  trois  autres  qui  sont  :  le  désir,  •  t  309»». 
la  colere  et  la  volonté.  L'intelligence  est  au-dessus  de  toutes  ces  facultés, 
comme  un  cocher  (i^vtoj^o?)  sagace  et  un  pilote  (xuSepvYiTn?)  habile,  dont  le  re- 

1.  Jean,  xii,  35. 

Digitized  by  VjOOQIC 


*  T  310' 

*  C  31''. 


342  BARHADBSABBA    ARBAYA.  [28: 

)o^  ^^..^lA^  jlt  ^l  :)bt:M  jLiLSj;  )o^  ou^^y^^■^\  jK-ibjKjM,.^  JK-^i^oi^ 
^«o«^  .yo^jLi  lio^ft  'jioK-#K  ,>\o  |ft-JL^  oi^  Jl/  ^nc^  )o^  *a^M 
{Kioeo  «^^^j-M  ^)LjilaI9  jLjial^  otf  \  n  m\  ^Jito-xm  |lt^/  JKjlm  ooJl 

J%  >  \  li  i9fc  \  M  oiJ^  ^jLji  li^eu  M>Ka8^»v>">  I^^ìù  y^l  ^jOtlouX -wnm 
^  :|oC^  ^^^-^^!!  |K  Vi^^M  :|K^  )l£jdo  |K^jl^;;m  «s2!k^  ogLM  t^Aio 

^«oioK^/  JK,3.i^f  I^^^^Moft;    "^i^c^  sd{)  :  Jlof ri\  <n\o  jK^iJS  :f 


1.  T  t'O'^o^^^^o.  —  2.  T  |to»AAi».  —  3.  T  decst.  —  4.  T  ^»^-  —  5.  T  *«»*2:«»oN  ^oitasftausaa.  — 
6.  T  hic  locus  albus.  —  7.  T  <a2o- 


gard  plonge  dans  le  lointain  et  écarte  sa  barque  chargée  de  ces  trésors,  des 
écueils  de  Terreur  et  des  tempétes  de  Tignorance  ;  par  les  premières  facuUés 
intellectuelles ,  elle  épure  les  forces  cognitives  de  Tàme,  pour  qu'elles  ne 
prennent  pas  une  chose  pour  une  autre,  mais  pour  qu'elles  saìsissent  la 
vérité  et  la  certitude  des  objets;  par  Tautre  partie  pratique,  elle  purifie  Ics 
forces  animales  de  l'àme,  elle  les  predispose  de  ielle  sorte  qu'elles  ne  se  com- 
portent  pas  inutilement  mais  que  leurs  mouvements  soient  conformes  à 
Tequile  et  à  la  convenance. 

Mais,  comme  les  facultés  sur  lesquelles  elle  domine,  soni  diverscs  et  dif- 
férentes  entre  elles,  pour  ne  pas  faire  naufrage  à  cause  de  leur  diversité  et 
pour  ne  pas  perir  à  cause  de  leurs  contrastes,  Tintelligence  procura,  comme 
le  nageur  sur  les  flots  de  la  mer,  en  guise  d'outre  et  de  barque,  le  navire 
neuf  du  raisonnement,  afin  que  par  lui  elle  pùt  marcher  sans  crainte  sur  la 
surface  du  monde,  et  qu'en  fait  de  perles  et  de  pierres  précieuses,  elle  en 
*  T  310'.  ti  rat  la  sagesse  de  la  crainte  de  Dieu,  *  qui  s'acquiert  par  une  connaissanco 
droite. 

Et,  comme  tout  ce  que  renferme  la  science  se  partage  en  deux  part5, 
à   savoir  la  théorie  et  la  pratique,  il  faut  savoir  que  la  perfection  de  la 


Digitized  by 


Google 


T  SIO»*. 


[29]  CAUSE  DE  LA  FONDATION  DES  ÉCOLES.  343 

s^aiQh^^l  ^9  Jiofo  \   fl>}  .U^Soi  yocC^  yooiK^^^t  IJLKJ^  ^lloidt^:» 

<»|K^9    liotKdb^   0|,i!S,V>QJ 

*  Itoi^  ^  %i<S  ^i»  JKn  \j  Vi  [lo  \  il  \  V»  K^^:^^!/  Jtoi  ^^^  illotoXflDto 
V^ib.^/  il,%iSk  if  oilajLào  ^  1^^  ^^^nAj  «11-4^  jL^^oQji  ^  JJn  nN  vi  fi  rt> 
tv^oi^K.^/}  ^#^/  v^o^ot  II&sJ^  |i^<H^  sso^hs^l  liojK^^o^t  0|^,V>QJ 

^*^^  ^i„  fi  n  i  IP  Itoi  "''^i.^j^eo  .òul^l  |Kb^f-«  Jl  ^^-^"^^^T  ^«01  jiò^^i^ 

^^  •  *  ♦. 

lltVA    ssOloh^l^    m^k.^9    V^iH^OÓl  JlcL^^t  ^^  ItVA  ^i^iì»  0^9   iJloL^^^» 

JLo^  i^»«ov^9  ViH^o*oi  :|iad^  V^  ^*-^!  ^1^^  ^#^JI  ^jii^^fJ^ooo  *  * 
<>|\riVii\  ^MdiOiUt  otloift\vì  Jnnim  JK\-2S;,v»  JK-o^J.  ^"^^  :^^$b^.MM  Jl 

1.  T  KaiSMftM.  —  2.  T  *a*fti»  UaoAM 3.  T  tt^.  —  4.  T  i^ftifio^o»*»  ,•*  ftio»  Ko«&«mv  —  5.  T  de- 

sunl.  —  6.  T  Ù>;*  |6ua::*»fio.  —  7.  T  Uf*fi^  ot- 


théorie  consiste  à  saisir  et  à  comprendre  exactement  tous  les  étres,  et  que  la 
perfection  de  la  pratique,  c'est  Texcellence  des  biens  (les  bonnes  actions). 

Et  comme  la  théorie  et  la  pratique  ont  chaòune  son  oppose,   comme 
Tombre  a  pour  oppose  le  corps,  et  Taccident  la  substance,  c'est-à-dire  comme 

>  complément  de  la  théorie  et  de  la  substance,  la  nécessité  du  raisonnement 
s'imposa  comme  moyen,  pour  nous  aider  à  distinguer  cette  opposition  de 
la  complète  perfection  de  chacune  des  facultés  de  l'Ame.  En  eflfet,  si  le  com- 
plément parfait  de  la  théorie  est  la  connaissance  exacte  de  toutes  choses 
existantes,  il  est  clair  qu'elle  a  Tignorance  pour  oppose.  Aussi  avons-nous 

io  besoin  du  raisonnement  pour  distinguer  la  vérité  du  mensonge;  car  ce  qui 
se  révèle  comme  étant  vrai,  nous  le  saisissons  par  une  conviction  saine  qui 
est  basée  sur  la  connaissance  des  choses;  et  ce  qui  est  reconnu  faux  par  le 
témoignage  d'arguments  véridiques,  nous  Tabandonnons  comme  contraire  à 
la  vérité.  Il  est  donc  évident  que  sans  la  raison,  il  ne  peut  étre  distingue 

15    et  connu  convenablement  par  ceux*  quijugent  humainement  les  objets.  Car  *T31o\ 
celui  qui  ne  parie  pas  par  l'Esprit  de  Dieu,  sa  doctrine,  pour  étre  crue  par 
les  auditeurs,  a  besoin  de  preuves  basées  sur  la  raison. 

Digitized  by  VjOOQIC 


e  32 


3^i4  BAUIJADBSABBA    ARBAYA.  [30]   I 

wOi  )K  >  ^  ^  6».ii^w^oaA»  oQnl  :)lo9aXflD;  Uv^|  )Ki^  ^#oi<d  ^l  s^ol  jUdoi  I 

fjtfC^I  ^y00iS>3^  )l>^.>o  fh  Jia\,>N>Pf  ^'jokOdl  yox^fof  '"^^nVì  )jo«^ 
Lp  ^^^^«301  |J;  .^Jbj^i  ootf  1*1^^1  l.^u^i^l  ^'^^.jL^  oì-^o  .JIK^K^  )1^'''-^>»i-^;  Iik^oi 

B  ^.poud  :q-^.ì..>>  J1;o  ]La^,j>  l^po  ÌJ<34!  oilaK^òòoo  odoji^o^t^  ^^  oò%  food 

^  T  :ì\ì\  ^^^""^^f  U<^\a^  ^^^.^.ajo     ^^)|Jo  loQOJ.  o^M  ^t  1^^-^^  ^^^l  ^  ì^>^  K^t 

|iJlo    0|^-a.-3Q.JU^9    y,^l    Jk^j  iJ^    !  0|l0f,^9    ^^^OA    Ooi    fo^i^O    iJloK^/    s«0| 

m  ^\^ao  :|jQ^^o  Jl  ';  »  -^  ói^Kso  Jlnvì<>i  ^  |;oiS>  JfO.^^  ou^Ll  oilofj^j 
:|K^iJL^^  IK^f^b^f  m^Lo|o  :)lQj|:a>Vì  ->o    J.:xi^gD|^  ó^i3o  :|^t/o  Imì,^ 

L  T  IjIc  Iocus  aibus,  -  2.  T  li4a*^-  ^  3.  T  ileest.  —  4.  T  U «  jtai»of ,  _    o.  T  "^-sw-  -^  «,  T  deesl. 


11  f^ii  est  de  m<>me  de  cette  seconde  partie,  qui  est  la  pratique.  Car  sì  sa 
perfectioii  consiste  dans  1*^  choix  des  bomies  actions,  eomme  oous  Tavons 
montré,  il  est  clair  que  lo  contrairo  du  bien^  c'est  le  mah  Or,  dans  celle 
parile  aussi,  nons  avons  besoin  dn  raisoimenient,  poiir  distingiier  le  bien 
du  mal,  de  peur  qu'en  poursuivant  Ir  bien,  iiuub  uc  choìsissioiis,  sans  le 
savoir,  le  mal  et  irabandonnions  le  bien.  Personne,  en  efTet,  n'exalte,  de 
propos  deliberò,  le  mal  et  ne  blAme  le  bion.  Or  ce  qui  est  montré  par  cet  art 
conime  bien,  est  véritaljlement  un  bien;  et  ce  qui  est  uiuntré  comnie  mal,  il 
faut  nécessairemcnt  qu'il  soit  réelleraent  maU 

Par  cet  admirable  instrnment  (^pyxv^vj  du  raisonnemenl,  rintelligence 
dessine  toutes  les  augustes  images  de  la  science  ccrtaine;  elle  erige  (fail) 
une  glorieuse  statue  (àv^Jc^i^i  d'après  le  type  originai.  Or  pour  que  la  tliéorie 
et  le  raisonnement  de  rintelligence  ne  demeurent  pas  inaetifs  et  sana  utilité 
♦  T  31 1-.  —  car  elle  uavait  pas  d'alphabet  poui'  construire  des  noms  et  épeler,  '  pour 
s'instruire  sur  cette  essence  (divine)  et  nianifester  la  puissance  de  celte  ma- 
jesté  —  il  a  fallu  pour  Texercice  de  ses  faeultés  el  comnie  signe  de  sa  liberto, 
que  son  Créateur  lìt  cette  corporéité,  qu'ij  Tornàt  de  forces  et  de  couleurs, 
la  divisàt  en  genres  et  en  espèces,  la  distinguAt  par  des  ligures  [a/r,uia}  et 


Digitized  by 


Google 


♦  e  33V 


311'' 


[31]  CAUSE  DE  LA  FONDATION  DES  ÉCOLES.  345 

J    .ifliN    ^^^J^f    y^h    .jL^tJ!    U^^BLà     K.i^9     ^l-^y^^t    j^^O^    jLlOid    ÒpOLtt    "^à/q 

"«^  yOOUL^oo  :|tiAJ  vooildt  lYtj.iiKv»  JjAao^ yoc^o  o^  OLd90  oKo  yof^ 

^Kaòo  tlleiy^i  jUi^n  oiJ4^  ^imi  "^o^^o  JoUL^i  ^^cto^ftoà  ^^  jLioiKjo 

<»J^  Iv:m  OÓI9  ^Jmi\nri->o  l^dojLd 
lo^t  i  r.  ^  %  .^  ^^.^J^;  IK^tojb  |ju)^Joo  jlt  jh<^i  IKjlm^  ^  ^ 

9^  :^^Aoi;  |p09  l-Libb^  ^  3/;  oaA^^^;  ciK^b.xflD  ^a^  :)^/;  oi^  Ìol^ 
JLMiJb^  f.^eo;  ^^9  9|/;  |K..Mb^9  |K.^^AA  òòo  vOmN^m  U^^oji  ^ooi^  K^/ 
yii  >\n  Jl.  >  .ili  ■:>  ^>^!  «V^^^/!  y^l  UdVooo  JLiVXo^  jfliS;  .^i^  JfiwivN 

1.  T  deest  —  2.  T  »^a^^  U^^-  -  3.  T  W^^c  -^  4,  T  Iilc  locus  albus  —  5.  T  deest  —  6.  T 
\xs^  ^oi«  ÌMOf —  7.  T  ^• 


des  opérations,  lui  accordai  des  propriétés  individuelles,  et  la  plagàt  dans  ce 
vaste  intervalle  qui  est  entre  le  ciel  et  la  terre.  Il  a  dispose  et  écrit,  pour 
ainsi  dire,  sur  un  tableau,  tous  les  corps  visibles,  afin  que  Tintelligence  y 
lise,  (et)  puisse  connaitre  par  eux  Tauteur  de  cet  enseignement  —  comme  dit 
Paul  :  Ih  demandent  Dieu  et  le  cherchent,  et  e' est  dans  ses  ceuvres  qu'ils  le  trou- 
vent,  —  afin  qu'il  possedè  des  biens  excellents,  jouisse  de  ses  beautés  admi- 
rables  et  mette  sur  sa  téte  une  couronne  de  joie,  ornée  des  beautés  et  des 
louanges  de  ce  Maitre  excellent. 

Les  nobles  créatures,  qui  sont  invisibles,  habitent  les  espaces  supérieurs 
et  les  vastes  régions  du  firmament  :  Cet  homme  Gabriel,  dit  Daniel,  que  j'avais 
vu  en  vision  auparavant,  vola  promptement  et  deseendit  du  ciel  * .  Notre-Seigneur 
dit  aux  Juifs  :  Désormais  *  vous  verrez  les  cieux  ouverts,  et  les  anges  de  Dieu  *  T  stt»». 
monter  et  descendre  vers  le  Fils  de  Vhomme  ^.  L'échelle  de  Jacob  aussi  démontre 
Texistence  des  anges,  qui  ont  le  pouvoir  de  cultiver  cette  plaine  immense 
de  Fair,  depuis  le  haut  jusqu'au  bas,  en  y  opérant  des  changements  utiles  et 
fortifiants  :  lls  sont  puissants  en  force,  est-il  dit,  et  accomplissent  ses  ordres,  et 
sont  ses  ministres  qui  exécutent  sa  volonté^. 

1.  Daniel,  ix,  21.  —  2.  Jean,  i,  51.  —  3.  Ps.  cui,  20. 

Digitized  by  VjOOQIC 


*  e  MK 


*  T  312*. 


C  3'i\ 


340  BARHADBSABBA    AHHAYA.  [12] 

JI^mI  )a^  ij|  :  oiloo3^9  (.^OLA  6i.»C^^  ^o-^do  :oila^d90  ot^e^i  y°^^^  àiV^i^ 
I  ^ -SA  fc X   .^.oaj,    JL^^  oi^  vdouo  *ya:L^  ^aa^y^;  .^otaJLdo  yoKj/  ^#ni^f 

aM^^|3^..^€^  K.^  ^f^^o  .[.«"Siv  )a^>0.>  ^  ^^J>^f  fld^^^SO  ),0€U  yOOÒ^^^ 
0|^    K  -*    2»    «.«0|oK.-^|    f^-D    :|    ^  Vl.iN     I^^À^f    £^.di^^l     |.,.^Of    |,3Q^    cól    OlS'ì^ 

""^.^  ^QOoo  :)a3K^  JJo  jjfOJ  ')U/  oo(^  ^^^^o  rf^^^uiì  K«u»Ìj  ÌJV^ 
^■tOKL^f  ^o^  jLi^booo  t"^^  Jlo  ;)fOM  <^s^!  1^1^  ^^^!  y^l  ^H'Win  ^^ 
9wà9  :^|  >  ^i  >;  ^^^..^^.^do  Ji  tj  i  JL^o^y^  l^jLbo;  yooòo  i^^^^o  Jju«oi 
;  i^^do^f  jloy  tiffì  ">o  :)«okiidf  M^tcì^X^Sai  so  JU^o^i  I4^i-^  oixa^m  1?^^^^^ 
^  oi*fL3b...^oo   ^^ooi^  ynrc\\»  )oou  JJi  :  Jy:ia.,J^s.^   ^^«oicL^ff  |Ioj^-^n^v>  >f  ftoi 


*  T  ai2r 


Mais,  alln  quo  cf»ltc  antro  partio  infoi  ieure  no  s'attristo  pas  et  n'eiivie  pas 
la  gioire  do  la  partie  supérìoure^  sa  ciunpague,  Dieu  riionora  du  noni  de 
son  imagf  el  de  sa  ressemblaiice,  rt  lui  accorda  le  nom  de  sa  divinité  :  J'ai 
dit,  es(-il  ocrit  :  rous  étes  dieitx  et  nms  étes  tous  enfanls  du  Trh41ant\  11  lui 
donna  (à  rhomme)  la  force  de  monter  au  ciel  et  aux  voiltes  ólevées;  o\  là 
comnie  dans  le  palais  (7:a*A«3tTiov)  du  royaume  et  daiis  los  vesliLules  (tjiVmvo?! 
célestes,  il  parcourt  tous  les  chemins  et  les  rues  (TCAXTeia)  vaste.s,  qui  sout  au- 
dessus  des  cieux  supérieurs.  Parfois,  pour  se  réerrer,  il  descend  dans  le 
spaeieux  intervalle  du  Oruianienl  et  du  ciel,  conimi*  s'il  était  l<mt  seni  dans 
un  palais  royal.  Il  s^élauce  de  là,  lorsqu'il  le  veut,  vers  eet  endroit  terreslre, 
qui  est  au-dessous  du  firmameut.  Il  volc  dans  cette  région  de  feu,  *  sans  se 
brùler;  il  marche  au-dessus  des  étoiles,  comme  sur  les  pierres  dans  un 
fleuve,  sans  faire  naufrago.  Il  s'épanche,  avec  un  amour  véritable,  daiis  le 
sein  de  ses  frères  spiritnels  et  tous  les  clio^urs  des  anges.  El  comme  de 
temps  eu  temps  il  fix**  li*  regard  de  sa  pensée  sur  le  cours  du  soleil,  et  sur 
les  pliases  d*^  la  lunr  tH  la  tli(5orie  des  astres,  il  li*  fait  par  le  moyen  de  ses 
frères  (les  anges),  do  pour  qu'il  uo  lour  porte  envie,  et  qu'il   ne  s'ainiiblisse 


1.  Ps,   LXXXU^  0. 


Digitized  by 


Google 


•  e  34''. 


[33]  CAUSE  DE  LA  FONDATIOX  DES  ÉCOLES.  347 

^*;  ^jLbJS^^/o  >ya\  ^li  |K..^^^3  ^  ""^^^^  oi^xol  Uv^l  oo^  tyCiv^^ 

Il  H  \  ^  ^  :|  i  mV  oi\^»  JLioid  tjt'ìii»  Jbeu^^  :|nVKì\">o  ^^^^^9/  J,aoov.a 
%  Hi  i  ,>i^,jf  ^J  \'  >;  :JI  ,ii\  n  jLgL^oiN  i  ^>o  JK ■  >i^  9ii  ^  :Jlo  w  >i  oiN^» 
%d/  ^9  It-^M^-s/  :oi»^.i^90  rfS  vjo  :oiK,m,ì,m\  y/o  lou^oK^  yj  r^^oi^    ''T312' 

0190X0  :^^ou09  |,O0t^  jLlfi^Q^  ooj^  Jl  viftX;  1-2^     )>H^  ^^!  ^!  ^^^^^ 

òiod/o  ooi  m^99  oói  :oi^9  ^0  ^^iifijo  ^|.^i^0|^  i^-^!  ^  lioto  ^^aiQ^li 

KxLfiJ  |90|  "^À  tjlntffliift^fcs,^   JI9    jolS^  .^^uJk^  ^^00/9    jLlOI  :|JI,€L^^99 

1.  T  uo»oj»|a  ^;a«&av  —  2.  T  1*^^^/ 3.  T  deest.  —  4.  T  Uà»  /*N-  —  5.  T  OMoaaik 6.  T  >^^«ao. 

—  7.  T  b^fi'  —  8.  T  ^lo- 


dans  roccupation  corporelle;  son  Seigneur  lui  donne  de  temps  à  autre  un 
pouvoir  sur  ces  astres,  pour  qu'ils  marchent  selon  son  ordre,  comme  nous  le 
voyons  par  Josué,  fils  de  Nun,  qui  arréta  Fun  sur  Gabaon,  et  Tautre  dans  la 
vallèe  d'Ayalon*.  Isaìe  à  son  tour  lui  intima  Tordre  et  il  retrograda  de  dix 
degrés  en  arrière^,  et  ainsi  il  apprit  à  ses  somblables  que  les  astres  sont  des 
créatures  et  non  des  créateurs. 

Bref,  pour  tout  dire,  Dieu  donna  à  Tliomme,  pour  son  instruction,  un  pou- 
voir sur  tout  ce  qui  existe,  en  haut  aussi  bien  qu'en  bas,  sur  la  mer  et  sur 
le  continent,  sur  les  poissons  et  sur  les  reptiles,  sur  les  quadrupèdes  et  sur 
tout  animai,  sur  les  oiseaux  et  sur  tout  volatile  rapide.  Il  s'en  sert,  à  volonté, 

soit  pour  sa  nourriture,  soit  pour  son  usage,  soit  pour  son  plaisir,  aussi  ♦  T  312»-. 
bien  que  pour  son  vétement. 

Mais  rintelligence  ayant  agi  contre  la  première  instruction  qu'elle  avait 
regue,  ayant  aveuglé  Tceil  de  son  discernement  sans  compreudre  la  raison, 
et  ayant  écouté  les  paroles  du  séducteur,  son  ancien  frère,  qui  pécha  le  pre- 
mier et  déchut  de  sa  dignité,  celui  qui  est  menteur  et  le  pére  du  mensonge, 
lui  qui  a  toujours  soin  des  fils  de  la  désobéissance,  en  conséquence  cette 
sentence  (aTró^adi?)  fut  portée  contre  lui  :  Vous  étes  poussière  et  vous  retournerez 

1.  Josué,  X,  12.  —  2.  II  R0Ì8,  XX,  11. 

PATR.  OR.  —  T.  IV.  24^  j 

Digitized  by  VjOOQIC 


*  e  35". 
T  313- 


348  BARHADBèABBA    ARBAYA.  [34 

xo^.jLo^;  juaLflft^  ^ ^^lOdlio  :^QdoiL  |va^^^  Kj/  Iv^^;  tvmnin^?»/  ^«oio^ 
oilS^  |ooi  I  iftv>  Jl  y^((P  |9fc\r,oi^  Jl/  .ouM  Jb  Jl  ^jLia^icuo  jiojv^  ^9 

''^^^  yfi\  *ìfo  liodkX^  yo^^wdj  i^c^}}  totiftSo  A  |oi!S^  oi^^jo»/  x^oiLo\ 

Jiotoj  |ooio  IfOtoj  ^aS^  |oou9  :v^/  "^r^l  i^-i*^^  jL^-^  ^^oio^i^;     |Lj»f>oftv» 

IfOi  ^00  .t-A^J^^^^  ^^ÉiC^f  ^ò  ^0  «^.i2^9  ""^^do  :|ooi  ^f^l  ^o  :JoQi! 
JV-d  yOOJ^  ^l   001   :)LiOO^  JL«/   I^K^k^O  |jLAd  )Lio6^9   ooi9    :K^JK.Jk^   ov 

V:^/;  ^/  tvootiOt  Vv  JK^joi  a;yvd  J\^,^a>  JLa^  K^Jjuuld  ypo{^^  Jtc^^:^ 
JLm;   Jl  fi  ^  O^djbo  v?o6o  o^^i  :|*tAJi  WOA&9  K.«ooi  |v^  ^^   :^oau»/  lo^ 


1.  T  "^^ato.  —  2.  T  >iS^a*v 


en  poussière  et  vons  mangerez  Vherbe  des  champs  * .  Ccpcndant  il  ne  le  priva  pas 
d'instniction  et  d*enseignement.  Mais,  par  de  nombreuses  vicissitudes,  il  se 
faisait  connaitre  à  lui,  de  peùr  qu'une  fois  délaissé,  il  ne  périt  complètement 
et  ne  devtnt  un  vase  de  perdition. 

Mais  c'est  aux  puissances  spirituelles  plus  anciennes  dans  Tordre  de  la 
création  et  plus  nobles  par  nature,  qu'il  fit  part  de  sa  science,  afin  qu\*lle5 
ne  tombassent  pas  dans  Terreur  et  qu'ellcs  ne  pensassent  pas  d'elles-mémt^s 
de  grandes  choses.  Il  écrivit  dono  aux  anges  avee  le  doigt  do  sa  puissance 
créatrice  un  rouleau  de  lumière  intangible,  et  à  voix  haute  II  le  lut  devant  enx 
en  disant  :  Que  la  lumière  soit,  et  la  lumière  fui  '.  Et  comme  ils  étaient  dom'^s 
'  T  313-.  *  d'une  mentalité  intelligente,  ils  comprirent  aussitót  que  tout  ce  qui  s<*  fail 
est  fait  par  un  autre,  et  que  celui  à  qui  un  ordre  est  intime,  il  le  re^oit 
de  Celui  qui  possedè  le  commandement.  Et  de  là  ils  surent  d'uno  manière 
certaine  que  celui  qui  donna  Tètre  à  cette  nature  excellente,  c'est  lui  qui 
les  créa,  eux  aussi.  C'est  pourquoi,  tous,  d'une  voix  unanime  et  haute,  rea- 
dirent  gràces  à  leur  Créateur,  comme  il  est  écrit  dans  Job  :  Lorsque  je  errai 
les  astres  du  matÌ7i,  tous  mes  anges  chantèrent  d'une  vaia:  haute  et  me  glori- 
fièrent\ 

1.  Gen.,  Ili»  18,  19.  —  2.  Ih.,  i.  3.  —  3.  Job,  xxxviil,  7. 

Digitized  by  VjOOQIC 


[35]  CAUSK  DE  LA  FONDATIOX  DES  ÉCOLES.  349 

JK^JLiLd  lisi/  jL^^i^^  oò^  yi  b\  nv>f  tKd  ^9  :|f^b^  h^l  ^9  )Lip/o 
vooiid  lu^u;  Jqh^Sla  ^jOtiv»  ^n  ^^v>o  :|9|.^  ^oì.a  ^«i9ifiV>  :^o^  JLi*io 
%fiu^  yoj/  wui/t   9Kd  ^  **'i-^^  jL^eoK.^  |i9fc\v>  001  ^l  jjidoi  :%A9;Kjo 
yo\*>Kmi}  ;yOQ|,^.v»|,iì    ^^ou*fOo  Jl^^a^ì;  oulaoÌ;  jLdt  |vii.^  oiJidt  ^i-^oi  :K.a^   #  e  35'. 
'''^.^^oo  «oUrf^  y\v>tv>  vooj^  9-Ald;  y^lo  :^y00^bd9  JLo^^d  ^èOhoÌS^I  0^01; 
yoj/  %fiL^  iJbooQ^  JKjLd  ;|t5i\o>  ^ii\^nv>  Km»)LXao  :v^/  jb^j  ^«ftiV,»^; 

^^9  :^|KAJ^).^Jk^O   |i^<^i9-d  v^O^  /^^/  ^^f#Ot  ^00  «jliLlV^;    OULAoKd    |XV^/ 

)Li0^i  ^QA  ^oi^  yO^^Mo  I  Sii  ni  yOig?i\  ,iOt^  ^l  yCLaKAJ  ^f.:»  JiSi/ 
^09  jLia^^o^  K.A^9  fi«ib^9  JKa^  l-ioi^  yoj/  ^aj^jt  ^'^jki/o  .^^j);  Jj^aa^^^eo 


T  aia»». 


G36V 


1.  T  deest.  —  2.  T  ^^o^3  lb^>o%'  —  3.  T  ^»*o».  —  4.  T  iOui2*M.fioo  iftuv^.  _-  5.  T  hlc  locus  albus. 


Et  de  méme  que  nous  avons  une  habitude,  qui  consiste  en  ceci  :  après 
avoir  lu  devant  l'enfant  les  lettres  simples  et  les  lui  avoir  fait  répéter,  nous 
les  joignons  Tune  à  Tautre  et  nous  en  construisons  des  noms,  afin  qu'il  les 
épelle  et  sy  exerce,  ainsi  fit  ce  Maitre  éternel.  Après  avoir  répété  aux 
anges  l'alphabet,  il  en  forma  un  grand  nom,  celui  de  rachèvement  du  fir- 
mament,  et  il  le  lut  devant  eux,  pour  qu'ils  comprissent  qu'il  est  le  Créateur 
de  tout,  et  que  tout  accomplit  sa  volonté,  corame  il  Tordonne.  Or  les  anges 
étant  d'un  esprit  pénétrant  et  s'inculquant  bien  vite  Fenseignement,  Dieu 
leur  apprit  en  six  jours  tout  l'ensemble  de  la*  science  certaine,  tantót  par  le 
rassemblement  des  eaux  et  la  production  des  arbres,  tantót  par  la  formation 
des  reptiles  *  et  la  création  des  animaux,  tantót  par  la  division  des  astres  et  *  t  aia»*. 
la  création  des  oiseaux,  jusqu'à  ce  qu'il  leur  eut  rais  entre  les  mains  le  nom- 
bre  dix.  Enfin  en  formant  Thomme,  il  leur  donna  la  dernière  legon.  Alors 
il  leur  remit  les  créatures  visibles,  comme  autant  de  lettres  pour  les  écrire, 
d'après  leurs  évolutions  continuelles,  et  pour  y  épeler  le  nom  du  Créateur  et 
de  rOrganisateur  de  tonte  chose.  Il  les  laissa  dans  les  rógìons  où  ils  peu- 
vent  jouir  beaucoup  plus  que  dans  cette  maison  spacieuse  de  Técole  de  la 
terre.  11  leur  fournit,  pour  jouir  sans  cesse  et  pour  ne  pas  demeurer  oisifs, 


Digitized  by 


Google 


*  T  314'. 


*  G  36^ 


350  BARHADBéABBA    ARBAYA.  [36] 

JKN^flfi"»»  y^lo  .ijli  JK^ji  |K:b^.ad  K-^^v»  Itoi  oiS.a^  ^oado^  ^^qp; 
:|lo9^M  io  ^\  iV>  vooj^  oouo  .l^ijì  vqK.^mJo  |i>v>ì  i^  ^^0.0.001  K^jLAo 

yO-l/     JL«09     ^Q^    yOO^^     t^^fìOoNnftf    oj^^^    l^  y^l    l\lf^9     |KtMiK^ 

loftN  Jb^iiGLÌk  U.o^  IvAJt  )^j  Jlo  :^  vf^UM  ^^  vj^^!  ^?  ""^"^^ 
JL190  •*|.dfto  |joid  |ooi  V  II  VI  ^f  Jl  VI  m\  ^«ou^o  :oC^  n^  .^7?  Ìoìj£^ 
&^l  y^l  :|9a^j  ^^cna^/f  Jv£Ljb  3/  ^9  ^OjCCu*  :|Kd96;  oukfij  "^ 
IV^Od  JLi/  Kj^Ì/o  :UoV:^9  ^jLioi  1-^fl^j  ^^^^i/  ^>Q^  )Luo  ""^^^c^  :a^att^ 
:J*ii>fiii\  jLX^o  ;)!,#■>» vi\  jLiJbCbwb^i^o  )Lrt^\  JLl^^;  jLi/  i^-aJ^J^Jo  r'^odo^; 
♦^<  ^i  JK ytn  lio^SL^od  Jvìiinii  )Ld9  001  oiKjkji  v^  ;JKfigym>      JLi/  )i^ 

1.  T  3  Uaa^^ 2.  T  |ia»o»o-  —  3.  T  deest.  —  4.  T  Ofi*.Ofii*a. 


3 


un  moyen  bien  supérieur  à  celui  que  pourrait  leur  donner  la  sphère  celeste, 
qui  roule  les  corps  lumineux  * .  Il  les  munit  d'ailes  agiles  afin  de  voler  dans 
les  sept  plaines  fluides  de  l'air  et  de  pouvoir  plus  promptement,  comme  par 
une  échelle,  monter  au  ciel  et  descendre  sur  la  terre.  Il  leur  donna  le  libre 
arbitre,  pour  faire  tout  selon  leur  désir,  et  pour  montrer  à  leur  Seigneur  leur 
benne  volente,  en  nous  servant  :  Tous,  dit  saint  Paul,  soni  des  esprits  destinès 
à  servir,  et  qui  sont  envoyés  pour  exercer  leur  ministère  en  faveur  de  ceux  qui 
doivent  avoir  Vhéritage  de  la  vie^. 
*  T  314-.  Mais,  comme  Tun  d'eux  était  négligent  *  et  ne  voulut  pas  lire  dans  ces 
tablettes  les  noms  qui  y  étaient  écrits  pour  lui,  il  oublia  le  sens  qui  étail 
cache  dans  ce  livre,  pensa  de  gr^ndes  choses  de  lui-méme,  et  porta  cavie  à  U 
gioire  de  son  petit  frère,  comme  les  frères  de  Joseph  qui  le  jalousèrent  : 
a  Pourquoi,  se  disait-il,  est-il  appelé  Timage  du  Créateur?  Pourquoi  suis-je 
assujetti  au  joug  de  son  esclavage,  et  suis-je  soumis,  moi  spirituel  au  corpo- 
rei, puissant  au  faible,  léger  au  pesant,  et  dois-je  m'intéresser  à  des  choses  fri- 
voles?  j>  A  rheure  méme,  le  grand  Sage  le  punit  par  de  rudes  chàtiments. 
Et  dès  qu'il  refusa  de  recevoir  Tinstruction,  il  lui  enleva  son  pouvoir  el  le 
renversa  de  sa  dignité  ;  il  precipita  avec  grande  force  du  ciel  sur  la  terre, 

1.  La  GonslnicUon  grammaticale  de  cotte  phrase  et  de  la  précédente  est  fort  obscure;  il  9em!bk 
qu'il  y  a  une  lacune  de  plusieurs  mots.  J'aì  donne  le  sens  qui  m'a  paru  le  plus  probable.  —  S.  BoiSm  i.  1^ 


Digitized  by 


Google 


[37]  CAUSE  DE  LA  FONDATION  DES  ÉCOLES.  351 

|ljo^  :^).dqjL«  JLi^  JLio6^  Jl^iJI   |«iV>i  ^  jbi  JUm^  oi^^>>o  *^^^!  ^ 
<>Jlftimii9i^ts^o  Jl;  JLjlSls  ^ft.»Kv>  ^.^/o  .U\^^  |K.i^ 

^^OlCUb^Ss^O   ^i^bJ^CUi,^   ..#OtCkaO|jO    K^fjU^/o   .oj^t    ^JlUUO^aJ»    yOj/    f  ^\o^ 
•     ^^;    i^^    V^OJ^   OOUO  :Ì^qUJ»    Jb^J^^    yOj/    ^^^^  *^    y  >VÌÌV»    yO^V 

JLdop  yoouMo  .^oilopo  ^op  ^90U  '  K^fjUb^/9  :|^*:^  ^000^00  Jii^nV)  ""  ^  ^^' 

^dj    ^^J   »  4  OJ^mV)  ItO-l   ^i^Ap^d;    |K.«oj!^   JKtuli    y.,<i>tJV>0  ^iJU^9 

^oilS^  vDtj  Jl  S  Mf  ji^on  yoouMo  Jloa^^^o  ^^^!  1 1  ^  "^  <>     ooi  ypogiMo 
Jtil^>«/  >  iini^K.^;  «v^/  ^^*J^  l^jL^  yoou^o  «ouijoad  yyi^cN  ^P^! 

1.  T  hft«-  16^-  —  2.  T  hìc  locus  albus.  —  3.  T  ì^^j-  —  4.  T  Od^ASv  —  5.  T  ll-»-^  Uodoi.  —  6.  T 
deest. 


dans  cettc  maison  de  tcnèbres,  maison  terrestre  ;  et  il  ne  cesse  d'avolr  soin 
des  enfants  de  désobéissance. 

Quant  à  Gabriel  et  à  Michel  avec  leurs  compagnons,  de  ce  qu'ils  s'appli- 
quèrent  à  leur  legon  et  ne  se  lassèrent  pas  de  la  méditation  béatifique,  il 
les  rendit  ses  familiers  et  les  commensaux  de  son  palais.  lls  se  tiennent 
toujours  en  sa  présence  et  se  réjouissent  dans  les  maniiestations  (de  sa 
gioire)  ',  ainsi  que  dit  Daniel  :  Mille  milliers  soni  debout  *  devant  lui,  et  dix  *  ^  ^^^*'- 
mille  miyriades  le  servent^.  Il  les  distribua  en  neuf  choeurs  {riy^ux)  et  leur 
donna  neuf  fonctions.  Et,  quoiqu'ils  aient  tous  une  seule  nature,  cependant 
il  en  fit  des  Séraphins,  qui  signifient  sanctificateurs ',  des  Vigilants,  qui 
veillent  sans  cesse  devant  sa  Majesté;  d'autres,  il  les  fit  des  Chérubins  \  qui 
portent  et  exalte nt  le  tróne  de  Dieu,  attaché  par  des  courroies  de  feu,  et 
dont  il  jaillit  de  temps  en  temps,  sur  tous,  une  lumière  éblouissante  ;  d'autres, 
il  les  rendit  les  princes  des  peuples;  d'autres,  les  dominateurs  des  royaumes; 
à  d'autres  il  a  donne  le  titre  de  Puissances,  polir  pouvoir  exécuter  ses  ordres  ; 
d'autres,  il  les  nomma  des  Anges,  ce  qui  signifie  «  les  envoyés  »  ;  d'autres, 
il  les  honora  du  nom  de  Trónes,  nom  qui  montre  la  grandeur  de  leur  gioire  : 

1.  Quelques  écrivaìns  nestorìens  ont  enseigné  que  les  anges  ne  jouiront  de  la  vue  de  Dieu  qu'après 
Je  jugenient  dernier.  L'auteur  de  ce  traile  enseigné  le  conlraire.  —  2.  Dan.,  vii,  10.  —  3.  L'aulour  fall 
dériver  le  mot  k«;«  de  *«*j.  —  4.  Pao^  signifle  culUvat^ur,  travailleur. 


Digitized  by 


Google 


352  BARHADBèABBA    ARBAYA.  [38] 

yOOjJ^    vD;j    sflDa.99/  ^GLJl   l^t^Jt    «vOoiS^   ^0   yi^ftiiV)   )LO099    y^l^    ^^ 


*  T  315V 

*  C37 


'    :oiLQÙbi  ^mJi#J7  jLij  Juui^o  ói|^9  ^a^/;  ìt-^o  :^^!  l;oi  io^  ^9   JJL|Lf  * 

yOQ|,ii.V»|,lì   V^^/    li^i/;    Im^^    >Jouyi^O   ^{jl    Olt.^^9    ""^^aSOI   OlftOiJk    v^ 

|K.*4i»^  Ql\i\o  :|v^99  Jlfk^..M  ot\i\o  ;Jv^>,a  qi\i\  "^Jouoji  JK-^l^Oi^  Jh^c^ 
JLilt  ""^«.^^J^eo  ^^«oiML^  0,01  o'oi  ^|K^bdi«  jLjLflj^  ^/  ^^l  IviDt  ^^«do  .^jL^^uj 
oiS^/  ^^  :|JU^  |oi.àeLA  vaLdoVJ>  K^J^  |K.SAd  |l  |ioi/  ^Aoi\    ^/ 

Krf^^t  jLiAiod  o^  ^^o  IViAJt  :|o>^  H>.ft>  |j^/  ""^^  ìi^^t  ìi^:»}^e  oji 

1.  T  ^»«»5 —  2.  T  |6^.oo'  —  3.  T  oii^  o3v  —  4.  T  deest.  —  5.  T  hic  locus  albus.  —  6,  T  ^^^9 


et  ceux-ci,  comme  il  parati,  sont  plus  élevés  que  tous;  enfin  à  d'autres  il 
applique  le  nom  d'archanges  («px^'c)  qui  exprime  leur  autorité  sur  tout,  En 
un  mot,  il  n'y  a  personne  parmi  eux  à  qui  il  n'ait  donne  un  degré  quelconqne 
de  gioire,  selon  le  mérite  de  sa  science.  Voilà  comment  Dieu  dirigea  cette 
école  spirituelle. 

♦  T  315-.  *  Venons  maintenant  à  la  nòtre,  et  voyons  comment  il  la  gouverna,  et  de 
quelle  manière  il  se  conduisit  vls-à-vis  d'elle,  et  avee  quelles  lettres  il 
construisit  des  noms,  pour  qu'elle  les  lùt  et  s'y  exergàt. 

Aussitót  dono  qu'il  créa  Adam  et  Ève,  il  fit  passer  devant  eux,  en  ordre 
de  lettres,  tous  les  animaux  et  les  bétes.  Il  l'inspira  invisiblement  afin  quìi 
lui  lùt  à  haute  voix.  Adam  lut  dans  ces  premières  tablettes  des  noms  pour  tous 
les  animaux,  pour  toutes  les  bétes  du  désert  et  les  oiseaux  du  ciel  ;  et  le 
nom  qu'Adam  donna  à  tout  animai  vivant,  fùt  son  nom.  Après  qu'Adam 
eut  bien  répété  ces  lettres  non  écrites,  en  en  formant  des  noms  exacts,  Dieu 
transporta  son  école  dans  le  jardin  d'Eden;  et  là,  il  lui  enseigna  les  com- 
mandements  et  les  lois.  Tout  d'abord,  il  lui  rédigea  un  petit  psaume  sur 
l'arbre  beau  d'aspect,  pour  y  lire  et  y  apprendre  la  différence  entre  le 
bien  et  le  mal.  Et  comme  Dieu  connaissait  sa  faiblesse,  il  le  menala  en  ces 


Digitized  by 


Google 


CAUSI-:  UE  \.\  FOXDATION  DKS  KGOLKS. 


«153 


:oi.  V  yì  H-,\l|    oilck--^-3i-^  foCS^v  oiA  )ooi  ^t-j  '''^i^^oo  JK»  >  ^\   |K^ 


I-IL^I    )lJ0|;    I^M»  ^   ^^lo   :^M.«a^   J;oif    jlol/    ^   )^   U^h    I^G 

t:|.j|-oad   Ìjoi^  u  oìomo    ff^oJt  oou/;   :oi*,.^^    'J^/       7^/^  :oi|.^oa\fe^  j^i 
:oi^   )k-d£s^l|f    )     -i^W^  :o(*,^ii^JI  JjUkJU)  ^oiQ^/  s.90u>«<m;   ^9   ^^^^^^ 
oX  :óud  ^rfCjQ^^ìf    loOoA  )jio   :t.A3Ì/i    ^/   Oi^  )ìU»i   o^ofj/;   :o^      ijt^ 

1»    |li-#|   t^Q^  oko  "^il   ffoC^^  :|la>oj   dU^oi^  jV^  Jlo  :)jV^L^/f   oiIod/ 
il'f~*J  ov-^i  It-^"^/  yOoi^Vl   oiKxi.  ì-do  :^a*i   oift^  7^1  vOPì^^^^^"^^  ji\  ■! 


T  315'' 


'  C  ;j8'' 


lermes  :  Le  jmw  ah  itt  ejfavì'ms  t(Ht'  Jes  Icttn^s  th*  n*s  tahleties,  et  oli  ttt  ninuffenis 
idi  fruit  ile  rei  arhre,  to/t  Iffslntrfear,  ìm  mofirras^.  (^epcntlanl  non  seulement  il 
ne  le  laissa  pas  daus  cette  menacc,  mais  il  lui  pnniiit,  comoie  un  uuiìtre  à  soii 
élòve,  Gt  romme  un  péro  '  à  scs  oiifatits,  qu<',  s'ìl  lisalt  ot  s'il  médilait  vi^ 

Il  commuiidouieut,  et  si,  au  temps  voulu,  il  répétait  les  nums  qn'il  avait  iui> 
Jevaiii  lui,  el  qu'il  niontnìt  toutes  les  lettres  saus  qu'elles  fussent  efFucées, 
il  lui  dnunerait  Tarlire  de  vie,  pour  eu  mauger  et  pour  vivrc  éterncllr  rnent. 

Mais  son  grand   tVere,  voyant  sa  gioire  et  les  taldettes  qui  lui  ùtaient 
écrites,  pensant  que,  s*il  les  Hsait,  comnie  il  en  avait  rei^^u  Tordro,  et  qu'il 

K*    répétàt  les  nonis  rjui  y  élaient  inarqués,  non  seulemeut   il   eonserverait  le 

nom  ilo  riinage  el  de  la  resseniblance  (de  Dieu),  mais  encore  il  recevrait  la 

perfectiou  de  la   nafure,   etjmme  lui   le  séducteur,  et  quo   raiguilloii   de   la 

mort  ne  ic  péiiélrerait   plus,  il  s'en  alla  et  érrivit  d'autres  tablettcs  cou- 

I      Iraires  aux  premi('*r6s.  11  accusa  Dieu  devant  eux,  leur  disant  :  Vons  mounrz, 

Tr,  voits  a-t'On  di( :  cela  n'est  pas  rrai.  Si  vous  mangez  (te  crt  arhre  en  tnihsgressnni 
l'unire  de  ef^lre  Seifpìeur,  vous  serez  eomtne  des  dieu.Vy  eonìuiissant  le  Itìen  ei 
ie  mal',  Gràce  à  ces  paroles,  cet  arbre  plul  à  leursyeux,  eeunme  la  citrouille 


1,  et  Genèse,  11,  \:.  —  'i.  Gf.  Genòse,  111,  'i-à. 


T  .'H5sl 


Digitized  by 


Google 


T  aiH- 


e  30V 


35^t 


RARIlAnnSAHHA     ARRAY  A. 


[40] 


^;   t^  .^f^oS;   OfIoLJI    ^^^l  a  -V^    l^il^  l^j^N^   òto^V^o   :|.^jL#  *^  aa»^» 
Jjtoll  ^^*^,.\o  :).^f)Ld  )..«<a^  |L|^9   I>^  :J.^o^iJì^  ).i^Vy>  coi  )If 


)i-^f  voj/  ^^^lo 


If-^l    vj 


«Jl-^o  ^*  ^qi  icu^f  %«*oi  K^lf   JJaa^l  oqI  ^..acs 


^flft^po  :Kf^c^wd|  Qt|  ^  m\  ^\^  s.<k^fl79  "^^s^-^oo  .)j^Vq.do  M-^;  toilaia^oot 


).ij/  ^'^^^Cd  K^^i^a^  ^^9  ^Q^  oQHf  :fKAJV^  jL^  i|^  ^f  '^^ìi'  "^"^^^ 

<-'JL^.^<^  0*01  JU^  p^.^  ^^  :)ì^^Ad  It^dL^o^Js^ 


Ur«^d  ^m  La^  i^^. 


T  316' 


I 


à  Jonas  V  A  Tinstant  méme  lous  les  deux  brisèrent  ensemble  le  joug,  rom- 
pirent  les  lieiis,  jetèrent  les  lablettes  par  terre  et  elTacèrent  les  lettres  du 
eommandement,  AInrs  le  Maitre  sage  étant  verni,  et  ayant  vu  les  tablettes 
jetées  par  terre,  lettres  elTaeées  et  (Adam  et  Ève)  dépouillés  *  et  niis,  aussilòt 
il  les  punit  romnn^  des  eufants;  il  Ics  lit  sortir  de  eette  rcole  et  les  ciivoya 
à  la  terre,  d'où  ils  étaicnl  formés,  pour  y  travaiUer  et  inanger  jusqu Vi  ve  qu'ils 
rciournassent  a  la  terre,  d'où  ils  avaient  été  tirés. 

11  institiia  eiisuite  line  troìsièriie  école,  eelle  dWhel  et  de  Gain;  il  exigea 
d'eiix»  pulir  prix  de  son  enseignenient,  des  sacrilices  et  des  ivITraodes* 
Mais,  comnie  Gain  se  rendit  seniblable  aii  séducteur,  son  eompagooii,  et  n 
envia  Thonneur  de  son  frère,  auquel  il  porta  un  coup  morteU  de  méme  que 
Satan  avait  lue  Adam,  ainsì  que  le  dìt  Notre^Seigneur  :  lìès  le  rommencement 
il  est  lìomkidf^  ef  ne  demenre  pas  dans  la  rérité  ',  il  le  livra,  luiaussi,  anx  pii- 
nitions  terrihles  de  la  crainle  et  de  la  fraveiir;  il  le  chassa  de  devant  sa  face 
et  lui  dil  :  Qitand  hi  nfltivems  la  terre,  elle  ne  te  dtmncra  plus  de  fruìts,  et  ti 
parce  tjue  tu  as  tue  ton  frere,  je  te  ferai  payer  sept  pour  un  ^  Voyez  comme 
il  honora  Télève  applique,  et  ce  quii  flt  euvers  Télèvo  uisif» 


L  Ut.  JoTìas,  IV,  0,  —  2*  Jeao,  viii,  'iV.       ò.  Cf.  Cìeii.»  iv. 


Digitized  by 


Goog 


[41]  CAUSE  DE  LA  FONDATION  DES  ÉCOLES.  355 

lo^  lift  I  >ft..',v>}  m  K  i,.,>^  iir-Ax  jboA  Jk^^^M  JJaaLfl»/  ool  «-a^^ 
w6i;  Jl  Vi  IP  oiJ^  jooi  %fi  i  91  V»  ^oa^C^  ^  t^nU  |)L^9  jLtdj  wiìOJ  Jì  vi^ 

UV^  ^eu&M  ^  oi^jQji^  I'OiSà  :|oì:^  J^^^^^^!!  U^^^o^  ""^^j^ia  K^JL^ìi5I.mO 

j;o£b.  oiJ^/o  :^)iàa:^  Kjl^  J^a;^  |K^^^  jloa^/  ^*oi  ^  ^  oMid/o   ^^  ""^ 

wmQJ9  :po/o   ^^OIQ^i^    90|.»/o  JioiKdk^O;  ^^flOA  "^^^   K-i^^»  |K.^Mb^9    IKjb^-od 

V-i^)Ld  ^  *  *i  VH  o^  ^9oKjk/o  •  ^01  oV^  |ooi  ^a^ib-Mio  %a^9j  ^"^^^  .X^ 
l^it  :UW!  I^^od^  vooj^  11/  .jljLJVd  "^^.^  Jl^;|l   06^   ^   Il  oilaii.9j 

» yoN ^  ^ i  Jl  I^Wo  jlào^cu/  :|oK^Do  IL^rfi^  •Ut'^ 

•^^^2fiLdK^    ^^/    OlfiL^    ^Olo.y^^;  |K.XAfi^   06^do/o  ZOpOOIQ^  OJLd   iOL^ 

:JuJUdj;  IV-^^^  ot-^b-AUt  ^^..^^^o  >|ii>^nn\9»;  Jl^$JI  oj^^o/  ^Kd  ^o 


1.  T  hic  locus  albus.  —  2.  T  ofii»».  —  3.  T  M^o^  )o«i;d^. 


Il  fìt  ensuite  pour  Noè  une  école  pleine  de  belles  sìgnifications,  portant 
la  marque  de  la  miséricorde.  Cette  école  dura  cent  ans  :  car  tous  les  jours 
il  lui  expliquait  le  sens  de  la  glorieuse  economie  (providence)  '.  *  Et  de  ce  *T3i6''. 
qu'il  travailla  au-dessus  de  sa  force,  et  regut  Tenseignement  de  la  crainte 
de  Dieu  avec  application  et  intelligence,  Dieu  le  sauva  de  la  punition  du 
déluge;  il  le  conserva  pour  étre  un  rejeton  dans  le  monde,  et  pour  renou- 
veler  refligie  (de  Dieu)  effacée.  Il  le  fit  sortir  de  cette  école  maudite  par  le 
navire  qui  portait  le  monde.  Il  Tamena  dans  cette  région  spacieuse,  pleine  de 
toutes  les  beautés  de  la  vertu  ;  il  rendit  de  lui  ce  témoignage  que  Noè  était 
juste  et  plein  d'intégritè  en  son  temps.  Par  récompense  pour  sa  justice,  il  lui 
promit  quii  ne  maudirait  plus  la  terre,  à  cause  de  Thomme;  mais  que  tant 
que  la  terre  durerait,  les  semailles  et  les  moissons,  Tété  et  l'hiver,  le  jour 
et  la  nuit  ne  cesseraient  point  ". 

Il  institua  ensuite  une  autre  école,  au  temps  du  bienheureux  Abraham; 
il  le  fit  sortir  de  sa  patrie  et  de  sa  famille,  et  le  fit  arriver  à  la  plaine  de 
Haran.  Là,  il  lui  enseigna  ce  qui  était  nécessaire.  Ensuite  il  le  fit  parvenir 
à  la  terre  de  la  Palestine.  Et  comme  il  Téprouva  longtemps  et  le  trouva  digne 

1.  C'est-à-dire  :  La  manière  dont  Dieu  juge  à  propos  de  conduire  son  peuple  par  le  ministère 
des  patriarches  et  des  prophètes;  elle  renferme  encore  tout  ce  qui  appartieni  au  règne  de  la  gràce.  — 
2.  Cf.  Genèsc,  viii,  21-22. 


Digitized  by 


Google 


3511 


BAKIIADBSABBA    AUHAYA. 


[Mi 


t:  fto\ 


*  T  :U1\ 


n  'ii>. 


T  :it 


I 


JLm  y^l  o0>^ì|\  oi\  i^flnv>i  o(^  «^foJkji/  oiiofK^^^  ì^^}-^^  .otLo^  liKjyo 
^ooit-^JI  01^  U^t^f  :po|  oci;  ^f  :|^Oajudi  |  -^"^"^  7^|o  iJbsQ^;  oiKa^CD  ^^^^^9 
yOf.A\  io  fUpoj  oiK^Vo/  yOì.^f  oitK^  ^  oiK.1^  i.::jua\o  -^  *  --  "^  t  iAa.v>$ 
^jK  n^  v^\  liei -I Affi-»  oò^Xóo  :)|*^«>  |Ua^  o^  oou  Jfof^Oi^  Jlo^^ijo  |j^f 

ìuu^gp  lo^^  vpjf  ^K^fo  :^9po  ^  ^^^li^ffi^  —  *  ^ ^  ^oj!  ^^^U  ^^ 
K^H^o  rotoli   ^oo  cn^.i..o<^A   ^ào  s^oiobo^    >ci»fiDo  :o^>É^f   )K.^i.j>9  Iao^clS  oì^^-^^o 


"^A-^^  o^oi9  :]ln  ^ì  mff  JK.^^f  jLmo^  ^xi3Ì/   li^C^^  :)U^9o£oo  Jj^oa  o*oi 
N^^^j^oj  |Jo  '"^jkulio  ^vìS  Kaf  ^^^9  :aài^     \^?t!  T^f  ^|-uu;l^  JIìd  yooò^ 


^^ 


1^1 


cu  •%  J^i    |1q^o^.^^o  :^o|JU3laQi^9    flaa&'yoN    oi^^;   ^^^i^^^^oo  *|Ld^ 


5.  T  %^>«i»^. 


1.  GenégCj  xviii,  tu.—  2.  Exod.,  x\,  1'.*. 


Digitized  by 


Google 


^ k- 


de  son  école,  il  accenta  d'entrer  dans  son  iloniicile  et  de  diiier  elicz  luì.  Et  a 
cause  de  ses  vertus,  il  lui  promit  quii  multiplicrait  sa  postérité  lommo  le  sable 
''•  du  rivage  do  la  mor,  et  comm**  les  étoiles  dans  le  ciel  :  *  Jr  couìkiìs  Ahraham. 
dit  le  Seij^meur,  el  je  sais  tjtt'il  a^mmatitfrra  à  sra  cnfanlH  ti  à  sa  m(iis(nt  aprrs 
li(ì\  (tv  f/ftnlrr  lit  totr  tlìi  Srit/netiì\  ptutr  fain*  re  qui  est  jttslf  ci  druit  \  Aussi  lui 
donna-t-il  d'immeascs  ricliesses  et  il  le  couronna  d'une  grande  vieillesse. 

Il  créa  une  grande  école  de  philosophie  parfaite  au  lonips  de  Moise. 
Ayant  fait  sortir  tes  Israelite^  de  TEgypte,  il  les  conduisit  au  mont  Sinaì\ 
où,  ayant  institué  MoTsn  son  admìnistrattMir,  il  versa  sur  lui  de  sa  gioire  et 
de  sa  splendeur.  Son  amour  le  fiL  niOme  desccuilre  elicz  eux  avee  des  troupes 
d'anges,  pour  les  visiter  et  leur  citer,  de  nouveau,  des  ordres  et  des  lois. 
Et  comme  il  Icur  ótait  bien  dillicilo  de  recevoir  des  le^ons  dr  eette  bouchc 
éternelle,  Moìse,  direeteur  de  récole,  sur  l^jur  demando,  re^ut  Tordre  de 
leur  l'aire  parvenir  la  voix  vivifiante  de  Dieu  :  Parkz  nvec  nous  mus-méme, 
lui  dirent-ils,  et  noas  éroìfteroits,  mais  tpte  Dirtt  ttf  parlr  pas  aver  noas,  de  peitr 
qur  tioiis  ite  mouritms  '\  C'est  pourcpioi  Mo'ise  parlait  aveo  Dieii  et  Dieu  lui 
faisait  entendre  sa  voix.  Mais  Oieu,  sachunt  cjue  la  grossièreté  do  leur  pensée 


♦  T  3\>. 


C  41- 


[43]  CAUSE  DE  LA  FONDATION  DES  ÉCOLES.  357 

Jl;  y^l  :)Ld|o9  |,Ao\  ""^^^  vpoiJ^  ooi^t  Iv^oft^  jLi^lUdoa^  yoj/  oKo  * 

cò^  ^iii9K>  JK/|i\n7»  )Ld^9  jLioi  JLa  cll^9  r^^AJu  oò^  pò/  ^^f^ot  :JlaAA/9 

oi^  li,/;  ^oo  J  7éSà\  ^jOiMt^  ^l  V^io  .jLào^  ^v-^^^JJ>/  otK-XAV^ 
:oi^  ^^fipe  ^,y,:»9  y^l  '  "^d;  :)jit^  |i9fc\v>  yoo^  olo^;  |>^i«o  :JlaauflDjl 
nr^nt/  ''^^AA.Jko  :|Jl.oK.A^  K^9   ^e  |  ìqv>  sofiL^oo  tjlo^^^  Ji^it  ^.?i\  ììO 

*^^^^  oiK-09  oi  oj  »  .JjUbdQju»  oi.:^jia^  "^oi^iJDo  ou-mìod  ^e  ot^MftXì 
:^pe/o  jloAAJb  )l^  JU  oomo  .^|£s^ìO|j>  J^.,»»Vì\fc^  v^/  w^xia/o  jJLòo  wJ!!»/ 
wJ:u>  j,É#.>y.n  )j;/   vf ^^  oila2^  cuodi/  ^«t-^oi  .^Ìol^  |iJLi  jLpo  ^  cll^; 

1.  T  wdSL/.  ^  2.  T  aa:^©.  —  3.  T  deesl.  —  4.  T  9^f^o-  —  5.  T  U^b-  —  6.  T  deesL 


et  la  dureté  de  leur  esprit  les  pousseraient  eux  aussi,  comme  leurs  frères  ',  à 
transgresser  ses  lois  et  à  fouler  aux  pieds  sa  doctrine,  *  écrivit  les  dix  com-  •  t  3l7^ 
mandements,  qu'il  leur  donna  sur  les  tablettes  de  pierre,  afin  qu'ils  ne  fus- 
sent  jamais  efTacés. 

Et  lorsque  Moì'se  et  son  lieutenant  {dujo)  descendirent  de  la  montagne, 
ayant  entendu  du  bruii  dans  Fècole,  Josué  dit  à  Mo'ise  :  Qu'est-ce  que  ce  bruii 
de  baiaille  au  camp?  Et  Moise  lui  répondit  :  Ce  nest  pas  un  bruii  de  vainqueurs, 
ni  un  bruii  de  vaincus,  mais  j'eniends  le  bruii  du  péché^.  Aussi  Moì'se  se  mit 
en  colere  et  rompit  les  deux  tablettes.  A  son  arrivée  à  Técole,  ayant  vu 
un  nouveau  professeur  inanime,  assis  sur  le  siège,  et  le  peuple  s'amusant 
chacun  à  son  gre  devant  lui,  ayant  accepté  le  faux  pour  le  vrai  et  enlevé  à 
Moì'se  sa  fonction  d'administrateur  et  à  Josué  tout  le  respect  qui  lui  était 
dù,  Moìse,  dis-je,  se  mit  alors  en  colere,  fit  subir  au  nouveau  professeur  le 
terrible  supplice  du  fouet,  le  renversa  de  son  tróne,  le  réduisit  en  poussière 
avec  une  lime,  répandit  sa  poudre  dans  les  eaux,  en  fit  boire  aux  disciples 
confondus  et  fit  retentir  sa  voix  dans  Técole  en  disant  :  Que  celiti  qui  est  pour 
le  Seigneur  vienne  vers  mai.  Aussiiói  ious  les  frères  notables,  enfanis  de  Levi, 
sassemblercni  vers  lui^.  Il  semble  que  ceux-ci  n'étaient  pas  penchés  vers 

t.  Ihfaìt  probablement  allusion  aux  hommes  qui  vivaienl  avant  le  déluge.  —  2.  Gf.  Exod.,  xxxiii,  17. 
—  3.  Ib.,  26,  etc. 


Digitized  by 


Google 


T  318-. 


C  41»' 


358  BARHADBSABBA  'ARBAYA.  [44] 

yO  ^mi;  v^/  fiì^o  «wbA^^  fK^  ^^oouu^9   jooi  ji«  ji  J.^^;     y^h  •^^^ 

r^ooi^  \j^l  ;J  io  v>;  <n  i^  f>o  9»  or.nN  Vìi;  *^^%^àoo^   .yom?!»  yom  2  >■/ 

I    VI    «i»    ^O)^^    jiol/    Ol-d    dOOi    yV)   ,iAv>»    ""^OO   .jLipfl^  yO'ìlgf/    yoKm^^ 

^l^^^^jQQ^  aay^  ^J-*^  jlcLan  ^  ^^  ^'^^  '^^ 
^ioyiflìiiftf;  tyoou^  iai^  %it9|jL^  ^^t  ^«r^*^  •JL'^A^  oiKiA^U    KjuKa/o 

^#^01  y^l  J  >>n\  Oi^  ^^^>^!  oi|j&d  :)>ML^  otlo\^\  oi\>ft  Joi^  «a/t  ^ 
•yO^/  )f-XLJo  Ja.ì«*jo  ^«b^a^J^  Jv^ft^  ^Aoc  yiOtA\  vdoKuo  :|K^,Stvi> 
Jioio-i  oiftop.  ft  ^^^^  VI  m  I  totloò^  J^^oldI/;  jljio  tjlAo^  og^A^jlt  ^/o 
»^inn  ft\,^  J  ift\v>  oi^j^u^  :oò^  jl^aLflDll  ojS^i^/o  JìKiaM  !■>  vino  \^^y^ 
yO^  yO^/  %^t-^/o  K  M  f;  ^^  Jt-A^  V^^!  JI<^«tf^^V>  ^ó  ^JKa/  oqio 
vpoj^  oAo  ;yi|iin9»;  ""^^  ^«v^^  >ooj^  ^^*^!  <i>N"^^>o  ;y.>vi,^^  IVfl^^ 
^jL-^flD;  Jl^^  |,jy  f>o  9»  jJLaAM;  |ini  ^  ^o  UoffX  ItrfS.»  Iaom  oqi  %•/ 

1.  T  ^Nj-  —  2.  T  v<>5*^0'  —  3.  T  hic  locus  albus.  —  4.  T  »ft^^—- 


*T3i8-.  l'erreur.  Moise  leur  ordonna  de  prendre  chacun  *  son  épée,  de  passer  et 
de  repasser  de  porte  en  porte  par  le  camp  et  de  n'avoir  pas  pitie  méme  de 
leurs  frères  et  de  leurs  enfants.  lls  accomplirent  son  ordre.  Alors  il  leur 
dit  :  «  Vous  avez  sanctiiié  vos  mains  au  Seigneur.  »  Et  ainsi  ils  firent  perir 
tous  ceux  sur  lesquels  on  voyait  paraitre,  après  avoir  bu  de  la  susdite  eau, 
quelque  indice  de  leur  amour  pour  le  veau. 

Alors  Moìse,  s'étant  calme,  se  retourna  vers  le  Seigneur  et  le  pria  de  se 
réconcilier  avec  ses  disciples  et  de  ne  pas  se  souvenir  de  leur  faute,  sous 
prétexte  qu'ils  étaient  encore  dans  Tenfance.  Le  Seigneur  exau^a  la  prìère 
de  Moìse  et  lui  ordonna  de  faire  des  tablettes  comme  les  premières,  d'écrire 
sur  elles  les  dix  paroles  et  de  descendre  de  la  montagne  pour  les  leur  faire 
lire.  Par  respect  pour  Moìse,  et  pour  montrer  que  sa  prière  avait  été  exaucée, 
le  Seigneur  rendit  son  visage  tout  resplendissant  de  lumière  et  de  gioire, 
et  ne  voulant  pas  instruire  lui-méme  ce  peuple  enragé,  il  lui  Gonfia  Técole 
et  Tétablit  professeur  à  sa  place.  Moìse  descendit  de  la  montagne,  et  fil 
lire  les  dix  paroles  aux  Israélites,  qui  voulurent  bien  les  répéter  et  observer 
tout  ce  qui  y  était  ordonné.  Alors  ce  premier  docteur  parmi  les  mortels,  leur 
écrivit  lui  aussi  de  nouveaux  commandements,  qui  étaient  plus   nombreux 

♦  T  3l8^  et  plus  difficiles  (à  observer)  que  les  premiers,  ainsi  que  lui-méme  Ta  dit  :  *  Jc 


►f    * 


Digitized  by 


Google 


[45] 


CAUSE  I>K  LA  FONDATION  DES  KCOLES. 


359 


..aA 


Jly  )j;;^Q3  vOOiS^  K^-^oM;      :v^| 


0049 


A 


:^oi  ^^ 


\^'  1  ^  ^uao 


^•yOOl^     |.ml^     VOO^   1^^^!     1-^1-^;     ^VfOi^    ^^O^yiJ     Jl  f     |-L*90 

Jooi  ^oJk.«o  ,|ooi  ivi  )_i<x>^f  odaX  ^JL^po   ^-^o   jtC^N.^  ^jj^c^  oò^  )ooi 
.yoo^  fooi    tk-X-^  U^il  ^^  yO-^JS-^Kjf   ^;   )j*^|Jo.yOO^  ]ooi  ^.^^»o 

|Iq-Ìi— d|-^  «iìaOI    ^J^  yri,^  ■■Jf;    v^/    Jlo^^fiDlJ    òueSsjtf    :oiJ|ja^;    fj^>^o 
oiUò^  ioVfi^  0010  ')  «qN.%^     oCS»  jodiif  :o^^9  %£Cidoi  i^*;  ^v#%fc  -V   JK^^J*^ 


e  42\ 


•  T  :}l*#'. 


sitS^ 


/<?«r  a*'  imptm*  ìIps  ordonnancrs  sn^fìres  H  des  tois,  a  fin  q^t'iìs  m*  viveni  pax  par 
elles,  et  llmmme  qui  Ica  avvnmplit  vivrà  par  elles  * . 

Il  dirigea  cette  école  pendant  quarante  ans  datis  le  désert  di*  Horcb.  Onì' 
roiique  avait  ii  coiij^uller  le  Seigneiir  s^adressait  à  Moì'se;  celui-ei  s^asseyait 

*  poiictueUemcnt  du  matin  au  soij',  résolvant  tout**s  les  questiona  ni  timtes  les 
difIiclllté^4  (Ci?}TT)[i.3t).  Quant  à  ceux  qui  s^opposaient  à  sa  doctriiie,  en  punitioii 
de  leuis  crimrs,  il  les  laisait  ou  bieii  IVapper  du  coup  («yx'jro;)  toiriblc  de 
glaive,  ou  bieii  eiigloiilir  suus  lerre,  ou  birii  dévorcr  par  le  leu,  ou  bieu  enfili 
il  laurait  eontreeux  rexcoiitiiiuuieatioii  (jtaftaipsTic) ,  i*o  qni  arriva  à  Aaron  età 

10  Marie,  laquelle,  ayaul  élé  enfermée  scpt  jours  hors  du  camp,  fut  obligée  d'a- 
vouer  sa  faute.  Kn  r  écompense  de  tant  d'exactitude  dans  la  directiou  de  eette 
école,  Dieu  ordonna,  a  sa  mort,  qu'il  ne  fùt  pas  enseveli  par  Ics  Israélites, 
mais  par  Dieu  lui-méme  et  par  ses  anges  dans  la  montagne. 

A   sa   niurt^  il  avait  contié  Fècole    à  Josué   son   lieutenant  ì(Iili%  selon 

15  ce  que  le  Seigneur  lui  avait  inspiré,  alin  qu'il  fùt  *  siun  successeur  dans  la 
direction  de   Técole   et   y  enseign^ìt  avec  exactitude.  Josuó    introduisit  les 


T  Miir 


1.  Je  n'»ì  pa^  trouvi'  celie  dlatio»;  cf*  Lévil.,  xvni. 


Digitized  by 


Goog 


360  BARHADBSABBA    ARBAYA.  [46] 

^e  o^^i^o  ;|iii\ov>f  JL^;ji    yoj/  ^^à/  "^oju  %•/;  ^^  >^^\of  ^  nN  ■/ 
:oipo  JLo^  vaJLAo  :^ów»9>^  Jiol^  ycot  \  w\9o  :j>.\^  jivi  vi  \  yooi>V)|n 

Ju^j  '^^^jaàOA  ^lOk^/;  i^OiÀ  :Jooi  ^.^^1:^  ooi  ooi  nOinii\">  ^*|  >  ^  >;  ^opo 

•vOàCLfC^^;  oiftoaau#  *  %vtiVi\  J^i/;  |lS{v>  vOo6^  ^a^  oooi  ^/f  ^V^i^^/! 

)La^  ^:m  V^K^  òi^  ^oiiK^jo  w^.^»/  JojS^  ^^/o  J901  ^^^  rjju;  ^^^^^ 
)  ii\*  M  ^  oj/  jooi  ji  y^d/;  ;)Kvìn,M  y^  K.dOU  )oi;  if^ll  y^l  lU^l 
J.>fto  ^«oio2bo^  90»A^oo  ^)clSà^  |L^0|À  ^yLod/  jooM  yK^  1-^!^^/  :^^«v»»XH 
^"^^9  [lo  i^  S  \  w»  JI  m  i»  ^^^^  ^^bb.^0  >^tt\^  ^:m  ^euji^  JoQi;  :v^/o 
^319^   >^^  N^^,^  JK»)b  .A2Ù;   jboX^  Jio^  ^l>\;   \fi\   ^1   ^  .^^ 


C  43- 


1.  T  Of»*.a^  ^oj  ^t  ^fltvmio  ììS^Sm  ^oìi  looM  oof»»-  —  2.  T  deest.  —  3.  T  U^v  lo»  6^  »^.  —  4.  t 
tool  ;JÌAv  —  5.  T  A3ko.  —  6.  T  •*(•  —  7.  T  Ofi^fi^J.  —  8.  T  ^ytt-  —  9.  T  deest.  —  10.  T  UA::<«akM  %^o 

»AAX  (sic)  '^»- 


Israélites  dans  la  terre  promise,  subjugua  les  peuples  égarés  et  fit  comme 
il  le  fallait  le  partage  de  la  terre  promise.  Après  sa  mort,  t7  n'y  avait  point 
de  roi  en  Israel;  ainsi  que  le  dit  TEcriture,  mais  chacun  faisait  ce  qui  lui 
semblait  bon  * ,  jusqu'à  Tépoque  où  le  prophète  Samuel  et  le  roi  David  furent 
élus  et  instruisirent  le  peuple  de  Dieu.  i 

Salomon,  lui  aussi,  fonda  une  école;  il  instruisit  et  ses  sujets  et  les 
étrangers  :  Tous  les  rois  de  la  terre ^  est-il  dit,  venaient  pour  entendre  la  Sagesse 
de  Salomon  ^.  Salomon,  en  effet,  ayant  été  proclamò  roi,  ne  demanda  que 
la  sagesse,  qui  le  mettrait  à  méme  de  juger  et  de  diriger  équitablement  son 
peuple;  aussi  Dieu  lui  accorda-t-il  une  sagesse  extraordinaire  :  Voici^  lui  i- 
dit-il,  je  Vai  donne  un  cceur  sage  et  intelligent,  de  sorte  quHl  ny  en  a  point  eu 
depareil  avant  loi,  et  il  n'y  en  aura  point  après  toi,  qui  te  soit  semblabie  *.  Et 
rÉcriture  lui  rend  ce  témoignage  et  dit  :  //  était  plus  sage  qu'aucun  homme; 
T  3l9^  il  traila  des  vertus  et  des  influences  de  tous  les  corps,  *  depuis  le  cèdre  qui  est  sur 

le  Liban,  jusquà  Vhysope  qui  sort  de  la  muraille;  et  il  traila  de  méme  des  ani-   i. 
maux  de  la  terre ^  des  oiseaux,  des  reptiles  et  des  poissons  \  Il  donne  quelque- 
fois  à  ses  disciples  le  nom  de  fils  :  Ècoute,  mon  fils,  dit-il,  et  re^ois  mes  paroles, 

1.  Jug.,  XXI,  25.  —  2.  I  Rois,  IV,  34.  —  3.  /6.,  IH,  12.  —  4.  Ib„  IV,  31,  33. 


Digitized  by 


Google 


[M]  CAUSE  DE  LA  FOXDATION  DES  ÉCOLES.  361 

oiJ^  )V-lo9  \jx^l  K^/o  .\^o^  ^%,^:m  :^|-jl^V  ^^^^o  :)KM.4d  ^^.^o  :)i^o^ 
I  y  ii  ^S^mio  i^ymìS^tx^  ^^^.^lao  ^^^  "^^^QA  :^0i^  ^o/o  )v-d  )^,«,V1^K^ 
^>.do  JiVìi   Kdi^l  a^«  ''^^a^  U^jo  :JjLdj  ^vìN'^s»  :po/  sdoio  «^JLi^^; 

""^À  fi  Vi  no  aJ>99/9  oooi  >  i^  ^  aì  v>»  y^^^Mi  oooi  K^  )ljs^»9  *^^%^àoo 

^9  o^oi  ;J  n  VKì  \»  J  fiWivo  ;|ft  >>o»  jooij  ^^  V-J^  v^i^  *^|nn  iiì  ^«oio 

^'-^o  |i\v>9   oi-a!^  JfinViv  li^ì/o  :^^9  JL^olao  «ot^jd^;  ^&  )a^  ^ 

<»)j^K:m  ji 

^^    \  W\    fuN  'ìN    Olio^  OJLDO  ^^^OiA  otto  ^  n  fl>9    )LLd>^  :J*ìfl>o 
OOI    liK-JU^OO    V-Skl^    ì    >  V  V>9     ^#Q    *éO    JV-^!    )^^!    OÌ^aN  !!■>■»    ^^À    ^«SlSS^'^    «T320-. 


1.  T  hìc  locus  albus.  —  2.  T  ;^Jo-  —  3.  T  liB:^a«.  _  4.  T  o^-  —  5.  T  **©»  l^^v  —  6.  T  UoCìfc^.  — 
_-  7.  T  ©^-Vo. 


et  Ics  années  de  la  vie  te  seront  multipliées  * .  À  tonte  chose,  dit-il  encore,  sa 
saison,  et  à  tonte  affaire  sous  les  cieux,  son  temps  ^.  Il  donne  encore  quelquefois 
à  ses  élèves  des  legons  touchant  Dieu  :  Quand  tu  entreras  dans  la  maison  de 
Dieu,  dit-il,  prenda  garde  à  tonpted,et  approche-toi  pour  écouter  plutót  que  pour 
offrir  le  sacri/ice  des  insensés^. 

Et  comme  alors  ily  avait  bcaucoup  de  savants  qui  pensaient  qu'ils  avaient 
compris  Dieu  et  méme  sa  puissance,  sa  sagesse  et  ses  opérations,  Salomon 
soul  a  dit  qu'il  est  impossible  à  l'intelligence  des  créaturcs  et  des  étres  char- 
nels  de  comprendre  Dieu  :  J'ai  dit,  écrit-il,  j*a4^querrai  la  sagesse;  mais  elle  s'est 
éloignée  de  mot  plus  que  Véloignement  lui-méme.  Qui  trouvera  la  profondeur  des 
profondenrs\  c'est-à-dire  qui  pourra  comprendre  Tessence  divine?  Qui  est 
Vhomme  qui  pourrait  entrer  en  jugement  après  le  roij  et  ensuite  avec  celiti  qui  Va 
créé^?  Le  del  est  haut,  la  terre  est  profonde,  il  n'y  a  pas  de  moyen  de  sonder  le 
copur  du  roi  divin  ^. 

Bref,  à  sa  vieillesse,  il  réunit  tout  le  peuple  près  de  lui  *  et  lui  parla  de  la  ♦  t  320-. 
faiblesse  de  ce  monde,  en  démontrant  qu'il  est  passager  et  fugace  avec  ses 

1.  Prov.,  IV,  10.  —  2.  Ecclós.,  IH,  3.  —  3.  Ih.,  iv,  17.  —  h.  Ib.,  vii,  23.  —  5.  76..  11,  1^.  —  6.  Prov., 
XXV,  3. 


Digitized  by 


Google 


C44' 


C44^ 


362  BARHADBàABBA  'ARBAYA.  [48] 

^09  ifJ^l  :JìIq-:m9  ^«01  )|^/;  ^^kM  f9o  .oulaoI  oi^  ooi  jLdoio  :oi&c^ 
ijxmf^  ^^lÀ^  lupo  :Jf-^  ^'^Ndf  ""^•.^^^  «V^  ^.mh^^mlS^  C^^i  Uv^  >0|^ 

<^a^^  vjo  ^!  v^  -IIL^  1^"?  ^^^  ''^ 

JLi#9o)Ld  oud  :|.^i2^  ou»9  ^^  ""^^j^  JIntvNiVì  ^/;  :)Lioi  :|LA.aLi  ^«^juSk; 

^«t-A    Jlii^    Jlii^    ^""^^^"^   ^^^    ^^    ^:^    ^DOAAJO    .^990^    "^jii    t^    ^^^ 

oJ^j  :vO0i^  Vr^/o  >^v^   \  "^jU  ^^^^^X  ^^\^  JKJS^-^b.^  ^!^  ^   ^  \  io 

•         ^v         •  *  ^  • 

;|  m\\9  )Lm9  ^o  vootS>tn>i  vOJULaLi;  tj^^^pe^   oaAlj  Jjoi  *^^^ò^ 


<^voo|^  ^^  |lij\q^  o\^nv\  yOu^JUjo 


^iraÙMo  ,o jij  ^{  o»3  »aA.o.  _  2.  T  »^  o;joN.  —  3.  T  hic  locus  albus.  —  4.  T  ^t»  i^^o»-  —  5.  T 
^o-  —  6.  T  >AaÌ^  l;fia«  iooM  ^9  Uv 


plaisirs  et  que  tout  est  vanite  '.  Et  quand  il  conseiile  ce  qui  est  meilleur,  il 
dit  :  Crains  Dieu  et  garde  ses  commandements  ;  car  Dieu  fera  venir  en  jugemeìti 
tout  ce  qu'on  aura  fait  avec  tout  ce  qui  est  cache,  soit  bien,  soit  mal  '. 

Les  autres  prophètes,  eux  aussi,  fondèreiit  des  écoles,  ainsi  que  nous 
Tapprend  Thistoire  du  bienheureux  prophète  Eliseo .  Celui-ci,  d'après  la 
tradition  de  son  maitre  Elie,  suivit  la  voie  de  ses  prédécesseurs,  et  en- 
seigna  longtemps  ce  qui  était  nécessaire  dans  Técole  qu'il  avait  fondée. 
L'Ecriture  le  dit  clairement  :  Les  fils  des  prophètes  dirent  à  Élisée  :  Vaici  main- 
tenant  que  le  lieu  où  nous  sommes  assis  d^va/nt  vous  est  trop  étroit  pour  nous. 
Allons-nous-en  maintenant  jusqu'au  Jourdain  et  nous  prendrons  de  là  chacun 
une  pièce  de  bois,  et  nous  bàtirons  là  un  lieu  pour  y  demeurer,  et  vous  aussi  vous 
viendrez  avec  nous.  Et  il  répondit  :  Allez  le  [aire,  et  moi  aussi  je  viendrai  avec 
vous  '.  L'Ecriture  sainte  montre  par  ces  paroles  que  c'est  une  école  que 
fondèrent  dans  le  désert  les  fils  dès  prophètes;  et  c'est  pour  se  recueillir  et 
échapper  au  bruit  du  monde,  et  pouvoir  ainsi  recevoir  plus  facilement  les 
le(;ons  de  leur  maitre,  qu'ils  sortirent  au  désert. 

Pour  ne  pas  étre  trop  prolixe  par  notre  parole,  nous  passerons  sous  sìlence 

1.  Ecclés.,  I,  II.  —  2.  Prov.,  xii,  15.  —  3.  II  Rois,  vi.  1. 


Digitized  by 


Google 


dm 


CAUSE  DR  LA  FONDATIOX  DRS  ECOLKS. 


363 


Looi  l^^g*^^  JJf  ''^^^«^oo  .y^i^fc^»;     ^Atar»  ^^d^  ^^jKj^  a^«  vuot 

yO-ioi;   ""^^-^o  .^^|v*:ia^  \ìyM  ^^  o^^^i   jjoCb^b.   :Joi3>^   fr^^;  oi-K^/f 

■  ^"yoou^i  ^\;  ^^  \^  )6w^^  QA^gjio  c^^;;  ^-*ói^  :\mJ^  ^^^^  ^-s^l 
ajuidll  ^V^f;   ^^|o  .ya^Va  ^cd^jI)^  |*tai?>  t^jboi^  ^..^^^  iA/r)'^OY^à,^ 

^    :%^  i^^  .vtoiaa^/   |lV..^&!   òuab»^  .^cioK^  l^^^a^t      Ì^o^m  :oo«  '^l 


»^ 


T  !t--M:!iL.  „  :,^  T  ^«-^^o^»;|^ 


1  S'iw^. 


C  'i:.- 


toutes  les  aulres  aesemblres  que  formèrent  les  autres  prophètes,  pour  arriver 

aiix  assembléps  qu*»  réiinirent  Ics  philosophci^  paiens,  *  Ceiix-ci  s'efforcèront  *  i  :i'ifi^ 
dMmiler  les  assemblées  juda'ìqurs;  mais,  conimc  le  IVnìdemeiU  dr  Icur  insti  uc- 
tion  n'étaìt.  pas  piaci'*  sur  la  voritó  de  la  foi,  et  qu^ils  ne  prirent  pas  roniine  poi  ut 
de  départ  le  principe  de  la  sagesse,  qui  est  la  crainte  du  Seigneur,  ils  s'écar- 
tèrent  (Hiniplètenienl  de  la  vérité.  Car,  ayant  toni  compare  selon  Tordre  de 
la  nature,  ils  n*onl  pu  rieu  comin-endre  *  ;  et  se  tlisauf  sagn,  Ufi  soni  devenus 
ifiscnsrs  porre  tiulls  unì  mi  ore  ei  serri  les  vivutìtres  plas  (jiie  Ir  (Iréaleur  ^. 

Le  pr*»rniiT  qui  forma  des  assemblées  à  Alhènes,  ce  fut  Platon;  tm  rap- 

a    porte  de  lui  qu*il  avait  plus  de  mille  élèves.  Aristote  lui-mOme  était  dans  son 

■   ecrde.    Un  jonr  qn'il  donnait   des   le^ons   h   ses  disciples,   ayant   remarqué 

qu'Aristote  étail  absent,  il  dit  :  «  L'ami  de  la  sagesse  est  absenl;  oiì  est  le 

chereheur  de  la  belle?  .Fen  ai  mille,  et  un  seul  me  fail  défaul;  un,  ptmr  moi, 

est  plus  que  mille.  *> 

Ì  Platon,  quoiqu'il  ait  parie  juslement  de  Dieu,  qu'ilaìt  dit  de  son  FiU  uniquc 
que,  comme  Verbo,  il  est  engentlré  de  Lui,  c'est-à-dire  de  sa  substanee,  et 
qnc    riisjirit-SainI    est    la  wvìu  jiersoniielle  tjui  procède  tic   Lui  \    toulefids, 

I.  I  Ielle  |>liiu^i'  nii-  |i:ii';til  Ijì'ii  nbM-uii*;  je  lui  ni  Joimé  li*  ^en;^  ì[mì  ma  };i<(iil>lr  Ir  p\n^  \Hi*\r,\\At\  — 
J.  Hiiiii.,  k  H,  2:».  —  :t.  \uir  S,  Augusliii,  Ift  ChìL  fh-i.  I,   XJ,  e.  xxv  et  I.   Vili,  e.  \\  v\  ^i<f.;  Théu- 
-durtil,  Thvniprul.,  I,  t:  Uolirbiii'lier.  II.  liv.  XX. 


ivvni.  un,  —  T,  IV* 


Digitized  by 


Googl( 


=Vf»i 


T  321» 


■     *  T  321'. 


W4  R  A  lì  IjAllBSAnnA    A  RBA YA. 


>^ 


sfiOtp 


V;^[d  .^.tf  o^K-^j   l-x^K^Of  \CO|J^  )/o^^^l  :JI 


,C  45». 


:JV^&^  1^^'^  ^h^o  .^J^^  f^^^^  J^"^  ^^!   ^^^^   U-^  ""^«^  "d/o 

oU^^^ijN  odojy^x^  oi^>.^|  l^o  ^^l  ^-:^^^  .ou^s^^  )fOiA^ 
fda&^ilo  jb^^A  M^9  ^A^ot  :|la^.^bd9  ^^  "^  ■*-  -^  3/   |toi\.ft  ^  j^^^oj^  |ooi 

♦lU^/j  li^^^  JLaoÌS^jì©    1 

1.  7  ^l  'f^lo. 


ayant  oté  iiiterrogé  par  ses  concitoyens,  s'il  fallalt  ou  non  respccter  Ics  idoles, 
Platoi»,  dis-je,  leur  répoiidit  ufTirmaiivemeiit  :  a  II  faiit/  dit-il,  sacrifier  un 
coq  blaric  ù  Esculape  *.  »  Ayant  coonu  *  Dieii,  il  ne  le  glorilia  pas  comme  Dleu 
ci  ne  Ini  rendil  pas  grAres;  mais  il  s'égara  tlans  de  vains  raisonnements,  et 
son  cceur,  dép«*iirvu  d1iilelligeiic<\  fui  renipli  de  lénebres'  et  ne  compril  pas. 

(Il  enseigiia  la  méteinpsycosej  :  Tame,  dit-iU  habite  iantót  daiis  les  rep- 
iiles,  dans  les  anlmaux,  lantòt  dans  les  oÌBeaux,  ensuile  daus  rhomme,  puis, 
après  avoir  pris  la  forme  des  anges  et  s'etre  enmlée  dans  leur  hìérarcliie, 
elle  se  purifie  et  retounie  à  sa  ci^lcste  demenre,  11  r^nseigna  encore,  comme 
les  manichécns,  la  commiuiavUé  des  femoies.  w 

Après  sa  mort,  il  eut  pour  successenr  Aristotc;  eelui-ci  coiitredit  Ten- 
seigiiement  f^t  la  tradition  de  son  maitre,,  ponr  faire  valoir  le  sien.  Kntrc 
autrcs  absurdités  qu*il  di  vaglia,  il  enseigna  que  réconomie  et  la  providence 
de  Dien  ne  disposent  des  créatnres  que  jnsqu'à  la  lune.  Quanf  aux  aiitres 
(Tcatures,  il  en  (*qu1u^  le  gouvernemnit  au\  Priueipaules.  n 

Il  V  eut  eiieore  de^  asseniblées  ìi  Uabylone  des  Clialdeeus,  uù  ìun  euseigne 
depuis  Inugtemps  scpt  (planètes)  et  douze  eonstellations  (siguesdu  stodiaque). 

L  U-It  l'auleur  v'^emble  eoufondre  Flalon  avec  SociEito*  —  1.  Uom,,  i,  ti. 


Digitized  by 


Google 


[51]  CAUSE  DE  LA  FONDATION  DES  ÉCOLES.  365 

h<^l  JLlX^  ^  JLxLao^;  :^po/  t^  «^l^  oMLfiJ  ^-:^oo  ooi  f^K^/  jLioi  JL^ab^j 
<>^«oilo)Ls^BOLd  IsLXù  JI90  :)^^  JI;o  ^ìoa  JI90  :)K^wM  JI90 

<^)K.^;;^/9  [s^  ^a^  •j>^K.m  "^.ib^M^^jo  :j)ld  yl^.«^9 

•  •  •  ^* 

i<\  m  ^  t  ^9  oìJL:>>^  |.ib£DV^  )^^^^  Kjlomj  ^l  JlaaLflD/9  ^^Aoid  sdol  ^.a^^ 


T32l^ 

^  e  46". 


Il  y  eut  aussi  des  écoles  dans  les  Indcs  et  en  Égjpte,  dont  il  nous  serait 
diffìcile  d'exposer  les  èrreurs. 

Épicure  et  Démocrite  formèrent  des  assemblées  à  Alexandrie;  ils  en- 
seignèrent  que  ce  monde  est  éiernel  et  exisie  par  lui-méme  :  «  11  y  avait 
d'abord,  dirent-ils,  des  corps  *  fins,  qui,  à  cause  de  leur  exirème  finesse,  se  •  t  32i\ 
dérobent  aux  sens;  et  ils  les  désignent  sous  le  noni  d'atomes  immatériels. 
Toutefois,  ajoutent-ils,  ces  atomes  n'ont  ni  àme,  ni  raison,  ni  commencement, 
ni  generation,  ni  fin,  tant  ils  sont  nombreux.  y> 

Il  y  eut  encore  une  assemblée  de  ceux  qui  sont  désignés  sous  le  nom 
de  Physiciens,  qui  prétendaient,  entre  autres  choses,  que  les  éléments 
inorganiques  étaient  les  principes  de  Tunivers;  ils  niaient  par  conséquent 
Texistence  de  Dieu  et  de  la  Providence,  disant  que  celui  qui  est  fort  pille 
et  que  celui  qui  est  faible  est  pillé. 

Pythagore,  quoiqu'il  ait  enseigné  Tunité  de  Dieu,  la  création  et  la  Pro- 
vidence, mèla  toutefois  bien  des  erreurs  à  ces  vérités. 

Zoroastre*,  mage  perse,  fonda,  lui  aussi,  une  école  en  Perse,  autemps 

1.  Ce  nom  s'écrilde  plusieurs  manières  en  pcrsan  :  w-*^^' ,  j  :  w -i^,';  :  w  >*>■>'.;  :  s^^L^^.:  : 
^I.-ì'^^tj  j  :  wwóJ  9jj  :  O.^^  9jj  :  <:::^^^jj  :  ^^^-^ij  •  ^^^--^-^l;:?/-  H  pourrait  tlériver  de 
^wi*5»i,  qui  signiRe  union  en  persan,  el  du  lac  de  Zéreh,  où,  d'après  la  legende  Mazdéenne,  fiit  re- 
iMieilli  le  germe  de  Zoroastre  (Inxcrip.  Manti,  des  coupes  de  Khouabir,  par  H.  Pognon,  p.  162,  noie  l'*). 
Il  pourrait  encore  signifler  l'or  de  prairie  w^^,  ;,  ou  bien  la  splendeur  de  pralrie    C-J:.^  •^  »  ì. 

Digitized  by  VjOOQIC 


^^?^' 


♦  e.  46'-. 


T  322- . 


366  BARHADBSABBA  'ARBAYA.  M 

looi  i  VI  ,<» V»  ^^  todo^^  c^^-ixoo  :oiio^  ))^^^^^  i>tfti'>  %jul9o  :)j\ào 


I  I  niVì  y^l  ^AAl  yoofi  Mi  oi^  ^^^!  «^-^r^/  )^^^/o  ^^m\  v^|  I 
J^/o  .^.«oid  hs^l  ^9>:^9eoi9  "^^M  :)laAi«*  ^mmviS  ^{j   ji;  f^lo  •  U^, 
^o  .)Ka^9  \ò9fò.  ó|\^  vC^HH^  ^Mt^^^»^  K^ILm^  ;^^)K.o  Vv  l-a^oKv); 

1.  »\  ;oaa{.  —  2.  T  deest.  —  3.  T  \»7^l'  —  4.  T  «•»*>».  —  5.  T  »^  >a»Of»o.  —  6,  T  deest.  - 
7.  T  lo©»»  l»7-t-  —  8.  T  l-T*^  IfrJiftr*,.  _  9.  T  jMc»«ij  |to*-j.  —  10.  T  U^}^-  —  11.  T  deest.  - 
12.  T  "^^U  ^,««10. 


du  roi  Baschtasp  *,  il  attira  à  lui  beaucoup  d'élèves,  qui,  étant  aveugles  d'es- 
prit, s'accordèrent  facilement  avec  lui  dans  ses  erreurs.  Il  cnseigna  toul 
d'abord  Texistence  de  quatre  dieux  :  Aschoukar  ^,  Praschoukar',  Zaroukar* 
et  Zarw^an^;  mais  il  ne  dit  pas  quelles  étaient  leurs  opérations.  Ensuite 
il  admit  deux  autres  dìeux  :  Hormezd*  et  Ahriman  \  disant  que  tous  les 
deux  ont  été  engendrés  de  Zarwan  :  Hormezd  est  complètement  bon;  Ahri- 
'  T  322-.  man  est  *  complètement  mauvais.  Ce  sont  les  deux  qui  ont  fait  ce  monde; 
le  dieu  bon  créa  les  bonnes  créatures,  et  le  dieu  mauvais  créa  les  créa- 
tures  mauvaises.  Zoroastre  admit  ensuite  vingt-quatre  autres  dieux,  qui 
font  en  tout  trente  selon  les  jours  des  mois.  II  dit  qu'il  ne  faut  point 
cgorger  les  animaux;  car  Hormezd  est  en  eux,  mais  qu'il  fallait  meurtrir 
par  des  coups  de  bftton  le  con  de  Tanimal  destine  à  étre  égorgé,  jusqn'à  ce 
qu'il  fùt  sans  vie,  et  ensuite  Timmoler,  aCn  qu'il  ne  sentit  pas  la  douleur. 
11  dit  encore,  entre  autres  choses,  que  Thorome  peut  épouser  sa  mère,  sa 


1.  Thóodore  Bar  Konl  dans  sonlivre  inlitulé  :  Livre  des  Scholies,  aulieu  de 


écril 


—  2.  Ce  noin  signifie  la  pleine  lune  en  pcrsan     J^^^,  —  3.  A  la  oiéme  signi flcalion  ;  seuJemeiil 
on  y  a  ajouté  y  qui  signifie  au-dessus.  —  4.  C'est-à-dire  la  splendeur  du  soleil    ,yL^  .3.   —  S.  Veul 

dire  le  leraps  ^x-^J  ou  vioillard.  —  6.  Nom  compose  de  ^j>  qui  veul  dire  soleil   ou  la  lumière  du 
.soleil  el  de  ^y  qui  signifie  le  Iravail;  on  trouve  en  persan   de  semblables  cumposilions  de   moIs 
cumme  s,^l:i!    au  lieu  de  ^c!      ,lj  et  ^^^L*l/  au  lieu  de  jL»  %.^b'.  —  7.  Signifie  la  réunioii  de> 


vices  jVjj^^» 


Digitized  by 


Google 


[53]  CAUSE  DE  LA  FONDATION  DES  ÉCOLES.  367 

f  "fc  N»  Jl/  :v^uA^  vfia.a^  J|  )K,s..:^?S>o  «^)K.^;h^/9  Uh^^o  :oiK.^^  oilv^o 

y^l\  ti-i^^xo-tt;  "^Ji  o  ftVì  ^,v>  o^y^dK-^/  Jl/  :)Li;;^/90  >oo^9  IjUo^; 
Q^L  l^^^l  vooi.2^9  ^^«^M  «ooot  |l^o^9-«  JI9  )laDafc*Aoi  ^|jt-^Jlo  jlo^x^^; 
^^  ji^Ji  t-^/9  tf.^;  f-ào,/;  y^l  :^)K«J^«/  jioV^  ^9  JLruLi  oiLfiOLdo  Jv-^ 
Jiv-Ji  "^^  ^«9  ajoi  :)la  1  vi  >ot  "^^^  ^,^  i ^v  j^^^  :V.^/  I^iwboi/o  .l\il 
•vooj^  Oi^bA   : ^ypOMLdUL:^  yOj/  ^«.^aAA^;  0001  ^#V-^1xd  ^   ^oi^  .^(.oK^); 

<^CL^U/9         ^p&d    ^oloUd    :^V^/    ÌW^l    )Ì^OO|.dO     *  T  322K 

:JLoooKm  U^^^¥>  1^9  jLiflLbooo  Iv^iou  )^|^  001  Jl)Li9  )i^  i^P^  jjoC^wb^ 

wULd    OÌC|\Sm9    :^«0|ad/9    ^  ^  iJLiLbOiJD    JlojXmJI     ^^Óll^^^    *Jo£^9    lé^    OlftCbbM 

:)t|  n  Hi  Jl  Vi»  uNgQto  fiSjl  yfi'iSi'»  ^.o^  *  0I9  ty^oj^  f^.l^  ì^'^  •x^^ynl  *  e  ki\ 
)i^  >  ^90  >|j^  Vi  \?io  >^  i  Éift  >  j  no|  »  J  t  •!  nv>  oCS^  ^  %  vo  .yOUÉtui/  )Li/o 

1.  T  S^^t^l  |^i^a^^  la;*  wi.  U«  «  01^^o  oil;ao  owo/  *a«u^  <;a^  Uafioe*  oot  ^l^lo-  —  2.  T  desunl. 
_  3.  T  (fi-^-o)  A:Am,  —  1^,  U^aaM  sic.  —  5.  T  UÉalo^i^'O  MUt  ^.{v  —  f,.  T  liic  locus  albus.  —  7.  T 
yfitl  ^Mu!^9  ^po»*ai9.  —  a.  T  desunl.  —  9.  T  oi-o^ao-  —  io.  T  «'•h-  \IU  ^o-  —  11.  T  deesl. 

fille  et  sa  soeur;  et  qu'il  ne  faut  pas  que  les  morts  soient  ensevelis,  mais 
qu'ils  soient  jetés  au  dehors  pour  étre  la  nourriture  des  oiseaux  de  proie. 
Voilà  quelles  furent  Ics  assemblées  fondées  par  les  (ìls  de  Terreur. 
Quoiqu'ils  les  aient  fondées  pour  leur  bien  et  pour  le  bien  des  autres,  toute- 
fois  les  résultats  démontrent  qu'elles  n'ont  fait  qu'enseìgner  Terreur,  perdre 
les  àmes  et  obscurcir  les  esprits.  Toutes  ensemble  elles  rompirent  le  joug  et 
les  liens  de  TEternel  notre  Seigneur  :  La  vérité^  dit  David,  a  pris  fin  sur  la 
terre*.  Seigneur,  dit  Jérémie,  que  vos  yeux  soient  attenti fs  à  conserver  la  foi^, 
c'est-à-dire  la  vérité  de  votre  essence.  Toutes  ces  assemblées,  se  disant  sages, 
sontdevenues  folles^.  Et  ailleurs  il  dit  :  Ils  ont  eu  honte  de  ce  qui  *  était  l'objet  •  t  32•2^ 
de  leur  confiance. 

11  a  donc  fallu  que  vint  sur  la  terre  la  Sagesse  luraineuse,  le  Maitre  des 
maltres,  le  Rayon  éternel,  le  Verbe  vivant  de  Dieu.  Il  renouvela  la  première 
école  de  son  Pére,  altérée  par  les  fils  de  Terreur.  Il  les  invita  à  venir  à  Lui  : 
Venez  à  moi,  s'écria-t-II,  vous  tous  qui  peinez  et  qui  étes  chargés^  et  je  vous  son- 
lagerai\  Et  tout  d'abord  II  institua  Jean-Baptiste,  maitre  de  lecture  et  ins- 

1.  Prsaume  xii,  2.  —  2.  Jérémie,  v,  3.  —  3.  Rom.,  i,  22.  —  4.  Malli».,  xf,  29. 

Digitizedby  Google 


MH 


lURIIAnHSAIiHA     AUllAVA, 


l^^i 


•^o. 


^  i,^^,,^   l — ^  '^   )^'fo|f   'V^/;   y^  :lM.éS.È  s^ùo^,^  tjjaa^/t 


e  'i8\ 
T  32:ì' 


^^.i,^^^  1^9.^01.^  Jjj.  S....No  |.iUm3^  vgnnV)   f^    x:^t^  :s£ÌS„^  ^  ^h^o 

locuai  li  II»  US.  —  7.  T  deo^t.  —  ».  T  >^OM»A*iia  ^f 


•  1  3'2a* 


11) 


pcctGur  \  t't  Tapulre  Pierre  Majordome  ^  de  Técole  :  Caì\  dit*U,  ious  k%^ 
prophries  t't  la  Ini  ont  prf*p/H*Ìisr  jn^sfpt^ì  Jettìt,  et  ^Ih  lors  le  roifuume  (U'S  cieiut 
vst  (UiHoH<'t\  ri  il  prrsst'  foit.s  tìjj  rttlrrf^,  Jcaii  dolili*?  lous  scs  sniiis  à  Fècole; 
il  ri'priraaudc,  cuscigiie  et  blàmo  Ics  méchaiits  el.  Irs  pj^resseux  aii  Jésert, 
sur  le  bord  du  Joiirdaai.  Aussi  est-il  cliargé  «l'ailministrer  Ir  bapfèiiie  de 
prdUeiire  poiir  la  rémissiou  des  pérhés;  et  Notre-Seigiiem*  lei  rend  ce  té- 
inniguagt'  tpi'entre  wux  qui  sunt  iiés  de  la  feiiiiiie,  il  ii'eu  a  été  susrité  aucun 
de  phis  gi'aiid  (jue  luì  \  I)ès  qiie  Jeau  eut  timiuf(*sté  el  uioutré  à  tniis  celle 
source  de  la  sagesse  et  ce  vérilable  Maitre,  en  disant  :  Vinri  rclui  ipii  ptìvìe 
te  pikhé  du  monde  \  ators  tout  le  peuple  se  mit  à  se  presser  autour  do  bii  et  a 
tìcduter  80n  enseignemeat.  La  gioire  de  Notre-Seigaeur  augnieiitant  de  joiir 
Oli  jour,  Tassemblée  de  Jean  *  conimeuea  dono  à  dimiouer  ainsi  qiie  sa  gloii-e,  j 
corniue  Jean  lui-méme  le  dit  :   //  (ani  quii  grandiose  et  fine  je  diminitc  ''.        " 

Dos  que  Notre-Seigneur  se  mil  à  la  lete  de  eette  école,  et  qu'iiiie  iiom- 
breiise  foule  vini  à  lui,  Il  en  choisit  des  frères  distingués,  à  savuir,  Pierre»    '^ 
Jean  et  ItMirs  eornpagnons  \  Il  les  fit  monter  sur  une  baute  montague,  ainsi 

{^  M*óp  veul  fine  acrulateur.  Ce   lerme  est  plusieurs  fois  rópété  dans  les   stutuls  de  róe-ole  do  N^ 
8Ìbe.  Voìr  rappendìi'c  ci-dcssous.  —  2,  ?^e  majordomi  (l^*3Ì)  élail  tauL  ii  la  fois  et*  t[ne  les  Franquis  ap*^ 
pelleiil  iiujoiirdliiii  ri^fonoriie^  le»  prófel  de  di?icif>lirie  ci  U*  bilìliuUiéjidrti  de  IVcole»  — \i.  M?dlh,,  \i,  12. 
—  ^.  ftiìff.,  11.       r».  Jean»  I,  29.  —  fi.  .lean,  m,  :ì<k  —  7*  (ju:*iid  Ir  ujuI  ^»^  précède  un  noni  propre.  il] 
«ignille  :  ••  uilepU*.  seclaLeur,  cùEupagnon  ».* 


Digitized  by 


Google 


CAUSK  m:  LA  !'X)\!>ATIOX  UKS  KCOI.ES. 


:\ni\ 


Hi 


^ìMl 


a^do  .ou-^o^t  ì^-^^  "^Jb^jo  fjj  '^vo  ^otoiS^c 


l    ^^    ^*^^fcO0f 


^-  -  '  ^  )^..»oy  f  txftNft^ft  ^  ^^^  =)ì^VA      Jj^o^  ^UilS.;  )>vi^flpf  K^^oaio   *  e 'is^ 


OÒi    ^l    (.1331    ■)  t^^  -V    Ofi^    ^K^pd     :).XL9^^    ^«OÌÀ£Qp^f      *J^9i^^^    )^'^^ 

jiqu^f  y,  flftyiN  ^.«s>*^  ^  là,,.^  s^fS2^  ^l  v^^  |oi  s|joi  jjpof  ^^^o 
JiofJ-Q^  ^fK^o   lyOoC^  |.^«oÌ\^    vpoCS^   K*'^*\  ^^^^    "^^  JS.**t.>Or.O    :]Li.lV^9 


n.  'I'  deesU  —  7.    T  t«^»    -  ».    1   U^p-  —  'J.    I  tli'siinl,  -    lu.    T  tle^iinl. 


'J'      t^IliJLOO      ^~ 


que  le  111  son  Pére  sur  le  mont  SinaT,  et  là,  11  les  initia  à  la  coniiaissance  de 
son  Pére  et  à  su  corinaissance,  Il  les  foriiiii  uu  iiiodc^  et  aii  bui  de  son  eusei- 
gnement;  11  leur  expliqiia  toutes  les  ♦lUliciittés  eie  la  lui,  ot  11  ùclaircit  devaiit 
eux  toulcH  les  allógories  et  leì4  oiubrei^  de  rAiieieii  Testameiit,  aiusi  qu*ll  lo 
5     dit  Liii-mtìme  :  /^  suis  renu  non  pour  abolir  la  hi,  mais  pour  t'accomplir  \ 

De  mérne  que  les  |>eintr**rt  ne  eomnieiiceiit  pas  par  eiiduire  Timage  avee 

des  coiiletirs  éelataQtes,  convenables  à  la  reali  té  du  type,  mais  le  dossi  neut 

avcc  du  charboii,  ou  bien  y  traceiit  de  simples  traits,  et  te  ii'est  qn^après 

Jk     «jLii^  le  niodèle    est   perfechonné   et  preiid  la  forme   complète  d'une   image 

^'^    (£Ìxtij^)  reetle,  qirib  rornent  de  teintes  spleridides  aux  couleurs  éblonissantes, 

scudilaliles  h  cellcs  du  type,  aitisi  agit  le  grand  maitre  de  Tunivers. 

Et  que  dis-je?  Voici  que  les  artistes,  eux  aussi,  quaud  ils  vculeut  foiidre 
une  statue,  eommcucent  d'abord  par  en  peindre  sur  le  sol  tous  les  traits; 
■  et  après  avoir  représenté  ainsi  la  statue  en  ciré  (xinp^;)  et  compare  tous  les 
15  traits  cntre  eux,  ils  fondent  de  For  ou  do  euivre  sur  la  ciré,  et  aussitot  que 
la  ciré  est  cotisumée,  ils  ont  une  *  etunplète  et  durable  image  en  cuivre.  Oi\ 
les  liommcs  sages  min  seulement  nr'  cympleut  pas  corame  dommage  la  perle 
de  la  première   image,  mais  ils  y  voient  Tbabileté  de  rartisle,  qui  par  la 


*  T  32'A^, 


L  Manu.,  \,  17. 


Digitized  by 


Google 


370  BARHADBSABBA    ARBAYA. 

.Il 


G  'i9' 


•f^ìKiL^  Jlo  IìKa:^  ìi^f^^  JJa^  y^^^l 

^^pop;  ^V^o  :Ìa2^JI  ^^L^tt;  :^V^w:m/  y>j^  •U^ì  }o^  ^i^^^^fl^!  Jla*i\v) 
VXjod  J901  ^01  )K.àajLÌdo  jL^L^oid  Odi  ^d>-do  J^JìT  Vv  JljLfiLd  ^i^toVv^ 
lai  ifiib^^  ^«9  K.#ooi  yCuoloJS^  ^XjJ^j^i   :JL««;ooì.^  V.-^/  09I!   ^**/   *l^^ 

^olS^  jÌ9  topo/  yaioi  %d/9  ^«Z  toCSwdaoS^  *  )L^aflo.««  )LjL*pto  jLiopu^.^?  yc^oofcsj 


*  e  w. 


1.  T  (^•^-o)   Ijoia.  —  2.  T  hic  locus  albas.  —  3.  T  Loo»  W«.   —  4.  T  omi^«o  ;^dl{o*  —  5.  T 
Ha^.  -1  9.  T  l^l  —  10.   T  ^»«l»a^-  — *  11.  T   Ulk^àa  là^inN. 


perle  de  la  susdite  matière,  put  former  une  image  réelle  qui  resterà  toujours. 
Ce  fut  de  eette  manière  que  le  grand  Maitre  agit  tout  d'abord  selon 
renfance  des  élòves.  Gomme  la  figure  de  la  réelle  connaissance  de  Dieu  étaìt 
sur  le  point  de  se  fondre  et  de  se  consumer,  11  envoya  son  Fils  bien-aimé, 
qui,  basant  son  instruction  sur  la  première  figure,  nous  parla  et  nous 
révéla  Timage  réelle  de  la  Salute  Trinité ,  la  vie  future ,  rabrogation  de 
Taneienne  loi  et  la  consommation  de  ses  faibles  préceptes*,  et  grava  dan:* 
notre  esprit  la  réalité  de  la  vérité  :  «  Quand  II  monta  sur  la  montagne, 
est-il  dit,  et  qu'une  grande  fonie  se  réunit  auprès  de  lui,  ouvrant  la  bouche, 
11  les  Instruisait  en  disant  :  Heureux  les  pauvres  en  esprit,  car  le  royaume  dts 
cieux  est  à  eux,  etc.  *.  Ailleurs  il  est  écrit  qu'étant  monte  dans  une  barque. 
Il  f^nseigna  bien  des  choses  à  la  foule  par  des  paraboles  '•  D'autres  fois  11 
enseignait  dans  le  tempie  et  dans  les  synagogues,  comme  11  le  dit  lui-méme 
T  324-.  aux  Juifs  :  J'étais  tous  les  jours  au  milieu  de  vous,  enseignant  dans  le  tempie,  *  ri 
vous  ne  m'avez  point  saisi\  Le  nombre  de  ses  discìples  fut  si  considérabU\ 
que  les  grands  prétres  et  les   Pharisiens   en  furent   frappés    de  jalousie, 

1.  IftATUNw  signine  choses  anciennes  et  l^^*:»^^  cho^3^  faibles.  —2.  M^llh.,  v,  1  ;  Lac,    vi,  IT.  ~ 
3.  MalUi.,  XIII,  2.  —  4.  Marc,  xiv,  49. 


Digitized  by 


Google 


[57] 


CArSi:  DE  LA  I OXDATION  DKS  l^COLLS, 


371 


to 


-|^  ^  -  Aa  -^  Jooi  ^^h»^|f    l*V^  oi^o^o  :iooi   JLjb^^t    fo^^    ^CS.^I^  Ò(.AA#fo 
^..mVci  y^^l  l  I  Vi  *oi^ao^  ÌJ*!^  V^^  "^^^^o  ^^^^  )j.9i^a^;  v^oiaaV/  yooì^ 

^f>^  IO  v*otaS,ciAfl&|l  04f.3;  :oi.iUii«;  Iti^l-^  jK^^iISi^^     )»oK.«9  v?^^  o&^3f  ^:^^ 

jl^^^^fO     -Ik^sVoì    ^OjI    A-SK    ).wi.^Jbv    Oi-Ii^-D    ^-iolo      .v?»!"^?    I^^-^I^ 

Jllft\orf     qk\  3La.^còh>  ^oo«^A-^'   oooi  ^-^  -  -'^    "^^^i^i   "^^^oo  JIK^KmO 


1.  T  U^flaa^»  ^lo'  ~  2.  C  tithl.  U^^l  o«»7  ^'  —  :\.  T  liii-  Utnis  albus,    -  'i.  "f  a^a?^ì«a^o   iJ^3J«^. 


cornine  cux-m^^mes  l'attestèront  en  disant  :  Vous  voyez  quc  toni  le  monde  va 
aprk^  Ini,  st  notis  le  laissons  ainsi,  ttml  le  penple  eroim  cn  Lui  \  Don**  de  in»*^me 
qiie  l'imago  en  ciré  reQoit  soii  accomplissenieol  et  non  son  aneantisseinrnt 
dans  riniagc  en   cuivre,  car,  qnoiquc   la  ciré   se   fonde,  touterois  su   ligure 

5  reste  dnrable,  ainsi  te  Clirisl  n'a  pas  abolì  la  loi  et  ses  ligurcs,  mais  11  les  a 
achevées  et  complétées,  ainsi  que  Lui-méme  l'a  dit. 

A  Tàge  de  trente  ans,  il  commoni^^a  à  donner  des  le^ons,  ronouvela  la 
premi^'n'p  école,  donna  une  délinition  precise  de  la  pliilosopliie,  lìt  ressusciter 
la  sagesse  qui  élait  morte.  111  revivre  la  craiate  de  Dieu  qui   avait  dispara, 

IO  montra  la  vérilé  qui  élait  penine;  liref,  Il  faronua  tous  les  gcnres  de  sciences 
à  la  manière  des  membres  d'une  statue,  dislincls  Ics  uns  des  aiitres,  et  les 
grava  dans  les  oreilles  dts  fidèles;  il  réprimanda  rimpiété»  Ot  disparailre 
Ferreur  et  confondit  l'imposture,  Leur  ayanl  écrit  ensuite  son  tcstament  au 
Cf5nacle%  au  moment  de  sa  passion,  il  conduisit  ses  disciple^^J  et  s'en  alla  avec 

i:.    enx  au  delà  du  turrent  de  Cedron,  '  et  là  il  leur  donna  toule  la  nuiL  des  le^ons   •  T  :ii'V'. 
sur  les  gpands,  admirables  et  réels  mystères.  Et  comnie  leurs  seus  étaieot  en- 
core  trop  faibles  pour  pouvoir  embrasser  une  doctrine  si  parfaite,  [l  leur  dit  : 

L  Jean,  xi,   'jH;  xit,  ly.  —  2.  1^^^  veul  dire  fliatiibre  liaule.  —  :i.  LiUérdl>^rni>iìl  :  ^an  èi'ole. 


Digitized  by 


Google 


3T2 


BAlttlADIiSARRA    AìMìATA. 


c  :*(>! 


V? 


oK 


^i  i^  v^f  Of^-Mu^fo  :)L^&^^  yooi^i.^  op&\l  ^eCS^  o^ood;  lyo^^  f^U 

.^oo(^  Jooi  ff^^^  s^y^^o  *>isa»0|N.^  iò|.ac»f   ^l  :j.909  '^«^^  ^Ji^/^  >^n*^>o 
ol|  ^fKj»o  .l^fo^t  l^^i  a^>^^j»j  )^r^  =1^7^  \V^  soo^  ^euS.^fi  JK*>wv 

1,   r  dejiiinL  —  2.    T  U^po-  -     ij.    T  s^LjaSt    Ua^  ^»d^*  ^l  ^S£%^o   U^^ot   Uovo   l;30  \^l 
5.  T  det^uiiL. 


♦  T  :ì2r»* 


J'aumis  fmcore  plnsienrK  chosfs  a  vonx  dire,  mah  vìles  mni  nìcnre  au~tle.ssus  de 
vfttrc  poyfi*t\  Qnattil  I  Esprit  di'  rfTi7r  Arrf(  renu.  Il  iintts  etìseirpìcra  tonte  la  rrritt'*\ 

Apirs  (ju  II  lui  ros8Uscilc  k*  Ij'oisièiiie  jour,  cornmr  11  ravait  iliL  li  r«*sta 
avec  eox  daiis  le  juomlt*  quaiaiite  jours,  lour  eiiseij^iranl  buMi  dus  chuses.  Au 
moment  de  soti  Ascensloii  au  ciel,  Il  ebui^il  douze  frères  renommés;  Il  leur  ^ 
recommanda  ce  qui  était  nécessaire  et  essentiel.  Allez,  leur  di(-ll,  et  instniisez 
touips  le.K  nftiioìts,  Irs  haptisanf  ait  wìm  dft  Prrr,  el  dn  FHh,  vt  du  Sainl-Esprit, 
et  Intt'  apprt*nan!  à  ohsf*nrr  toni  re  (fue  je  vohs  ai  rfinimantlt'.  Et  voìri,  je  aun 
ioti  jours  uvee  votis  jtfsqtt'à  la  fin  dn  monde  ^, 

l*our  clier»  li  leur  donna  Simon  le  majijrdonie  ile  Técolc  et  lui  commanda  io 
de  paitrc  les  hommes,  les  femmes  et  les  enrants\  Après  qu'Il  fui  monlé  au 
ciel,  les  Apótres  iirent  ce  que  leur  avaii  Gommando  leur  Maitre,  préchaut 
parloul,  ainsi  qiie  le  dit  Mare.  Notre-Selgrieur  operali  avee  eux  et  eonlirmail 
leur  panale  par  les  miracles  qulli^  faisaient.  IIs  fondèreuL  tout  d'abord  *  leur 
écóle  daiis  le  cénaele,  oii  Notre-Seiy^neur  leur  avait  remis  le  saint  sacre*  J5 
ment,  et  la  niaintinrent  là  jusqu'a  ce  que  le  Saint-hl8|)rit  fut  descendu.  IIs 
vinrent  ensuite  à  Antioche,  où  ils  enseignèrent  et  baptisèrént  bien  des  per- 

1.  .Ican,  wr,  13.  —  2.  MaUti.,  \?ivin,  IH.  —  :t.  Jean,  xxi,  Vi.  -  Lu  vtM'^iou  dilf  Pj^cliìLLn  porle  :  Pai» 
mes  agtH^auv,  iiins  imiuloii^  t'L  liien  lirebìs;  Ics  rimi'Utiuhìli^ui  ^  **haldétìii!*  lu*  ex^liqueaL  fiar  liouiaie*. 
enfaul^  el  feiumes. 


Digitized  by 


Goog 


10 


*  G  51-. 


*  T  325'*. 


[59Ì  CAUSE  DE  LA  FONDATION  DES  ÉCOLES.  373 

^^y  »»  >ot»  i|  fKì\  pò/;   ^l  ;)|g^rtii\  0|.àaò^/o  opcò^i  ^^^lo  .w^DOdi^JI 

Ut  Jlo  oip&oe  QJL^9  :t^/  001;  ^l  oiQV"»  )ooi  ^jJkoK^o    ))us^flp  |ffc»t"»o 

«cu  I  ft\ci  ■»  p>^  ^aj/  iflL\.»j»  jl^fi:^  )ooi  ^#Qt,^\  )K,?fcV.>^t>V>  ^JKa^VIo 
Of^c^JJ./»  jjLi/  v^a^^^l  ^1  ^^i^ii/o  rvfiDQjBQJdJI  vfDoKjioA  ^^  )i /;  ^9  ^^ 
^9Quà09  y^l  :)K.M  IL^^  jL^  ^4b^  vfoua^  )ooi  ""^^o^  *  :)lai  ii^«S^N 
Joi^9  otto  n\  V»  ""^^  v^oOw  )ooi  vini>ft?ioo  ^|>i  A"»»  %mi>flft*s^"»  jLoo^ 

VOOUM    sA^il    ^ì^^  :Otl9fc\oii\    01^   O90I   ^«^^j^    V^OUM   ^i^/}    ""^^^^^00 

1.  T  o»ao-  —  1>.  T  «;•©»  ^-  —  3.   T  ^^M».  —  4.  T  |6^V^  ^oC^   »-a^o   «oumìoi  "^   >aio.  —  5.  T 
deesL 


sonnes,  de  sorte  que  ce  fut  à  Antioche,  ainsi  que  le  dit  Lue,  que  les  dis- 
ciples  commencèrent  à  étre  appelés  chréliens  ' . 

Bientòt  après,  Notre-Seigneur  choisit  le  grand  Paul,  pour  enseigner  tous 
les  Gentils.  Cet  ardent  disciple  et  cet  assidu  maitre,  qui  surpasse  et  les  pre- 

5  miers  et  les  dernìers,  réunit  des  frères  en  plusieups  endroits  et  fonda  des 
écoles,  à  savoir  :  à  Damas,  en  Arabie,  en  Achaìe  et  à  Copinthe,  où  il  en- 
seigna  pendant  deux  ans  et  demi^.  Ensuite,  après  quatorze  (ans)  de  travail, 
il  se  rendit  à  Jérusalem,  dans  Tintention  de  voir  les  Apótres;  mais  il  re- 
tourna  bientòt  pour  continuer  son  oeuvre.  II  eut  à  subir  beaucoup  de  peines 

IO  et  de  soufTrances.  Quelquun  esibii  affligéy  dit-il,  que  je  nen  sois  aussi  affligé? 
Quelqu'un  esUil  scandalisé^  que  je  n'en  sois  aussi  comme  brulé ^?  Il  ne  cessa 
de  se  méler  à  tous  les  hérétiques  (aip6<n;)  et  aux  opinions  (opposées)  jusqu'à 
ce  qu'il  les  eut  fagonnés  au  mode  de  sa  doctrine.  Etant  venu  de  Corinthe 
à  Ephèse,  et  ayant  rencontré  là  douze  disciples,  *  il  leur  parla  avec  hardiesse  ♦  t  325 

15  pendant  trois  mois,  ainsi  que  Ta  reconnu  Lue,  dans  les  Actes  des  Apótres, 
pour  les  convaincre  des  vérités  relatives  au  royaume  de  Dieu.  Mais,  comme 

1.  Actes,  XI,  26.  —  2.  Au  lieo  de  oì^jm  ^*l*  ^ui,  il  faut  lire  :  ©v^»  1^.^;  voIr  Actes,  xviir,  11.  — 
3.  llCoriDth.,  XI. 29. 


Digitized  by 


Google 


il  r.n*' 


'  r  «2V 


BAUHADIiSAIlHA    Ali 

lt^=S^  i^^iJo    (>^f   OM^So   ^^>o^iJf    Iaì   0||.^^   |10l^ 
«^àl-a   Jlaà.fiD/        0|.ja^  K^Jl^i^  ,p3  «0001  ^i--. 


J'aurais  enctnT  plmieurs  vhtm'n  fi  vaita  tt*' 
vutrr  futrlét*.  (Jttftml  I  Esprit  dr.  rf*riir  xt^m  r- 

Aprr?i  i\nìì  Tut  rc^ssusrité  In  troìsièin» 
avuc  eux  Jniis  le  tuo  mi  t*  (|UHniulo  joiirs  ' 
riuifueiit  dt*  so  ri  A  scn  risina  au  eie!.  Il  rl«- 
recommaiida  co  qui  élait  nécCftiiain»  et  n^- 
ttmirs  Ics  nalwnfif  les  ìmptisanf  nu  nom  ■ 
ft  h'ttr  appìrnuni  n  obnfri-iT  Unti  a*  ifu- 
hmjfHtn  arer  vtms  JHjafa'tì  hi  fin  tlu  m**f*'' 

P<jur  clicl\  Il  lt!ur  dtmnH  Sinuiti  li 
ile  paitre  le9  hommes,  les  Tommad  •  ' 
cifìi,  ies  Apótres  iitunì  co  c|Ui»  lem 
partout,  lìuim  t]ue  le  dit  Man 
'Hsrr,   lt*ur  parnlcì  par  If'b  iniraclps  tju  1 
écule  daiis  le  eéiiaek*,  aiì  Nolr- 
nielli^  et  la  tiiaiiitìnrenl  In  ju^*l 
Yiiireiil  eiisuile  &  Aalii>ulie.  •< 


1.  J«ta.irj.  n        ^    Mr 
rtiftiiiH  111  ftniioi. 


.uu^.. 


rVrìOX  DES  RCOLRS. 


37a 


:x\cL.  ^^^f  Ijl^I   :)lo;V^i  ]joi  lu^^  o^f 
j  :JK.HL.»*^^a^  oio  x^aaj  I^oC^  JV^-^;  Ìi^\<^^ 


*  T  a2iv^ 


(;  :>ti*, 


*  l:  ri2*J 


If  sccouris  de  Dico,  iioiis  soninirs  urrivés  ici,  nous 
Honlrer  *  nù  Toh  a  commi^ucé,  aprf^s  la  mori  des  «^^lo-  *  '^  ^-® 
des  écoles,  et  à  quelle  epoque  et  qui  etnumenea  à 
*  e  sujet  de  nutre  dissertaUon  nous  fera  parvenir  lout 
!»•  celle  école  dans  laquelle  nous  faisons  nos  éludes. 
a  élé  tres  eiMebre,  ainsi  qiie  nous  Tavoiis  dit;  sa 
Ile  y  atliraieut  heaiicoup  de  perisonnes,  pour  rccevoir 
I  ine.  Et,  coinnie  le  goiìt  de  rétude  '  est  ìuné  dans  le 
-i*  Irouva  un  zelé  de  rèrudition,  qui,  instniìt  dans 
ties»  fnuda  daiis  la  susdìte  ville  une  école  de  rEcrilurc 
'  peusi\t  pas  que  les  seiencegi  ne  se  Iruuvent  que  cfiez 
lire  de  cr^s  saiuls  Livres,  il  ajcmta  aussi,  comme  parure, 
qui  a  été  cause  quii  déligura  ipielquefi^is  la  vérité 
iilure,  jiar  des  iuiaginalious  très  bizarres.  Le  direeteur 
lilt  Philon  le  juif,  qui,  dès  qu'il  eiit  emlirass»»  eet  uri,  eoni- 
_*r  riu'i-iluie  [»ar  des  allégoi'ii^s,  au  détriiiieui  de  riiistoire, 
uiprlreut   pas  qur   umu   seulriueui  ils   dc\:iiout   «'viti'i"   l'eusei- 

/it;  U<l-e)  le  toU,  H'I  U^U^,  ce  «(ili  iin^  |HiroÌt  j^his  jii<(r.  Le  uud  U*i^  ^ciail  ll"'li^^  ikt 


Digitized  by 


Google 


OQ^^^ 


376 


BAtìnAhl^SAnRA     AnBAYA 


r*  r  3:!6K 


C  ft:i' 


*  T  -i2«'- 


I 


o^^ìo  .|»tO|S^^   i-^^2hS.  yOO|\  JK.^po;   If^Af   fioJJL^^  ])/   :yaa^J   fO^^lS.^ 

^Bun^^A^  ^-^M  ^!  f^  .|^oi3k   I^KJi^f  IJU^d   )^4o^  Joot  [foKjL^  Jjoi 

:)K-i,#^,^   ).m^Aa^^  jKJ^^^l   ^mofoyo^p  ^^oio^^  ts^u^    'Jts^Ow  )fOi.do 
wiJa£o  -)-^^i  ^*>^i|  ^sa^A-fl&Voi  ^o^df  i^^t   fooio  .^ì«|h«o^  )>fi>^o  ),Éyh^>f 


1,     r    Itir    liM  ii>   iilUus. 


fi.   t  !*w  ^o 


r  Ua3Mf  ^oi. 


•J.    T  Hl^*-^  Ifi^:^^.  _  X    1    0*-"^   ^*>«f.  —  k,  Dcesl.  —  5.   L»ee*L   — 


«oi^;^^« 


gnement  des  bagatelles,  oiais  encore  orner  Ics  Livies  diviris  rriiiie  vraic  doc- 
Irine;  ila  ainièreiit  donc  la  gioire  liiimaine  plus  que  la  gioire  divine.  Or  reux 
qui  *  fréquentaienl  Alexamlrìc,  dans  le  biit  de  s'instriiire,  étaient  très  nomUreux. 
Bienlòl  Fècole  des  philosoplioi^  drspanit ,  ci  la  nouvtdie  éeole  devint  prospere. 

Après  la  mori  de  Pliiloii,  le  pervers  Arius  se  rendil  célèlirc  à  Alexandrie; 
il  pronieilait  une  ampie  diseussion  rohilive  anx  livres  divios;  il  avaìt  niéme 
acqoitì  rérudltion  profane,  Ayant  été  appelé  à  expliquer  les  Kcritures,  il  in- 
venta, dans  rivresse  de  l'orgueil,  une  uonvelle  et  fausse  doctrinc,  disani  que 
le  Fils  osi  iTré. 

Oli  t'onvnqna  contre  lui  à  Nicée,  sous  Eustalhe,  évèque  d'Antioche  *,  un 
eoncile  oecuméiiique,  qui  dura  trois  ans  ^  et  anaHiématisa  la  doetrine  d'Arius. 
Le  concile  s'occupa  aussi  de  loules  les  liérésies  qui  avaienl  pam  dans  FK- 
glise  depuis  le  temps  des  AptMres  jusqu'alors.  La  discnssion  contre  toutes 
les  liérrsies  duiui  «juaranle  jours,  la  répliquc  des  Pères  à  Icurs  ohjections 
qninze  juiirs,  et  la  r**Jaetion  des  canons  et  de  leurs  eauses  Irois  jours^. 

l.  S.  Eu!^lmht^  év^quf  «le  lién^o  \ers  à'1:ì,  fnf  hsinsfiMv  ìt  I  églisc*  dWnHnrlu^  ìivj*iiI  fan  112:»  où  il  as* 
sHUi  un  f  ionr'iJe  *k*  NiL-ey  ;  il  lut  exik^  rti  'J'hni<  e  el  de  Ih  cu  Illyrie  vei  s  t'ari  331,  et  nunirut  vers  :t3T  — 
2.  Il  foul  lire  sans  doulc  ^^^r*  1^^  au  ìwn  de  ^j^  ^ài»  —  ;l.  Je  crnìja  qii  au  liey  de  M^-a^  ii  faut  tire  i 


Digitized  by 


Google 


[63]  CAUSE  DE  LA  FONDATION  DES  ÉCOLES.  377 

oiKjUi^flLd  JIoaa/  t-^bb^  s£oJi<^<mol  Jjuml^  :oiUJI  ojCbo  ^j./;  ^9  ^^ 

v£D09i tm'i'V^  lyoLjf^l  ^po^  |ifii^  v>  t-^L:^^  ^9  v^Kinv»  Ja.MJ9  ^^  jiàcuoD 

I  i>  io  i  "^N  s^ofoy^lo  «vfDoiojo^i^  j  9»la io  )i-2ui«  01^  ^..^bb^  |i»^o  ^^9  )joi 
i.#otOLaA.**;a\  ^^  c^^^9  Jl  f^  ^:)Lund09l9/9  liftNoi  ot\n^  v^ouVl  j-^au,^/} 
tf  n\  y^j  "»  Jl/  «mi»  va  ^  ^JLd  jLjuV/;  jloin^  ^^  Jlo  :|n\v>  stt^i^; 

<>  \oo^^k>^  0001  ^peu^  )^JU|.^  ^^^  ^>^^ 
:)*f^^fJS>  oi^  stì  9k  f  )909€u^9  JLljm^o  :)LdajaLflad/  JjuclS^  )ooi9  j^;  ^^ 

Ollo^    OJLldl/o   .U^it    )V^^    v£D0909a^9    00|    )f.«|^   01-^    JIo^a/    "^^    "^  \    ^^^.^01 


1.  T  <o»^  "^  K^a^-  —  2.  T  hic  locus  albus.  —  3.  T  >p©^.a^-  —  k.  T  ^^  ^^'  —  5.    T   W^ 

n 


T  327 


G  53'' 


Après  la  clòture  du  concile,  le  bienhcureux  Eustathe  ouvrit  une  éeole 
dans  sa  ville  *  d'Antioche  et  Jacques  à  Nisibe  '  —  car  ce  saint  aussi  assista  ♦  t  327 
au  concile  —  et  Alexandre  ^  à  Alexandrie.  Nous  n'avons  pas  Tintention  de 
parler  de  toutes  ces  écolcs.  Mar  Ephrem'  fut  établi  comnientateur  par  Jacques, 
et  Athanase  par  Alexandre.  Quant  à  Eustathe,  ayant  été  exilé,  il  confia  la 
direction  de  l'assemblée  à  saint  Flavien  *,  qui  pour  une  pareille  affaire  s'as- 
socia Diodore*.  Ils  dirigèrent  l'assemblée  d'Antioche  dans  la  voie  de  l'or- 
thodoxie  *,  ne  faisant  aucun  cas  des  menaces  du  roi  Valens  et  de  l'insolence 
des  Ariens,  fils  de  l'erreur,  mais  accomplissant  leurs  oeuvres  tantót  à  Tintérieur 
de  la  ville  et  tantót  au  dehors. 

Quand  Flavien  fut  consacré  évéque,  le  bienheureux  Diodoré  se  retira  dans 
un  couvent,  où  il  ouvrit  une  école,  qu'il  dirigea  longtemps;  il  eut  beaucoup 
de  disciples,  parmi  lesquels   les  bienheureux  Basile,  Jean  (Chrysostome) , 

1.  8.  Jacques,  évéque  de  Nisibe  vcrs  297,  assiste  au  concile  de  Nicéc  en  325;  il  oblient  de  Dieu  le 
chàliment  d*Arius  en  336,  et  lalevée  du  siège  de  Nisibe  en  338;  sa  mort  eut  lieu  cette  méme  année. 
—  2.  S.  Alexandre,  évéque  d'Alexandrie  vers  313,  assista  au  Concila  de  Nicée;  il  mourut  en  326  et  de- 
signa S.  Athanase  pour  son  successeur.  —  3.  Voir  ci-dessous,  p.  381,  n.  1.  —  4.  Celui-ci,  après  la  mort 
d'Eustathc  d'Antioche,  se  décide  en  faveur  de  son  successeur  Mélélius,  à  la  mort  diiquel  il  estélu  évéque 
à  sa  place  en  381.  —  5.  Diodore,  nalif  d'Antioche,  se  rend  célèbre  par  ses  vertus  et  sa  science.  Aussi 
est-il  appelé  «  le  grand  et  Irès  sacre  Diodore,  le  fort  athiète  de  la  piélé,  la  colonne  et  le  défenseur 
de  la  vérilé  »,  etc.  (voir  Fabricius,  Bìbiioth.  Gr.rca,  ed.  Ilarles,  I,  ix,  p.  277,  et  Ixo  Allatius,  Diatriba 
ile  Theodoris,  Nura.  lxvi);  il  est  élu  évéque  de  Tarse  en  378  et  est  mort  en  30'i,  —6,  Voir  Tliéodoret, 
lib.  II,  cap.  xrx;  lib.  IV,  cap.  xxii;  lib.  V,  cap.  xxvn. 


Digitized  by 


Google 


378 


BAIUIADBSABRA    ARBAYA, 


•V 


QO^la^L.^Bk^^A^5o  liìK^t   Ì<a-AQ3  ou^  ^2l!^^  .odoS. 


:vnK 


•  (  :  yi 


^■^Nno  r^fiDO^ffiV^i    )lci^Qfìm9>ff   liN-^^iX  ^«^>^i^   |ju»f^  ijot  3|f   ^%   ^^ 

"^^^  ;|KJL^Ka^  ^l  jìl  :)ooi  ^9^^   )Iqi<^\^i  ^ÌK^^  lh^.^0^  jO^JS^ 
I^MO  :)«S£«^.-d  yo^l^-^!  }-i^Aad    ».A^>i    )ÌQ^A^f    'jLk.^   yo^  *JloiS/f   )^-^ 

yCOM.^  ^  A  \K-^f   : ).AX-^£ULao  l^il   Ìa^O|^  :M>C^   M^I^d!   |lciivi\i>y> 


Kvagrius  et  Théodtm*  le  grand  (de  Mopsiieste),  qui  puisèrent  chez  lui   la 
scienee  des  Ecritures*,  Diadore,  en  elTet,  fHait  acconipli  plus  que  tout  autrej 

r  :i27'".   dans  la  scienee  de  la  philosopliie  *  et  ilans  Texégèse. 

Ce  Saint  avaut  été  eongaere  évtujue  de  Tarse»  ses  diseiple^  se  disper-  ' 
sereni,  et  il  ne  resta  dans  le  monustAre  quo  le  bienlieureux  Théodore,  qui  lui 
Seul  Y  enseif^'ua  longlenips,  non  seulenient  «jralement,  mais  encore  en  com* 
posant  des  ouvraj^es,  sur  la  ileuiàiide  iles  PtTes.  Par  la  force  de  la  grAce. 
il  fit  des  t:omnientain*s  sur  ions  Ics  Livres  et  des  controverse^  contre  toni'-' 
les  hérésies.  Jusqu*à  Tépoquc  où  la  griVce  Ut  paraitre  cel  bumme  sur  la  terr* 
tontes  les  branehes  dr  riiistiueliuu,  de  Texégese  et  des  traiiilions  nur  f«| 
h^crilures  divinrs,  comme  les  difTéientes  malièr<*s  dont  cu  fait  rimag»-  <^' 
d<*s  rois,  étaieot  dispersées  ri  éparpillées  partoui  sans  ordre  «laii- 
vrages  des  preniiera  i'»crivains  et  des  Per     de  l'Église  Calhulique. 
Dès  que  cet  liouiine  eut  distinguo  e         le  bien  et  le  mal,  ùi  s»* 
dans  les  ecrits  et  les  traditions  il 

T  32H^    Inibii  e  nirduein»  il  rnuiiil  fii  un  en 
qni  éluient  dis[H'rses,  de  sorte 


Digitized  by 


Google 


[671  CAUSE  DE  LA  FONDATION  DES  ÉCOLES.  381 

s     ; |L o  flpy  ?»  K  n  W  j^^ioC^  lutato  jLfci  wuKa/  JLlsl^/;  ^^^^ibSL^  ^9  )a.Mj 
^  •^  f»  ^;M9  001  :^>V3/  ^*|.M  ""^w^doi  Ji^^  'V*^  ^"^^^^  )^^^  Iy-^I^ 

•  JIo^a/;  U^i  l«i>a.n  ^òol  t^ai^^  .^«oia^i^f  JLldj  ojSi^  ^*pa^  ^òolo  .^^oiìojl 

0001;  )y  «I  i  0  )|,  ;lvì\1  i^ib^  Jl/  J,uA\  jLfoi  oid  out^o^  iK^  ^^-#9  jLd/ 
*  •  •  •  ^k  * 

0    ^.M  ^o.^  ^jlJlx^A  jKsuAoKjd  JIo^a/;     J^j^aia^  ^#oia.«^9  \^h<^  :^oì^  «  e  56*. 
^  .^^KJ^  0001  ^^1/  ^n  T  9»  '^^^  ^^  Ì^U>  ^)ooi  l;}  ^»oinv>|n\  ^oo^ 

1.  («01^9/M^  ^Vi:^kA  »,fi5  CO)  »*;3J  ^^01  A.  —  ^.  om.  A.  —  3.  ^i^  i^^lo  A.  —  4.  V^/o  A.  —  5.  lo©»» 
(j^k)  A.  —  6.  I^ar^ofta  VaamN  |**ftj3  usUJ  ;«^i  A.  —  7.  Icoi^^lJ  A.  —  8.  <^»  Jdaa^^J  tooif  ooi  A. 


taureaux  et  les  moutons.  »  Rabbulas,  dès  lors,  lui  cn  garda  une  rancune  dans 
le  cceur;  et  après  sa  mort,  il  fit  brùler  à  Edesse  tous  ses  écrits.  11  n'échappa 
au  feu  que  Ics  commentaires  sur  Jean  Tévangéliste  et  sur  rEcclésiaste,  qui, 
dit-on,  n'éiaient  pas  encorc  traduits  du  grec  en  syriaque.  Mais  ce  que  nous 
venons  de  dire  de  Théodore  suflìt. 

Montrons  maintenant  comment,  pour  quelle  raison  et  par  qui  cette  di- 
vine assemblée  a  été  Iransférée  en  Perse.  Le  bienheureux  Mar  Ephrem,  dont 
nous  avons  parie  plus  haut,  lorsque  la  ville  de  Nisibe  fut  livrèe  aux  Perses, 
se  retira  à  Edesse,  où  il  passa  le  reste  de  sa  vie  *  ;  il  y  ouvrit'une  école  et  il 
cut  de  nombreux  disciples^. 

Après  sa  mort,  Técole,  loin  de  tomber  en  décadence,  fit  de  considérables 
progrès,  gràce  à  Tactivité  de  ses  disciples,  qui  augmentèrent  (le  corps  de) 
Tassemblée.  *  La  renommée  de  Fècole  se  répandit  partout,  de  nombreux  jeunes  *  e  56\ 
gens,  par  amour  pour  la  sagesse,  s  y  rendirent  de  toutes  parts.  Lorsque  Mar 
Narsai,  Barsauma  et  Ma'né  —  qui  furent  ensuite  consacrés  évt^'ques,  le  second 

t.  8.  Eplireii),  suivanl  l'auleur,  aiirail  enseigné  à  Nisibo  pendant  lrenle*liuil  ans;  car  celle  ville  fui 
crétlée  aux  Per»e:s  en  303;  il  niuurul  à  Édesse  en  373  (sur  S.  Ephrem,  voir  Assémanì,  B,  O.,  I,  26  et 
suiv.).  —  2.  Les  plus  célébres  disciples  de  ce  saintsont  :  Paulona,  Zinob,  Baiai,  llarsamia,  Aba,  8iniéon 
et  Mara  (voir  le  leslamenl  de  rillustre  écrivain). 


Digitized  by 


Google 


382  BARFJADBSABBA    ARBAYA.  :68; 

jiOIQuJ    ^«-^A    ^    )V^^^  JIoAa/    w»0|9    ^IlOtS^VO    j^i    ^9    |oO|   ^«0|dK«/ 

oiK  >rì  »i|  ^  )ooi  xi>  ^.V  ^  ojSi^  jLfoio  JoiSs;  )ooi  Ièj}j>  o6^  JfOdi^  opoà; 

Jl/  :^)v-^>.Jo  )ooi  |,vn  »f  o^  ^.do  JV^;  jlofO-^/;  ^/o  |ln  t  >  ^  Vy 
^fli>MÌ  )|^  )90|^  ^^9  ^V^  Jt-2^  ^ojSi3  )joì^  oì^  )ooi  Pfl^  K^JjK^mm. 
e  57*.  jUl  l^^t^i^^x^  I  »^N^V  oooi  y  n  iifiif  Jl  jLjLXULfiL^;  ^»orini>a^  *  ^^^^a^i:)^;  :)oqi 
^^.m/j  y^li  wi^Qi  :|ooi  ^ftt>9i  v>  )iOL^l  wV:^;  )loivi\iV>  ^^  |Ì^<^! 
%^oi9o/;  lutato  ^òoi;  oi.do%i  jooi  ooi;  jLioi  .JSok  yV  >>feoo  |^,»,^\a  ^j/  ^  i« 
.^)-^  )Lò^;j  jlioi  01^  o^ijo  :c^jj  viOifoJI  ot|,^>aL\lo  ooi;  ""^^^^e  .JM^Ov^ 
:>  i^v>/  jifiiftVH  IfiiorfV  0^  :JlaaA/9  )loiviS>v>  yi >ì o»  ^^  V^h^^^I 

1 .  liS^A^  C.  A.  —  2.  U^e  UfiAdM  A.  —  3.  j^^\»  ooi^  Ua«{  a.  —  4.  Ue;«Me  i^oj^  tooi  m:«*9  o^  «do  A. 
_  5.  Jjoi  oC^a!^  —  6.  om.  A.  —  7.  om.  A.  —  8.  Po»»  A.  —  U.  bA  v®®»*^»»  ^'»«  A. 


pour  Nisibe  et  le  dernier  pour  Réwardaschir  '  —  entendircnt  la  renommée  de 
celle  école,  comme  ils  étaient  des  hommes  studieux,  ils  y  allèrent  aussitói 
avec  les  autres. 

Le  direcleur  el  Finlerprèle  de  Técole  était  alors  Cyoré  ^  ;  il  avait  un  es- 
prit très  illuminé;  il  était  tout  à  Dieu;  il  étail  si  dévoré  par  Tamour  de  Ten- 
seignement,  qu'il  prit  lui-méme  à  t&che  et  d'interpréter,  et  d'enseigner  la 
lecture,  et  de  faire  épeler  et  de  faire  des  homélies  dans  Féglise.  Malgré  ses 
jeùnes  et  ses  mortìficatìons,  il  accomplissait  avec  soin  toutes  ces  charges, 
^*  57'.  La  seule  chose  qu*il  regrettàt,  c'était  *  que  les  commentaircs  de  Tlnterprète 
n'étaient  pas  encore  traduìts  en  syriaque.  Pour  commenter,  il  se  servail 
des  traditions  écrites  par  saint  Ephrem,  et  émanées,  d'après  ce  que  Ton  dit, 
de  la  bouche  de  TApótre  Addai,  qui,  lui  le  premier,  a  été  le  fondateur  de 
cette  assemblée  d'Édesse;  parce  que  lui  el  son  élève'  s'élaient  rendus  à 
Édesse  et  y  avaient  jeté  cette  précieuse  semence.  Et  mcme  ce  que  nous 
appelons  Tradition  de  l'école  ne  veut  pas  dire  les  commentaircs  de  Tluter- 
prète\  mais  coux  qui  se  soni  conservés  en  passant,  dès  le  commencemenl, 

1.  Ce  noni  est  lanlól  écrìl  Wardaschir,  lantòl  Kówardascbir  el  lanlòl  Belh- Vrdasi'lilr  —  2.  Ne  serail- 
ce  pas  ce  Cyriliona  doni  les  oeuvres  ent  élé  publiées  par  M.  Bickeil  dans  Z-  />.  M.  G,,  XX  VII,  566^ 
—  3.  C*esl-à-dire  8.  Mari,  qui  fonda  l'église  de  Séleucie.  —  4.  Voir  ci-dessus»  380,  n.  4. 


Digitized  by 


Google 


iim 


CACSt:  l>K  LA  lONDATlOX  DES  KCOLKS. 


383 


ì)  I  "^-l     oòif  ^.^otOLS^*  yo^  ^^i^ai3   ooi.d  U^j;    l^^^-'    U->t^  ^;^^  '^^^C! 
1^    vd/  oAìfl/o    ^f  Oi^  :'  yOOfJLoJbabwi-^^  )Lto£^  ^^Kd*  |jk«.a3  oii.^  qN  '^oo 

vOQ|\^    >f    ''^  ^V>    .  'q|1  ClKìflO     jl^QJO     |  oftQJ'^f    OIA^.^     >OajCLjj     £Cbsj.A    wk^D'^J 

)^/j   i^eoCv  v^ej   :^,m  fioy  i  s#v^o   o£^  ^p^lf^  ^^oo  .oliaci   fooi  bs^^  ^^^! 

>  #V  m  \;  l^-L-dj   )  1  -^ci  ^  J^oi  OOI  I^^Ji^auZ^  oi|»dj  Wf--^  '^^^ì  ^^  \^.^ 

♦^  >OQ^C^  ).fì.aa9o  )Kv4i,jD  pò/   ^  :^mi.jU 

\.  aiti.  A.  -*  -2.  iiEii.   A.  —  :ì.  spwlm^>^i^^*^io  A.  —  'i.   um    \.  —  :,,    A  a<lil.  l6c#Aio.  —  ti,  ^{   A.  — 


de  la   bouclio  à  rort^ilto,  et  qnr  le  bicrrilioiirniix   Narsai  iiHi^ra  ilaiis  ses  ho* 
mélies  et  tlans  le  reste  de  ses  ouvrages. 

Les  commentaires  de  Théodore  ayant  été  traduils  eii  s\  riaquo  et  ayaiit 
passe  à  Fassemldée  d' Edesse,  Cyoré  jouit  du  repos  avcc  tous  ses  dìscìples. 

*     Les  saints,  que  iious  avoiis  meiitioiinés  plus  haiit,  restèreiit  longtenips  aiix 

pìedn  de  ce  *  bienlieiireiix;   ils   furent  versus  daris  llalerpretation  des  livres   m:  st»* 
dìvins  et  daiis  leur  1  radttion,  et  ils  étudièreiit  les  écrits  de  Tlnterprète. 

Après  la  mort  de  Cyoré,  interprete  de  Técole,  toute  Tassemblée  demanda 
Narsa'i  pour  chef  et  diiecteur;  car  il  n'avait  poìiit  d'égal  dans  Fècole.  Narsai, 

0  n'ayant  pu  resister,  leur  dit  :  «  Moi,  je  ne  peux  pas  me  charger  de  tout  le 
travail  de  recole,  eomme  notre  maitre  V,  (|ni  était  cxpérimenté  et  riche  en 
santt^  du  corps  et  en  gràee  de  Tesprit.  Mais  si  vous  établissez  un  mailre  dv 
lecture  et  un  aulre  d'épellation^  je  pourrai  peut-étre  me  charger  de  l'intei'- 
prétalion.  »  L'assemblée  exau^a  sa  demande,  Narsai  dirigea  Pécole  pendant 

5    vingi  ans,  eu  faisant  tous  les  jours  des  commentaires  acconipagnés  de  cimnt  ^. 


1.  ^*  signille  u  noire  mailre  ►>-  —  2.  1^*-^  ;signifie  lei  «  cliu-ur  -».  L'auleui  fait  allusion  anx  titiii- 
Mques  de  Nap^^Hì  qui  ficcompagnenl  ceriaines  de  ses  bomélies  poóliques  et  qui  éJaienl  chanlés  Mer- 
nEiUvfMìiont  p:ir  tieux  i  lifiMir>  (voir  li.  Duvul^  La  Litterature  sijriffqur,  f>,  TR-17,  \n  poesie  syrraque;. 


Digitized  by 


Google 

1 


e  58-, 


I 


:i8'i  ^^^^  lìAKIjADHSAHliA     AISHAVA  [70' 

^  fLoJOlD;   If^J   ^^^..^^  ^^Iq  «^qv^^ 

1     -  ""  -t'"^     oC^    Jl  /     tM^J&^J    ^po    ^Ol    ^^    wUX    ^9     1^    ,    0|fi.A^    ^/     |l^» 

^)K.^a^  ^^s^C?>u>  Oaì^I/o  :  ')9t>^;  )^N>.">  yOOiM»Vl  o^jUio  *'^^>.^9  ^f   ^o 

1.  A  ndiL  <M».  —  2.   A  tiri».  *Ih*-  —  3.  *.©«  l-ow  A.  —  'i,  l-"^,^-r*?  fJ  A.  —  5.  ^^*  A.  —  fi.  I^aa:^*^ 
^ohVÌ  ^Jp-;  A,  —  7.  A  om.  lfi^-»A*i»  "^.^^^  ^  8,  ^^ftua^/j  \,  _  u.  ^  J^J  A.  —  lo.  lo»  A. 


Harsatima  vini  à  Nisibe  et  fut  élu  'évt^que*.  Ma'né  partii  poar  la  r*er3P 
t!t  y  rt'vul  le  joiig  dii  sacerdoce  'K 

Les  affaircs  de  Pecole?  étaienl  en  boii  ordre;  mais  Sataii,  seloii  sa  coutunie, 
y  init  la  discorde  et  le  désordre '.  Mar  Xarsai  quitta  donc  rùcolc,  et,  étant 
velili  à  Nisilie,  il  s^iiislalla  daiis  If^  eouvent  des  Pcrses.  Il  avail  forine  le  projet 
de  se  rendre  eii  Perse,  Et  Uarsauiiia,  ayaiit  appris  cela,  lui  envoya  soii 
areliidiatTo  el  le  fit  iiilroduiri:'  daiis  la  ville  avee  t^i'aiid  lumneur.  Après  s'étre 
salués  et  avoir  past^è  eiii^emble  quelques  jours,  Barsaoma  pria  Narsai  ile 
vouloir  bien  restor  ehez  lui  el  de  fonder  une  école  dans  la  ville  et  lui  proiuìt 
son  secours.  Narsai  ayant  liésiU^  à  atcéder  à  sa  demaude  :  <  Ne  pensez  pas, 
itMHi  IVère,  lui  dit-ìl,  ([ue  votre  départ  dlulesse  et  la  dispersiou  de  Tassein- 
btée  *  soient  aeeideutels;  aii  corilraire  ils  sont  proviilentiels.  \^r>us  iTaurez  pas 

I,  Il  osi  Jone  inexacl  qui'  Narsuì  ai  ses  compagnoni^  aleni  i-lé  toos  ensemble  expulsé^  d'iktesse  en 
457,  coimne  le  rdc"i>uLtìiL  iaiiniati  dn  Ii?tii-Af8cli*m ,  rar  Je:^  éculìors  [lersaiis  *|ui  afUeviiicnl  leiirs 
éludes,  lievaieiiL  cjuiUer  KJesse  et  mveiiìr  dans  leiir  pnys,  ci*mnu^  le  lìreiil  llurMunna  el  Mi^né;  nous 
^a\u^s^  niéniQ  que  Harsauina  a  éiv  roiisacré  evi^que  vn  7'it>  des  ^ri'ées  i't.ih]  jvoir  Ebedjésus  tir  Nhibe. 
tifate  iìrss  jugvmenta  cvctcmtsiiqutis.  èl  In  clirunique  d'Elie  de  Niiiibe}.  --  2.  Darliébru'US  el  Af^séniaiil 
(B.  fA,  UL  f,  :i7<ì,38l)onLci>nfandu  ce  Mti'fié  avec  le  patdarcJie  du  mònie  nota,  qui.  en  42*»,  succèda  à  J«- 
balaha  h*.  el  qni  élaìl  luì  atissi,  avaat  il'tHre  élu  patriarehe,  év*>que  de  Hewardaschir.  La  cbrónlque  de 
Séerl  riomme  qualre  évétjaes  dt?  HéwardascJdr  :  Mann,  Ma'aa,  Maii  el  Mann  [^Jju'm  ^lU.  'jjl**  bUl; 
el  dil  du  dernìer  Beale  meni  qn  il  élait  cooipagnon  de  Narsaij  de  Barman  ma  el  d  Aetice,  datiiii  Fècole 
d'Ivdesse,  el  quii  Iraduiàit  en  syiiaqae  les  i>avrages  de  DiiKinre  de  Tnr^e  et  de  Tbi^odure  de  Mupsueste. 
La  lUi'tuie  rlnoiiiqne  dit  eneore  quii  a  assislé  an  jìyniMje  d'Aeaec  <'i8*ì|;  vnir  au?>si  le  StfUMihon  (trien- 
tatr,  p.  Ai)ti.  — 3,  Il  fari  allnsii»n  ;i  re>ipul>iiiN  ilKiéSM'  de^  pailisau--  tìit  revéijiie  Iba^,  apivs  3*a  mori 
qat  eul  tJeu  Je  'IH  oetubie  ^ià7. 


Digitized  by 


Google 


[711  CAUSE  DE  LA  FONDATiON  DES  ÉCOLES.  385 

9K^  ^òo  lyoL^^ioi^  looi;  ^òi^  );oì^  oi.^.^;!;  oog/o  JoiS^;  %^oi  jloiV^^ 

jl;  ^^^.aoo  4  ^^  -  ^^  JULmO  yjp^JLtt.^;  )lol/o  :)L«099  jK^oia^o  :)ooi 
J.M,g\ji  •  )Kuk^d|id  jK^S^e  ^#/  :)Ld^  yCOiK^ib^  vf^^  %aj^Kji/  :oooi  ^^ft*» 
cim'ìì/»  "^^nA  QjJLdd  :|la9uu#9  i^^  K.4w^b^o  :)L^a^^9  jK^VoJI  oxidJ  ^; 
ypoj  otl|  >  AD  K^k^d  JLldj  ^«C^^Ado  .^aSL^o  opa^/o  o^^euxlo  J  i  ?  ^3  )LS^ 
^^^^^alii  y/o  .jLnjiQJLd  O0I9  oi99a:>  3/  ^^oioK^/;  s^  i^^^^i  jL^doi  .jLiMib^  cn\^'> 
V-^ib-^K^b^  .^^9   ^%Jl:^  ^JL^  )ooi  )jd9  jLiiio^  :)^90i  Kj/  oKIìO  w^  Kj/ 

Ift.9  jL^o  «oi^  ^n  i  nfeoo  >  nT^  ^0  ^^9  .jiàeuaD  |v>fl>il  Ka^O 


.X.M 


G  39r 


.JLdioiJ^  ^«H^  ^1^^^-^^  :oM|.di^o  Kj/   Kj/;  K^)vJ^s.«o  :jLjkQJLdJ^oi  K^/; 
Oko  wJ^  K..^^  V^bdo  .)>^9j  jLxdo  U^M  ^/  ^  Kj/  )o6i  :|loVoM  Ka^ 

1.  A  om.  V?-**?  oi^a«ft-ao  i6^  ^'  —  2.  A  ora.  l^*oo3  |6^»o  ^J.  —  3.  om.  A.  —  4.  looit  U»  PUo-:^ 
^e^  "^aa  a.  —  5.  AM  udd.  ;k^-  —  6.  IP^n^    o^'f^fo  ^l  ^»N  ^.U^o  :  la^oi  Uj^oìD  ^.J,  ^^'^^^^  ^o 


méme  tort  si  vous  comparez  cet  incideat  à  celui  qui  eut  lieu  à  Jérusalem, 
après  TAscension  de  Notre-Seigaeur.  Il  y  avait,  là  aussi,  Tassemblée  des 
Apótres,  les  dons  du  Saint-Esprit,  des  miracles  et  toutes  sortes  de  vertus. 
Gomme  les   habitants   de  cette    ville  ne  le   méritaient   pas,   leur  demeure 

5  a  été  deserte,  ainsi  que  Ta  dit  notre  Rédempteur  '.  Mais  les  Apótres,  s'eu 
allant  par  les  chemins  qui  conduiseut  aux  villes  des  Gentils  et  dans  les 
enelos  des  paì'ens,  assemblèrent  tous  ceux  qu'ils  trouvèrent,  mauvais  ou 
bons^;  ils  préchèrent,  baptisèrent  et  instruisirent ;  et  ainsi,  en  peu  de 
temps,  rÉvangile  de  Notre-Seigneur  se  répandit  dans  tout  le  monde.  Or, 

IO  d'après  moi,  la  dispersion  de  cette  assemblée  est  tout  à  fait  semblable  à 
celle  des  Apótres.  Si  vous  m'écoutez,  et  que  vous  vous  installiez  ici,  vous 
ferez  partout  beaucoup  de  bien.  Vous  ne  pourrez  trouver  dans  toute  la  Perse 
une  ville  qui  vous  soit  plus  convcnable  que  celle-ci  ;  c'est  une  ville  *  impor-  *  e  .co- 
tante ;  et,  comme  elle  se  trouve  située  entre  les  deux  empires,  on  y  vient  de 

15  toutes  parts;  quand  on  apprendra  qu'il  y  a  ici  une  école  et  surtout  que  e  est 
vous  qui  en  étes  le  directeur,  on  se  presserà  en  foule  autour  de  vous.  Vous 
serez  surtout  un  intrèpide  soldat,  et  vous  nous  servirez  de  bouclier,  dans  ce 

1.  MaUli.,  xxiii,  38.  —  2.  Ibidem^  xxii,  9,  lo. 

Digitized  by  VjOOQIC 


♦  G  59»'. 


:m]  BARHADBàABBA    ARBAYA.  .72^ 

vOQi^U  :^  yt  \  t  v/«  >v?^\  VI  \  ->  )La-^  )v-^  v?^  ^/?  -t—  ^;^ 
)90i;  y»  \  IJ  ooi  ^l  y  >|  »<H  :oi  i  >\ì\  omu^a  ^«^^  T^^^t  t^?  K^^ 

JLwVa-jODo  In    «>;;ì»  )Lì;/  »a,.iN  >  ^oJS^  :o<i^«>  ot  \o  )joi  Jjl^j  "^iNn-to 
Ijoi    ^^9  y^l^  i^oLl  otLoS^  ^^oiio/j  lutato  ooi;  oijL^^D  3/  Jl/  t  y  ^  «j  o; 

.[    m    tOfS^    h<ék^   I  «ita,n    3/    O^^flD    )l^!bb^   J9OI    ^^O    JoÒwJI    sAtìùL    1^  --^^^i 

K  n  v>  :)l,a.iiiX^  KaJS^oÌ/  jUboooiV  Ka^^o  .iiou  ^n  ^»wJo  :Knii  >»  %«oifo/o 
♦>  >  Yt  %A^euiio  >  .iAi^ìf  I  «ita,n  jLioi  ^9  oi^d;  Joi^  ^^^^^^!!  J'^^^'i^  J  >fny^ 

1.  ^.  vì*.n  AM.  —  2.  o^?  Us^l  A.  —  3.  v^^J»^  A. 


temps  où  l'hérésie  a  commencé  à  viser  manifestement  la  Mésopotamie.  Peut- 
étre  vous  et  moi  pourrons-nous  supprimer  le  mal  de  ce  milieu  :  Deux^  est-il 
écrii,  valent  mieux  qu'un;  car  ils  ont  mcilleure  ré<^ompense  de  leur  travail;  et  si 
un  est  plus  fori,  deux  lui  résisteront  ' .  » 

Barsauma  put,  par  ces  paroles  et  autres  semblables,  calmer  Tesprit  de 
Narsai,  qui  voulut  bien  fonder  une  école  à  Nisibe.  Il  ordonna  aussitOt  de 
préparer  tout  ce  dont  a  besoin  une  école.  En  peu  de  temps^  il  y  attira  de 
nombreux  frères,  de  sorte  que  non  seulement  les  frères  persans  et  syriens 
venaient  à  lui,  mais  encore  la  plupart  des  frères  qui  étaient  dans  Técole 
*  G  59''.  d' Edesse.  *  Tout  le  monde  glorifiait  Dieu.  Les  écoles  se  multiplièrent  dans 
l'empire  des  Perses;  Edesse  s'obscurcit;  Nisibe  s'illumina;  l'empire  des  Ro- 
mains  s'emplit  d'erreur,  celui  des  Perses  de  la  connaissance  de  la  crainle 
de  Dieu.  Narsai  dirigea  cette  école  pendant  quarante-cinq  ans;  il  composa 
aussi  plus  de  trois  cents  homélies  avec  d'autres  ouvrages^. 

1.  Eccle.,  IV,  9.  —  2.  8i  Texpulsion  de  Narsai  a  lieu  en  457,  ainsi  que  le  dil  Siméon  de  Beth-Ar- 
scham,  la  création  de  Narsai  comme  inlerprète  de  Técole  d'Édesse  aurait  eu  lieu  en  437  ;  Gyoré  uossi 
serali  mori  cette  méme  année,  après  avoir  dirige  l'école  pendant  soixante-quatre  ans,  c'est-à-dire  depuìs 
la  mori  de  B.  Ephrem;  Narsai  lul-mème  serail  mort  en  502,  Élisée  son  successeur  en  509,  Abraham 
de  Beth  Babban  en  569;  Jésuyab  serait  nommé  évéque  d'Arzoun  en  571;  Abraham  de  Nisibe  lui  aurait 
succède  cette  inéme  année  et  serait  mort  en  572,  et  cette  méme  année  Hnana  dWdiabènc  aurnit  suc> 
còde  à  ce  dernìer. 

Les  poésies  de  Narsai,  suivant  Kbedjésus,  formaienl  douze  voluraes.  Une  centaine  de  ces  poesie^ 
nous  sont  parvenues,  et  viennent  d*étre  publiées,  pour  la  plupart,  à  Timpriraerie  des  PP.  Domìnlcains 
àMossoul.  Ebedjésus  altribue  encore  à  Narsai  des  commentaires  sur  la  plupart  des  livres  de  l'Ancwn 
Testaroent,  une  liturgie,  des  explications  sur  le  Saint  sacriQce  de  la  Messe  et  sur  le  baptéme,  de» 
homélies,  des  hymnes,  etc,  et  un  livre  intitulé  :  Sur  la  corrupUon  des  raoeurs.  La  chronique  de  Séerl 


Digitized  by 


Google 


G  cor 


[73]  CAUSE  DK  I.A  FOXDATION  DES  ÉCOLES.  387 

yOOUlhdOH    jKdbbblJl    ^.ik^O^    .yOOipO   io^   OaJLAO    O^}!/    joi!^;    Qtl#">|    y^l 

:|  fi  n  l^oi  ^  ^  ociN»  )ia:b^9/o  :)JlajLQ.,^9  jl^o^j;   i^V^o  t^JL^»  |.^ci;i.flp 
V-do  ^oun.JL^t-^0  ou2^  )Oot^s>l  w^:^  oty^\\  oC^o^  ^f^oi  :)Kni>Vì\ 

1.  »—  A.  —  2.   \»'^l  Ift^oB  »^  A.  —  3.   ^aO^j  G.  —  4.  |itìa.>o!^A»oo  AM.  —  5.  om.  M.  —  6.   wi^N 
A.  —  7.  A  om.  o»«^^  Po- 


Barsauma  composa  lui  aussi  beaucoup  d'homélies  avcc  d'autres  instruc- 
tions.  Tous  les  deux  vécurcnt  selon  la  volente  diviae  et  furent  transportés 
auprès  de  leur  Maitre  '.  Ce  ii'est  pas  Thi^oire  de  leurs  vertus  que  nous  nous 
sommes  propose  de  raconter,  mais  le  mode  de  leur  enscignement. 

Après  la  mort  de  Narsai,  Mar  Elisée  Bar  Qosbayé  accomplit  pendant 
sept  ans  la  charge  de  Tinterprétation  ;  il  était  gpahd  hommc  et  instruit  dans 
tous  les  livres  ecelésiastiques  et  profanes.  Il  composa  lui  aussi  bien  des  ou- 
vrages  :  des  traités  de  réfutation  des  doctrines  des  Mages,  des  controverses 
contre  les  hérétiques,  des  commentaires  sur  tous  *  les  livres  de  l'ancien  Tes-  ♦  e  co- 
tament,  selon  la  langue  sy rienne  ^. 

Après  qu'Elisée  se  fut  endormi  avec  ses  pères  en  paix  et  dans  une  extréme 
vieillesse,  Mar  Abraham  lui  succèda.  Celui-ci  était  parent  de  Mar  Narsai; 
il  fut  méme  à  son  service  et  habita  avec  lui  la  méme  cellule  ^.  Il  s'appelait, 

dil  que  ce  dernier  livre  élail  sur  la  corruptiOD  les  moeurs  et  des  moines  hérétiques  (monophysites). 
1.  Barsauroa  fut  nommé  évéque  de  Nisibe  en  435,  ainsi  que  le  dìsent  Elie  et  Ebedjésus  de  Nisibe 
(voìr  ci-dessus,  p.  384,  n.  Ij;  sa  mort  est  postérieure  à  491,  année  eu  laquelle  il  recommeuQa  à  se  que- 
reller  avec  le  patriarclie  Acace,  et  Osée  son  successeur  occupait  le  siège  en  'i96.  Ebedjésus  lui  attribue 
des  exlìortations,  des  oraisons  funèbres,  des  hymnes,  des  lettres  el  une  liturgie  (Ass.,  B.  O.,  Ili,  i, 
66-70,393;  J.  H.  Ghabot,  Synodicon  Orientale,  308,  312,  514,  539,  etc).  —  2.  C'esl-à-dire  selon  la  version 
syriaque.  Asséraani  {B.  0.,  Ili,  i,  167)  confond  avec  Élisée  patriarche  (523-538)  ceL  Élisée  qu'Ebedjésus 
surnomme  interpriHe.  La  chronique  de  Séert  dit  de  lui  quii  succèda  à  Barsauma,  évéque  de  Nisibe; 
mais  Barl^adbsabba,  qui  est  beaucoup  plus  digne  de  foi,  ayant  écrit  ce  traité  à  la  Ila  du  vr  siècle, 
dit  ici  clairement  qu'il  n'a  pas  été  évéque.  L'auteur  de  la  susdite  chronique  aurait  confondu  cet  Élisée 
avec  Osée,  successeur  de  Barsauma  sur  le  siége  de  Nisibe.  Éliséd  bar  Sabine  que  mentionne  encore 
Ebedjésus  (Ass.,  B.  0.,  Ili,  i,  223)  ne  serait-il  pas  le  méme  que  cel  Élisée  bar  Qosbayé?  Élisée  mourut 
en  509  (voir  ci-dessus,  p.  386,  noie  2).  —  3.  oi'^a  ;a^  littéralement  :  fils  de  sa  cellule  (syncelle). 


Digitized  by 


Google 


*  (:  ViiV' 


ì 


ÌHH  ~^^^  liAUIJAfJliSAISBA     AIHiAYA.  17^41 

.^o^^   ^1^  o^  oooi  xff^  wi^fiDtJ  ^t.^/9   ^1;   jLjoi  .Mb^iJ  ^«pe;  ott^*^^ 
<*yo<H\.^l  s^QU'^o  o^òQjì\  Qi^"^.^.^  I^^^>^  VluioìS^  «.«oia^l  ouK^f;   yW» 

<>)oC^    *Nirs.^M    ^«oC^o.^  |joi  l^iLO.!^    od^i^i^àeò^  n.>*\»f  JtoC^o^  rvOOuTt 
001  3/   ^9    ^^^^  '^If   i^'^^  ^:^  ^^   ^«/*     )r^^^    ^f-^^^^  v^^^^f^^  ^)if-^ 

<*jLf^/  |.^oj;iy>  ^aà.  liliali   |jt^|o 

I,  Ijoi  La:^  vM.  -  2.   ^'^J^  A.  —  :t.  A  iiiM.  «>^;^^   «>*a  l;o&*  M*   ^«a2io-  -  fa.   A  atjtl.   U^^a*^©. 
5.  e^«<  o*Ìi^  A.   -  li.  "^.a*»  A,  —  7.  W^   A  8.   ^.-w    A. 


ilil-nn,  Narsnì;  iitai.s,  dès  (\n\\  tìil  amenti  par  soii  pére  chez  ce  hìcuheureux, 
ce*lui-ei  cluingea  son  nurn  ri  l'appela  Abraliani,  alia  qu'ìl  in»  fiìt  pas  appolé 
nulli  (ii^  ':^a\i  mail rr. 

()a  dil  moine  que  Joaii  de  Bcth  Habbaa  *  s'appaiali  ausai  Abraliam.  Quand 
il  villi  cliez  eux,  \h  le  iiummt'rreiit  .leau,  atiii  i[u'il  ne  fùt  pas  appelé  du  noni 
de  snn  condiscipte.  Abraham  el  Jean  ayanl  bu  a  la  source  de  la  sagesse, 
purent  dirìfrer  Tassemblée  avet:  tonte  la  crainte  de  Dieu. 

■Iran  travailla  beaucoup  dans  TÈcole;  et,  s'il  faut  dire  la  viglile,  cVst  de 
«L»'-  cf  Saint  que  pruvìeiim^nt  liins  Ir^  bons  ordres  *  qui  s  y  trouvenl.  Il  composa 
lui  anssi  des  conimentaires  et  des  Iraditions  sur  les  Écritures,  des  trailés  ^^ 
dt*  ctjnlroverse  eoiitn^  les  Juifs  et  coiitre  Kulachsé  "'*  Il  écrivit  encore  trois  dis- 
cours  :  Fnn,  quand  ChosrtH's  s'enipara  de  Nìgran,  parce  qu*il  se  trouvait  alorn 
là,  à  la  Porle,  ponr  les  atFairrì^  de  Thk'ole;  leis  ileux  autres  sont  sur  les  Roga- 
tious  et  sur  la  peste;  il  a  eneore  d^autres  ouvrages  '. 

1.  C'uHtsi-tJlre  (lo  1*1  niaisiin  eli*  nolrn  imiìlre.  ile  surnurn  tiriti  tli»ri£ié  ii  Abraliani  et  iì  Jcixn,  jìarciì 
qu'ìls  rlaifiil  loits  k's  (kujv  parcnU  dtj  Mar  Nurstìi,  —  2.  M»a|,o^  iJuìl  »>in*  jji'oUablement  l»-4o|  b'uly- 
cliès.  —  'A.  Srs  imvrase*.  saìviiuL  l'^beilji^su*^,  *onL  :  des  coinmeiilaires  snv  TExtRlo,  le  LiHilìquo,  ìe^ 
Nortibres,  Job,  Jérèmie,  Kieécbiel  gì  ies  Pruverbes  ;  des  trailès  de  conlrovt»rse  coiitre  les  Maiif*?si,  le^ 
Juif»  ol  les  lièrtHiques;  de»  discuurs  sur  la  peì*te  de  NisiJje.  sur  les  Kogiilum^  et  sur  la  mori  <lu  roi 
{IbosriH's;  des  oraisoas  funt^bres;  des  Jiviuties,  vi  un  v«»liiine  ib*  tiuer-lbin»  ^ar  l'Aiu-iea  el  le  Nouv«;au 
j  dsluiiitìnl  [Afiiitl  A>»t!iiUiai,  ti*  fJ.,  Ili,  1,  "2-73j. 


Digitized  by 


Google 


[75J  CAUSE  DE  LA  lONDATION  DES  ÉCOLKS.  389 

.^o(^l  ^«po  ""^^  ty-JOQ^  ojSi^  oì^  Old  :)jd9  jLiio^Od  oì^  olSJi;  ^9  ^-^ 

%n  i  ffii  v>  t-d  :yii  T  i  ^«^^a;  ^U^J  001  |  utonN  0(^9  i^i^a^eu/jo  jL^^-x; 

^^1^/90  JIoaa/  "^^.^w^  ^^o^  Jbflb.  ^9  ^^^Z;  «V^^'o  vcuv-a'à^QjL.90 

|ooi  |loi:>/  %Jt9  ^>ooiv^/  ^/o  .I90M  ottni9fc\vì^  )l^^^^!  ì^il  ójSi^;  ''^^^oo 
^^IV^^flut  Jl^OA  ^^oiAO  .^  JI9  jbb^V  jLuLd  ^/o  JjJs^'^JLàaàeb.;  )^/  a/ 

<»).^b^D;d90  jUboooiV;  )lai?S;v>  ^^otJlVK^ 

^l    ;J    i    ?  M   i    )LX^    9|Ojl    %JLJL3l/    |^»9^   )b/    jLlU^   jLfOI    3/9    ^9    ^ 


e  CI" 


1.  iCo-iLaoJ  ILoi^jao  M.  —  2.   A  om.   V»j»-)^o  PS^v  —  3.  l-*^^  AM.   —  4.  Itai:^:^^  A.  —  5.  M 
om.  o.  —  6.  li*>A«»  A.  —  7.  om.  A.  —  8.  om.  A,  >p^>o  M.  —  9.  tvì^'^to^  M.  —  10.  IhSu.o  \^j  A. 


Jean  fut  emporté  par  la  grande  peste  *.  Alors  la  charge  d'Abraham  doubla 
de  poids:  il  dirigea  Tassemblée  pendant  soixantc  ans,  s'appliquant  avec  as- 
siduite au  jeùne,  à  la  prière,  soutenant  de  longues  veilles,  travaillant  jour 
et  nuit,  interprétant  (rÉcriture),  disant  des  chants^  et  donnant  la  solution 

5     des  questions.  11  composa  aussi  des  commentaires  sur  les  prophètes,  sur 

TEccIésiastique,  sur  Josué  et  sur  les  Juges'.  *  Il  n'est  pas  besoin  que  je  parie  *  e  «i- 
des  grands  travaux  qu'il  fit  dans  Técole,  des  magnifiques  édifices  qu'il  y  eleva 
fìt  des  prolìts  appréciabies  qu'il  retira  pour  elle  :  car  ses  travaux  sont  plus 
manifestes  et  plus  notoires  que  les  rayons  du  soleil;  tonte  la  Perse  a  été 

10  illuminéepar  son  instruction;  il  a  été  lui  aussi,  comme  le  patriarche  Abraham, 
le  pére  de  nombreuses  populations;  il  a  engendré  d'innombrables  enfants 
spirituels,  et  il  a  hérité  une  bonne  renommée,  dans  le  royaume  des  Perses 
aussi  bien  que  dans  celui  des  Romains. 

Quand  ce  pére  saint  et  bèni  fut  recueilli,  lui  aussi,  dans  le  grenierde  la 

15    vie  celeste*,  comme  des  gerbes  amoncelées  dans  leur  temps.  Mar  Jésu  yahb 

1.11  s*agit  ici  du  terrible  fléau  qui  desola  ces  pays  sous  les  patriarches  Joseph  et  Ézéchtel  (552-580). 
—  2.  Voir  cì-dessus,  p.  ^ì,  note  1.  —3.  Et>edjésus  (apud  Assémani,  B.  0.,  HI,  1,  71)  lui  atlribue  encore 
des  commentaires  sur  les  Rois,  et  sur  le  Caniique  des  cantiques,  et  un  Iraité  sur  la  fondation  des  écoles 
divise  en  chapitres;  la  Clironique  de  Séert,  outre  ces  ouvrages,  lui  attribue  aussi  des  poésies  et  des 
leltres:  elle  dit  quMl  dirigea  Téco le  pendant  soixante  ans  et  que  de  son  temps  Técole  compia  plus  de 
mille  disciples.  —  4.  Abraham  mourut  en  569  (voir  ci-dessus,  p.  386,  noto  2). 


Digitized  by 


Google 


39()  ItAltHADIiSABBA     AHiSAYA,  ^  [76^ 

\  Art    ft    m   e>|    |qq|    ^iJo    cu  A,>0    "^^tj^l     ^a^.jO|0    .^aIa    ^JIU    t^)»^*  ^^  Oi^ 

<-|l<L3M^f     )f^>^^^    ^*^^^    ^i^-S    ^^      V'*^ 

^U^j^^i  >*o^oo^^l  Ìq^  001  ^l   *^o^  ^^OA  :f^^ 

ui.^fi0  oi^f.^o  oi^o  %^^  \:9i  jjoi  Jl|.X^flQ.^  w^fiaji|o  '^^M^^ilt  ^ow^  jjysomt 
jLo^d  ^/^o  jK^do  :|K.^f   flope^   flfui^^m  Jlioio  *  f  '  ^  ^*   oiK^vy^)  ^"^i^^^ 

: -—       I 

Arzouiuua*  lui  succèda  dans  la  direetiiin  ile  l'écolc;  il  y  travailla  avec  une 
force  adinirable;  niais,  au  boul  de  ^Inix  aiis,  s%5taiit  fatigoé,  il  .s'en  alla  et 
fui  évéque  d'Arzuuu;  il  fut  vìn  ensuite  palnarclie. 

I.a  cl»aire  (riiiterprétatirm  fui  trauj^ini.-^r  k  Mar  Abraham  de  Nisibe^»  hommn 
j^rand,  iuslruit  dans  toutci^  Ics  seieiices,  zùle,  cnurageux,  maitre  eii  erainl»^    - 
ì:  {iV\    ile  Dieu,  labori eux  et  suigueux.  Après  avoir  fait  iiégoce  *  pendant  uri  an  de 
t-e  talcnt  spiritud,  il  sYìndoriiiìt  lui  aussi  avec  ses  pòres  apirituels. 

11  l'ut  remplacé  par  (Juana  d'Adiabòne  \  bomme  orné  dliumililó,  et  de 
tt)us  les  dons  d'instruction  qu'exige  Fceuvre  de  riuterprétatiun;  et  si  quel- 
rpruii  dit  que  e'est  pour  cela  quii  fui  élu  dès  le  eommencenieat,  il  n  aura  ^ 
poinl  tort;  d'ailleurs  la  suite  dcs  événenicnts  le 'luauifeste  bieii  claiijpmeiit. 
Il  a  passr,  en  efTet,  par  de  nombreuses  epreuves;  ayant  vide  tout  son  carquois 
sur  le  parti  du  démou»  celui-ei  Ut  éclater  contre  lui  de  terribles  agitations. 
de  violents  troublcs  et  d'iudielbleà  disputes,  querelle^  et  scbismes.  Mais  la 

L  Jó8u*yaliii  rUùì  nnvfJTijnr*'  fin  Hrtfi  ArliavV':  il  IH  se.*  tHudes  à  récole  de  NisitH\  fhml  il  drviiit  le 
mfiìlre  en  .'itivi*  il  fui  i'v<iqije  d'Arztnin  vn  571  iVl.  suf^rfi,  jt.  38tì^  !»►  2);  il  fui  i^Ui  patriarrhe  en  óHi'  ri 
luouruL  vn  :*wi  Mbedji-sus  t'ilQ  de  lui  :  lui  Irailr  contri?  Kuiioinius,  1111  tmlre  ct*iilrt'  mi  év»^«|ue  inonu- 
physite,  vini(t-deax  que.stiiins  sur  les  sacrements  (qui  .^onl  conservc^s  dans  le  N|/nr>ff/ro«  Oricn(ah). 
une  apologie,  etc.  l 'Aiiir  el  Mari;  Harliébrifus,  Chr,  Erri,,  H;  Asa,,  iì.  0.,  IL  'iI'j;  IH,  1.  UM:  St/nùdieon 
Orirnlfìlr,  ;iOiMi:i,>;  laChmuifpie  de  Héerl.  eie).  — %  Ahrahann,  originaìre  de  Nìsibe.  succt^da  à  Jésu'yiihb 
en  571,  t^l  moiirui  en  572  fvnir  r*-de^*?u>.  p,  :wr»,  n  2).  Ehedjé«us  rappt^lle  WiT«  is  (ilis  des  for^emnsj, 
el  luf  allnhiie  tle^  ljuni<^Uea,  ili**  «ii'aisons  funèhri'ì*,  des  sernions  et  une  Jeltre  cuiviri'  un  t^erlain  Sclils- 
ban  (Assèiiiaii^  ii.  O,,  ItL  »,  81).  —  3.  Hiiana  succé  la  on  572  à  Abraham;  il  niourut  ì*imi^  l«  pulrlRrche 
fciubrjèsus  ;:j!Mi-f'i0^i). 


Digitized  by 


Google 


e  62' 


[77J  CAUSE  DE  LA  FONDATION  DES  KCOLES.  391 

JLd?  nt  xì  M  ^^;  ^^^■^  :gQDa2kad  U^o^  ^/  iJuAoB  ^jLioi  Iol^  ^^^ 
o^  K  fi  fiift)  |l   : oULfiJ ;  1^9  li^  K.11.^0  oiKX^;   |ia^.oXo  : U^-^j;  oila\; 

|K  n  #K»a^»  I  >K  nl^»  jnoffifkì  voo^d  jL^o^Kd  ""^i^;  zotloiy^mvìo  ogu^$ 

1.  >Pj»^?  AC.  —  2.  A  om.   uof>o»l^^  •-.  —  3.   w.»^^  A.  —  '1.  N»^  A.  —  5.  Po»  "^a^^  A.  —  6.  A 
add.  ^.  —  7.  U»-?©  f^J  M. 


Providence  divine  ne  permit  pas  que  l'un  des  traits  enflammés  du  malin  le 
perlài.  Ayant  mis  le  pied  sur  le  rocher  de  la  foi  et  abaissé  Tépaule  pour  s'a- 
donner  mieux  au  travail  spìrituel,  il  ne  cessa  jamais  de  combattre,  selon  la 
volente  divine,  dans  la  spirituelle  arène  (<7Tà5tov);  *  il  s'appliquait  jour  et  nuit  *  e  62- 
à  la  lecture  et  à  Tinterprétation  des  Ecritures,  comme  le  bienheureux  Paul, 
il  invitait  et  poussait  tout  le  monde  à  ce  travail.  Vu  son  ardent  amour  pour 
rinterprétation,  vu  la  fermeté  de  sa  parole  et  T immense  richesse  de  son 
àme,  non  seulement  il  ne  se  contenta  pas  de  nous  remettre  Tinterprétation 
par  la  parole,  mais  il  voulut  nous  conserver  ancore  par  écrit,  comme  le  bien- 
heureux Interprete  *,  son  avis  et  son  opinion  su,r  tous  les  versets  et  les  cha- 
pitres  de  T Ancien  et  du  Nouveau  Testament  '^  Il  composa  encore  beaucoup 
d'homélies  et  d'hymnes'. 

1.  n  est  probable  que  l'auteiir  dissimule  ici  la  vérité  pour  louer  son  maitre  auprès  de  ses  core- 
ligionnaires.  Car  les  Nestoriens  ont  toujours  accuse  Hnana  d'avoir  abandonné  dans  ses  commentaires 
les  senlences  de  Théodore  de  Mopsuesle  (voir  Ebedjésus,  apud  Assémani,  B.  0.,  Ili,  i,  88-84  ;  la  Ghro- 
nique  de  Séert  ;  la  Ghronique  qui  va  depuis  la  mori  du  roi  Hormezd  jusqu'à  la  fin  du  royaume  des  Sas- 
sanides  et  publiée  par  Guidi  :  Un  nuovo  lesto  syrìaco  sulla  storia  degli  ultimi  Sassanidi),  Toutefois  la 
Ghronique  de  8éert  dit  que  Barhadbsabba  était  du  nombre  des  élèves  qui  quittèrent  Nisibe  avec 
Grégoire,  métropolitain  de  celle  ville,  qui  étail  ennemi  acbarm^  de  Hnana.  —  2.  Au  lieu  de  Km*  ^,  il 
faut  lire  1^***^^ — 3.  Les  ouvrages  de  Hnana,  selon  Ebedjésus  {apud  Assémani,  III,  i,  81-84),  oulre  ceux 
qui  ont  été  mis  à  Tindex,  sont  :  des  commentaires  sur  la  Genèse,  Job,  les  Psaumes,  les  Pr(»verbes,  TEc- 
clésiaste,  le  Gantique  des  canliques,  les  douze  petits  prophètes,  l'Évangile  selon  S.  Marc  el  les  épftres 
de  8.  Paul;  une  exposilion  du  symbole  de  la  foi,  une  aulre  de  la  lilurKie  sacramcnlaire  el  des  trailés 
sur  le  dimanche  des  Raroeaux,  le  vendredi  d'or,  les  Hogalions  et  l'Invenlion  de  la  Groix.  Il  ne  nous 
est  parvenu  di»  ces  ouvrages  que  les  Iraités  sur  les  Rogations  el  le  vendredi  d'or  (l"  vendredi  de  la 
Pentecóte). 


Digitized  by 


Google 


302 


BAHHAfìBSAHRA     AHRAYA, 


m] 


*  t:  »t.!'; 


^^^.ào  :Ì^fU>>^  h^^l  y^l   s^ovLf^^  ^*^^  )oi^   3.£MJf  ^o  .  t  ^V  x^v^ 


y^^lo    :jLlldK^f 


J-^^lo.   :Jla^iOf  U>i   ì^^lf 


•  i:  «Kf 


K  ^|.>.L^  >c»f  ooi  sbI  U^oh     :K.^wM  fly.->*flp;  ^Xa;/  ^^^f   )iÌ\>^!  I10K3 
(.^V).^  y^^K^Bo  ijZ^K^f  ^^H  „^^-9  ]L-bOf  I  I  ^»oi  )foK3  ^.^^oyo  wa,*^,^ 

fb^ft  rk  K  ^0   ,    ^f^  oot  ^l  Udo(  '^J^d;  jKjLa^  ImOd^K^oo  :)K.^Jbo^o 
,s^G¥L  >n  ,*  m  ->  ^  ^3aM  ^^^^9   Ì^oJIa  ^^9  ^^  :JLL>^    ^^  ^i^<>    I 
.|j^^/f   I^V^  ^/  oiAaj;   li^A^I  ^ol  Ilo  01^09    l'^A^o  ^yi  ȓ^o  .^^^  IO  1'^ 

^'^ — \-A  g^h^'^^h^^  ^-^t-^  :«^di^M9f  l^^l  sbIo  >^^  "^..^^  otKJLp^<^^  ^!^  t^*^ 
)K.^«*^dOo  fM^^I   )K-ciAA»f   as^d^yco/  y-^^^^  ofj^utjo   oi^^  *  «^^^|o  *s9^w^eo 

^J     |oì^     ^^    ^^^^O        ^l^'^).^    |jO|     ^^^    *y00^3    s-aOtOfM^^^i,;     |LàO<l£L3 


L  A   iiilfl    «<»•  -   i,   A  aikl 


;?.    ^«tfo  M. 


G  52 


I 


Nous  prions  tous  Dieu  de  pn^longer  ses  jours,  aiiisi  qii*il  prt>Iongea  la  vie 
(rÉzécliìas;  parce  que  son  àme,  comme  le  grand  Irésor  de  l'État'»  est  riche 
rlatis  toules  les  connaissancc:5  des  Ecrilures.  De  niéiiie  que  la  tahle  du  rui 
est  urnée  de  Umtes  snrtrs  de  nourrilures,  '  alasi,  lui  au